La séduction en 2020

Note : 46

le 30.09.2020 par darkhell91

77 réponses / Dernière par Owen le 20.10.2020, 23h01

Pour celles et ceux qui veulent discuter et demander des conseils rencontres et séduction; comment faire avec cette fille ou ce mec; et plus généralement, comment pécho / trouver l'amour à l'ère du swipe left, notamment quand on est ni mannequin, ni un ninja de la drague.
Bah c'est relatif . Maintenant admettons on prend l'exemple d'un homme banale physiquement qui n'a pas de meufs dans son cercle social . Il va pécho comment ? Sûrement pas via les sites de rencontres. Donc bon c'est soit il va en soirée / bar comme la majorité des gens ou soit il tente d'accoster dans la rue .

TheDaze, je crois qu'on n'est pas vraiment en opposition en fait.

Effectivement la rue peut être une maniere d'aborder et on peut être "malveillant" (ou un gros boulet, comme vous préférez) partout.

En fait ce sur quoi je tique, c'est la vieille méthode de 'comment progresser en séduction' qui a longtemps mis le street pick up comme le saint Graal et le terrain d'apprentissage parfait pour les débutants.

Or, si t'es débutant, y'a des chances que tu t'y prennes mal. Mais comme partout en fait, on est d'accord. Mais j'ai le souvenir de pas mal de players qui passaient beaucoup beaucoup de temps dans la rue quand ils auraient pu investir dans des activités qui les rendaient de fait beaucoup plus intéressants. C'est un avis subjectif et y'a certainement une dose "juste" à trouver, et la rue peut avoir un intérêt.

Simplement, je pense que faut privilégier d'autres types d'endroits et d'activités, ou du moins trouver un équilibre.

En gros gros gros cliché : si t'es chomeur moche et sans passion, commence par te relooker, touver un taff et faire des activités avant de passer tout ton temps dans la rue. (Mais bon puisque t'as le temps passe y une heure ou deux si ca te chante, mais ne te défocalise pas d'avoir une vie cool)

Je sais pas si la nuance est claire.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Tout à fait ! le 12.10.20, 11h11 par Thedaze

Poordonkey a écrit :
02.10.20
Tu vas sans doute me dire "oui mais je ne suis pas un relou, je n'ai pas de mauvaises intentions", sauf qu'on s'en fout de ton intention en vrai, pour la plupart des femmes, tu seras un relou de plus. Je te parlais des 4% de rencontres qui se font dans la rue (ou dans l'espace public, plus globalement), au lieu d'organiser ta vie de façon holistique (globale) et agir sur les 96% restants, toi tu préfères investir les 4% restants parce que c'est plus compliqué et que ça titille ta passion pour le challenge.
Image
Aborder une fille dans la rue, aller à sa rencontre est un acte positif et noble. Il faut rétablir absolument cette évidence.
La société nous a appris à ne pas faire de vague, à ne froisser personne, à ne rien faire de controversé. On apprend aux enfants à avoir peur du regard des autres et à toujours garder la face. Résultat des courses, on se retrouve aujourd’hui avec un certain nombre d’hommes appeurés et incapable de prendre leur vie sentimentales en main, attendant que la divine providence vienne par enchantement leur faire rencontrer celle qui partagera leur vie.
Pour devenir un séducteur, il faut être capable de prendre des risques. Et pour ça, il n’y a pas de secret : tu dois surmonter cette pression sociale et combattre ces idées limitantes.

« Je ne suis pas légitime », « je suis un harceleur », « dragueur c’est pour les beauf ou les bas du front »… Et tout autre discours nuisible, tellement dans l’air du temps. Il faut bien comprendre que notre société est malade.
Un homme qui parle à une femme, c’est LA BASE DE LA VIE. Ça te semble anormal d’aborder une femme ? Sérieusement, je ne veux pas etre méchant mais… c’est de la folie. Il suffit d’y réfléchir un peu, ça n’a aucun sens. Faire du lien social dans la rue, dans l’espace public, devient une nécessité vitale. Ne laisse pas le système n’autoriser seulement que les démarches publicitaires (campagne Adopte Un Mec / Tinder dans les transports ou flyers de clubs), je ne sais pas comment on en est arrivés là mais il faut arrêter la soumission. Bien malheureux celui qui attend qu’on lui donne la permission pour prendre son pied.
Poordonkey a écrit :
02.10.20
En oubliant que sur 100 personnes que tu as abordé, tu en auras gonflé 99, que ce sont de vraies personnes en face sur lesquelles tu auras un impact négatif, même si tu es fun et compagnie Si ça t'intéresse, tu as une littérature abondante sur le fait que la rue reste un espace masculin avant tout et que les femmes utilisent énormément de stratégies/stratagèmes pour simplement rentrer chez elles en étant le moins emmerdées possible.

@Poordonkey
Je ne veux pas être mauvaise langue mais as-tu au moins des expériences personnelles à partager pour valider ta conviction sur cette pratique ? Des retours concrets de femmes sur ce terrain qui t’ont fait comprendre que c’était mal ? Ou ta vision ne repose que sur des « On m’a dit que… » ?
Si le harcèlement est à juste titre sanctionné par la loi, une démarche courtoise et bienveillante de séduction dans le respect de la miss (sans insistance si elle montre un désintérêt) n’entraine aucune culpabilité.

LES FEMMES AIMENT ÊTRE COURTISÉES (c’est un fait que tu dois absolument intégrés dans tes croyances). Les femmes aiment les hommes entreprenants. Évitons simplement de les insulter en nous présentant devant elles avec un slip vide. Ne soyons pas lourd. Ne réagissons pas aux connes, elles sont rares mais existent.

Ce n’est pas forcement contre toi Poordonkey, mais l’amalgame consistant à considérer que tout homme est un harceleur dès lors qu’il ose aborder une jeune femme dans la rue, me paraît être une généralisation vraiment stupide : tous les hommes qui abordent une femme dans la rue ne sont pas insistants, incultes, insultants et intimidants.

