Comment trouver les bonnes pistes pour comprendre la séduction - Suite

Note : 33

le 12.12.2019 par Romain1997

52 réponses / Dernière par Popovski le 15.12.2019, 17h52

Pour celles et ceux qui veulent discuter et demander des conseils rencontres et séduction; comment faire avec cette fille ou ce mec; et plus généralement, comment pécho / trouver l'amour à l'ère du swipe left, notamment quand on est ni mannequin, ni un ninja de la drague.
Bonjour à tous, j’ai ouvert le sujet « Comment trouver les bonnes pistes pour comprendre la séduction » et c’est parti en clash général (parce que en ce moment je suis tendu et susceptible, et je me suis un peu senti provoqué, et quand c’est comme ça j’ai envie de tout casser, donc le modérateur l’a verrouillé, etc...)

Bon bref une fois que j’ai senti le calme revenir j’ai demandé au modérateur si il était possible de ré-ouvrir le sujet en supprimant les messages qui lui posaient problème si nécessaire, il m’a dit que il faudrait mieux que j’ouvre un nouveau sujet, donc c’est ce que je fais en ouvrant ce sujet

Donc le thème reste le même, pour la présentation de base je vous invite à regarder la version initiale du sujet, et à regarder un peu le déroulement des conversations, jusqu’au moment où c’est parti en vrille, à partir de là je vous déconseille de lire et de tenir compte de la suite car c’est pas constructif c’est juste des invectives qui ne servent à rien

Mais en gros le thème c’était ça, je vous re-situe le contexte:
Je suis un mec de 22 ans, qui est très (très très très) intéressé par les filles
Je drague depuis juillet 2018
Jusqu’à maintenant j’ai réussi à conclure avec 5 filles
Parmi elles 3 étaient des relations sérieuses (avec de l’amour) et 2 étaient des plans cul
Ma personnalité: j’ai des sautes d’humeur, de l’angoisse, un sentiment permanent de subir de l’injustice, je suis très colérique, depuis petit mais avec le désir sexuel ça s’est aggravé, mais étant petit j’étais déjà assez colérique, je savais pas trop me contrôler, je tapais mes camarades pendant mon enfance, pendant l’école maternelle, primaire, et collège (de façon non-sadique je précise, le but n’était pas de les faire souffrir mais d’extérioriser ma colère)
Je n’aime pas vraiment la société, je pense que la société est en déliquescence, je suis très pessimiste sur l’avenir de la société, très pessimiste tout court (je le souligne car ça influence beaucoup ma façon de vivre et de penser)
J’ai des grosses poussées d’adrénaline (je pense que c’est ça) qui me paralysent, et quand je vois une fille qui me plait j’éprouve de l’angoisse, et plus elle me plait plus l’angoisse est violente
J’éprouve de la jalousie pour les mecs qui s’en sortent mieux que moi au niveau des filles
J’ai la sensation que les choses n’évoluent pas, je me sens bloqué et je n’arrive plus à atteindre mes nouveaux objectifs en drague car j’ai mis la barre très haut
La sensation de blocage m’angoisse affreusement, je sens que les portes sont fermées
J’ai toujours cette sensation d’angoisse difficile à décrire dans la cage thoracique, avec des frissons, des sueurs froides, mon cœur palpite et une personne assise à côté de moi peut entendre les battements, cela se déclenche plusieurs fois par jour quand je constate que je n’ai pas avancé vers mes objectifs alors que j’y travaille beaucoup
Le premier moment de la journée où cette sensation se déclenche c’est au moment où je me réveille, c’est là qu’elle est la plus violente, j’ai la sensation que je la réalité me tombe dessus tous les matins depuis deux ans
Je précise une chose: elle se déclenche tous les matins SAUF les jours où j’ai quelque chose d’important qui est prévu
Mais sinon pour la routine c’est tous les jours sans faute que ça me torture
J’ai le sentiment que les portes sont fermées
J’aime pas aller en boîte, et je m’ennuie dans la plupart des relations sociales, sauf avec les filles
Je trouve que discuter avec une fille c’est plus interessant que discuter avec un mec
Je précise que ça n’a pas toujours été le cas, avant de draguer je pensais le contraire, et les filles ne m’intéressaient que physiquement
Aujourd’hui les filles m’intéressent physiquement, et limite encore plus psychologiquement, le fossé géant qui sépare les mecs des filles fait que c’est ça qui les rend intéressantes pour moi
Je ne sais pas quoi faire et dans quelle direction aller pour améliorer mes capacités en drague, j’essaye des conseils à droite et à gauche, à chaque fois je suis déçu
Donc j’ai l’impression d’être dans le noir complet et de pas savoir vers où me tourner pour m’améliorer, je ne sais même pas ce qu’il y a à améliorer
Je vois des conseils contradictoires partout (les uns me disent blanc, les autres le disent noir)
Donc je me sens totalement incapable, impotent, impuissant, perdu, et le seul truc qui m’empêche de tout lâcher c’est l’envie
J’ai largué mon ex-copine en octobre 2019
On s’était mis ensemble en juin 2019
Depuis juin j’ai rien réussi en terme de drague, je dépense une grosse énergie et j’ai pas de résultat
Donc je cherche la ou les méthode qui vont me permettre de m’en sortir parce que je ne peux pas accepter de ne pas m’en sortir, c’est interdit que j’échoue
Mais en attendant je ne sais absolument pas quoi faire concrètement, je ne sais même pas si je suis sur la bonne voie, sur les bons rails, si ça se trouve je suis entrain de m’enliser et je ne m’en rends même pas compte, ou alors je suis dans la bonne direction mais je ne m’en rends pas compte non plus, enfin bref je sais pas où je suis, l’obscurité totale, personne pour m’aider, j’ai que ma volonté, et je doute, tout le temps, le doute me rend ouf
Tous les jours j’essaye d’avancer, tous les jours je drague des filles dont j’ai le numéro ou le snap
Je cherche la boussole, je cherche la direction, je vois rien

Je vais pas en dire plus c’est déjà beaucoup, sinon je vais jamais m’arrêter

Comme j’ai dis au début, faites table rase du clash du sujet précédent car ce clash ne servait à rien
On continue le sujet sans les clash
Si des gens peuvent m’aider et m’enlever des doutes, me dire ce que je devrais faire, ça serait nickel et je l’en remercierai
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 12.12.19, 05h24 par Onmyoji
  • [+1] Constructif le 12.12.19, 07h52 par The_PoP
  • [+1] Constructif le 12.12.19, 10h18 par Jalapeno
  • [+1] Ca va mieux en le disant le 12.12.19, 18h54 par BirdonTheWire
Pour ce que ça vaut j'avais ouvert un sujet pour faire suite:
viewtopic.php?f=97&t=42690
Tu y trouveras peut-être des pistes (pas de clash dedans sérieusement)

Toutefois tu as ajouté plusieurs choses qui décrivent tes réactions comme extrêmes et relativement incontrôlées, entre ta colère et tes crises d'angoisses.
Qu'est ce que tu as essayé pour maîtriser ça?
En dehors du fait que tu mettes énormément d'enjeu, ce qui n'aide pas à être détaché, il y a quand même des choses qui sont d'ordre pathologique et qui ne font qu'aggraver ça. C'est sûr que si tous les matins tu as l'impression que le ciel te tombe sur la tête ça aide pas à aller faire du small talk drôle à une nana (bon ok ça t'ennuie mais si l'interaction n'est pas que ça c'est aussi agréable si la fille est drôle ou s'il y a de la séduction).
Je reviens dessus: changer ta vision devrait t'aider sur certains points.
Échouer n'est pas permis: trop de pression. Et tu échoues finalement. C'est humain. Ce qu'il faut ce n'est pas s'interdire l'échec mais se former à la résilience face à celui-ci (les anglais disent "grit", le terme le plus proche qu'on ait c'est la gnaque, en gros savoir ne pas lâcher l'affaire, pas juste se relever face à l'échec, mais savoir continuer quand ça exige des efforts etc).

Le fossé de géant: la femme est un Homme comme les autres. Ce qui crée le fossé c'est justement de peiner à le voir. Autant de notre côté que du leur. La société joue aussi un rôle mais niveau individuel ça reste vrai. La majorité des femmes aiment le sexe, ont envie d'être aimées, et sont finalement attirées par des choses communes même si ça peut s'exprimer différemment. Que ce soit social ou évolutif j'en sais rien, mais j'imagine qu'au Brésil tu as quand même beaucoup plus intérêt à être beau vu le culte du corps, que dans les cultures slaves où c'est très secondaire derrière le fait de porter ses couilles en bandoulière et de pouvoir défoncer des ours à mains nues:
dans les deux cas ce qui compte c'est que tu paraisses avoir un statut intrinsèquement élevé dans la meute, parce que personne - la majorité- n'aime pas se contenter de quelqu'un de moyen ou de bas sur l'échelle, à moins d'être dépressif ou d'avoir une confiance en soi proche du niveau résignation/ désespoir.
Mais évidemment les choses s'équilibrent car ça ne se traduit pas d'une manière totalement logique:
Faut savoir à ce propos que certaines études sur les sites de rencontres montrent que c'est vrai pour tout le monde et particulièrement pour les mecs, qui ont tendance à se surévaluer et viser plus haut que leur niveau d'attractivité.
Pour les femmes, même si elles ne descendent jamais sous un certain niveau (pas forcément dépendant d'elles-mêmes, les observations varient), elles ont tendance à viser moins haut qu'elles-mêmes, même si comme les autres elles fantasment évidemment sur le mec qui sort du lot.
Donc les mecs ont de la marge pour "progresser" dans l'échelle.

La jalousie, le plaisir: pourquoi ne pas essayer d'apprendre de ces mecs et d'émuler leur comportement? D'une certaine manière ils te montrent l'objectif, la voie et que c'est possible. Être envieux, te sentir en compétition et badder deux fois plus en cas d'échec, ça n'aide pas à prendre du plaisir dans la séduction. Et c'est fondamental.
Parce que tu dis t'ennuyer beaucoup mais si tu ne te satisfais qu'à un certain niveau, pendant toute l'ascension tu vas te faire chier et ça va te coûter. Et une fois arrivé tu voudras juste monter encore d'un cran et le calvaire va continuer.
Si tu prends du plaisir tu es plus détaché, et tu n'auras pas la même vibe. Tu seras pas en manque pareil.

Ces conseils sont plus de l'ordre psychologique pour préparer le terrain, mais ça aide beaucoup sur le long terme et sans doute directement au point où tu en es.
Ça te fera pas tripler tes stats mais ce sera pas le seul bénéfice.

Pour ton apprentissage, ne pas your remettre en question trop facilement. Certains conseils sont bons et peuvent marcher. Des fois on les exécute pas bien car on comprend pas de quoi il s'agit, ou on les pervertit (le neg), ou l'on tombe d'affilée sur deux trois nanas pas réceptives parce qu'on est pas dans une bonne vibe ou parce qu'elles sont pas ouvertes, mais ça veut pas dire qu'il faut les rejeter. Juste trouver le bon moment. Ou le truc sous-jacent qui l'a parasité.
Aussi un truc qui va te permettre de t'améliorer à une "étape" n'est pas forcément contributif aux étapes suivantes: s'i tu doubles tes numéros mais que ça te fait diviser tes dates par trois à l'arrivée tu baisses.
Sauf si évidemment toutes ces dates finissent par coucher avec la fille et que c'est ce que tu veux, contre presque jamais avant. Question d'objectif et de balance.

