[GPS] Le Guide du Paumé Solitaire

Note : 21

le 28.06.2016 par Alea

5 réponses / Dernière par Balzac le 30.08.2016, 02h48

Un forum pour celles et ceux qui s'intéressent au dev perso, à l'équilibre intérieur, à la psychologie. Surmonter ses blocages, ses croyances limitantes, nourrir et développer ses forces, etc.
Répondre
Au début de l’année dernière, un truc fou me passe par la tête. Une pulsion que je croyais passagère, mais qui est restée fortement ancrée en moi : réaliser un voyage. Seul.
Hanté par l’idée, j’ai commencé à me renseigner : j’ai demandé des conseils, j’ai cherché les infos utiles à la réalisation de cette entreprise. J’avais même ouvert un sujet ici à l’époque (le lien : voyage-en-solo-vt37151.html).
Mais avant de poursuivre sur ma lancée, vous devez vous demander : Ok sympa ton histoire, mais pourquoi ne pas poster ceci sur ton ancien topic ?
Je vais y venir.



Introduction

Depuis que je parle ce projet de voyage à ceux qui m’entourent (proches ou non), je ne compte plus le nombre de "Mais t’es fou" et autres "Partir seul, ça ne se fait pas" que j’ai pu entendre. Ca me déstabilisait un peu au début. Aujourd’hui, je n’y fais même plus gaffe. J’en rigole même. Je crois bien que je disais la même chose qu’eux il y a pas si longtemps.
D’un autre côté, j’ai croisé beaucoup de gens qui m’ont encouragé, et je pouvais presque voir une flamme emplir leurs yeux à l’idée d'un voyage en solitaire. Mais quand je leur demandais pourquoi ils ne se lançaient pas à leur tour, je me heurtais à un mur. Comme si ils étaient terrorisés par l’idée que ce soit eux, les héros de l’aventure.

Concrètement, au moment où je tapote sur mon clavier pour écrire ceci, j’ai la conviction que le voyage en solitaire est une des plus grandes expériences de vie que peut faire un être humain. Il revient fréquemment que le fait de ne pas avoir voyagé assez soit un regret principal des mourants (en réalité une sous-branche des regrets "avoir trop travaillé" et "ne pas avoir vécu la vie que je voulais"). Mais il est aussi compréhensible qu’une telle entreprise crée un blocage en nous : le fait de se retrouver dans un endroit inconnu, de ne côtoyer personne de connu, d’être entouré(e) d’une culture étrangère à la notre… Autant de facteurs inhabituels qui condensés nous font ressentir un malaise devant l’(apparente) rudesse du projet.

C’est là que l’idée de rédiger un article au propre s’est imposée en moi. Un article que j’espère informatif et motivant (j'essaye du moins, je fais de mon mieux), car merde : si vous avez envie de partir voyager, allez-y. Avec tous mes plus profonds encouragements. Ne passez pas à côté d’une expérience unique et extraordinaire.
J’ai en amont contacté plusieurs membres, pour qu’ils puissent venir ici partager leurs expériences personnelles.
A ceux que je n’ai pas contactés, ne me boudez pas !

Vous êtes bien entendu les bienvenus pour venir parler de vos séjours en solo.
Car c’est bien quelque chose que je désire en postant cet article : ne pas limiter sa portée à MON expérience. Chaque voyage est unique. Il peut revêtir des aspects divers, opposés… Le seul mot d’ordre : faites comme vous voulez. Putain c’est pas souvent qu’on vous donne carte blanche sur tout un projet (destination, durée, objectifs, matos…), alors allez-y, faites-vous plaiz’.

Il n’y a pas un voyage mieux qu’un autre. Le meilleur, c’est celui qui vous correspond, celui que vous avez envie de réaliser maintenant.
Maintenant pour illustrer mes propos, je vous propose que l’on passe à la suite et que je vous raconte un peu mon histoire sur le sujet.