Une rencontre entre un homme et une femme n’est pas déplaisante parce qu’elle se fait dans la rue (ne te méprends pas s’il te plait !)
… elle est déplaisante si l’homme se comporte comme un trou du cul et ne tient pas compte du refus ou du manque d’intérêt / de disponibilité de la femme.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] C'est pas faux le 19.10.20, 20h57 par Allandrightnow

Poordonkey a écrit :
02.10.20
Vraiment, et c'est pas contre toi : autant bosser sur son estime personnelle (par les moyens que tu veux), écumer les sites de rencontre, oser aller faire des activités qui te font peur, cultive-toi, intéresse toi, ouvre des portes mais oublie la rue, qui est davantage un lieu de passage (où les femmes se sentent, dans leur immense majorité, pas à l'aise et vulnérables) où ton impact sera négatif malgré tes bonnes intentions.

Encore une fois tu commets l’amalgame « Harcèlement sexuel » et « Drague de rue »

Bien sûr si la femme se fait aborder ou interpeller tous les jours par des hommes indélicats ou grossiers, elle aura tendance à être sur la défensive, fermée et pleine d’a-priori sur quiconque s’approchera d’elle – et on la comprend; et si le jeune homme qui vient se présenter insiste lourdement alors qu’elle n’est pas intéressée, il ira grossir le rang des crevards de la rue qui font chier tout le monde et qui illustrent cette definition de « Harcèlement sexuel. »

Cela dit t’est-il si délirant d’imaginer qu’un jeune homme lambda dans la rue puisse se présenter de manière courtoise, élégante, qu’il soit agréable et pas lourd, et que cela puisse plaire à une femme ?

Inversons le jeu de séduction veux-tu Poordonkey !

Si une jeune femme sympa, polie, agréable et intéressante t’adresse la parole avec le sourire, qu’elle ne te donne pas l’impression d’être un cas social et qu’elle parvient à te faire sourire, est-il dingue d’imaginer qu’elle puisse trouver grâce à tes yeux, au moins quelques minutes ?

Je vais me répéter pour que tu finisses par le percuter :
La harcelement ne se justifie par le lieu où tu opères mais par le type de comportement que tu montres à l’autre.
C’est bien une pensée limitante que d’oser croire que la rue n’est pas une possibilité de rencontre.

Dans la rue, les interactions que tu peux mener sont des interactions brutes.
Ce sont des interactions qui ne sont pas polluées par l’alcool, par la musique, par tout un tas d’autres personnes…
Dans la rue, tu es toi-même. Et la fille aussi.
Ni elle ni toi ne jouent un rôle comme on aurait tendance à le faire en soirée et/ou séduction online. :D
La qualité de l’interaction ne dépend que de toi et de ta capacité à susciter l’intérêt de la fille.
C’est donc tout à fait différent d’une interaction en soirée, dont le cours pourra être influencé par les amis de la fille, par tes potes, par la preuve sociale générée sur le moment, par l’ambiance générale de la soirée, etc…
Dans la rue, il n’y a rien de tout ça, c’est de la seduction sans filtre au naturel
On ne peut pas « tricher ».

La rue est aussi un excellent lieu pour se forger un état d’esprit solide, en s’entrainant à passer à l’action en présence de stress.

Tu te prives d’un formidable vecteur de rencontres en l’assimilant maladroitement à du harcèlement
Il ne tient qu’à toi de faire tomber cette pensée limitante et de l’expérimenter suffisamment pour convenablement juger. Nous ne pouvons pas le faire pour toi :wink:

Poordonkey a écrit :
02.10.20
Parfois, spontanément, des rencontres peuvent arriver oui, mais dans la rue, le métro etc, ça ne reste que ça : d'heureux hasards, des moments spontanés où tu ne penses même pas à initier le contact (ça m'est arrivé en janvier avec une fille qui m'a demandé mon numéro parce que j'ai caressé son chien dans le métro), des jolies exceptions qui ne restent que ça : des exceptions.

Dans le monde de la séduction, il y a deux catégories d’hommes :

Image

La première catégorie, ce sont les hommes qui cultivent ce fatalisme dans laquelle ils se considèrent comme chanceux lorsqu’une femme s’intéresse à eux.
Ils mettent les femmes sur un piédestal, et ont cette croyance négative qu’ils ne sont pas capables d’obtenir des résultats avec les femmes, ou encore que la séduction est juste une affaire de chance ou de coïncidence.

Image
La deuxième catégorie est cette petite catégorie d’hommes qui arrivent à développer une mentalité d’abondance et leur capacité de séduction. Et bien sûr, ce sont ces hommes qui obtiendront des résultats significatifs avec les femmes, sur le long terme.

Il n’y a rien de plus repoussant aux yeux d’une femme qu’un homme se plaisant à se morfondre dans son coin et n’entreprenant aucunes actions pour remédier à sa situation.

Devenir séduisant et charismatique demandent une certaine quantité de temps et efforts (qui varie selon la personne et ses croyances d’origines). Cela demande de la VOLONTÉ pour pratiquer, se remettre en question et changer.

je finirais la dessus

DANS LA RUE : IL Y A AUSSI DES MECS BIEN.
Ils sont peu nombreux, on les remarque moins que les boulets – parce qu’ils sont plus discrets et osent moins aborder les filles, justement par peur de les importuner , et qu’ils sont trop respectueux pour oser faire quelque chose que tout le monde pense réservé aux cas sociaux – mais ils existent.

Des mecs qui n’ont pas de problèmes d’agressivité mal placée, qui n’ont pas de casier judiciaire, qui ne sont pas morts de faim, qui ont déjà lu un livre, qui ne considèrent pas la femme comme l’ennemi, un bout de viande ou un être inférieur…
Si davantage de mecs respectueux, bien sous tout rapport, prenaient (enfin) leur courage à 2 mains, s’affranchissaient de leur zone de confort et à priori, allaient au contact des femmes, ces dernieres auraient bien le sentiment de ne tomber que sur des lourdingues dans la rue dans leur quotidien.