Pour faire le tri, aussi: on pourra jamais te dire ce qui marchera forcément pour toi à part avec des trucs qui relèvent du développement perso et de l'intrinsèque (être beau, avoir une meilleure vie sociale, un meilleur statut, etc). Faut que tu trouves ta propre voie. Certains mecs te parlent de trucs qui fonctionnent pour eux mais qui fonctionneront pas pour toi, ou pas à ce moment de ta vie mais quand tu réuniras d'autres conditions.

Pour savoir quoi te conseiller du point de vue "technique", il faudrait déjà savoir aussi ce qui marche et marche pas pour toi, soit pour les débloquer soit pour trouver les alternatives.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 12.12.19, 07h55 par The_PoP
Ceci n'est pas une citation inspirante
Oui je vois ce que vous voulez dire, alors:

Je ne comprends vraiment pas quand vous dites que la femme est comme l’homme, on m’a déjà dit ça avant et j’ai essayé d’observer puis j’ai pas relevé de ressemblance, je sens vraiment le fossé personnellement simplement quand je parle, j’ai l’impression que j’ai pas la même zone du cerveau qui s’active pendant les conversations selon le sexe des gens, ça je l’ai ressenti très tôt

Et puis au niveau de l’humour (un des piliers il me semble pour draguer) ça a vraiment rien a voir, genre j’ai l’impression que dès que je parle avec quelqu’un ou même quand je me tiens à proximité de quelqu’un, je ressens des ondes de la personne, et les ondes des femmes sont hyper différentes des celles des hommes. Mais je sais pas peut être que je suis « trop masculin », c’est un psy qui m’avait dit ça, « tu as un cerveau trop masculin, tu as très peu de féminité alors que la plupart des hommes ont une certaine part de féminité » du coup ça me coupe de certains trucs

Pour calmer mon stress, angoisse, colère, pendant plusieurs années (de 2012 à début 2019) je prenais du zoloft (antidépresseur très puissant) et j’ai essayé plusieurs choses plus naturelles qui n’ont pas marché.
J’ai l’impression que je sens toujours les effets du sevrage du zoloft alors que ça fait presque un an que j’ai arrêté
L’alcool me rend mélancolique (tant mieux), le chit me trouble l’esprit, j’arrive plus à parler, c’est pas très agréable, et la clope me fait vomir
La tisane, les huiles essentielles, tout ça je considère que c’est du placebo


Psychologiquement j’ai trouvé une « solution » qui n’en est pas une mais qui me permet de m’apaiser, genre m’anesthésier la tête momentanément, c’est de parler, j’ai un besoin de parler comme une pulsion (c’est pour ça si certains se demandent pourquoi je fais des pavés ici, certes c’est chiant à lire mais ça me déstresse, c’est pour m’apaiser que je fais des textes aussi longs, et encore là je me freine sinon c’est imbuvable pour les gens)

Sinon en solution spirituelle la seule chose qui a marché c’est la prière (je suis chrétien) mais ma foi elle baisse, par exemple je crois toujours en Dieu mais depuis genre un an ou deux je crois plus dans le paradis et l’enfer, avant j’étais sur que j’allais au paradis, maintenant je me dis « y’a que cette vie, si tu réussis c’est bon, sinon t’es niqué »
La prière ça me sert surtout à pas trop culpabiliser (parce que comme ça peut se voir, j’ai beaucoup de blocages, de chaînes mentales, et quand je fais un truc pas bien je culpabilise, y’a rien a faire c’est plus fort que moi et un jour il va falloir que j’arrache ça de moi, ça fait longtemps que j’essaye et longtemps que j’échoue) donc quand je drague, ben souvent je baratine un peu, et donc je mens, et quand je mens y’a un truc dans ma tête qui doit venir de l’éducation ou de l’ADN, qui fait que je me sens pas bien, genre comme si y’a un « esprit » qui veut me faire payer mes conneries et du coup qui me fait tout foirer
Donc la prière c’est pour évacuer ça et me réaligner avec les principes, la morale, etc...
Mais je pense de plus en plus à essayer de m’émanciper de la morale et de la culpabilité, c’est une des pires chaines que j’ai, la plupart des dragues que je rate c’est à cause de la culpabilité.
Un fléau pour moi mais pour l’instant j’arrive pas à faire sans

Depuis que je crois plus dans le paradis et l’enfer je sens que la vie est plus pesante, je suis plus pessimiste,
Sinon le yoga je comprends même pas en quoi ça consiste, on a beau m’expliquer ça rentre pas
La méditation pareil
Y’a que la prière qui me fait quelque chose

Jusqu’à présent ce qui m’a fait réussir à conclure c’est deux choses: la volonté, et surtout la chance, à chaque fois que j’ai conclu (5 fois) c’était avec une chance de fou

Vous parlez de pathologie, en effet je me sens bourré de pathologies et de chaînes mentales, de névrose, de parasites dans la tête

Et à part la prière et les médocs j’ai rien trouvé de mieux pour l’instant

Enfaite je me sens incapable de faire les choses moi-même, je sens toujours qu’il va me falloir une aide extérieure (medoc ou Dieu), mais je me sens vulnérable tout seul, j’ai l’impression que je manque de ressources

Un jour il va falloir que je me charge de faire peter toutes ces chaines, si je fais sauter mes chaines j’accède à mes vraies capacités, à tous les niveaux donc ça comprend la drague

Mais j’en reviens à: je sais pas comment je fais, les tentatives pour casser les chaînes ont pas fonctionné jusqu’à aujourd’hui, j’ai du composer avec mes blocages, donc avec un gros manque d’efficacité

Pour la jalousie: j’ai un copain qui est hyper fort en drague, lui je l’observe et j’en apprends plus à le regarder faire qu’avec n’importe quelle vidéo. À chaque fois qu’il parle avec une fille, je prends une leçon.
C’est le seul mec que je connais qui sache se prendre un râteau en riant, et en continuant à rire avec la fille, et il lache même pas la sexualisation, alors que moi il m’est déjà arrivé d’insulter des filles qui m’avaient mis un râteau, à chaque shit test que la fille m’envoie mon visage s’assombrit (j’ai un visage qui laisse paraître les émotions sans que je le fasse exprès, genre si je suis en colère impossible de le cacher ça se voit direct)
Mais quand c’est des amis j’ai pas de vraie jalousie, lui c’est plutôt qu’il me régale. Des fois je lui dis des trucs genre « sale batard t’es vraiment fort » mais c’est que de l’amitié évidemment

Par contre un gars que j’aime pas et qui reussit mieux que moi là c’est tendu
Mais vous avez raison, à chaque échec je vais badder le double: le manque en soit + la jalousie

Dans ce que vous dites à la fin y’a le truc central: en effet y’a des choses qui marchent pas pour les autres et qui marchent pour moi et vice versa, c’est simple à déterminer vu que pour moi ça a marché que 5 fois, voilà la liste:

-Être au bout du rouleau, dans la merde totale et arriver à plaire en étant spontané, mais c’était une chance inespérée que j’arrive même pas à concevoir
Ma première copine je l’ai rencontré sur un site de rencontre septembre 2018, elle a eu un « coup de foudre » au bout du troisième message, alors que j’avais presque rien dit, et deux jours après on se voyait et on couchait ensemble, hyper jolie, pile ce que je voulais, la plus belle période de ma vie, genre elle était « folle de moi » et elle m’a trop fait du bien dans ma vie, pour moi ça c’est un cadeau on peut pas faire mieux

-Sinon je suis mal à l’aise avec le mensonge même si je sais que c’est important pour la drague, et quand je mens c’est écrit sur ma tête donc je peux mentir que par message et encore c’est dur

-Pour les vêtements je suis vraiment pas à l’aise quand je suis « bien sapé » genre tout ce qui est jean déjà j’ai du mal, chemise impossible, gel dans les cheveux impossible, costard impossible, et qu’on me pende le jour où j’ose mettre un foulard autour du coup
Je suis à l’aise qu’en sportswear pratiquement

-Je sais que mon principal problème c’est pas ma condition économique puisque pour ça au moins je m’en sors bien

Ma plus grosse difficulté c’est d’arriver à me connecter mentalement avec la fille, je sais plus si je l’ai déjà dis mais je suis asperger donc ça me met des bâtons dans les roues
Si j’arrive à me mettre sur la même longueur d’onde que la fille c’est du tout cuit
Mais c’est sur ça que je galère le plus, c’est impalpable mais c’est le truc le plus important et je sais pas comment développer ça
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 12.12.19, 13h15 par Onmyoji
Bon je t'avoue que j'ai lu rapidement, mais si j'ai un seul conseil à te donner :

Apprends à être heureux dans ta vie, à avoir confiance en toi de façon générale. Pas que vis à vis des meufs, mais confiance en tes qualités en tant qu'être humain, en ce que tu es intrinsèquement.
Je dis pas que c'est évident mais une fois que tu en seras la, tout sera beaucoup, beaucoup plus simple avec les femmes.
NewStart a écrit :
12.12.19
Bon je t'avoue que j'ai lu rapidement, mais si j'ai un seul conseil à te donner :

Apprends à être heureux dans ta vie, à avoir confiance en toi de façon générale. Pas que vis à vis des meufs, mais confiance en tes qualités en tant qu'être humain, en ce que tu es intrinsèquement.
Je dis pas que c'est évident mais une fois que tu en seras la, tout sera beaucoup, beaucoup plus simple avec les femmes.
Intrinsèquement je ne suis pas grand chose, donc je ne sais pas sur quelles qualités me reposer
Être fier de soi j’ai essayé, pas très concluant malheureusement
Je préfère devenir quelqu’un que j’ai décidé, que être content de ce que je suis comme ça gratuitement, parce que pour ma part de tout ce que j’ai fais jusqu’à présent y’a pas grand chose qui me rend fier
Salut Romain,


Je vais te répondre en tant que femme.
Perso j'ai l'impression que tu as une vision hyper erronée des relations hommes-femmes, j'ai lu ton post de départ sur l'autre topic... tu rejettes apparemment tout ce qui est développement personnel.
Alors que pour moi, et je dis ça SANS JUGEMENT, ça te serait certainement très utile.
Je le dis encore une fois sans jugement, d'autant que moi-même je suis aussi dans une démarche visant à m'améliorer, j'ai beaucoup de choses à apprendre en termes de relations humaines... En gros ce que je te conseille c'est ce que je me conseille à moi-même en ce moment donc n'y vois aucune condescendance, il n'y en a pas. Ce qu'on recoupe sous le terme "développement personnel", en très simplifié résumé, c'est l'idée de travailler sur soi pour être mieux dans sa peau et dans sa vie. Y a rien de mal à ça hein ! Et ce n'est pas forcément réservé aux gens en échec ou aux cas soc'.