Deuxtroduction : Partie 1
A partir de maintenant, je vais scinder l’article en 2. La première partie, que vous êtes en train de parcourir de vos si beaux yeux, portera sur mon pré-voyage. Je vais y parler de mes motivations, de comment j’entreprends mon futur voyage, de ce que je crois avoir appris jusqu’ici…

La partie 2, vous l’aurez compris, sera post-voyage. Comme un gros débrief à chaud de ce que je vais vivre : le but étant de voir comment ce voyage m’aura fait évoluer. Je pense que ça peut être intéressant, voilà pourquoi je le fais.
Laissez-moi être votre humble cobaye.
(J’ai conscience que je ne vais pas me métamorphoser en seulement UN mois de voyage, mais je pense tout de même que plusieurs évolutions seront remarquables, je me centrerai dessus)
Donc je m’excuse d’avance pour poster un article incomplet pout le moment, mais j’ai pas vraiment d’autres options.
Imaginez qu’il y a une page de pub. De 2 mois. Allez j'y vais :


- Pourquoi je pars : En début d’année dernière, j’étais au fond du trou (ne vous inquiétez pas, j’ai continué de creuser depuis). Je me trimbalais toute une batterie d'emmerdes en tous genres, alors que jusqu'ici ma vie était relativement peace.
En gros j’étais bloqué chez moi et je pétais un câble sur ma vie.
A force de trainer sur FTS (car j’avais pas grand-chose à faire d’autre), je suis tombé sur un topic qui m’a accroché : l’histoire d’un jeune homme de mon âge (Lamefurtive) qui voyageait, et qui avait l’air de vachement y prendre son pied.
(le lien : jeune-homme-perdu-revant-de-voyage-vt35101.html)
Ca m’a fait repenser à Into the Wild, à Alexander Supertramp et à tout ce que cet homme m’avait inspiré quand j’avais découvert son histoire.
En moins de 2 jours Dominic Cobb avait réussi son inception : je voulais voyager. Me barrer, loin. Quitter tout ce que je connaissais un temps, et découvrir un autre versant de la vie. Renouer avec moi-même, et renouer avec les autres.

Autre objectif : découvrir des lieux et peuples uniques. Je ne veux pas faire le énième tireur d’alarme fataliste, mais la pollution et une certaine forme de bêtise humaine sont en train de ravager la Terre. Des lieux millénaires disparaissent à vitesse grand V. Des peuples réfutent leur culture pour subsister.
En 2010, dans le silence le plus total, Boa Sr (photo ci-dessous), dernière représentante du peulpe Bo (Inde) s’éteignait à l’âge de 85 ans. Les Bo étaient les descendants de l’une des cultures humaines les plus anciennes qui existait. Leurs voisins Jarawas sont aujourd’hui également menacés. Tout bouge, et parfois plus vite que ce que l’on croit. Certains peuples ou lieux mythiques auront disparu dans 10 ans.

Image


-Où vais-je/ Combien de temps : A savoir, je suis un fan de l’Asie, l’Afrique centrale me fait rêver et l’Amérique du Sud tout autant.
C’est donc tout naturellement que je pars en Serbie pour cet été. WTF ? Bon je reprends du début…

En premier lieu, je comptais m’embarquer pour l’Equateur. Parce que montagnes, forêts, océan…Pour apprendre à hablar espagnol aussi. Je voulais y passer au moins 6 mois, et me débrouiller en trouvant des petits boulots sur place. Puis j’ai repris les cours, donc partir 6 mois m’était impossible, donc je me suis dit que je prendrai sur les grandes vacances (celles-ci).
En début d’année, il y a eu Zika en Amérique Latine. C’était encore pas trop connu, donc j’ai pas joué au con et j’ai préféré changer de pays. L’Asie me semblait pas au top en termes de maladie (paludisme, leptospirose…) pour ce que je voulais faire.
Et je suis tombé par hasard sur les pays de l’Est, bien plus attirants que ce que je m’imaginais. Après plusieurs hésitations (et grâce à certains bons conseillers), j’ai choisi la Serbie, pour 1 mois. Finalement, ce n’est pas plus mal : ça me fera déjà une bonne petite expérience et un bon apprentissage pour partir plus longtemps après.

