Aborder une fille: Qui, Où et Quand (Sondage)

Note : 24

le 28.05.2019 par Whaleshark

31 réponses / Dernière par Owen le 02.06.2019, 07h30

Pour celles et ceux qui veulent discuter et demander des conseils rencontres et séduction; comment faire avec cette fille ou ce mec; et plus généralement, comment pécho / trouver l'amour à l'ère du swipe left, notamment quand on est ni mannequin, ni un ninja de la drague.
Owen a écrit:
Citation:
C'est inutile de débattre de la question "doit-on encore envoyer des mecs au niveau 0 aborder dans la rue des nanas par centaines ?" alors que ça fait des années qu'on ne le fait plus. Ca fait longtemps que le SPU est très minoritaire sur FTS voir a presque disparu.


Surtout que je ne suis pas certain que ce soit le meilleur endroit en terme de ratio "aborder / pécho".


C'était plus une école pour oser se lancer et affronter la peur du râteau...
Ouais, mais du coup y'a le théatre d'impro pour ca et ca se passe entre personnes consentantes :)

Bon en bref c'est comme souvent :

Dans la rue :

Bien fait = cool
Mal fait = harcelement (je caricature mais pas vraiment)

Au taff = Non

Fille qui taffe = potentiellement mais faire gaffe.

Partout ailleurs = why not.

La clé, c'est d'être courtois, respectueux et de montrer a la personne qu'on s'intéresse à elle pour elle meme (meme si c'est que physique) et non comme un moyen de se rassurer / un truc a raconter aux copains pour dire qu'on est un mâle alpha.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Bonne idée ! le 31.05.19, 15h23 par Dams007
  • [0] C'est pas si simple le 31.05.19, 15h51 par Onmyoji
Owen a écrit :Au taff = Non
L'amour au travail : 14% des couples se forment au bureau

(C'est plus que sur les sites de rencontres :))

Et pour la rue aujourd'hui c'est encore 5% des couples qui s'y rencontrent (contre 15% en 1960. source : http://www.slate.fr/story/153212/que-va ... gue-de-rue)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Boom le 01.07.19, 23h41 par Onmyoji
Pour le taff je suis aussi d'avis que non (pour le côté si ça foire en fait) mais il est clair que c'est aussi l'endroit où on passe une bonne partie de son temps --> pas mal d'opportunités de rencontres.
- no pain, no gain -
[url=www.south.brusselslair.com/]Membre du lair de Bruxelles[/url].
Tu peux penser non si tu veux mais la réalité dit que oui, donc c'est oui, c'est tout.
Comme les féministes peuvent crier PADANLARU mais la réalité c'est que, d'après l'article que j'ai cité, encore 5% des couples s'y rencontrent et d'après les gens ici qui ont fait des dizaines de rencontres dans la rue : oui, ça se fait.

Le lieu de travail c'est l'endroit où beaucoup de gens passent le plus de temps, c'est normal que des rencontres s'y fassent.

Si à ça on ajoute le fait qu'aujourd'hui encore beaucoup de femmes fantasment sur leurs supérieurs / patrons...

C'est dangereux de répandre l'idée que "ça ne se fait pas" parce que vous ça vous dérange.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Bien vu le 31.05.19, 17h39 par Onmyoji
Là ou je pense qu'il y a une mésentente, Syd, c'est que tu présumes de notre positionnement. Dams je t'inclue dedans mais libre a toi de nuancer.

Que des couples se forment dans la rue ou au travail, c'est tres bien, et ca ne me dérange PAS DU TOUT.

Dire que c'est convenable d'aborder dans ces contexte, sans prendre en compte l'aspect multifactoriel du harcelement, des complications que ca peut engendrer, des rapports hiérarchiques, bref tout le contexte sociétal, c'est là que je trouve que, non.

Je ne pense pas être un SJW en soulignant que ce sont des contextes où il est tres tendancieux de draguer (je pense surtout au boulot a vrai dire) et que si on ne le fait pas très bien, ca va être malvenu.