Ce qui me pousse à dire que ça te serait utile, c'est que tu as l'air d'être en permanence tendu, anxieux, à penser en termes de rapports de force, de rendement, de résultats...
Tu parles de réussir ou d'échouer...
On parle de relations humaines là :/ Pas de performances athlétiques ou professionnelles par exemple, où tu te mets en jeu toi contre des limites physiques, matérielles, des obstacles plus ou moins concrets. On parle d'un domaine qui implique d'autres êtres humains. Tu ne pourras JAMAIS faire en sorte que tout se passe comme tu le veux avec tes semblables... tout simplement parce qu'ils ont leur volonté, leur libre-arbitre, leurs désirs etc., dont tu n'es pas responsable. Tu peux certes travailler sur toi et devenir une personne attirante qui aura de plus en plus de succès, mais tu n'acquerras jamais de superpouvoirs qui feront que toutes les filles que tu veux te suivront. Jamais. Parce que ça n'arrive jamais à personne, même Casanova s'est pris des râteaux... Peu, sur les doigts d'une main si on considère ses dizaines de conquêtes, mais il s'en est pris.
Si tu penses "j'ai échoué et je n'avais pas le droit d'échouer" quand une drague ne fonctionne pas, c'est toi qui crées les conditions de ton propre échec parce que tu appliques un schéma (réussite/rendement/échec) qui est complètement inadapté aux relations humaines.
Pour moi, c'est un peu comme si tu te disais "désormais, il fera beau tous les jours, je l'ai décidé, si le soleil ne brille pas comme je veux, c'est que je suis en échec".
A te lire j'ai l'impression que tu voudrais qu'il "fasse beau" pour toi avec chaque fille qui te plaît. C'est pas possible hein :) (et même en sens inverse, pour nous les filles, c'est pas possible que ça marche comme on veut avec TOUS les mecs qui nous plaisent... parce que non, on n'est pas des créatures surpuissantes qui obtiennent tout ce qu'elles veulent en claquant des doigts non non plus).
Chaque personne que tu croiseras aura son univers personnel avec ses paramètres, qui le pousseront à telle ou telle décision, cet univers tu peux l'appréhender habilement et t'y adapter, mais non le créer à la place de l'autre.
Les gens sont des ressources d'interaction "variables" et non "fixes" en quelque sorte. Tu peux mettre les chances de ton côté pour leur donner envie au maximum de rayonner pour toi : évidemment qu'un gars intelligent, drôle et sexy a plus ses chances qu'un Calimero hargneux avec des pellicules dans la tignasse. Mais tu ne peux pas FORCER les gens - et donc les filles - à produire lumière et chaleur pour toi, ils ont leur météo personnelle, tu peux influencer non décider. En te percevant comme le seul et unique décideur d'une situation impliquant DEUX volontés (= si elle ne veut pas de moi, j'échoue), tu t'imposes une pression colossale. Tu te crées une perception des choses où tout ne dépend que de toi - alors que cela dépend de toi, ET de l'autre. Donc, dans cette perception, si tout ne se passe pas comme prévu, c'est de ta faute, c'est toi qui as mal géré, du coup sentiment d'échec, du coup pression encore accrue pour la suite, et du coup re-mal-être, sentiment d'échec, etc.

Peut-être qu'avant de te tourner vers le monde extérieur en voulant à toute force qu'il corresponde à tes attentes (= "il faut que les filles que je veux veulent de moi aussi, je DOIS faire en sorte d'obtenir ce que je veux"), tu pourrais te tourner vers ton monde intérieur et te demander pourquoi c'est à ce point une tension, une question de vie ou de mort. Parce que tu parles comme quelqu'un qui voudrait être en position de pouvoir, sauf que là, en y mettant de tels enjeux, c'est toi qui donnes un pouvoir démesuré sur toi aux filles, comme si leur acceptation de toi pouvait te valider à tes propres yeux, te dire que tu as "réussi"... Alors que peut-être que si tu avais peut-être déjà de base des sentiments plus cool envers toi-même, tes relations avec les autres seraient détendues et améliorées (d'où aussi le fait que les sites de drague insistent sur le développement personnel etc. C'est pas pour faire joli^^)

Perso quand un mec qui ne me connaît pas ou très peu m'aborde et que je sens que derrière sa façade il y a un programme "tout ou rien" qui s'est mis en place, un programme "celle-là j'ai décidé de la pécho, il faut que je l'aie" ma première réaction c'est le recul. Ca m'effraie.
Je me sens un peu comme un objet, un moyen, comme s'il était dans un combat entre lui et lui d'où je suis purement et simplement exclue. J'ai l'impression dans ces moments-là que ce qui intéresse le mec, ce n'est pas que j'existe, en tant qu'individu, avec ma personnalité, mes pensées, ou même simplement mon désir et mon corps, la seule chose qui l'intéresse, c'est que j'acquiesce, que je suive, que je "plie".
En tout cas c'est ce que je ressens.
Et c'est horriblement rédhibitoire. Je FUIS ce genre de situation ou l'autre me semble tout entier braqué sur un seul et unique but : obtenir quelque chose de moi.
(Je ne sais pas comment le vivent les autres filles du forum et je suis curieuse de leurs réactions si elles me lisent.)

Je ne suis pas contre l'idée de coucher avec un mec que je connais peu s'il y a une bonne alchimie mais pour qu'il y ait une bonne alchimie il faut que l'approche soit décontractée, que je me sente traitée en égale. Coup d'un soir pourquoi pas, mais ce qui va m'attirer, ce n'est pas un mec décidé à faire du chiffre, c'est un mec décidé à passer un bon moment AVEC moi.
Bien sûr peut-être que dans la foulée ça va lui permettre de faire du chiffre, mais ce n'est pas ce que j'aurai ressenti en premier, ce que j'aurai ressenti, c'est quelqu'un prêt à apprécier l'instant présent avec moi.

Je crois que dans ton topic précédent tu disais quelque chose (au sujet du développement personnel etc.) : être gentil, zen, ça sert à rien.

Ben si... ça sert à nous attirer :)
Je ne parle pas d'être une carpette hein ! Bien sûr qu'une personne qui s'efface sans arrêt ce n'est pas attirant.
Mais je crois que tu confonds au moins en partie gentillesse et faiblesse, équilibre et mollesse...
Si tu inverses la situation, toi, quand tu es face à un groupe de filles, tu es attiré par les filles hargneuses qui tirent la gueule ? Qui crient, qui s'énervent pour un rien, qui sont tendues et stressées ? Ou par les filles qui sont cool, rayonnantes, pétillantes ? Ou pas forcément souriantes mais qui ont quand même une aura de confiance (fille calme et mystérieuse par exemple) ? A physique égal, tu choisis qui ?
Enfin je ne sais pas ce qu'en pensent les mecs qui me lisent mais je crois que c'est attirant pour personne ça :/

Tous les derniers mecs pour lesquels j'ai eu des coups de coeur ou des regards intéressés étaient des types souriants et sympathiques qui avaient l'air bien dans leur peau.
Qui avaient AUSSI l'air d'avoir confiance en eux (tout en étant souriants et sympathiques, pas besoin d'être un bad boy).
Toi, si tu es tendu à l'idée qu'une fille que tu as choisie "t'échappe", bah, ça va se sentir et ça révèle un manque de confiance en soi. Le type qui a confiance en lui, il s'en fout qu'une fille lui "échappe" ou pas, sa perception de sa valeur personnelle ne dépend pas du fait que la fille lui dise oui ou lui mette un râteau.

Ceci dit, j'ai AUSSI déjà ressenti des coups de coeur pour des mecs qui manquaient visiblement de confiance en eux mais qui essayaient quand même de prendre la vie du bon côté (sourire, autodérision, et attitude agréable avec moi, une attitude qui semblait me dire, non pas "j'ai décidé que je t'aurai et je serai anxieux si je ne t'obtiens pas", mais simplement : "tu me plais, je suis bien dans l'instant présent avec toi.").

Les mecs entreprenants ça peut être très séduisant. Mais il y a une subtilité entre être entreprenant et être envahissant par exemple. Le mec "juste" entreprenant te fait sentir très clairement qu'il te désire. MAIS il est à l'écoute de tes réactions. Il essaie de te faire te sentir bien (blaguer avec toi par exemple), s'il tente une approche tactile et qu'il voit que tu te crispes ou que tu n'es pas réceptive il va éviter l'erreur de te coller. Il va attendre de voir si "le" bon moment se produit et si ça ne se produit pas, il ne force pas. Il sait parler de lui mais te pousse aussi à parler de toi, te relancer, te mettre à l'aise... Il est dans la relation à l'autre. Bien sûr qu'il essaie d'occuper une position qui lui est favorable dans cette relation - bien sûr qu'il a envie que tu aies une bonne image de lui, que tu aies envie de lui toi aussi, etc., mais il essaie de gérer ça en te proposant implicitement une place attirante dans son moment de vie, pas en t'écrasant.

Le mec envahissant il a tellement le programme "celle-là il me la faut" qui tourne dans sa tête et qui occulte tout le reste que du coup il perd tout sens de l'écoute. Si tu n'es pas intéressée par ce qu'il dit il insiste, il veut ton attention. Si tu ne relances pas la conversation (une façon polie parfois de montrer que ton affinité avec lui s'arrête là) c'est pas grave, il la reprend, et il l'occupe à lui tout seul en essayant désespérément de se faire valoir (pendant que toi tu dis "hum", "OK", "ah oui" en commençant clairement à penser à autre chose). Si tu changes de pièce il te suit. Si tu lui "échappes" pour aller parler à une autre personne il revient quatre-vingt-dix secondes plus tard en ayant trouvé un nouveau prétexte ou alors il essaie de se glisser dans ta nouvelle conversation. S'il te passe la main sur l'épaule et que tu te crispes un peu, il va quand même réessayer et réessayer le contact physique en se disant qu'à la fin tu vas bien finir par te laisser faire, sans s'apercevoir qu'il devient vraiment lourd. S'il y a un autre mec qui vient te parler il a des tendances à "marquer le territoire" en te collant comme si tu lui appartenais déjà (au secours).
Le mec entreprenant il a confiance en lui, il "ose", mais ne force pas et s'il n'obtient pas ce qu'il veut il a l'élégance de ne pas en faire une affaire d'Etat. Il se "propose" en quelque sorte (et bien sûr s'il a une bonne maîtrise de lui il fait tout pour apparaître comme une proposition attirante et il a de fortes chances d'y arriver), mais il ne s'impose pas. Le mec envahissant fait peur parce que tu as l'impression que ta volonté n'existe pas dans son équation personnelle, il te veut, il te veut POINT et il te collera jusqu'à ce qu'il t'aie (ou que tu trouves un moyen pour t'en débarrasser).
Et le truc horriblement crispant aussi c'est que même si le mec envahissant ne va pas forcément aller jusqu'à des extrêmes du genre agresser la fille, il peut avoir un côté ultra mauvais perdant qui fout bien le malaise ("t'es sûûûre ? tu veux pas rester ? Bon ben je peux te raccompagner alors. T'habites où ? Bah tu veux pas me le dire ? tu pourrais avoir confiance hein, je ne vais pas t'agresser *sourire insistant*. Bon OK OK c'est comme tu veux, mais moi c'était juste pour être utile hein, enfin tu veux pas tant pis pour toi""pourquoi tu veux pas qu'on se revoie ? Ca pourrait être cool. En plus tu as dit que tu étais musicienne moi je pourrais venir te voir jouer tu sais, ça serait sympa... tu ne veux pas me dire où tu joues ? Oui ? Non ? C'est dommage hein franchement"). Bref, il t'en VEUT de ne pas lui donner ce qu'il veut et derrière ses sourires, son insistance, etc., tu le sens parfaitement qu'il t'en veut (ou qu'il s'en veut à lui-même, ou qu'il t'en veut parce qu'à cause de toi il se retrouve en position de s'en vouloir à lui-même... bref). C'est vraiment désagréable parce que toi, à la base, tu ne lui dois rien du tout, et qu'il a fini par se comporter comme si tu lui devais quelque chose. C'est pas attirant. Du tout.


