Et si je passais aux applications?

Note : 60

le 04.03.2022 par Paul

30 réponses / Dernière par Onmyoji le 17.03.2022, 22h55

Pour celles et ceux qui veulent discuter et demander des conseils rencontres et séduction; comment faire avec cette fille ou ce mec; et plus généralement, comment pécho / trouver l'amour à l'ère du swipe left, notamment quand on est ni mannequin, ni un ninja de la drague.
Il faut qu’on parle.

Je vais commencer par vous faire un petit retour sur ma lancée. Mais il faut qu’on parle.

Ceux qui m’ont lu savent que je peux être distingué.

Mais là ça bouillone. Et ce n'est pas cérébral.

FK a écrit :
07.03.22
Aha t'inquiète, ça va pas durer, la dure réalité des sdr va se rappeler à toi
Oui, comme toujours le gosse devait écouter l’homme d’expérience.



J 1. Hier.

Je me lance. Critères d’âge : 22-27 ans. Forcément, au début, je tâtonne, je fais un peu n’importe quoi, j’envoie des crushnotes sans calculer. Je constate qu’aborder se fait facilement avec celle dont la bio le permet. Quand cela se résume à voyage, séries… et bien, tout expérimenté que je sois dans la vie, je me retrouve un peu bloqué. D’autant que je sais bien que la plupart des approches resteront inaperçues. Première résolution : à moins de tomber amoureux, je passe les profils qui ne jouent pas le jeu.

BIM : plus de crush notes. Ah déjà ?

Par principe je décide de la jouer sans cela. Donc je like à tout va. Nous verrons bien.

Je vois un like. Pour le révéler : payer.

On verra demain.



J 2 Aujourd’hui

Matin

3 likes ce matin mais toujours besoin de payer pour révéler. Et bien allons-y. Je paye un mois. Et je révèle 3 femmes dans les 45 ans. Je n’ai rien contre les femmes de 45 ans notez bien, mais ce n’est pas ce que je recherche actuellement.

Avec le passage à la version payante, je découvre (un peu trop tard) que je peux filtrer par type de demande/fruit. Et bien nous y voilà.

Je coche aussi Sexfriend et coup d’un soir.

Et là, mon Paul, voilà quand même un nombre incroyable de jeunes filles qui n’ont pas l’air d’avoir froid aux yeux, et froid tout court pour certaines d’entre elles, n’hésitant pas à donner un aperçu de leur charmante personne. Ça bouillonne. Bon et bien il s’agit d’en attraper une maintenant. Certaines, toujours par la bio, permettent de rebondir par un jeu de mot, c’est simple.

Quelques approches se font (conseillez-moi, dites-moi si cela correspond au support)

Une bio « Fan de fruits avec un peu de piment. Couple libre de mon côté en tous cas (avec un smiley) » Moi : « Pas fan de fruits mais j’adore le piment. Couple libre, de mon côté aussi, cela nous fait déjà un point commun. On en cherche d’autre ? »

Une autre qui correspondait à boire un verre (j’avais encore laissé ce choix) « Amatrice de lettres et de fromage » Moi : « Quel est votre auteur favori ? (on parlera fromage plus tard) »

Une autre : « J’ai mis un fruit, je vais pas raconter ma vie en plus » Moi : « Je te veux, je vais pas raconter ma vie non plus » (Bon là je me suis amusé)

Les autres je ne me souviens déjà plus en fait. Cette appli me bousille la tête.

J’ai presque toujours abordé par « Bonjour mademoiselle… » et je commence déjà à hésiter à modifier cette approche qui fait sans doute un peu tâche.


Je suis en région parisienne pour le reste de la semaine et y retourne sans doute la semaine prochaine. Mon objectif est donc d'avoir au moins une rencontre avant de repartir. Grosse envie. Gros besoin même.

Je garde mes premiers constats réflexifs (oui je ne peux pas vraiment m’en empêcher) mais le support a un effet quasi immédiat sur le rapport potentiel. Les femmes sont objectivées à outrance et on s’arrête très vite (je m’arrête très vite et les hormones en ébilution m'y engage TRES fortement) sur la première impression photos/bio. Et comme je me sens particulièrement en chasse, cela réveille des instincts que le gentleman ne cherche même plus à modérer pour certaines filles.

