Relation parents/copine

Note : 30

le 15.08.2020 par Le_Paternel

30 réponses / Dernière par Focus le 29.08.2020, 20h27

Pour celles et ceux qui veulent discuter et demander des conseils rencontres et séduction; comment faire avec cette fille ou ce mec; et plus généralement, comment pécho / trouver l'amour à l'ère du swipe left, notamment quand on est ni mannequin, ni un ninja de la drague.
Bonjour à tous,

Je pense qu’avant de parler du cœur du problème, il est nécessaire de poser le contexte.

J’ai 25 ans, j’ai fini mes études en 2019 et est trouvé par la suite mon premier CDI qui me convient très bien depuis. Nous pouvons rajouter à cela que je suis fils unique et ait toujours vécu chez mes parents avec qui j’entretiens une relation fusionnelle. Je suis avec ma copine depuis plus d’un an. Et j’avais des idées arrêtées quant à un potentiel aménagement, notamment sur le fait que je voulais vivre dans le domicile parental encore un ou deux ans pour mettre de côté. Mais ça, c’était avant le confinement. En effet, m’étant confiné avec ma copine, j’ai pu voir le plaisir que c’était la vie de couple (partager ses passions, avoir sa copine aux petits soins etc.). Avec tout ça, j’ai revu mes idées et me suis dit que j’étais prêt pour aménager. Suite au confinement, après une cinquantaine de visites, nous avons trouvé la perle rare et vivons ensemble depuis.

Pour mon plus grand bonheur, mais pas pour celui de mes parents il semblerait. La situation est assez tendue entre mes parents et ma copine, et j’en paie les pots cassés.

Tout a commencé avec l’aménagement. En leur exposant mon souhait d’avoir mon chez moi, ils ont été surpris de mon changement de décision (1 à 2 ans, à bon je quitte le domicile cette année) et on commençait à croire que ma copine avait fait le forcing durant le confinement pour accélérer ma décision. Ensuite, pour les visites, mes parents trouvaient toujours quelque chose à dire sur ce que nous visitions. Après, il y a eu l’emménagement où mes parents se sont (imposés selon ma copine) pour nous aider, pour nous proposer leurs meubles etc … Là où je voulais construire notre chez nous et ne voulait pas forcément reprendre des anciens meubles, et où je me prenais des « Tu gaspilles ton argent » en pleine face. Même s'ils venaient aider de bon cœur, ma copine les a trouvé trop intrusif durant l'aménagement me disant que c'était notre chez nous et pas le leur.

Étant donné qu'elle a un fort caractère, mes parents ont tendance à la trouver trop directive et ont donc par conséquent cette crainte que je suive bêtement étant aveuglé par amour. Même si cela ne justifie pas tout, je mettais ça sur les tensions d'un aménagement, de laisser partir leur enfant etc. Sauf que cela ne s'est pas arrêté, et je ressens de plus en plus cette animosité. Dès qu'ils me voient, j'ai le droit à des "Tu as changé. Ne laisse pas quelqu'un te changer" (Tout ça parce qu'un jour je leur avais dit que j'avais besoin de leur aide, et le lendemain que finalement on se débrouillait pour éviter de les embêter et eux l'ont pris en "Sa copine ne veut pas de notre aide, c'est elle qui décide et lui suit bêtement"). Et je me prends d'autres réflexions telles que "Tes amis n'ont pas été surpris de ta décision rapide ? Ah, ils sont contents pour toi ? Il en faut bien qui soient contents".

Le plus dur a été les vacances dernières. Nous avons une maison de famille où nous sommes plusieurs à se rejoindre, mes parents sont venus quelques jours, et c'était le froid glacial entre nous quatre comme si nous avions fait quelque chose de travers. Hormis pour dire qu’elle faisait quelque chose mal, ils ne lui ont quasi jamais adressé la parole.

Je dois reconnaître que c'est assez délicat comme situation, je ne pensais pas un jour être dedans étant donné que j'ai toujours eu une relation forte avec mes parents. C'est comme si peu importe ce qu'elle faisait, y trouverait toujours quelque chose à redire : Elle aime me faire plaisir et eux me disent "Tu sais, il ne faut pas voir que ça, ça ne fait pas tout. On ne quitte pas une mère pour en retrouver une autre". Alors que je suis sûr que si c’est moi qui faisait tout, ils me diraient « Tu t’es mis avec une assistée ».

Et j’avoue que je suis dans l’incompréhension la plus totale. Voir mes parents me répéter « Tu as changé, tu n’es plus le même » et me dire que je suis bêtement ma copine, ça me fait mal. Je veux dire, ok, je suis peut-être moins rigide en ayant raccourci mon départ du nid familial et ce rapidement, mais je n’ai pas changé du tout au tout, je ne suis pas parti au bout du monde pour la suivre sur un coup de tête, je ne me suis pas mis à délaisser tout le reste, aucun motif me semble légitime pour une telle situation. Je suis heureux et ils devraient être heureux pour moi. Et bien même si je faisais une erreur, c’est l’apprentissage de la vie, je n’ai fait pas un all-in non plus. Bien évidemment, la communication s’impose, et c’est ce que je ferai à mon retour de congés en leur demandant ce que j’ai fait de mal. Mais, malheureusement, je suis presque sûr qu’ils vont me dire « Ça y est, c’est ta copine qui te monte le cerveau pour que tu te dresses contre nous, tu vois, tu as changé ». Et c’est là que je ne sais pas vraiment comment aborder la chose.

Vous avez du feedback ? Merci ! :)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Courage le 15.08.20, 15h39 par The_PoP

Ben aborde les choses tranquillement en leur demandant le fond de leur pensée.
S’ils tournent autour du pot mets les pieds dans le plat toi.

Et explique leur. Tranquillement. Sereinement. Sans t’énerver.

Assume que tu changes. Assume que oui tu as pu prendre des positions à une époque puis en changer quand tu t’es rendu compte de ton erreur.
Explique leur que vivre ta vie et prendre ton indépendance c’est ce qu’ils pouvaient te souhaiter de mieux. Que tu fais finalement comme eux.