Alors attention hein, je ne suis pas en train de dire que TOI tu es envahissant. Je n'en sais rien, je ne t'ai pas rencontré et je n'ai pas été ta "cible".
Je dépeins juste un extrême dans lequel on peut tomber (j'ai bien conscience que c'est un extrême et une caricature et que peu d'hommes sont dedans) si on a un manque de confiance en soi trop poussé et recoupé à des mauvais schémas de "je veux d'elle, si elle ne veut pas de moi en retour j'échouerai et je ne DOIS PAS échouer".

Tu dis que tu veux des conseils sur ce que tu dois "faire", moi je serais plutôt partante pour te conseiller, non pas sur ce que tu DOIS, mais sur ce que tu PEUX être, pas faire, ETRE, à savoir : quelqu'un qui se met moins la pression et surtout ne pense pas ses relations en termes d'échec/réussite.
Si tu rencontres une femme qui te plaît, apprécie le moment, apprécie l'échange, donne-lui envie de l'apprécier aussi.
Ca marche ça marche, ça marche pas... c'est pas grave. Ca ne fait pas de toi quelqu'un qui a "échoué". C'est comme ça c'est tout. Il faut l'accepter. Il n'y a aucune recette miracle pour que tu obtiennes des "oui" à 100 %.
Et si elle te sent trop tendu vers un but avec le côté "question de vie ou de mort", ça peut être rédhibitoire.
Si tu es trop habité par tes manques, que ça te bouffe et que ça influence trop ton approche, tu peux essayer toutes les "techniques" du monde, au bout d'un moment ça aura ses limites.
C'est pour ça aussi que je te conseillerais de travailler sur toi. Si tu te sens mieux dans ta peau, sans ce manque et cette logique d'échec/réussite qui biaise complètement ton approche, je suis persuadée qu'il y aura un changement positif dans la façon dont le monde autour de toi te percevra - et par ricochet, dans ton pouvoir d'action sur ce monde qui t'environne.

Je ne suis pas forcément très douée pour avoir des mots compatissants ou réconfortants, mais sache que si ton sujet ne m'avait pas touchée, je n'aurais pas pris le temps de te répondre. Je te souhaite de parvenir à te sentir mieux avec toi-même et avec les autres.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Constructif le 12.12.19, 10h26 par Jalapeno
  • [+2] Bien joué le 12.12.19, 12h13 par ChantePaul
  • [+3] Très intéressant le 12.12.19, 22h53 par Onmyoji
Romain1997 a écrit :
12.12.19
Intrinsèquement je ne suis pas grand chose, donc je ne sais pas sur quelles qualités me reposer
Être fier de soi j’ai essayé, pas très concluant malheureusement
Je préfère devenir quelqu’un que j’ai décidé, que être content de ce que je suis comme ça gratuitement, parce que pour ma part de tout ce que j’ai fais jusqu’à présent y’a pas grand chose qui me rend fier
Tu n'es pas grand chose ? Deviens le.
Tu n'es pas fier de toi ? Fais des choses qui te rendent fier. (j'ai parlé de confiance en soi, pas de fierté d'ailleurs).
Tu n'es pas content de ce que tu es ? Change, et deviens celui que tu veux être.

Mais ne centre pas ta construction de soi sur les femmes. C'est à mon sens malsain et toxique. Ça peut en être un élément évidemment, mais pas la base.

Y a un truc intéressant dans ce que tu dis : "je préfère devenir quelqu'un que j'ai décidé". C'est exactement ça. C'est un processus qui n'est ni facile ni rapide, mais qui au final paye énormément plus tard.

Bref, bon courage.

PS : essaye de t'intéresser au développement personnel. On trouve de tout, du bon comme du mauvais mais si tu arrives à faire le tri, c'est super intéressant.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [-1] Inutile le 12.12.19, 09h52 par Romain1997
  • [+1] Constructif le 12.12.19, 22h54 par Onmyoji
Alniyat a écrit :
12.12.19
Salut Romain,


Je vais te répondre en tant que femme.
Perso j'ai l'impression que tu as une vision hyper erronée des relations hommes-femmes, j'ai lu ton post de départ sur l'autre topic... tu rejettes apparemment tout ce qui est développement personnel.
Alors que pour moi, et je dis ça SANS JUGEMENT, ça te serait certainement très utile.
Je le dis encore une fois sans jugement, d'autant que moi-même je suis aussi dans une démarche visant à m'améliorer, j'ai beaucoup de choses à apprendre en termes de relations humaines... En gros ce que je te conseille c'est ce que je me conseille à moi-même en ce moment donc n'y vois aucune condescendance, il n'y en a pas. Ce qu'on recoupe sous le terme "développement personnel", en très simplifié résumé, c'est l'idée de travailler sur soi pour être mieux dans sa peau et dans sa vie. Y a rien de mal à ça hein ! Et ce n'est pas forcément réservé aux gens en échec ou aux cas soc'.

Ce qui me pousse à dire que ça te serait utile, c'est que tu as l'air d'être en permanence tendu, anxieux, à penser en termes de rapports de force, de rendement, de résultats...
Tu parles de réussir ou d'échouer...
On parle de relations humaines là :/ Pas de performances athlétiques ou professionnelles par exemple, où tu te mets en jeu toi contre des limites physiques, matérielles, des obstacles plus ou moins concrets. On parle d'un domaine qui implique d'autres êtres humains. Tu ne pourras JAMAIS faire en sorte que tout se passe comme tu le veux avec tes semblables... tout simplement parce qu'ils ont leur volonté, leur libre-arbitre, leurs désirs etc., dont tu n'es pas responsable. Tu peux certes travailler sur toi et devenir une personne attirante qui aura de plus en plus de succès, mais tu n'acquerras jamais de superpouvoirs qui feront que toutes les filles que tu veux te suivront. Jamais. Parce que ça n'arrive jamais à personne, même Casanova s'est pris des râteaux... Peu, sur les doigts d'une main si on considère ses dizaines de conquêtes, mais il s'en est pris.
Si tu penses "j'ai échoué et je n'avais pas le droit d'échouer" quand une drague ne fonctionne pas, c'est toi qui crées les conditions de ton propre échec parce que tu appliques un schéma (réussite/rendement/échec) qui est complètement inadapté aux relations humaines.
Pour moi, c'est un peu comme si tu te disais "désormais, il fera beau tous les jours, je l'ai décidé, si le soleil ne brille pas comme je veux, c'est que je suis en échec".
A te lire j'ai l'impression que tu voudrais qu'il "fasse beau" pour toi avec chaque fille qui te plaît. C'est pas possible hein :) (et même en sens inverse, pour nous les filles, c'est pas possible que ça marche comme on veut avec TOUS les mecs qui nous plaisent... parce que non, on n'est pas des créatures surpuissantes qui obtiennent tout ce qu'elles veulent en claquant des doigts non non plus).
Chaque personne que tu croiseras aura son univers personnel avec ses paramètres, qui le pousseront à telle ou telle décision, cet univers tu peux l'appréhender habilement et t'y adapter, mais non le créer à la place de l'autre.
Les gens sont des ressources d'interaction "variables" et non "fixes" en quelque sorte. Tu peux mettre les chances de ton côté pour leur donner envie au maximum de rayonner pour toi : évidemment qu'un gars intelligent, drôle et sexy a plus ses chances qu'un Calimero hargneux avec des pellicules dans la tignasse. Mais tu ne peux pas FORCER les gens - et donc les filles - à produire lumière et chaleur pour toi, ils ont leur météo personnelle, tu peux influencer non décider. En te percevant comme le seul et unique décideur d'une situation impliquant DEUX volontés (= si elle ne veut pas de moi, j'échoue), tu t'imposes une pression colossale. Tu te crées une perception des choses où tout ne dépend que de toi - alors que cela dépend de toi, ET de l'autre. Donc, dans cette perception, si tout ne se passe pas comme prévu, c'est de ta faute, c'est toi qui as mal géré, du coup sentiment d'échec, du coup pression encore accrue pour la suite, et du coup re-mal-être, sentiment d'échec, etc.

Peut-être qu'avant de te tourner vers le monde extérieur en voulant à toute force qu'il corresponde à tes attentes (= "il faut que les filles que je veux veulent de moi aussi, je DOIS faire en sorte d'obtenir ce que je veux"), tu pourrais te tourner vers ton monde intérieur et te demander pourquoi c'est à ce point une tension, une question de vie ou de mort. Parce que tu parles comme quelqu'un qui voudrait être en position de pouvoir, sauf que là, en y mettant de tels enjeux, c'est toi qui donnes un pouvoir démesuré sur toi aux filles, comme si leur acceptation de toi pouvait te valider à tes propres yeux, te dire que tu as "réussi"... Alors que peut-être que si tu avais peut-être déjà de base des sentiments plus cool envers toi-même, tes relations avec les autres seraient détendues et améliorées (d'où aussi le fait que les sites de drague insistent sur le développement personnel etc. C'est pas pour faire joli^^)

Perso quand un mec qui ne me connaît pas ou très peu m'aborde et que je sens que derrière sa façade il y a un programme "tout ou rien" qui s'est mis en place, un programme "celle-là j'ai décidé de la pécho, il faut que je l'aie" ma première réaction c'est le recul. Ca m'effraie.
Je me sens un peu comme un objet, un moyen, comme s'il était dans un combat entre lui et lui d'où je suis purement et simplement exclue. J'ai l'impression dans ces moments-là que ce qui intéresse le mec, ce n'est pas que j'existe, en tant qu'individu, avec ma personnalité, mes pensées, ou même simplement mon désir et mon corps, la seule chose qui l'intéresse, c'est que j'acquiesce, que je suive, que je "plie".
En tout cas c'est ce que je ressens.
Et c'est horriblement rédhibitoire. Je FUIS ce genre de situation ou l'autre me semble tout entier braqué sur un seul et unique but : obtenir quelque chose de moi.
(Je ne sais pas comment le vivent les autres filles du forum et je suis curieuse de leurs réactions si elles me lisent.)

Je ne suis pas contre l'idée de coucher avec un mec que je connais peu s'il y a une bonne alchimie mais pour qu'il y ait une bonne alchimie il faut que l'approche soit décontractée, que je me sente traitée en égale. Coup d'un soir pourquoi pas, mais ce qui va m'attirer, ce n'est pas un mec décidé à faire du chiffre, c'est un mec décidé à passer un bon moment AVEC moi.
Bien sûr peut-être que dans la foulée ça va lui permettre de faire du chiffre, mais ce n'est pas ce que j'aurai ressenti en premier, ce que j'aurai ressenti, c'est quelqu'un prêt à apprécier l'instant présent avec moi.

