Choisir un art martial

Note : 27

le 24.08.2011 par achribu

83 réponses / Dernière par Onmyoji le 30.06.2015, 02h32

Un forum pour parler fitness, musculation, sport et, d'une manière générale, tout ce qui contribue à une bonne santé physique.
[youtube][/youtube]
Si votre école ressemble à ceci, fuyez.
Come on and Rise / Free your soul / Catch the dream where we all shine (Samael)

@Tulpa : Le meilleur art martial pour "la rue", c'est la boxe pieds-poings. Preuve en est :
[youtube][/youtube]
:mrgreen:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] mdr !! le 20.02.12, 19h59 par Fonk
Come on and Rise / Free your soul / Catch the dream where we all shine (Samael)

Enorme ! :lol: (mais bon je sais pas qui est le mec! )
moi je suis là : http://www.facebook.com/lafrange. SI vous n'êtes pas content vous savez ou me trouver!

Tulpa a écrit :
Deuxième deal breaker : "Ce que l'on pratique est trop dangereux pour faire du combat libre".
Lool What? Tu viens d'un geste de la main de virer le penchak, la seule discipline vraiment martial (et dont le krav est une version simplifié) . Le tout en parlant de la boxe et du judo les deux sports les p)lus castrés du monde..

Sérieux, rien de perso Achribu maius la revise tes sources avant de faire des articles pareilles ...
Mais quelle horreur, mon dieu...

Tulpa a écrit :
Tiens je fais la liste pour que les gens puissent se faire une idée :

5 ) Boxe thai : c'était a la mode et pas mal de monde te sors n'importe quoi la dessus. La plupart des ecoles françaises sont castrés mais j'ai vu des mecs redoutables avec. Tu tombes cependant toujours sur les problemes d'un AAAAAAAAAAAAAAAART concretement il ne savent pas se battre si la personne en face ne respecte pas les même regles qu'eux..

4) Krav maga : très basique, je suis un peu biaisé la dessus (mériterait peu être une place de plus) mais concretement c'est un truc de troufion appris par des trouffions

3) rugbymen : bordel les rugbymen.. C'est là ou on voit que celui qui gagne un vrai combat et la plupart du temps pas celui qui tape le plus fort mais celui qui encaisse le mieux

2) les catcheurs: hé ouais . Je ne supporte pas ce truc mais je traine avec pas mal de semi pro qui sont essentiellement des cascadeurs en slip . Ils savent encaisser, ils savent projeter et ils savent rester sur leurs deux pieds. Les trois trucs les plus importants en situation ou tu te ballade pas en pyjama.

1) Baston de rue et Penchak Silat. Simplement pour un raison des plus simples. Même si tu gagnes tu vas perdre un truc. Il n'y a virtuellement aucune manière de se sortir indemne d'un baston avec un mec qui cherche a tout prix le contact et a t'arracher les yeux pendant que tu envois de jolies droites bien chorégraphiés.
Mais au secours quoi !! :lol:

Cte haut niveau de bullshit. Je ne te connais pas directement, je ne t'ai jamais croisé, mais mec sans déconner, t'y connais RIEN en AM et je pèse mes mots.



Vraiment que dalle.


Dès que j'ai un petit moment, je ferais un post bien détaillé, ou je tacherais d'être le plus réfléchi possible, sans aucune prise de parti (malgré que j'ai des préférences mais ça reste subjectif). On mélange un peu tout, y'a beaucoup de nuances et de dimensions à prendre en compte.

Un art martial oui, mais dans quel but ? ou ? pour quel type de gabarit, pour apprendre à se défendre en cas d'agression ou non, pour être très vite opérationnel etc
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Developpe stp le 20.02.12, 23h17 par Fonk
  • [-3] Troll le 21.04.12, 02h58 par Iskandar

Je viens de lire les derniers posts mais j'ai l'impression que vous zappez une partie essentielle des art martiaux. Il ne s'agit pas de devenir l'homme le plus fort du monde, une grande partie de ces arts ont été développés afin de savoir se maîtriser.
Ça passe par la maitrise du corps mais aussi de l'esprit, chose que les ricains avec leur concours de mesurage de bite type Ultimate Figthing ont complètement occulté.