Alors que pour la femme de lettres, je pense: « Que j’aimerais passer une soirée avec elle, vers quels moments cela pourrait-il nous mener ? » pour la bimbo fan de voyage ou à la bio inexistante, je suis plus sur « Qu’est-ce que je vais lui mettre à elle, elle va pas comprendre »

J’envoie plusieurs crushnotes et encore bien, bien plus de likes. J’attends. Mais voir toutes ces filles, pour un homme de 44 ans dont la dernère chasse commence à un peu trop dater, cela fait tourner la tête et réveille certaines parties de mon corps qui n’ont pas besoin de grand-chose pour ça en ce moment. Et si je dois trop attendre – et à moins que la fille arrive à élever le niveau - il y a fort à parier que si j’arrive à décrocher une aventure, celle-ci soit expéditive et sans grande considération.
Et si je dis ça c’est parce que…


Soir


...ce soir je retourne sur l’application. Et là : Whao. L’algorithme s’est VRAIMENT mis en marche. Sur la base de « coup d’un soir ». Bombes sur bombes. Je regarde les profils et là…

Mais qu’est-ce que c’est que ça ? J’enchaine les profils de minettes aux « bios » plus que suggestives. Une, deux, dix… C’est pas possible. Il y a tant de filles parfaites qui aiment le cul pour un coup d’un soir ? A quelques kilomètres autour ? Vraiment ? Et ne dites rien sur la vulgarité, vous avez vu comme moi les bios de ces filles ?

« T’es bon en math. On soustrait nos sous-vêtements, on additionne nos corps » est certainement la plus raffinée et la moins équivoque que j’ai lu. Parmi toutes celles qui se résument à « baise-moi ».

« Moins de sentiments, plus de centimètres »

« Une soirée bien juteuse, pas plus »

« Je suis pas compliquée, sois juste pas trop rapide »

Et bien plus encore

(j’ai corrigé les fautes évidemment)

C’est plus qu’il ne m’en faut. Mais je me dis, non mais attends Paulo, ces filles-là tu ne mettras jamais la main dessus sur cette appli du démon, elles doivent crouler sous les demandes de mecs de 25 ans taillée en V. SI ça se trouve, tu n’apparaitras JAMAIS sur leur compte et tes messages seront zappés sans la moindre vergogne. Tu irais chasser dans un supermarché que ce serait même plus judicieux.

Et je vous entends déjà « oui bienvenu » « oui c’est ce dont on te parlait ».

Oui, bon, ça va.


Et pourtant, à force de recherche, je suis tombé sur cette fameuse femme de lettre et... elle m’a répondu. J’ai répondu à nouveau. A voir si la conversation prend et surtout si elle ne fait pas que jouer.

Mais surtout une autre qui disait « rencontre homme âgé pour cunni vendredi soi » Ni plus ni moins. J’attends.

A suivre…
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+3] La suite, vite ! le 09.03.22, 20h04 par FK

De quelle app s'agit il ? D'après toi est-il possible que certaines / la plupart soient, soit de faux profils, soit des pros ? Une telle abondance, ça paraît suspect (quoique Paris, c'est dense)
Trouve ton courage. N'écoute que lui.
"L'instinct nous dicte le devoir, et l'intelligence nous donne les prétextes pour l'éluder ~ Proust
(c'est pas faux !)

Il s'agit de Fruitz

Pour le reste c'est possible en effet.

Après quand je parle de quelques kilomètres, j'ai en fait mis le max (Par curiosité, parce qu'on ne sait jamais, parce que ça bouillonne et parce que j'avale les kilomètres depuis 15 ans)

Sur la fin, je likais juste pour multiplier les chances mais au début, même en enlevant les profils type "mon snap: ...." ou ceux sans bio, et bien ça fait du monde quand même


Edit: merci a tous pour les réponses précédentes. Très instructives.

