[A] Séduction et relations : résiliences et acceptations

Note : 18

le 13.03.2020 par Mr_Orange

2 réponses / Dernière par jollayc le 31.03.2020, 11h50

Pour celles et ceux qui veulent discuter et demander des conseils rencontres et séduction; comment faire avec cette fille ou ce mec; et plus généralement, comment pécho / trouver l'amour à l'ère du swipe left, notamment quand on est ni mannequin, ni un ninja de la drague.
Répondre
Warning 1 : Cet article, même si il pourra paraître froid, fataliste, ou simplement difficile à lire, n'a aucunement vocation à démoraliser, ou dissuader le lecteur, expérimenté ou novice, à expérimenter et progresser. Bien au contraire. Prière de le lire en entier et de conserver mes intentions positives en tête lors de la lecture.

Warning 2 : Ce sera sûrement un peu long, et coupé en plusieurs parties. Pas envie de tout poster/tout écrire d'un coup. Et ce sera sûrement un peu plus digeste.

Warning 3 : J'ai parfois un ton désinvolte et vulgaire. C'est ma façon de m'exprimer. Parfois cela sert même mon propos, et peut également être amusant. Ne t'offusque pas, je veux ton bien.

Allons-y pour la première partie.
________________________________________________________________________________________________

Que l'on parle de résilience, dans le cas d’événements difficiles, voire traumatiques, ou d'acceptation, terme plus général, on aborde en fait une même facette de la Vie et de nos personnes, que je me permettrai de résumer de cette façon concise et un poil cavalière:

Certaines choses, dans la Vie, ou nos personnes (physiques et/ou psychiques), ne sont pas (ou plus) modifiables, font chier, et il faut 'faire avec'.

... Le premier exemple qui me vient, pour l'acceptation, et qui nous rassemble absolument tous, serait la mort, tout simplement. On y passera tous. Cette vérité est absolue, on y peux rien, et nous concerne tous, mais il s'agit pourtant de quelque chose de révoltant et inacceptable tant que nous sommes en vie ... Donc tant qu'on sera en vie, il faudra 'faire avec' cette réalité. Quelle qu'en soit la façon.

Là tu te dis sûrement :
On est sur FTS, pourquoi ce con vient me rappeler que je vais crever un jour, alors que je veux juste savoir comment pécho la brunette aux énormes seins mignonne de mon cours de yoga ?!

Et ta question est bien légitime. Après une introduction dans laquelle je me suis permis de te rappeler que la vie a plein de facettes chiantes voire dramatiques ET que tu vas mourir, je te dois bien une explication, qui sera cette première partie.

- 1. Pourquoi ? -

Parce qu'ici on parle de séduction et de relations sentimentales et sexuelles, et que, comme tout les domaines, celui-ci connaît ses vérités et limites, absolues (pour tous) ou relatives (propres à chacun), plus ou moins dures à vivre et à accepter.

Et si je me décide à écrire dessus, c'est pour deux raisons :
  1. Dans mon évolution personnelle, l'acceptation et la résilience ont étés des compétences clés à découvrir, comprendre, et acquérir, après des années de course effrénée et constante vers le 'plus' et le 'positif', course entreprise à cause, entre autres, de la forme prise par le développement personnel depuis longtemps
  2. Certains topics récents m'ont mis sous les yeux l'importance de partager ces conclusions pour le bien du plus grand nombre
1.1. Cas récurrents, vécus ou observés

Ici je vais évoquer quelques cas récurrents, que j'ai vécu moi même, ou observé plus d'une fois chez d'autres, où les principes de cet article pourraient s'appliquer :

Celui qui veux toujours plus :

Celui qui, en progression dans ses capacités à séduire et baiser, recherche une amélioration constante et infinie. Qui, même quand il arrive déjà à rencontrer des filles et baiser de temps en temps, veux encore plus. Des filles plus belles. En plus grand nombre. Et plus souvent. Voire même toutes les femmes, en toutes circonstances. Qui en arrive à des questionnements et demandes de plus en plus pointus du style
Comment être sûr à 100% de choper CETTE fille là ?
ou
Comment draguer durant l'émeute suivant une attaque terroriste ?
C'est aussi celui qui, ayant une vie de couple satisfaisante, veux encore et toujours 'plus'. Plus de sexe. Ou a l'impression de passer à côté de la vie et hésite à rompre (voire tromper) pour aller baiser encore plus de filles. Plus belles. Plus nombreuses. Plus vite.