-Objectifs : Même si je pense qu’ils se dessineront sur place, le but va être simple (dans les faits) : Vivre. Ecouter mes envies du moment, renouer avec une certaine simplicité de la vie. Essayer de communiquer avec les gens, découvrir leur culture, me perdre dans la Nature puis revenir en ville pour rencontrer une gente locale ou internationale…

-L’argent : La Serbie est relativement abordable. Je me suis fixé pour objectif (qui peut être brisé si besoin) de vivre avec 10€/jour. C’est largement faisable à ce que j’ai vu.

-Le matos : Il définit en bonne partie la tournure que va prendre votre voyage.
Je vais pas vous faire tout mon inventaire, car ce serait chiant (je peux MP si vraiment vous y tenez), mais sachez que j’emporte le plus utile : couteau, carte, 2-3 vêtements de rechange, tente, trousse à pharmacie…Et phone. Même si je compte ne pas m’en servir, je l’embarque, sait-on jamais.
Carnet/stylo bien sûr, je tiendrai un journal sur place !


<><><><><><><><><><><><><><><><><><> (<--- j'en suis content de ma frise de séparation)


Oui mais : Pourquoi seul ?
Autant être honnête, je n’ai jamais fait de voyage, que ce soit seul ou accompagné. Il m’est donc impossible d’établir un comparatif entre voyage accompagné et voyage seul. Je ne pense pas qu’il y en ait un meilleur qu’un autre, je pense seulement qu’ils revêtent différents aspects.
J’ai pour ma part choisi de partir seul. Et là on ne dirait pas, mais j’ai eu du mal à expliquer pourquoi lors de la rédaction de ce passage… J’en suis le premier surpris. J’ai trouvé ceci principalement :
Pour ne dépendre de personne, et ainsi écouter et suivre mes envies du moment, sans objections ou sentiment de déranger. Pour voir comment je vais réagir à cette forme de solitude. Peut-être aussi pour faire feuille blanche, c’est-à-dire me détacher de tout ce que je connais.

Maintenant, mes impressions avant le départ :
Concrètement, je n’ai qu’une hâte : partir. D’un autre côté, je flippe, en me répétant "mais dans quoi je m’embarque là…". Mais ça c’est normal, ça devrait aller mieux là-bas. Un peu comme le trac quoi.

Actuellement, ceux qui me suivent le savent, je suis un peu perdu sur ma vie. J'ai du mal à trouver ma place, à raisonner avec sagesse sur ma condition... Je ne prétends pas que ce voyage va m'arranger tout ça (pure illusion), mais je pense que ça va me faire du bien. Enfin on verra ça dans la Partie 2 ;)

Je pense que ça va être génial. Enfin, j’espère. J’ai choisi de ne pas regarder dans les détails où j’irai, pour garder la surprise de la découverte sur place. Je me suis juste tracé un bout de parcours après mon arrivée pour me donner une lancée, et après, impro.
Je ne sais pas trop à quoi m’attendre, à propos de tout.
J’ai préféré ne pas assimiler ce que je lisais sur les sites web "vendeurs de rêves" à propos des Serbes et de leur culture, j’avais peur de tomber dans une vision-cliché néfaste à la découverte.

Sinon oui, j’ai utilisé CouchSurfing. J’étais réticent au début, finalement je trouve que c’est un très bon outil, si comme tout outil il est utilisé convenablement. Je devrais peu m’en servir, j’ai aussi envie de tenter l’incruste improvisée, un peu à la "J’irai dormir chez vous" si vous voyez le truc.


Bémol : la question qui fâche ?
J’ai bientôt terminé cette première partie, mais une question reste en suspens :
"Ok, mais comment on fait pour voyager quand on est retenu par le taf, la famille, d’autres facteurs… ?"