Je crois que dans ton topic précédent tu disais quelque chose (au sujet du développement personnel etc.) : être gentil, zen, ça sert à rien.

Ben si... ça sert à nous attirer :)
Je ne parle pas d'être une carpette hein ! Bien sûr qu'une personne qui s'efface sans arrêt ce n'est pas attirant.
Mais je crois que tu confonds au moins en partie gentillesse et faiblesse, équilibre et mollesse...
Si tu inverses la situation, toi, quand tu es face à un groupe de filles, tu es attiré par les filles hargneuses qui tirent la gueule ? Qui crient, qui s'énervent pour un rien, qui sont tendues et stressées ? Ou par les filles qui sont cool, rayonnantes, pétillantes ? Ou pas forcément souriantes mais qui ont quand même une aura de confiance (fille calme et mystérieuse par exemple) ? A physique égal, tu choisis qui ?
Enfin je ne sais pas ce qu'en pensent les mecs qui me lisent mais je crois que c'est attirant pour personne ça :/

Tous les derniers mecs pour lesquels j'ai eu des coups de coeur ou des regards intéressés étaient des types souriants et sympathiques qui avaient l'air bien dans leur peau.
Qui avaient AUSSI l'air d'avoir confiance en eux (tout en étant souriants et sympathiques, pas besoin d'être un bad boy).
Toi, si tu es tendu à l'idée qu'une fille que tu as choisie "t'échappe", bah, ça va se sentir et ça révèle un manque de confiance en soi. Le type qui a confiance en lui, il s'en fout qu'une fille lui "échappe" ou pas, sa perception de sa valeur personnelle ne dépend pas du fait que la fille lui dise oui ou lui mette un râteau.

Ceci dit, j'ai AUSSI déjà ressenti des coups de coeur pour des mecs qui manquaient visiblement de confiance en eux mais qui essayaient quand même de prendre la vie du bon côté (sourire, autodérision, et attitude agréable avec moi, une attitude qui semblait me dire, non pas "j'ai décidé que je t'aurai et je serai anxieux si je ne t'obtiens pas", mais simplement : "tu me plais, je suis bien dans l'instant présent avec toi.").

Les mecs entreprenants ça peut être très séduisant. Mais il y a une subtilité entre être entreprenant et être envahissant par exemple. Le mec "juste" entreprenant te fait sentir très clairement qu'il te désire. MAIS il est à l'écoute de tes réactions. Il essaie de te faire te sentir bien (blaguer avec toi par exemple), s'il tente une approche tactile et qu'il voit que tu te crispes ou que tu n'es pas réceptive il va éviter l'erreur de te coller. Il va attendre de voir si "le" bon moment se produit et si ça ne se produit pas, il ne force pas. Il sait parler de lui mais te pousse aussi à parler de toi, te relancer, te mettre à l'aise... Il est dans la relation à l'autre. Bien sûr qu'il essaie d'occuper une position qui lui est favorable dans cette relation - bien sûr qu'il a envie que tu aies une bonne image de lui, que tu aies envie de lui toi aussi, etc., mais il essaie de gérer ça en te proposant implicitement une place attirante dans son moment de vie, pas en t'écrasant.

Le mec envahissant il a tellement le programme "celle-là il me la faut" qui tourne dans sa tête et qui occulte tout le reste que du coup il perd tout sens de l'écoute. Si tu n'es pas intéressée par ce qu'il dit il insiste, il veut ton attention. Si tu ne relances pas la conversation (une façon polie parfois de montrer que ton affinité avec lui s'arrête là) c'est pas grave, il la reprend, et il l'occupe à lui tout seul en essayant désespérément de se faire valoir (pendant que toi tu dis "hum", "OK", "ah oui" en commençant clairement à penser à autre chose). Si tu changes de pièce il te suit. Si tu lui "échappes" pour aller parler à une autre personne il revient quatre-vingt-dix secondes plus tard en ayant trouvé un nouveau prétexte ou alors il essaie de se glisser dans ta nouvelle conversation. S'il te passe la main sur l'épaule et que tu te crispes un peu, il va quand même réessayer et réessayer le contact physique en se disant qu'à la fin tu vas bien finir par te laisser faire, sans s'apercevoir qu'il devient vraiment lourd. S'il y a un autre mec qui vient te parler il a des tendances à "marquer le territoire" en te collant comme si tu lui appartenais déjà (au secours).
Le mec entreprenant il a confiance en lui, il "ose", mais ne force pas et s'il n'obtient pas ce qu'il veut il a l'élégance de ne pas en faire une affaire d'Etat. Il se "propose" en quelque sorte (et bien sûr s'il a une bonne maîtrise de lui il fait tout pour apparaître comme une proposition attirante et il a de fortes chances d'y arriver), mais il ne s'impose pas. Le mec envahissant fait peur parce que tu as l'impression que ta volonté n'existe pas dans son équation personnelle, il te veut, il te veut POINT et il te collera jusqu'à ce qu'il t'aie (ou que tu trouves un moyen pour t'en débarrasser).
Et le truc horriblement crispant aussi c'est que même si le mec envahissant ne va pas forcément aller jusqu'à des extrêmes du genre agresser la fille, il peut avoir un côté ultra mauvais perdant qui fout bien le malaise ("t'es sûûûre ? tu veux pas rester ? Bon ben je peux te raccompagner alors. T'habites où ? Bah tu veux pas me le dire ? tu pourrais avoir confiance hein, je ne vais pas t'agresser *sourire insistant*. Bon OK OK c'est comme tu veux, mais moi c'était juste pour être utile hein, enfin tu veux pas tant pis pour toi""pourquoi tu veux pas qu'on se revoie ? Ca pourrait être cool. En plus tu as dit que tu étais musicienne moi je pourrais venir te voir jouer tu sais, ça serait sympa... tu ne veux pas me dire où tu joues ? Oui ? Non ? C'est dommage hein franchement"). Bref, il t'en VEUT de ne pas lui donner ce qu'il veut et derrière ses sourires, son insistance, etc., tu le sens parfaitement qu'il t'en veut (ou qu'il s'en veut à lui-même, ou qu'il t'en veut parce qu'à cause de toi il se retrouve en position de s'en vouloir à lui-même... bref). C'est vraiment désagréable parce que toi, à la base, tu ne lui dois rien du tout, et qu'il a fini par se comporter comme si tu lui devais quelque chose. C'est pas attirant. Du tout.


Alors attention hein, je ne suis pas en train de dire que TOI tu es envahissant. Je n'en sais rien, je ne t'ai pas rencontré et je n'ai pas été ta "cible".
Je dépeins juste un extrême dans lequel on peut tomber (j'ai bien conscience que c'est un extrême et une caricature et que peu d'hommes sont dedans) si on a un manque de confiance en soi trop poussé et recoupé à des mauvais schémas de "je veux d'elle, si elle ne veut pas de moi en retour j'échouerai et je ne DOIS PAS échouer".

Tu dis que tu veux des conseils sur ce que tu dois "faire", moi je serais plutôt partante pour te conseiller, non pas sur ce que tu DOIS, mais sur ce que tu PEUX être, pas faire, ETRE, à savoir : quelqu'un qui se met moins la pression et surtout ne pense pas ses relations en termes d'échec/réussite.
Si tu rencontres une femme qui te plaît, apprécie le moment, apprécie l'échange, donne-lui envie de l'apprécier aussi.
Ca marche ça marche, ça marche pas... c'est pas grave. Ca ne fait pas de toi quelqu'un qui a "échoué". C'est comme ça c'est tout. Il faut l'accepter. Il n'y a aucune recette miracle pour que tu obtiennes des "oui" à 100 %.
Et si elle te sent trop tendu vers un but avec le côté "question de vie ou de mort", ça peut être rédhibitoire.
Si tu es trop habité par tes manques, que ça te bouffe et que ça influence trop ton approche, tu peux essayer toutes les "techniques" du monde, au bout d'un moment ça aura ses limites.
C'est pour ça aussi que je te conseillerais de travailler sur toi. Si tu te sens mieux dans ta peau, sans ce manque et cette logique d'échec/réussite qui biaise complètement ton approche, je suis persuadée qu'il y aura un changement positif dans la façon dont le monde autour de toi te percevra - et par ricochet, dans ton pouvoir d'action sur ce monde qui t'environne.

Je ne suis pas forcément très douée pour avoir des mots compatissants ou réconfortants, mais sache que si ton sujet ne m'avait pas touchée, je n'aurais pas pris le temps de te répondre. Je te souhaite de parvenir à te sentir mieux avec toi-même et avec les autres.
Ok
Sauf une chose: les concept de réussite/échec et performance ne sont pas antinomique avec les relations humaines, d’ailleurs c’est antinomique avec rien puisque tout se perfectionne, la preuve ce forum existe
Sinon c’est très gentil mais vous êtes une femme donc essentiellement vous ne draguez pas, vous vous faites draguer :/


C’est comme si le consommateur disait au producteur comment il doit organiser sa journée de travail, je sais pas si vous voyez ce que je veux dire
Par contre quand le consommateur dit au producteur ce qu’il veut consommer, là ça fait avancer et c’est bon pour le producteur
(Métaphore)


Donc c’est compliqué de dire à un homme dans quel état d’esprit il doit se mettre, quand on est pas un homme
Puisque pour ça il faudrait que vous ayez un cerveau d’homme :/
Par contre quand vous dites ce qui vous plaît ça c’est très intéressant et ça confirme des choses que je pensais (j’ai horreur d’avoir cette sensation de forcer une fille)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [-3] Douteux / Malsain / Toxique le 12.12.19, 09h46 par NewStart
NewStart a écrit :
12.12.19
Romain1997 a écrit :
12.12.19
Intrinsèquement je ne suis pas grand chose, donc je ne sais pas sur quelles qualités me reposer
Être fier de soi j’ai essayé, pas très concluant malheureusement
Je préfère devenir quelqu’un que j’ai décidé, que être content de ce que je suis comme ça gratuitement, parce que pour ma part de tout ce que j’ai fais jusqu’à présent y’a pas grand chose qui me rend fier
Tu n'es pas grand chose ? Deviens le.
Tu n'es pas fier de toi ? Fais des choses qui te rendent fier. (j'ai parlé de confiance en soi, pas de fierté d'ailleurs).
Tu n'es pas content de ce que tu es ? Change, et deviens celui que tu veux être.

Mais ne centre pas ta construction de soi sur les femmes. C'est à mon sens malsain et toxique. Ça peut en être un élément évidemment, mais pas la base.

Y a un truc intéressant dans ce que tu dis : "je préfère devenir quelqu'un que j'ai décidé". C'est exactement ça. C'est un processus qui n'est ni facile ni rapide, mais qui au final paye énormément plus tard.

Bref, bon courage.

PS : essaye de t'intéresser au développement personnel. On trouve de tout, du bon comme du mauvais mais si tu arrives à faire le tri, c'est super intéressant.
À part les rapports avec femmes, je suis satisfait de tout dans ma vie.
Donc je centre mes efforts sur là où se situe la lacune, c’est à dire les rapports avec les femmes (pourquoi travailler ce qui me satisfait déjà?)
C'est totalement contradictoire avec ce que tu as répondu à mon premier message. Relis toi.