Alors pour moi tes approches sont très bonnes. Pour le fait de sécher sur les voyages etc, c'est normal, la nana est un cliché, on peut pas en faire grand chose.
Certaines en jouent en disant "comme tout le monde", celles là on peut les interpeller en leur disant ça, mais la plupart sont pas équipées pour l'ironie et le sarcasme et sont très susceptibles car elles sont pas habituées à ne pas être vénérées parce qu'elles ont fait trois culs de poule en profil.

J'ai pas encore testé fruitz mais le côté "paie pour le moindre geste" c'est commun à certaines applis secondaires qui n'ont pas les moyens de soutenir leur activité sans faire raquer sur des trucs de base. C'est un peu la même chose sur toutes les applis niche dédiées à l'adultère ou aux "rencontres adultes" (wyylde/gleeden/adult friend finder).
Ce qui fait que si elles seraient sans doute mieux calibrées ça ne me convient pas.

Pour le reste, sur tinder la quantité de nanas niveau instagirl est hallucinante. D'ailleurs beaucoup sont là pour promouvoir leur insta en mode "venez me parler sur IG je suis pas trop active ici." Sauf que pour leur parler tu es obligé de les suivre. Et des naïfs tombent dans le panneau. Dès que je vois un identifiant IG /snap/tiktok ou autre je zappe, je sais que la nana est pas là pour ça (d'autant que si elle veut montrer son IG elle peut le lier dans la plupart des applications, sans le donner).
Et oui la plupart sont délurées; type :
"J'ai un bon fond mais personne pour taper dedans" ou
"1m70 pieds nus, 1m85 en talons et 1m10 si tu es gentil avec moi/ si tu me plais beaucoup".

Fais attention quand même souvent tu as deux trois photos très accrocheuses et la dernière qui te propose d'aller sur un site type sexymachine pour réserver ta soirée avec des phrases très vendeuses type "30 euros pour un coup et allez". Ça vend du rêve -_-.
Donc même si on est chaud faut lire jusqu'au bout.

Pour le reste tu as bien raison de filtrer celles qui ne font pas l'effort de remplir les cases, ça démontre leur manque d'intérêt pour l'exercice.
Après je te conseille de commencer par la zone la plus réduite (là tu verras apparaître des profils plus ordinaires), et quand tu as fait le tour des profils qui te plaisent tu étends.
Une raison à ça c'est que pas mal de nanas qui cherchent un plan cul veulent qu'il soit pas à 50 bornes même si toi tu peux bouffer de la route.
Aussi parce que la plupart recevront pas forcément chez elles si elles sont en mode coup d'un soir.
Donc faut que ce soit proche et si tu es à l'hôtel c'est parfait pour elles.
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

Merci Onmyoji,

Onmyoji a écrit :
09.03.22
Alors pour moi tes approches sont très bonnes
je me disais aussi que cela devait être pas mal pour le support.


Onmyoji a écrit :
09.03.22
J'ai pas encore testé fruitz mais le côté "paie pour le moindre geste" c'est commun à certaines applis secondaires qui n'ont pas les moyens de soutenir leur activité sans faire raquer sur des trucs de base.
J'ai pourtant cru comprendre que c'était pire sur Tinder et Adopte. Je voulais partir sur du gratuit, par principe, mais ça ne me dérange pas de payer.


Onmyoji a écrit :
09.03.22
Pour le reste, sur tinder la quantité de nanas niveau instagirl est hallucinante. D'ailleurs beaucoup sont là pour promouvoir leur insta en mode "venez me parler sur IG je suis pas trop active ici."
Il y en a aussi sur Fruitz. Je ne tombe évidemment pas là dedans. De plus, je n'ai ni Instagram ni Snap et aucune envie d'installer ces choses. Il y a des limites tout de même.


Onmyoji a écrit :
09.03.22
Une raison à ça c'est que pas mal de nanas qui cherchent un plan cul veulent qu'il soit pas à 50 bornes même si toi tu peux bouffer de la route.
Aussi parce que la plupart recevront pas forcément chez elles si elles sont en mode coup d'un soir.
Donc faut que ce soit proche et si tu es à l'hôtel c'est parfait pour elles

Pourquoi cela? Parce que cela démontrerait que l'homme est prêt à trop en faire? Qu'il est "en chien"? (Grands dieux comment est-ce que je commence à parler?)