Dans chaque art martial que je dirait antique (en gros les arts martiaux japonnais ou chinois) on retrouve une philosophie qu'il serait bon de rappeler de temps en temps. C'est la partie chiante des arts martiaux c'est vrai mais ne pas la faire c'est à mon humble avis, passer à côté de l'essence de ces arts.

Dans ce sens je suis vraiment attiré par l'Aïkido qui, d'après ce qu'un prof m'a enseigné, est conçu de façon à ne pas servir a attaquer. C'est la force que l'adversaire vous transmet dans ses attaques qui vous permet de le neutraliser. Si vous faites comme lui alors il pourra vous neutraliser (si il connait l'Aïkido).
A force de courir après les filles je finirais bien par en attraper une.
Ce sera pas la plus jolie mais ce sera la moins rapide.

Nan mais Reborn depuis ton panpan cucul sur le post colonne vertebrale tu nous ferais pas un petit One itis ?

Déja t'a essayé tout a l'heure de faire dérailler le post sur l'infidélité dans ta gueguerre

Là tu vas choper un post vieux de pfiouuuuu ... qu'a deterré 'Chribu pour montrer un truc rigolo pour réessayer de partir en croisade..

Bien! Mais je sais pas commence par m'offrir des fleurs, et puis tu as oublié notre saint valentin je suis très décu.

Surtout que t'es un peu malhonnête t'a juste un peu oublié que l'extrait que tu cites commencait comme ça :
Si tu veux savoir les gens avec qui t'as pas envie de te battre quand tu as un peu de bouteille en combat de rue tu seras étonné de qui arrives en premier...
Voilaaaaaa! Je parlais de mon experience en combat de rue, pas en tant que pratiquant d'art martiaux dont je n'ai fais que deux (et un seul plus ou moins sérieusement)

C'est mon avis suivant mon expérience. Alors je peux te donner mon expérience mais tu vas encore gueuler ensuite comme un faux derch que je suis en manque de validation et que je tente de me la peter ...


Donc respire par le nez et ecrit moi un poème plutot .

Keur Keur.

Ps : vu que ça te travaille si tu veux j'ai une photo de moi en jupe , je te la donne si ça te calme .
moi je suis là : http://www.facebook.com/lafrange. SI vous n'êtes pas content vous savez ou me trouver!

Bon, c'est un post sur les AM : on se dit qu'on risque de se donner des mauvais coups, mais que comme en boxe le "Sorry is implied", qu'on est assez passionnés, et qu'on veut partager et se faire avancer :wink: ?

Disclaimer : j'ai rencontré les pires cons de mon parcours martial en Aiki (4 ans) et jujitsu jap. Des gens formidables aussi, hein. Mais il existe en Aiki une espèce de cons qui se gave de théorie et développe une impression de toute puissance dans des structures ou il ne peut se prendre de pains dans la gueule.

Tiens, comme ici, en fait.

Djudj, t'es pas encore passé du côté obscur. Mais ça viendra, avec ton potentiel physique ce serait dommage que tu te mettes à trainer avec des hippies en pyjama ne considérer que les AMs tradi pour des raisons spirituelles. Un an d'anglaise à fond. Considère ça comme un bootcamp, des fondations solides.
Djudj a écrit :Je viens de lire les derniers posts mais j'ai l'impression que vous zappez une partie essentielle des art martiaux. Il ne s'agit pas de devenir l'homme le plus fort du monde, une grande partie de ces arts ont été développés afin de savoir se maîtriser.
La généralité est difficile à faire : le judo a été enseigné à l'école de police, de même que le Tomiki Aikido. Quasiment tous les arts sont multidimensionnels (spiritualité, efficacité, compétition,...) ne prendre en compte qu'une dimmension est très réducteur.
Djudj a écrit :Ça passe par la maitrise du corps mais aussi de l'esprit, chose que les ricains avec leur concours de mesurage de bite type Ultimate Figthing ont complètement occulté.
[youtube][/youtube]

L'ufc est un spectacle avant tout, je te l'accorde. Mais il a eu le mérite de remettre au gout du jour la meilleure façon de comparer l'efficacité au combat de deux arts martiaux : le combat. Et donner un argument contre le sentiment de toute puissance évoqué plus haut : en particulier, rien n'empêche un pratiquant d'Aiki d'aller faire de l'UFC. Rien n'empêche un combattant de l'UFC de faire des clés de poignet : on n'en voit pas. De même, on ne voit pas de "un coup, un mort" cher aux karatekas, on voit qu'il est important de savoir enchainer les coups, mais ausi de maitriser toutes les distances de combat : si un coup ne suffit pas à arreter un mec qui veut t'accrocher, il faut apprendre à combattre accroché, s'il est si facile de tomber, il faut apprendre à combattre au sol...