Du coup, que des couples se forment au taff, c'est normal, quoi de meilleur endroit pour rencontrer des gens. Mais dire que les couples se forment "au travail", c'est à dire entre collègues, ne signifie pas que la drague a lieu sur le lieu de travail ou que c'est là qu'on a abordé (au pot de départ d'un collegue ou un week end de team building?) Et si on l'a fait, c'est qu'on l'a bien fait.

En soi, c'est encore la question de la manière. Mais je pourrais opposer à tes statistiques les 19 pourcents de femmes qui ont été harcelées au travail et les 14% de femmes qui ont subies des remarques déplacées.

(Statistiques prises la dessus : https://www.ladn.eu/nouveaux-usages/etu ... u-travail/)

13% de couple vs 19% de harcelement. Même sans être forcément totalement justes, ces statistiques nous montreny que si les relations entre collegues peuvent mener à des couples, on ne peut pas dire que le lieu de travail soi un endroit convenable pour draguer.

En bref : oui, draguez au travail, mais soyez des virtuoses qui le font avec beaucoup de subtilité et le respect suffisant pour ne pas se cramer aux yeux des collègues.


C'est comme la rue. Si 5% des couples se forment via des abordages dans la rue, ca veut dire que 95% se sont fait ailleurs. Donc oui, ok, on PEUT aborder dans la rue. Est-ce le meilleur endroit? Est-ce convenable? A toute heure? Dans n'importe quelle circonstances? Ca me parait nuancable.

C'est plus clair comme ca?

(Exemple perso : je suis déjà sorti avec une étudiante, une brésilienne de 30 ans. C'était mon élève. Bah je me suis dit que j'allais attendre la fin du semestre pour l'inviter a boire un verre. Pendant tout le semestre c'était de brefs échanges de regards qui me faisaient penser qu'elle avait envie, et puis une fois le rapport hiérarchique fini, on a fait les petits cochons. On n'est pas obligé d'être aussi scrupuleux que moi, mais j'espere que ca te montre que je ne suis pas si inflexible. Juste je pense qu'il y a un moment et un contexte pour tout.)
Owen a écrit :Dire que c'est convenable d'aborder dans ces contexte, sans prendre en compte l'aspect multifactoriel du harcelement, des complications que ca peut engendrer, des rapports hiérarchiques, bref tout le contexte sociétal, c'est là que je trouve que, non.

Je ne pense pas être un SJW en soulignant que ce sont des contextes où il est tres tendancieux de draguer (je pense surtout au boulot a vrai dire) et que si on ne le fait pas très bien, ca va être malvenu.
Ok mais dans ce cas partout où c'est mal fait c'est tendancieux. Tu peux harceler en soirée, être respectueux dans la rue. Donc c'est pas une question d'endroit. Que la rue soit plus difficile à appréhender oui, moins de gens s'y aventurent aussi.

Après les harceleurs de rues ce sont des nuisibles au même titre que tous les nuisibles, c'est pas une question de "drague de rue". Des gens sont des ordures et puis c'est tout, peu importe où ils se trouvent et qui ils emmerdent à un instant t.
Owen a écrit : Du coup, que des couples se forment au taff, c'est normal, quoi de meilleur endroit pour rencontrer des gens. Mais dire que les couples se forment "au travail", c'est à dire entre collègues, ne signifie pas que la drague a lieu sur le lieu de travail ou que c'est là qu'on a abordé (au pot de départ d'un collegue ou un week end de team building?) Et si on l'a fait, c'est qu'on l'a bien fait.

En soi, c'est encore la question de la manière.
Ben oui c'est encore plus une question de "qui" et "comment" que de lieu.
Owen a écrit : Mais je pourrais opposer à tes statistiques les 19 pourcents de femmes qui ont été harcelées au travail et les 14% de femmes qui ont subies des remarques déplacées.