Hôtel oui. Mes nuits se passent pour moitié dans des hôtels.



Je sais que cela dépend etc... mais je suis en train d'échanger avec une minette (la femme de lettres)...Quel est le temps moyen de demande de rendez-vous sur ce genre d'application? c'est vraiment pour la forme et pour la suite. Je ferai en fonction de mon ressenti mais comme je suis particulièrement chaud, je n'aimerais pas que ma précipitation me la fasse filer entre les doigts. Parce que dans la vraie vie, on serait déjà dans un bar cosy à discuter littérature et je lui aurais déjà fait sentir que les lettres c'est bien, mais que la vie c'est mieux.

La suite de la manœuvre est simple: "Ne serait-il pas plus agréable de continuer cette belle conversation autour d'une coupe de champagne (ou un plateau de fromage)?" (pour la référence) mais quand?

Avant ça je pense que tu peux commencer à projeter/ ancrer sur la rencontre physique avec des choses comme "en vrai tu es plus timide que derrière un écran?" Ou sur quelque chose qu'elle percevrait en vrai (non pas "ça"... pas forcément;)), ou "quand on se verra on pourrait".
Déjà voir comment elle répond. Si elle commence à être fuyante soit c'est trop tôt soit tu perds ton temps.

Après j'ai tendance à attendre que la fille soit à point, mais ici la plupart disent qu'ils prennent rendez-vous assez vite, en quelques échanges ou en 2-3 jours.

Pour la distance je pense que c'est plus une question de fréquence, ou le fait qu'elles ne veulent pas avoir à faire de long trajets.
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

J 2

Loren a répondu à ma question sur son auteur favori (c’est Kundera) et l’échange s’est initié de cette façon. Pendant les quelques échanges qui suivent, on se cantonne à cet aspect littéraire. Cela me plait bien (je ne m’attendais pas à ça et j’aime les surprises). Pas l’habitude de premier contact de ce genre, je reste très prudent.

J 3

J’ai continué à discuter avec Loren, la fille de lettres. L’accroche puis les premiers échanges sont du caviar, développer autour a été d’une grande simplicité. C’est même plus que cela, nous filons la métaphore littéraire et lorsque l’on s’en écarte ou que le besoin s’en fait sentir, cela permet des relances créatives et efficaces. Entre temps on passe sur whatsapp (merci FK). Je me prends au jeu.
Je ne maitrise pas les codes sur la rapidité du rendez-vous. En même temps, je vois bien l’intérêt de continuer ce genre de jeu ; c’est agréable mais je suis partagé entre la possibilité d’une belle histoire et la nécessité de tirer mon coup. Je meurs d’envie de la voir. Mais je me contiens.

J 4

Pas de réponses d’autres filles. Des likes de femmes de mon âge continuent à arriver. Je reprends la discussion avec Loren. Elle me répond. Combien de temps cela peut-il durer ? J’ai en tête tout ce que j’ai lu ici et je suis conscient que la conversation peut s’arrêter abruptement, sans préavis. Il se passe pourtant quelque chose de véritablement agréable.
Après quelques échanges, je lui partage l’idée qu’une telle conversation mériterait d’être vécue autour d’un verre. Et alors que les échanges étaient en cours… pas de réponse.
Aïe. Je n’ai peut-être pas la patience en ce moment pour ce genre d’applis. A ce moment grosse hésitation sur la relance type « cela n’engage à rien » (-2 en conclusion possible mais +2 en possibilité de rdv). Je sais que si j’ai une chance, c’est dans le réel, je retente en précisant aussi que son envie sur l’appli n’est-elle pas de « prendre un verre » ? Pas de réponse. Grrrrr.