Il est probable qu’un sentiment de YOLO/CarpeDiem/#lâchetoutpourcourirlemonde peut être perçu en me lisant, je vous certifie que ce n’est pas mon but. Bien sûr nous avons tous des liens, plus ou moins profonds, qui nous retiennent. Je ne vous demande pas de faire une croix dessus, non non. Juste d’essayer de prendre un peu de temps pour vous.
Donc désolé de vous décevoir, mais je n’en ai pas la réponse à la question. J’ai beaucoup réfléchi dessus, mais je crois que ma réponse est trop personnelle, et ne ferait donc guère avancer le schmilblick. Mon manque d’expérience m’empêche également d’y répondre convenablement.
Aussi je préfère déléguer le sujet aux plus expérimentés, même si j’ai peur qu’on se heurte au même souci, à savoir que leur réponse soit trop personnelle.


Bonus : A force de recherches, je suis tombé sur deux découvertes que je voulais partager ici 8)

-Xavier Rudd. Chanteur et multi-instrumentaliste Australien (et également voyageur bien entendu) (et accessoirement BG mesdemoiselles), je retrouve dans ses chansons ce sentiment de fraicheur et de simplicité, propres aux voyages.

[youtube][/youtube](Si vous avez aimé, je vous conseille la perle Spirit bird, ou encore le reggae Come let go, ou Choices. Tout en fait.)

-Tomislav Perko. Je ne me suis pas encore trop penché sur lui car je l’ai découvert récemment, mais sa prestation à TED m’a régalé.

[youtube][/youtube]


Et enfin, je tenais à remercier tous ceux qui, plus ou moins, m’ont aidé et conseillé, et ont ainsi contribué à ce que ce voyage prenne cet aspect.
Dans le désordre : Lamefurtive (AKA Dominic Cobb), The_PoP, sophie_is_happy (qu’on ne voie plus malheureusement…), voucny, Owen, Baijin, TheDaze, Balzac. Un grand merci à ailether. Et à Alexander Supertramp… (on se croirait aux Oscars, non ?)

Je vous rappelle que cet article n’est pas vraiment un enseignement, mais plutôt un suivi d’évolution. Il est donc bon de se rappeler que je ne prétends rien apprendre à quiconque, je propose simplement un partage d’expérience, et une courte « étude » de mon aventure.
J’espère que ça vous a plu, et qui-sait que j’ai réussi à motiver quelques personnes.

La suite prochainement !

EDIT : je savais pas trop dans quel rubrique poster ça, donc les modos je vous laisse faire le switch si c'est nécessaire :)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] La suite, vite ! le 28.06.16, 12h28 par oHreN
  • [0] Like ! le 30.06.16, 00h03 par Baijin
  • [+1] Yesssss! le 30.06.16, 21h10 par fencers
  • [+1] Merci ! :) le 02.07.16, 22h08 par COREupt
  • [+2] Bien joué le 03.07.16, 08h01 par Zaik
  • [0] Bien joué le 10.07.16, 21h46 par DTS
  • [+1] A lire le 30.08.16, 06h59 par Aristophane
C'est vraiment très cool que tu te lances dans ce voyage !
Quelques suggestions et retour d'expérience perso pour ouvrir tes horizons :
A savoir, je suis un fan de l’Asie, l’Afrique centrale me fait rêver et l’Amérique du Sud tout autant.
C’est donc tout naturellement que je pars en Serbie pour cet été. WTF ?
Il ne faut pas nécessairement aller très loin pour faire un voyage qui va te dépayser complètement ou changer ta vie. Par contre, si certains pays t'attirent, c'est dommage de penser en terme de "danger potentiel".
Des maladies il y en a partout, c'est un risque c'est sur mais il y a des moyens de les réduire (vaccins, traitement préventifs, moustiquaires...). Dans d'autres pays, tu risques ta vie simplement en montant en voiture ou en t'exposant trop longtemps au soleil... ça n'empêche pas les gens de vivre et d'être souvent de meilleure humeur qu'un parisien dans le métro en heure de pointe :mrgreen: A force d'expérience tu vas apprendre à écouter ton instinct et à faire fi de tes aprioris.
Ceci dit, la Serbie c'est un bon choix pour débuter en douceur, si tu n'as jamais mis les pieds hors de France.

