[A] L'art du flirt

Note : 91

le 03.10.2015 par Venusian

29 réponses / Dernière par Venusian le 26.06.2016, 11h02

Pour celles et ceux qui veulent discuter et demander des conseils rencontres et séduction; comment faire avec cette fille ou ce mec; et plus généralement, comment pécho / trouver l'amour à l'ère du swipe left, notamment quand on est ni mannequin, ni un ninja de la drague.
J'étais persuadé d'avoir enfin écrit cet article fondamental sur le flirt, mais j'ai cherché partout sur le forum, et en fait visiblement non.

Donc je me lance sur ce qui est pour moi un fondamental très important, si ce n'est la base de la séduction : ce mode de communication si particulier qu'est le flirt.

J'avais envie d'écrire sur le sujet depuis très longtemps, d'une part parce que c'est vraiment ce que j'aime le plus dans la séduction, mais aussi parce que je constate dans mon entourage et ici régulièrement que bien d'hommes (ou de femmes aussi d'ailleurs) ne savent pas vraiment comment communiquer pour qu'il y ait ... le déclic.

Régime sans sel
Une amie me confiait il y a quelques jours, avec humour, les approches répétées d'un gars sur les réseaux sociaux, qui lui demande comment elle va, réagit à son actualité en demandant si elle a aimé les dernier spectacle qu'elle avait vu, etc. Tout en sentant qu'il y avait une démarche de séduction derrière, mais évidemment sans le moindre succès.

Après cet exemple sur les réseaux sociaux, vous allez sûrement reconnaitre ces situations de rencard, ou l'on se dit que ça c'est pas trop mal passé, la discussions était sympathique, on a échangé sur des sujets intéressants, elle a expliqué ce qu'elle faisait dans la vie, on a fait connaissance, c'était bien.

Mais, pas plus. Pas de déclic.

Ma mère est bonne cuisinière, elle fait de très bons plats, mais elle a une fâcheuse tendance à avoir peur d'épicer. Elle fait de la seiche, mais elle met pas beaucoup de rouille. Elle fait un très bon couscous, mais sans harissa. Elle fait du gratin dauphinois sans noix de muscade.

Et bien les exemples décrits plus haut c'est ça : c'est fade. Bien sûr il n'y a pas non plus d'échec, c'est comestible. Mais ça manque d'épices.

Le flirt : le sel de la séduction

Si on reste dans le mode de communication normal et plutôt sérieux que j'ai décrit plus haut, on fait comment si on est attiré ? Après avoir dit à la fille qu'on était en école d'ingénieur, on lui dit qu'on aimerait l'embrasser ?

L'art du flirt c'est justement l'art de faire passer notre attirance, nos envies, désirs, sans que ça soit verbalisé, ennuyeux, et trop sérieux.

C'est un jeu. Et comme c'est un jeu, naturellement ça fait baisser la pression d'un rdv amoureux ou d'une rencontre amoureuse en soirée, dans la rue, peu importe.

C'est un risque à prendre. Il doit y avoir de l'évitement chez certains de ces hommes qui choisissent de bombarder de questions sérieuses à la fille, sans jamais la taquiner, oser un silence, ou un trait d'humour. Le flirt, c'est aussi savoir prendre quelques risques, mesurés, mais tellement jouissifs.

Il doit donc y avoir paradoxalement de la légèreté, du fun dans la communication amoureuse, et si vous en avez un doute - je ne sais par quel phénomène on a perdu ces notions d'ailleurs - je vous renverrai à Marivaux dont on a pris le nom pour qualifier le flirt, ou encore plus contemporain Edouard Baer.

Les ingrédients du flirt

Et c'est là que cet article pourra devenir participatif, je vais livrer quelques ingrédients et outils pour flirter, qui sont les miens, n'hésitez pas à dire comment vous vous y prenez de votre côté.