(Statistiques prises la dessus : https://www.ladn.eu/nouveaux-usages/etu ... u-travail/)

13% de couple vs 19% de harcelement. Même sans être forcément totalement justes, ces statistiques nous montre que si les relations entre collegues peuvent mener à des couples, on ne peut pas dire que le lieu de travail soi le meilleur endroit pour draguer.
Ok mais là tu parles de harcèlement au travail, les hommes aussi s'y font harceler en fait. Le % d'hommes ayant subi des pressions psychologiques au travail doit être du même grade j'imagine.
On peut ajouter à ça que les hommes occupent quasi 100% des postes dans les métiers les plus dangereux ou ce genre de trucs.
Et donc encore une fois ton problème c'est "le harcèlement" pas "le travail".
Le monde du travail en soi c'est un environnement très violent : bien souvent tu es salarié, parfois précaire, donc avec un patron qui te paie et exerce une pression sur toi, peut décider de te virer, ce qui peut avoir des conséquences catastrophiques pour toi et ta famille, etc.
Beaucoup de divorces ont pour origine des raisons financières donc ton patron qui te vire -> tu perds ta femme, tes gosses et ton logement -> enfer.

Pareil pour la rue : si on parle des femmes harcelées il faut parler aussi des hommes agressés (les femmes représentent la majorité des victimes d'agressions verbales, les hommes la majorité des victimes d'agressions physiques).
Owen a écrit : Ou si vous le faites, faites le bien.
Ben c'est toujours pareil, si vous êtes lourd vous êtes lourd, si vous êtes nul il va bien falloir commencer quelque part, c'est jamais facile.

En fait c'est ça : la drague à moins d'être béni par la génétique et par les circonstances au long de votre vie, c'est jamais évident. A un moment où tu acceptes de tenter et parfois échouer ou tu acceptes de disparaître du pool génétique. (adapt or perish)
Owen a écrit : C'est comme la rue. Si 5% des couples se forment via des abordages dans la rue, ca veut dire que 95% se sont fait ailleurs. Donc oui, ok, on PEUT aborder dans la rue. Est-ce le meilleur endroit? Est-ce convenable? A toute heure? Dans n'importe quelle circonstances? Ca me parait nuancable.
Ben 9% des gens se rencontrent sur des sites dédiés aux rencontres, c'est seulement 4% de plus que la rue, quelle conclusion en tirer ?
Idem pour le travail, seulement 14%, donc pas le meilleur endroit donc pas terrible ?
Beaucoup de gens se rencontrent dans des bars, donc souvent sous l'influence de l'acool, faut-il en conclure qu'être régulièrement en état d'ébriété est une bonne chose ?

Edit: J'ai répondu avant que tu modifies ton message. Ton exemple à la fin est bon. On est d'accord là dessus : bien sûr il y a la manière de faire. Mais c'est toujours pareil, quelque soit l'endroit. En soirée aussi il faut "bien faire".
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] A lire le 31.05.19, 18h04 par Onmyoji
Oui, mais au taff, y'a des rapports de pouvoirs plus précis que dans une boite de nuit. Y'a des lieux qui sont quand même plus orientés l'un ou l'autre.
Ok mais là tu parles de harcèlement au travail, les hommes aussi s'y font harceler en fait. Le % d'hommes ayant subi des pressions psychologiques au travail doit être du même grade j'imagine.
Les hommes subissent le harcelement au travail, les femmes le harcelement au travail et le harcelement sexuel au travail (et ailleurs).

Mais là on part dans la dérive qui va me foutre de fait dans la position si pratique du SJW alors que ce ne sont que des faits.

Du coup, on va recadrer.

Ce que tu critiques, Syd, c'est le fait que Dams et moi on n'est pas chauds pour envoyer les débutants dans les endroits ou ce n'est pas le plus adéquat (travail et rue).

Et ce que je critique, moi, c'est justement que les débutants ayant potentiellement toutes les chances de mal faire le job, je préférerais qu'ils fassent leurs armes dans des endroits plus adaptés à la drague que le travail ou la rue, quitte à draguer au boulot une fois qu'ils ont acquis un minimum d'intelligence sociale.