Conseil de base si tu n'as jamais pris l'avion : mets ton matos tranchant (couteau, ciseau...), dans ton bagage en soute, pas dans ton bagage à main, sinon ce sera confisqué lors du contrôle.
Actuellement, ceux qui me suivent le savent, je suis un peu perdu sur ma vie. J'ai du mal à trouver ma place, à raisonner avec sagesse sur ma condition... Je ne prétends pas que ce voyage va m'arranger tout ça (pure illusion), mais je pense que ça va me faire du bien.
Que tu partes un mois ou un an, tes emmerdes seront toujours là et attendront patiemment ton retour. Effectivement, ce n'est pas ta situation qui change mais peut-être le regard que tu porteras dessus à ton retour. Parfois un voyage c'est aussi juste un bon moment, une occasion de souffler, ne mets pas trop de pression et d'attente là dessus.

Enjoy the ride et donne nous des nouvelles à ton retour :wink:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 03.07.16, 10h18 par Alea
Merci pour ta participation Jalapeno :)

Comme tu le dis, la Serbie sera bien pour commencer en douceur. C'est un pays assez sécure, autant au niveau des maladies que de la criminalité.
C'est pour ça que je me suis dit que ça ne sera pas plus mal, pour un premier coup.
Après je te suis totalement, ce serait dommage de ne pas visiter de pays par peur du danger. Il fait partie de la route !
ça n'empêche pas les gens de vivre et d'être souvent de meilleure humeur qu'un parisien dans le métro en heure de pointe
On dira que le danger rend plus vivant :wink:
Sinon ne t'inquiète pas, j'ai déjà pris l'avion, et je n'ai pas de bagage cabine.
Pour la 2ème partie, je suis entièrement d'accord avec toi.

Si tu as des anecdotes de voyages solo à raconter, n'hésite pas, partage !
C'est l'un des buts de cet article ;)
Salut Aléa,

l'année dernière je suis parti tout seul en Thaïlande. C'était assez génial et ça m'a fait un bien énorme. Le pays est sympa car c'est un peu comme un parc d'attraction géant. Tout est fait pour que tu traverses le pays facilement et c'est super safe si tu fais pas l'idiot.

Ma seul mission en me levant le matin c'était de rencontrer du monde. J'ai rencontré des gens géniaux et d'autres très chiants.

Bref, je t'encourage pleinement dans cette démarche. Si je peux te donner un conseil, ce serait : Ne sois pas trop rigide sur ton planning de visites et tes objectifs. En voulant être à tel endroit, tel jour, pour visiter, tel truc, j'ai laissé des gens trop cools derrière moi. Et y a pas mal de fois ou je me suis retrouvé tout seul en me disant : "Merde, ils me manquent" Avec du recul je regrette, j'aurai du les suivre.

Les rencontres sont le paramètre imprévisible majeur de ton trip. Et l'imprévisible, ça donne de la saveur. Ne le néglige pas :)

PS : (Les anti insectes locaux coûtent rien et sont mieux que ce qu'on trouve au Vieux Campeur).

PS2 : Si t'es bourré, ne t'approche pas des chiens errants, ils attaquent quand ils sentent l'odeur de l'alcool. Ça m'a valu une sacrée frayeur.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 08.07.16, 10h37 par Onmyoji
[A] GPS, 2ème partie : l'après

« Je n’ai ouvert aucune porte. Mais j’ai trouvé des clés.
Des clés dont je ne sais quelles portes elles ouvriront »


On m’avait prévenu, et je m’y attendais : je n’ai pas changé.
Ou presque.
J’ai vécu une super aventure pendant un mois, loin de mes habitudes, à côtoyer un peuple dont on sous-estime la générosité et la sympathie.
Gros coup de cœur pour ces gens qui, parfois à défaut d’avoir beaucoup, donnent beaucoup.


