Ces filles qui couchent trop, trop vite ...

Note : 242

le 25.03.2016 par Jsh

156 réponses / Dernière par LuxLisbon le 06.05.2016, 20h35

Pour celles et ceux qui veulent discuter et demander des conseils rencontres et séduction; comment faire avec cette fille ou ce mec; et plus généralement, comment pécho / trouver l'amour à l'ère du swipe left, notamment quand on est ni mannequin, ni un ninja de la drague.
Répondre
La partie que Raven a quoté, elle m'a fait réagir aussi quand je l'ai lu. Je n'y ai pas répondu sur le coup par manque de temps mais ...
J'aime les filles faciles (ce terme est révoltant, on se l'accorde...), mais pas quand c'est vraiment TROP facile. Dans une optique de pur game de séduction, à vaincre sans péril, on triomphe toujours sans gloire.
Je crois que c'est là que nos avis divergent une première fois. Le jeu, oui, mais pour moi la séduction ne se résume pas à ça, et le sexe n'est pas la finalité - le prix. C'est pas une bataille ou un rapport de force, qui, si elle est correctement réalisée, doit te conduire dans le lit d'une fille et flatter ton égo au passage. Si je devais donner le "prix" d'une séduction réussie, c'est l'opportunité de partager des moments agréables (sexe, échange, conversation ...) avec quelqu'un qui te plait. Pas une histoire de gloire ou d'égo.

Même si j'adore l'adrénaline des premiers rencards où tu ne sais pas comment les choses vont finir, j'aime aussi les choses simples.

Après je te rejoins pour les convictions. Quand je rencontres un mec, j'aime ne pas savoir si on va s'embrasser ou si il va finir dans mon lit le soir-même, mais pour autant, je n'ai pas envie de nous imposer des barrières sous prétexte de fausses convictions que je me fixerai par "amour du jeu".
Peut-être qu'il faut aujourd'hui accepter que les femmes puissent être des chasseuses comme les hommes, des collectionneuses ou tout simplement des nanas qui profitent des plaisirs de la chair à leur bon vouloir, en acceptant également que ça court-circuite inévitablement le game, et toutes les notions de galanterie, de courtisement, de naissance du désir et de transgression.
Je ne vois pas en quoi ça court-circuite le game ou la naissance du désir en fait.
Pour moi, une véritable femme séductrice a compris et intériorisé ces quelques règles de base en camouflant sa liberté sexuelle pour faire croire à l'homme qu'il est aux manettes de la séduction. Elle ne brandit pas son désir, ni ne scande son envie de se faire prendre sauvagement... Non, elle sait que ce sera fait en temps et en heure.
Hmhm ... Donc elle est ... Manipulatrice ? Je trouve ça tellement pire de jouer pour de faux, de se cacher, se camoufler pour arriver à ses fins que d'être simplement sois-même. Il y a une différence entre assumer sa liberté et s'avoir en jouer avec parcimonie et "scander son envie de se faire prendre sauvagement". Mais se cacher, pour donner l'illusion de pouvoir à l'autre, faire rentrer un rapport de force dans la relation, dès le début, je trouve ça tellement malsain.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] A lire le 25.04.16, 12h31 par Perlambre
  • [+1] +1 le 25.04.16, 21h33 par Nidwazo
J'adhère notamment à la réflexion de Jsh sur la manipulation possible d'une femme faisant croire à l'homme qu'il est aux manettes alors qu'il serait tellement plus honnête de sa part d'assumer ses envies.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] 100% d'accord le 25.04.16, 16h39 par stephonly
Là où je suis d'accord, c'est sur le côté performance de la séduction. Et en même temps, comment juger qu'une alchimie est née ? Comment se dire que la séduction a fonctionné ? Comment réaliser que le charme a opéré ?

Justement par le résultat final : NC, KC, FC, etc. Passer un bon moment sans penser à passer le cap de la relation physique se résume à une situation de quasi Friend Zone finalement.

Je pense qu'une trop grande liberté assumée court-circuite justement le désir dans cette optique de résultat et dans une société où l'homme doit "prendre en charge" l'interaction. Si la fille est trop facile, si le résultat final de l'interaction est prévisible, comment peut-on avoir envie de la courtiser ? On aime ce qui est un minimum difficile à avoir, c'est un peu une constante humaine.

