Certaines filles préfèrent les mâles bêta?

Note : 10

le 11.04.2020 par Rominoss

6 réponses / Dernière par FK le 07.05.2020, 04h40

Pour celles et ceux qui veulent discuter et demander des conseils rencontres et séduction; comment faire avec cette fille ou ce mec; et plus généralement, comment pécho / trouver l'amour à l'ère du swipe left, notamment quand on est ni mannequin, ni un ninja de la drague.
Répondre
Ici j’utilise les termes alpha et beta pour schématiser, chacun aura compris où je veux en venir
Alpha=dominant, sans failles etc
Beta=qui est conciliant, qui montre ses failles etc

Dans certaines de mes phases de drague ça m’est arrivé de tomber sur des filles qui semblaient être craintives ou impressionnées, presque intimidées face à moi quand j’avais des comportements « alpha » du style c’est moi qui dirige, macho, je montre pas mes points faibles, je montre pas trop de compassion, je sexualise etc...
Et c’est souvent des filles qui devenaient beaucoup plus à l’aise et gentilles dès que j’adoptais des comportements « beta » du style je la laisse choisir, je suis bien poli, je parle un peu de mes problèmes
Et c’était des filles totalement classiques, pas des filles différentes ou hors norme

Et dans les filles avec qui j’ai conclu, y’en a un certain nombre où j’ai pu conclure que parce que justement à un moment j’ai montré une « faille », genre c’est ça qui leur a donné envie d’être avec moi

Sauf que ça va contre tout ce qu’on dit sur les relations, que soit disant les filles préfèrent les alpha
C’est à n’y rien comprendre

Par défaut j’adopte des comportements alpha, mais force est de constater que via des comportement beta j’ai déclenché des niveaux d’attirances chez les filles que je n’aurais jamais pu déclencher avec mes comportements alpha
Et par des comportements alpha j’ai pu faire peur à certaines filles qui auraient sûrement voulu un mec un peu tendre

Finalement, est-ce que les filles sont si attirées que ça par les mecs hyper burnés?

Est-ce que finalement les beta ont pas un capital sympathie supérieur à celui des alpha?

J’ai des amis qui sont complètement beta et qui pourtant qui s’en sortent très bien dans la drague

Peut-être que ça vaudrait le coup de mettre un peu à jour ce qu’on a dit sur l’efficacité des comportements alpha dans la drague, car quand je regarde mon expérience je constate que ça veut pas dire grand chose

Mais donnez moi un peu vos avis et témoignages

Dans tes interventions précédentes tu as laissé entendre que tu avais des problèmes de calibration.
Je ne suis pas certain de la façon dont tu mets en application une attitude "alpha", mais ce qui est certain c'est qu'une fille préféra généralement un mec normal, voire "beta" à un "alpha" mal calibré ou fake.
Ce que j'appelle fake : des mecs insécures mais qui surcompensent avec une grande gueule ou des gros muscles.
Mal-calibré : le mec qui s'emporte pour rien, qui confond "être alpha" avec gueuler plus fort que l'autre ou être inutilement violent.
Calibrer, ça veut aussi dire s'adapter à son public, faire preuve d'intelligence sociale : inutile de se montrer super macho ou dominant avec une fille déjà réservée et timide à la base.
Dans tous les cas, prendre des initiatives, sexualiser, etc, c'est top si c'est fait de façon fluide et équilibrée.

La théorie te donne les grandes lignes, le reste ça s'apprend à force d'expérience.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Bien vu le 11.04.20, 21h26 par The_PoP
  • [+1] Bien vu le 12.04.20, 17h47 par Alniyat
  • [+1] Yep ! :) le 10.05.20, 21h39 par Marco Polo

Pareil que Jalap’ c’est probablement un problème de Calibration.

Alpha et Bêta pour moi c’est juste avec charisme ou sans charisme.
Tu sais cette capacité à faire bouger les gens.

Le soucis c’est que y a tout un tas d’univers ou être alpha ne demande pas les mêmes compétences. Dans un labo de science, sur un terrain de foot, dans une soirée mondaine ou dans un bal populaire. A l’école ou dans la cour.

Associer simplement alpha à une virilité exacerbée me semble un raccourci bien étrange.

A mon sens donc ton observation est juste. Un mec sain dans ses relations, montrant de l’intelligence relationnelle et de l’empathie, assumant ne pas être ce qu’il n’est pas (parfait en l’occurrence) sans faire porter le poids de ses défauts aux autres... alors oui celui là devient un mec intéressant.


Et les nanas cherchent des mecs intéressants. Et des beaux mecs.

D’ailleurs les mecs cherchent des nanas intéressantes. Et des belles nanas.
Quand ces deux qualités sont réunies :) c’est tout benef’


Après dans ton interprétation de l’alpha, évidemment que le chef de meute va sembler intéressant. Mais comme Le Brun ténébreux et mutique dans le même groupe. Sauf que si l’un des deux est imbuvable et un tyran bah...