Et que oui, tu es amoureux, et que d’avoir rencontré cette fille qui te pousse à être un homme meilleur est une très bonne chose qui t’arrive. Et que tu aimerais qu’ils se réjouissent pour toi. Oui tu changes à son contact comme tu as changé à leur contact, c’est ainsi. C’est juste la vie, pas de la manipulation. Et que non tu ne cherches pas d’autre mère, tu en as une que tu aimes du fond du cœur.
Explique leur que toi tu souhaites continuer à les voir mais que s’ils ont des relations tendues avec ta meuf alors ce sera forcément plus compliqué, pour tout le
monde.
Tu peux également leur dire que tu as entendu leurs inquiétudes, leurs avertissements et leurs alertes mais que si c’est une erreur d’être avec cette meuf, alors c’est une erreur que tu as besoin de faire aujourd’hui.

D’un autre côté explique aussi à ta meuf qu’il faut mettre de l’eau dans son vin. Que tu ne choisiras pas entre elle et ta famille et que si elle souhaite passer une bonne partie de sa vie avec toi alors elle devra les côtoyer longtemps. Et que forcément c’est à la dernière venue de s’intégrer. C’est ainsi et tu feras de même avec sa famille à elle. Il n’y a nul territoire à marquer.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] A lire le 15.08.20, 18h42 par Popovski
  • [+2] En effet le 15.08.20, 19h36 par Allandrightnow
  • [0] Pas convaincu le 16.08.20, 08h00 par Onmyoji
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

Je pense que ça ne sert pas vraiment de leur donner ton point de vue, puisqu'ils ne lui portent pas vraiment de valeur, considérant qu'il vient de quelqu'un d'autre.
Demande leur de justifier le leur.
En quoi as-tu changé? (À part le fait d'accélérer une décision. Au passage, il n'y a que les cons qui changent pas d'avis, surtout face à de nouvelles informations).
Si c'est le cas qu'est-ce qui est mauvais, et qu'est-ce qui est une évolution pour eux?
Qu'est ce qui leur fait croire que le changement vient d'elle et pas de toi et si c'est le cas, en quoi serait-ce mauvais?

Ensuite tu peux leur dérouler tes raisons, sans parler de tes émotions, reste sur le factuel. Et leur montrer qu'à aucun moment ils ne t'écoutent.
Les bassiner avec une histoire d'amour c'est le meilleur moyen de te décrédibiliser, et de leur montrer que ce n'est pas ta tête qui contrôle mais tes sentiments (et ta bite).
Leur faire un pseudo ultimatum genre "ça va me compliquer les choses si vous vous entendez pas", même si c'est un fait, ça va les braquer parce qu'ils vont entendre que par la force des choses c'est elle que tu choisiras.
Leur dire que tu n'es pas manipulé ou que c'est toi qui décides, c'est aussi inutile et contre-productif, c'est ce que disent des tas de gens manipulés et qui ne devient de rien et sont dans l'illusion.
Montre leur le processus de décision que tu as eu quand vous avez choisi certaines choses.


Pour ton histoire de meubles vends-les s'ils n'en veulent plus et achète toi ce que tu veux toi pour faire les choses à ton image avec l'argent.

Aussi, il y a au moins un truc sur lequel je suis d'accord avec eux, c'est que parler du fait que sa copine est aux petits soins comme justification c'est ridicule.
Tu peux aimer ça mais dis-toi que le confinement c'est pas la vraie vie, quand elle bossera elle aura plus de choses à faire et moins de temps à te consacrer, plus de stress, moins de temps de cerveau disponible pour toi et moins pour le "foyer".
Et que si tu en branles pas une et te fais traiter comme un pacha (je sais pas si c'est ce qu'il se passe mais méfie toi de tes repères, tu es fils unique et ce sont souvent des enfants rois. Demande à des potes des deux sexes ce qu'ils pensent de votre répartition des tâches), elle finira par se fatiguer, t'en vouloir, ou se transformer en harpie qui croisse "charge mentaleeeeee" (à raison pour la première fois depuis l'invention du terme).

Enfin, tes parents ont sacrément peu confiance en toi, pourtant pour le boulot j'imagine qu'ils t'ont pas fait pas des sketches comme ça. Ou alors ils t'ont fait pistonner pour contrôler la chose.
S'ils n'ont pas confiance, c'est qu'ils pensent que tu n'es pas armé pour la vraie vie, et n'ont pas confiance en l'éducation qu'ils t'ont donnée pour ça.
Montre leur que tu as dépassé cela (par exemple en faisant un certain nombre de visites donc en étant attentif à tous les facteurs y compris le loyer puisque l'aspect pognon ça doit être important pour eux - j'imagine, sans jugement, que tu viens plutôt d'un milieu bourgeois à ce que tu racontes).
Il existe aussi sans doute un désamour profond et rentré pour ta copine (et avec elle? Comment elle les sent, je sais que c'est un sujet qui fâche mais en vrai?). Au départ ils devaient se dire que tant que vous n'emmenagiez pas tu trouverais mieux selon leurs critères (ta copine est dans une "filière garage" avec beaucoup d'appelés -et d'indécis- et peu d'élus et beaucoup de dénuement et de chômage en sortie, elle n'a pas ses diplômes/ pas fini ses études et donc tu paies pour deux; elle vient d'un autre pays - pas considéré comme stylé/ au même niveau culturellement ou économiquement/ en termes de développement; ou a des origines/ une ethnie différente; elle a un niveau social différent/ inférieur?) et que ce que tu faisais là c'est juste l'initiation d'un jeune homme. D'ailleurs il me semble que tu as mis le doigt dessus sans oser te l'avouer, puisque tu penses que quoi que tu dises ils la dénigreraient. Soit ils sont en mode parents poules enragées ("aucune fille n'est assez bien pour mon bébéeeee"), soit ils peuvent vraiment pas la supporter pour de vrais bonnes raisons selon eux, mais spécifiques à ce qu'elle est.
Est-ce la première fille que tu leur as présentée? Ont-ils suggéré que tu ne devrais pas te confiner avec, ou ont-ils déjà écorné son image?

Je ne pense pas que tu doives dire quoi que ce soit à ta copine à part que tu gères et qu'elle se détende. Elle n'a pas à adapter son comportement si tes parents sont dans une démarche toxique en mode "mon bébé de 25 ans". C'est à toi de gérer, c'est toi l'homme et c'est ton territoire que tu défends, le simple fait que ta copine soit obligée de faire ce genre de travail c'est déjà nuisible pour vous et l'image qu'elle a de toi (n'en déplaise à certains il y a bien des rôles implicites dans un couple, et à moins d'être avec quelqu'un de très atypique, on se laisse naturellement influencer par cela, quel que soit notre discours conscient. Et vous m'avez l'air d'être dans cette dynamique puisqu'elle fait la fille serviable avec toi et que tu dois lui fournir en retour un certain degré d'aide et de confort).