Elle n'est pas manipulatrice car c'est une sorte de jeu tacite avec l'homme. De l'implicite pur. Là où tu as raison, c'est sur le terme "parcimonie".

Concernant l'aspect malsain ou rapport de force dans les relations humaines, tu confonds peut-être jeu et tentative d'emprise sur l'autre. Idem c'est une question de... Parcimonie.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Trop dogmatique le 25.04.16, 13h59 par Jalapeno
  • [0] Pas convaincu le 25.04.16, 17h17 par Acier
Et si le simple plaisir de flirter dépassait l'envie de résultat, de performance, de filles faciles ou difficiles ?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Tout à fait ! le 25.04.16, 14h00 par Jalapeno
  • [0] Absolument le 25.04.16, 14h14 par MaryeL
  • [0] A lire le 25.04.16, 14h16 par Jsh
Plaisir de flirter, c'est un résultat pour moi.

Dans le sens où tu n'es pas en mode "advienne que pourra" avec une fille qui te plaît.
Si la fille te plaît, tu cherches à assouvir ce plaisir de flirter.
Moyen - But - Résultat

La démarche de séduction est quand même quelque chose de conscientisé, avec des moyens et des objectifs plus ou moins clairement énoncés mentalement. Ce serait hypocrite (ou voilage de face) de dire le contraire je trouve.
Worthy a écrit :Plaisir de flirter, c'est un résultat pour moi.

Dans le sens où tu n'es pas en mode "advienne que pourra" avec une fille qui te plaît.
Si la fille te plaît, tu cherches à assouvir ce plaisir de flirter.
Moyen - But - Résultat

La démarche de séduction est quand même quelque chose de conscientisé, avec des moyens et des objectifs plus ou moins clairement énoncés mentalement. Ce serait hypocrite (ou voilage de face) de dire le contraire je trouve.
Blusher avait fait un super message sur les activités autotéliques et activités orientées résultat, il faudrait que je le retrouve. C'est ici : post353704.html?hilit=autot%C3%A9lique#p353704

Depuis quand le fait de chercher à assouvir quelque chose empêche de prendre du plaisir dans le processus plutôt que dans le résultat ? J'ai besoin de danser, j'ai appris au fur et à mesure du temps que je prends beaucoup de plaisir à danser pour rien d'autre que le plaisir de danser (le processus) au lieu de chercher la performance, c'est-à-dire, bien danser (le résultat). Ce que je fais est de prendre du plaisir dans ce que je vis (le moment que je vis, la connexion que j'ai avec la musique, la sensation de mes mouvements), pas dans le conclusion finale.

Pareil pour l'improvisation théâtrale. On veut faire des bonnes scènes (résultat), mais on réussit mieux à faire des bonnes scènes quand on ne se focalise pas sur le résultat. On a beaucoup plus de bénéfices à tirer à être dans la relation avec son partenaire, à jouer avec lui et à être synchro qu'à chercher la finalité. Je pense que c'est la même chose avec le flirt et c'est toute la difficulté.

Le plaisir de jouer est un jeu en lui-même.

(Désolé pour les multiples edits. La prochaine fois je relirai mon message avant de le publier)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Absolument le 25.04.16, 14h45 par Jsh
  • [+1] A lire le 25.04.16, 14h46 par ChantePaul
  • [+1] +1 le 26.04.16, 09h42 par r-0
Fate a écrit : Depuis quand le fait de chercher à assouvir quelque chose empêche de prendre du plaisir dans le processus plutôt que dans le résultat ? J'ai besoin de danser, j'ai appris au fur et à mesure du temps que je prends beaucoup de plaisir à danser pour rien d'autre que le plaisir de danser (le processus) au lieu de chercher la performance, c'est-à-dire, bien danser (le résultat). Ce que je fais est de prendre du plaisir dans ce que je vis (le moment que je vis, la connexion que j'ai avec la musique, la sensation de mes mouvements), pas dans le conclusion finale.