- L'humour : c'est le premier qui me vient. L'humour est évidemment la voie la plus simple et directe vers la légèreté. Mais attention, c'est une arme à utiliser avec intelligence, et en faisant participer la personne en face. Quand je raconte la blague du shtroumpf qui se fait un bleu en rdv amoureux, c'est aussi peut-être pour me moquer de la fille qui rit à une blague aussi pourrie, remarquer que ses pommettes rougissent, ou qu'elle a un rire rigolo.
Faudrait quasiment un autre article sur l'usage de l'humour à des fins de séduction, mais il faut retenir qu'il faut savoir doser, en étant à l'écoute de l'autre et être circonstancié. Y a rien de pire que le clown de service qui lance blague sur blague pour masquer une angoisse.

- Les sous-entendus : alors évidemment, c'est tout un art ça aussi. Le fameux sous-entendu sexuel lancé avec élégance qui fait rougir les filles qui se demandent si elles ont bien compris ce qu'elles ont compris. C'est fortement lié à l'humour évidemment, et c'est même une forme d'humour avec une grivoiserie glissée dans le bonbon.
Il est difficile de décrire la façon idéale de faire du sous-entendu, mais j'ai envie de citer Edouard Baer : "Oh, tu érotises tout".

- Les compliments : et ben oui, nous ne sommes pas des mufles, il faut pas hésiter à user du compliment, sans en abuser aussi. Il y a de la bienveillance et de l'élégance dans le compliment bien senti, placé à un moment opportun, et c'est aussi du flirt.

- Les silences, regards appuyés, et la tactilité : le non-verbal est extrêmement important. N'hésitez pas à oser un silence les yeux dans le yeux de votre belle, un effleurement de peau, une main dans les cheveux, une main sur la taille quand vous passez une porte.


Tous ces ingrédients ne peuvent être utilisés en aveugle, le jeu se joue à deux donc il faut avant tout être à l'écoute de l'autre et s'entrainer à doser. Parfois ça sera trop épicé, parfois pas assez, parfois la fille en face ne sera pas réceptive (c'est aussi un filtre), mais c'est pas grave.
C'est pour ça que le flirt est aussi un art. Accessible à tout le monde, simple, mais pas une science exacte.

Et parfois, en plus de passer un très grand moment, il arrive qu'au détour d'un regard un peu plus long que les autres on ait envie de s'embrasser.
Et quand la machine du flirt a été enclenchée, ça devient une évidence, et ça arrive plus souvent que vous ne le pensez si vous n'êtes pas encore rompu à ce mode de communication.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+3] A lire le 03.10.15, 11h42 par Lulla
  • [+2] 100% d'accord le 03.10.15, 12h22 par Mr.Smooth
  • [+1] A lire le 03.10.15, 12h29 par BadGoodGuy
  • [+2] Sympa :) le 03.10.15, 12h42 par Blusher
  • [+3] A lire le 03.10.15, 12h57 par The_PoP
  • [+2] A lire le 03.10.15, 13h09 par Baijin
  • [+3] Like a boss ! le 03.10.15, 14h56 par Snow
  • [+1] Bien joué le 03.10.15, 15h22 par MaryeL
  • [+2] Encore! le 03.10.15, 15h22 par Bumble
  • [+2] Yesssss! le 03.10.15, 16h22 par Rickhunter
  • [+1] A lire le 03.10.15, 18h46 par mctyson
  • [+2] Très intéressant le 04.10.15, 09h54 par Alea
  • [+1] Sympa :) le 04.10.15, 12h38 par Apheleia
  • [+1] Post de qualité le 04.10.15, 17h17 par Axelos
  • [+2] A lire le 05.10.15, 11h42 par Bald_Soprano
  • [+1] Like ! le 06.10.15, 00h15 par Maslow
  • [+2] A lire le 06.10.15, 07h57 par Roro117
  • [+3] A lire le 07.10.15, 21h43 par splifstarz
  • [+1] A lire le 10.10.15, 13h32 par James_Aubrey
  • [+1] Bonne idée ! le 21.10.15, 14h08 par Julxride
  • [+1] Post de qualité le 04.11.15, 22h00 par jarodt
  • [+3] Like a boss ! le 05.12.15, 12h59 par Nidwazo
  • [+2] Post de qualité le 24.05.16, 14h04 par mistermint
  • [+3] Post de qualité le 25.05.16, 09h57 par Jsh
  • [+1] A lire le 25.06.16, 18h10 par Allandrightnow
  • [+3] Intéressant le 25.06.16, 18h19 par FK
Non mais la cuisine c'est juste le meilleur outil de comparaison de toute manière, cool article.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] lol le 04.10.15, 09h55 par Alea
Pour décrire le "régime sans sel" de la conversation dénuée de flirt j'utilise l'analogie avec le pain azyme ;)