A mon avis donc comme Jalap’ c’est bon signe tu progresses et te rend compte que mal calibré ça ne sert à rien.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Bien vu le 12.04.20, 17h47 par Alniyat
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

Alpha=dominant, sans failles etc
Ta définition du mâle alpha me semble caricaturale.

Mystery interprète la psychologie évolutionniste en considérant les valeurs de "reproduction" et de "survie" comme les causes des comportements (échange de valeur survie contre reproduction). Dans le sens où un alpha checkrait les valeurs qui incombent à la valeur survie, en opposition à celui qui est dans la norme, qui manifeste avant tout son intérêt plutôt que sa valeur.

Il pense donc qu'avant de manifester un signe d'intérêt, il faut premièrement attirer (signe d'intérêt féminin avant masculin). D'où la démonstration de valeur qui remplace l'investissement. Le tout serait donc d'apprendre à sous-communiquer sa valeur, avant de montrer un signe d'intérêt. Sous communiquer c'est transmettre d'une manière indirecte (j'ai une grosse voiture, je te guide, je suis macho : c'est du premier degré et c'est trop direct).

Comme on le sait aujourd'hui la norme est de penser pouvoir reconstruire ces valeurs et en particulier celles qui sont directement associées à la masculinité. Ce qui pousse la majorité à se diriger vers un asservissement total devant la beauté, à offrir un accès illimité à leur ressources, sans aucune contrepartie. Cependant le marché du sexe ou la sélection féminine semble entretenir un décalage, notamment à cause de la concurrence exacerbée sur les SDR, qui prouve que le surinvestissement ne séduit pas.

L'essentiel me semble donc de se détacher de la norme, de faire une démonstration de valeur. La meilleure manière de le faire étant pour moi indirecte et sous-communiquée. Ne pas accorder de privilèges à une très jolie fille est une démonstration de valeur. Le tout est de ne pas baser son comportement sur l'approbation féminine.

Ce que les filles recherchent le plus c'est un homme qui a confiance en lui et qui assume qui il. Tu peux être le plus gros geeks de jeux vidéos, si tu expliquent ta passion avec ferveur et conviction ça passera beaucoup plus qu'un beau gosse qui n'ose pas regarder la fille dans les yeux et qui a une voix mal assuré. En fait on a tous en nous une part de alpha et de beta en nous, on est naturellement hyper séduisant et on a tous pas confiance en nous dans un domaine. Le sujet à déjà été traité un peu plus haut mais effectivement la question n'est pas d'être alpha ou bêta (au sens où tu l'entends) mais plutôt d'être callibré.

Ce qui est fondamental c'est de savoir s'adapter à son interlocuteur, d'être un véritable caméléon doté d'intélligence sociale. Ainsi si tu parles à une fille hyper timide et que tu te comporte comme un Bradd Pitt dévergondé, tu vas la faire fuir. De même si tu te comportes comme un jim dans American pie (c'est seulement un film si il peut se tapper Nadia), avec une hb 10 qui a l'habitude de se faire aborder par tous les mecs c'est game over aussi.

La subtilité c'est de savoir à quelle moment on peut montrer son côté vulnérable et quel moment tu dois montrer ton côté viril

Revenant tout juste dans le game après une très longue absence, je ne sais pas si je suis très légitime en la matière, et j'ai tout un comportement à reconstruire, mais je pense qu'à défaut de maitriser la pratique, je pense avoir un certain bagage théorique. Si des PUA veulent me corriger, j'en serais ravi.

Concernant le fait d'être alpha, bêta, ou oméga, je crois qu'il faut être l'alpha, là-dessus, j'en suis à peu près certain, mais le truc c'est de savoir ce que veut dire être l'alpha ou en tous cas, quel alpha!?

L'alpha "parfait" (comprendre sans aspérité, ni défaut ou faiblesse), qui s'impose par la force, parce qu'il prend physiquement de la place, parce qu'il vocifère, parce qu'il sait tout... je ne pense pas que ça marche. Déjà, parce qu'il fait peur, parce qu'on ne peut pas discuter avec lui, parce qu'il nous fait sentir que notre avis ne vaut rien, et parce que tout le monde veut pouvoir exister, et qu'à côté de lui ça semble impossible. Il attire l’œil dans un premier temps, et peut même attirer pendant un moment, mais on ne peut pas rester avec et lasse plus ou moins vite. Et aussi parce que dans le fond, nous sommes tous conscient que personne n'est parfait, et quelqu'un qui prétend le contraire est juste imbus de lui-même au mieux, ou sinon menteur et vantard.

D'un autre côte, on peut très bien être sûr de soi et de ses choix, tout en considérant que pour d'autres, des points de vues différents peuvent être tout aussi légitimes, parce qu'on a des histoires différentes. On peut diriger une conversation quasiment sans parler. On se sent plus proche de ceux qui nous ressemblent, et on à tous un vécu, avec des blessures, des échecs et des doutes. Les assumer, c'est aussi montrer qu'on est capable de reconnaitre ses tors, mais aussi qu'on avance malgré tout, qu'on est capable de se relever, qu'on est combatif (ne pas confondre avec belliqueux). C'est rassurant pour une fille; elle se dit que si jamais vous êtes en galère (financière, coup du sort, ...) vous ne baisserez pas les bras, et trouverez une solution pour remonter la pente.

