Le topic central des INTP

Note : 20

le 11.07.2011 par FK

38 réponses / Dernière par Nyrox le 01.03.2017, 22h37

Un forum pour celles et ceux qui s'intéressent au dev perso, à l'équilibre intérieur, à la psychologie. Surmonter ses blocages, ses croyances limitantes, nourrir et développer ses forces, etc.
J'ai suivi les conseils de FrenchKiss et donc, j'ai fait le test hier et aujourd'hui, j'arrive aux mêmes résultats (même si j'ai moins pris le temps de répondre aux questions aujourd'hui). D'après Bernoulli la probabilité que ce genre de chose arrive est assez faible, donc le résultat n'est pas biaisé.

Les descriptions sur le topic sont assez intéressantes. Mais, question : si un INTP a une espèce de procrastination au travail, càd ne donne le meilleur de soi-même qu'au dernier moment (exemple concret, ça m'arrive très souvent de faire un truc la veille, mais ça m'empêche pas d'avoir de bons résultats), ça veut dire que de par "nature" un INTP aura plus de mal à faire un truc en avance en se donnant à fond ? Pas assez d'auto-discipline ?

Lorenzacio a écrit :Puisqu'on est des cérébrales, il faut bien compenser ce manque d'émotion par de l'excitation, qui a cette propriété d'arrêter ce flux de pensées. (et puisque j'apprends à séduire... Le sexe n'est pas pour toute de suite), excitation qu'on peut trouver par la prise de risque. Donc de l'adrénaline. Et puisqu'on est des hommes, il faut aussi que cette activité nous procure de la testostérone (façon de parler). Cependant, faut bien prendre du plaisir à faire cette activité (endorphine )
Tout est dit. Comme c'est dur (apparemment) pour un INTP de prendre des habitudes fixes, il faut des imprévus, casser le rythme. Un bon challenge est beaucoup plus motivant que se plier aux mêmes routines pendant des années. D'ailleurs la motivation et les résultats vont avec.
Wah.
Bien que j'aime pas du tout les cases, je suis INTP (je viens de le decouvrir)

Je vous poste à la suite un texte FONDAMENTAL pour moi, que je relis souvent, et qui m'a enoooormement fait réfléchir.
Je crois qu'il est une vraie leçon de vie pour les INTP.

Bonne lecture. Bonne relecture.


J'ai essayé plus d'une fois, comme tous mes amis, de m'enfermer dans un système pour y prêcher à mon aise. Mais un système est une espèce de damnation qui nous pousse à une abjuration perpétuelle; il en faut toujours inventer un autre, et cette fatigue est un cruel châtiment.

Et toujours mon système était beau, vaste, spacieux, commode, propre et lisse surtout;
du moins il me paraissait tel.

Et toujours un produit spontané, inattendu, de la vitalité universelle venait donner un démenti à ma science enfantine et vieillotte, fille déplorable de l'utopie.

Condamné sans cesse à l'humiliation d'une conversion nouvelle, j'ai pris un grand parti.
Pour échapper à l'horreur de ces apostasies philosophiques,
je me suis orgueilleusement résigné à la modestie:

je me suis contenté de sentir;

je suis revenu chercher un asile dans l'impeccable naïveté.


Charle Baudelaire.
Edit pour les flemmards :

Abjuration : Action de rejeter ses idées propres au profit d'une idée nouvelle.

Apostasie (du grec ancien ἀπόστασις (apostasis), « se tenir loin de ») est l'attitude d'une personne, appelée un apostat, qui renonce publiquement à une doctrine ou une religion.
Ptain j'ai finalement fini d'écrire cette grosse merdasse. RHA!
*happy & kiki tout dur*

D'après Bernoulli la probabilité que ce genre de chose arrive est assez faible, donc le résultat n'est pas biaisé.
HAN.

Très honnêtement, je vois absolument pas ce que Bernoulli vient faire là.
C'est une grande erreur de penser que tu fonctionnes de manière aussi régulière qu'une machine programmée à faire la même tâche toute la journée dans une usine.

C'est une encore plus grande erreur d'utiliser un théorème pareil sur une durée aussi courte et sur une donnée qui s'étale sur une vie entière.

Je démontre vite fait ce que je viens d'avancer.
D’après l’INSEE, l’espérance de vie est en hausse : elle atteint 77,6 ans pour les hommes et 84,5 ans pour les femmes en France métropolitaine.
Source: http://www.frenchtouchseduction.com/rea ... reves.html
Fugitif a écrit :j'ai fait le test hier et aujourd'hui
Source: le post du dessus.

Calcul du nombre de jours qu'il te reste à vivre, d'après la moyenne de l'INSEE. Je vais arrondir hein.


1. Calcul du nombre de jours que tu as déjà vécu:
T'as 18 ans, dans une année il y a 365 jours. Osef les années bissextiles.
18 x 365 = 6570.
Tu as donc passé à peu près 6570 jours sur terre depuis que tu es né jusqu'à maintenant.


2. Calcul du nombre de jours que tu devrais avoir vécu si tu vis jusqu'à 70 ans, soit déjà 7 ans de moins que la moyenne en France métropolitaine:
Pareil je compte pas les années bissextiles.
70 x 365 = 25550
Si tu vis jusqu'à 70 ans, tu passeras à peu près 25550 jours sur terre.

3. Calcul du nombre de jours qu'il te reste à vivre sur terre si tu vis jusqu'à 70 ans:

Nombre de jours total de vie - nombre de jours vécus = nombre de jours restants.
25550 - 6570 = 18980
Si tu vis jusqu'à 70 ans, il te reste 18980 jours à vivre.

4. Maintenant je vais imager tout ça.
Déjà on va convertir ces jours de vie en mètres, centimètres et millimètres.
Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A8tre
Image
Merd' jviens de me rendre compte que j'ai écrit décimètre au lieu de décamètre à gauche de mètre sur mon tableau. Ptain le noobz0r, quoi.

1 jour = 1 micromètre, soit 0.1 millimètre, soit un dixième de millimètre (1/10 mm).
6570 = 0 mètres, 65 centimètres et 7 milimètres
25550 = 2 mètres, 55 centimètres et 5 millimètres
18980 = 1 mètre, 89 centimètres et 8 millimètres


Maintenant, imagines que ta vie, c'est un mètre-ruban.
Genre ça.
Image
Imagines que t'es en train de clouer au fur et à mesure ton ruban sur un immense parquet en bois. Il est tôt le matin, et tu dois avoir fini de le fixer avant que la nuit ne tombe, un peu plus tard le soir. T'as de la chance c'est l'été et il fait jour tard.