Une dernière chose:
Essaie de prendre tes parents à part pour leur parler, sans leur laisser le temps de discuter entre eux. Il est très possible par exemple que seul l'un des deux soit viscéralement contre et l'autre soit plus cool mais emporté par le discours de sa chère moitié (sont-ils fusionnels entre eux aussi?).
Et il est très possible que ce soit ta mère qui soit à fond contre ta copine. L'autre possibilité serait que chacun ait des griefs préexistants et différents contre elles.
Mais cette histoire est un révélateur. Elle ne prend pas sa source là. Pas dans ton aménagement.
Ceci n'est pas une citation inspirante

Une petite chose en passant - si tu n’as pas bien communiqué ta décision de partir, elle peut en effet apparaître comme précipitée. Après si tu leur expliques et va manger une fois par semaine chez eux ce sera bien

Par contre ne pense pas que c’est la faute de tes parents ou de ta copine. Si il y a un malaise c’est que tu n’as pas posé les bases. Et vu comment tu as expliqué la situation c’est tout le monde qui va devoir faire un gros effort - toi elle et tes parents sinon ta relation ne va pas tenir.

Bon courage
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Yep ! :) le 16.08.20, 14h16 par Jalapeno
Au contraire à côté de moi un Bisounours paraitrait méchant (C) NorCal 2007

Au début de la lecture de ton histoire, je me suis dit "bon ils ont été surpris par son départ, ils vont se détendre petit à petit" mais visiblement pas.

Tu as raison de te pencher sur la question, je pense que c'est urgent de mettre les choses calmement et sereinement à plat avant que la situation ne se crispe encore davantage qu'elle ne l'est, pour repartir sur des bases saines.

Je pense que tu peux les interroger sur ce qu'ils ont ressenti à ton départ. Ils ne s'imaginaient pas te voir partir et d'un coup leur "bébé" s'envole ... Ça leur fera peut être du bien si ils arrivent à s'exprimer à ce sujet, et de voir que tu les comprends.

Ceci étant dit, le rôle d'un parent c'est que son enfant devienne autonome, et même si ils sont un peu déboussolés ils peuvent se réjouir d'avoir réussi.

Par ailleurs, je pense qu'il faut mettre un coup d'arrêt très net à toute allégations comme quoi tu "suivrais aveuglément" ta compagne.
Ce n'est d'une part pas très respectueux pour elle
Mais ça ne l'est pas non plus pour toi, ne t'ont-ils pas transmis jugement et esprit critique ? ;) De même que tu as appris à lire, marcher, étudier, tu as appris à bien t'entourer et si ce n'est pas le cas c'est à toi ce t'en rendre compte en faisant toi même les erreurs qui te feront leçons.

Peut être que ta compagne a des réactions excessives elle aussi mais honnêtement je ne vais pas la blâmer (cf mon sujet sur la belle famille), personnellement faire 50 visites avec des beaux parents qui donnent leur avis systématiquement négatif, et qui ensuite m'imposent leurs meubles et leur aide j'aurai pas résisté non plus.

A toi de rester à la fois aimant avec tes parents et en même temps de mettre les limites de leur intervention (quand tu trouves qu'il ne vous ont pas laissé meubler votre chez vous par exemple)

Enfin je rejoins la mise en garde sur le fait qu'une bonne copine ce n'est pas quelqu'un toujours aux petits soins. C'est sympa un temps, c'est un signe d'amour, mais il faut qu'à un moment l'équilibre se fasse. Parfois on ne se rend pas compte de tout ce que l'autre prend en charge, ça peut aider de noter sur papier pendant une semaine ce que chacun fait pour la vie commune et ré équilibrer si besoin (ou toute autre technique).
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 16.08.20, 17h41 par Onmyoji
  • [+1] Absolument le 17.08.20, 14h26 par Perlambre

The_PoP a écrit :
15.08.20
Ben aborde les choses tranquillement en leur demandant le fond de leur pensée.
S’ils tournent autour du pot mets les pieds dans le plat toi.

Et explique leur. Tranquillement. Sereinement. Sans t’énerver.

Assume que tu changes. Assume que oui tu as pu prendre des positions à une époque puis en changer quand tu t’es rendu compte de ton erreur.
Explique leur que vivre ta vie et prendre ton indépendance c’est ce qu’ils pouvaient te souhaiter de mieux. Que tu fais finalement comme eux.

Et que oui, tu es amoureux, et que d’avoir rencontré cette fille qui te pousse à être un homme meilleur est une très bonne chose qui t’arrive. Et que tu aimerais qu’ils se réjouissent pour toi. Oui tu changes à son contact comme tu as changé à leur contact, c’est ainsi. C’est juste la vie, pas de la manipulation. Et que non tu ne cherches pas d’autre mère, tu en as une que tu aimes du fond du cœur.
Explique leur que toi tu souhaites continuer à les voir mais que s’ils ont des relations tendues avec ta meuf alors ce sera forcément plus compliqué, pour tout le
monde.
Tu peux également leur dire que tu as entendu leurs inquiétudes, leurs avertissements et leurs alertes mais que si c’est une erreur d’être avec cette meuf, alors c’est une erreur que tu as besoin de faire aujourd’hui.

D’un autre côté explique aussi à ta meuf qu’il faut mettre de l’eau dans son vin. Que tu ne choisiras pas entre elle et ta famille et que si elle souhaite passer une bonne partie de sa vie avec toi alors elle devra les côtoyer longtemps. Et que forcément c’est à la dernière venue de s’intégrer. C’est ainsi et tu feras de même avec sa famille à elle. Il n’y a nul territoire à marquer.
Merci pour tous ces conseils. Déjà ça me rassure parce que j’avais peur d’être anormal. Vous savez, j’adore mes parents et nous avons vraiment une relation privilégiée, du coup, ça fait mal mais ça remet vachement en question aussi. Et après avoir tout revisionné dans ma tête, je ne comprends pas ce qui légitimise tout ça. Le pire, c’est que c’est un cercle vicieux qui s’entretient. Plus mes parents seront froids/intrusifs avec ma nana, plus elle sera sur la défensive, et plus ils la trouveront autoritaire et plus ils me diront que j’ai changé blabla. Je veux leur parler et vais leur parler. Après c’est vrai que j’ai peur qu’ils mettent sur la table le « Non mais c’est toi qui est froid. Tu vois tu changes. Elle te dresse contre nous ». D’où le fait de clairement exposer le problème et choisir mes mots car oui ma copine ne demande qu’à entretenir une bonne relation avec eux.