C’est d’ailleurs un challenge qui me motive d’autant plus : leur montrer qu’en être humain civilisé, je peux leur faire oublier (quand bien meme fugacement) les 10 emmerdeurs qui sont passés avant moi 😀


Je reve du jour où chacun percutera pour de bon ceci :
Plus vous êtes à l'aise avec l'idée que les femmes puissent vous trouver suspect/etrange, et
plus vos actions et paroles seront décomplexées et authentiques
autour des femmes, moins elles auront de chances de vous trouver finalement dangereux/bizarre.
Plus vous êtes réservé et fermé sur vos intentions, plus
vous essayez de les manipuler et de l'induire en erreur sur ce que vous voulez et qui vous êtes, plus vous les pousser a devenir mefiance

Il n'y absolument rien de plus attirant aux yeux d'une femme qu'un homme qui sait se montrer vulnerable, à l’aise avec ses émotions comme ses défauts et lui temoigne un desir inconditionnel (exit donc le mec qui complimente une nana en attendant quelque chose en retour...)

C'est pas possible de se facepalmer autant en lisant des trucs pareil.

Dis moi Hermanos, outre le fait que tu débarques comme ca avec la tchatche d'un coach en séduction de youtube, qu'est ce qui te légitimise, toi, dans ta vision des choses? Moi ce que je lis, c'est un type qui parle à la place des femmes et leur prête les intentions qui l'arrangent.
DANS LA RUE : IL Y A AUSSI DES MECS BIEN.
Ils sont peu nombreux, on les remarque moins que les boulets – parce qu’ils sont plus discrets et osent moins aborder les filles, justement par peur de les importuner , et qu’ils sont trop respectueux pour oser faire quelque chose que tout le monde pense réservé aux cas sociaux – mais ils existent.
C'est une évidence, sauf que c'est un peu l'argument classique du "not all men". Tous les mecs ne sont pas des harceleurs, mais une énorme majorité des harceleurs sont des hommes. J'ai pas les statistiques mais bon, certainement plus de 90%. Suffisamment pour que ce soit un probleme perçu comme sexiste et non sociétal.
La deuxième catégorie est cette petite catégorie d’hommes qui arrivent à développer une mentalité d’abondance et leur capacité de séduction. Et bien sûr, ce sont ces hommes qui obtiendront des résultats significatifs avec les femmes, sur le long terme.
Peut être, ca n'empeche pas de se poser certaines questions éthiques.
Je vais me répéter pour que tu finisses par le percuter :
La harcelement ne se justifie par le lieu où tu opères mais par le type de comportement que tu montres à l’autre.
C’est bien une pensée limitante que d’oser croire que la rue n’est pas une possibilité de rencontre.
On est tous d'accords avec ca, sauf que c'est peut être pas le lieu le plus approprié au vu du contexte sociétal.
La rue est aussi un excellent lieu pour se forger un état d’esprit solide, en s’entrainant à passer à l’action en présence de stress.
Si tu arrives a prouver que ca peut se faire sans que ce soit au détriment des femmes et sans que les gens qui pratiquent ne viennent grossier le rang des gros lourdaux, go. Sauf que dans les faits le SPU a bien montré ses dents creepy a bien des moments.
Tu te prives d’un formidable vecteur de rencontres en l’assimilant maladroitement à du harcèlement
Ca n'empeche pas de baiser, loin de là.
La société nous a appris à ne pas faire de vague, à ne froisser personne, à ne rien faire de controversé. On apprend aux enfants à avoir peur du regard des autres et à toujours garder la face. Résultat des courses, on se retrouve aujourd’hui avec un certain nombre d’hommes appeurés et incapable de prendre leur vie sentimentales en main, attendant que la divine providence vienne par enchantement leur faire rencontrer celle qui partagera leur vie.
Pour devenir un séducteur, il faut être capable de prendre des risques. Et pour ça, il n’y a pas de secret : tu dois surmonter cette pression sociale et combattre ces idées limitantes.
Le séducteur, ce grand anti systeme....
Je ne veux pas être mauvaise langue mais as-tu au moins des expériences personnelles à partager pour valider ta conviction sur cette pratique ? Des retours concrets de femmes sur ce terrain qui t’ont fait comprendre que c’était mal ? Ou ta vision ne repose que sur des « On m’a dit que… » ?
Je suis pas Poordonkey, mais j'en ai des dizaines, des témoignages.


Donc bon, autant je pense qu'il faut nuancer certaines choses. Pourquoi pas draguer dans la rue, ok. Mais arrêtons de nous voiler la face sur la réalité du terrain justement. A part ceux qui le font de manière extremement bienveillante, la plupart de ceux qui se jettent dans la rue contribuent à créer un climat d'insécurité. Alors ok, c'est pas forcément a bannir, mais évitons de le mythifier.

J'ai l'impression d'entendre Catherine Deneuve parler de droit d'importuner.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Non le 19.10.20, 19h59 par Onmyoji

Le problème est effectivement le fait d'une minorité mais il n'empêche qu'il est bien présent.
Deneuve avait bien raison. Cela dit, faut aussi faire avec celles qui ne sont pas d'accord.
Et comme c'est pas marqué sur leur gueule c'est compliqué de pas faire l'erreur.

Sinon le not all men est une vérité, c'est juste devenu un argument facile pour rendre inaudible le discours pertinent et argumenté des mecs (quand en face on se contente de beugler et de "ressentir les chiffres" façon shiapa).

Cela dit,
Le gros mythe du dragueur de rue libre de pression sociale et très apte socialement quand dans les faits les mecs pratiquaient ça parce qu'ils n'avaient pas accès à des cercles sociaux intéressants. Le dragueur de rue c'est pas un héros/ troubadour moderne...
Aussi, avoir une mentalité d'abondance, c'est justement pas se sentir obligé de draguer tout ce qui passe. Et la rue ça en a démotivé et brisé plus d'un, là où avancer tranquillement leur aurait permis de grandir à un rythme adapté à leurs aptitudes.
Sinon oui, il n'y a rien de mal à parler aux femmes ou aux gens dans la rue, mais dans ce contexte seuls les mecs très intelligents socialement peuvent bien le faire. Et ils n'en ont pas besoin, eux. Donc hormis pour la drague ponctuelle, la drague de rue c'est pas magique et une panacée.