... Rappel : je ne dis pas qu'il ne faut pas chercher à progresser et expérimenter. Il y aura une partie prochaine sur ça. Donc ne prenez pas cet article pour ce qu'il n'est pas.

Mais dans de tels cas, qui partent parfois assez loin dans le délire et le fantasme, l'acceptation et la résilience auraient plus leur place que l'amélioration et le développement.

En acceptant des faits absolus, mais parfois durs à avaler, tels que :
  • Tu ne peux pas avoir toutes les femmes. Certaines te sont, et te seront, toujours inaccessibles.
  • Être en couple exclusif, c'est ressentir la privation, inévitablement.
  • Toutes les circonstances ne sont pas bonnes pour aborder/séduire.
  • Tu as une limite dans le 'niveau' que tu peux atteindre en tant que séducteur.
  • Etc.

Celui qui se lamente:

Celui qui se morfond à cause d'une condition, présente ou passée, chez lui, chez les autres, ou dans la société, qui va le limiter dans ses possibilités de rencontrer/séduire/baiser. Parce qu'il est pauvre. Petit. Ou n'a pas une belle gueule. Ou lutte avec son anxiété sociale. Ou parce qu'il vit dans un coin perdu. Ou parce qu'il a un mode de vie qui ne facilite pas les rencontres. La vie est injuste, et n'a pas offert à chacun tout l'attirail parfait pour être le cliché du Don Juan. Cela te créera des limites, des contraintes, et ce n'est pas en les évitant/sur-compensant/niant/déplorant que tu vivras mieux ta condition, mais en les acceptant.

De même, il serait plus sain d'arriver à accepter que :
  • Personne ne chopera pour toi, ni ne te mettra dans les circonstances pour.
  • Tu es responsable (mais pas fautif, 2 concepts différents) de ta situation.
  • Oui, tu as des caractéristiques, peut-être définitives, qui ne plaisent pas, et ne joue pas en ta faveur.
  • Avec le temps, les codes sociétaux changent, et on doit s'y adapter.
  • Etc.
Le point commun et fondamental de ces cas (dont je n'ai donné que quelques exemples, et qui peuvent se décliner à l'infini) est :

Ils vivent mal leur situation, et que la(les) raison(s) de leur douleur est (peut-être) immuable.

( cela ne se limite d'ailleurs pas qu'à ça : accepter qu'une embûche nous emmerde dans le présent immédiat, en attendant qu'elle se règle dans le temps, est aussi une qualité souhaitable)

... Alors bien sûr, il y a mille et une raisons qui font qu'un individu peut se retrouver dans cette envie du 'toujours plus', ou dans la complainte éternelle. L'histoire de vie de chacun, le manque de maturité (psychologique ou lié à l'âge), toussa toussa. Et il serait impossible de faire une analyse sérieuse et exhaustive de ces phénomènes, mais je profite de cet article pour parler tout de même d'un facteur non négligeable ...

1.2. Société moderne, développement personnel: dictature de la performance ?

Warning: Loin de moi l'idée de déclencher un débat politico-économico-sociétal. Je pose simplement une vision du monde qui accompagne mon propos.

L'une des raisons existante de ce type de comportements/croyances/stratégies est qu'ils font miroir à notre monde moderne, société du confort et du divertissement, culture du 'tout, tout de suite, à tout moment, et facilement'.