http://blusherseduction.fr/articles/je- ... ros-lourd/
Très instructif tout ça ! C'est vrai que c'est un élément primordial.

Ma seule déception tient au fait qu'on a même pas le droit au détail de la blague du schtroumph qui se fait un bleu en rendez-vous :p
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Absolument le 03.10.15, 15h23 par MaryeL
Dans la blague originelle, le shtroumpf ne se fait pas un bleu en rdv :
C'est un shtroumpf qui se balade en forêt, il heurte une racine et tombe. Il s'est fait un bleu.
Allez, au boulot. Y a des chances que tu bosses aussi le "comment assumer un silence"

Pour les kamikazes qui veulent tester le flirt en mode humour absurde :
C'est un shtroumpf qui se balade en forêt, il heurte une racine et tombe. Il s'est fait un hématome.
Rattrapage possible en précisant que c'est une blague anglophone retraduite avec Reverso.

Et seuls ceux qui maitrisent le second degré sauront décrypter les conseils sous-entendus dans ce post. :D
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Like a boss ! le 03.10.15, 15h34 par Snow
  • [0] Bien joué le 03.10.15, 16h18 par Rickhunter
Venusian a écrit :Quand je raconte la blague du shtroumpf qui se fait un bleu, en rdv amoureux, c'est aussi peut-être pour me moquer de la fille qui rit à une blague aussi pourrie, remarquer que ses pommettes rougissent, ou qu'elle a un rire rigolo.
Venusian a écrit :Dans la blague originelle, le shtroumpf ne se fait pas un bleu en rdv
Les virgules sauvent des vies, utilisez les :P
Image

Bref je sors...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Like ! le 04.10.15, 18h25 par Alea
Ce genre de taquinerie est tout à fait un style de flirt aussi, en effet.

Je préfère qu'on reste amis si tu veux bien :D
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Enorme ! le 04.10.15, 15h22 par mctyson
  • [0] Bien joué le 07.10.15, 22h36 par splifstarz
  • [+1] Bien joué le 25.06.16, 18h28 par Allandrightnow
Je rajouterais bien un ingrédient, qui s'apparente au silence, regards, tactilité:

- la communication du désir: là aussi nous sommes dans le non-verbal, ça se fait par le langage corporel. C'est une chose que je fais presque de manière instinctive, et il faut savoir la doser. Il ne s'agira pas de déshabiller la demoiselle du regard en se léchant les babines, mais de communiquer son désir tout en le contenant. Comme si vous aviez une grande énergie en vous, sur le point d'exploser, que vous essayez de canaliser.

Cela m'arrive de ressentir cela quand je suis en présence d'une femme qui m'attire. Ma respiration s'intensifie, mon rythme cardiaque augmente, ma mâchoire se serre, et souvent, si je ne cherche pas à le refouler, mais juste à le contrôler, c'est très communicatif.

Précédé d'un silence et d'un regard posé de quelques secondes, c'est souvent l'étincelle qui va aboutir à un kiss close passionné.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] A lire le 05.10.15, 16h28 par Blusher
  • [+1] +1 le 05.10.15, 20h56 par Lulla
  • [+1] +1 le 05.12.15, 13h21 par Nidwazo
Excellente idée qu'un partage d'idées sur un tel sujet!
En tant qu'amoureux des femmes je me permets donc de rajouter mon grain de sel. D'ailleurs chers camarades, je vais sûrement vous paraphraser.