Onmyoji a écrit :
16.08.20
Je pense que ça ne sert pas vraiment de leur donner ton point de vue, puisqu'ils ne lui portent pas vraiment de valeur, considérant qu'il vient de quelqu'un d'autre.
Demande leur de justifier le leur.
En quoi as-tu changé? (À part le fait d'accélérer une décision. Au passage, il n'y a que les cons qui changent pas d'avis, surtout face à de nouvelles informations).
Si c'est le cas qu'est-ce qui est mauvais, et qu'est-ce qui est une évolution pour eux?
Qu'est ce qui leur fait croire que le changement vient d'elle et pas de toi et si c'est le cas, en quoi serait-ce mauvais?

Ensuite tu peux leur dérouler tes raisons, sans parler de tes émotions, reste sur le factuel. Et leur montrer qu'à aucun moment ils ne t'écoutent.
Les bassiner avec une histoire d'amour c'est le meilleur moyen de te décrédibiliser, et de leur montrer que ce n'est pas ta tête qui contrôle mais tes sentiments (et ta bite).
Leur faire un pseudo ultimatum genre "ça va me compliquer les choses si vous vous entendez pas", même si c'est un fait, ça va les braquer parce qu'ils vont entendre que par la force des choses c'est elle que tu choisiras.
Leur dire que tu n'es pas manipulé ou que c'est toi qui décides, c'est aussi inutile et contre-productif, c'est ce que disent des tas de gens manipulés et qui ne devient de rien et sont dans l'illusion.
Montre leur le processus de décision que tu as eu quand vous avez choisi certaines choses.


Pour ton histoire de meubles vends-les s'ils n'en veulent plus et achète toi ce que tu veux toi pour faire les choses à ton image avec l'argent.

Aussi, il y a au moins un truc sur lequel je suis d'accord avec eux, c'est que parler du fait que sa copine est aux petits soins comme justification c'est ridicule.
Tu peux aimer ça mais dis-toi que le confinement c'est pas la vraie vie, quand elle bossera elle aura plus de choses à faire et moins de temps à te consacrer, plus de stress, moins de temps de cerveau disponible pour toi et moins pour le "foyer".
Et que si tu en branles pas une et te fais traiter comme un pacha (je sais pas si c'est ce qu'il se passe mais méfie toi de tes repères, tu es fils unique et ce sont souvent des enfants rois. Demande à des potes des deux sexes ce qu'ils pensent de votre répartition des tâches), elle finira par se fatiguer, t'en vouloir, ou se transformer en harpie qui croisse "charge mentaleeeeee" (à raison pour la première fois depuis l'invention du terme).

Enfin, tes parents ont sacrément peu confiance en toi, pourtant pour le boulot j'imagine qu'ils t'ont pas fait pas des sketches comme ça. Ou alors ils t'ont fait pistonner pour contrôler la chose.
S'ils n'ont pas confiance, c'est qu'ils pensent que tu n'es pas armé pour la vraie vie, et n'ont pas confiance en l'éducation qu'ils t'ont donnée pour ça.
Montre leur que tu as dépassé cela (par exemple en faisant un certain nombre de visites donc en étant attentif à tous les facteurs y compris le loyer puisque l'aspect pognon ça doit être important pour eux - j'imagine, sans jugement, que tu viens plutôt d'un milieu bourgeois à ce que tu racontes).
Il existe aussi sans doute un désamour profond et rentré pour ta copine (et avec elle? Comment elle les sent, je sais que c'est un sujet qui fâche mais en vrai?). Au départ ils devaient se dire que tant que vous n'emmenagiez pas tu trouverais mieux selon leurs critères (ta copine est dans une "filière garage" avec beaucoup d'appelés -et d'indécis- et peu d'élus et beaucoup de dénuement et de chômage en sortie, elle n'a pas ses diplômes/ pas fini ses études et donc tu paies pour deux; elle vient d'un autre pays - pas considéré comme stylé/ au même niveau culturellement ou économiquement/ en termes de développement; ou a des origines/ une ethnie différente; elle a un niveau social différent/ inférieur?) et que ce que tu faisais là c'est juste l'initiation d'un jeune homme. D'ailleurs il me semble que tu as mis le doigt dessus sans oser te l'avouer, puisque tu penses que quoi que tu dises ils la dénigreraient. Soit ils sont en mode parents poules enragées ("aucune fille n'est assez bien pour mon bébéeeee"), soit ils peuvent vraiment pas la supporter pour de vrais bonnes raisons selon eux, mais spécifiques à ce qu'elle est.
Est-ce la première fille que tu leur as présentée? Ont-ils suggéré que tu ne devrais pas te confiner avec, ou ont-ils déjà écorné son image?

Je ne pense pas que tu doives dire quoi que ce soit à ta copine à part que tu gères et qu'elle se détende. Elle n'a pas à adapter son comportement si tes parents sont dans une démarche toxique en mode "mon bébé de 25 ans". C'est à toi de gérer, c'est toi l'homme et c'est ton territoire que tu défends, le simple fait que ta copine soit obligée de faire ce genre de travail c'est déjà nuisible pour vous et l'image qu'elle a de toi (n'en déplaise à certains il y a bien des rôles implicites dans un couple, et à moins d'être avec quelqu'un de très atypique, on se laisse naturellement influencer par cela, quel que soit notre discours conscient. Et vous m'avez l'air d'être dans cette dynamique puisqu'elle fait la fille serviable avec toi et que tu dois lui fournir en retour un certain degré d'aide et de confort).