Ceci est un point de vue, il vaut ce qu'il vaut (et ne s'applique pas forcément à tout le monde), mais c'est le mien :

Nous avons tout et ne nous en rendons plus compte. Nous rendant intolérant à la frustration et à la contrainte. Je peux acheter une mangue, dans la Creuse, au mois de décembre, me la faire livrer, pour la manger chez moi, devant le film de mon choix, disponible instantanément … Alors pourquoi diable ne puis-je avoir une fille canon plantée sur ma queue en appuyant sur un simple bouton ? Pourquoi ne puis-je pas être constamment dans l'excitation des début avec ma chérie ? Pourquoi ma béatitude n'est-elle pas constante, b***** de m**** ?!

Parenthèse: c'est d'ailleurs ce qui fait le succès de Tinder et autres, en donnant cette illusion là, alors que ces derniers ne font que reproduire les comportements/stratégies/résultats du réel, de façon même plus crue et accrue. Fin de parenthèse.

... Et le développement personnel, en grande partie, se fait l'écho de cette frénésie.

Attention: je ne mets pas tout dans le même sac, je dois beaucoup au développement perso, et je n'y mets surtout pas FTS, qui a pour moi une démarche plutôt saine dans les notions d'améliorations et de développement.

Mais il faut bien se rendre à l'évidence qu'une grande partie des livres/mouvements/coachs/gourous du développement personnel fonctionnent sur les mêmes stratégies marketing que le reste du marché, en nous promettant tout, en ne faisant rien, ou presque. Et accessoirement, en te faisant culpabiliser si tu n'as pas atteint ton objectif irréalisable.

Quelques exemples, pas travaillés, qui me viennent spontanément (je ne mets volontairement aucun lien ni image, ce n'est pas le propos, et je fais des critiques majoritairement négatives) :

' La méthode facile pour arrêter de fumer. '

... Qui ne fonctionne pas sur tous, et t'explique que si ça n'a pas marché sur toi, c'est que tu dois relire le livre. Boucle infinie. Bien joué.

' Arrêter de stresser en 21 jours. '

... Le stress est une réaction naturelle du corps et qui t'incite à l'action. Tu veux gérer ton stress et jouer sur tes conditions de vie. Mais certainement pas 'arrêter' ton stress.

... Et bien sûr le monde de la séduction n'y échappe pas. Je ne me fatiguerai même pas à mettre de vrais titres, mais simplement à sortir de mon chapeau les souvenirs qui me viennent en premier :

Séduisez les plus belles femmes.

Méthode 0 râteaux.

Devenez irrésistibles.

... Tu veux aller au contact des femmes et séduire ? Voilà des vérités à garder en tête :

Ton idéal sexuel ne veux ptet pas de toi (et c'est pas bien grave).

Tu VAS bouffer du râteau (et même en étant blindé, ça piquera toujours un minimum).

Il y aura toujours des femmes qui te diront non (et d'autres te diront oui, donc c'est pas grave, bisou).

... Je crois que je me suis fait comprendre.

Fin de la Première partie.
________________________________________________________________________________________________

... Mais on se stresse pas, on se démoralise pas, voilà de quoi seront composées les parties à venir :

2. Quoi ? : Certaines des vérités à digérer pour être plus en paix dans la séduction et les relations, et les effets positifs de ces acceptations.

3. Comment ? : Des pistes sur 'comment qu'on fait pour les accepter ces saloperies ?'

4. A déterminer, mais j'ai d'autres choses à dire sur le sujet, donc yaura au moins une partie 4.

Gardez bien en tête que tout ceci va de pair avec les démarches d'évolutions et de développement, pas contre elles.

Prenez soin de vous.

Mr_Orange.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+3] La suite, vite ! le 14.03.20, 01h21 par BirdonTheWire
  • [+1] Intéressant le 14.03.20, 19h18 par ThomBrolyn
  • [+3] La suite, vite ! le 15.03.20, 18h10 par Crow
  • [+1] Il y'a du vrai... le 20.03.20, 07h23 par Onmyoji
  • [+1] Instructif le 31.03.20, 20h18 par Girasole

Je me sens un poil con et inopportun d'écrire encore sur ce sujet, sachant la situation actuelle ... Mais ça m'a aidé à penser à autre chose quelques instants, alors je me dis que cela pourra t'aider aussi.