En fait, rien que les AM tradis ne savaient pas, mais beaucoup de choses que les AMs tradis avaient arrêté de pratiquer.
Djudj a écrit :Dans chaque art martial que je dirait antique (en gros les arts martiaux japonnais ou chinois) on retrouve une philosophie qu'il serait bon de rappeler de temps en temps. C'est la partie chiante des arts martiaux c'est vrai mais ne pas la faire c'est à mon humble avis, passer à côté de l'essence de ces arts.

Dans ce sens je suis vraiment attiré par l'Aïkido qui, d'après ce qu'un prof m'a enseigné, est conçu de façon à ne pas servir a attaquer. C'est la force que l'adversaire vous transmet dans ses attaques qui vous permet de le neutraliser. Si vous faites comme lui alors il pourra vous neutraliser (si il connait l'Aïkido).
Je considère que ce qu'un AM fournit de plus intéressant, ce n'est pas la théorie, c'est le fait d'avoir un espace pour se confronter à la confrontation et à l'imprévisibilité. Comme la majorité profs d'Aiki bannissent ces deux éléments de leurs dojos car ils ne savent pas les cadrer, ils volent à leurs élèves ce qui est essentiel pour leur développement. Pire, ils peuvent instiller une forme de violence plus subtile liée à leur autorité : tous les pratiquants d'Aiki ont rencontré le con qui aime faire mal pour faire mal.

A contrario, en boxe ou judo, tu peux te prends une rouste par un mec, et lui serrer la main/donner l'accolade/offrir une bière après. Et là, avec le fait d'apprendre à sourire quand tu te prends un pain, on est vraiment dans l'apprentissage de la maitrise.
Come on and Rise / Free your soul / Catch the dream where we all shine (Samael)

Justement, mon physique fait que j'ai rarement eu à me battre. Surtout que quand je m'énerve je me met à hurler, il parait que ça fait peur.
J'ai déjà mis des coups dans cet état d'énervement et j'ai pris conscience de la violence que je pouvait dégager et du danger que ça représentait.

Si je m'intéresse aux AM c'est avant tout pour contrôler et canaliser cette violence, pour éviter un geste irréparable.
Je ne pense pas que savoir comment tuer un type le plus rapidement possible (si je me trompe pas le Krav Maga c'est un truc de l'armée israélienne pour éliminer un ennemi rapidement et silencieusement) apporte réellement un avantage.
Au contraire je trouve que ça va dans le mauvais sens et que si on ne t'enseigne pas une certaine philosophie en parallèle ça peut te pousser à vouloir te confronter "en vrai" à un adversaire pour voir si t'es le plus fort.

Pour reprendre Terry Pratchett, "le plus difficile quand tu apprends la magie c'est de savoir ne pas s'en servir."
A force de courir après les filles je finirais bien par en attraper une.
Ce sera pas la plus jolie mais ce sera la moins rapide.

@Djudj : c'est dans cet esprit de confrontation à sa violence propre que je te parle de la boxe.

Pour ce que je sais de l'Aiki, c'était développé par des gens qui avaient déjà une expérience de la violence. Ueshiba était pratiquant de Jujitsu, et avait fait la guerre en première ligne. Au début, il n'acceptait que des élèves qui avaient déjà du vécu dans d'autres disciplines.
Tel que je comprends le truc, l'Aiki montrait à des gens capables de résoudre un problème brutalement, que des voies plus soft étaient possibles.