Jusque là, tout ba bien. Enfin non. On va dire que jusque-là ça image une vie ou aucun élément extérieur ne pouvant influencer sur ton ruban et la manière dont il est cloué.

Là, oui. Ton théorème est applicable. Sauf que.. c'est pas comme ça que ça se passe.

On va recadrer un peu, et remettre un peu de réalité et de "vie" dans cette vision des choses.

Déjà, t'es à l'extérieur, aucun mur alentour. Il y aura donc du vent. Peut être de la pluie. Si il pleut, le parquet va se gondoler.
Après dans le bois y'a des nœuds, et finalement j'ai décidé que t'aurais pas des clous, mais des punaises pour fixer le ruban au parquet. donc si y'a un nœud tu ne pourras pas fixer à cet endroit-là.

Imagines que ce parquet soit vieux, et à certains endroits rongé par des termites ou des vers. Même chose que pour des nœuds, tu devras contourner et changer de trajectoire.

Puis comme nous ne sommes pas multitaches et omniprésents, je trouve aussi sympa le fait de limiter le nombre de mouvements. Genre t'a le droit de mettre une punaise que toutes les demi-heures.

J'insiste sur le fait qu'il faille avoir fini de clouer ton ruban avant que la nuit ne tombe.

On va corser les choses encore un peu plus; cette fois on va mettre des données en jeu.

Le ruban-mètre te représente. Toi, ta personnalité, ton MBTI et toute ta façon d'être, ton idéologie et manière de raisonner.

Le vent, le temps, le parquet, les nœuds dans le bois, les vers et les termites représentent les aléas de la vie, les "facteurs x" qu'on ne peut prévoir, et que même le plus puissant de tous les super-ordinateurs que la science actuelle nous a mis entre les mains ne pourra calculer ni prévoir non plus.

Les punaises qui fixent le ruban dans le sol, ben.. ça représente le présent qui se transforme en passé, le temps qui passe. Forcément tu pourras pas changer celui que tu étais il y a 5 minutes, et encore moins celui que tu étais il y a plusieurs mois ou années. Par contre tu peux essayer d'y donner une direction.

C'est là ou il ne faut pas faire l'erreur de croire que tu as le contrôle sur "tout".

D'un c'est un joli chemin qui t'amènera très certainement à "perdre contrôle avec la réalité et soi-même" et passer par la case hôpital psychiatrique - ou bien alors développer des névroses graves et des psychoses.
De deux, tu profiteras pas de la vie.
De trois, tu seras complètement à l'ouest; on ne peut pas prévoir sa vie dans les moindres détails. Perso alphaman c'est pas pour moi. Après chacun comme il le sent.
Un article sur alphaman.
alphaman-terrassant-la-megere-vt26290.html
Et de quatre il y aura toujours des paramètres que tu n'auras pas pris en compte qui fausseront de toutes manière ta vision des choses sur le très long terme.

Tiens un proverbe tibétain pour la peine:
Apprends comme si tu devais vivre pour toujours et vis comme si tu devais mourir demain.

Si tu vis jusqu'à 70 ans, le ruban fera 2.555m, on va arrondir à 2.50m.
Les 65 premiers centimètres du ruban sont déjà fixés, c'est ce que tu as déjà vécu et qui de toute manière ne changera pas.
Il te reste 1 mètre et 90 centimètres à punaiser.
Je rappelle qu'un jour de ta vie est représenté par 1 micromètre sur le ruban.
D'après Bernoulli la probabilité que ce genre de chose arrive est assez faible, donc le résultat n'est pas biaisé.
j'ai fait le test hier et aujourd'hui
En prenant tous ces paramètres en compte, tu crois très sérieusement que tu peux précisément prédire de quelle manière tu va évoluer, en utilisant un théorème de probabilités dont la donnée sera complètement erronée parce que beaucoup, beaucoup trop petite par rapport a ce que tu vas calculer et au nombre de possibilités qui rentrent en jeu?


Désolé pour l'écriture en gras et en gros caractères, mais c'est juste pour montrer que je suis pas super content quand je vois des raisonnements pareils.
Hier j'ai discuté avec un intp, pendant tout plein d'heures - il a passé le test devant moi.
Le type est tellement dans la théorie et "pense" tellement qu'il croit connaitre les rouages du monde alors qu'il est complètement à l'ouest que ça en était impressionnant.
Il sera très probablement amené à un moment ou un autre à lire ce truc, et c'est le cas bro' t'as mon numéro pour me dire que tu m'aimes ♥.
Genre le typ' il a krakay il croit que y'a des gens qui l'aiment en plus. Mais quel taré.

Résultat quand j'ai commencé à lui démontrer que toutes ses théories étaient fausses il a perdu pied. Il avait absolument rien de concret pour se justifier, et tout est tombé en morceaux.

Un exemple: Il commence à me parler à un moment de la poussée d’Archimède, en blablatant de l'a-peu près sur des bateaux qui flottent sur l'eau et en s'emmêlant les pinceaux à moitié, rien de bien concret.

Je lui ai dit:
Écoutes; je vais pas parler, je vais juste te montrer ce que c'est la poussée d’Archimède.

J'ai pris un verre d'eau transparent à motifs et l'ai rempli à un peu plus de la moitié, jusqu'au niveau d'un des motifs qui a servi de repère.

De là, j'ai lentement plongé un bouchon de bouteille de cidre en liège dans l'eau, puis fait une pause de quelques secondes une fois touché le fond du verre.
J'ai ensuite doucement retiré le bouchon, jusqu'à le sortir complètement de l'eau.

Fin de l'expérience.


Résultat = plus j'enfonce le bouchon, plus le niveau monte. Quand j'enlève le bouchon, l'eau revient à son niveau initial.

Poussée d’Archimède démontrée.


Je suis moi aussi passé par cette étape de théorie pure et dure non vérifiée qui te fait dévier de la réalité, et c'est je pense une des caractéristiques qui est dangereuse pour les intp: ne pas vérifier physiquement ou par des informations venant de "l'extérieur" certaines théories et s'éloigner de la réalité en pensant être dans le "vrai".

Restez les pieds sur terre et dans le concret, bordel.

D'ailleurs y'a pas que moi qui le dis:
Je ne dirais pas que c'est l'humour: la plupart des INTP que je connais sont au contraire assez prévisible.

