Page 1 sur 1

[A] S.T.A.R.S. : sexe et communication

Posté : 19.09.20
par Jalapeno
On est en 2020, à l'heure des rencontres en ligne et du porno et pourtant il est toujours aussi compliqué de causer de sexe (et surtout de sa propre intimité) de façon directe et honnête. Et c'est un problème qui mène pas mal de couples naissants ou déjà bien établis dans une impasse.
On voit régulièrement des questions dans le SOS concernant des hommes et des femmes qui ont une sexualité médiocre, voire inexistante avec leur partenaire. Il peut y avoir des causes physiques évidemment, mais elles sont plus souvent d'ordre psychologique, des habitudes, des complexes qui pourraient être (au moins en partie) résolus par une meilleure communication.
Trop souvent on part du principe que le sexe n'est qu'alchimie et que les mots sont inutiles, voire dangereux ou tue-l-amour... Cet article est là pour vous inciter à remettre tout ça en question.

J'aimerais partager ici un outil de communication développé par la communauté "sex-positive" américaine. C'est un simple acronyme qui reprend 5 axes de discussions, que vous pouvez avoir avec votre partenaire, de préférence avant d'avoir des relations sexuelles. Mais ces questions sont toutes aussi utiles à n'importe quel moment d'une relation, même avec quelqu'un que vous connaissez (ou pensez connaître) depuis 10 ans.

Les explications complètes sont sur ce site en anglais : http://maketimeforthetalk.com/
Et voici un petit résumé en français :

S.T.A.R.S. est l'acronyme :
STI Status : satus niveau MST/IST (dernier test, etc)
Turns-on : ce qui m'excite, mes zones érogènes, ce que j'aime au pieu
Avoids : limites, ce que je n'aime pas, mes complexes
Relationship intentions : où j'en suis dans ma vie sentimentale / sexuelle, ce que j'envisage comme relation
Safe sex etiquette : les choix en matières de prévention des MST et de contraceptif (et ce qui est envisageable si ça foire...)

Ces sujets paraîtront évident à certain, impossible à aborder à d'autres mais développons un peu :

Les MST/IST
  • j'ai été testé pour le SIDA, les hépatites, la syphilis, la chlamydia, la gonorrhée, le Papillomavirus... à telle date
  • je suis vacciné contre telles MST (hépatite B / HPV...)
  • j'ai eu des rapports protégés / non protégés avec X partenaires depuis mon dernier test
A lire également [EN] : https://markmanson.net/std-guide
(est-ce qu'un article a été consacré aux MST / IST sur FTS ? pas trouvé mais il y aurait plein de choses à dire sur le sujet)

Ce qui m'excite
  • mes zones érogènes
  • j'aime qu'on me caresse à tel endroits
  • j'aime telle position, le sexe oral, génital, anal...
  • j'aime avoir des rapports sexuels à telle fréquence
  • ma meilleure expérience sexuelle
  • mes fantasmes
Ce que je n'aime pas
  • Quand on me faite ceci
  • Les pratiques qui ne m'intéressent pas, me dégoûtent
  • telles sécrétions
  • quand on me touche d'une certaine façon à certain endroit
A envisager également : comment je considère le BDSM, le porno, les sex-toys, l'usage de drogue, d'alcool, le dirty talk, les cris, la domination, etc

Les relations
  • Je suis hétéro / homo / bi / queer / autre
  • Je suis un homme / une femme / transgenre / autre
  • Je suis monogame / polyamoureux / autre
  • Je suis célibataire / en relation / marié
  • Je suis en relation ouverte / fermée avec un / des homme(s) / femme(s) / autre... et nous avons convenu tels et tels accords.
  • Si plus qu'un coup d'un soir : avec toi j'envisage telle relation
  • Dans le cadre d'une relation naissante : j'aime être contacté par message / téléphone / email... à telle fréquence
Prévention et contraception
  • J'utilise des capotes / des digues dentaires / des gants
  • Je voudrais des enfants
  • Ma méthode contraceptive : pilule / stérilet / anneau, etc
  • Qu'est ce qui est envisageable dans le cas d'une grossesse non désirée ?
A lire également : http://www.frenchtouchseduction.com/boa ... 69&t=28109

Je sais, ça ressemble à un méchant interrogatoire et l'idée n'est pas de déballer tout ça point par point (quoique c'est tout à fait jouable si vous êtes tous les deux très ouvert niveau cul, le site propose d'ailleurs une worksheet complète :D ).