Et les mecs qu'ils croient qu'ils font une faveur aux autres en leur adressant la parole, ils sont souvent trop égoïstes et imperméables pour vraiment sentir quand ils font chier les gens.
Ceci n'est pas une citation inspirante

Dis moi Hermanos, outre le fait que tu débarques comme ca avec la tchatche d'un coach en séduction de youtube, qu'est ce qui te légitimise, toi, dans ta vision des choses? Moi ce que je lis, c'est un type qui parle à la place des femmes et leur prête les intentions qui l'arrangent.

Le dénominateur commun de l’attraction féminine (comprendre ce qui lui provoque de l'excitation) est le désir sexuel, c'est à dire le désir d'’être désiré.
Pendant longtemps, il y a eu beaucoup de confusion quant à ce qui a excité une femme.
Des événements et des actions aléatoires pouvaient avoir le même effet sur elle sexuellement, et sans qu'il n’y ait a premiere vue aucun lien.
On pensait depuis longtemps que l’excitation féminine était liée aux idées et à la démonstration de la sécurité, de l’investissement et de l’engagement, en particulier de la part des hommes à statut élevé. Alors que des études ont montrés qu'elles fantasmaient sur des choses bien différentes.
La nouvelle conclusion qui s'est imposé est que l’excitation féminine est quelque peu narcissique par nature.
Les femmes sont excitées par l'envie d'être désiré

Soudain, on s'est rendu compte que des événements apparemment déconnectés qui éveillaient l'excitation des femmes comme une demande en mariage romantique dans un cas, et un fantasme de viol de l'autre faisaient finalement sens en ayant un dénominateur commun. Les deux indiquent une manifestation extrême de désir en elle par un homme. Un homme qui est prêt à sacrifier tout pour être avec elle.

Quand un certain nombre de femmes admettent le viol comme l'un de leur fantasme, ce n'est evidemment pas pour la partie de l'acte violent en lui-meme sans consentement et des plus déplaisant, mais uniquement parce qu'elles veulent être désirés au point qu’un homme perd la maîtrise complète de soi .


Où veux-je en venir ?
En oubliant que sur 100 personnes que tu as abordé, tu en auras gonflé 99, que ce sont de vraies personnes en face sur lesquelles tu auras un impact négatif, même si tu es fun et compagnie.



Ecrire ce genre de truc est juste une contre vérité absolue et va à l'encontre de ce qui provoque l'excitation féminine. C'est une déformation malhonnete et abusive du désir féminin

Sur 100 personnes abordés, une bonne majorité serait au contraire ravi ou tout du moins flatté (quelqu'en soit la finalié) si la démarche de rencontre et séduction est ENCORE UNE FOIS faite de facon courtoise, légere, bienveillante et dans un souci constant de respecter la dignité de l'interlocuteur.

c'est un type qui parle à la place des femmes et leur prête les intentions qui l'arrangent.
C'est un peu le monde a l'envers, c'est vous qui leur pretaient des intentions avec des statistiques grossieres

Tous les mecs ne sont pas des harceleurs, mais une énorme majorité des harceleurs sont des hommes. J'ai pas les statistiques mais bon, certainement plus de 90%. Suffisamment pour que ce soit un probleme perçu comme sexiste et non sociétal
.

Pourquoi ces campagnes de diabolisation ?
Je n'ai jamais contredit le fait que dans le rapport homme/femme, la majorité des harceleurs sont issues du sexe masculin
Et donc cela prouve quoi ? Pourquoi me sortir cette évidence alors que je cause de tout autre chose ?

Si tu m'avais bien lu, je dis que les rues ne sont pas truffés de harceleurs, qu'ils ne réprésentent qu'une minorité de ceux qui marchent dans les rues et que si ils pouvaient donner le sentiment à quelques femmes d'etre particulierement présent dans leur quotidien, c'est bien parce qu'ils sont pour l'essentiel hélas les seuls a agir sur ce terrain.

Quand j'aborde une fille, je garde en tete que pour une part d'entre elles, elles ont déja trop été emmerdées par les boulets pour etre véritablement open aux rencontres dans la rue, même si c'est bien fait. Mon but est alors de lui souhaiter avec le sourire une belle journée et de faire de mon mieux pour redorer l'image de l'homme que celle caricaturale du gros beauf qui la traque.

je ne pense pas que la drague de rue soit un truc de crevard. D’abord parce que pour esperer etre bon en seduction, il faut se convaincre qu’aborder une parfaite inconnue dans rue (ou dans n’importe quel contexte) est non seulement possible mais aussi a ce jour LE meilleur moyen de faire de belles rencontres (d’autant plus par rapport aux applis de rencontre).
Pour rencontrer des femmes, il n’y a à mon avis aucun egal a la rue qui fourmille davantages
1. Sa pluralité
Un reservoir infinit de femmes differentes (il y a l’embarras du choix!)
2. Son accessibilité
Un terrain de jeu gratuit, ici pas besoin de débourser le moindre copeck en bars, boites de nuits ou sites de rencontres justes pour rencontrer des nanas…
3. Une faible compétitivité
Une concurrence quasiment nul (si l'on excepte donc les harceleurs ne constituant aucune rivalité digne de ce nom) qui evite de batailler avec la horde de mecs qui vont solliciter la miss sur Tinder et milieux de la nuit. Et qui par consequence permet de se démarquer aux yeux des femmes.
4.Un gain de temps formidable et un boost sur la confiance en soi
La rue favorise l’approche directe et communique de facon explicite nos intentions aux filles. Au grand jour, elle rends la démarche de séduction plus naturelles (hommes-femmes se voient alors mutuellement tel qu’ils sont vraiment sans artifices)


La société et la propagande feministe (Doctissimo, Madmoizelle,...) nous fait comprendre faussement que le fait d’aborder dans la rue est un truc de chien et assimilable à du harcèlement, en assimilant séduction à la drague lourde clichée (passe-moi ton 06…). C’est une pensée limitante qui participe a démasculer les hommes d'aujourd'hui en les privant de s'assumer affectivement

Je comprends pas non plus votre haine vis à vis de la drague de rue . Vous avez des statistiques qui prouve que les femmes n'aiment pas la drague de rue faites avec douceur ?