Pareil pour l'improvisation théâtrale. On veut faire des bonnes scènes (résultat), mais on réussit mieux à faire des bonnes scènes quand on ne se focalise pas sur le résultat. On a beaucoup plus de bénéfices à tirer à être dans la relation avec ton partenaire, de jouer avec lui et d'être synchro que de chercher la finalité. Je pense que c'est la même chose avec le flirt et c'est toute la difficulté.

Le plaisir de jouer est un jeu en lui-même.
Absolument.

Et je rajouterai que coucher c'est jouer aussi.
Dans le sens où après avoir couché la partie n'est pas terminée. Tu n'as rien atteint du tout. En revanche vous vous serez bien amusez, aurez partagé des trucs fous et peut être envie de vous revoir, ou pas. Et c'est ça ce qui compte.

Je pense qu'en ayant cet état d'esprit on se délaisse du but/performance d'un. Et on fait taire l'égo qui se satisfait de coucher uniquement pour le fait de coucher et non pour le jeu.
Ce sont deux sujets différents.

Le plaisir qu'on tire du processus ne fait pas taire l'existence d'un but identifié ou inconscient : ici le plaisir de jouer est la motivation finale en quelque sorte. Je ne sais pas si c'est très clair.

Ce que je cherche à démontrer peut-être maladroitement, c'est qu'on ne peut pas complètement s'extirper des conditions du game et de ses étapes implicites. Courtiser, Kino, prendre du plaisir, KC et plus...

Ce sont des étapes qui définissent le jeu de séduction.

Et je suis entièrement d'accord sinon. Mon post était plus en lien avec le court-circuitage des étapes de séduction quand on est confronté à une fille trop libérée sexuellement.
Worthy a écrit :Le plaisir qu'on tire du processus ne fait pas taire l'existence d'un but identifié ou inconscient : ici le plaisir de jouer est la motivation finale en quelque sorte. Je ne sais pas si c'est très clair.
De quelle motivation finale parles-tu ?
Pour compléter, je ne sais plus qui disait que toutes les actions humaines sont mues, soit par un désir de reconnaissance ou par un désir sexuel. Et il y a du vrai...

Par conséquent, on ne fait jamais les choses complètement ex nihilo, façon hédoniste. L'humain est très égoïste et pense à la satisfaction de ses besoins en priorité.

Dans mon cas, je ne suis pas en mode séduction exclusivement pour le sexe. Le sexe est l'un des aboutissements possibles mais les rencontres peuvent très bien combler un besoin de reconnaissance ou un besoin sexuel d'intimité selon les moments, selon mes envies.

L'idée étant, je suis d'accord de ne pas se focaliser dessus. Mais le but final existe toujours.

Donc la motivation finale existe toujours (plaisir de rencontrer, sexe...), c'est juste la façon d'appréhender le sujet qui diffère. Et c'est ce qui différencie une vision orientée résultat ou on pense FC direct et où on va considérer que c'est réussi "quand on a chopé", et une vision orientée processus où on privilégiera l'échange et le plaisir de la rencontre.

On dévie du sujet initial lol :lol:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Constructif le 25.04.16, 18h00 par mistermint
Worthy a écrit :Pour compléter, je ne sais plus qui disait que toutes les actions humaines sont mues, soit par un désir de reconnaissance ou par un désir sexuel. Et il y a du vrai...
Il me semble que c'était Freud qui avait dit ça. Perso je trouve ça extrêmement absurde. Quand je cuisine seul mon poulet curry un lundi soir c'est pas dans l'espoir de baiser :lol:
Worthy a écrit :On dévie du sujet initial lol :lol:
Haha en effet !
Oui bien vu c'est Freud !

C'est pour les interactions alors ? Sauf si tu veux chopper et fourrer ton poulet curry haha :P
On dévie du sujet initial lol
Je ne trouve pas au contraire.
Peut-être qu'il faut aujourd'hui accepter que les femmes puissent être des chasseuses comme les hommes, des collectionneuses ou tout simplement des nanas qui profitent des plaisirs de la chair à leur bon vouloir, en acceptant également que ça court-circuite inévitablement le game, et toutes les notions de galanterie, de courtisement, de naissance du désir et de transgression.
Mais pourquoi donc cela nique-t-il ton game ? Tu as un tel besoin de validation et de reconnaissance de ta valeur qui s'exprime par le biais de la séduction ? Tu as besoin de la séduire comme d'obtenir un prix, parce que c'est plus valorisant que d'être soi-même séduit ?

