La séduction en 2020

Note : 46

le 30.09.2020 par darkhell91

77 réponses / Dernière par Owen le 20.10.2020, 23h01

Pour celles et ceux qui veulent discuter et demander des conseils rencontres et séduction; comment faire avec cette fille ou ce mec; et plus généralement, comment pécho / trouver l'amour à l'ère du swipe left, notamment quand on est ni mannequin, ni un ninja de la drague.
ymig1 a écrit :Si dans mon planning je suis en rue et que je croise une femme qui retient mon attention je trouve qu'il faut tenter l’interaction 2020 ou pas.
Ce faisant tu négliges que :
- les temps changent, les modes de rencontre aussi (et si on devrait pas tout laisser aux apps, clairement, la rue ça n'a jamais été l'eldorado promis par les players, que ce soit dans les années 50 ou maintenant. Et je dis ça en ayant eu moi aussi des expériences majoritairement positives avec relations à la clé)
- c'est un peu se voiler la face que de penser que la nana célibataire va majoritairement apprécier.
Elle rêve secrètement de croiser Ryan Gosling et qu'il la remarque oui, mais le mec lambda elle s'en passerait volontiers. Et la majorité des gens qui font du street sont pas des bg, ce sont soit des cailles soit des mecs qui ont découvert ça avec la communauté parce qu'ils avaient pas de meufs - et quand tu es bg à moins d'être con comme une pelle, tu arrives toujours un peu à serrer dans ton cercle-.
Et célibataire veut pas dire disponible/ avec l'envie en général, et que tu n'as pas toujours moyen d'identifier. Donc l'un dans l'autre tu as quand même une chance sur quatre de tomber sur une nana ET célibataire ET disponible, et sachant qu'elle va aussi beaucoup mesurer le caractère importun de ton approche à son attraction physique pour toi en plus de tes manières réelles, on va vite tomber d'une moitié de plus, si on suppose que tu fais ça proprement et d'une manière que la majorité des nanas trouveraient propre.
Et il faut encore qu'en plus de tes manières tu plaises.
Ça commence à faire des fractions assez faibles pour ne pas être souhaitables*
Tout simplement parce que là, aujourd'hui, l'esprit du temps est tendu. Tu parlerais d'il y a dix ans j'abonderais dans ton sens. Mais la vérité c'est que ce sont plus juste les racailles qui sont lourdes et nuisibles ou au moins (même si je pense qu'il y a des deux avec les clones qui abordent en série sur n'importe quel spot où ils peuvent croiser des nanas stylées) vues comme telles.
-*il faudrait un peu plus que "la croiser", pour que ton approche soit légitime et moins à risque. ie, une forme d'interaction pas dédiée à la drague et survenue par hasard ou légitimement, entre vous à laquelle tu peux t'accrocher (et encore, il y a des nanas qui regrettent ensuite) et rebondir, ou qui lui ouvre la porte et lui donne envie au travers de ta réaction.

Je sais pas si tu as vu cette vidéo d'Arnaud Demanche sur les mecs en chien. Le gars il te parle de tous les endroits où des mecs qui se supposent "couillus" osent. Et ça fait un peu peur en fait.
Et les réactions à cette vidéo me semblent pas être que celles des féministes radicales (sinon j'en tiendrais pas compte parce que leur avis je m'en cogne).
Après oui, ce serait bien si le monde était peuplé de Catherine Deneuve, mais si tu traînais plus sur les apps et sdr tu verrais que pour beaucoup de nanas l'icône féministe du moment c'est Mona Cholet et ses inventions ridicules sur les sorcières, ou Despentes et ses théories désaxées.
Alors même si y en a pas la moitié qui y croit vraiment y a un formatage, une pression sociale qui va les pousser à interpréter les choses de manière négative même si sur le moment elles peuvent se laisser prendre par la beauté du geste (parce que oui, comme toi je pense que c'est cool si c'est bien fait, j'ai de bonnes expériences, bons retours etc même sans être Ryan Gosling)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 05.10.20, 21h26 par Allandrightnow
Ceci n'est pas une citation inspirante

Hello,

On est dans le centre du problème.
Comme tu le dis il y'a un formatage, pression sociale...

Tout ton développement intellectuel, analytique est bien sensé et ca m'attriste de voir qu'on "casse les couilles", castre les hommes dans cette société, et qu'on pousse les femmes à être moins femme et les pousser à interpréter les choses de manière négative.

Clairement, la rue n'est pas le meilleur endroit pour les players mais ça reste une option, je ne suis pas vraiment d'accord avec ton analyse sur les BG, je pense que la beauté chez l'homme joue beaucoup moins que chez une femme, c'est son charisme, sa personnalité, statu sociale, confiance en lui, inner game qui feront la différence.