Ce n'est pas simple de dire "untel est INTP', car j'en connais des variétés n'ayant que peu de rapports entre elles.

Certains INTP sont imprésentables: du genre à me faire honte devant des amis, à négliger leur apparence au delà de toute bienséance (même élémentaire). Sans compte qu'ils sont têtus, obstinés, prétentieux, et ne comprennent que rarement la logique des autres. Ils n'ont aucune empathie ou presque; ils vivent dans leur monde, dans leur tête et n'en sortent que très rarement. Nombre d'entre eux sont inquiétants parce qu'à la limite de l'autisme, incapables de comprendre ou de manipuler les trames émotionnelles de leurs publics ou de la personne qui leur fait face.

Beaucoup d'INTP sont, contrairement à ce que leur description suggère, le comble de l'illogisme: ils vivent dans un système qui est le leur de façon très fermée, et n'en admettent aucun autre. Il en résulte parfois des erreurs techniques énormes (même en leur parlant épistémologie, Gödel et tutti quanti). Et quelque soient les moyens développés pour le leur faire comprendre, ils n'en démordront jamais. Ils sont souvent originaux, mais avec de très graves limites.

Beaucoup d'INTP représentent à mes yeux le comble de la paresse et du narcissisme. Ils ne sont pas égoïstes, non, juste narcissiques et imbus d'eux-mêmes, au-delà même de ce que peuvent être des ENTP (c'est dire!).

-----

D'autres INTP, en revanche, sont à l'opposé de cela. C'est à dire des personnes qui, s'ils négligent toujours leur apparence vestimentaire, n'en demeurent pas moins très ouverts, très tolérants, quitte même à devenir des créatifs purs comme on en connait aucun équivalent ailleurs.
Un INTP que l'on a régulièrement entraîné intellectuellement parlant, qui ne se soit pas trop laissé allé, peut soudainement devenir la personne la plus passionnante qui puisse exister. Ceux-là sont fins, cultivés, et "nettement au dessus de la mêlée des affaires terrestres".

On a coutume de dire qu'avec les INTP, on est rarement dans la demi-mesure: beaucoup sont des ratés pathétiques, mais chacun possède les moyens pour se sublimer en un pur génie. Il manque parfois presque rien, mais ce presque rien est aussi presque tout.

Enfin, il existe des cas intermédiaires, plus ordinaires dirons nous, mais qui ne sont pas forcément inintéressants. Sans forcément disposer d'un génie écrasant, il suffit que "l'INTP de base" conserve une forte dose de curiosité et d'ouverture pour qu'il fasse un ami correct, et même respectable.
Source: http://mbti.forumactif.fr/t96p15-a-quoi ... on-un-intp

Si il faut dans quelques années tu seras plus un intp mais tout autre chose.
Par contre si tu te brides à cette idée d'intp - truc bidule, tu risques très certainement de passer à côté de beaucoup de choses dans ta vie de machine d'usine à la chaine bridée et programmée au même mouvement.

Prout.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] A lire le 17.04.12, 01h01 par Olfff
  • [+1] Sympa :) le 05.05.12, 23h20 par Fugitif
  • [+1] Constructif le 02.07.12, 13h37 par Marco Polo
Super, ce topic, je suis moi même INTP, ça m'aide à m'affirmer maintenant.

J'ai grandis dans un milieu très toxique pour mon type de profil, si bien que cela fait environ 8 ans que je déprime. J'ai échoué à l'école, suite à une rupture amoureuse et le fait que ma logique n'arrivait pas à comprendre le sens de la rupture, je me suis envoyé la tête dans un mur pour que ça s'arrête.

Commotion, pendant 2 ans je n'ai plus été le même et ces 2 années d'enfer m'ont fait tomber bien bas si bien que la dépression est très ancrée. Au niveau émotionnel et fasse à des types plutôt orienter émotion, je passe pour le tyran et le gros jerk insensible, dans ma région j'ai l'impression d'être entouré de gens de ce type, je ne trouve pas de chez moi ou je vis. Je me sens comme un alien.

Une autre psy m'a dit qu'en Belgique, les écoles privée et surtout publique étaient inadaptée à tous les types psychologique. Ca explique pas mal de chose. Féru de science, très tôt dans ma vie, je n'ai pu me développer car l'enseignement belge se disperse dans beaucoup de matière. Le néerlandais est la source de mon recallage dans mes études de sciences on m'a refuser malgré mes talents en science de continuer. Et peu douer à débattre sur des sujets ou s'impose des décisions tyrannique et qui font la norme et qu'on nous force à accepter, j'ai été rejeter et du fait que ma tendance personnel, de mon moi, je me suis exclus de cette nation et de ce système national eugénique.

Notre nation veut tendre un idéal vers lequel les intp n'ont pas leur place, du moins moi je n'ai pas réussi la ou je vis. Passé pour un arrogant, je l'ai été souvent, m'humilier sur le fait que j'ai pas de diplôme et qu'il ne sert à rien de discuter ensemble et que je suis un bon à rien, ça aussi ça m'arrive encore souvent. Ce qui fait que cette arrogance que je n'ai pas, mais que les autres s'imaginent est source d'un sadisme à mon encontre et l'a été surtout dans ma jeunesse. Même l'enfance étaient quelque part inadapté, j'avais une grand mère super émotionelle qui cherchaient constamment le rapprochement et les émotions fortes, toxique pour moi très tôt, car aucun contrôle et aucune prise, une fragilité s'est ainsi installée par le fait de l'enfance et de l'éducation et l'enseignement. Je vois l'enseignement universitaire plus adapté à moi, mais inexistant dans sa forme à partir de l'école maternelle.

Le gros problème est que j'aime la logique vraiment très fort et à ce jeu je peux aller loin et souvent les autres interlocuteurs mènent la discussion vers une faille qu'il finisse par trouver par un tour de passe passe.

Souvent par ailleurs, comme c'est le cas du message précédent, on pousse les intp à s'aliéner et on trouve ça normal comme si tout le monde fournissait cet effort alors que c'est faux.
On rejette notre manière d'être bien souvent, du moins je rencontre une forte résistance, je ne peux pas vivre à ma mode. Certes nous sommes adaptatif, mais on ne peut pas nous demander d'être émotionnel ce qui est souvent le cas.