Pour moi,
Le flirt c'est la créativité, c'est à la fois enfantin/léger et sexué.
Le flirt c'est un subtil dosage, qui s'apprend au fil du temps au contact des femmes entre quand  mettre la pression/tension et quand la retirée/l'enlevée.
Et cela se produit grâce à notre personnalité, résultat elle et (surtout) toi vous passez un bon moment ensemble
"Tu es un tourbillon de folie dans sa vie..."

Pour faire simple il s'agit d'être Fun et 
Conquérant!

~Le côté try hard
Faut penser polarisation tout simplement. On ne peut pas plaire à tout le monde donc on polarise.
Si elle n'est pas réceptive à notre personnalité pour X raison (au fond on s'en tape), on lâche prise, elle est éliminée et on continue à s'amuser en passant à la suivante.
Cependant une remise en question, s'impose si on enchaîne tôle sur tôle et qu'on nous fait comprendre ouvertement qu'on est lourd!

Le flirt =
>80% d'improvistion (le talent, ahaha) 
>20% de techniques (Les bottes secrètes qui feront lever la foule).

~Les routines ou les 20% restants

*La vibe ou la présence.
Être complètement présent, c'est en soi déjà une technique.
T'es dans le moment présent, tu te connectes plus facilement, tu degages des good vibes.
Difficile à décrire mais il y a plein de bouquins la dessus dont un incontournable.
Ou sinon pour cela Il faut observer/parler aux gens qui degagent des ondes positive.

*Le push and pull  = La base
La aussi il y a des milions de ressources sur le sujet alors que dire de plus...
Sinon quelques exemples ultra classiques field testé:

Lui dire qu'elle a des beaux yeux mais c'est dommage qu'elle louche

Lui faire un câlin et lui dire la seconde d'apres qu'il faut qu'elle arrête sinon elle va tomber amoureuse

*Le rôle play : us mentality
Créer l'illusion du Nous:
"Tu es ma nouvelle..."
"Toi et moi ect..."


*La danse pour les mecs pas trop coincés.

Quand l'environnement s'y prête, faut se lancer en mode
-dominant ("Wow toi hb..viens ici")
-sur de soi (de la maccarena au cha~cha je "gère")
-et pesistant mais pas trop needy (la miss ne danse pas tant pis pour elle... "Wouh..toi nouvelle hb viens ici"...)

Sinon tu crées l'environnement:
Tu fredonnes un air de valse...(il y en a UN que toute la terre entière connais!!!)
Ou Tu utilises ton Smartphone ect...

*Le compliment hypersexué
Alors ça c'est difficile à décrire mais dans la vraie vie ce moment est c'est assez intense.
J'essaie quand même:
Le courant passe bien...la magie s'opère...Il y a comme de la tension sexuelle dans l'air...
Et la boum!!!
Tu lui dis d'une voix suave, avec un regard laser...à quelle point elle est..."adjectifs" ou/et ses "parties de son corps" sont et/ou...que tu lui feras "verbe d"action"..tellement elle est...(pas d"abus non plus ^^ )

Bref tout est vraiment dans le dosage!

Bon flirt les playa'!!
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Absolument le 06.10.15, 01h03 par Blusher
  • [+1] Intéressant le 05.12.15, 13h21 par Nidwazo
  • [+1] Intéressant le 25.06.16, 18h31 par Allandrightnow
En faite c'est vachement compliqué pour quelque chose de supposé "simple" et "fun"... :roll:

Je pense que je vais en rester au régime sans sel... De toute manière trop de sel ça provoque de la rétention d'eau...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Mauvais esprit le 07.10.15, 22h36 par splifstarz
J'avoue moi aussi que si je visualise à peu près ce que vous appelez flirt (instaurer une tension sexuelle?), je ne vois pas quand l'amener sur le tapis. Au début de la séduction? Attendre que le confort soit suffisant? J'imagine qu'il faut faire tourner à plein régime l'intelligence sociale.
Déjà essayer de se départir de la grille de lecture de mystery aide:)
Le flirt, pour moi, outre la très bonne liste de Venusian, c'est :
-un état permanent (bien sûr faut savoir doser et être sérieux et à l'écoute et pas juste en mode joke, mais le sérieux et l'écoute peuvent aussi faire partie du flirt puisque c'est un état d'échange avec l'autre)
-un échange et une construction à deux (ou une partition à 4 mains, ou un repas où chacun choisit son plat et où l'on se fait goûter les différemment mets dans un esprit de partage, de jeu et de découverte)
-un état assumé
-un état de jeu
-un état de transgression (bien sûr il s'agit de respecter les circonstances de l'autre pour bien se calibrer et agir de manière qui ne soit pas trop inadéquate, mais agir de manière qui le soit un peu peut aider;)
Comme le fait de presser l'autre dans ses retranchements (mais en mode bon esprit. Pas quand elle dit non c'est non! )