Perso, je ne me soumettrai pas à ce féminisme ambiant qui dicte les mœurs, je préfère tellement le hasard, la spontanéité, la rencontre fortuite.

Il y'a une réalité sociale comme tu le dis, il faut en tenir compte pour agir avec intelligence.

Pour moi le travail est clairement à accomplir par les hommes sur eux mêmes.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 05.10.20, 18h13 par Onmyoji

Le féminisme ambiant ne dicte pas particulierement les moeurs, il montre surtout que l'espace public est un lieu dangereux pour les femmes et que c'est important d'en avoir conscience quand on veut s'amuser à faire le dragueur de rue.
Tout ton développement intellectuel, analytique est bien sensé et ca m'attriste de voir qu'on "casse les couilles", castre les hommes dans cette société, et qu'on pousse les femmes à être moins femme et les pousser à interpréter les choses de manière négative.
C'est marrant car perso je me suis jamais senti aussi homme que depuis que j'ai accepté ma part sensible, vulnérable. Je fais de la danse, je peux être très "viril" ou tres "homo" en fonction de mon humeur, et je trouve ca vraiment enrichissant de pouvoir être relativement affranchi des stéréotypes qu'on m'impose en tant qu'homme. Pour autant, si j'ai envie d'aller soulever de la fonte et d'exhiber mes gros muscles en roulant des mécaniques, je me sens libre de le faire aussi.

Et, oh magie, ca a l'air de plaire aux femmes puisque j'ai constamment 2 ou 3 sexfriends et amoureuses.

Je t'invite à prendre un peu de distance sur ces notions de genre, pas forcement jusqu'à plonger dans le féminisme d'ultra gauche, mais il y a vraiment quelque chose à en tirer, et contrairement à la croyance trop répandues, beaucoup de féministes veulent simplement etre libres d'etre bonnes sans se faire juger ou risque d'être agressées, et c'est un gros plus dans tes armes de séducteur que d'être capable d'avoir de l'empathie pour ca.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Trop dogmatique le 06.10.20, 06h23 par Onmyoji

contrairement à la croyance trop répandues, beaucoup de féministes veulent simplement etre libres d'etre bonnes sans se faire juger ou risque d'être agressées, et c'est un gros plus dans tes armes de séducteur que d'être capable d'avoir de l'empathie pour ca.
C'est exactement ça. Et que ce soit moi (je suis très frontal, j'avoue) ou les autres ici, ce qu'on te dit, c'est de prendre ce contexte en compte et de t'en servir pour affiner ta façon de penser et avoir de meilleures relations sociales.

Owen, comme moi, avons expérimenté cela, et sans forcément faire étalage de notre vie sexuelle et amoureuse, on peut te le dire : avoir une vision plus subtile, accepter sa vulnérabilité et ses aspects plus féminins, faire preuve d'empathie = avoir une vie beaucoup plus riche et agréable que penser performance, être attiré par l'idée du "hasard" plus que par le réel et se plaindre que le féminisme casse les couilles parce qu'on peut plus draguer à la papa.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Trop dogmatique le 06.10.20, 06h23 par Onmyoji

Ouais apres je vais quand meme nuancer hein : les stéréotypes de genre étant ce qu'ils sont, j'ai pas toujours beaucoup de succes avec les filles plus "classiques" qui veulent "un homme, un vrai". Mais bon ca c'est encore a nuancer et personnellement je ne m'y intéresse pas trop.

Ce qu'il faut se dire c'est surtout : arrêtons de trop voir les choses de manieres catégoriques car ca peut nuire a pas mal de gens, y compris nous meme
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Ca va mieux en le disant le 06.10.20, 06h23 par Onmyoji

Owen a écrit :
05.10.20
Le féminisme ambiant ne dicte pas particulierement les moeurs
C'est là où on va diverger. Quand il y a des mouvements qui ont pignon sur rue genre metoo et balance ton porc, des cabales à n'en plus finir (et maintes fois détournées comme ça a été montré par le fait que de nombreuses accusations se soient révélées fausses), ça en devient un diktat des moeurs oui, où il faut balancer pour se sentir exister, ou taper sur celles qui aiment ça. Prends le cas Deneuve, elle exprimait son avis, n'a jamais dénigré celles qui avaient un avis contraire. Elle s'est pris une volée de bois vert en échange. Pourtant comme féministe c'est loin d'être la dernière.
il montre surtout que l'espace public est un lieu dangereux pour les femmes et que c'est important d'en avoir conscience quand on veut s'amuser à faire le dragueur de rue.
Il ne l'est pas pour la majorité des femmes, c'est de la fiction. Déjà parce que comme on le rappelle si bien 90% des violeurs sont des proches, puis pour les agressions les mecs sont plus susceptibles de subir des violences. Alors oui le viol c'est une violence particulière mais se faire casser la tête c'est pas très bon pour la santé.
Après le reste sur le harcèlement c'est largement alimenté par les réseaux sociaux et des sondages partisans (quand on te donne deux choix entre "oui" et "oui mais en bleu", ou qu'on interprète tout dans le sens qui arrange), mais non 100% des femmes ont pas été victime de harcèlement. Sinon moi aussi parce que des regards insistants j'en ai eus aussi. Ça doit être ma part féminine, la pauvre il n'y a qu'elle qui peut être persécutée.