J 5

Elle me répond.
« La proposition me tente… »
Là c’est la fête dans ma tête et dans mon caleçon. Mais je ne suis pas né de la dernière pluie : «me tente … » et rien de plus, je sais bien ce que cela veut dire: "cela me tente mais" et ce mais cache certainement un doute sur la différence d’âge. Je prends cependant la réponse tardive comme un bon point. Elle y a pensé, vraiment, et s’est dit "allons-y".
Je reprends l’idée rigolote que l’on a développé ensemble autour d’une histoire dans un roman : « à ce moment de l’histoire, ne serait-il pas extrêmement décevant que les deux protagonistes se tournent le dos pour une vulgaire question de différence d’âge ? Quel toupet de la part du romancier ! Une histoire qui commençait si bien… »
Et c’est comme ça que nous décidons (enfin elle décide moi c’était tout vu) de nous rencontrer, le soir même.

Le rendez-vous

Sur la place de l’église, une silhouette. Elle rayonne. L’univers est venu déposé l’incarnation d’une jeune déesse au milieu du bruit et des odeurs de la grande ville. Un état de grâce applique son baume apaisant sur les tripes bouillonnantes de cet étrange personnage qui vient à la rencontre de la belle.

Au premier contact, je suis transporté. Au premier contact, c’est toute ma complexité qui devient une simplicité vécue, une évidence, c’est ce que je suis ; un ensemble de paradoxes, d’antagonismes qui vivent pourtant très bien ensemble. Je me visualise immédiatement comme un personnage de dessin animé (je ne sais pas pourquoi), comme un loup garou en costard, un loup garou dont la transformation commence à faire craquer les tissus, mais un loup garou à monocle. La belle est magnifique et sa fraicheur instantanée convoque la bête, qui veut s’abreuver à sa source. C’est un souffle de vie. J’ai faim et j'ai soif. Dès les premiers regards échangés, le gentleman entre en jeu.

Au café, je me positionne devant elle et lui fait signe que je suis prêt à recevoir son manteau. Elle est étonnée, évidemment. Elle accepte avec un signe de tête équivoque, qui contractualise que le gentleman est le bienvenu. Il n’est pas ringard et ne représente pas un danger pour elle. C’est un bon point pour moi. On s’installe, c’est fluide. Ça y est, nous sommes face à face. Les conversations introductives, un peu maladroites, n’ont plus lieu d’être. Suspens.
Pendant trois secondes, je la regarde. Elle me regarde. En trois secondes, ma sonde commence le travail et j’en sais plus sur elle maintenant qu’en cinquante messages. Ce truc c’est une « technique », c’est un truc que je fais : un regard profond, fixe, « je ne tremble pas de te regarder » puis un sourire, léger « tu me plais et je ne suis méchant », quelque chose comme ça. Et en même temps je décode la réaction : comment elle réagit à un regard qui va chercher profond et qui la place comme objet de désir. Comment elle réegit à la douceur bienveillante d’un sourire. Bien, très bien. Un peu de gêne, un peu d’intérêt. Mes yeux lui ont tendu le miroir.
Ce qui est sûr c’est que tout mon être veut cette fille ; elle a un visage très sensuel, des yeux malicieux, un corps qui me semble cacher tout ce que je recherche. Il faut que je découvre ses secrets.

A vrai dire, notre sujet initial est réellement du caviar. Le lieu choisi n’est qu’un prolongement du jeu. Nous n’avons aucun mal, ni l’un ni l’autre, à entamer et poursuivre une conversation agréable.
Tout en discutant, je cherche à la cerner. Sous certains airs d’assurance, c’est une fille qui ne sait pas trop ce qu’elle fait là. Il va falloir la convaincre de l’intérêt, au-delà de la sympathique conversation. C’est inédit pour moi (appli) et pour elle aussi (différence d’âge). La Gazelle de 24 ans qui se retrouve face à l’Ours de 44. Elle a parfois des regards fuyants, mais pas que face à moi, et ce n’est pas une attitude. Cela lui donne un petit air maniéré qui me plait beaucoup. Beaucoup. Elle commence vraiment à me plaire. Je veux être dans un lit avec elle.

J’ai évidemment quelques munitions en réserve.
« Bon, il nous faudrait maintenant revenir sur cette question scénaristique. Si nous devions continuer à écrire, qu’adviendrait-t-il de cette rencontre ? La jeune fille est-elle prête, par exemple, à accepter une invitation au restaurant ce soir ? »
« Est-ce que ça aussi ça… « n’engage en rien » » ?