Notre problème par rapport à la violence n'est pas du même ordre. Notre rapport à la violence est plutôt de l'ordre de la colère rentrée, du fantasme, de la frustration. Du coup, je ne pense pas que la solution réside dans les dojos d'Aiki, d'où la violence et la confrontation sont évacuées. D'ailleurs ces gens sont tellement dans la recherche de l'harmonie qu'il sont pas capables de se regrouper en une seule fédé.. Du coup, on en vient à manipuler des symboles dont on n'a jamais fait l'expérience. Ce qui est, je pense, l'essence de ce qui ne va pas dans notre société et dont nous sommes malades : le fait de manipuler des symboles, et non de vivre de vraies expériences.

Vivre de vraies expériences : c'est ce pourquoi je te propose de t'intéresser à la boxe. On découvre des parties de soi que l'on ne connait pas, lorsque l'on frappe et l'on se fait frapper, même dans un cadre régi par des règles. Le rapport à la violence au judo est différent : bien que les techniques puissent être destructrices (ceux qui ont vu les highlights UFC ont vu le nombre de projections/clés/étranglements), elles sont moins impressionnantes psychologiquement, surtout pour les garçons.

On est en face de sa peur souvent, de son agressivité. Et tout ça, il faut le canaliser : pour continuer à faire face alors que l'on est surpassé, pour ne pas faire monter la violence des coups...

Note : perso, je ne suis pas trop sur l'aspect "efficacité" du truc, si c'était le cas, je me trimbalerais avec une lacrymo/taser.

Rajout : de plus, certains dojos d'Aiki ont tendance à développer un côté "haine de soi" lorsque l'on est déjà assez fort, ou que l'on a une tendance à l'emportement. Alors que tout celà constitue au contraire des ressources, qu'il faut juste apprendre à utiliser au mieux.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] +1 le 24.02.12, 09h12 par Oldboy
Come on and Rise / Free your soul / Catch the dream where we all shine (Samael)

Si je m'intéresse aux AM c'est avant tout pour contrôler et canaliser cette violence, pour éviter un geste irréparable.
Je ne pense pas que savoir comment tuer un type le plus rapidement possible (si je me trompe pas le Krav Maga c'est un truc de l'armée israélienne pour éliminer un ennemi rapidement et silencieusement) apporte réellement un avantage.
Au contraire je trouve que ça va dans le mauvais sens et que si on ne t'enseigne pas une certaine philosophie en parallèle ça peut te pousser à vouloir te confronter "en vrai" à un adversaire pour voir si t'es le plus fort.
Si tu cherches à canaliser ta violence, pratique une boxe ou un sport de percussion ou il y a des combats " durs " .
Si tu pratiques sérieusement, tu seras vidé. Et tu n'auras pas nécessairement envie de sortir confronter ta nouvelle puissance une fois celle-ci calmée par un mec du club plus expérimenté, en sparring.

Si je m'intéresse aux AM c'est avant tout pour contrôler et canaliser cette violence, pour éviter un geste irréparable.
Je ne pense pas que savoir comment tuer un type le plus rapidement possible (si je me trompe pas le Krav Maga c'est un truc de l'armée israélienne pour éliminer un ennemi rapidement et silencieusement) apporte réellement un avantage.
Au contraire je trouve que ça va dans le mauvais sens et que si on ne t'enseigne pas une certaine philosophie en parallèle ça peut te pousser à vouloir te confronter "en vrai" à un adversaire pour voir si t'es le plus fort.
Si tu cherches à canaliser ta violence, pratique une boxe ou un sport de percussion ou il y a des combats " durs " .
Si tu pratiques sérieusement, tu seras vidé. Et tu n'auras pas nécessairement envie de sortir confronter ta nouvelle puissance une fois celle-ci calmée par un mec du club plus expérimenté, en sparring.

Pour ma part, j'ai une ceinture noire en taekwondo, 2 tournois remportées de ma ville, ainsi qu'une relative expérience de 6 mois en Muay thai.

Voila ce que j'en retiens.

- Taekwondo : m'a permis de développer une réactivité supérieure a la normale. J'ai eu maintes fois l'occasion de m'en rendre compte au collège ou je me battais presque chaque semaine. En plus de la réactivité, cet art martial, lui même composé de plusieurs autres art martiaux coréens ancestraux, m'as aussi fait développer ma souplesse, aidant par cela la distribution de coups de pieds hauts.