Sur ce, bonne journée.
NewStart a écrit :
12.12.19
C'est totalement contradictoire avec ce que tu as répondu à mon premier message. Relis toi.

Sur ce, bonne journée.
Ah non pas du tout, mon seul souci c’est avec les femmes je vous assure, certes ça prend de la place dans ma tête mais c’est ma seule « plainte », le reste Dieu merci ça va
Sinon les blocages/névroses psychiques dont je parlais sont directement liés aux rapports avec les femmes (ils disparaissent quand j’ai une aventure je tiens à le souligner)

Bonne journée
Merci de ta réponse,
Ok
Sauf une chose: les concept de réussite/échec et performance ne sont pas antinomique avec les relations humaines, d’ailleurs c’est antinomique avec rien puisque tout se perfectionne, la preuve ce forum existe
Je n'ai pas dit que c'était antinomique, mais je pense que si tu as un profond mal-être, de fortes attentes à l'égard des autres et que ça se SENT, ça va couler ton éventuel taux de réussite.
Alors que si tu te sens bien dans tes bottes, non seulement les autres vont le sentir (et ça va mieux se passer avec eux de façon générale) mais tu peux aussi atteindre un état d'esprit où ce n'est plus une question de vie et de mort, où tu t'en foutras. Un côté "bon elle a pas voulu de moi, c'est pas grave".

Je lisais sur un de tes posts que par exemple si tu vois un type partir avec la fille qui te plaît ça t'irrite de savoir qu'il va prendre du plaisir avec elle et pas toi. Bien sûr tu peux te dire que la vie serait plus agréable pour toi si la fille te suivait toi et pas l'autre, mais est-ce que ce n'est pas intéressant aussi d'atteindre un état d'esprit où, si elle part avec un autre, ça ne crée pas de blessure d'ego, tu t'en fous... c'est bien ça aussi non ? D'atteindre une paix avec soi-même où on ne se retrouve pas de mauvais poil à chaque fois que Truc va se taper Machine alors qu'on avait des vues sur Machine ? Tu n'aimerais pas te sentir plus détaché là-dessus ? (d'où développement de soi, etc.)

Sinon c’est très gentil mais vous êtes une femme donc essentiellement vous ne draguez pas, vous vous faites draguer :/
Je vais y aller cash : qu'est-ce que tu en sais ?
Nous aussi on peut se retrouver dans une situation où un type nous plaît et où on a envie de le lui faire comprendre parce qu'on a le sentiment qu'il ne s'est pas rendu compte que ça pourrait matcher. Nous aussi des fois on galère.
Nous aussi des fois on veut quelque chose et ça se passe comme on veut. Et des fois ça ne se passe pas comme on veut. Des fois le mec qui nous plaît en préfère une autre. Ou il ne comprend pas les perches qu'on lui tend. Ca arrive.
C'est la vie hein.
Nous aussi on peut gérer des problématiques comme l'estime de soi, l'échec, nous aussi on peut faire des erreurs dans nos relations avec les autres et apprendre de ces erreurs.
J'ai l'impression encore une fois que tu vois les femmes comme des créatures passives qui attendent que tu mettes en oeuvre ta personnalité, ta volonté, ta performance relationnelle, ton pouvoir de décision, pour se manifester en positif et en négatif - un monde où elles sont immobiles, et c'est toi qui viens à elles.
NON. Tout le monde est mobile. Tout le monde.



Donc c’est compliqué de dire à un homme dans quel état d’esprit il doit se mettre, quand on est pas un homme
Puisque pour ça il faudrait que vous ayez un cerveau d’homme :/
Bien sûr qu'homme et femme on est différents, mais on est des êtres humains avant tout. Je m'adresse à toi avec mon vécu de femme certes, mais aussi en tant qu'être humain.

Quand je parle de travailler sur soi, de réfléchir sur soi etc., c'est une problématique qui concerne tous les humains. Nous aussi on a nos échecs, nos faiblesses, on travaille sur nous.

Donc je pense que mon cerveau d'être humain fait très bien l'affaire aussi et peut apporter quelque chose de constructif :) mais si tu juges qu'il ne la fait pas assez bien, je n'insiste pas.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+3] Pertinent le 12.12.19, 22h57 par Onmyoji
Réponse:

« mais est-ce que ce n'est pas intéressant aussi d'atteindre un état d'esprit où, si elle part avec un autre, ça ne crée pas de blessure d'ego, tu t'en fous... c'est bien ça aussi non ? »

Non, ce qui est interessant c’est que ça soit avec moi qu’elle parte (mentalité de loser non merci - -‘)

« Je vais y aller cash : qu'est-ce que tu en sais ? »

Tout le monde le sait, sinon y’aurait autant de femmes que d’hommes sur ce genre de forum, et y’a pratiquement que des hommes. Désolé :/

« Nous aussi des fois on veut quelque chose et ça se passe comme on veut. »... « Ca arrive. »

Pas souvent, et au pire vous vous rattrapez facilement avec un autre mec

« Cerveau d’humain »

Les humains sont apparemment divisés entre hommes et femmes et les cerveaux sont différents.
Donc comme j’ai dis à part dire ce qui vous plaît ou non ou là ça peut être très bien, mais quand c’est pour se mettre dans la tête d’un homme ça fonctionne pas. Parce que en plus y’a pas que la tête y’a aussi le corps et les hormones qui vont avec
C’est comme moi je peux pas vous dire comment vous devez ressentir ou désirer, je peux juste vous dire ce qui me plait et m’adapter
Romain1997 a écrit :
12.12.19
Les humains sont apparemment divisés entre hommes et femmes et les cerveaux sont différents.
C'est précisément ici que tes pensées te font défaut dans ta quête. Vraiment.

Le cerveau humain est terriblement plus complexe que juste "suis-je un homme ou une femme ?", même s'il y a des hormones différentes qui entre en jeu.

En fait il y a tellement de différences entre les gens, de vécu etc... que rester sur le clivage H/F ne t'apporte rien et est hyper contre-productif.

En réalité, il y a celles et ceux qui :

- ont confiance en eux, ou pas
- vont aimer ta gueule, ou pas
- aiment les mecs barbus, ou pas
- sont à la recherche de plaisir éphémère, ou pas
- sont pudiques, ont des bloquages, ou pas
- sont à l'aise en société, ou pas
...

et la liste est tellement longue, et s'applique aussi bien aux hommes qu'aux femmes.

Toutes ces choses font que la séduction va être abordée et ressentie de manière complètement différente entre les gens, H/F encore une fois. Tu ne peux pas faire une généralité en disant "toutes les femmes sont..." ça n'a aucun sens...

Le jour où tu prendras la mesure de ce que ça représente, tu verras qu'il est beaucoup plus intéressant de s'intéresser aux femmes, d'essayer de les comprendre (afin de déceler ces différences et ces singularités) pour ensuite adopter la bonne posture face à telle ou telle femme. Et là tu choperas déjà plus ;)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Absolument le 12.12.19, 15h19 par Jalapeno
  • [+2] Like ! le 12.12.19, 21h24 par Alniyat
« Le jour où tu prendras la mesure de ce que ça représente, tu verras qu'il est beaucoup plus intéressant de s'intéresser aux femmes, d'essayer de les comprendre (afin de déceler ces différences et ces singularités) pour ensuite adopter la bonne posture face à telle ou telle femme. Et là tu choperas déjà plus ;) »

Comme toujours je vais tester ça à l’épreuve du réel. Si effectivement ça me permet de choper plus, je prends! :D
D’ailleurs j’ai une question qui me vient, ça me trotte dans la tête depuis longtemps:

La drague on sait que ça se perfectionne, et que on peut travailler dessus
Quand on apprend à draguer on intègre des nouvelles capacités mentales
Mais je ne sais pas comment l’amélioration s’effectue dans ma tête

-Est-ce que cette amélioration va se faire de façon rationnelle, genre est-ce que je vais devoir prendre des notes, réfléchir à ce qui fonctionne et ne fonctionne pas?

-Ou est-ce que les améliorations vont se faire inconsciemment sans même que je m’en rende compte, juste en pratiquant?

Parce que j’ai déjà constaté que pour le sport par exemple (j’ai fais du basket entre autre choses), les améliorations que j’ai vécu ont été inconscientes
Pour les tirs à 3 points, au début j’étais hyper nul, et puis le simple fait de recommencer perpétuellement à tirer au bout d’un moment ça rentrait de plus en plus souvent, et à la fin j’étais franchement pas mauvais

Et pourtant à aucun moment je me suis dit « il faut que je mette ma main comme ci ou comme ça, que je m’oriente comme ci ou comme ça, il faut que je travaille ma vision »

Je me suis amélioré aux tirs à trois points, simplement en faisant des tirs à trois points, avec une position corporelle qui au final n’était pas du tout académique (le coach aimait pas trop ça mais vu que la balle rentrait il me laissait faire comme je voulais au final)
J’ai rien fait d’autre que recommencer les tirs à l’infini, aucune réflexion mentale, et aucune prise de note évidemment

Je me demandais si c’est pareil pour draguer, ou si au contraire il faut faire de façon un peu scolaire, réfléchir, noter des choses dans un cahier pour pas oublier, etc...
Non, ce qui est interessant c’est que ça soit avec moi qu’elle parte (mentalité de loser non merci - -‘)
La séduction ce n'est pas une course, c'est pas parce que deux personnes se plaisent alors que l'une des deux te plaisait que tu as "perdu"... C'est entre lui et elle aussi, ça ne dépend pas forcément de toi.
Si tu es en mode (je grossis le trait) "merdeuuuh elle part baiser avec un autre, j'ai la rage trop dur la vie", ça fait beaucoup plus "mentalité de loser" (je reprends tes termes) que si tu t'en fiches et que tu apprends à passer au-dessus.
Et paradoxalement, si une fille sent que ton approche est décontractée, que tu n'en fais pas une question de vie ou de mort de la séduire, elle a plus de chances de se sentir bien avec toi. Le fait que tu sois cool, détendu, relax, ça va impacter sur ce que tu dégages, sur l'atmosphère que crée ta présence.

Tu demandes ce qui nous plaît ou pas... Si je sens un mec tendu vers la réussite de sa tentative de m'emballer, comme si j'étais une sorte de trophée de victoire sur pattes au lieu d'être une personne, ça va me crisper. Direct.
Et si je te suggère de travailler ton état d'esprit, c'est aussi parce qu'un état d'esprit, ça se SENT donc c'est inhérent à la séduction.

Un vrai gagnant, et ça ça vaut pour les deux sexes hein, dixit mon cerveau de femme incapable bien sûr de comprendre ce qui se passe sur l'autre rive *ironie inside :mrgreen: *, ce n'est pas quelqu'un qui a ce qu'il veut à tous les coups, ça n'existe pas ça. C'est (entre autres) quelqu'un qui sait gérer ses émotions. Ca n'a pas marché ce coup-ci, bah c'est pas grave, ça va pas entamer son estime de lui, il s'en fout, il part se battre sur d'autres fronts.