Je pense que cela contribue au maintien de mon état dépressif, je ne pense par ailleurs par être dépressif, je vis pour moi dans un environnement toxique duquel une fois sorti, tout irait mieux.

conclusion les INTP sont les plus fragiles dans un système non structuré ou ils peuvent comme tout un chacun développer dans un premier temps leur point fort. La belgique est non structurée et pousse les jeunes a être bon en tout mais en fait médiocre en tout bon en rien de spécial. C'est cette enseignement dont on vante la qualité internationale à tort qui est à l'origine d'exclusion et de bien des maux psychologique de la jeunesse. Sans compter les problèmes qu'on peut rencontrer dans la vie tout ça, le plus important c'est d'abord le structure adaptée.

Très tôt dans ma jeunesse, j'avais du désintérêt pour pas mal de choses à mon gout futile, mais en réalité pas adapté à mon type, passant moi pour l'alien.

Il faut savoir que son profil psychologique est important, non pas pour dire à l'autre, t'es nul en émotion alors on va t'en mettre plein pour que tu apprenne, c'est exactement le contraire qu'il faut faire. Il faut donner plus de logique. Pour avoir une vie épanouissante. L'émotion pour les INTP est très noble, nous apprennons toutes notre vie de l'émotion quand elle se présente. Tant est qu'il faut souhaiter à chacun des intp de ne pas subir d'expérience violente émotionnellement (bonne ou mauvaise émotion, sont toutes deux violentes) trop tôt dans la vie, avant d'avoir acquis une certaine maturité émotionnelle et d'avoir acquis les armes ou les protections pour se défendre des agressions émotionnelle.

L'agressivité psychologique est une notion que j'ai souvent à faire valoir et que peu de gens comprenne, pour beaucoup il n'y a que l'agressivité physique qui soit néfaste, grand bien leur fasse, mais il en oublie les gens qui fonctionne dans un monde structuré ou l'émotion n'a pas de place dans les prises de décision.
Arrêtes de faire ta chochotte et bouges-toi le trou qui pue. A te lire j'ai l'impression que le monde est contre toi, et que c'est le monde qui doit s'adapter à ta personnalité.

Vois les choses d'un autre angle, et adaptes ta personnalité au monde qui t'entoure. Ça ira déjà beaucoup mieux.

TU dis que voilà t'aimes la science, blabla couffin. Moi aussi, et y'a internet. Y'a même tout plein de revue spécialisées. Arrêtes de tourner autour de ton nombril. Si t'as été dans une phase de dépression, c'est là ou il faut de botter le cul. De toutes tes forces.

Ça sert à rien de se plaindre et de dire.

"Mouh le monde il est moche et les gens y sont vilains"
Notre nation veut tendre un idéal vers lequel les intp n'ont pas leur place
Bah adaptes toi.

Je suis un INTP, mais j'essaie tant bien que mal de m'adapter.
Passes sur mon journal et dans les prochains jours je vais te montrer ce que Détermination à changer veut dire.
zaik-s-way-vt26067-60.html#p292045

Lis ça aussi au passage.
oputaindemerde-vt28286.html

Tcho.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] 100% d'accord le 23.04.12, 15h03 par Celass
Faire un effort bien sur, mais pas m'aliéner.
Si tu penses toute ta vie que changement/évolution = aliénation, ben..

1. t'iras pas bien loin parce que tu découvriras rien et n’évolueras pas - ou très peu
2. tu rejetteras en permanence la faute sur les autres - Mouh, pauvre Caliméro
3. tu risques d'avoir beaucoup de mal avec le reste du monde.. avec les autres humains, quoi
4. je pense pas que tu seras super heureux dans ta vie, tu vois
5. ma citation préférée, tirée d'un film splendide avec George Abidbol: " Monde de merde ".

Après c'est ta vie et perso je m'en tamponne. Jte dis juste ma façon de voir les choses, qui elle-même ne cesse d'être aliénée, car je refuse d'avoir un point de vue définitif.

Pourquoi?

Simplement parce que le jour ou je serai capable de prendre en compte tous les paramètres qui peuvent interagir et modifier une vie.. je m'appellerai soit Dieu, Soit Jésus.

Mh.

Après mûre réflexion je préfèrerai Jésus en fait. Sérieux, je pourrai marcher sur l'eau comme ça =D.
Zaik :
Alors, désolé pour le retard :
En tout cas quand tu postes un message c'est pas pour mettre trois lignes, c'est une vraie leçon de vie que tu fais là x)
Effectivement, la loi de Bernoulli n'a rien à voir avec les sciences humaines, m'enfin bon tu seras quand même d'accord que ça prouve qu'à un moment donné j'étais (et je suis peut-être encore) dans un état d'esprit INTP selon le test. Cela dit évidemment, un test ne prend pas en compte assez de choses et ne peut pas résumer la vie de quelqu'un, on se case dans tel profil pour avoir une petite idée, sans forcément y croire à 100% tel un banal profil astrologique qui prévoirait le comportement de X personne à Y moment (d'ailleurs le test est plus pertinent, ça se base sur quelque chose de plus ou moins concret).
Et puis, comme tu dis, si la vie d'un individu était un mètre, faut admettre qu'on ne change pas de personnalité du jour au lendemain : on ne peut pas couper la partie du ruban fixée (autrement dit supprimer son passé) pour lui faire prendre une autre direction, sur un coup de tête. Remarque, si c'est un coup de tête au sens propre sur un mur, à la limite ça peut ptet le faire : ce qui provoquerait amnésie de l'individu -> hop, on recommence à zéro. Mais bon, faut racheter un mètre d'occasion, parce qu'avec un mètre qui commence à 70-80 cm, c'est pas pratique. Bref, ce que je veux dire, c'est qu'un type à la base extraverti, qui dirige une conversation, ou qui coupe la parole (extraverti impoli), qui exprime et partage tout ce qu'il ressent aux autres, qui s'intéresse justement peu aux autres (extraverti dénué d'empathie), et qui a été ainsi pendant une très grande partie de sa vie, ne va pas en une poignée de jours, même avec de la volonté, devenir taciturne, écouter sans l'interrompre quelqu'un pendant dix minutes, s'intéresser sincèrement aux autres en mettant de côté sa vie et ses problèmes. Ou au contraire, un mec qui passe ses journées à lire, éviter le contact avec les gens, qui a du mal à parler devant les autres, ne va pas changer immédiatement en faisant des conférences publiques, etc... Bref, le caractère change, on n'est pas le même qu'il y a 5 ans, mais je pense qu'on garde toujours pas mal de mêmes traits de personnalité (même façon de fonctionner, quoi). Avec le recul, je sais que j'ai changé, mais je reste en même temps le même. Bon, je paraphrase un peu ce que t'as dis. Evidemment, le profil MBTI n'est pas représentatif de toute une vie, et chaque profil a des défauts (qui sont des qualités pour d'autres), un INTP est comme tu dis peut-être trop abstrait et distrait (-> pas les pieds sur terre) mais il dispose d'un certain recul (-> comprend certains trucs d'une certaine façon). Chaque façon de raisonner a ses limites de toute façon. La philosophie permet de "comprendre la vie", mais à force de trop philosopher on ne vit plus, par exemple.