Une dernière chose:
Essaie de prendre tes parents à part pour leur parler, sans leur laisser le temps de discuter entre eux. Il est très possible par exemple que seul l'un des deux soit viscéralement contre et l'autre soit plus cool mais emporté par le discours de sa chère moitié (sont-ils fusionnels entre eux aussi?).
Et il est très possible que ce soit ta mère qui soit à fond contre ta copine. L'autre possibilité serait que chacun ait des griefs préexistants et différents contre elles.
Mais cette histoire est un révélateur. Elle ne prend pas sa source là. Pas dans ton aménagement.
Merci pour ton retour. Pour le changement, je pense qu'ils ont quelques exemples en tête : Avant le confinement, je pensais me confiner avec eux (C'était ma zone de confort, je l'avoue). J'ai passé la soirée avec ma copine, et au final, j'ai voulu tenter l'expérience de me confiner avec elle. Première chose, ils ont pensé qu'elle m'avait monté la tête pour changer de décision et ne pas me confiner avec eux. Ensuite, l'accélération de l'emménagement (Où avant, je voulais attendre 1 à 2 ans). Et ensuite, des choses bêtes durant l'aménagement où je leur disais "Ok pour votre aide tel jour" et où au final pour ne pas les déranger, nous avons préféré faire par nous même les choses et où je me suis pris des "Tu changes de décision, tu me dis une chose puis ensuite une autre, faut t'imposer un peu" alors que j'avais fait ça pour ne pas les déranger. Et tout plein d'autres choses. J'avais voulu un WE de soldes aller voir des meubles/décorations au lieu de monter un autre meuble existant et on m'avait dit "Mais quelle idée d'aller un WE noir faire les boutiques. T'as pas d'autres choses à faire ? C'est encore ta copine qui a décidé ça, tu la suis bêtement".

Nous sommes tous les deux dans la vie active avec ma copine. Bien sûr, j'aide à la maison, mais c'est elle qui fait le plus, comme elle dit, elle aime me faire plaisir et être aux petits soins c'est me faire un plat ou autre. Elle prend son rôle de femme de maison très à coeur. Comme tu l'as si bien dit, j'ai toujours connu ça en tant que fils unique et c'est vrai que ça me plaît. Et là encore, mes parents me disent "Tu es aveuglé par le fait qu'elle est aux petits soins avec toi. Cela ne fait pas tout".

Qu'on se le dise, ma copine reste un fort caractère, cette idée de base, plus tous ces changements et leurs idées reçues font qu'ils pensent qu'elle est autoritaire, que je change parce que je me plie à ses désirs et donc la voit comme un obstacle. Pourtant, cela se passait très bien avec mon ex (Peut-être dû au fait que nous étions encore en étude et que nos études n'étaient pas dans la même ville donc 0 risque). Ma copine ne demande qu'à les aimer. Sauf que comme dit au-dessus c'est un cercle vicieux qui s'entretient. Les parents sont froids, ma copine est sur la défensive, ils la prennent pour quelqu'un de directif. Et encore une fois, nous travaillons tous les deux, avons deux beaux CDIs etc...

Bien sûr, je vais mettre les choses au clair. Mais bon, là encore, je sais qu'ils vont me dire "Tu vois, c'est toi qui est froid. Tu changes. Elle te monte contre nous. Blabla". Ce qui est délicat c'est qu'une fois qu'ils ont eu cette idée sur elle, leur faire des remarques alimentent forcément leurs idées de base comme quoi c'est elle qui est directive et donc qui me fait agir ainsi.

SoCal a écrit :
16.08.20
Une petite chose en passant - si tu n’as pas bien communiqué ta décision de partir, elle peut en effet apparaître comme précipitée. Après si tu leur expliques et va manger une fois par semaine chez eux ce sera bien

Par contre ne pense pas que c’est la faute de tes parents ou de ta copine. Si il y a un malaise c’est que tu n’as pas posé les bases. Et vu comment tu as expliqué la situation c’est tout le monde qui va devoir faire un gros effort - toi elle et tes parents sinon ta relation ne va pas tenir.

Bon courage
Disons qu'on s'est confinés. Je suis revenu une fois le confinement terminé et je leur ai dit "Finalement, c'est chouette la vie de couple. Pourquoi ne pas commencer à regarder ce qui se fait sur le marché ?". Là où j'étais parti avec mon "Dans 1 ou 2 ans je quitterai le nid". Après, je n'ai pas coupé les ponts avec. Loin de là. On s'écrit tous les jours et je les vois une fois par semaine etc...

voucny a écrit :
16.08.20
Au début de la lecture de ton histoire, je me suis dit "bon ils ont été surpris par son départ, ils vont se détendre petit à petit" mais visiblement pas.

Tu as raison de te pencher sur la question, je pense que c'est urgent de mettre les choses calmement et sereinement à plat avant que la situation ne se crispe encore davantage qu'elle ne l'est, pour repartir sur des bases saines.

Je pense que tu peux les interroger sur ce qu'ils ont ressenti à ton départ. Ils ne s'imaginaient pas te voir partir et d'un coup leur "bébé" s'envole ... Ça leur fera peut être du bien si ils arrivent à s'exprimer à ce sujet, et de voir que tu les comprends.

Ceci étant dit, le rôle d'un parent c'est que son enfant devienne autonome, et même si ils sont un peu déboussolés ils peuvent se réjouir d'avoir réussi.

Par ailleurs, je pense qu'il faut mettre un coup d'arrêt très net à toute allégations comme quoi tu "suivrais aveuglément" ta compagne.
Ce n'est d'une part pas très respectueux pour elle
Mais ça ne l'est pas non plus pour toi, ne t'ont-ils pas transmis jugement et esprit critique ? ;) De même que tu as appris à lire, marcher, étudier, tu as appris à bien t'entourer et si ce n'est pas le cas c'est à toi ce t'en rendre compte en faisant toi même les erreurs qui te feront leçons.

Peut être que ta compagne a des réactions excessives elle aussi mais honnêtement je ne vais pas la blâmer (cf mon sujet sur la belle famille), personnellement faire 50 visites avec des beaux parents qui donnent leur avis systématiquement négatif, et qui ensuite m'imposent leurs meubles et leur aide j'aurai pas résisté non plus.