C'est normal d'être un peu déçu sur le coup mais faut savoir passer dessus et penser à autre chose. Si tu "bloques" sur une certaine peur d'échouer, que tu es habité par ça, que tu en fais une affaire personnelle, que tu conçois un sentiment d'échec sur des choses qui ne sont ni réussite ni échec... tu risques de renvoyer une image négative, un côté "mauvais perdant".
Tout le monde le sait, sinon y’aurait autant de femmes que d’hommes sur ce genre de forum, et y’a pratiquement que des hommes. Désolé :/
FTS est un site POUR HOMMES à la base. C'est normal que le public soit plus masculin que féminin (et je suis loin d'être la seule fille). Cependant, même si je ne connais pas de site équivalent pour filles, il te suffira d'ouvrir n'importe quel magazine féminin en librairie pour trouver plein d'articles sur les thèmes "comment le faire craquer", "comment le rendre amoureux", "comment le combler au lit", etc., et j'ai des copines qui suivent des coachs de séduction POUR FEMMES sur YouTube. Et ce ne sont pas des boudins mais de jolies filles, je précise.
Les femmes n'ont pas la science infuse du bien-être sexuel et amoureux. Les problématiques ne sont pas forcément exactement identiques à celles des hommes mais il y en a aussi et des fois nous aussi on est perdues, on a des questions, on cherche des réponses.
Ton "Tout le monde le sait" est assez facile, pardon mais, en tant que femme, qui a eu plein d'amies femmes, discuté avec plein de femmes, j'ai la faiblesse de penser que mon vécu a une certaine substance. Je ne le partage pas pour faire joli.

D'ailleurs si c'était si simple que ça pour moi, je ne passerais peut-être pas par ici :mrgreen: mais je ne vais pas m'étaler sur la question.

Tu crois que parce qu'on est une fille on ne peut pas savoir ce que c'est que vivre une friendzone, un râteau, un sens unique, un échec, une déception, la frustration... ?

Eh bah si oui, tu te trompes^^

Pas souvent, et au pire vous vous rattrapez facilement avec un autre mec
Encore une idée reçue, t'en sais rien. Si tu penses que les femmes sont des créatures privilégiées qui ont une vie sexuelle et amoureuse magique rien qu'en claquant des doigts, tu te plantes [perso ça m'arrangerait d'ailleurs, ça serait trop cool :mrgreen: ]. Des femmes déçues, perdues, délaissées, y compris physiquement, et y compris de belles femmes, j'en ai rencontré plus que tu n'imagines.

Par moments, j'ai le sentiment que tu parles comme quelqu'un qui aurait toutes les certitudes, toutes les statistiques, toutes les vérités sous la main. Ne serait-ce pas trop catégorique ? Je ne sais pas tout, tu ne sais pas tout, un peu d'humilité sur le fait que chacun de nous a des choses à apprendre des autres, ça peut être constructif aussi.

Si tu me contredisais avec des arguments construits je serais plus ouverte à ta façon de voir, mais des "tout le monde le sait" et "pas souvent" c'est très simplifié comme angle de vue.

En tout cas, et puisque tu penses "efficacité", si tu abordes les filles qui te plaisent en étant empli d'idées reçues et de généralités, et qu'elles s'en rendent compte, ça peut jouer contre toi. Ca a un côté à la fois rigide et naïf.


Les humains sont apparemment divisés entre hommes et femmes et les cerveaux sont différents.
Il y a des différences entre les sexes bien sûr. Mais on n'est pas non plus deux espèces cloisonnées hein... J'ai l'impression qu'en fait tu connais très mal les femmes en général, que ça te stresse et que tu cherches une sorte de mode d'emploi relationnel pour produire du rendement efficace.
Au lieu de simplement aller vers elles comme des êtres humains, juste passer un bon moment, sans chercher à absolument "faire du chiffre" comme une sorte d'autoentrepreneur de la drague.
On dirait que tu veux améliorer ton "taux de chope" comme d'autres améliorent des performances sportives. J'ai tendance à penser que tu risques de créer ainsi les conditions de nouvelles déceptions (mais peut-être que c'est mon cerveau à chromosomes XX qui a tout capté de travers, le saligaud 8) ).

Je cite un autre message :
Toutes ces choses font que la séduction va être abordée et ressentie de manière complètement différente entre les gens, H/F encore une fois. Tu ne peux pas faire une généralité en disant "toutes les femmes sont..." ça n'a aucun sens...

Le jour où tu prendras la mesure de ce que ça représente, tu verras qu'il est beaucoup plus intéressant de s'intéresser aux femmes, d'essayer de les comprendre (afin de déceler ces différences et ces singularités) pour ensuite adopter la bonne posture face à telle ou telle femme.
C'est bien dit, je suis d'accord.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Quelle patience ! le 12.12.19, 23h37 par Jalapeno
Ok, merci pour votre argumentation
J’ai déjà répondu à vos objections dans le message précédent que je vous ai adressé
Mais sinon ce que vous dites je l’ai déjà entendu maintes fois par d’autres personnes, ça n’a pas changé ma vie
Aussi: si je n’applique pas un conseil c’est que je l’ai déjà appliqué et que j’ai bien vérifié qu’il ne fonctionnait pas, la c’est même pas parce que vous êtes une femme
Si ça marche je prends c’est hyper simple

Juste deux passages auquel je vais répondre:

A un moment vous dites quelque chose comme « les femmes c’est pas des trophées »

Alors vous je ne sais pas, mais y’en a beaucoup qui se considèrent comme des trophées oui, et j’ai rien contre elles
Mais genre « je vais avec celui qui est le plus méritant » c’est quelque chose que j’ai beaucoup entendu, mais vraiment souvent
Or « Je vais avec le plus méritant » c’est la définition d’un trophée
Ce qui me gêne c’est l’hypocrisie, qu’on puisse pas nommer les choses. Si tu te comporte d’une certaine façon grand bien te fasse, mais ne blâme pas les gens qui nomment ta façon d’agir (la je parle pas de vous forcément)



« On dirait que tu veux améliorer ton "taux de chope" comme d'autres améliorent des performances sportives. J'ai tendance à penser que tu risques de créer ainsi les conditions de nouvelles déceptions (mais peut-être que c'est mon cerveau à chromosomes XX qui a tout capté de travers, le saligaud 8) ). »

Évidemment que je veux améliorer mon taux de choppe, pourquoi ça vous surprend?
La déception ça fait partie de la vie quoi qu’on fasse, c’est pas une question d’état d’esprit
Dès que tu fais quelque chose tu t’expose aux échecs, ben pas grave j’assume, et puis ça m’a pas empêché d’avoir eu aussi des réussites.

Sinon je vous assure que y’a des choses que vous pouvez pas comprendre, on a pas la même vie, donc pour les différences homme/femmes je suis obligé de maintenir parce que c’est ce que je vis au quotidien.
Vous êtes une femme, vous pouvez vous permettre d’être passive et des hommes vont se présenter à vous
Les hommes on peut pas se permettre d’être passifs

Changer d’état d’esprit ça me dérange pas, je l’ai déjà fait, mais celui que vous me proposez ne me parle pas du tout, ça ne correspond pas aux réalités que je vis

Faut bien que je sélectionne un minimum vous comprenez, sinon je me mets à croire à tout et je serai pas plus avancé
Or « Je vais avec le plus méritant » c’est la définition d’un trophée
Ben non justement :?

Un trophée ne dit pas "je". Un trophée c'est un objet. OK il a la classe sur une étagère mais c'est un objet.
Un objet ne "va" pas quelque part, il ne "va" pas avec quelqu'un, il n'a pas de jambes, il est inanimé par définition. Il est dans son coin sauf si on le pose ailleurs.

Une personne qui te dit "je vais avec Untel" (parce qu'elle le trouve plus ceci ou cela), ce n'est pas un objet, ce n'est pas un trophée, c'est juste une personne qui t'exprime un choix personnel selon ses critères à elle. Après, te dire ce que signifie "le plus méritant" (très vague) selon ces filles, je ne sais pas, faudrait le leur demander, peut-être que tu l'as fait ?

Perso, j'aime beaucoup les hommes intelligents. J'aime bien avoir un esprit vif en face de moi, c'est une qualité que je trouve souvent palpitante et sexy chez un homme. (D'autres copines aiment les hommes très beaux, ou très attentionnés, ou très protecteurs...)

Ca ne fait pas de moi le "trophée du mec le plus intelligent". Ca fait juste de moi une personne qui aime un certain type d'homme et va privilégier ce type d'homme. (Avec des nuances : un type ultra intelligent mais qui a des défauts du genre arrogant, sadique ou odeurs corporelles repoussantes, je passe mon chemin).

Je me répète mais tu continues beaucoup à voir les femmes comme des entités inanimées sur lesquelles vont s'exercer tes superpouvoirs de séducteur une fois que bien sûr tu les auras acquis comme tu l'entends.

Les femmes sont des personnes qui font des choix. Pas des objets ni des trophées. Tant que tu n'auras pas compris ça, tu peux avoir des problèmes dans tes échanges avec elles.

Tout ne dépend pas de TA performance, de TES outils miracles pour draguer, ça dépend d'elles et de leur humeur du moment, de leur sensibilité, de leurs goûts personnels...

Comme le disait justement un message précédent, elles sont des individus singularisés et du fait qu'elles le sont avec leur choix, leur libre-arbitre, il n'y a PAS de recette miracle. Bien sûr il y a des constantes, personne ne va aimer un mec sale ou grincheux par exemple, mais ce qui plaît à l'une peut ne pas plaire à l'autre etc., en conséquence tu n'auras JAMAIS de recette miracle te certifiant un taux de réussite 100 % sûr.

Vous êtes une femme, vous pouvez vous permettre d’être passive et des hommes vont se présenter à vous
D'abord tout dépend de ce que tu entends par "passive".

Les femmes qui draguent ça existe (séduction 2.0 et on est presque en 2020 hein). Moi ça m'est déjà arrivé d'aborder :mrgreen: de chercher à avoir un numéro de téléphone, à engager la conversation...
Ma façon de faire n'est pas forcément aussi directe que celle d'un homme mais par exemple si quelqu'un me plaît je vais chercher à trouver un biais pour passer du temps avec lui, sous un prétexte parfois indirect. Donc moi aussi ça arrive que : je propose, il dispose. Ou : je cherche à me faire remarquer, il me remarque (ou pas).
Et je ne suis pas la seule à faire ça.
Et c'est comme pour vous, des fois il est réceptif, des fois pas.

Et même les femmes qui ne draguent pas ne sont PAS forcément passives.

Déjà faut définir passive hein. Je peux t'assurer que si je suis VRAIMENT passive, c'est-à-dire, par exemple : rester en pyjama avec les cheveux pas lavés sans jamais sortir de ma piaule et en bouffant des Pim's toute la journée, j'ai très très peu de chances de voir un magnifique beau gosse tomber de nulle part dans mon salon pour me proposer ses services sexuels et sentimentaux (dommage d'ailleurs mais bon).