J'suis pas là pour interdire aux gens quoi que ce soit, mais juste y'a des endroits plus adaptés que d'autres. Exemple :

- Les membres d'une activité que tu pratiques avec passion.
- Les bars et boites de nuit.
- Les concerts, festivals.
- Le cercle étendu de ses amis, des soirées.
- La fac (entre étudiants)
- Etc.

Et quitte a commencer quelque part, je préférerais qu'ils commencent là qu'à se retrouver accuser de harcelement au taff.
Si on prend l'exemple des sites de rencontres, il y a justement de grosses polémiques sur la "misogynie rendue possible et véhiculée par Tinder".
Qui n'est en fait qu'un reflet du fait qu'il y a des gros cons qui croient que draguer c'est envoyer la photo de sa bite (même si c'est une belle bite -attention, référence-).

Pour les exemples (ajoutés après mon post initial) des concerts et festivals, il y a aussi beaucoup de polémiques sur le harcèlement dans ces endroits là.
Idem dans les activités ("-aaaah, un mec m'a dragué au sport/dans mon cours de dessin. --ah, le salaud!")
Et si on prend tous les sujets sur le net, on en trouvera aussi pour se plaindre de se faire aborder dans les lieux spécialement fait pour ça. Genre en fait faudrait qu'elles abordent elles, hors elles ne le feront pas.
Ou alors, qu'on marche par télépathie (mais en général, elles se plaignent ensuite du manque d'initiative des mecs).

Donc, faut pas forcément tout écouter non plus. L'intelligence sociale reste de savoir filtrer, pas de faire une règle générale genre "j'aborde si". Faut toujours se poser la question, ou avoir l'habitude d'intégrer ça dans ses filtres instinctifs. C'est sûr que si l'on a aucune considération sur le fait qu'on peut être lourd pour la nana, même en étant bons, on se permet tout, sous prétexte que "nous, on fait pas partie des racailles ou des relous"

Pour la rue ou le travail, il reste un malentendu:
-bien fait (avec respect et en étant cool, pas insistant) ou pas, ça peut être mal reçu, du fait que l'abordage est "intrusif" en soi. J'ai déjà eu des retours de cet ordre par des amies, genre "le mec m'aurait plu et était sympa, il a pas insisté, ça m'a juste fait chier à ce moment-là parce que c'était évident que c'était pas le moment, ça m'a coupé l'envie que j'aurais pu avoir".

-Et même "mal fait" (genre le mec est stressé, un peu intrusif par les manières ou arrivant pas forcément au meilleur moment), ça peut être bien accueilli si pour la nana on est totalement son type.

évidemment, ça reste moins fréquent que les cas concordants (bien fait/bien reçu; mal fait/mal reçu), mais ça existe.
Pour moi, ça marque quand même un truc: faut pas se baser sur la chance, chercher vraiment les filles pour qui ça ne sera pas chiant, et après faire ça très proprement pour minimiser son empreinte négative.
ça veut pas du tout dire qu'il faut pas le faire, juste que l'on choisit qui on vise.
L'idée de le faire à la chaine implique une absence de sélection, donc de discrimination des facteurs qui peuvent être bloquants, juste du "ciblage primaire" ("elle me plait, j'y vais").

Pour le boulot, ça se fait bien évidemment, après, ne pas le faire c'est plus une question d'éthique perso et un filet de sécurité pour éviter les emmerdes. Une nana peut paraître bien et être une vraie casse-couilles, ou être ultra-susceptible sur ça. Et c'est d'autant plus vrai plus on a des responsabilités ou plus notre position peut être instable. Genre tu sais pas si tu peux tomber sur une féministe 3.0 qui va lever une croisade contre toi parce que tu lui as fait un compliment à la machine à café.
Let's be the stuff dreams are made of...
Ah non non Owen, je suis d'accord avec toi : pour débuter ni la rue ni le travail ne sont les meilleurs endroits ni même des endroits conseillés. Non il ne faut pas y envoyer des débutants paumés.