Je trouve ça malhonnête d'associer galanterie et courtisement à la naissance du désir. Je n'ai jamais été galant, et ça n'a jamais été une étape du processus de la naissance du désir, qui, d'ailleurs, est bien plus polymorphe que tu sembles le croire.
Pour moi, une véritable femme séductrice a compris et intériorisé ces quelques règles de base en camouflant sa liberté sexuelle pour faire croire à l'homme qu'il est aux manettes de la séduction. Elle ne brandit pas son désir, ni ne scande son envie de se faire prendre sauvagement... Non, elle sait que ce sera fait en temps et en heure.
Prophétie auto-réalisatrice. C'est parce que les hommes ont une vision comme telle (i.e, j'ai de la valeur si je séduis, si j'obtiens le prix), que les femmes s'adaptent, et se positionnent comme "à acquérir", ce qui ne fait qu'attiser la compétition entre des hommes qui sont obligés de "mener" la démarche de séduction.
Elle maîtrise son sujet de bout en bout et devient une femme à courtiser en se plaçant volontairement en position d'objet du désir. C'est ce qui fait la vraie différence entre une nana qui couche trop trop vite, et une nana qui sait ce qu'elle fait et qui joue avec nous comme elle joue au chat et à la souris.
Coucher trop vite, ça ne veut rien dire. On couche trop vite par rapport à une norme morale. Ne nous voilons pas la face, on peut interpréter de façon raisonnable qu'une femme qui couche le premier soir sera jugée comme facile, malheureusement. Mais à une autre échelle, ça n'a rien de valide. Tous les hommes ne souhaitent pas être en face d'une Cruella qui joue avec eux le temps de leur donner l'illusion qu'ils se rendent valeureux en la conquérant, avant de passer à l'horizontale à la fin de la soirée.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] le 02.05.16, 18h36 par amelia
Après avoir bien lu toutes vos contributions j'ai comme l'impression qu'à la fin ce qu'il y a en filigrane derrière c'est qu'à priori beaucoup de mecs savent apprécier les femmes qui draguent, mais pas n'importe comment.

Bref, je ne pense pas que ce soit le coeur du débat ceci dit, ni que cela se résume à ça. Mais je me demande quelle part ce que je vais essayer de développer ensuite peut avoir dans ce schéma.

Pour les hommes c'est un truc qu'on apprend très tôt : si tu dragues comme un pingouin, mieux vaut ne pas finir manchot.

Mais pour les nanas, la société véhicule tellement l'idée que les mecs sont prêts à tout pour du sexe que ben finalement on finit par s'étonner que la drague rentre dedans et sans calibration ne marche pas si bien que ça. Et on vient à se demander si en fait les mecs n'ont pas peur des nanas qui assume ce qu'elles veulent.

Mais si c'est peut être en partie un faux problème : imaginons qu'un mec se comporte comme décrit au dessus (je résume pour ceux qui n'ont pas lu Worthy) : pas de tension sexuelle au premier date, deuxième date prévu puis "ramène des capotes" envoyé par sms, attendre la nana en tenue sexy (choisissez), et sexe bof), ben... tout le monde ici comprendra que la nana fuie après ça.

Alors peut être n'est il pas que question de coucher le premier soir ou non mais plus se subtilité, de calibration et d'art pour amener les choses. De la séduction en gros.

Alors que tout le monde s'accorde à priori pour dire que se faire draguer superbement par une nana, et ne pas avoir de foutage de gueule sur "on doit attendre avant de coucher même si j'en crève d'envie" bah... c'est très très cool.

Mon propos serait plutôt de se demander si ce qui lie à l'autre sur la durée ce n'est pas plus une belle séduction que le sexe en lui même.