A toi de rester à la fois aimant avec tes parents et en même temps de mettre les limites de leur intervention (quand tu trouves qu'il ne vous ont pas laissé meubler votre chez vous par exemple)

Enfin je rejoins la mise en garde sur le fait qu'une bonne copine ce n'est pas quelqu'un toujours aux petits soins. C'est sympa un temps, c'est un signe d'amour, mais il faut qu'à un moment l'équilibre se fasse. Parfois on ne se rend pas compte de tout ce que l'autre prend en charge, ça peut aider de noter sur papier pendant une semaine ce que chacun fait pour la vie commune et ré équilibrer si besoin (ou toute autre technique).
C'est exactement ce qu'elle me dit quand on en parle "Je ne pense pas que toutes les filles auraient fait le dos rond comme je l'ai fait". Au début, je ne comprenais pas vraiment. J'étais content d'avoir mes parents pour m'épauler et m'aider pour mon premier "chez moi" avoir leurs conseils, et leurs aides pour déménager. Sauf que c'est devenu trop intrusif et malsain : "Bon demain on monte ça", "Qu'est-ce que tu fais ? Tu n'es pas là ? On doit monter ton meuble", "Quoi tu ne veux pas de mes meubles ? Tu gaspilles ton argent" etc. Alors que c'est vrai, j'avais envie de créer mon chez moi avec ce que j'aimais etc. Pas forcément en les ayant sur le dos pour décider sur tout.

C'est ce que je leur dis quand ils me disent "Tu as changé", que c'est mal me connaître, que j'ai bien réfléchi à la décision et que je ne fais pas ça sur un coup de tête. Si je le fais, c'est que je suis prêt et peux le faire.

Pour le petit soin, comme je le mets plus haut, elle aime me faire plaisir et son rôle de femme de maison. Je l'aide dès que possible. Et comme dit, mes parents pensent que je ne vois que ça et néglige tout le reste.

Hello,

La communication est importante mais a ses limites, donc tant qu’à faire autant y associer des actes.
En plus, à te lire, je n'ai pas l'impression que tu te rendes compte de l'énorme dépendance qui te lie à tes parents.

Tu pourrais commencer par ne plus leur écrire tous les jours, les voir mais pas automatiquement toutes les semaines.

Lancer une invitation pour qu’ils viennent dans ton espace d’adulte en couple, histoire de ne pas rester l’enfant qui vient chez ses parents.

Dire non quand il y a franche intrusion dans ta vie. Te débrouiller sans eux pour ton emménagement, les copains sont faits pour cela. Assumer tes choix de meubles ou autres même si cela ne correspond pas à la vision de tes parents.

Prendre en compte-et le faire prendre en compte- que vous gagnez votre vie donc volez de vos propres ailes, ce qui signifie aussi ne pas appeler à l'aide papa/maman au moindre pépin ;)

Ne pas accepter que ta copine se transforme en mère bis. Oui c’est confortable… et si un jour elle s’en va, tu retournes chez maman ?

Et surtout, surtout, être intraitable vis à vis de tes parents quand ils l'a dénigrent. Tu n'a pas l'air de comprendre que toi aussi tu es nié puisque ton choix n'est pas considéré !
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] En effet le 29.08.20, 23h48 par Aristophane

Perlambre a écrit :
17.08.20
Hello,

La communication est importante mais a ses limites, donc tant qu’à faire autant y associer des actes.
En plus, à te lire, je n'ai pas l'impression que tu te rendes compte de l'énorme dépendance qui te lie à tes parents.

Tu pourrais commencer par ne plus leur écrire tous les jours, les voir mais pas automatiquement toutes les semaines.

Lancer une invitation pour qu’ils viennent dans ton espace d’adulte en couple, histoire de ne pas rester l’enfant qui vient chez ses parents.

Dire non quand il y a franche intrusion dans ta vie. Te débrouiller sans eux pour ton emménagement, les copains sont faits pour cela. Assumer tes choix de meubles ou autres même si cela ne correspond pas à la vision de tes parents.

Prendre en compte-et le faire prendre en compte- que vous gagnez votre vie donc volez de vos propres ailes, ce qui signifie aussi ne pas appeler à l'aide papa/maman au moindre pépin ;)

Ne pas accepter que ta copine se transforme en mère bis. Oui c’est confortable… et si un jour elle s’en va, tu retournes chez maman ?

Et surtout, surtout, être intraitable vis à vis de tes parents quand ils l'a dénigrent. Tu n'a pas l'air de comprendre que toi aussi tu es nié puisque ton choix n'est pas considéré !
Hello ! Tu as raison, je n'avais pas forcément pris tout cela en compte. En effet, c'est tout récent, je pensais vraiment pouvoir garder cette relation avec eux tout en ayant mon foyer avec ma copine. Après, c'est toujours compliqué de redire quand ils viennent et aident notamment pour l'aménagement même si j'aurais dû d'entrée poser les limites même si ça aurait été trop brutal en passant du tout au rien. C'est là que c'est délicat également. C'est tout un envol comme tu dis !

Le_Paternel a écrit : Nous sommes tous les deux dans la vie active avec ma copine. Bien sûr, j'aide à la maison, mais c'est elle qui fait le plus, comme elle dit, elle aime me faire plaisir et être aux petits soins c'est me faire un plat ou autre. Elle prend son rôle de femme de maison très à coeur. Comme tu l'as si bien dit, j'ai toujours connu ça en tant que fils unique et c'est vrai que ça me plaît.
Si pour l'instant c'est votre équilibre pourquoi pas mais je t'incite pour la santé de ton couple à rester attentif à ses éventuels signes de lassitude quant à cette répartition des rôles, et à être toi aussi, d'une façon ou d'une autre, à ses petits soins à elle.

Hello !

Bon, j'en ai parlé, et cela ne s'est pas passé comme prévu. Cela fut vraiment douloureux me concernant. Mes parents ont directement joué la carte du "Tu as changé. Nous étions passés en vacances pour quelques jours pour passer un peu de temps avec toi. Or, tu es resté en permanence avec ta copine. Dès qu'il y avait l'un, il y avait l'autre. Tu ne nous adressais pas la parole. Tu étais gêné et ta copine faisait de même", ce à quoi j'ai expliqué mon ressenti et la gêne causée envers les deux parties, notamment sur les tensions de l'aménagement et ce côté intrusif, et je me suis fait démolir : "Attends, tu laisses dire à ta copine que nous sommes intrusifs ? De quel droit elle se le permet ? Nous t'avons aidé pour tout, pour les meubles, pour le déménagement, il fallait nous le dire si tu ne voulais pas de notre aide, en aucun cas, nous allons venir salir tes carreaux. Ne te laisse pas marcher dessus. Nous avons l'impression que ta copine est en train de tisser un cocon autour de toi en te faisant plaisir, faisant tout ce que tu veux, pour avoir le contrôle sur toi et te garder auprès d'elle. Ne t'enferme pas dans ce cercle vicieux. Elle se met à faire du sport avec toi, à s'intéresser à tes passions, tout ça pour avoir le contrôle sur tout. Pas de doute, on sait qui porte la culotte. En fait, tu pensais qu'on était froid avec toi car tu voyais ça à travers son regard. Tu fais tout à l'envers. Tu parles de quitter le nid dans 1 ou 2 ans, après le confinement, tu viens nous dire que tu songes à accélérer ça et c'est presque comme si dans la minute qui suivait tu avais déjà le logement".