En gros le taekwondo c'est surtout : Vitesse d'action + Souplesse. C'est très beau a voir mais il faut choisir sagement quels coups de pieds utiliser en combat de rue. Sa faiblesse se situe au niveau du corps a corps. Si l'adversaire vous tiens, il faut mettre de la distance ou c'est cuit :!:


- Le muay-thai/Thai-boxing : Un art qu'on ne présente plus, qui est en fait un mélange de karaté et de boxe anglaise. L'entraînement est très dur et forge un corps d'acier. On en prend un peu partout et certains coups laissent des souvenirs assez douloureux ( Merci a mon prof pour le coup de genou dans le ventre ). Après l'entraînement on est lessivés, plus moyen de travailler ou de faire autre chose. Après 3-4 mois d'entrainement on chope le rythme et les coups commencent a voler : on survit beaucoup mieux aux séances.
Si l'on s'entraîne correctement, on acquiert assez rapidement certains automatismes pour mieux se protéger dans la rue ( garde haute, jabs gauche et front-kick pour mettre de la distance ).

Plus polyvalent que le taekwondo, mais destructeur pour le corps si pratiqué avec un mauvais professeur. Il développe une certaines résistance aux chocs ainsi qu'une force de frappe non négligeable. En gros le thaï c'est surtout Résistance + Force physique.

Pour finir, je voulais vous présenter une petite découverte pour moi, un art martial qui m'as fait l'effet d'un véritable choc en regardant des vidéos de démonstration : Le systema. C'est un art martial russe ancestrale, aux origines plus illustres que le sambo, qui est resté pendant très longtemps jalousement gardé par les russes. Il est actuellement utilisé par le spetsnaz ( Groupe d'intervention russe ) et l'armée russe en complément du sambo.
Il est actuellement exporté par le biais de séminaires organisés un peu partout dans le monde, mais rares sont les experts de cet art qui enseignent en dehors de la russie : Mikhail Ryabko ( un gros bonhomme ) et Nikolai Vasyiliev en font partie.
En combat de rue, le systema donne ça :shock: :
"This is life.This is living. This is why we where put on this earth for, making these two girls laughing. It is music from heaven." Neil strauss

Je suis d'accord sur ce que tu dis au niveau de la différence tkd / kick. Par contre :
Swiftshadow a écrit :Le systema. C'est un art martial russe ancestrale, aux origines plus illustres que le sambo, qui est resté pendant très longtemps jalousement gardé par les russes. Il est actuellement utilisé par le spetsnaz ( Groupe d'intervention russe ) et l'armée russe en complément du sambo.
Tous les arts martiaux s'inventent des origines illustres. L'important, ce sont les combattants qu'ils produisent aujourd'hui.
[youtube][/youtube]
Come on and Rise / Free your soul / Catch the dream where we all shine (Samael)

D'une manière générale, plus un art martial / sport de combat est réputé " secret " et " mystérieux " plus je m'en méfie.
Fait belle lurette qu'on invente plus grand chose à ce niveau, c'est de l'emprunt et du pompage, de gauche à droite. Après, comme absolument partout, ce qui a une aura de mystère et qui fait un peu société secrète attire le curieux et suscite un intérêt pécuniaire.
Reste qu'en combat de rue, c'est pas tant le sport pratiqué qui fera une différence, mais le pratiquant avant tout. Y'a pas d'art martial ou de sport de combat ultime pour la rue. Un judoka mal luné et ayant déjà pris quelques dérouillées au détours d'un bars sera probablement plus redoutable qu'un boxeur n'ayant jamais pris un coup non ganté sur le tarin.
Mais toutes ces histoires mystique autours des art martiaux ( comme il y en avant tant au début du siècle passé, avec l'arrivée pour le grand public des premiers " grands maîtres " asiatiques ) je trouve navrant. C'est la poudre aux yeux, de l'attrape couillon.

En ce qui concerne le ring, c'est un peu le même délire. Le juji brésilien est réputé invincible jusqu'à ce que le champion se prenne une dérouillée par un as de la boxe thai. Et puis la lutte s'impose, puis l'anglaise, c'est la farandole.
Avec les connaissances actuelles au niveau bioméchanique, de la diet, de l'entrainement, de la pharmacologie on peu raisonnablement penser que jamais les combattants n'ont étés aussi forts qu'aujourd'hui, quoiqu'en pensent les nostalgiques des " ninjas " et autre Bruce Lee. Et le seul constat que l'on peut raisonnablement tirer de tout ce joyeux bordel, c'est que c'est pas un art X ou Y qui fera un champion, mais le mental et l'entrainement d'un mec. Comme souvent dans la rue, un type complet, physiquement aux points et agressif, il gagne.
Fait fort longtemps que les maîtres zen à longue barbe ont pris la fessée.