Deux conseils pour faciliter la conversation :
  • montrez que vous bienveillant et non-jugeant. Si vous prenez une moue dégoûtée quand un partenaire évoque ses fantasmes ou ses pratiques, c'est mort. L'idée est de se confier, d'échanger sur des préférences, pas de les imposer.
  • c'est souvent en se montrant vulnérable soi-même qu'on incite quelqu'un à se montrer vulnérable à son tour. Si vous êtes avec quelqu'un de timide, parlez en premier avant de l'inviter à faire de même.
En pratique, pas mal de ces questions s'insèrent naturellement dans la conversation lors d'un premier rencard. Je pense notamment aux questions concernant les relations passées, présentes et futures. Les questions concernant ce qu'on aime / n'aime pas au pieu sont parfaites pour créer de la tension (échanger des fantasmes, des expériences sexuelles passées, bonnes ou mauvaises). L'idée n'est pas forcément d'être exhaustif, mais ça donne généralement de l'inspiration pour que la première nuit soit mémorable :wink:

Même si serait mieux de le faire au calme, les questions prévention / contraception peuvent être posée dans le feu de l'action, avant le premier rapport sexuel (inutile de vous encourager à toujours avoir des capotes sur vous). Les digues et les gants, c'est plus rare, mais pourquoi pas... ça peut être l'occasion d'expérimenter aussi (à noter qu'il existe aussi un préservatif féminin, même s'il n'est pas encore très répandu).

Ça se complique généralement quand on aborde les MST. De mon expérience, peu de gens se font tester régulièrement, du coup ils n'ont aucune idée d'où ils en sont à ce niveau-là. Ce qui les incite à omettre certains détails ("j'utilise toujours des capotes sauf cette fois là") voire carrément mentir ("t'inquiète je suis clean" dit celui / celle qui n'a plus été testé depuis 10 ans). Avec un partenaire que vous fréquentez régulièrement, je conseillerais de refaire un test, et pourquoi pas ensemble si c'est moins flippant. A noter également que les capotes ne protègent pas complètement du papillomavirus (faites des tests régulièrement ou faites vous vacciner).

C'est la façon dont je gère la communication sur ces sujets passionnants, mais je suis curieux de lire vos avis et vos expériences...

Re: [A] S.T.A.R.S. : sexe et communication

Posté : 19.09.20
par philte
:? c'est parfait , le conseil est le meilleur qu'on puisse avoir, toutefois cela s'appelle l'idéal...
parce que c'est toute une vie qu'il faut pour se parler comme ça ...il faut y aller petit à petit :wink:

Re: [A] S.T.A.R.S. : sexe et communication

Posté : 19.09.20
par Jalapeno
Héhé, une vie je ne sais pas... On a les limites qu'on se fixe :wink:

Encore une fois, il faut envisager cela comme des axes de discussions. Et ces discussions peuvent être segmentées à différents endroits et différents moments : dans un bar pour se chauffer, dans le feu de l'action... ou après en mode confidence sur l'oreiller. Tout dépend de l'ambiance, de la personne qu'on a en face de soi et des priorités de chacun... question d'intelligence sociale donc.

Il y a quand même pas mal d'intérêt à aborder ces sujets rapidement :
  • pouvoir se protéger efficacement
  • savoir si les envies sont compatibles à court et à moyen terme
  • se faire plaisir mutuellement
Chacun fait comme il veut, mais je préfère savoir tout ça dans les premières heures / jours d'une rencontre que de me prendre une grosse claque des années plus tard...

Et évidemment ces réponses ne sont pas figées dans le temps, d'où l'intérêt de ramener ces sujets sur la table dans une relation long terme.