Ils ont très mal pris le côté "intrusif" après tout ce qu'ils ont fait pour moi, j'avoue que c'est difficile, je n'aime pas les voir ainsi et ça fait forcément se remettre en cause : Où est la vérité dans tout ça ?

Je pense aussi qu'il y a une part de fonctionnement. J'aime passer du temps avec ma copine, et c'est vrai que j'aurais pu plus en passer avec eux en vacances, mais en aucun cas ce temps passé ensemble m'étais imposé. Et on est bien pour le moment dans ce fonctionnement actuel, il nous convient, mais pourtant, il semble mal vu de l'extérieur. Qu'en pensez-vous ? C'est vraiment pas une situation facile. Merci.

Qu'as-tu répondu à ces accusations?

Ça paraît évident qu'ils peuvent pas encadrer ta copine aussi...
Ceci n'est pas une citation inspirante

Comme dit, je pense que j’ai merdé dans ma communication. J’ai été mal d’entrée quand je me suis pris tout cela en face. En effet, au début j’ai souligné leur froideur là où ils m’ont dit « Non, c’est toi qui était différent. Tu passais du temps qu’avec elle, pas comme d’habitude quand tu étais en vacances » (Cela me semble logique de ne pas la laisser seule quand tu ne connais personne). Et ensuite, pour essayer d’expliquer pourquoi il y avait ces tensions là où il ne comprenait pas pourquoi il y avait mésentente j’ai sorti le mot « intrusif » et ils ont vrillé et je me suis refermé, et je les ai blessé. Ça fait mal de voir et vivre ça. Vraiment. Et je ne sais pas comment arranger ça. Sachant que là clairement ils m’ont fait comprendre qu’ils me verront sans problème mais plus besoin de faire semblant et essayer de faire des trucs tous les quatre. Tout aurait pu bien se passer, j’en suis sûr mais chaque partie a sa perception et son jugement des choses. Ma copine peut prendre mal une remarque de mes parents car pour elle, ils s’immiscent trop dans notre chez nous et quant à mes parents pareil, prendre mal une remarque de ma copine la trouvant trop directive dans ses propos. Je suis paumé total.

Non mais ? Personne ne parle de l'éléphant, que dis-je, du mammouth dans la pièce ?????
Tu as 24 ans, pas 13.

A 24 ans, tu es sensé être détaché de l'emprise de tes parents, et capable de faire tes propres choix, surtout concernant tes relations. Là à te lire, tu sembles en recherche d'approbation et de validation de la part de tes parents, comme si tu étais un préado ou un enfant.

En parallèle, désolé de te le dire, mais des parents qui cherchent à te contrôler à ce point alors que tu as 24 ans (putain !), c'est totalement anormal et abusif.

Affirme toi. Fais descendre tes testicules.
Ta vie amoureuse, tes choix de relations ne regardent désormais que toi : tes parents n'ont pas à t'accabler de reproches et de culpabilité, c'est profondément anormal.

Est-ce que tu vis encore chez eux, dans ta chambre d'enfant ?
Est-ce que tes parents choisissent encore tes vêtements à ta place, et te font tes repas ?
Est-ce qu'ils te trouvent du boulot à ta place, et te disent quoi acheter avec ton argent ?

Ta copine je la trouve bien gentille; à sa place je me serais enfui à toutes jambes depuis bien longtemps, vu le tableau. Et si elle le fait, elle aura bien raison : elle n'a pas à endurer une telle toxicité de la part de tes parents, et un tel manque de colonne vertébrale de ta part.

Si tu tiens à elle, tu dois pouvoir poser des limites à tes parents. Votre relation est totalement dysfonctionnelle. Leur volonté de contrôle, et l'emprise manifeste qu'ils ont encore sur toi, sont complètement toxiques pour elle et pour toi.

Sors du nid, coupe le cordon, affirme toi.


Quant au reproche "tu as changé" bah heureusement que tu as changé. Tu as désormais 24 ans, plus 12 ou 8.
Je vois même pas pourquoi tu devrais être mal face à ce genre de reproches complètement cons.

Désolé d'être aussi ferme et tranchant dans mes propos, mais c'est une situation hallucinante, et je trouve encore plus hallucinant que tu courbes l'échine à ce point. Tu n'appartiens PAS à tes parents. Ils n'ont pas / plus leur mot à dire sur tes choix, et si ils ne leurs conviennent pas, ce n'est pas à toi de t'ajuster. Tu fais ta vie pour toi, pas pour leur faire plaisir à eux.

La culpabilisation, les reproches, la volonté de contrôle, même sur ses enfants, c'est absolument, gravement malsain; et jamais acceptable, sauf à accepter que quelqu'un d'autre puisse te faire du mal et décider de choix importants te concernant, à ta place.

Des parents équilibrés et aimants n'utiliseraient pas la culpabilisation et les reproches pour faire peser leurs insécurités sur tes épaules. Ils ne te respectent pas en tant qu'individu. Par leur attitude ils montrent qu'ils te voient comme leur chose, leur propriété, leur animal domestique dont ils désapprouvent les choix et les véléités d'individuation.

Encore une fois, tu ne leur appartiens pas, et tu commets un grave erreur personnelle à accepter de te laisser contrôler ainsi : ce genre d'attitude, que ce soit vis à vis de tes parents, ou de quiconque dans la vie si tu reproduis, te vaudra énormément de déceptions et de mésaventures.