Pour la complication je reviendrai dessus
Crow a écrit :J'avoue moi aussi que si je visualise à peu près ce que vous appelez flirt (instaurer une tension sexuelle?), je ne vois pas quand l'amener sur le tapis. Au début de la séduction? Attendre que le confort soit suffisant? J'imagine qu'il faut faire tourner à plein régime l'intelligence sociale.
Dès le début ! Tout en ayant une grande écoute de l'autre, une adaptation à chaque instant.

J'aime bien installer une familiarité légère avec les filles abordées dans la rue par exemple, dès que j'ai eu leur prénom, et c'est déjà du flirt.

Et sinon Crow, ne te concentre pas sur le but (= installer une tension sexuelle), mais le moyen, le jeu. Pars dans l'idée de passer un moment un peu plus sympa qu'une interaction type pain azyme, c'est tout.
La tension sexuelle s'installera d'elle même si elle doit s'installer.

Et enfin je rebondis sur une des précisions de Onmyoji : c'est effectivement un jeu qui se joue à 2 à tout instant.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Ca va mieux en le disant le 25.06.16, 18h33 par Allandrightnow
J'imagine qu'il faut faire tourner à plein régime l'intelligence sociale
Faut pas voir le truc si compliqué que ça. Le flirt c'est dès le début, c'est sûr, parce que c'est un état d'esprit. C'est le jeu, en fait. Faut pas aller chercher trop loin je crois. Le jeu c'est le sel de la vie. C'est retrouvé son côté enfantin. C'est faire parler son corps, le laisser libre dans l'espace. C'est une question de lâcher-prise, en fait. Je trouve que ça me réussit le mieux quand je m'intéresse très sincèrement à ma cible, qu'elle me fait rire, que je me fasse rire aussi, et que tout ce qu'il y a autour n'est qu'un prétexte pour le "elle et moi" de l'instant présent.

Mystery donne une approche linéaire mais précise lui-même qu'il est parfois nécessaire de revenir à une phase antérieure. L'intérêt avec la notion de confort, c'est que parfois quand on se lance dans la séduction, on veut trop en faire. On croit qu'on a tout arraché et au final on se retrouve seul, parce qu'on a pas su véhiculer une certaine confiance. Là aussi, on peut être attentif à ce qu'on dit, c'est sur que ça marche, mais le meilleur moyen, je trouve, c'est d'être réellement sincère dans son intérêt pour la personne en face. Légèreté et sincérité, quoi.
J'avais écrit un truc qui avait fini par être très long mais il s'est perdu en route.

L'interprétation de la vision de mystery est trop binaire parce qu'il s'agit pas de faire une phase avec que du confort et une avec que de l'attract.
Faut faire des deux en permanence. Sinon tu peux pas faire passer certaines choses. C'est là où on parle de calibration.

Sinon pour la complication l'idée c'est pas de faire des combos pour lui faire tomber le string ou le calbard* d'un coup
(*Parce que je pense contrairement à Maslow qu'il s'agit pas forcément de polariser et que les comportements /l'état d'esprit des filles peuvent être identiques à ceux des mecs)