Allons-y pour la deuxième partie.
____________________________________________________________________________________________

- 2. Quoi ? -

Ici le but est de lister quelques réalités/vérités/limites à ingurgiter pour, selon moi, être plus en paix dans sa drague/recherche de partenaires ou sa vie de couple. L'idée n'est bien sûr pas de faire une liste exhaustive. Je vais plutôt laisser cours à mon feeling pour sortir celles qui me semblent les plus évidentes et/ou importantes, et qui sont pour la plupart des choses que j'ai du vivre moi même, ou vues chez les autres. (En suite, à vous de trouvez 'vos vérités difficiles'). Je vais les classer selon ces 2 'catégories' : célibat (drague/séduction/recherche de l'amour) et la vie de couple.

Pour chacune, je tenterai une définition rapide, sûrement à base d'exemples, mais également j'aborderais les effets positifs de l'acceptation de ces vérités là.

Warning 1 : J'ai conscience que cet article peut sembler froid et dur, d'où la volonté d'introduire dès cette partie le côté positif de ces idées.

Warning 2 : J'ai conscience que cet article ne semble que s'adresser qu'aux hommes hétéros. C'est après tout la position que je connais le mieux ... Mais je pense que les femmes, et les bi/gays, peuvent bien sûr y trouver des idées intéressantes pour eux ausi.

Warning 3 : Même si la notion d'acceptation sera surtout abordée dans la partie 3, surtout d'un point de vue pratique, je vais en parler un poil dès maintenant.


... Car, ben oui, l'acceptation c'est quoi ?

J'ai envie de le résumer de cette façon un poil vulgaire :

C'est quand quelque chose te fait chier, mais que tu arrives au stade où cet emmerdement est tout à fait vivable.

Exemple : tu as sûrement, comme beaucoup, le fantasme de gagner au loto. Avoir des millions, et être zen jusqu'à la fin de tes jours. Mais, tu le sais aussi, tu as 0,000 005 244 % de chance que ça t'arrive, si tu joues. Donc en clair : tu es (quasi) sûr que cela ne t'arrivera jamais. Mais ma foi, je pense que tu le vis bien. Tu as accepté ça, même si tu n'as pas eu à travailler dessus.

Genre ' c'est dommage mais bon, je fais avec '

Ben voilà. C'est ce 'faire avec'. Tout réside là.

A l'inverse, accepter n'est pas :
  • aimer : non, si ça fait chier, tu ne vas pas (ou rarement) te mettre à aimer ce que tu dois accepter
  • oublier : il faut vivre avec le réel
  • abandonner : enfin ... pas de la façon dont on peux l'entendre, plus sur ça dans la partie 3
Mais tout ceci sera plus en détails dans la partie 3. Passons maintenant à cette savoureuse liste que je vais nommer :

Vérités qui font chier mais que tu dois apprendre à 'faire avec' si tu veux être un dragueur stylé ou un petit copain/mari génial.

Rien que ça. Go :

2.1. Célibat, drague, séduction

- Tu ne peux pas plaire à toutes. -

Celle là, elle est simple sur le papier. Car pour tous, même les plus BG de l'équipe, on a compris que l'on ne serrera jamais Alexandra Daddario et on l'encaisse bien (si tu la connais pas, fais une recherche Google et reviens me remercier).