Appuyez sur Reset

Ce qui fut le plus intéressant.
Arriver et ne rien connaitre des lieux, ou bien de la culture, c’est terriblement grisant. Déstabilisant aussi, bien sûr, mais le vent de fraicheur prend vite le dessus sur la confusion.

Comme si l’on venait de naitre le matin même : on oublie qui l’on est, ou du moins une grosse partie, et on découvre une nouvelle facette de nous-mêmes. On s’ancre plus facilement dans le présent, et on renoue avec des sentiments primaires. Des sensations à l’apparence simples, mais puissantes :

- Le bonheur,très simplement.
Je me trompais grossièrement avant mon voyage, en donnant une fausse définition de "aventure extraordinaire".
En vérité, les choses le plus extraordinaires qui me soient arrivées furent les plus simples, et c’est cela sans doute qui fut extraordinaire.

Goûter la joie de sentir l’eau de la douche perler sur sa peau, lorsqu’on ne s’est plus douché pendant 6 jours.
Voir que, même avec la barrière de la langue, on peut arriver à comprendre et à se faire comprendre. Le bodylanguage joue beaucoup. On parle avec des sourires, des regards… Et ça finit souvent en fou rire :)

- La crainte et la méfiance .
Et oui, être seul donne cette impression de vulnérabilité face au monde extérieur.
Crainte de faire une mauvaise rencontre, de me faire voler mon sac (avec presque toute ma vie dedans).
Et la barrière de la langue y joue encore : ne pas comprendre l’autre accroit la méfiance. C’est con, mais ça fonctionne bien.
En revanche, la confiance que l’on accorde devient plus puissante, et les connexions deviennent plus faciles.

- La solitude
Ben ouais évidemment. Ca peut être plaisant, mais ça en devient vite pesant.
Ce fut une très bonne expérience pour moi, qui m’était souvent autoproclamé "solitaire (et heureux de l’être)" ces dernières années. Mais ce n’était qu’un masque, servant à dissimuler le fait que je ne savais pas m’y prendre avec les gens.
J’ai pu voir que seulement quelques jours à passer seul peuvent devenir très lourds à porter.



Alors quoi de neuf Bagpacker ?

Déjà un truc est sûr, je recommencerai cette expérience.
Ailleurs, mais dans les même conditions. Je songe à l’Asie ou l’Amérique Latine pour le prochain été.

Ensuite, comme je le disais en début d’article, j’ai trouvé des "clés".
Ces clés mentales, ce sont des pensées qui sont nées dans mon esprit au cours du voyage. Des pensées nouvelles, que j’ai envie d’explorer pour découvrir de nouvelles facettes de moi-même.

- Le fait de ne pas avoir réussi à communiquer à cause de la barrière de la langue m’a frustré. J’ai vu que la communication est un élément fondamental pour comprendre les autres.
Alors j’ai envie d’apprendre des langues.
Je me suis remis à regarder des séries en anglais, et j’ai passé un accord avec ma sister pour qu’on parle exclusivement espagnol quand on se voit.
Etant quasiment bilingue elle devrait avoir moins de mal que moi.

- La solitude m’a dans un sens fait du bien. Jamais mes proches ne m’avaient autant manqué. La plupart des petits défauts que je pouvais leur reprocher se sont effacés. Je préfère mes proches avec leurs défauts que ma solitude.

- Je ne sais toujours pas dans quelle branche m’orienter, mais de nouveaux choix me sont apparus. Dans le tourisme, l’écologie, l’art… Je ne sais pas mais c’est toujours bon d’avoir plusieurs choix.

Et d’autres trucs plus personnels, j’y viendrai peut-être dans mon journal.


Conclusion

Que dire ? Je recommande cette expérience à 200 %.

Pas la peine d’être un grand aventurier. Je n’avais jamais planté une tente avant ça.