On gagne pas non plus des points à faire compliqué.
C'est simple parce qu'on doit pas chercher une solution. Ni la bonne réponse.
Par contre jouer sur la situation et le lien avec la fille crée le flirt.. et c'est simple.
Tu demandes un renseignement, tu discutes de détails anodins puis tu sors "vous connaissez bien le coin, vous abordez souvent les inconnus et c'est votre terrain de chasse ou vous cherchiez vraiment votre chemin? "
C'est certainement pas la meilleure line qu'on puisse sortir puisque c'est pas adapté au contexte et à une fille donnée, mais ça repose sur ce qui vient de se passer et suivant l'humour à laquelle la fille est réceptive ça peut lancer les choses.
Mais on est pas obligés de chercher à être drôle. Ou original. Simplement montrer à la fille que c'est plaisant d'être avec toi, que ce soit parce que tu es intéressant, drôle, qu'elle se sent femme avec toi, etc, ça peut se faire en restant très commun et pas en cherchant des trucs de l'espace. Et les trucs à la mystery pour se mettre en avant c'est try hard et weird.
Et ça ne parle que de toi, ou de trucs éloignés qui sont censés inspirer la fille.
Au lieu de l'inspirer en créant une bulle à deux.
Et ça ça n'a rien de difficile. Dès lors que tu es en interaction c'est toi qui choisis ce que tu dessines comme paysage. Faut laisser la fille y mettre sa touche aussi.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Tout à fait ! le 06.10.15, 11h13 par LittleNeapolis
  • [+2] Constructif le 06.10.15, 12h43 par Crow
  • [+2] Constructif le 07.10.15, 21h45 par splifstarz
Mais on est pas obligés de chercher à être drôle. Ou original. Simplement montrer à la fille que c'est plaisant d'être avec toi, que ce soit parce que tu es intéressant, drôle, qu'elle se sent femme avec toi, etc, ça peut se faire en restant très commun et pas en cherchant des trucs de l'espace
Cyril Eldin a écrit :Que nous arrive t-il ?


Je crois que j'avais déjà sorti cette analogie, mais en fait je crois que les moments de virtuosité en terme de flirt, c'est une grande chute dans laquelle tu te rattrape aux branches avec classe, avec ta (ou ton) partenaire, et on s'étonne à chaque instant de ce qui arrive.

C'est pas le mythe de sysiphe ou tu escalades une montagne en faisant rouler une pierre.

On est pas original, on est dans l'instant présent, aux aguets, le sourire aux lèvres, on fait des associations d'idées.
La créativité c'est plus la capacité à associer des éléments pour en faire du beau.

Et comme je l'ai cité en préambule, je recommande les vidéos de Cyril Eldin de Canal + et la relation qu'il entretient avec les politiques qui est un bel exemple de cet état d'esprit, même si ce n'est évidemment que de l'humour, et qu'il y a un côté très satirique derrière.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 06.10.15, 12h05 par Blusher
  • [+2] Intéressant le 06.10.15, 13h16 par Onmyoji
  • [+1] Bien joué le 06.10.15, 16h49 par LittleNeapolis
  • [+1] Oui le 07.10.15, 22h25 par Rickhunter
Yragael a écrit :En faite c'est vachement compliqué pour quelque chose de supposé "simple" et "fun"... :roll:

Je pense que je vais en rester au régime sans sel... De toute manière trop de sel ça provoque de la rétention d'eau...
Cela peut donner cette impression lorsqu'on en détaille les étapes. Un processus moteur requérant aussi peu d'exercice de la conscience que la marche pourrait également être décrit avec tellement de précision anatomique pour chaque étape qu'on finirait par trouver ça complexe. En réalité, les modes de communication empathiques tels que ceux qui sont à l'oeuvre dans le flirt sont largement "en dessous de la surface" c'est-à-dire inconscients. Ce qui me laisse penser que le flirt est davantage affaire de savoir-être que de savoir-faire (et a fortiori de savoir. Je ne compte plus les hommes qui ont une culture encyclopédique du "game" et qui sont infoutus de séduire une fille).

Aussi, et même si quelques tuyaux, combines et astuces ne font pas de mal, l'essentiel du boulot pour apprendre à flirter se fait mieux à partir d'une approche "inner-game" visant à minimiser les interférences pour permettre le lâcher-prise, l'expression pleine et entière de soi, l'écoute active ancrée dans le moment et la bonne gestion des sensations et émotions.