En lisant des field reports, des livres (The Game de Niell Strauss par exemple), en regardant la télé ou en discutant avec de jolies filles, on se rend compte que même la HB10 a des blessures, et est vulnérable. Oui, elle impressionne car quand on la regarde, on voit une magnifique femme qui serait capable de mettre le monde à ses pieds d'un battement de cils, avec tous les mecs du bar qui l'abordent ou rêveraient de l'aborder. On sait que si elle veut un mec, elle en a 10 à ses pieds prêts à vendre leur âme au diable. Pour autant, tout ce qu'on voit, n'est qu'une image sortie d'un contexte et de son histoire. Peut-être avait-elle de l’acné, était-elle obèse, ou moche pendant son adolescence. Peut-être était-elle le souffre douleur de sa classe au primaire. Je pourrais faire une liste interminable... Donc elle aussi appréciera que son interlocuteur ait des cicatrices, comme elle.

Attention, avoir des faiblesses, des cicatrices, ne veut surtout pas dire s’apitoyer sur son sort, et il ne vaut peut-être mieux pas trop en parler, mais juste sous entendre que vous n'avez pas fait que survoler tous les obstacles de la vie. Regardez Don Drapper dans Mad Men. Il passe son temps à emballer. Il est clairement l'Alpha, il est respecté, admiré, et envié. Il donne l'impression que tout est facile (la sprezzatura, pour les amoureux de mots peu communs qui font bien dans une conversation), et il s'impose face à ses interlocuteurs, mais parle très peu. Pourtant, il a clairement un passé assez lourd, et il a régulièrement des revers de fortune. Il n'en parle pas (ou peu) et continue d'avancer.

Pour moi, donc, être alpha, c'est être sûr de soi, s'assumer avant tout, sans honte. Je crois que je conclurais ce pavé en donnant un sentiment personnel, mais que je pense assez répandu: on est attiré par les qualités, mais ce sont des défauts dont on tombe amoureux.

Alpha / pas alpha vs les filles, c'est un mode de raisonnement binaire.
La psychologie des relations, c'est pas binaire (parce que les gens sont pas binaires).

(sans parler du fait que le concept de "alpha", il est galvaudé au possible, et qu'il sert surtout à plaquer tout et n'importe quoi dessus, jusqu'à ce que ça n'ait plus aucun sens dans le monde réel)


=> Je propose une autre façon de voir les choses :

Il y a des filles (des gens) qui préfèrent les mecs discrets.
Il y a des filles (des gens) qui préfèrent les grandes gueules.
Il y a des filles (des gens) que les mecs discrets emmerdent.
Il y a des filles (des gens) que les grandes gueules font fuir.

Et à côté de ça :
il y a des grandes gueules qui savent écouter, tenir compte et respecter la voix et la sensibilité des autres.
il y a des discrets qui sont bornés, imbus d'eux-mêmes et qui ne respectent pas les autres.

Tu peux aussi renverser l'interrogation :
- as-tu envie d'une fille qui aime les mecs discrets ?
- as-tu envie d'une fille qui aime les grandes gueules ?

Et cette fille, préfères-tu qu'elle soit elle-même discrète ? Ou grande gueule ?


=> y'a trop de dimensions pour pouvoir juste raisonner en termes de "les filles préfèrent-elles les alphas ou non".
Ne serait-ce déjà que parce que "les filles" ça existe pas, c'est une généralisation abusive.
Il y a autant de filles que de mecs, chaque personne a sa personnalité, ses préférences, ses sensibilités et ses insécurités. Faut vraiment abandonner tout mode de raisonnement à base de "les filles" ou "les femmes", c'est déjà un grand bond en avant.

Raisonner en généralités comme ça, c'est regarder la vie en 8bits alors que tout se passe plutôt en 4k.


Autrement, plus simplement : si on décide que "alpha", c'est un mec qui n'a pas peur d'être lui-même, alors oui, on peut dire que globalement ces gens là sont plus populaires / appréciés / recherchés - pour peu qu'ils soient pas désagréables, mal élevés et écrasants pour les autres.

La dominance, ça marche que si c'est calibré avec intuition et intelligence, sinon c'est bulldozer et y'a pas mieux pour passer pour un abruti.


Encore plus simplement : ce qui paye, c'est d'être bien dans sa peau, équilibré et agréable dans ses relations aux autres, drivé par une envie de connecter et s'amuser avec les autres (et non par des insécurités ou des choses à prouver / des revanches à prendre).
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] le 07.05.20, 10h14 par Rubicon
  • [+3] A lire le 07.05.20, 10h29 par The_PoP
  • [+2] Yep ! :) le 07.05.20, 11h32 par Jalapeno

Répondre