Cependant quelle que soit la réalité, il faut tenir compte des croyances des autres parce que sinon on finit en ermite ou excommunié. Des fois c'est mieux de pas traîner avec des cons, mais en l'occurrence ça signifie se couper de 80% des meufs qui se sont fait bouffer le cerveau.
Quand on voit des meufs qui font du only fans et de l'insta putassier et qui jouent les féministes alors qu'elles exploitent tous les stéréotypes de la femme objet à disposition de tous pour le bon prix, qui a toujours envie d'être sensuelle pour plaire aux mecs etc (parce que c'est leur comm quand elles demandent des retours sur leur apparence, plutôt que de le faire simplement pour elles), etc, on est dans le grand écart le plus complet où on te demande de plus être un mec, mais aussi de l'être pour entretenir toutes les courtisanes de l'époque... (qu'on s'entende bien, j'ai pas de problème à ce qu'elles se vendent c'est leur droit, qu'elles exploitent la misère des mecs c'est un autre problème mais on va dire qu'elles en aident d'autres, c'est pas forcément à elles de faire ce choix moral, leur offre pourrait être neutre. Mais le côté "les hommes sont des porcs" de certains petits messages au milieu, ça donne juste envie de leur mettre le nez dans leurs contradictions, sauf qu'elles le savent très bien et c'est encore plus cynique...)
C'est marrant car perso je me suis jamais senti aussi homme que depuis que j'ai accepté ma part sensible, vulnérable. Je fais de la danse, je peux être très "viril" ou tres "homo" en fonction de mon humeur, et je trouve ca vraiment enrichissant de pouvoir être relativement affranchi des stéréotypes qu'on m'impose en tant qu'homme. Pour autant, si j'ai envie d'aller soulever de la fonte et d'exhiber mes gros muscles en roulant des mécaniques, je me sens libre de le faire aussi.
C'est pas ce qu'il dit. On parle pas d'accepter sa part féminine, il est suffisamment empathique et dans la communication pour en avoir une. Il parle d'une idéologie qui veut supprimer la part masculine en ridiculisant, dénigrant systématiquement ce qui est masculin. Je me demandais comment on en était arrivé à ce que toutes les pubs te présentent toujours les hommes comme des abrutis irresponsables (c'était marrant dans Malcolm car c'était bien loin de la réalité et surjoué) et les femmes comme responsables, fines et toujours capables de prendre la bonne décision en termes d'organisation (alors qu'en réalité y a 80% des meufs en couple qui sont attentistes et se font servir parce qu'elles ont pas confiance en elles ou maîtrisent pas les sujets type bricolage, logistique etc). Maintenant je sais que l'une des principales agences de pub à l'origine de grandes "sagas" publicitaires et politiques de marques à succès est dirigée par une féministe dans la mouvance actuelle. Alors c'est pas un complot, hein, mais au fur et à mesure que ça se répand tout ce qui est masculin devient ringard, bourrin, lourd et indigne de cité.
Je veux bien qu'on mette plus en avant les femmes, mais pour beaucoup de choses ça devient systématiquement "la femme machin" plutôt que "le/la machin" parce que ce qui compte c'est pas le sexe c'est la réalisation.
Faut quand même reconnaître que ça existe, et c'est pas anodin. C'est pas faire l'incel que le reconnaître.
Pour le reste, c'est ironique que tu places la danse comme féminin, quand dans beaucoup de cultures, dont certaines très machistes, c'est une affaire d'homme, ou quelque chose de très genré. Notamment les danses latines où chacun a un rôle, du tango à la salsa. Le rock c'est plus neutre car c'est plus la forme qui dicte le rôle en fonction des aptitudes (les portés etc). Et pour la danse solo (classique ou moderne), les stéréotype vient plus que beaucoup de danseurs célèbres soient gays (je dois pouvoir en citer au moins 2 sans forcer et je n'en ai que 3 à l'esprit) que de l'activité. Un peu comme les coiffeurs (à la base c'était "coiffeur/ barbier" hein. Ça fait pas trop femme par nature). Mais c'est de la pop culture plus que l'activité elle-même. Une activité ça a pas de couilles...:)
Et, oh magie, ca a l'air de plaire aux femmes puisque j'ai constamment 2 ou 3 sexfriends et amoureuses.
Pas pertinent, c'est un argument d'autorité, invérifiable, symétrique et non attribuable:
J'ai pas besoin d'expliquer le premier même si je t'accuse de rien, mais
Si tu peux dire ça, d'autres peuvent en dire tout autant en étant très masculins voire macho, d'une part, d'autre part, tu attribues ça à ton côté féminin plus accepté alors que ça peut juste être que tu es moins en stress, moins creepy parce que pas en train de te battre dans ta tête, ou parce que le déclic c'est autre chose en amont qui t'a permis de débloquer ça aussi.
De plus inviter à changer dans un sens juste pour serrer des meufs c'est clairement contre-productif. Comme tous les mecs qui a une époque se mettaient à la salsa pour rencontrer des meufs alors que ça les intéressait pas. Maintenant ce sont les cours de yoga.
Céder à ce genre de foutage de gueule c'est céder à ce truc pas très féministe qui fait toujours de la nana une valeur marchande ou un objet/ objectif.
Sans tomber de la philosophie bro/ masculinité à deux balles, être fier d'être un mec et pas chercher à se sentir plus gay pour atteindre les meufs ça me semble plutôt bien quand on est un homme. Être un homme comme dit plus haut ça veut pas dire être un barbare beuglant qui sait que se gratter les couilles en buvant de la bière et mangeant une patate avec de la viande.
On peut être un esthète et un homme, c'est d'ailleurs le cas dans la plupart des cultures asiatiques qui sont très genrées, comme dans la culture arabe -idem-, ou la culture latine. Il n'y a qu'en France que c'est devenu "gay" à l'époque moderne mais c'est de nouveau de la pop culture.
(Nb: je dis pas qu'être gay ou femme c'est mal, je dis que quand tu es homme tu n'as pas besoin de chercher à être plus femme ou plus gay pour être heureux et pour chopper. C'est pas une pression d'être soi-même, ton discours se tient uniquement pour les quelques gars qui se reconnaissent pas là-dedans et c'est leur droit, l'erreur là-dedans c'est que pour pas se sentir à la marge ils veulent péter le modèle au lieu d'accepter qu'ils sont pas "normaux" au sens de "dans la norme", ce qui est pas mieux ou moins bien, l'humanité c'est un spectre, et là on parle pas d'une caractéristique bénéfique, juste d'un trait de personnalité).
Je t'invite à prendre un peu de distance sur ces notions de genre, pas forcement jusqu'à plonger dans le féminisme d'ultra gauche, mais il y a vraiment quelque chose à en tirer, et contrairement à la croyance trop répandues, beaucoup de féministes veulent simplement etre libres d'etre bonnes sans se faire juger ou risque d'être agressées, et c'est un gros plus dans tes armes de séducteur que d'être capable d'avoir de l'empathie pour ca.
Le seul truc pertinent qu'il y a à tirer c'est le consentement trop longtemps oublié.
Le respect ça a toujours été la base, après c'est facile quand on oublie le choix des autres de penser qu'on est pas en train de marcher sur leurs limites.
Pour le reste c'est biaisé en faisant l'équation féministe=bonne (c'est loin d'être une généralité), la bonne formulation ce serait "d'être libres d'être ce qu'elles veulent sans se faire juger ou risquer d'être agressées", mais elles sont déjà libres, le problème étant que le jugement c'est pas un truc rationnel et que tolérance ou pas il y aura toujours des choses qui font chier les autres (puis on peut tomber dans l'extrême inverse de devoir tolérer n'importe quel comportement sous prétexte de liberté/ égalité/ avoir le droit d'être soi etc, ou comment des minorités s'imposent à la majorité sans qu'on ait le droit de rien dire, c'est déjà le cas et c'est chiant), et l'agression c'est pas un problème de liberté, c'est le fait de gens qui respectent rien, pas du système qui offre cette liberté (et s'il faillit à la garantir c'est pas parce qu'il s'en fout des femmes c'est parce qu'il branle rien pour résoudre les problèmes de fond pour des raisons politiques)
C'est pas parce que ce sont des femmes qu'ils agressent, c'est parce que ce sont des proies faciles pour répondre à leur besoin du moment. Le problème de l'agression c'est finalement un problème de criminalité, c'est pas lié aux stéréotypes de genre mais plutôt à leur perte, un agresseur c'est souvent un mec parce que ce sont eux qui sont plus dans la misère et aptes à recourir à la violence, et il va s'en prendre aux proies qui ont le plus grand delta avec lui. Généralement des femmes, vu qu'il y a pas de barrière. Expliquer c'est pas excuser, mais ça c'est l'explication. Parce que dans les cultures où ça se produit pas, les criminels ont un code d'honneur genre "ni femme ni enfant", et en général c'est assez ancré dans la culture, assez macho (ie, la France des années 70, la Russie de nos jours - où la femme est souvent exploitée par les criminels mais est relativement safe d'exister le reste du temps, parce que le braqueur caressera pas l'idée de la violer en plus, sachant que ça l'expose à prendre très cher côté justice et "collègues" ), et seuls les gros criminels s'attaquent à tout le monde.