(les boules, j'avais fermé l'onglet, heureusement que l'option "rouvrir l'onglet fermé" existe)

A propos de l'alphaman, certes il faut s'assumer et ne pas être idéaliste en croyant plaire à n'importe qui (= alphaman) mais bon, s'assumer ne veut pas dire rester coincé dans son système de pensée sans faire aucun effort en sortant la phrase type "je suis comme ça et c'est tout blablabla, si je t'insulte de connard c'est parce que je suis comme ça, accepte moi avec mes défauts, blablabla". C'est trop facile, quoi.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] +1 le 06.05.12, 10h44 par Zaik
Chaque façon de raisonner a ses limites de toute façon. La philosophie permet de "comprendre la vie", mais à force de trop philosopher on ne vit plus, par exemple.
s'assumer ne veut pas dire rester coincé dans son système de pensée sans faire aucun effort en sortant la phrase type "je suis comme ça et c'est tout blablabla, si je t'insulte de connard c'est parce que je suis comme ça, accepte moi avec mes défauts, blablabla". C'est trop facile, quoi.
Amen.
FrenchKiss a écrit :Question aux autres INTP : j'ai, comme pas mal d'INTP semble-t-il, tendance à bosser dans l'urgence, à avoir du mal à tenir un planning. Ca commence à me peser dans la vie professionnelle : je bosse bien et quand on m'en donne la possibilité, je fais du très bon; mais cette difficulté à me conformer à un planning peut paraître peu professionnel aux yeux de ceux qui sont plus rigoureux.
=> est-ce que c'est pareil pour vous, et comment vous le gérez ?
Je suis depuis un an à mon compte (besoin de mener ma vie seul sans doute ^^). J'ai exactement ce problème, et celui de hiérarchiser les priorités.

Au début je n’avais pas trop de taf, ça allait, mais là comme je veux réussir et m'en donne un minimum les moyens (une vraie envie d'y arriver même si je manque d'ordre et de pragmatisme dans mon organisation), et bien mon activité marche de plus en plus, et donc ce problème se fait cruellement sentir face à la charge de travail qui augmente.

En fait, si j'ai piétiné pas mal ces 3 derniers mois face à l'augmentation soutenue de mon activitée (j'ai vraiment plus de taf désormais), je pense être en train de trouver la solution. En gros, je m'arrange avec moi même, je m'explique.

D'abord, j'ai dressé tout les points négatif de cette situation:

-ça génère beaucoup de stress (que je vis mal, le stress en général), voir de l'anxiété (put1 j'ai pas fait ce truc, je vais être à la bourre, comment je vais faire quand plus de taf va arriver derrière)

-je risque de me casser la gueule à tout les niveaux (ma vie prof soutien ma vie sociale et personnelle, ne serait-ce que parce qu'elle me donne les finances pour en avoir, et me permettre de sortir de chez moi, sans compter que ma vie pro m'apporte beaucoup socialement et niveau reconnaissance, sans être narcissique c'est très important pour moi, ça me donne le sentiment de trouver ma place sur terre et dans cette société pour faire simple)

-je risque vraiment de me casser la gueule, parce que ce phénomène, en tout cas chez moi, peut devenir exponentiel, brisant presque totalement toute motivation à faire face, car je me trouve bidon à ne pas prendre mes responsabilités, et ceci au moment où j'ai accumulé le plus de taf en retard, un vrai cercle vicieux extrêmement dangereux. j'ai faillit me retrouver à la rue il y a 4 ans à cause de ça (true story), bon j’étais aussi dans une vie totalement déphasé en rapport de ma nature, mais avoir reporté à demain à été sans doute ce qui a permis cette (violente) chute



Bon je m’arrête là, mais, en tout cas dans mon cas, on peut voir facilement la somme lourde de négativité qu'il y a derrière (mon tempérament "tout ou rien" enfonçant le clou).


Bon, qu'est-ce qui fait que ces temps ci que je boive un peu moins la tasse voir m'en sorte:

-je me suis fixé des objectifs, il y a gros à gagner derrière pour mon épanouissement personnel, ce serait trop con de tout gâcher non? C'est ce que je me dis en tout cas

-je ne pourrais me "concrétiser" et devenir celui que je veux être, autrement qu'en faisant face et en prenant mes responsabilités (c'est ça être un homme adulte, qui vie sa vie et ne la subit pas, point

-si je tourne les choses dans mon sens, je peux alors finalement y faire face assez facilement, en gros j'ai appris à découvrir et entretenir une perception de la réalité différente, simplement parce que mon manque d'organisation n'est pas du à ma perception de la réalité (enfin si, mais de manière irrationnelle), mais au mécanisme du système de récompense (voir la fiche wikipedia).


Je m'explique, attention ça peut paraitre alambiqué, mais c'est ce que j'ai capté pour l'instant ^^

En gros, l'humain, comme le chien (super exemple le chien), ne fait rien par hasard, mais simplement tout le temps (j'y tiens, et ça c’est pour tout le monde) dans son intérêt (l’intérêt de l'altruiste et d'obtenir du plaisirs dans la satisfaction des autres).

Quand je repousse à plus tard un truc mega important pour un truc futile (flasher la nand de ma 360 avec un nouveau kernel alors que je n'y joue même pas, prendre une photo de cette oiseau alors que j'ai un rdv dans 20 minutes et que je ne suis même pas encore douché, regarder cette vidéo lol ou écrire sur ce site à 2h00 du mat alors que j'ai du taf demain), et bien c'est simple, je le fais simplement parce que je me laisse guider par mon envie et non par mes obligations. Dans mon échelle de valeur irrationnelle, ma satisfaction totale et immédiate (même si de manière rationnelle elle peut paraitre médiocre) et une priorité.