Oldboy a écrit :D'une manière générale, plus un art martial / sport de combat est réputé " secret " et " mystérieux " plus je m'en méfie.
Fait belle lurette qu'on invente plus grand chose à ce niveau, c'est de l'emprunt et du pompage, de gauche à droite. Après, comme absolument partout, ce qui a une aura de mystère et qui fait un peu société secrète attire le curieux et suscite un intérêt pécuniaire.

(...)

Mais toutes ces histoires mystique autours des art martiaux ( comme il y en avant tant au début du siècle passé, avec l'arrivée pour le grand public des premiers " grands maîtres " asiatiques ) je trouve navrant. C'est la poudre aux yeux, de l'attrape couillon.
H.S: Toutes les connaissances fonctionnent par emprunt et pompage.

Sinon, d'accord avec toi.

Pour cette aura de mystère et autre, ainsi que cette histoire de sagesse des arts martiaux orientaux, et autre, de même que le délire dont parlait @Achribu, pour l'Aïkido, je pense surtout que ça vient du niveau ( de moyen à faible) de connaissances qu'on les occidentaux de l'Orient. Un peu comme l'image du bouddhisme comme la panacée de la tolérance religieuse. Lisez ce lien, ça permet de comprendre bien des choses: http://fr.wikipedia.org/wiki/Bujutsu. De même, cliquez et lisez le lien de quelqu'un comme Morihei Ueshiba.
Reste qu'en combat de rue, c'est pas tant le sport pratiqué qui fera une différence, mais le pratiquant avant tout. Y'a pas d'art martial ou de sport de combat ultime pour la rue. Un judoka mal luné et ayant déjà pris quelques dérouillées au détours d'un bars sera probablement plus redoutable qu'un boxeur n'ayant jamais pris un coup non ganté sur le tarin.
Comme le faisait remarquer Tulpa, le combat de rue n'est pas un sport. Perso, j'aime beaucoup les arts martiaux. Mais je déteste le combat de rue. Mais oui, on peut se former aux techniques de combats de rue, mais... (voire plus haut dans le topic).

H.S: pour fréquenter des judokas compétiteurs en ce moment, je suis d'accord sur le fait que mal lunés ou pas, un de ces judokas avec de l'expérience dans la rue fait des dégâts...
Avec les connaissances actuelles au niveau bioméchanique, de la diet, de l'entrainement, de la pharmacologie on peu raisonnablement penser que jamais les combattants n'ont étés aussi forts qu'aujourd'hui, quoiqu'en pensent les nostalgiques des " ninjas " et autre Bruce Lee. Et le seul constat que l'on peut raisonnablement tirer de tout ce joyeux bordel, c'est que c'est pas un art X ou Y qui fera un champion, mais le mental et l'entrainement d'un mec. Comme souvent dans la rue, un type complet, physiquement aux points et agressif, il gagne.
Il y a-t-il quelque chose à ajouter ?

H.S: L'aspect respect de la trad, Bruce Lee fait partie des premiers à l'avoir évacué.
En ce qui concerne le ring, c'est un peu le même délire. Le juji brésilien est réputé invincible jusqu'à ce que le champion se prenne une dérouillée par un as de la boxe thai. Et puis la lutte s'impose, puis l'anglaise, c'est la farandole.

J'avais jamais pensé à ça.
Fait fort longtemps que les maîtres zen à longue barbe ont pris la fessée.
Les maîtres zens en question, ils ont jamais existé dans la réalité. Du moins, ils étaient très loin de l'image qu'on en a aujourd'hui. Dans le chanbara et les films d'arts martiaux en tout genre, c'est une autre histoire...
."Maxime : ne fréquenter personne qui soit impliqué dans cette fumisterie éhontée des races".
Friedrich Wilhelm Nietzsche, 1887

."L'homme raisonnable s'adapte lui-même au monde; l'homme déraisonnable continue à essayer d'adapter le monde à lui-même. Donc, tout progrès dépend de l'homme déraisonnable".
George Bernard Shaw, 1957

."La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas".
Charles Baudelaire, 1862.