En fait personne ne dit qu'etre abordé dans la rue par quelqu'un d'intelligent socialement et bienveillant est un problème.

Ce que je dis, c'est que 99 pourcents des expériences que les femmes ont dans la rue sont de se faire aborder par des gros lourds, des harceleurs, ou simplement mater salement.

Donc pour se démarquer, faut être juste très très très bienveillant et potentiellement plutôt très doué.

Relis le dernier post d'Onmiyoi. Je ne partage pas son analyse des féministes, mais je valide a 200 pourcents ce qu'il dit du dragueur de rue.

Quand a toi, Hermanos, vouloir faire des femmes un tout homogène, c'est naze et c'est ce qui rend les apprentis puas incapables de s'adapter et d'être a l'écoute.

En fait les HUMAINS peuvent être excités par plein de raisons diverses et variees.

Mais j'ai pas vraiment envie d'entrer dans ce genre d'argumentaire. C'est de la perte de temps.

Onmyoji a écrit :
19.10.20
Aussi, avoir une mentalité d'abondance, c'est justement pas se sentir obligé de draguer tout ce qui passe.
Sinon oui, il n'y a rien de mal à parler aux femmes ou aux gens dans la rue, mais dans ce contexte seuls les mecs très intelligents socialement peuvent bien le faire. Et ils n'en ont pas besoin, eux. Donc hormis pour la drague ponctuelle, la drague de rue c'est pas magique et une panacée.
Il n'y a de toute facon pas de formule et d'endroit magique en séduction/drague

La mentalité d'abondance permet de développer un détachement au résultat qui permet de surmonter les moments de doute, de vivre l'experience comme un jeu et développer de hauts standards (la finalité n'est pas de sauter sur tous ce qui bougent mais de séduire les femmes qui nous plaisent et en phase avec a nos valeurs)
Et la rue ça en a démotivé et brisé plus d'un, là où avancer tranquillement leur aurait permis de grandir à un rythme adapté à leurs aptitudes.
Il faut etre patient :
"La patience est l'arme du maitre" ou encore "A gentleman is à patient wolf" expriment parfaitement l'intérêt d'avoir de la patience avec les autres (et soi-même). Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que ces expressions sont souvent cités par des hommes influents ou charismatiques. Lorsque l'on travaille sur soi et a fortiriori lorsqu'on revient de loin on est souvent tenté d'aller plus vite que la musique.
La réalité est que notre esprit a besoin d'internaliser de nouveau réflexes avec le temps. On ne peut pas devenir bon du jour au lendemain dans quelque chose seulement parce qu'on l'a décidé.

Cependant on peut faire en sorte que chaque jour soit un pas vers cette direction. Développer une aisance sociale en tous lieux (la rue incluse) demande aussi d'expérimenter dans la vraie vie. On doit échouer puis recommencer, analyser puis retenter pour enfin réussir. :)
Cela prend nécessairement du temps. L'impatience démontre l'immaturité et que cela soit dans le domaine des relations personnelles ou professionnelles, Ça n'a jamais été un facteur de concretisation


Celui qui se frustre ou jette l'eponge apres 10-20 abordages infructueux doit s'armer de plus de patience (et souvent revoir son approche)

A ce sujet un article des plus pertinents sur la perseverance que je recommande chaudement pour ceux qui peuvent lire en anglais
https://www.girlschase.com/content/what ... o-you-give
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] C'est pas si simple le 20.10.20, 08h22 par Onmyoji

Question annexe : tu as l'air très sur de ce que tu racontes. Quel est ton "background" pour avancer tout ca?

Mon background ?


Il n'est pas spécialement chargé, j'ai commencé a me secouer les fesses il y a 6-7 ans apres une deception amoureuse et j'ai eu la possibilité d'observer a travers ma modeste experience et dans mon entourage des exemples de belles rencontre amoureuses ou memes amicales (ce qui n'est pas rien) via le terrain de la rue.
Je ne peux m'empecher de grimacer quand j'entends ou lis que la rue (j'englobe magasin, epicerie, librairie, etc...) est un endroit qu'il faudrait proscrire pour rencontrer des nanas
C'est se priver de belles opportunites, de belles histoires d'autant plus en comparant aux milieux de la nuit ou tout est plus surjoué souvent moins naturel

Il y a une citation que j'adore et qui me sert de leitmotiv


« Nombreux sont ceux qui s’empêchent d’avancer par crainte d’être traités de fous. Moi, je dis que fou est un compliment et que si on ne vous traite pas de fou quand vous vous lancez dans un nouveau projet, c’est que vous ne voyez pas assez grand ! » Linda Rottenberg


Sans meme parler de drague de rue, la drague tout court est de toute facon mal percu par une bonne partie de notre societe. On croise sans arret des gars qui disent « je ne veux pas passer pour un dragueur ». comme si c'etait de la manipulation


C'est dommage parce que c'est dans la nature des choses, c'est biologique d’avoir de l’attirance
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 20.10.20, 08h21 par Onmyoji

Ce qui est ironique ce sont les contradictions dès qu'on gratte le discours bien rôdé pour qui est facilement impressionné par les références littéraires et les pseudos vérités pleines de bon sens.
Tout est fait pour préserver l'idée même si elle montre ses failles.
Les mecs qui font du Street en sessions pour s'entraîner ils ont pas de "hauts standards", ils vont aborder n'importe quelle nana 6+ qu'ils gratifient d'un plus 3 dans les FR, et ils vivent ça comme une épreuve pour devenir meilleurs.
Et puis "en phase avec tes valeurs"; tu avoueras que c'est assez difficile à voir dans le déhanché (ou alors, à la marge).
C'est pas different d'un site, ou d'un bar, faut encore creuser derrière.
Quand tu dis qu'il n'y a pas d'endroit magique mais que tu lui donnes quatre qualités retrouvées nulle part ailleurs c'est pareil c'est pas logique.

