Capacité à plaire / Besoin de plaire : Une insécurité toxique ?

Note : 0

le 10.08.2017 par Silk

4 réponses / Dernière par Silk le 17.08.2017, 15h39

Un forum pour celles et ceux qui s'intéressent au dev perso, à l'équilibre intérieur, à la psychologie. Surmonter ses blocages, ses croyances limitantes, nourrir et développer ses forces, etc.
Répondre
Bonjour tout le monde.

Je m'excuse par avance si le sujet à déjà été traité, mais je n'ai pas trouvé le topic.

Je voudrais aborder un problème qui me touche dès que j'ai une perte de confiance en moi (qu'elle soit "interne" ou du a des événements extérieur) comme en ce moment : le besoin de me prouver que je peux plaire.

Je teins distinguer ce besoin de la peur de déplaire bien qu'il y ait des connexions entres les deux.

Ici, je parle plutôt de cette insécurité qui va pousser à s'inscrire sur les applis de rencontre pour essayer de récolter les likes/matchs, à chercher une ouverture avec des filles à qui l'on ne s'intéresse pas plus que ça, etc...

J'ai l'impression que ce besoin de rassurer son égo, bien que compréhensible, repose sur les croyances du type "je le mérite parce que ..." qui n'acceptant pas forcément la confrontation à la réalité poussent à rechercher une validation de ces croyances. Ou pour le dire autrement, chercher une situation ou la réalité va correspondre aux attentes que l'on en a. Et évidement, chaque nouvel écart croyances/réalité incite encore plus à trouver cette situation qui permettra de dire "j'avais raison".

Maintenant, ça pose deux problèmes : Difficile d'aborder la séduction de façon sereine avec ce genre de problème en tête, mais en plus cela pousse à investir plus de temps dans la séduction que l'on devrait (et souvent de façon non-productive, voire contre-productive).

J'aurais voulu savoir, si certains d'entre vous ont des pistes à proposer pour résoudre ce problème ? (A part séduire une jolie fille pour remonter son égo xD )
C'est bien de parvenir à identifier ses faiblesses.
Une fois que c'est fait, on peut choisir de les changer. Parfois on peut le faire seul, soit en faisant attention, soit à l'aide de livres traitant du sujet. Mais parfois il est trop difficile d'avoir un regard sur soi qui soit à la fois assez lucide et assez bienveillant pour permettre d'avancer.

Si le sujet est important pour toi, je ne saurais que trop te recommander d'en parler à un professionnel. C'est pas si cher que ça, et ça a le potentiel de te faire gagner des mois voire des années d'évolution intérieure.
Merci pour ta réponse, je n'ai malheureusement pas trop le temps, ni les moyens d'entamer une "thérapie" en ce moment et le problème n'est pas gênant à ce point. (Même si tu as raison, ca serait probablement le meilleur moyen d'en comprendre les sources et d'y remédier de façon plus complète.)
Dans mon cas, je comparerai cette forme d'insécurité à un parasite dans le champs de vision, ça n'empêche pas de fonctionner mais il y a des moments ou c'est gênant. C'est un peu comme se coucher avec un moustique dans la pièce.
Cela tend à polluer certains objectifs, on ne fait plus certaines choses pour soi mais pour "augmenter cette capacité à plaire" et pouvoir répondre à cette "peur". Et même si ça peut être une source de motivation, je la trouve assez malsaine.
Je dirais que ce que je cherche en ce moment c'est des astuces pour "déconnecter" ce besoin de validation et passer de : "Je dois me prouver que je peux plaire" à "Je veux m'améliorer et devenir plus séduisant n'est qu'une part de ça".
Ce n'est pas une question de chercher à valider ses croyances, ça c'est normal, ça s'appelle juste vivre, ou faire ses expériences...

C'est plutôt comme tu le dis un problème de confiance en soi. Et quand ça devient maladif, que tes choix de vie ne se font qu'en fonction de questions comme "est-ce que je vais être séduisant en faisant cela ?", c'est que ça vient aussi (et peut-être d'abord) d'une mauvaise estime de soi.

La solution serait de commencer par faire un bilan sur ta situation. Prendre du recul, faire un point sur tes routines, tes activités... et dans ce premier temps, accepter cette situation.

Ça te donnera une meilleure idée de ce que tu aimes déjà et de ce que tu aimerais changer chez toi. La base, c'est d'être bien dans ses pompes, c'est ce qui donne un contexte favorable à la séduction. Et l'erreur dans l'affaire, c'est de croire que c'est en séduisant qu'on se sentirait mieux dans ses pompes : c'est faux, au mieux ça comble l'amour que tu ne parviens pas toi-même à te donner - et en cas d'échec ça peut être comme tu le dis, contre-productif... si ce n'est désastreux.
La base, c'est d'être bien dans ses pompes, c'est ce qui donne un contexte favorable à la séduction.
Je suis bien d'accord.

Je te rassure, je fais toujours mes choix de vie en fonction d'autres objectifs que la séduction (objectif personnelles, études, amis etc...), c'est juste que ça reste dans le champ de vision. ^^
En soi, ca ne serait pas un mal si cela provenait d'une réelle envie de séduire, mais je le ressens plutôt comme une case à cocher en mode : "Oui tu peux le faire".

Voilà, ce que je trouve dommage car à ce moment là, il devient plus difficile d'apprécier l'interaction et le jeu de séduction en lui même (indépendamment du résultat) car on accorde moins de place à l'autre et à l'interaction et plus à soi-même et ce qu'on veut se prouver.

Je trouve que l'objectif de vouloir "être plus séduisant", doit rester un moyen de sentir plus à l'aise avec soi-même, pas un moyen de cocher cette case. On est d'accord que ce n'est pas une thérapie réglant les problèmes de confiance en soi, simplement un outil pour profiter au mieux de ses relations sociales.
(Pour la comparaison, j'ai commencé à apprendre des rudiments de danse même si ce n'est pas mon kif pour me sentir à l'aise quand je fais la fête. Je pense que cherchait à s'améliorer en séduction doit répondre au même type d'objectif : Etre à l'aise quand on fait une activité qu'on apprécie (dans le cas de la séduction, une interaction avec une personne qui nous plait).
Répondre