Mais dans le réel, selon où tu en es dans ton apprentissage de la séduction et des rapports hommes/femmes ... Ben c'est parfois plus difficile. Parfois, il y aura cette fille. Elle te plaît, tu as un bon contact, y a un feeling. Elle t'attire, mais tu te sens pas hors de ta league non plus. Tu commences sûrement même a te faire des films : elle hurle de rire à toutes tes blagues, et en plus elle a accepté d'aller boire un verre ! ... Puis là tu manges un refus. Tu restes sympa, tu fais une bise, tu rentres chez toi. Mais au fond de toi, tu comprends pas. Tout semblait là. Puis non. Et ça peut même te bouffer un peu. Tu vas te demander quelle étape tu as ratée, ou réfléchir à ce qui chez toi n'est pas assez bon. Et il ne faudra pas chercher à comprendre, et cesser de te poser ces questions (à moins que ce soit la 35ème fois d'affilée, auquel cas ces questions ont peut-être leur place), mais juste à accepter. C'était pas pour toi. En tout cas pas maintenant. Et c'est comme ça. Avec Daddario, et même avec Marie, la jolie fille un peu chubby du service comptable qui pourtant éclate de rire à toutes tes blagues.

Effet positif :
  • Tu arrêteras de te demander à chaque fois ce que tu aurais pu/du faire. La vie, c'est parfois ne faire aucune erreur, mais quand même rater. Car énormément de choses ne sont pas sous ton contrôle.
  • Ce qui va impliquer de développer indulgence et compassion pour ta personne, plutôt que vivre un auto-flagellement permanent et malsain.
  • Tu auras une vision plus réaliste de la vie et des attentes que tu peux avoir, et même si vivre sans trop d'expectatives semble irresponsable ou impossible, c'est pourtant une clé vers la paix intérieure.

- Il y a des 'niveaux', et peut être que ton niveau maximum est limité. -

Celle là pique un peu ... On nous bassine depuis toujours de pseudo-valeurs morales telles que 'la vraie beauté est à l'intérieur' ou 'la beauté est dans l'oeil de celui qui regarde' ... Et il y a du vrai, je ne dis pas le contraire. Mais il y a aussi des évidences absolues qui sont parfois plus mal vues à dire, mais qui expliquent pourquoi Jason Momoa fait frétiller 95% des culottes de la planète, et Guy Carlier beaucoup moins.

Oui, certains critères, de manière absolue, limitent. Oui, être grand ça aide. Avoir une belle gueule avec une machoire carrée, aussi. Avoir un tempérament facile et amusant également (alors qu'environ 50% de ta personnalité est génétique). Avoir eu un démarrage de vie dans un cadre aimant et structuré donne une longueur d'avance qui ne peux parfois pas être rattrapée par ceux qui n'ont pas eu ça. Et comme tu peux le voir avec les critères que j'ai choisi (parmi tant d'autres), certains ne sont pas (ou plus) modifiables.

Je ne veux pas te culpabiliser, ni te démoraliser, alors je vais me prendre en exemple. Ton serviteur ne mesure qu'un petit 1m68. Pas nabot, mais bien loin d'être grand. Oui, ça m'a limité. De façon implicite (je suis intimement sûr et certain qu'une version de moi de 1m80 aurait bien plus chopé), voire explicite (sur Tinder, les langues se délient, et 'dommage tu es trop petit' m'a été dit plus d'une fois). Et ça ... je peux pas le changer. J'ai changé bien d'autres choses (mon look, mon style, ma musculature, mon mode de vie, une partie de ma psyché, etc.) mais ça là ... peux rien y faire. Je dois l'accepter, cela me limitera, toujours.

Daddario mesure 1m73 et je suis sûre qu'elle aime les talons ... Mieux vaut donc pas trop miser sur ce mariage là.

A toi de voir comment cette réalité s'adapte à toi (si c'est le cas bien sûr ... autant, après tout, tu es peut être grand beau riche structuré et libre dans ta tête, et tu peux prétendre au top niveau, et je te souhaite de profiter de ta condition).