Déjà ton idée que pour être bon en séduction ou même espérer l'être, "il faut se convaincre qu’aborder une parfaite inconnue dans rue (ou dans n’importe quel contexte) est non seulement possible mais aussi a ce jour LE meilleur moyen de faire de belles rencontres "
C'est absolument faux. Je connais un bon nombre de naturels qui étaient incapables d'aborder des inconnues dans la rue, et pour le meilleur même dans les bars, pourtant ils chopaient à tour de bras en soirée et par leur cercle et ils avaient dix fois plus de nanas que les mecs autour qui faisaient du street et y passaient un temps significatif. Il n'y avait pas d'applis de rencontre à l'époque.

Pour le reste la pluralité c'est bien le seul que je te concède. Pour l'accessibilité, tu n'es pas obligé de payer dans un bar, pour la plupart des boîtes ça revient à une conso, j'ai dragué des années en night en ayant un budget "pâtes" mensuel, en ne dépensant que le nécessaire pour me rendre sur place (et je n'y aurais pas coupé autrement, en général on fait pas du Street juste à côté de chez soi, sauf quand c'est très passant)
Pour la compétitivité, si tu as peur de la concurrence c'est pas trop une preuve de détachement et une mentalité d'abondance. Encore une fois la compétitivité toi qui parles de naturel c'est de la sélection naturelle: la survie du plus apte.
Si tu n'as pas les codes, tu es inadapté et sorti du pool de prétendants potentiels. Dans la rue, tu passes juste à la suivante.
Aussi se démarquer c'est pas forcément une bonne chose. On est pas dans "bien ou mal pourvu qu'on parle de moi". Si tu veux pas être un nuisible c'est obligé que tu fasses bien.
Quant au gain de temps "formidable"; quand tu fais des sessions ça m'étonnerait un peu. Et c'est le cas des mecs qui s'entraînent.
Pour le boost de confiance en soi, idem, mais on en a déjà parlé. Si tu n'es pas apte au départ ça va surtout amplifier l'effet de tes défauts.
Et cette illusion du vrai... comment dire?
À moins de la rencontrer quand elle descend ses poubelles, une femme sera toujours un peu apprêtée au moins pour elle-même. Dire qu'il n'y a pas d'artifices c'est une illusion.

Perso je m'en fous que la drague soit mal perçue par la société, et encore ça montre juste qu'elle préfère le dragueur "smooth" qui fait ça sans les vagues dont tu te réclamais en bon rebelle du Street.
C'est pas la question de la manipulation, le dragueur est de toute manière attaché à une histoire et une image de lourdeur et de médiocrité (jc dusse: "sur un malentendu ça peut passer" = le mec prêt à tout. Et son compère qui réussit n'est pas mieux vu, car tout ce qui compte pour lui c'est de serrer et qu'il voit les femmes comme du bétail - et étant effectivement pas intéressé par elles humainement, il les manipule mais c'est bonus. James Bond manipule pourtant il est vu comme séducteur et pas dénigré. Ou par quelques féministes radicales débiles et là on s'en fout).
"C'est dommage parce que c'est dans la nature des choses, c'est biologique d’avoir de l’attirance"
Oui. Mais c'est pas parce que tu vas avoir une érection sur le passage de cette meuf magnifique que tu vas lui montrer ou la coller par terre pour la lui mettre. Une majorité des animaux paradent, ils ne font pas que soumettre la femelle en l'attrapant par instinct.
Ça veut dire qu'on est très bien capables d'élaborer au dessus de notre attirance et de contrôler nos pulsions.
Oui c'est totalement naturel d'avoir de l'attirance. Comme respirer ou péter. Mais si tu peux pas t'empêcher de respirer en général tu évites de péter, parce qu'on ne pourra plus te sentir après ça
"La patience est l'arme du maitre" ou encore "A gentleman is à patient wolf" expriment parfaitement l'intérêt d'avoir de la patience avec les autres (et soi-même). Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que ces expressions sont souvent cités par des hommes influents ou charismatiques."
J'en connais qu'un, coach et qui fait des vidéos, et même lui dénigre la drague de rue comme entraînement. Il le place comme un truc d'esthète, et ponctuel.

Est-ce que revenir de loin ça implique pas le manque d'intelligence sociale qui va être préjudiciable?
Dans 95% des cas, si. J'ai pas une statistique scientifique, évidemment, mais pour avoir été ici quelques temps (et c'est pas un argument d'autorité), la majorité des mecs qui arrivent ici avec un problème ont plus qu'un problème de douche ou de style, un problème de codes et de perception. Ce sont des handicapés sociaux.

Est-ce que c'est acceptable de faire des femmes tes cibles d'entraînement, avec les fails que ça implique?
Non, parce que là le plaisir que tu décris à être abordées par des héros du quotidien tellement supérieurs et propres sur eux et dans leurs manières, se transforme en déplaisir d'être abordées par des mecs pas drôles, pas fins, lourds, insistants voire harcelants et qui les considèrent pas du tout comme des humaines mais comme des chiffres à scorer pour ajouter à leur barre d'xp.
Et ça tu peux pas nier que c'est la majorité des gars qui se lancent en street pour justement se "soigner". C'est pas une cure qui fait du bien à tous. Parce que justement ça donne raison aux féministes radicales et ça les rend audibles et c'est le plus grand mal won puisse faire au monde.