Mes obligations sont secondaire, car, sur le moment, le plaisir (tout relatif) que j'ai à tirer de l'existence n'est pas là, mais dans le truc à la con que j'ai envie de faire sur le moment (ça peut être s’instruire hein, je veux dire que c'est sans rapport avec mes obligations directe par contre).

C'est le principe même du système de récompense, un chien (normal, pas traumatisé ou quoi) ne fait absolument rien de sa journée qu'il ne veuille faire. Le chien fais tout, absolument tout, par plaisirs et envie, pour satisfaire sa nature totalement projeté dans l'instant.

Le problème pour nous en tant qu’être humain, c'est évidement que nos vies sont légèrement plus complexe.

Donc, en pesant tout cela, je me suis rendu compte que mon attitude à remettre certains trucs n’était pas illogique, juste qu'il fallait que j'appréhende une autre logique, mais qui rende tj honneur à la première, en gros que j’apprenne à semer, puis à récolter, et dieu sait si ça marche du tonnerre quand on maitrise cela (c'est ça le pire, non mais vraiment).

En gros, je suis actuellement personnellement dans une zone flou, tj très instinctive. Mais je m'en accommode en construisant ma vie autour de ça (avec l'objectif d’être de plus en plus carré avec le temps, juste que je sais que je ne vais pas changer en deux jours, j'ai accepté ça).
Exemple demain j'ai des trucs à faire, mais hormis un truc d'un quart d'heure je peux totalement décaler toute ma journée pour mercredi si besoins (c'est un peu du luxe l'air de rien).
De fait, même si je suis là à 2h00 du mat alors que si j’étais intelligent je serai en train de pioncer, je prends des risques mais à moitié car j'ai anticipé cette situation. En fait, le plus gros risque que je prenne, en ne faisant rien demain, c'est que je vais beaucoup me décevoir si je fais cela, parce que je me suis bien reposé Dimanche, je n'ai plus besoins de décompresser pour l'instant, on est juste Lundi là.

Donc, je vais faire ce que j'ai à faire, en tout cas au moins les 3/4 (c'est mon objectif réalisable désormais en attendant de faire mieux, j'ai du débuter à 25% et j’étais péniblement à 50% il y a encore peu), et si je suis un chef, je vais tout faire (ce qui m'arrive certains jours, limite je me fais chier le lendemain ^^).
Dans les deux cas, je serai satisfait de moi, donc mon système de récompense sera satisfait lui aussi. Et donc, quand demain je vais avoir ce mail important à envoyer à X et que je vais être tenté de mater mes mails ou une éventuelle réponse à ce post à la place, et bien il y a une chance sur deux que je fasse ce que je dois faire parce que c'est vraiment ce que je veux faire (et pas perdre mon temps).
Au fond je réussi simplement désormais, de mieux en mieux, à réaliser la satisfaction qu'il y a à tenir les objectifs que je me fixe. Il m'a fallut bien trente ans pour comprendre ça (meme si je m'en doutais), mieux vaut tard que jamais.

Les jours où je suis motivé comme aujourd'hui, j'arrive à absorber 9h00 de taf voir plus sans le réaliser. En gros, à partir du moment ou je me concentre sur le fait de faire ce que j'ai à faire dès le matin, je ne lâche plus rien, car si j'en sors pour repasser à la procrastination, réflexion ou contemplation (genre à cause de deux heures de temps libre après avoir mangé le midi), il va m’être très difficile de me reconcentrer. C'est pour ça que bizarrement je garde tj un peu de taf sous le bras au cas pour ne pas en manquer (ce qui m'a appris à gérer les priorités, ce que je garde sous le bras c'est le non urgent).
Bon du coup j'oublie souvent de manger le midi par exemple (comme quoi les rituels et les INTP...), mais pas grave, une fois ma journée fini, ce soir je suis parti marcher une demi heure, me suis fait à manger avec soin, tout avait quitté ma tête, la guerre reprendra demain (comme m'a dit un pote, c'est pas tes problèmes mais ton travail", ça m'a (vraiment) bien fait avancer de faire cette distinction.

J’étais super content ce soir parce que j'avais bien utilisé mon temps, et fait les 3/4 des objectifs que je m’étais fixé, sans le sale sentiment d'etre pressé par la vie, mais avec la douce sensation de maitriser enfin un peu ma vie, sentiment qui me booste et me donne envie de recommencer demain.

Bon il faut comprendre que j'ai aussi accepté l'idée que je n’étais pas un robo, qu'il fallait que je sois un peu plus souple avec moi même et accepte de ne pas être tout le temps à 100%, et qu’être à mon compte me laissait cette liberté de gérer comme je l'entends la plupart du temps (pour repousser les deadline j’essaie justement de faire le taf urgent le plus rapidement possible, niveau stress c'est ce qu'il fallait que je fasse, c'est souvent mes clients qui sont à la bourre plus que moi, ce que j'excuse aussi du coup très facilement désormais).

Bref à moi de ne pas en abuser et de franchir la ligne rouge comme j'ai pu le faire auparavant. Alors je joue avec le feu en faisant ça, mais c'est comme ça c'est ma nature, et plutôt que de la contrarier j'essaie de l'appréhender. J'ai conscience que c'est dangereux si je me laisse trop aller, mais justement pour faire face à ça je bâti mon existence autour de ma nature, tout en prenant en considération le fait que je dois changer / progresser / m’améliorer constamment, en intégrant des choses que je ne faisais pas naturellement, je me laisse de la marge pour les moments où je sais que ma "sale nature" reprends le dessus. Du coup avec le temps je pense réussir à la maitriser de mieux en mieux sans me renier.


Bref, long post ^^, mais en gros le seul conseil que je puisse te donner, c'est de comprendre pourquoi tu repousses, de comprendre que si repousser est une satisfaction de l'instant, il y a peut-être d'autres satisfactions (bien) plus grande, comme le fait de maitriser mieux ce problème (honnêtement ça booste de voir qu'on progresse, qu'on se conduit simplement comme un adulte, enfin je te dis ça tu me semble bien plus adulte que moi), et d'y aller progressivement.
Par contre si on choisis de changer les choses je pense qu'il ne faut jamais revenir en arrière / laisser tomber. Y'a trop de risque de rebasculer, même des années après je pense (il faut le cultiver).