Re: [A] S.T.A.R.S. : sexe et communication

Posté : 19.09.20
par Perlambre
Quelques pensées sur le sujet :

- Comme tu le précises Jalap’, cette conversation entre partenaires ne doit pas s’arrêter aux prémices de la relation. Tout simplement parce que nous évoluons tous et donc nos goûts et envies également. Ce qui semble impossible à un moment peut très bien tenter, ne serait-ce que parce qu’il s’agit de CE partenaire. Et la durée de la relation n’a aucun rapport

- La question de la protection me semble primordiale avant de passer à l’acte. Surtout avec un partenaire rencontré récemment et de préférence avant d’être sous la couette. Je ne compte pas les mecs me disant ne pas « supporter » un préservatif donc game over d’office. Plus facile à faire hors couette, quand tu as encore toute ta tête

- Entièrement d’accord avec l’idée d’évoquer des fantasmes, même avec un presque inconnu à partir du moment où tu le sens réceptif et surtout ouvert. Attention les filles, soyez soft car certains mecs ont vite des vapeurs à l’énoncé de certains mots/situations sortant de votre bouche

- Je parle très volontiers de ce qui me fait du bien car je pars du principe que le mec le mieux intentionné ne peut me deviner. Parce que le corps de chaque femme est unique et que son expérience avec d’autres peut ne pas me convenir du tout. A ce propos, je préfère un homme sans grande expérience et ouvert plutôt qu’un autre bourré de certitudes.

- Je crois vraiment qu’il faut parler franc lors d’une rencontre… écouter l’autre, apprendre à lire entre les lignes, se baser bien plus sur les actes que les paroles. Agir ainsi évite beaucoup de malentendus, de déceptions. Il vaut mieux mettre un terme rapidement/accepter que l’autre mette un terme rapidement plutôt que de partir dans une relation bancale en espérant qu’elle s’arrange

- Et pour finir, il faut savoir que certains/certaines filles/mecs, trouvent peu d’intérêt au sexe. Par choix, méconnaissance ou parce que c’est avec vous. Là aussi sans com’ c’est mort… et la com’ doit venir des deux sinon c’est définitivement mort

Re: [A] S.T.A.R.S. : sexe et communication

Posté : 20.09.20
par Onmyoji
Pour les mecs, complétez la question de la protection par la contraception.
C'est le genre de trucs qui peut se placer quand on commence à basculer des baisers aux préliminaires et même si pour certaines ça casse un peu la magie en faisant remonter toute une série de problèmes potentiels entre IST et grossesse non désirée, on aura aussi souvent en tête que vous êtes responsables et c'est plutôt rassurant.
Parce qu'un accident de capote est vite arrivé et vous avez pas envie de découvrir que non seulement elle prend pas la pilule mais qu'en plus si elle est enceinte elle le garde quoi qu'il arrive (et ça vous le saurez pas vraiment, malgré leurs discours la plupart ont aucune idée de comment elles réagiront vraiment face à ça).
Ça paraît sans doute très sexiste de mettre la responsabilité sur la femme, mais en la matière nos options sont très limitées (la capote, et encore faut bien la gérer)
à part pour les trucs très définitifs, donc il vaut mieux être sûr qu'elles sont attentives à ça.
Sans parler de la nana qui cherche à vous faire un gosse dans le dos, déjà avec une qui n'en a pas l'intention, c'est assez compliqué comme ça.

Pour le reste, avant la première fois et quand on est clairement en phase de séduction, parler frontalement de ce qu'on aime ou pas, ça me paraît vraiment limiter l'imagination et la dynamique de ce qu'il peut se passer une fois chauds. Si la nana a clairement dit qu'elle aime pas un truc, même si tu as suggéré que tu pourrais lui donner une expérience différente, tu vas pas lui proposer. Alors que si elle a vécu au travers de sa chair et de ses sensations quelque chose de différent, et que tu arrives sur un échange qui est nouveau pour tous les deux, tu as beaucoup plus de chances qu'elle ait envie de tester et c'est pas de la manipulation ou ne pas respecter son consentement.
Et surtout si mauvaise expérience quand même, elle ne te reproche pas d'avoir insisté, puisqu'elle a quand même souhaité essayer avec toi.

Pour le topic contraception et IST il me semble qu'on a déjà abordé le sujet sinon.

Re: [A] S.T.A.R.S. : sexe et communication

Posté : 20.09.20
par Jalapeno
Tout à fait d'accord avec toi concernant la contraception.