Bref, il vaut mieux pas se "plonger dans le féminisme pour en tirer quelque chose" à l' heure où on est déjà en permanence remis en question et déconsidérés, le seul travail qu'il y a à faire c'est justement de s'assumer contre vents et marées, cette marée là passera parce que les gens peuvent pas lutter contre leur nature, et que les choses retrouvent vite leur place quand on lutte pas contre leur mouvement.
Être un mec ça veut pas dire être irrespectueux, ne pas respecter le consentement ou autre, et y a pas besoin d'aller se "chercher une part féminine" pour y réussir.
Quand on aura accepté ça on arrêtera de se sentir coupable et de se plier à des idées de merde et de jouer leur jeu.
Ceci dit, tout en voulant que les femmes soient libres de faire ce qu'elles veulent (tant que ça fait pas légitimement chier les autres, et là on parle pas de shaming débile et de stéréotypes à la con type "femmes faciles"), qu'elles soient respectées et en sécurité. Ce qu'elles sont déjà majoritairement, faut le rappeler, même s'il faut encore une fois être intelligent et prendre en compte leurs perceptions (parce que oui ce mouvement radical est dommageable pour tout le monde même si une minorité y trouve son parti, mais faut respecter les peurs des autres, c'est le meilleur moyen de les déconstruire).
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+3] Post de qualité le 06.10.20, 21h44 par Allandrightnow
  • [+1] A lire le 08.10.20, 18h59 par Olfff
  • [+1] Constructif le 10.10.20, 00h17 par ymig1
Ceci n'est pas une citation inspirante