Puisque tu es d'accord qu'on ne peut devenir bon en le décidant, c'est pas acceptable de faire ça sachant que tu vas chier sur le terrain pour tout le monde: les femmes qui en peuvent plus (même si le trait est très grossi, j'en conviens, vu le nombre de soit disant harcelées qui se revendiquent pour faire partie de la meute), et les autres mecs sur qui on chie comme harceleurs prédateurs parce qu'ils sont des hommes (et à la forte raison si soit disant privilégiés, cis, hétéros, blancs, etc), et pour qui on fait monter la difficulté dans toutes les autres situations.
Experimenter dans la vraie vie ça veut dire apprendre dans son cercle ou apprendre à être suffisamment intelligent pour en construire un. C'est aussi beaucoup plus formateur parce que là tu as de la considération pour ce que tu risques de casser. Pas comme la nana qui passe si c'est un fail, que tu auras oubliée bien vite à moins qu'elle te mette un râteau sanglant.
Donc le street c'est beaucoup moins une école de la vie de ce que tu prétends. C'est plus un jeu vidéo sans conséquence et ça n'apprend pas les comportements adéquats pour socialiser plus loin que sur l'impression (d'où les très nombreux fails et bizarreries en date ensuite).
Et si je suis d'accord avec toi sur la patience, justement, c'est de l'impatience de vouloir faire si street au lieu de monter les marches une à une et d'apprendre à se resocialiser.
Là tu concrétises vraiment.
« Nombreux sont ceux qui s’empêchent d’avancer par crainte d’être traités de fous. Moi, je dis que fou est un compliment et que si on ne vous traite pas de fou quand vous vous lancez dans un nouveau projet, c’est que vous ne voyez pas assez grand ! » Linda Rottenberg
Ça c'est un appel à l'autorité (avec un auteur dont le nom est censé en imposer, et s'il ne dit rien ça fait encore plus truc de spécialiste), et cette phrase c'est un appel géant à Galilée.
On dit souvent des gens qu'ils ont tort parce qu'ils sont *vraiment* dans le faux. Tout ce qu'on retient dans l'histoire de Galilée c'est une déformation. À l'origine de nombreux autres savants faisaient les mêmes remarques que lui. Ils ont juste arrêté parce qu'ils brûlaient un peu trop bien, il n'était pas seul àavoir raison, c'est juste que l'église était seule àdécider du discours acceptable. Mais l'église c'était pas le monde entier, juste des obscurantistes. Mais ce qu'on retient c'est le biais du survivant, d'une part tu ne vois que celui qui a réussi en ayant raison et pas tous ceux qui se sont plantés même s'ils avaient raison, et tu ne vois pas non plus tous ceux qui se sont plantés parce qu'ils avaient tort.
Donc non, c'est clairement pas un argument recevable.
En général quand les gens font remarquer que ton attitude sort des clous c'est pas qu'une pression sociale débile ça peut juste être une remarque pertinente. Et c'est sans doute le premier truc à apprendre pour être intelligent socialement au lieu de se prendre pour Christophe Colomb à la découverte des Amériques.
La rue n'est pas un Eldorado.

Et j'ai pas de haine contre, et dans le principe je suis plutôt contre le fait de me laisser dicter mes actions par les féministes, mais il n'y a pas qu'elles qui expriment un ras le bol.
Quand tu as des copines qui se font draguer enceintes jusqu'aux yeux, suivre jusqu'à chez elles, "emprunter" leur téléphone ou aborder en pleine conversation dans un bar ou pour faire une approche "originale", que des mecs les abordent et insistent en ignorant leur mec malgré le fait que la fille leur dise que c'était bien son mec, ou les lâchent pas alors qu'elles veulent pas répondre, montrent des signes clairs de désintérêt voire l'expriment carrément c'est pas normal.
C'est sans compter les trucs encore plus inappropriés comme être abordée en sortie d'un funérarium ou dans un cabinet médical.
Et j'ai un entourage féminin pas particulièrement féministe, et pour cause.
La drague c'est un jeu oui, mais faut que tout le monde soit d'accord pour jouer.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 20.10.20, 10h16 par Jalapeno
  • [-1] Douteux / Malsain / Toxique le 20.10.20, 15h36 par Hermanos
Ceci n'est pas une citation inspirante

Edit : post a chaud du matin. Je répondrai après un café.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Hors sujet le 20.10.20, 07h56 par Onmyoji

Les arguments d'autorité c'est valable ni dans un sens ni dans l'autre. Et faire appel à une figure qu'il connaît pas ça fera pas avancer plus le schmilblick.
De toute manière faut arrêter de penser que la réalité est unilatérale, il y a beaucoup de subjectivité, et faire des concours de bites ça n'aide en rien.
Le problème n'est pas son idéal de drague, c'est peut-être quelque chose dans lequel il est très bon et vers lequel il tend et il ne pose peut-être lui aucun problème.
Le problème c'est ne pas se rendre compte que c'est inadapté à 80% des mecs parce que déjà quand on voit comment les mecs qui ont pourtant un cercle peuvent être nuls en soirée, ça semble assez évident que des mecs qui ont pas la base réussiront pas mieux dans un contexte encore plus délicat et difficile. La réalité faut qu'on apprend pas mieux en contexte difficile, on est pas dans un film de kung-fu. Et même dans les films ils passent des étapes avant les épreuves surhumaines. Et si parler à une femme ça n'a rien d'une épreuve, draguer une inconnue en 2020, en sortant de nulle part ça nécessite un savoir-faire pour être propre.
Et être propre c'est essentiel pour tout le monde dans tous les contextes pour améliorer les choses (et plus permettre aux instituts de sondages de te sortir des chiffres truqués comme 100% des femmes harcelées dans les transports)
Ceci n'est pas une citation inspirante

Ce que je dis, c'est que 99 pourcents des expériences que les femmes ont dans la rue sont de se faire aborder par des gros lourds, des harceleurs, ou simplement mater salement.
Je n'ai pourtant pas manqué de le souligner
Bien sûr si la femme se fait aborder ou interpeller tous les jours par des hommes indélicats ou grossiers, elle aura tendance à être sur la défensive, fermée et pleine d’a-priori sur quiconque s’approchera d’elle – et on la comprend; et si le jeune homme qui vient se présenter insiste lourdement alors qu’elle n’est pas intéressée, il ira grossir le rang des crevards de la rue qui font chier tout le monde et qui illustrent cette definition de « Harcèlement sexuel. »
Sinon je ne peux etre d'accord avec ce postulat
Donc pour se démarquer, faut être juste très très très bienveillant et potentiellement plutôt très doué.