Effet positif :
  • les mêmes que le point précédent en fait ... avec un aspect plus pratique cela dit
  • par exemple, moi me résoudre à plutôt aller vers les filles de ma taille environ, ou moins ... ce qui me laisse quand même pas mal de choix
  • et en plus, ya rien d'absolu (plus sur ça dans la partie 3)

- Les femmes sont des gens, avec tout ce que ça implique. -

Les gens, c'est un sacré truc hein ? Ca va de Marc Dutroux à l'Abbé Pierre, en passant par Hitler, Nabilla, et Alexandre Astier. En clair, ya de tout. Du génial, de l'horrible, du brillant, du médiocre, du pertinent, du fuyant, de l'aimant, du haineux, du poli, de l'inconvenant, de tout.

Et en allant au contact des femmes, tu vas donc te retrouver au contact de 'ce grand tout', avec les comportements que cela implique.

Donc ouais, yaura des lapins posés. Même si c'est incorrect.
Des conversations Tinder qui dispaitront d'un coup. Même si ça semble incohérent.
Des changements d'avis incompréhensibles.
Des comportements déviant, qui te seront innacceptables.
On va sûrement te mentir une paire de fois. Ptet même te ghoster. Ou te tromper.
Voire même pire. Les gens, et donc les filles, savent parfois être affreux(ses).

Effet positif :
  • comme les vérités précédentes : vision plus réaliste de la vie, diminution des attentes, re-calibration des croyances, etc.
  • Tu te blinderas un peu. Pas de trop, pour ne pas devenir un parano/haineux/aigri. Mais juste ce qu'il faut pour ne plus donner ta confiance trop rapidement, monter tes espoirs trop vite, ou aimer trop tôt, et ainsi éviter de te faire latter les couilles, émotionnellement parlant.
  • Tu cesseras de prendre les choses personnellement. La plupart des gens agissent pour eux, et rarement contre les autres. Tu réaliseras qu'un lapin, c'était peut-être le coup de flippe d'une grosse anxieuse. Que le ghosting, c'est une personnalité fuyante, et que c'est son problème à elle. Ainsi de suite.
  • Cela te forcera à comprendre l'importance minime que tu peux avoir pour certaines personnes, dans certaines circonstances (après tout, chacun est avant tout absorbé par SA vie et SA personne). Ton ego en prendra un coup, mais ainsi tu apprendras à te dissocier de lui, une autre clé vers la paix intérieure.

- La vie est un sacré chaos -

Celle là ressemble à la précédente, mais appliqué à la vie de façon générale, pas qu'aux filles et aux gens.

Parfois, tu seras en boîte. Tu parleras à cette fille. Elle t'attire, il y a un feeling évident, elle commence même à te carresser le bras, tu es chaud bouillant. Puis là ... coup du sort :
  • ton pote s'est embrouillé avec quelqu'un et vous devez partir/tu dois l'aider
  • ta pote bourrée se casse la gueule sur le dance floor et le videur vient la sortir ainsi que votre groupe
  • une folle furieuse sort une lacrymo, asperge quelqu'un, rends l'athmosphère du club irrespirable, et le lieu est entièrement évacué en 2 minutes
... Et ton plan si prometteur est bien loin désormais. Elle a disparue d'un coup, ou c'est toi qui a du partir précipitamment, et la perspective de finir ta soirée en galante compagnie a disparu plus vite que Lycos face à Google. Et c'est la faute à personne.

PS : les exemples énoncés sont des situations vécues ... oui oui oui. Et je pense que cette 'vérité' peut encore une fois s'appliquer à une infinité de catastrophes du genre.

Ou alors tu rencontres CETTE fille. Putain, elle est parfaite. Tout est là. Vous vous attirez, vous vous aimez, vous communiquez, tu n'y crois pas. Et là, tu apprendras, au bout de 2/3 mois de relation, que finalement elle a été prise à ce boulot/formation/autre qu'elle voulait tant, et qui est loin, et qu'elle doit partir, là, mainenant. Et ça te semblera monstrueusement injuste, tu ira brandir un poing vangeur vers le ciel, pour insulter le destin. Mais tu auras juste l'air d'un con qui s'embrouille avec les nuages. Bref, acceptation, une fois de plus.