Je propose de ne pas continuer dans ce débat sur le féminisme (c'est valable pour toi aussi PoorDonkey) car on sait tres bien où il nous mène à chaque fois, et en tant que modérateur plus ou moins fantôme, je vais faire remarquer que ca fait partie des sujets a éviter.

Pour reprendre mon propos Onmiyoji, je diraiis plutôt que mon intention n'était pas de "rendre" qui que ce soit féministe, mais plutot d'inviter à aller voir un peu au dela des stéréotypes de genre qu'on peut avoir intégré sans le savoir et de se demander "est ce que ces stéréotypes m'aident réellement à avoir une vie sentimentale et sexuelle épanouie?".

En tout cas pour clarifier de nouveau : Ymir, je ne te juge pas en tant que personne, je souhaitais par mon post précédent montrer que d'autres manieres de fonctionner existent et fonctionnent très bien, or du discours "un homme c'est..." que je t'ai vu tenir, et je t'invite à être plus souple dans ton approche, sans forcément te renier dans ton envie d'être un homme dans toute sa splendeur virile, mais d'intégrer le contexte (la rue, est ce propice? peut etre? mais a quelle heure? dans quelles conditions etc.) et de ne pas oublier le respect et l'empathie.

PS : Poordonkey si tu reviens à la charge et que tu te fais tacler, je ne te soutiendrai pas, meme si on a des avis proches.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 06.10.20, 08h40 par Onmyoji
  • [+1] Effectivement le 06.10.20, 10h34 par Popovski
  • [+1] Constructif le 06.10.20, 21h45 par Allandrightnow
  • [+1] Constructif le 10.10.20, 00h18 par ymig1

Y a pas de guerre, je propose juste un point de vue qu'on oublie un peu vite à mon goût, mais comme dit plus haut l'égalité et la liberté de chacun c'est bien (même si le rappeler c'est un poncif)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Oui le 06.10.20, 10h19 par Owen
Ceci n'est pas une citation inspirante

Egalité, liberté, curiosité et empathie!

Pour moi, la séduction en 2020 et les années suivantes aura majoritairement lieu dans les cercles sociaux et les soirées privées.

Les sites et apps de rencontres vont également jouer un rôle croissant, avec un taux de réussite très variable selon les personnes.

Le harcèlement était déjà un sujet de société. La crise covid ne va pas arranger les choses car le climat qu'elle génère empire les comportements inadaptés voire agressifs. Pas de quoi rassurer une femme qui marche seule dans la rue.

Bref, la rue est un endroit inadapté pour s'exercer à la drague. Mieux vaut le faire dans les nombreux autres contextes où c'est adapté.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Trop dogmatique le 08.10.20, 18h59 par Olfff
  • [0] lol le 08.10.20, 21h30 par Allandrightnow
  • [0] Pertinent le 09.10.20, 09h11 par Owen
  • [0] Oui le 09.10.20, 20h31 par Poordonkey

Je me permet d'intervenir sur ce sujet .