Très très très bienveillant je ne sais pas mais au moins civilisé en tenant compte de la réaction de la fille et de la possibilité qu'elle ne soit pas intéressée
J'étais très loin d'être doué à mes débuts quand j'ai commencé la drague dans la rue. Avant de progressivement obtenir des résultats satisfaisants.
Se lancer est la partie la plus difficile, parce que l'on n'a aucun point de référence. Cela m'a pris du temps pour emmagasiner assez d'expérience et être celui que je suis maintenant par rapport a celui que j'etais il y a 6-7 ans, un mec qui suait anormalement au simple contact d'une charmante miss.
Quand on commence quelque chose de nouveau, on manque de talent. À moins d'être naturellement doué -certains gars ont des facilités pour être fantastique du 1er coup- j'évoluais sur le terrain avec le sentiment d'être un idiot, ce n'est qu'après avoir pratiqué un certain nombre de fois que j'ai cessé de me percevoir comme tel et mesurer de 1er gros progrès. Jusqu'au jour où des années plus tard des potes en viennent à dire que j'avais une certaine aisance naturelle avec les femmes, sans avoir conscience des efforts qui ont été fournit en amont



Prétendre qu'il faudrait être très doué pour se lancer va juste démotiver un peu plus les débutants.
Quelque soit le lieu ou l'apprenti va s'essayer (rue, bars, boites de nuit, plage, etc...), le manque d'experience et de capital confiance va l'amener à faire BEAUCOUP D'ERREURS. Il est illusoire de croire que l'on peut performer à quelque chose quand on a aucune référence a laquelle se raccrocher
Les 1ers pas sont toujours du tatonnement, de l'experimentation

Quand a toi, Hermanos, vouloir faire des femmes un tout homogène, c'est naze et c'est ce qui rend les apprentis puas incapables de s'adapter et d'être a l'écoute.
Du tout
Je ne fais pas des phrases tout faite comme j'ai pu lire ici " Sur 100 personnes que vous approcherez, 99 seront ravi/gonflé...."
On ne peut pas faire des femmes un tout homogène et me garde de toutes les mettre dans le meme panier
Pour schématiser et selon mon experience, je dirais qu'un mec banal, physiquement décent (j'entre dans cette description) récolte 10% de succes avec des filles receptives, 40% avec des filles neutres et 50% de filles non-receptives a une demarche active de séduction dans la rue

Je ne promet pas le 99% d'echec ou de succes, la réalité est comme souvent pour le moins nuancé

Les mecs qui font du Street en sessions pour s'entraîner ils ont pas de "hauts standards", ils vont aborder n'importe quelle nana 6+ qu'ils gratifient d'un plus 3 dans les FR, et ils vivent ça comme une épreuve pour devenir meilleurs.

Tu fais sinon intervenir la notion de "street en sessions" chose que je n'ai pas mentionné
Durant mon apprentissage, je ne me suis pas bloqué des heures spécifique de "pick up street" en déambulant dans les rues juste pour aller a l'abordage de nanas.
Je trouve ce genre de méthode contre productif parce que résumer sa vie autour de ca est la meilleure facon de mettre les femmes sur des piédestales et de se rendre needy. Il ne faut pas oublier en parallele d'ameliorer les autres points de sa vie, elargir et developper ses propres passions, se batir un avenir professionnel solide, socialiser et s'entourer d'ami(e)s interessant qui nous elevent et nous inspire, etc....
La "street session" rend le processus trop machinale en plus de vous couper des autres, loin d'etre une idée brillante

Pour rencontrer des femmes, il n’y a à mon avis aucun egal a la rue qui fourmille davantages
1. Sa pluralité
Un reservoir infinit de femmes differentes (il y a l’embarras du choix!)
Faux. Il y a plein de femmes que tu ne rencontreras jamais dans la rue. Tu ne vas rencontrer que des femmes qui vont dans les rues où tu vas et aux horaires où tu iras. Homogamie sociale.
2. Son accessibilité
Un terrain de jeu gratuit, ici pas besoin de débourser le moindre copeck en bars, boites de nuits ou sites de rencontres justes pour rencontrer des nanas…
Argument non valable. D'une part, plein de possibilités existent sans avoir à dépenser beaucoup d'argent, comme l'a dit Onmyoji . Même les site de rencontres, ce n'est pas si cher que ça si on regarde bien. Par exemple, si on prend l'abonnement 6 mois sur Adopte, cela revient à 0,55€ par jour. C'est plutôt cheap finalement !

D'autre part, payer pour aller en boite, pour s'inscrire à une activité sportive ou culturelle, ou pour partir en vacances, c'est quelque chose de normal. On paye des gens qui bossent pour nous fournir un service. Et surtout, on investit pour soi-même, pour avoir une vie de qualité.
3. Une faible compétitivité
Une concurrence quasiment nul (si l'on excepte donc les harceleurs ne constituant aucune rivalité digne de ce nom) qui evite de batailler avec la horde de mecs qui vont solliciter la miss sur Tinder et milieux de la nuit. Et qui par consequence permet de se démarquer aux yeux des femmes.
Faux. Tu es quand même en concurrence avec les autres mecs, et pas dans un position avantageuse pour toi. Tu es en concurrence avec son prof de sport, avec les mecs qui la branchent sur les site de rencontre, avec son collègue sexy, avec son pote guitariste, etc...

Et toi tu es le mec qui la drague dans la rue, juste pour t'entraîner...
4.Un gain de temps formidable et un boost sur la confiance en soi
La rue favorise l’approche directe et communique de facon explicite nos intentions aux filles. Au grand jour, elle rends la démarche de séduction plus naturelles (hommes-femmes se voient alors mutuellement tel qu’ils sont vraiment sans artifices)
Argument non valable. On peut faire de l'approche directe dans toutes les situations. Même au sein de son cercle social. Et c'est plus couillu de le faire dans ce cadre là compte-tenu du risque que cela suppose.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 20.10.20, 11h06 par Onmyoji

Répondre