Sois ton propre individu, pas le pantin poli et soumis des autres.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+3] Yesssss! le 24.08.20, 00h09 par Perlambre
  • [+2] 100% d'accord le 24.08.20, 07h58 par Onmyoji
  • [+3] 100% d'accord le 24.08.20, 18h00 par Poordonkey
  • [+1] Bien vu le 29.08.20, 23h52 par Aristophane

FK a écrit :
23.08.20
Non mais ? Personne ne parle de l'éléphant, que dis-je, du mammouth dans la pièce ?????
Tu as 24 ans, pas 13.

A 24 ans, tu es sensé être détaché de l'emprise de tes parents, et capable de faire tes propres choix, surtout concernant tes relations. Là à te lire, tu sembles en recherche d'approbation et de validation de la part de tes parents, comme si tu étais un préado ou un enfant.

En parallèle, désolé de te le dire, mais des parents qui cherchent à te contrôler à ce point alors que tu as 24 ans (putain !), c'est totalement anormal et abusif.

Affirme toi. Fais descendre tes testicules.
Ta vie amoureuse, tes choix de relations ne regardent désormais que toi : tes parents n'ont pas à t'accabler de reproches et de culpabilité, c'est profondément anormal.

Est-ce que tu vis encore chez eux, dans ta chambre d'enfant ?
Est-ce que tes parents choisissent encore tes vêtements à ta place, et te font tes repas ?
Est-ce qu'ils te trouvent du boulot à ta place, et te disent quoi acheter avec ton argent ?

Ta copine je la trouve bien gentille; à sa place je me serais enfui à toutes jambes depuis bien longtemps, vu le tableau. Et si elle le fait, elle aura bien raison : elle n'a pas à endurer une telle toxicité de la part de tes parents, et un tel manque de colonne vertébrale de ta part.

Si tu tiens à elle, tu dois pouvoir poser des limites à tes parents. Votre relation est totalement dysfonctionnelle. Leur volonté de contrôle, et l'emprise manifeste qu'ils ont encore sur toi, sont complètement toxiques pour elle et pour toi.

Sors du nid, coupe le cordon, affirme toi.


Quant au reproche "tu as changé" bah heureusement que tu as changé. Tu as désormais 24 ans, plus 12 ou 8.
Je vois même pas pourquoi tu devrais être mal face à ce genre de reproches complètement cons.

Désolé d'être aussi ferme et tranchant dans mes propos, mais c'est une situation hallucinante, et je trouve encore plus hallucinant que tu courbes l'échine à ce point. Tu n'appartiens PAS à tes parents. Ils n'ont pas / plus leur mot à dire sur tes choix, et si ils ne leurs conviennent pas, ce n'est pas à toi de t'ajuster. Tu fais ta vie pour toi, pas pour leur faire plaisir à eux.

La culpabilisation, les reproches, la volonté de contrôle, même sur ses enfants, c'est absolument, gravement malsain; et jamais acceptable, sauf à accepter que quelqu'un d'autre puisse te faire du mal et décider de choix importants te concernant, à ta place.

Des parents équilibrés et aimants n'utiliseraient pas la culpabilisation et les reproches pour faire peser leurs insécurités sur tes épaules. Ils ne te respectent pas en tant qu'individu. Par leur attitude ils montrent qu'ils te voient comme leur chose, leur propriété, leur animal domestique dont ils désapprouvent les choix et les véléités d'individuation.

Encore une fois, tu ne leur appartiens pas, et tu commets un grave erreur personnelle à accepter de te laisser contrôler ainsi : ce genre d'attitude, que ce soit vis à vis de tes parents, ou de quiconque dans la vie si tu reproduis, te vaudra énormément de déceptions et de mésaventures.

Sois ton propre individu, pas le pantin poli et soumis des autres.
Tu as totalement raison, je devrai plus m’affirmer tout en communiquant mieux avec eux. Néanmoins, comment veux-tu que je m’en détache ? En effet, ma relation est fusionnelle et privilégiée avec eux et mon statut de fils unique. De plus, si j’en suis arrivé où j’en suis, c’est aussi grâce à eux et leur éducation qui m’a donné toutes les clés. Donc forcément, je suis obligé d’attacher de l’importance à ces personnes que j’aime au plus profondément. Et je pense que je leur ai mal communiqué, au lieu de m’affirmer et les rassurer, j’ai utilisé les mauvais mots et les ai blessés. Quitter son fils chéri, c’est quelque chose, et je le conçois, après j’aimerais que cela se passe mieux.

Tu sais, on choisit aussi d'être offensé.
C'est pas comme s'ils ne te connaissaient pas.
C'est une part du développement normal de s'émanciper même si tu peux aussi reconnaître ce que tu leur dois.
Ceci n'est pas une citation inspirante

Bien sûr et c’est ça qui est délicat. Si tout allait bien entre eux, tout serait parfait vu que pour le moment, nous avons trouvé notre fonctionnement et qu’il nous convient.

Salut,

Moi je trouve ça super que la question se pose pour toi à 24 ans, tu vas pouvoir gagner du temps.

De mon côté, j'ai du régler ce type de difficulté à 31 ans, avec des années de perdues à tergiverser entre mon choix et le choix parental, que j'ai finalement fait aligner sur le mien, à la satisfaction générale...et des regrets parentaux par rapport à mon retard pris!

Certains parents te laissent libres plus tôt, d'autres te retiennent plus tard.

Mais au final, c'est à toi de forcer ta liberté, en essayant de ne pas blesser.

S'ils choisissent de l'être, tant pis pour eux, garde de ton côté le cap avec eux. Aimes les, sois disponible pour eux etc mais défends toujours (intelligemment et avec assertivité) tes choix. Ils s'aligneront, puisqu'ils t'aiment.

Mais ne fais jamais l'erreur d'essayer de faire plaisir à tout le monde ou de maintenir tout le monde dans le "mouflou". Tu seras seul à y perdre. De la même manière, tiens ta parole, et ne la donne qu'après mûre, mûre, mûre réflexion: pas de changement de dernière minute, pas de revirements non expliqués.

Affirmes toi, vis à vis de ta nana, de tes parents et du reste du monde en général. Ce n'est pas leur manquer de respect, c'est te considérer toi. Si tu es clean sur la forme, tu peux tout dire, à plus forte raison à des gens qui t'aiment.

Bon courage.
"Franchis d'un pied ferme la limite de l'ombre, droit comme pour une parade, et souris, même, si tu y parviens"

- Celui qui veut le butin doit avoir une volonté ferme-

Répondre