Oui 2020 c'est une année en carton. Oui le climat drague est plus tendu parce qu'une crise sanitaire et des retombées économiques, ça peut plomber le moral et l'enthousiasme de beaucoup de monde.

Mais en vrai, il y a 10 ans de ça quand je commençais a faire du pick-up dans la rue et à écrire un journal, il y a avais déjà exactement les mêmes discours qui étaient relayés.

" les filles ont peur de se faire aborder dans la rue "

fille : " a mais avec moi ça passerait jamais "

etc

parce que l'archétype du gros boulet qui siffle et qui insulte, qui drague avec ses 5 potes, était déjà bien ancré dans l'inconscient de la population française, homme ou femme.

J'ai envie de poser une question, et c'est sans arrière pensée, je suis vraiment curieux.

Désolé je suis plus trop au fait de qui fait quoi, j'ai pas lu de journal depuis un moment, je passe juste sur FTS de temps en temps et je lurke un peu.

Mais qui parmi les gens qui interviennent sur ce sujet a abordé des femmes dans la rue/boulangerie/centre commercial/etc dernièrement ? en 2020 ?

Parce que je retrouve le même discours qu'il y a dix ans, que j'entendais dans la bouche de gens qui n'avait pas essayé de simplement brancher une femme qui te plait de façon courtoise quand tu la croise.

" si tu branches dans la rue tu prends le risque d'etre le gros boulet de service / ça prouve que tu n'es pas adapté/ conscient du monde qui t'entoure "

Avec le même caveat " SAUF si t'es bon "

Et dans les faits, mes faits, parce que je ne pourrai jamais m'exprimer qu'au nom de mon expérience personnelle, rien n'a changé.

Il y a des filles pressées, des filles en couple, des filles que tu n'intéresse pas, et puis il y a les filles qui sont ravies d'être présentées avec l'opportunité d'une rencontre.

Je suis d'accord qu'aller au charbon de façon industrielle, c'est moyen, pour elles , pour celui qui drague.

Parce que dans les faits " se faire la main " ça ne veut rien dire.

L'esprit du street pick up a mes yeux, a part dans mes tous débuts ou je branchais un peu a la chaine comme un chien fou , c'est très vite devenu " si tu la croises et qu'elle te plait, bah tu vis dans une grande ville, tu risque de ne plus jamais la revoir, tente ta chance, ça pourrait être une belle histoire pour tous les deux." et pas " vas y aujourd'hui je branche 30 meufs et je prends 10 numéros "

Parce que a faire du chiffre de toute façon on s'émousse un peu tout l'aspect émotionnel, la petite boule au ventre qui donne le regard vif et qui communique qu'il y a une réelle envie de créer un lien.

L'idée c'est pas " a part si t'es bon ", c'est la fille qui décide si tu as été " bon ".

C'est plus " tant que tu es bienveillant " , et ça , ça ne dépend que d'une approche sincère et respectueuse.

Personnellement je suis convaincu que cette idée que brancher dans la rue c'est inadapté, 2012 ou 2020, c'est un gros rideau de fumée.

Etre un gros connard c'est inadapté, ça oui.

Mais suite au confinement, la fermeture des bars/cafés dans certaines grandes villes, notamment Marseille où je vis encore a ce jour, il y a ce désir de se rapprocher et de faire des rencontre qui est plus puissant que jamais dans la population.

Et brancher dans la rue, compte tenu que le discours ambiant a toujours été présent aussi loin que je m'en souvienne, ça a toujours été une action qui brise les codes des rencontres conventionnelles.

Il y a 10 ans de ça c'était déjà " inadapté/chelou/dangereux/etc" ... parce que merci Momo le boulet, et merci les médias de bien centrer l'objectif sur la gueule patibulaire de Momo et ses copains svp.

Mais si vous vous donnez la chance d'être le mec cool et courtois qui a pris son courage a deux main pour aller voir cette belle jeune femme qui a éblouit sa journée, plutôt que le crevard qui l'a harcelé pour choper un numero quine répondra jamais a ses messages, vous pourriez changer d'avis.

Apres tout le monde n'est pas a l'aise dans toutes les circonstances, certains ne draguent pas dans la rue ( ou autres lieux de la vie de tous les jours ) parce que ils ont leurs propres préférences, leurs cercles sociaux ,etc

Et c'est tres bien.

Mais souvent ces memes mecs qui n'ont jamais essayé sont les premiers a décrier la pratique comme un truc d'arriéré, un peu au ressenti, sans réelle expérience pour appuyer cet avis dessus.