Si je ne suis pas dans une démarche active c'est-à-dire : prendre soin de mon corps et de mon visage un minimum (eh oui la beauté ça se fait pas tout seul, même pour les jolies femmes... Si tu as le physique de Jessica Alba mais que tu te laisses pousser des buissons sur les mollets ou des plaques de gras dans le cuir chevelu, ça fout un peu la loose), sortir, multiplier les opportunités de croiser quelqu'un, garder la pêche (ça joue aussi...), là c'est sûr de chez sûr qu'il ne peut rien m'arriver. Quand t'es une fille, le plombier taillé comme une statue grecque qui va sonner à ta porte par erreur pour mettre un peu d'animation sexuelle bénévole dans ton dimanche soir, et sans que t'aies à sortir un orteil de ta zone de confort, c'est pas la vraie vie, c'est du scénario de roman porno des années 1980 hein.

Quant au fait que des hommes vont forcément se présenter à nous les femmes, il faut voir qui et comment hein. :mrgreen: Ca c'est sûr que toutes les filles finissent par se faire "lourder" un jour ou l'autre mais bon, quand c'est (je force le trait, j'aime bien) Jean-Georges du PMU, 58 ans, bedaine et couperose, beurré dès 10 heures du mat' qui t'aborde pour te dire "EEuuuEEEuuuh TOI là... *blurgh* t'mignonne hein", t'as pas forcément l'impression qu'un blanc chevalier sorti de nulle part est providentiellement venu sauver ta libido en détresse :lol:

Oui, les filles se font plus aborder (voire emm***der) que les hommes, mais si tu penses que "se faire aborder" consiste à se promener en étant environnée à chaque pas d'étalons magnifiques triés sur le volet parmi lesquels on aurait juste à faire un choix princier, vraiment, tu te trompes.

Plus sérieusement, je ne dis pas tout ça que pour faire de l'humour facile (même si). J'en reviens à l'impression que pour toi les femmes sont des sortes de martiennes d'une autre espèce, plus je te lis plus j'ai l'impression qu'elles te sont étrangères. Et si j'insiste sur le fait que nos situations ne sont pas si dissymétriques que ça, ce n'est pas pour partir en guerre des sexes, juste pour essayer de te faire comprendre qu'il n'y a pas : d'un côté les femmes qui sont immobiles et qui ont tout sur un plateau, de l'autre les hommes obligés de tout faire et sur qui reposerait toute la difficulté. Plus tu penses ainsi, plus tu vas creuser une incompréhension entre les femmes et toi parce que quelque part, tu les vois en quelque sorte comme des privilégiées. Elles ne sont pas privilégiées, la vie n'est pas forcément plus facile pour elles que pour toi, le bonheur amoureux non plus, elles ont juste des problématiques différentes.

Elles sont humaines tout simplement. Comme toi.

Évidemment que je veux améliorer mon taux de choppe, pourquoi ça vous surprend?
Ca ne me surprend pas puisque je soulevais moi-même l'hypothèse. Ca me rend juste un peu dubitative.

Les histoires de taux, d'efficacité et de rendement c'est bien dans d'autres univers comme le sport ou le travail, où on s'exerce contre des limites inanimées, des choses abstraites.

Mais là on parle d'êtres humains et de relations intimes.

Pour moi penser "taux de chope" comme d'autres penseraient "taux de retour sur investissement", c'est contreproductif (encore une fois, peut-être mon cerveau de fille qui me joue des tours. Le coquin :mrgreen: :mrgreen: )
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Bien vu le 13.12.19, 00h03 par Onmyoji
Romain, ce que dit Alniyat, plusieurs personnes l'appuient et le confirment.
Et je ne pense pas qu'on soit tous des chevaliers blancs.
Certes, on a pas la même vie, mais elle n'est facile pour personne.
Aussi, on est différents, mais les similitudes l'emportent. Tu as tellement plus en commun avec les femmes que ne le suggère ta forme, que je pourrai en écrire des pavés plus longs que ce que l'on t'a écrit ici jusqu'ici.

Tu parles d'attitude de loser si tu apprends à accepter de perdre parfois.
Moi, je pense que c'est juste être sain d'esprit.
Thomas Edison aurait dit qu'il n'avait pas "échoué mille fois, juste trouvé mille manière dont cela ne marchait pas".
Tu te voiles la face, en plus de tout le reste, c'est ça ton plus gros défaut.
Tu ne peux être premier partout, tout le temps.
Et même si tu peux tenter, tu vas vite être déçu.
Par exemple, tu ne peux pas être marathonien et sprinter à la fois, c'est physiologiquement antinomique.
Et bien pour les nanas, c'est pareil. Pour certaines nanas, si tu es James Bond, tu es leur rêve mouillé, alors que d'autres voudront un Rebelle, Desperado, ou autre Son of Anarchy. Certaines voudront des deux, mais tu ne pourras pas plaire à toutes. Et même si tu es un caméléon, parce que peut avoir plusieurs facettes, tu ne pourras pas tout être au même moment, donc à moins de lire dans les pensées de toutes et d'arriver à te calibrer pour être optimalement séduisant pour toute à la fois, dans une soirée, s'il y a plusieurs filles intéressantes, il faudra bien que tu acceptes que certaines puissent repartir sans toi, et avec d'autres mecs.
Parce que même si tu l'acceptes pas, elles le feront, et toi tu trépigneras dans ton coin.

Tu crois que ton expérience vaut vraiment quelque chose, à l'aune de tes névroses?
Est-ce que tu crois réellement que tu peux avoir une vision claire de la Vérité, avec ce que tu te trimballes comme pensées limitantes, comme frustration, comme peurs dévorantes, comme a priori fondés juste sur le négatif que tu as pu vivre?
On est pas là pour un concours de bites, mais de ton propre aveux, tu as connu 5 femmes et brièvement (et des jeunes). C'est pas exactement l'Encyclopedia Femina Universalis que tu as parcouru, si je peux me permettre.
Tu as la chance, oui, la Chance, d'avoir plusieurs femmes, et pas des moindres, et pas mal de mecs qui ont aussi pas mal d'expérience, autant dans la lose que dans la séduction, et qui donc sont passés parce que tu as pu vivre, qui te donnent un avis plus qu'objectif et constructif, et tu décides de t'enfermer derrière ton mur de parti-pris et de garder tes œillères.
ça te regarde, mais tu progresseras pas.
Il y a peut-être des choses qui ne te vont pas, parce que c'est tout à fait ton droit de "vouloir faire du chiffre", ou de "vouloir vraiment une nana", mais ce qu'on t'explique ici peut largement être détaché de ça.
Tu peux vouloir vraiment une nana et vraiment pas avoir envie qu'elle "t'échappe", mais que ça reste un jeu et pas le jeu de ta vie, et aussi garder mesure et intérêt pour l'être humain qu'elle est, ou au moins faire en sorte qu'elle en ait l'impression. Parce que c'est pas tant que tu le penses vraiment qui compte, mais c'est son ressenti. Parce qu'au fond, que tu sois humain ou pas avec elle, c'est pas grave, tant qu'elle a l'illusion que tu l'es et qu'elle n'en pâtit pas.
Parce que oui, c'est son ressenti qui va te mener dans ses bras.
Tu as donc plutôt intérêt à ce qu'elle soit vachement convaincue que tu la kiffes pour elle-même, et parce que tu as envie de passer un bon moment avec elle, et pas se sentir oppressée.
C'est juste un putain de fondamental qui t'a été servi sur un plateau d'argent, et tu réagis avec un "non mais t'es une fille, tu peux pas comprendre". C'est vrai, une nana sait pas ce qu'elle ressent.
Tu sais, l'illusion que les nanas savaient pas ce qu'elles voulaient, qu'il suffisait d'appuyer sur des boutons pour les baiser, c'est le truc le plus à chier et archaïque de la communauté, dont tu devrais effectivement te débarrasser, parce que s'il y a un gros bullshit, c'est celui-là.

Et aussi, tu sais, j'espère que tu peux te mettre à la place d'une femme, parfois, même si "les cerveaux sont différents", parce que même si c'est pas toujours nécessaire de comprendre les gens et les choses pour les faire marcher, il y a quand même des situations où ça aide.
La preuve, on utilise la psychologie dans le management et les RH. à un moment, faut bien que XX rentre dans la tête d'XY et vice-versa. Les couples marcheraient beaucoup moins bien, sinon.
D'ailleurs, tu dis que ton plus gros problème, c'est de t'y connecter.
Et bien, là, profites du voyage, puisqu'on te l'explique par le menu.

Pour tes autres réponses:
-si tu es mal à l'aise quand tu mens, ne mens pas. Moins de pression, moins de manque de confiance en toi à te dire que tu ne peux pas choper en étant toi-même. Moins de ratés pour des mensonges pas crédibles, plus de succès parce que la fille te sent authentique, à l'aise. WIN
-Les fringues: d'où vient ton malaise avec les fringues "sapées"? Sans déconner, tu vas dire que c'est superficiel, mais tu gagneras beaucoup à t'habiller selon les circonstances. D'une manière générale, le sportwear, c'est pour le sport, pour faire ses courses ou être à la cool chez soi éventuellement, mais tu sors pas comme ça, et tu vas pas bosser comme ça (sauf si t'es jardinier et encore).
C'est pas dénigrant, c'est juste que dans la majorité des cas, tu as l'air déplacé, sauf dans les soirées hip hop et encore. Un jean, c'est pas le top de la classe non plus, tu auras pas l'air d'un bourge ou d'un péteux.
Si tu veux quand même mettre des t-shirts avec, tu peux, mais un pantalon correct, des matières un plus stylées que ces tissus généralement plastiques, ça rend quand même un peu plus stylé.
Et ça, tu peux rien y faire, l'allure, ça te fait remarquer ou pas.
Et tu gagnes des points ou tu en perds, parce que pour certaines nanas, c'est rédhibitoire d'être déplacé (sauf si tu t'appelles David Beckham ou Ronaldo, mais même eux ils mettent des costards)

-La manière d'apprendre: il y aura des deux: pour certaines choses, tu vas choper le truc à la pratique, sans te rendre compte de tes microajustements. Et quand tu auras des creux où le naturel reviendra au galop (parce que tu ne seras pas constant de suite), tu auras du mal à comprendre pour quoi.
Pour d'autres, tu vas devoir penser, imaginer ce que tu dirais, trouver ce qui te va bien et qui est dans l'esprit de ce que tu veux faire. Trouver ta manière de jouer la partition, le "rôle", en quelque sorte, même si le rôle ou le morceau de musique, c'est toi, un aspect de ta personnalité.
Souvent, on refait le match, suite à une interaction, et on trouve des choses à dire.
On appelle ça "l'esprit de l'escalier". C'est pas uniquement frustrant, c'est formateur.
Il y a aussi ces gens qui vont répéter des dizaines de fois ce qu'ils ont à dire pour un entretien ou un moment important avec quelqu'un. Il y a des centaines de scènes de film sur ça. ça aide à rentrer dans l'inflexion, à ne pas être parasité par les émotions du moment. à se focaliser sur ce qu'on veut. C'est bien aussi, parfois.


Puisque j'ai l'impression qu'on t'apportera plus par l'exemple, tu devrais nous décrire un exemple de situation où une nana paraissait intéressée par toi, mais tu as dit un truc qui a cassé l'interaction, et tu n'as pas trop compris pour quoi. Ou alors, tu en as tiré une conclusion mais tu n'en as rien tiré d'efficace.
Ceci n'est pas une citation inspirante
Verrouillé