Tout le jeu résumé dans son geste qui mime les guillemets. Elle me plait. Elle me plait vraiment. Moi, je ne suis plus sûr de jouer un jeu mais la miss commence à me mettre des papillons dans le ventre. Ce n’est pas que ça engage à quoi que ce soit, c'est que oui j’attends autre chose qu’une discussion littéraire.

Mais c’est sur ce registre que l’on a continué. La conversation s’anime, je prends parfois quelques secondes pour réaliser que « je suis avec cette beauté et je m’amuse ». C’est drôle la vie quand même. Je m’inscris sur une application dans le but avoué de baiser, juste de baiser, et je me retrouve avec une fille qui m’intéresse vraiment, même si dans ma tête cela oscille entre « oui bien sûr c’est intéressant » et « je veux niquer, putain, je veux niquer ». On est d’accord qu’il est impossible de retranscrire fidèlement ces moment-là.

A un moment je lui demande quelle pourrait être la suite de l’histoire « De mon point de vue, c’est indéniable, il ne peut y avoir qu’un conclusion possible »
« Je n’en suis pas sûr. Le roman n’en est qu’à son début »

Ok bien joué.

J’ai su. Cela m’a évidemment fortement frustré. Mais j’ai su que nous ne pourrions pas, que nous ne devions pas finir à l’hôtel ou chez elle ce soir-là. Pas besoin d’arguments. Tout simplement pas la façon dont il fallait que cela se passe. Cela aurait été trop tôt. Elle aurait dit non. Ça aurait été un coup dans l’eau. Et certainement la fin de l’histoire. Non il me fallait faire preuve de patience, prendre conscience que « et non tu n’auras pas cette beauté ce soir » mais c’était le bon choix si je veux avoir une chance de la connaitre un jour. Il faut bien se rappeler que son fruit se traduit par « prendre un verre ». Nous avons déjà fait un peu plus que cela.

Je suis donc reparti la queue entre les jambes. Frustré mais heureux de cette belle soirée. En fait, en rentrant, j’ai une bête dans le caleçon mais des papillons dans le ventre. Au lit, je reçois « Contente que cela se soit passé comme ça. J’ai passé une excellente soirée » Grrrr.

Malgré la rencontre réelle, je suis confronté à la différence d’âge. Tout le reste est au vert, la connivence, les regards, une forme d’attraction, la sexualisation subtile mais bien réelle mais je vois bien qu’elle bloque un peu sur cela, que ce gros bonhomme n’est pas ce dont elle a l’habitude. Toute mon expérience et mon ressenti me laisse deviner que la miss est séduite et qu’elle voudrait coucher avec moi. Mais 20 ans de trop nous maintiennent pour l’instant à l’écart de la relation sexuelle que tout mon être réclame. Je sais que j'en fais parfois des tonnes - je vis à fond - mais Loren ravive en moi une telle énergie! c'est une énergie que je veux lui partager, lui rendre, dans une réunion de nos deux corps. J'ai tellement tellement envie de ça!


Depuis nous avons continué à échanger et la miss a continué d’allumer en moi tous les feux de l’amour.
En parallèle, j’ai continué à envoyer des notes à beaucoup d'autres miss. Pendant des jours, je n’ai eu strictement aucune réponse. Toute la semaine dernière en fait, j’ouvrais l’appli avec l’espoir de voir une réponse. Mais non. J’ai essayé une autre approche : n’aborder que les « coups d’un soir » et de sexualiser dès la note, parfois subtilement, parfois cash (mais, comme je l’ai constaté, les filles ici sont extrêmement cash donc ça colle). Sur la tonne de notes, deux filles seulement m’ont répondu.

Avec l’une d’elle, la conversation s’est épuisée très vite. La fille était tout ce qu’il me fallait, fraiche, jolie, sexuelle. La conversation était incroyablement sexuelle mais elle m’a chauffé et elle a disparu.
Avec l’autre, c’est intéressant. C’est sexuel aussi. Elle répond mais c’est au compte-goutte. Pour une recherche de coup d’un soir, elle ne me semble pas pressée mais elle répond. Pareil : fraiche, jolie, 26 ans, tout ce qu’il me faut pour m’amuser.