Perso je ne sais pas si je vais y arriver (ouai sérieusement), mais je m'en fou j'ai accepté cette idée, et donc je ne pense pas à l’échec de trop et concentre mon énergie sur le fait d'y arriver. Et franchement, d'essayer m'aide énormément (on en revient à un des principes de base de la séduction -pour tous-), même s'il m'a fallut des put1 d'années pour commencer à le comprendre (que de temps perdu..mais bref). Et si je me reconnais beaucoup dans le portrait de l'INTP, je m'y reconnais mais comme celui que j'ai pu être exclusivement par le passé, mais pas comme celui que je deviens ces dernières années. Je reste un INTP, mais qui intègre d'autre manières de faire, simplement parce qu'il s'agit de mon salut, que je ne veux pas bloquer à cause de truc que je ne comprends pas comme par le passé. Bref j'essaie et travaille à évoluer, mais tout cela en respectant ma nature première.

Bon, j'ai la trentaine et je commence seulement à avoir la tête sur les épaules (sérieusement), donc je dis surement plein de trucs que je vais voir différemment dans le futur. Mais d'avoir dans un premier temps accepté ma nature (ne pas voir comme mal le fait de reporter les choses, mais comme un truc certes irrationnel mais se voulant positif) me permet actuellement de me focaliser sur l'essence même de ma démarche de base, obtenir un sentiment positif toujours, mais d'une manière différente.

Voila, ça fait du bien d'en parler ^^ L'air de rien je me réponds autant qu'à toi, ça me permet de mieux visualiser et rationaliser ma démarche ces derniers temps.

Lorenzacio a écrit :Avant de finir, j'avais un problème, notamment sous stress, c'était d'avoir un flot continue de pensée.
J'ai réussi à l'élaguer en faisant du sport, mais je ne suis pas complètement convaincu que la piscine soit réellement fait pour moi. Surtout que depuis quelques temps, ça m'apporte bien moins d'energie qu'en commençant, notamment parce que la routine aidant, je finis par réfléchir en nageant. :roll:

Puisqu'on est des cérébrales, il faut bien compenser ce manque d'émotion par de l'excitation, qui a cette propriété d'arrêter ce flux de pensées. (et puisque j'apprends à séduire... Le sexe n'est pas pour toute de suite), excitation qu'on peut trouver par la prise de risque. Donc de l'adrénaline. Et puisqu'on est des hommes, il faut aussi que cette activité nous procure de la testostérone (façon de parler). Cependant, faut bien prendre du plaisir à faire cette activité (endorphine )../..


J'ai deux activités en tête qui pourraient réunir ces trois composants: la Boxe, et la sargue.
Mais si vous avez d'autres activités je serais preneur (sport ou autre).

A noter: Que le prise de risque me parait importante. Le risque peut être maîtrisé, mais la poussée d'adrénaline est peut être la seule chose qui pousse à agir. Or, les choses de la vie ne stressant pas tant que ça... La seule façon d'en produire serait de réveiller le cerveau reptilien.
Être tout le temps sous adrénaline ça use un peu et nous fait passer pour un furieux aux yeux de pas mal de gens (positif comme négatif suivant la situation).
Gros problème aussi, quand elle n'est pas là, on se lasse très vite des situations "banale" qui n'en ont pas pour autant moins de saveur (passer du temps à regarder son bébé / neveu ne rien faire de spécial), bref ça peut nous éloigner de la réalité simple de l'existence et nous couper un peu des autres qui ne sont pas "à fond" comme nous. De plus ça crée un peu une personnalité un brin bipolaire et trop sujette à des instabilités émotionnelles.

Bon je parle surtout de moi je ne sais pas ce qui en est pour toi. Mais de mon coté je lâche un peu ça pour cultiver de l’endurance désormais et une vison plus large des choses. On verra dans quelques temps si ça me convient et si je maitrise, je garde tj de l’adrénaline sous le coude mais plus pour des choses personnelles et des moments vraiment opportuns (et pas par obligation).

Pour le sport sinon, moi qui n'en ai jamais fais, je réalise combien il est important pour un bon équilibre. Problème comme toi je me lasse vite. Seule solution que j'ai trouvé, varié les plaisirs. Je voulais faire plein de trucs (muscu, j'ai un corps de merde), courir (j'ai un coeur de merde), mais si sur le coup je suis super satisfait je lâche très vite. Du coup j'ai arrête de faire un plan, je fais suivant mes envies, en temporisant (si j'en fait pas mal je souffle deux jours même si je voudrais continuer pour garder cette envie, mais j’évite de trop attendre pour la perdre). Je concilie pas mal de truc, je vis dans un beau coin, donc je peux aller marcher trois heures un après midi en semaine entre deux clients et m’émerveiller de la beauté du lieu, la fois d'après je vais faire un tour en vélo, celle d'après courir un peu.
Si ça se passe bien je vais m'inscrire dans un club de hand et/ou de boxe à la rentrée, j'ai aussi envie de faire un peu de muscu. Je fais ça sans objectif, enfin si, mais pas de performance (elle vient toute seule si l'envie est là). En gros je veux me sentir bien dans mon corps avant tout, évacuer les frustrations, les tensions (surtout) et les idées noire, faire le vide à travers l’effort, c'est marrant mais cet effort physique repose mon esprit en fait. Et surtout, ne jamais faire deux fois la même chose dans la semaine. Truc tout bête mais écouter un nouvel album / son à chaque fois que je sors courir m'aide beaucoup. Tu pourrais essayer d'aller nager dans une autre piscine de temps en temps si c'est possible par exemple.
dans mon cas j'essaie d'avoir un plaisirs nouveau à chaque sortie, les saisons qui change et donc la nature aussi rende le fait de courir dans le même coin plus agréable.
En voyant les choses de cette manière ça ne me donne pas l'impression de devoir assumer un autre truc mais juste de me faire plaisirs. On verra si ça marche dans quelques mois :)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Intéressant le 05.06.12, 11h19 par FK
Bonjour a tous !

J'ai également fais ce test, plusieurs fois, avec une semaine d'intervalle. Et bien rien a faire, je jongle entre INTP et ESTP avec une très grande dominance pour TP.. (80/40% respectif)

J'ai essayé de prendre du recul par rapport a ça et voilà ce que ça donne.