Concernant la verbalisation de ce qu'on aime pas : ce n'est pas parce que ça a été verbalisé que c'est gravé dans le marbre pour toujours. Comme dit plus haut, ces goûts peuvent évoluer en permanence.
Je trouve ça intéressant parce que ça permet de contextualiser. Exemple : "je n'aime pas la sodomie parce que mon ex s'y prenait comme un bourrin". Tu obtiens des infos qui permettent de proposer une expérience différente. Attention à bien faire la distinction entre ce qui est clairement annoncé comme "off-limit" et ce qui est "négociable" sans être relou (question d'intelligence sociale ici aussi).

Re: [A] S.T.A.R.S. : sexe et communication

Posté : 20.09.20
par Onmyoji
Je trouve plus facile de travailler à partir de mon contexte à moi, démontré par le geste qui je puis dire. Parce qu'une nana peu expérimentée ou au raisonnement pas fin (et c'est souvent, comme pour la majorité des gens), retiens juste la pratique et le sentiment négatif ou positif associé, pas le contexte ou la manière.
Donc elle te sort "j'aime pas la sodomie" et si elle est un peu plus élaborée elle rajoute "parce que ça fait mal". Mais si elle est nuancée et qu'elle sait que les mecs jusqu'à maintenant l'ont déchirée elle ne dira pas "j'aime pas" pour commencer.

Re: [A] S.T.A.R.S. : sexe et communication

Posté : 28.09.20
par Owen
Pour le reste, avant la première fois et quand on est clairement en phase de séduction, parler frontalement de ce qu'on aime ou pas, ça me paraît vraiment limiter l'imagination et la dynamique de ce qu'il peut se passer une fois chauds. Si la nana a clairement dit qu'elle aime pas un truc, même si tu as suggéré que tu pourrais lui donner une expérience différente, tu vas pas lui proposer. Alors que si elle a vécu au travers de sa chair et de ses sensations quelque chose de différent, et que tu arrives sur un échange qui est nouveau pour tous les deux, tu as beaucoup plus de chances qu'elle ait envie de tester et c'est pas de la manipulation ou ne pas respecter son consentement.
C'est pas faux... Et pas forcément "vrai" pour autant.

Je crois me rappeler qu'en BDSM on parle de "hard limits" et de "soft limits".

C'est, je pense, très important de parler des hard limits.

Exemple très simple : j'ai déjà fricoté avec une fille qui se faisait tabasser par son ex. Bah clairement, l'expérience de se prendre des gifles pendant l'acte est out de suite, car meme si l'expérience est différente, ca reste ancré dans sa chair.

Pour ce qui est de la sodomie qui vient d'un ex qui était trop bourrin ou en avait une trop grosse, c'est potentiellement négociable. Mais bon, par exemple ces soft limits j'ai tendance à les aborder apres les premiers ébats, pas directement, le temps de construire un lien de confiance.

Y'a aussi beaucoup à apprendre de cet échange sur les limites. Je diverge un peu, mais j'ai déjà remarqué que justement, le respect des limites les plus simples crée une confiance mutuelle qui, sur du moyen terme, va permettre de les dépasser. Mais on ne peut dépasser que les limites qu'on connait, et pour s'autoriser à les dépasser il faut être certain que son / sa partenaire, va respecter notre consentement.

C'est un des enjeux majeurs dans les pratiques extrêmes et je ne compte malheureusement plus le nombre de drames qui ont eu lieu car les limites n'étaient pas claires ou pas respectées.


Après, je suis d'accord avec Onmiyoji (si j'avais cru que je finirais par écrire ca un jour :) ) : la surexplication peut potentiellement tuer la spontanéité.

Une de mes potes avait tenu un atelier provoc' dans un festoche : "pourquoi le consentement a-t-il tout gaché?". Je rentre pas dans le détail, mais le propos a retenir c'était qu'on a beau pouvoir parler de ses limites et les "connaitre" à fond, rien ne remplacera jamais l'empathie et l'écoute de l'autre, et que c'est facile d'avoir une "discussion" qui ne mene à rien à cause de ça.

En général mon approche perso c'est plus : "bon, quelles sont tes limites à ne surtout pas dépasser? ok, donc y'a ca et ca. Tres bien. Moi de mon côté, je sais que je peux être comme ca et comme ca, donc je voudrais m'assurer que des que ca va un peu loin pour toi, tu me le diras. Je peux te faire confiance là dessus? Dans tous les cas j'irai tranquillement la premiere fois, mais j'ai déjà eu l'expérience de ne pas avoir la meme conception de ce qui était "gentil", du coup pour ca c'est important que tu me le dises, ok?"