D'où ma question plus haut.

Et si par contre des mecs qui draguent dans la rue , auraient eux aussi a me dire que " non mec maintenant c'est mort la rue " , j'aimerai savoir ce qu'il leur fait dire cela, parce que clairement on evolue pas dans les meme rues alors.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+3] 100% d'accord le 10.10.20, 18h32 par Bumble
  • [+1] Constructif le 10.10.20, 18h56 par Jalapeno
  • [+3] Boom le 10.10.20, 19h47 par Thedaze
  • [+3] Yesssss! le 10.10.20, 21h31 par Allandrightnow
  • [+1] Constructif le 11.10.20, 09h09 par Axelos
  • [+2] +1 le 11.10.20, 09h57 par Owen
I like my women like i like my coffee : short, black and sweet.
-
The Five Rules of Olfff :
-1) Speak as if nobody was listening to you.
-2) Dance as if nobody was looking at you.
-3) Learn as if you were born yesterday.
-4) Laugh as if you were going to die tomorrow.
Last but not least:
-5) Always have sex as if you were in love.

" Parole d'ancien "

Mon journal : o-l-f-f-f-objectif-life-fun-frontal-and ... 27776.html

Pas mal de choses à dire sur ce thread.
Merci Olfff pour les précisions.

Expériences perso des deux dernières années:

J'ai fais des rencontre vraiment sympa dans la rue et sur les quais ( post et pre-covid.) Parfois ça passait bien parfois pas. That's life.
Pas forcement des rencontres à but sentimentale. Juste des gens que je fréquente de temps à autre. Parfois c'était juste éphémère. Du coup j'élargis quand même un peu plus mon cercle sociale de la sorte.

Pas vraiment le sujet principal MAIS j'ai rencontré ma copine actuelle en allant boire un verre seul dans un bar. Histoire plutôt solide pour le moment presque 2 ans de relation stable.

Du coup je me pose la question: à quel moment on décide de ce qui est approprié ou non en terme de relation sociale et in extenso en relation amoureuse?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Bien vu le 10.10.20, 21h32 par Allandrightnow
  • [+1] Cool le 11.10.20, 09h09 par Axelos
  • [+1] Bien le 11.10.20, 14h16 par Olfff
  • [+1] C'est pas faux le 11.10.20, 15h57 par Esope
"Un être libre, c'est rare, mais tu le repères tout de suite, d'abord parce que tu te sens bien, très bien quand tu es avec lui."
Charles B.

A partir du moment où t'es banale physiquement / tu sais un minimum / bien habiller et surtout tu acceptes le refus bah ça passe largement. Par contre faudra tenter à la pelle sans se démotivée

A partir du moment où t'es banale physiquement / tu sais un minimum / bien habiller
C'est très subjectif et à géométrie variable ça :mrgreen:
et surtout tu acceptes le refus
Yep!
Par contre faudra tenter à la pelle sans se démotivée
C'est rigolo parce que j'ai longtemps tenté les SDR en parallèle et je trouve ça tellement plus démotivent d'avoir 0 retours sur ton profil. De mon point de vue c'est frustrant à souhait. Surtout avec les nouveaux algos qui te catégorisent vite en "banquable" ou "intouchable" ahah
Au moins dehors tu as du concret et des indications pour t'améliorer non?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Absolument le 11.10.20, 20h40 par Allandrightnow
"Un être libre, c'est rare, mais tu le repères tout de suite, d'abord parce que tu te sens bien, très bien quand tu es avec lui."
Charles B.

Merci pour cet excellent post Olfff.

Perso, je sais pas trop si je drague dans la rue mais j'ai développé une spontanéité qui fait que j'ai le contact très facile et si y'a interaction et que je le "sens" je vais prendre le numéro.

Cela dit, ce qui me fait tenir un discours plutôt "anti" que "pro", c'est, disons le clairement, ça :

"Par contre faudra tenter a la pelle sans se démotiver"

Ces discours, moi, ça me fait penser que justement, la personne qui les tient pense d'abord a elle et se fiche du contexte. Type : si j'y vais comme un bourrin ça va passer.

Or, c'est cette bienveillance qui est cruciale. Et le SPU tel qu'il est presenté traditionnellement, n'est PAS bienveillant.

Après, oui, on peu draguer dans la rue, mais je sais pas trop comment on peut concilier SPU tradi (a la chaîne, pas bienveillant mais qui peut aider à développer des skills) avec juste "aborder dans la rue dans le respect et la bienveillance" ce qui va forcément inciter a plus de spontanéité, moins de "a la chaîne", mais aussi moins de possibilité de progresser.

Merci pour vos réponses qui me font nuancer mon point de vue !
Mais qui parmi les gens qui interviennent sur ce sujet a abordé des femmes dans la rue/boulangerie/centre commercial/etc dernièrement ? en 2020 ?
Pas moi. Je le reconnais.