Effet positif :

Tu apprendras à lâcher prise. Il y a tellement de choses dans ta vie que tu ne contrôleras pas ... Tu apprendras que le destin n'est pas un objet que l'on façonne, mais plus une vague que l'on apprend à surfer. On a du contrôle, on tient sur sa planche, on donne une direction ... Mais putain cette vague ... C'est bien elle qui domine.

2.2. Vie de couple

La passion des débuts ne dure pas. Point.

Il y a l'amour, et le sentiment amoureux. Ce dernier, tu le connais. Tu sais, c'est celui qui ressemble à ta première cuite, ou une nouvelle drogue, où tu découvres un nouvel état d'insouciance et de décontraction, qui te donne une vision plus belle du monde. Vous baisez 5 fois par jour, tu peux rester des heures à la regarder dans les yeux, vous riez tout le temps, vous faîtes plein de choses, et bien sûr, vous re-baisez derrière une fois de plus.

... Puis ça passe. Et quand on a pas l'expérience, on peux se dire que 'ah ben non c'est pas elle'. Et peut-être que tu es dans le vrai, je ne sais pas, mais il faut bien comprendre cela avant de se décider : cette passion ne dure pas.

Tes yeux s'habitueront à sa beauté, elle sera moins intense, tu commenceras peut-être même à lui remarquer des défauts.

Vous aurez eu le temps de vivre des situations moins agréables, tu auras vu les premiers points de friction entre vous, et ses aspects à elle les moins appréciables. Non elle n'est pas parfaite. Personne ne l'est.

Le sexe sera toujours bon, en tout cas je l'espère pour toi, mais l'effet 'nouveauté' passera. On passera de 3 fois/jour à 1 fois/jour, puis à 3 fois/semaines, puis moins, voire encore moins selon le stress/forme/emploi du temps de chacun.

Effet positif :

Tu comprendras que le sentiment amoureux et l'Amour sont 2 choses différentes. Cela te forcera à te pencher sur cette question. Et tu comprendras que cette passion des débuts peux se transformer, je dirai même se transcender, en quelque chose de plus fort, plus intime, plus profond, et c'est alors là où la passion des débuts ne te manquera plus. Et tu cessera de ressentir ces manques en couple.

Il y aura des conflits, voire des engueulades. Toujours.

... et si tu te poses y réfléchir un instant, c'est juste normal non ? Même en vivant seul, tu peux avoir différentes parties de toi en conflit et arriver à des genres d'engueulades avec toi même. Ben multiplie ça par deux. Hop. Rajoute de la complexité avec la vie dans la même maison/appart, voire un crédit, voire des enfants. Hop hop. Rajoute les embûches de la vie, plus ou moins graves. Hop hop hop.

Oui voilà, il y aura des engueulades. Parfois ce sera un petit accroc où vous serez un peu grognon l'un envers l'autre le temps d'une soirée. Parfois il y aura des crises avec des hurlements et de la vaisselle cassée. Bien sûr, cela ne doit pas être trop souvent. Et il faut savoir résoudre ces crises quand elles arrivent.

Mais s'attendre à la béatitude parfaite des débuts tout le long, et penser rupture à chaque accroc, c'est clairement se voiler la face.

Un bon couple n'est pas celui qui ne s'engueule pas. C'est celui qui s'engueule bien. De la bonne façon. De façon productive. En gardant le respect minimum. Qui transforme une embrouille en opportunité, pour chacun d'apprendre sur lui/l'autre et avancer dans l'acceptation (encore elle) de l'autre et de lui même, ou pour le couple de faire encore des réglages nécessaires.

Effet positif :

Tu comprendras que savoir vivre les instants et émotions positifs de la vie ... C'est facile. C'est gérer le négatif le plus dur. Tu comprendras que la bonne partenaire, ce n'est pas tant celle dont les qualités te plaisent, mais celle dont les défauts te vont. Tu apprendras à gérer ce négatif. A confronter et accepter ce qui en toi, et en elle, amènent ces frictions. Te faisant progresser encore plus loin dans l'intimité individuelle et partagée.