Mon constat est mitigé.
- Ce système d’appli, avec ces centaines de filles bonnes à tomber, m’a beaucoup trop excité.
- Ravi d’avoir très vite matché avec Loren. Elle me plait. L’aventure est stimulante. J'ai l'impression que c'est une chance incroyable que m'offre la vie. Mais je ne sais pas où cela peut mener. Je pourrais bien tomber amoureux de cette fille. (Un jour je vous parlerai de la différence que je fais entre tomber amoureux et aimer, entre l’amour et l’amour vrai; il n'y a rien de grave à tomber amoureux, c'est merveilleux)
- D’ordinaire, je me serai armé de patience en incorporant ma devise « je vais prendre le temps qu’il faudra mais je l’aurai ». Là ce n’est pas possible. Je ne suis pas de la région et mon but est concret : je dois connaitre l’intimité de Loren avant de repartir. Cela me laisse ce soir, demain soir, et éventuellement samedi ; même si je n’aime pas du tout que cela empiète sur mon retour à la maison, je sais très bien que je resterai si JE SAIS que je peux baiser
- Faire preuve de plus de patience, engager une relation "épistolaire" à distance en attendant mon soir est possible mais j’ai peur de ne devenir « que » l’homme intéressant pour discuter, qui ravive une flamme de désir plaisante pour pas cher mais que cela ne se termine pas au lit. Et malgré tout l’intérêt que je peux porter à cette étrange histoire, c’est bel et bien au lit que je veux finir. Je veux lui faire l’amour.
- Je n’ai pas d’autres alternatives sur cette appli pour le moment. Je me rends compte que ce n’est pas là que j’aurai dix opportunités par mois

J'essaye d'obtenir un rendez-vous pour ce soir ou demain. Un rendez-vous dont je dois connaitre l'issue à l'avance. Bon je suis lassé d’écrire – je l’ai fait aussi pour évacuer la tension – mais je vous garantis que la miss EST intéressée. Quelques échanges ont été savoureusement sexualisés. Si j’avais le temps, je ne m’en ferais pas vraiment sur les termes de l’histoire, la question n’aurait pas été de savoir comment cela finirait mais quand.

A suivre…
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] La suite, vite ! le 17.03.22, 15h43 par FK
  • [+3] Très intéressant le 17.03.22, 22h22 par Onmyoji
  • [+3] Bien joué le 18.03.22, 10h20 par Jalapeno

mais je vous garantis que la miss EST intéressée
... ou flattée, il est difficile de faire la différence en ligne. Sur les SDR bien plus que dans la "vraie vie", il y a un gouffre entre les manifestations d'intérêt et les réelles intentions qui font passer des mots aux actes.

J'espère que tu me feras mentir ;)
A tout le moins, une nana qui lit Kundera a le sens de l'érotisme, de l'impermanence des choses et de la passion, tu as au moins la certitude que ce n'est pas une huître, y'a de l'émotion et de la sensibilité à l'intérieur.

Mais sinon oui, l'abondance est souvent illusoire sur ces supports, et les résultats, plus poussifs qu'on pourrait le croire, surtout quand la vitrine est bien achalandée.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Absolument le 17.03.22, 22h23 par Onmyoji
Trouve ton courage. N'écoute que lui.
"L'instinct nous dicte le devoir, et l'intelligence nous donne les prétextes pour l'éluder ~ Proust
(c'est pas faux !)

FK a écrit :
17.03.22
.. ou flattée, il est difficile de faire la différence en ligne
Bien sûr, bien sûr, tu as raison. Je suis emphatique comme ça à l'écrit mais je garde la tête froide. Je suis bien conscient du mécanisme, qu'une femme peut déguerpir une fois s'être rassasié à bon compte.

FK a écrit :
17.03.22
Sur les SDR bien plus que dans la "vraie vie", il y a un gouffre entre les manifestations d'intérêt et les réelles intentions qui font passer des mots aux actes.


Oui d'ailleurs ce soir, je sais bien qu'il y a peu de chances qu'il y ait une quelconque suite à ce rendez-vous. Et s'il doit y en avoir, je me montrerai plus explicite; je ne suis pas du genre à me faire mener en bateau.