Mes lieux de prédilection sont justement tout ce qui est interdit depuis 7 mois : bars à musique et soirées danses. C'est là où je me sens le plus légitime à le faire.
Mais suite au confinement, la fermeture des bars/cafés dans certaines grandes villes, notamment Marseille où je vis encore a ce jour, il y a ce désir de se rapprocher et de faire des rencontre qui est plus puissant que jamais dans la population.
Je constate aussi de mon côté qu'il y a toujours autant de monde qui veut s'inscrire dans des activités de danse ou musique. Preuve que les gens ont envie de sortir de chez eux et rencontrer du monde.

Donc oui, en attendant que les lieux de convivialité rouvrent, pourquoi pas s'ouvrir à aborder des femmes dans d'autres lieux publics.

En faisant extrêmement attention à ne pas faire peur ni être insistant. En étant détaché du résultat. Sans se focaliser sur le fait d'obtenir des numéros. Bref, en acceptant de souvent rentrer broucouille, comme on dit dans le Bouchenoy.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Absolument le 11.10.20, 14h15 par Olfff

Quand je dis qu'il faudra tenter à la pelle c'est tout simplement parce que la rue n'est pas le meilleur lieu pour draguer . En dehors du fait de s'y prendre mal ou non ; faut garder à l'esprit que le contexte actuel couplé au fait que en général les filles que tu croisera sont pressées réduisent drastiquement ta probabilité de réussite

Les contraintes seront les suivantes : si tu abordes alors qu'elle est pressée tu va prendre un refus / si tu abordes alors qu'elle est avec une copine ou plus encore c'est la même chose / si elle va en direction de son travail ou bahu c'est le même problème . Y'a vraiment des cas spécifiques pour aborder sereinement comme par exemple la fille détendue qui est assise sur un banc ; où se détend dans un parc par exemple. Donc au final faudra patienter et chercher la bonne personne au bon moment ; et même si toutes ces conditions sont réunies rien ne garantie le succès de notre démarche .
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Trop dogmatique le 11.10.20, 20h42 par Allandrightnow

Du coup, rhétorique de comptoir : cela vaut-il la peine d'investir tant d'effort dans la rue quand d'autres espaces seraient plus pratiques?

Apres, je sais que oui, faut pas négliger ces opportunités de rencontres quand elles se présentent. Mais je me demande vraiment si c'est la meilleure maniere de progresser en restant bienveillant.

C'est un questionnement, je n'ai pas la réponse.

Owen a écrit :
11.10.20
Du coup, rhétorique de comptoir : cela vaut-il la peine d'investir tant d'effort dans la rue quand d'autres espaces seraient plus pratiques?

Apres, je sais que oui, faut pas négliger ces opportunités de rencontres quand elles se présentent. Mais je me demande vraiment si c'est la meilleure maniere de progresser en restant bienveillant.

C'est un questionnement, je n'ai pas la réponse.
Parce que c'est un moyen comme un autre qui peut être très ludique selon le profil. Que le résultat peut être au delà des estimations communément perçues.
D'expérience on peut être un sacrée connard en soirée bar ou autre aussi. J'ai vu mes pires action en club généraliste, genre le mec qui se frotte contre les nanas sur le podium.
En fait, de mon point de vue, ce n'est pas le lieu qui modifie notre bienveillance éclairé en partant du fait qu'on en a une.
Maintenant si le principe (je schématise) de juste dire bonjour à un ou une inconnue dans la rue avec le sourire est perçue comme une agression... Alors désolé mais j'estimerai qu'on est tombé bien bas et qu'on est dans un sacré monde de merde. J'espère me tromper vraiment.

NB: Je dis pas que le street est fait pour tout le monde. Je dis surtout pas qu'il faut le clamer comme moyen facile pour rencontrer. Certains vont s'y faire et d'autres pas. Certains vont essayer longtemps sans y arriver, d'autres vont matcher tout de suite sans trop d'efforts pour eux.
Y'a une multitude de paramètres personnels et contextuels.
Je voudrais juste pas qu'on fasse la chasse à la sorcière et déclarer la rencontre de rue comme un truc de boulets nocifs. Oui y'en a beaucoup ( trop ) qui abordent comme des tanches, qui suivent des nanas pour les emmerder, qui sont pas respectueux mais dans mon idée ça serait aussi des boulets ailleurs donc bon...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] A lire le 11.10.20, 20h43 par Allandrightnow
  • [+1] A lire le 12.10.20, 01h32 par Onmyoji
"Un être libre, c'est rare, mais tu le repères tout de suite, d'abord parce que tu te sens bien, très bien quand tu es avec lui."
Charles B.

Répondre