J’ai appris, j’ai expérimenté des trucs nouveaux.
Mes premiers autostops, mes premières nuits dans la Nature (voire même dans la rue)… Ces fou rires que je choppais tout seul, sans raison, juste car je me voyais dans des situations que je n’aurais jamais imaginé.
Plein de souvenirs inoubliables.

En bref : à faire, et à refaire !
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 29.08.16, 22h28 par RosieRosette
  • [+1] Yesssss! le 29.08.16, 23h18 par Jalapeno
  • [+1] Merci ! :) le 30.08.16, 03h46 par Balzac
  • [+1] Intéressant le 30.08.16, 07h05 par Aristophane
  • [+1] Fichtre ! le 31.08.16, 07h54 par oHreN
  • [+1] Très intéressant le 31.08.16, 16h11 par SweetyKID
  • [+1] Merci ! :) le 05.09.16, 00h06 par fencers
  • [+2] Très intéressant le 20.10.16, 19h58 par Acier
On en avait discuté, Alea et moi, autour d’un verre.
Me proposant de partager ma vision du voyage et ce que j’en tire.

Après l’avoir humilié au billard avec la technique dite « de l’aveugle », je me suis promis d’atténuer sa peine en participant à son article... :wink:

Ma maigre contribution sur le sujet.

---

Le voyage a – presque – toujours été une fuite.
Une fuite bénéfique pour être précis, mais nous y reviendrons.

C’est important de le souligner, car il existe de multiples formes du voyage.
Et aucune n’est mauvaise tant qu’elle permet d’avancer.

Cela me trotte depuis ma jeunesse.
Vraiment.

M’enfuir aux États-Unis, telle fut mon idée à 13 ans.

L’enthousiasme de mon ami eut été bref, lorsque je la lui proposai.
Mon espoir étouffé dans l’œuf, nous retournâmes jouer en toute insouciance.

Un souvenir gravé dans ma mémoire, qui se répètera à de multiples reprises.

À mes 15 ans, le Japon.
Mes 19 ans, la Thaïlande.

L’Australie, l’Amérique du Sud, le Moyen-Orient…

J’ai même cette photo de mon enfance, en Espagne.
Créateur du selfie moderne, aux portes de l’infinie, des grains d’or et de la Lumière.

Image

C’est lors de l’année 2013 que se concrétisait LE voyage.

Quelques mois plus tard s’ensuivait mon inscription sur FTS.
Ce n’était pas un hasard.

Sujet difficile à aborder, tant il y a de points à prendre en compte.

Je vais écrire au plus simple, détaillant par destination.

2013 – Malte

Malte, c’est mon dépucelage du voyage.
Une première inoubliable, teintée d’émotions puissantes, parfois aveuglantes.

Mon arrivée sera marquée à vie dans mon esprit :

Je vois l’auberge éclairée. Douce nuit.
Ma nervosité monte d’un cran.

Je passe la porte d’entrée.
Quelques personnes affalées sur les fauteuils, devant la télévision.

Je ne dis pas bonjour.

Ma proprio airbnb se présente.
Jolie créature.

Elle m’accueille, me parle et me fait un tour de l’auberge.

Dans ma chambre, je lui tends maladroitement un cadeau, bien belge.
Elle semble contente.

Elle me laisse seul.

Je souffle un coup, m’assois sur un lit et me pose la question fatidique :

« Putain, mais qu’est-ce que je fous là ? »

Après quelques minutes, je reprends le contrôle.
Je côtoie les voyageurs.

Mesdames et Messieurs,
Je viens de découvrir la vie.
Ma vie.

Résultat : chaque jour, de 08h du mat jusqu'à 02h, je sors.
Des tonnes de rencontres, de sorties, d'expériences.

Je passe beaucoup de temps avec les filles, couche avec une Italienne, je suis ultra sociable et suis même surpris d'entendre de leur voix des choses comme : « t'es chiant, mais on s'accroche à toi » ou encore « je t'aime bien. En fait, les filles [avec qui je passais mon temps] apprécient vraiment ta compagnie ».