Je rapproche souvent ça de l'interprétation musicale. Sonny Rollins: "You cannot think and play at the same time."

Ou encore cette vidéo de Richie Kotzen.
"People ask me: 'What do you think about when you're playing?' The correct thing is to not think about anything."
[youtube][/youtube]

Quant à ton choix de privilégier "un régime sans sel", c'est prendre la décision de vivre des interactions bien fades avec les résultats qu'on connaît.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] 100% d'accord le 06.10.15, 14h43 par Bald_Soprano
  • [+1] Pertinent le 07.10.15, 22h26 par Rickhunter
  • [+2] A lire le 07.10.15, 23h02 par splifstarz
Blusher a écrit : En réalité, les modes de communication empathiques tels que ceux qui sont à l'oeuvre dans le flirt sont largement "en dessous de la surface" c'est-à-dire inconscients. Ce qui me laisse penser que le flirt est davantage affaire de savoir-être que de savoir-faire (et a fortiori de savoir. Je ne compte plus les hommes qui ont une culture encyclopédique du "game" et qui sont infoutus de séduire une fille).

Aussi, et même si quelques tuyaux, combines et astuces ne font pas de mal, l'essentiel du boulot pour apprendre à flirter se fait mieux à partir d'une approche "inner-game" visant à minimiser les interférences pour permettre le lâcher-prise, l'expression pleine et entière de soi, l'écoute active ancrée dans le moment et la bonne gestion des sensations et émotions.
Absolument. Et il y a beaucoup d'autres choses qui fonctionnent de la même façon. Ça me rappelle le bowling, par exemple. J'en fais souvent, avec un pote qui est plutôt bon, et chaque fois il me bat de peu, ce qui me motive à m'améliorer.

Ça ne fait jamais de mal de découper consciemment les mouvements idéaux: mouvement du bras vertical, garder la paume droite, centrée et face aux quilles, faire glisser la boule au centre de la piste, etc.

Si je me lance vers la piste avec tous ces mouvements trop consciemment découpés en tête, je peux être sûr que la boule va partir dans la gouttière… En revanche, si je me laisse aller à un degré de conscience moindre, le lancer est beaucoup plus réussi.

Ce qu'il faut, c'est connaitre les mouvements et les intégrer pour que ça devienne naturel.

Et on peut trouver tout un tas d'exemples: la conduite, les arts martiaux… mon prof de capoeira ne nous explique jamais un mouvement par des mots, on observe, et on reproduit. Les résultats sont meilleurs selon lui.

Venusian nous a rappelé les ingrédients du flirt, mais il ne faut pas pour autant se lancer à l'abordage avec tout ça en tête, sinon c'est la cata assurée "oh merde, c'était quoi déjà le troisième ? ah oui l'humour, vite une blague !".

Une fois que c'est intégré, place au naturel.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Absolument le 06.10.15, 15h16 par Blusher
Oui, et j'aime bien l'idée d'apprentissage "en creux", c'est à dire la démarche visant à enlever ce qui parasite, plutôt qu'apprendre des techniques (pour résumer).

Pour ce qui est des ingrédients, une astuce : j'ai pu constater un phénomène assez surprenant; que ça soit en improvisation théâtrale ou en séduction; c'est que parfois on peut se donner pour objectif de se concentrer sur UN élément. Par exemple avoir un regard plus intense pendant l'interaction. Et bien par magie, tout le reste se met en place naturellement.

On n'a jamais besoin de penser à tout pendant qu'on joue.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Intéressant le 07.10.15, 22h28 par Rickhunter
  • [+1] Intéressant le 25.06.16, 18h38 par Allandrightnow
Venusian a écrit :Oui, et j'aime bien l'idée d'apprentissage "en creux", c'est à dire la démarche visant à enlever ce qui parasite, plutôt qu'apprendre des techniques (pour résumer).
On retrouve cet aspect de l'apprentissage dans le Zen. Il s'agit alors pour le maître d'aider son élève a désapprendre plutôt qu'à collectionner une somme de savoirs.

C'est aussi ce qu'on fait en coaching en favorisant la déconstruction des croyances limitantes et parasites.
Répondre