En tres gros.
Concernant la verbalisation de ce qu'on aime pas : ce n'est pas parce que ça a été verbalisé que c'est gravé dans le marbre pour toujours. Comme dit plus haut, ces goûts peuvent évoluer en permanence.
THIS. Et se rappeler que ca peut aller dans les deux sens. On n'est pas toujours dans le mood pour un truc sauvage ou restreint.

Re: [A] S.T.A.R.S. : sexe et communication

Posté : 29.09.20
par Onmyoji
Owen a écrit :
28.09.20
C'est pas faux... Et pas forcément "vrai" pour autant.
Je crois me rappeler qu'en BDSM on parle de "hard limits" et de "soft limits".
C'est, je pense, très important de parler des hard limits.

Exemple très simple : j'ai déjà fricoté avec une fille qui se faisait tabasser par son ex. Bah clairement, l'expérience de se prendre des gifles pendant l'acte est out de suite, car meme si l'expérience est différente, ca reste ancré dans sa chair.
Disons que je trouve plus productif de parler de ce qu'on aime, c'est plus productif.
En dehors des cas extrêmes tels que tu les décris, les "limites fortes/dures"
sont pas toujours si fortes ou dures que la fille ne les perçoit, ou que ce qu'elle veut bien donner à voir au monde. Par exemple, souvent, il y a des filles qui ne veulent pas avoir l'air salopes alors elles s'empêchent de faire des trucs sympas, de la fellation, à la sodomie, en passant par des trucs plus kinky.

Mais oui, construire de la confiance, du respect et de l'envie en lui faisant vivre une super expérience et en lui montrant qu'on la juge pas, qu'on lui donne de l'espace pour s'exprimer, que la bulle qu'on a à deux c'est notre univers de jeu où tout est permis, ça aide.
Le démontrer par des actes plus que par des mots, parce que les mots, on a l'habitude que malheureusement, ils soient un peu creux et de l'habillage (comme ces mecs qui se font passer pour féministes quand ils le sont pas...); alors que l'action ne trompe pas. En ça je rejoins ta pote et son atelier.
Après, je suis d'accord avec Onmiyoji (si j'avais cru que je finirais par écrire ca un jour :) ) : la surexplication peut potentiellement tuer la spontanéité.
Si ça peut te consoler, ça n'est pas moi dont tu parles;)
Mais oui, disons que quand on a pas les mêmes goûts que quelqu'un, y a des gars qui vont vouloir argumenter, et ça c'est déjà un no go, y a des gars qui vont vouloir convaincre, et pareil, et puis y a ceux qui vont chercher la faille dans la cuirasse, et dans les trois cas ça fait de la pauvre discussion très en longueur pour un truc qui devrait être frais, spontané, et où l'on se dit "et après? C'est maintenant qu'on teste?".
D'autant que "la vérité d'hier n'est pas celle d'aujourd'hui", ça marche dans les deux sens, oui (tiens, je m'aperçois qu'on aboutit au même point ici aussi), pas que dans celui de l'ouverture. Je connais des filles qui ont certains goûts, mais ne sont pas toujours partantes pour les mettre en pratique, pas forcément d'une manière liée à la personne, mais parce que le moment, le contexte leur convient pas, ou elles ne sont pas d'humeur. Et ça peut devenir problématique quand tu sais qu'elle aime un truc, mais qu'elle n'a pas envie de le faire avec toi (ça peut être très frustrant quand c'est lié à ton "physique").

En fait, c'est sûr que ça peut être un "outil", mais c'est comme tout, ça sera jamais universel, il faut savoir avec qui l'appliquer, avec qui l'adapter, avec qui le laisser de côté.

Re: [A] S.T.A.R.S. : sexe et communication

Posté : 29.09.20
par Owen
J'assume d'avoir finalement trouvé un terrain d'entente, rassure toi ;)

Sinon :
En fait, c'est sûr que ça peut être un "outil", mais c'est comme tout, ça sera jamais universel, il faut savoir avec qui l'appliquer, avec qui l'adapter, avec qui le laisser de côté.
Yes, mais au final rappelons nous que le post de base se veut éducatif, donc même s'il est sujet à nuance (comme a peut pres tout), ca reste une tres bonne base.