Choisir, c'est se priver.

Tu en es couple. Ma foi, ça se passe bien. Ca rigole, ça baise, ça se caline, desfois ça s'accroche, mais hey, franchement ça va.

Puis tu ouvres facebook/instagram/autre. Ou même juste la tv. Qui vont te balancer nichon sur nichon. De la sexualisation à outrance. Te faire mirroiter cette société du tout-consommable et te faire te demander si lors de tes prochaines courses, en plus du PQ et des carottes, si tu ramènerais pas une fit-girl d'instagramm de 20 ans au cul taillé dans le marbre.

Ou alors tu habites dans une grande ville. Et tu croises des jolies filles tout les 4 mètres.

Ou alors tu bosses dans un milieu très féminin (infirmier ? Dans le social ? Le culturel ?), et les petits sourires en coin de tes collègues te feront vibrer, et c'est normal.

Puis tu rentres. Le quotidien est là. Et ta chérie t'expliquera qu'elle a passé une sale journée, du coup elle est en mode pyjama-netflix depuis qu'elle est rentrée à 19h, et donc c'est à toi de sortir la poubelle, faire à manger, et lui faire des gratouilles pour calmer sa sale humeur ... et tes rêves de levrette claquée sur fessier improbable travaillé au squat à + de 100 kg viendront encore plus fort toquer à la porte de ta soirée peu reluisante.

Choisir c'est se priver. Tu as choisi une carrière, en te privant de toutes les autres. Même chose quand tu as acheté ta voiture. Ou quand tu décides de passer du temps avec tel ami et pas l'autre, quand les invitations se croisent. Tu peux pas tout avoir.

Effet positif :

Tu comprendras que la recherche permanente du plaisir, de l'excitation, c'est un comportement proche de l'addiction. Et que c'est sans fin. Même si ta copine était d'accord pour te laisser sauter de jeunes canons, et que tu en étais capable, ce serait sans fin. Tu viens de baiser une HB8 ? Il te faudra la 9. Puis la 10. Puis deux 10 en même temps. Puis 3, avec une seringue d'héroïne dans chaque fesse, avec une chorale gospel chantant tes louanges pendant cette orgie. Sans fin.

___________________________________________________________________________________________________________

Allez, on s'arrête là pour aujourd'hui. On a vu quelques vérités limitantes, relatives à chacun, ou absolues, avec lesquelles il vaut mieux faire la paix, pour être soi-même ... en paix. Prochainement, partie 3, on rentre dans la pratique : Comment qu'on fait pour 'faire avec' les trucs qui font chier ?

Prenez soin de vous.

Mr_Orange
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+3] La suite, vite ! le 18.03.20, 17h14 par BirdonTheWire
  • [+3] A lire le 18.03.20, 21h51 par The_PoP
  • [+1] Il y'a du vrai... le 20.03.20, 07h37 par Onmyoji
  • [+1] La suite, vite ! le 31.03.20, 20h19 par Girasole
  • [+1] Bien vu le 03.04.20, 23h46 par Alniyat

How can I stop my seduction?
Avoid doing these things:
Be too available.
Drop other plans for him.
Indulge in a marathon first date lasting for hours.
See him several times in the first week.
Share all your personal information or stories.
Talk for hours on the phone or text constantly.
Fall in love before you know he is worthy of that privilege.

Resilient people are aware of situations, their own emotional reactions and the behavior of those around them. ... By remaining aware, resilient people can maintain control of a situation and think of new ways to tackle problems. Another characteristic of resilience is the understanding that life is full of challenges.

Acceptance means to be in the embrace of what is without resistance. ... Acceptance means to be in the embrace of what is without resistance. True acceptance is one of the most powerful and life-changing practices you can choose for your life journey.

Répondre