Je ne suis pas d'accord par contre pour dire que "ça ne se fait pas".
Je pense que toute l'ambiguité de notre non débat vient d'une divergence de point de vue sur "a qui nous adressons nous?".

Dans la plupart de mes posts, je me positionne en me disant qu'un type qui découvre la drague va le lire et que tant qu'a faire autant qu'il ne lise pas de trucs qui vont l'inciter à faire n'imp.

Toi, si je ne m'abuse, tu te positionnes de maniere plus générale.

Du coup on est souvent d'accord, mais j'ai tendance à être plus mise en gardiste que toi (que ce soit pour le consentement ou les endroits ou draguer) :)

Mais on est d'accord : bien fait, la drague est respectueuse, agréable, courtoise et en réalité on ne se rend meme plus vraiment compte que c'en est et personne n'ira se plaindre, quel que soit l'endroit ou c'est pratiqué.

(Du coup : youpi !)
Syd_ a écrit :Tu peux penser non si tu veux mais la réalité dit que oui, donc c'est oui, c'est tout.
Comme les féministes peuvent crier PADANLARU mais la réalité c'est que, d'après l'article que j'ai cité, encore 5% des couples s'y rencontrent et d'après les gens ici qui ont fait des dizaines de rencontres dans la rue : oui, ça se fait.

Le lieu de travail c'est l'endroit où beaucoup de gens passent le plus de temps, c'est normal que des rencontres s'y fassent.

Si à ça on ajoute le fait qu'aujourd'hui encore beaucoup de femmes fantasment sur leurs supérieurs / patrons...

C'est dangereux de répandre l'idée que "ça ne se fait pas" parce que vous ça vous dérange.

Je ne pense pas avoir écrit que ça me dérange, j'ai juste écrit que MOI je ne le ferais pas (crainte soucis professionnels si ça foire), après j'en ai RAF, chacun fait ce qu'il veut avec son corps tant qu'il reste honnête et respectueux ;-)

Comme quelqu'un l'a écrit plus haut, il faut adapter selon les contextes : on n'abordera pas de la même manière un groupe de filles en bar qu'une collègue à un pot de départ, ou une fille seule dans la rue.

Comme plus haut avec les filles en soirée : j'ai écrit que je ne pense pas que c'est le but premier d'une femme de pécho, mais j'ai précisé que si la femme prend les devants et/ou à de l'expérience ça ne me dérangera pas, bien du contraire ;-)

Je chasse en bar, boîte, bar dansant, sur les applis, je fréquente des filles qui vont dans des clubs échangistes ou qui voient 3-4 mecs différents sur la semaine, donc je n'ai absolument aucun souci avec la sexualité libérée :D

Après l'écrit n'aide pas pour la compréhension, surtout dans ce genre de débat...
- no pain, no gain -
[url=www.south.brusselslair.com/]Membre du lair de Bruxelles[/url].
Du coup pour revenir à la question principale :

On peut potentiellement aborder n'importe où, maintenant certains contextes s'y pretent mieux que d'autres et si on doit débuter, autant faire gaffe aux contextes inappropriés. C'est signe d'intelligence sociale que de prendre en compte ses parametres.

Est ce la seule maniere de progresser, certainement pas.

Quand aux questions de rue et de travail, cela dépend de l'éthique de chacun et de l'aspect prise de risques que ca implique.

Ca dépend aussi du style de chacun : je joue souvent le gentil garcon. Du coup si j'abordais de maniere osée des filles en contexte pas approprié pour me démarquer, j'aurais du mal a continuer en date à donner cette image. C'est la notion de congruence. Si t'es hyper couillu en abordage, faut savoir gérer la date ensuite sans changer totalement le personnage (un petit peu quand meme, c'est jamais mauvais de montrer un coté plus sensible, mais faut pas que ce soit extreme, comme ces mecs ultras surs d'eux a l'écrit qui se chient a l'oral).

Trouver son style c'est important.
Répondre