Simple, mais ça m'a fait plaisir, et prendre conscience de diverses choses.

Que j'avais plus de pouvoir que je ne le pensais.
Que je pouvais être attirant et sociable, alors que ma vie, jusque là et objectivement, était merdique !

Le dernier jour, sur le chemin du retour :

J’ai pleuré.

Parce que je rentrais en Belgique.
Et non parce que je quittais Malte.

Raisons de ce voyage

Je me retrouvais dans une nouvelle phase de déprime, dans mon 6m².
En janvier 2013.

J’ai réalisé à quel point ma vie était vide.
Elle ne m’aimait pas, parce que je ne l’aimais pas.

Pourquoi le voyage a été une réponse à ce moment ?
Probablement ce désir d’enfance.

Au départ, j’hésitais entre deux destinations : l’Australie et Malte.

Pour des raisons économiques et de rapidité, le choix se porta sur cette dernière.

5 semaines, accompagnées d’un sac de 9 kilos.
4 kilos de vêtements et mon ordinateur portable de 5 kilos.

Dans un sens, j’avais déjà compris le minimalisme en voyage.
Je n’avais plus qu’à découvrir l’utilité réelle de ce choix, avec le temps :wink:.

Les apports

Le tournant majeur de ma vie.

J’y ai découvert une raison, une passion, une aide.

Sur le court terme, cela m’a bien évidemment aidé à atténuer ma souffrance à multiples facettes :

Pas de famille, pas d’amis, pas de diplôme ou de projet, aucun hobby ou activité, aucune expérience concrète, je passais ma vie dans mon 6m². Aucun sens à ma vie.

Je me dirigeais dans la même direction que mon entourage.
Hypocrisie, mensonge, alcool, dettes, problème divers et j’en passe.

J’étais un mort vivant.
J’attendais juste de mourir, au sens physique.


J’m’en battais les couilles de tout.
T’entends pas ou quoi, négro ?

Rien, je n’avais vraiment rien, si ce n’était mon instinct de survie.
Le voyage était une fuite.

Et « Dieu » merci.

Même mon ami d’enfance doutait de moi à l’époque.
On en avait reparlé il y a 1 ou 2 ans.
« Franchement, je doutais de toi. Je me disais que tu faisais n’importe quoi. C’était vraiment un gros saut que tu voulais faire. Et maintenant, je sais que tu es celui qui s’en sortira toujours le mieux.»
Bien sûr, Malte cachait certains aspects, comme la solitude, car j’étais bien entouré du premier au dernier jour.

Et en ce sens, je remercie l’univers pour cette expérience parfaite, car cette première a été un déclencheur.

À moyen et long terme, j’ai réalisé que ma vie ne se limitait pas à ce que je voyais, mais à ce que je croyais.

Autrement dit, si ma vie était une déchéance, le simple fait de me sentir différent de mon entourage, de sentir que je devais vivre autre chose, vivre « mieux », m’a sauvé.

On dit que les yeux sont le miroir de l’âme. Je suis bien d’accord.
Voyez ma fatigue.

Image

Et ça, c’est la plus grosse leçon que vous pouvez en retirer.

Peu importe où vous en êtes, peu importe votre situation.

S’il y a une seule once en vous croyant en un avenir meilleur, alors vous êtes déjà en route vers votre destiné.

Le contraste entre l'avant et l'après est énorme.
Il n'a fallu qu'un simple « et si ? »

Et si vous aviez la vie devant vous ?

Image

Image


Je vais apporter les écrits relatifs aux voyages ayant suivi :

Hongrie, Tours, Porto, Rome, Faro et cette année 2016 (Danemark, Ecosse, Angleterre, France, Espagne, ...)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Wow le 30.08.16, 07h10 par Aristophane
  • [+2] Yesssss! le 30.08.16, 23h17 par Alea
  • [+1] Like ! le 11.09.16, 18h06 par DTS
Répondre