Bon avant que vous ne me jettiez tous des cailloux, je dis pas que les nanas ne savent pas séduire, ni que si le mec/la nana n'a pas voulu de plus avec vous c'est parce que vous y êtes allés comme un panzer sur le front russe. C'est pas ça. Je me demande juste si le sexe (rapide ou non) est bien le sujet ou si ce n'est pas plutôt le contenu de la séduction sur lequel on devrait s'interroger.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Intéressant le 26.04.16, 17h12 par Jsh
  • [+3] Bonne idée ! le 26.04.16, 17h46 par voucny
  • [+2] Constructif le 26.04.16, 19h21 par Thedaze
  • [+3] Constructif le 26.04.16, 19h54 par Nidwazo
  • [+3] Pertinent le 26.04.16, 21h43 par Worthy
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !
Worthy a écrit :On aime ce qui est un minimum difficile à avoir, c'est un peu une constante humaine.
En es-tu sûr ?

Est-ce qu'on ne peut pas aimer ce qu'on a "facilement", c'est à dire ce que la vie nous offre parfois sans que nous ayons eu à en chier comme un malade ?

J'aurais tendance à dire qu'une relation qui démarre "facilement" c'est plutôt bon signe. On peut se concentrer sur autre chose que combattre victorieusement les défenses de l'autre.

C'est marrant de constater que le mot "facile" est vu comme péjoratif à bien des égards. Péjoratif pour la femme qui coucherait trop "facilement". Et péjoratif pour l'homme qui n'aurait pas pu prouver qu'il en est un par le fait de relever un défi "difficile".

PS : Je vais me boire une bière pendant mon repas. Je vais l'apprécier, bien que ce ne fût pas difficile de la sortir du frigo et la décapsuler ^^.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Intéressant le 26.04.16, 20h00 par Blusher
  • [+1] 100% d'accord le 26.04.16, 20h03 par The_PoP
  • [+2] Absolument le 26.04.16, 20h21 par Jsh
  • [0] Pas convaincu le 26.04.16, 22h07 par Worthy
  • [+1] +1 le 26.04.16, 22h38 par Lulla
  • [+1] 100% d'accord le 26.04.16, 23h39 par voucny
J'ai mis pas convaincu car sans inconnu, sans frisson, sans questions qu'on peut se poser sur l'autre, le désir (et l'amour) auront beaucoup de mal à naître (hors situation plan cul ou rencontre en boîtes où l'attirance physique prend souvent le pas sur l'aspect communication).

Mais dans le cadre d'une rencontre plus lambda autour d'un verre et où on apprend à découvrir la personne, ce n'est pas tant la facilité qui fera la différence que l'intérêt qu'on porte à la personne.

Cette personne attire t-elle mon intérêt pour X ou Y raisons ? Y-a-t-il quelque chose à "creuser" chez cette personne ? = le contraire de quelque chose de simple en fait.

Aussi, ne confondons pas fluide et "facile".
@Worthy : Je crois qu'il faut prendre facile dans le sens sans artifice, sans faux semblants et non pas sans inconnu et sans frisson.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] +1 le 26.04.16, 23h38 par Worthy
Pour en revenir au plaisir du flirt, est-ce vraiment totalement incongru d'aimer ce type de communication de manière totalement détachée du résultat ? Doit-on s'interdire de flirter dès qu'on est en couple ?

Non, il peut y avoir du plaisir dans le flirt sans qu'il y ait forcément résultat. Et pour citer un exemple, je briserai même un tabou FTSien : regardez comment vous vous adressez aux filles sur le forum, parfois (moi le premier).
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Developpe stp le 26.04.16, 23h19 par Mr.Smooth
  • [0] La suite, vite ! le 26.04.16, 23h26 par Acier
  • [0] Absolument le 26.04.16, 23h36 par Jsh
  • [0] 100% d'accord le 26.04.16, 23h38 par Worthy
  • [+1] Très intéressant le 28.04.16, 00h09 par ChantePaul
Pour étendre le sujet :

- Est-il souhaitable que la séduction féminine s'exprime de la meme maniere que la séduction masculine?

- Si oui, pourquoi? Comment?

- Quid de la séduction masculine?

Je pense qu'en filigrane on touche aussi à ca n'est-ce pas? Vous avez 4h. Perso j'ai quelques pistes (car je drague pas trop virilement) mais je suis a la bourre...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Absolument le 27.04.16, 11h09 par MaryeL
Répondre