Hâte de lire la suite du coup ;)
Trouve ton courage. N'écoute que lui.
"L'instinct nous dicte le devoir, et l'intelligence nous donne les prétextes pour l'éluder ~ Proust
(c'est pas faux !)

Déjà merci pour ce récit, c'est du caviar, le mélange entre les aspects très analytiques, le récit très habité, le langage et la culture, et les pulsions qui paraissent au travers du propos...

Je pense que "ça n'engage à rien" est une mauvaise forme de mise en confiance. Un peu comme "en tout bien tout honneur" (comme s'il y avait un déshonneur à sortir avec soi... Le mec qui a inventé la formule est un roi de l'autoflagellation)
De toi j'aurais juste appuyé avec l'idée qu'elle aussi voulait prendre un verre.
J'ai tendance à penser que ça passe pour une forme d'excuse habituelle du mec qui part au rendez-vous avec forcément cette idée là (on sait honnêtement que tout le monde là mais c'est pas le problème) et qu'il n'assume pas.
Moi j'ai tendance à assumer que oui c'est dans les possibilités pour moi, mais que je ne suis pas pour autant vendu, donc avant qu'elle pense à ne pas être engagée elle doit déjà penser au contraire à me plaire. Je préfère renverser ce genre d'état d'esprit que de mettre le doigt dans l'engrenage de l'idée qu'elle va devoir se défendre de mes assiduités et moi la convaincre. .
Donc plutôt "ne t'inquiète pas, rien ne dit que j'aurais forcément envie de pousser jusqu'aux aurores" si elle est un peu arrogante, ou plutôt "je paie ma part même si je suis déçu;)" si on se taquine. (Voire "même si tu es plus jolie en photos" si on se taquine très fort).
Alternativement, quelque chose de l'ordre de "on prend un verre, comme ça on aura au moins une manière d'atteindre l'ivresse", c'est plus soft pour les egos délicats et plein de sous-entendus...


Sinon ton "introduction" à la rencontre, c'est drôle, mais j'aurais plutôt tendance à attendre qu'elle soit à l'aise pour lui faire le coup du silence impromptu; car si elle est timide tu peux avoir du mal à la débloquer ou susciter un trop plein d'émotions négatives (quand elle te connaît pas et n'est pas encore en confiance et qu'elle se demande pourquoi tu es si directement excessivement positif et silencieux . Sinon en plein milieu d'une conversation ça permet souvent de rompre le fil et accélérer le rythme; escalader.
Après ça va certainement avec ton personnage.

À part ça j'allais te l'écrire en lisant mais FK m'a coiffé au poteau: Loren n'est pas un bulot, et elle a certainement au travers de ses lectures de Kundera expérimenté la question de la différence d'âge, certains de ses héros étant dans cette situation (Martin le Mentor du narrateur dans "la pomme d'or de l'éternel désir" est un quarantenaire qui est un bon guide qui flirte jusqu'à la limite mais évite toujours de continuer pour ne pas tromper sa femme; Dans "le colloque", le docteur Havel "est comme la mort, il prend tout", et notamment un grand nombre de femmes sur son chemin. Il expérimente plus tard les affres de l'âge mais reste capable de séduire des jeunesses dès qu'il retrouve confiance, et que les femmes apprennent qui il est - non pour son statut mais pour sa réputation de Don Juan).
À mon avis, puisque tu as eu des échanges déjà salés avec elle, ce n'est qu'une question de temps, tu pourrais la ramener subtilement à l'idée au travers de la littérature. Ou la mythologie : Zeus le patriarche, d'âge immémorial mais qui tringle toutes les nymphes (au sens large) de la création...

Bonne chasse:)
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

BON PLAN SEXY : De -15 à -70% chez la boutique sexy LoveHoney.fr. LoveHoney.fr propose toute l'année des réductions très agressives sur leur catalogue lingerie, sextoys et autres accessoires. Suivez ce lien pour consulter les offres du moment.

Vous pouvez aussi soutenir FTS en passant par ce lien pour faire votre shopping sur Amazon.fr

Répondre