Si la pratique des arts martiaux a sans doute progressé à l'ère moderne, je ne crois pas que les pratiquants d'aujourd'hui soient meilleurs que ceux d'hier.

L'éducation martiale et la pratique n'avaient rien à celles avec ceux d'aujourd'hui.

Pour prendre un exemple connu, l'éducation d'un guerrier japonais commençait dès sa sortie de l'enfance.

Renforcement physique, chasse, fréquentation d'exécutions publiques, entrainement avec des sabres tranchant comme des rasoirs, puis frappes réelles sur des animaux ou des criminels...

Il y a avait des gosses sur le champ de bataille dès l'âge de 13 ans. Un combattant d'à peine 20 ans avait déja survécu à une demi douzaine d'engagements mortels.

Un pratiquant moyen de l'époque botterait probablement le cul de 90% des maîtres d'arts martiaux existants à l'heure actuelle.

Quand aux maîtres zen, leur réputation ne vient pas de pouvoir esotériques, mais du fait que la majorité des moines japonais étaient d'anciens soldats ayant survécu jusqu'à l'époque de la 'retraite'.

Et que la méditation était l'une des seules thérapie efficaces chez ces gens souffrant chroniquement de stress post traumas (l'autre solution étant l'opium ou la bibine)

On ne peut tout simplement pas comparer le niveau d'une personne qui a appris à se défendre (ou à devenir le meilleur en compétition) avec celui acquit par un pratiquant vivant la guerre au quotidien et sachant pertinemment qu'à tout instant, il peut crever de son inattention.

Ceci dit, je ne veux manquer de respect à personne, et j'aime sincèrement les arts martiaux contemporains.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Hum... le 08.03.12, 19h59 par Iskandar
  • [0] Pas convaincu le 03.04.12, 15h35 par Reborn
You are not a beautiful and unique snowflake
You are just the same decaying mater than anything else.
You are the all singing all dancind crap of the world
You have to realize that some day you will die
Until you know that, you are useless

Code : Tout sélectionner

Si la pratique des arts martiaux a sans doute progressé à l'ère moderne, je ne crois pas que les pratiquants d'aujourd'hui soient meilleurs que ceux d'hier.

L'éducation martiale et la pratique n'avaient rien à celles avec ceux d'aujourd'hui.

Pour prendre un exemple connu, l'éducation d'un guerrier japonais commençait dès sa sortie de l'enfance. 

Renforcement physique, chasse, fréquentation d'exécutions publiques, entrainement avec des sabres tranchant comme des rasoirs, puis frappes réelles sur des animaux ou des criminels...

Il y a avait des gosses sur le champ de bataille dès l'âge de 13 ans. Un combattant d'à peine 20 ans avait déja survécu à une demi douzaine d'engagements mortels.

Un pratiquant moyen de l'époque botterait probablement le cul de 90% des maîtres d'arts martiaux existants à l'heure actuelle.

Quand aux maîtres zen, leur réputation ne vient pas de pouvoir esotériques, mais du fait que la majorité des moines japonais étaient d'anciens soldats ayant survécu jusqu'à l'époque de la 'retraite'.

Et que la méditation était l'une des seules thérapie efficaces chez ces gens souffrant chroniquement de stress post traumas (l'autre solution étant l'opium ou la bibine)

On ne peut tout simplement pas comparer le niveau d'une personne qui a appris à se défendre (ou à devenir le meilleur en compétition) avec celui acquit par un pratiquant vivant la guerre au quotidien et sachant pertinemment qu'à tout instant, il peut crever de son inattention.

Ceci dit, je ne veux manquer de respect à personne, et j'aime sincèrement les arts martiaux contemporains.
J'en doute.
Le fait de ne pas être sur un champs de bataille ne transforme pas les " guerriers " des temps modernes en des mecs plus cool.
Et un gus peut bien apprendre dès 2 ans à se battre, que ferait-il sans arme face à l'avancée de l'entrainement? de la pharma?

Pour moi, ça revient à dire qu'un type qui manie le sabre dès son plus jeune age à sa chance face à un mec armé d'un flingue, en gros.

olivier a écrit :Si la pratique des arts martiaux a sans doute progressé à l'ère moderne, je ne crois pas que les pratiquants d'aujourd'hui soient meilleurs que ceux d'hier.

L'éducation martiale et la pratique n'avaient rien à celles avec ceux d'aujourd'hui.

Pour prendre un exemple connu, l'éducation d'un guerrier japonais commençait dès sa sortie de l'enfance.

Renforcement physique, chasse, fréquentation d'exécutions publiques, entrainement avec des sabres tranchant comme des rasoirs, puis frappes réelles sur des animaux ou des criminels...

Il y a avait des gosses sur le champ de bataille dès l'âge de 13 ans. Un combattant d'à peine 20 ans avait déja survécu à une demi douzaine d'engagements mortels.

Un pratiquant moyen de l'époque botterait probablement le cul de 90% des maîtres d'arts martiaux existants à l'heure actuelle.

Quand aux maîtres zen, leur réputation ne vient pas de pouvoir esotériques, mais du fait que la majorité des moines japonais étaient d'anciens soldats ayant survécu jusqu'à l'époque de la 'retraite'.

Et que la méditation était l'une des seules thérapie efficaces chez ces gens souffrant chroniquement de stress post traumas (l'autre solution étant l'opium ou la bibine)

On ne peut tout simplement pas comparer le niveau d'une personne qui a appris à se défendre (ou à devenir le meilleur en compétition) avec celui acquit par un pratiquant vivant la guerre au quotidien et sachant pertinemment qu'à tout instant, il peut crever de son inattention.

Ceci dit, je ne veux manquer de respect à personne, et j'aime sincèrement les arts martiaux contemporains.
:shock:

Attends: tu es en train de comparer, sur le plan de la capacité à se battre, des militaires et des sportifs ?

D'autant plus que ces militaires appartenaient à une société dont l'élite à historiquement bien souvent fondé son pouvoir grâce à sa capacité militaire justement, dans des sociétés qui pouvaient être très violentes ( dans les périodes de guerre civile par exemple). Tandis que les sportifs d'aujourd'hui évoluent pour beaucoup dans des sociétés très pacifiée. Excuse-moi, mais c'est quand même comparer deux choses qui n'ont absolument rien à voir. Pour reprendre ton exemple, le guerrier japonais dont tu parles, il suivait la voie du Bujutsu. Le sportif d'aujourd'hui, il cherche l'efficacité sportive, et donc suit en grande partie le Budo et voies similaires. Ou alors c'est un policier ou un militaire. En fait, les gars les plus proches du guerrier dont tu parles, ils sont à l'armée ou dans la police aujourd'hui.
."Maxime : ne fréquenter personne qui soit impliqué dans cette fumisterie éhontée des races".
Friedrich Wilhelm Nietzsche, 1887

."L'homme raisonnable s'adapte lui-même au monde; l'homme déraisonnable continue à essayer d'adapter le monde à lui-même. Donc, tout progrès dépend de l'homme déraisonnable".
George Bernard Shaw, 1957

."La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas".
Charles Baudelaire, 1862.

Attends: tu es en train de comparer, sur le plan de la capacité à se battre, des militaires et des sportifs ?
Cela n'a rien de choquant, je pense qu'il faut bien se représenter ce qu'est un art martial. Il y a bien le mot "martial", c'est somme toute "l'art de la guerre", je pense qu'il est très inapproprié de considérer les différents arts martiaux comme étant des "sports de combat", il faut faire la différence entre de la boxe anglaise qui est un sport de combat et le wing chun, karaté, Aïkido et autres qui sont des arts martiaux. Beaucoup de compétitions internationales dénaturent la véritable nature des ces pratiques, rien que le mot "compétition" n'est d'ailleurs pas très approprié

Arrêtez de pourrir mon profil avec des clichés éculés.

Je serais plus argumenté la prochaine fois. En attendant, considérez ceci : l'armée américaine place le sport au coeur de son Modern Army Combatives Program.

Les clichés sur le sport et les AM, épargnez moi, merci.
Come on and Rise / Free your soul / Catch the dream where we all shine (Samael)

Répondre