Pour ce qui est de I/E ( je suis a 10% de E)
Quand j'ai un problème personnel, j'ai extrêmement tendance à me refermer sur moi, et a ne pas le montrer. Ça me permet de faire une sorte de retour sur moi-même. Mais ensuite je deviens complètement l'inverse, c'est a dire qu'une fois que j'ai reellement envie de dépasser cela, j'essaie de voir le plus de monde possible, ça va donc de mes amis au médecin, en passant par des rencontres avec des inconnues. C'est a dire que j'ai aussi besoin de voir du monde sinon je ne vais clairement pas mieux.
J'adore aussi aller dans un bar au bord de la plage et prendre un café avec moi-même, alors que 90% de mes amis trouve ça chelou. Ça me permet de voir des têtes nouvelles, et je finis pour la plupart du temps a discuter avec la vieille du coin, ou le joggeur qui fait sa pause.
En soirée, j'adore aller voir de parfait inconnue fille/garçon juste pour discuter,échanger et rigoler.
Mais j'aime également, les réunions en petit commité pour voir que mon petit groupe de vrai amis et retourner à mes "valeurs" on va dire.

J'ai donc quand même décider de rester E par comparaison a mon groupe d'amis.

Pour ce qui est de N/S ( je suis a 10% de S )

Je ne sais pas trop a quoi me raccrocher.
Tout ce que je peux dire c'est que je me retrouve dans les deux..
Par exemple, ( je m'aide de la définition de chaqu'un), je n'aime pas la routine, en même temps j'adore certaine de mes petites habitudes et me poser dans un café comme je l'ai expliquer plus haut. Autre exemple, ce qui est flou et inhabituel, je m'y intéresse vachement pour y trouver un sens concret et une explication claire.
En gros j'arrive a trouver une nuance dans chaque domaine.

Du coup voilà, vous en pensez quoi ? Ce qui me fait le plus bizarre c'est qu'avec ces nuances, je jongle entre le profile le plus présent sur ce forum, et sur une petite minorité..

Quelqu'un peut t'il m'éclairer ?
J'ai beaucoup de mal à trouver une explication très précis des ESTP également. Ayant fais mes petites recherches avant quand même. :)

Merci beaucoup ! :)

( Je ne savais pas vraiment ou poster ce problème, si je me suis trompé faites m'en part. Merci. :) )

Édit: Je déplace quand même mon sujet qui après mûr réflexion n'est pas vraiment au bonne endroit. Désolé pour le dérangement.
"Une fois, j'ai fait l'amour pendant une heure cinq. C'était le jour du changement d'heure."
J'ai fait le test et je suis tomber sur INTP, certains points me ressemble mais d'autres pas du tout.
Surtout quand j'ai lu "n'est pas très bavard" au contraire quand je suis avec des amis je parle sans arrêt !
mais pour résumer la caricature de l'INTP c'est ça, non ? :

Image
Cliché.
Je suis INTP, regarde mon avatar. Ca ressemble à la photo que tu as postée ?
Oui mais c'est pour ça que j'ai bien dit que c'était une caricature.
FrenchKiss a écrit :Cliché.
Je suis INTP, regarde mon avatar. Ca ressemble à la photo que tu as postée ?
Justement j'aurai une question. J'ai presque jamais vu d'INTP ayant réussi sur le plan social et avec qui il soit agréable de parler. Généralement ils se casent avec une ENFJ/ENFP et roule ma poule.
Ca reste le type qui a le plus du mal à changer, et surtout le type de profil qui rencontre des difficulté à assumer son être sexué (si vous avez rencontré des femmes INTP, il est assez surprenant d'ailleurs de voir à quelle point elles ne sont pas féminine. Pour la plupart bien entendu).

Donc ma grande question à ceux qui ont réussi, puisque plus ou moins nous avons tous les mêmes difficultés, merde comment vous avez fait pour être un homme sexué ?

Aller sur le terrain ne me sert à rien, je rentre en mode intuitif directement (pour ceux qui se sont penché sur le MBTI, utilisation massive de Ne). Alors je suis drôle, je peux même être C&F mais rien de plus. Et pire que tout, je suis en mode pilotage automatique donc même les plus grandes théories du monde apprise par cœur n'ont plus de substance à l'instant T (puisque j'utilise pas mon Ti pour réfléchir, et si je le fais je parais comme le type bizare dans son monde).

En fait en Ne je m'oublie complètement, donc j'oublie même pourquoi je suis allé voir la meuf. Alors avec des amis c'est super, mais pour le coup, j'aimerais aussi être séduisant.

Bref ma question donc à ceux qui ont cassé ce carcan:
- Il y a t'il des activités qui ont cassé ce mode de fonctionnement ? Des activités qui vous font sentir homme ?
-Une méthode de séduction plus apte qu'une autre pour notre type ?
-J'en sais rien des conseils ou autre ?

Honnêtement, je suis complètement perdu. Je m'amuse il est vrai, mais pas de résultat ou alors des résultats dû à la loi du hasard (comme les filles entrepreneuses qui se sont décidées de me mettre la main dessus).

Bref seul succès : j'ai appris à socialiser à avoir des amis avec qui je sors très souvent.

PS: Je poste ici, car je sais que vous comprenez que les théories on les comprends vite, mais c'est bien la mise en pratique qui cloche. D'où ma demande de concret, concret, concret.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] 100% d'accord le 20.06.13, 19h50 par Urso
Je n'ai pas trop eu les mêmes problèmes que toi notamment sur le coté sexué qui a été finalement assez simple à assumer dès lors que j'ai commencé à avoir un certain succès relatif en séduction.

Par contre j'ai comme des blocages émotionnels. Je m'explique. Quand tu parles de pilotes automatiques, j'ai l'impression de vivre ça dans mon couple. En fait, je suis quelqu'un de très pragmatique, du coup, mon couple fonctionne parce que j'anticipe les problèmes et j'arrive à communiquer assez facilement. Par contre, j'ai du mal à être émotif, je gère mon couple comme je gèrerais comme une entreprise (à relativiser, cette toute ma vie que je gère comme ça). J'aimerais me libérer un peu plus, être plus expressif, mais ça ne vient pas.

Bref, j'ai toujours un certain recul sur ma vie, et sur mon couple, et des fois j'aimerais bien plus me sentir submergé. Par contre, cela ne m'empeche pas d'être acteur de ma vie.

ps: je suis très indépendant, alors la vie de couple ne m'apporte pas tant de confort qu'elle pourrait en apporter à quelqu'un qui est moins autonome.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Il y'a du vrai... le 23.06.13, 19h44 par pastelle
"Intéresses-toi à chaque personne que tu rencontres, car chacune d'elle est meilleure que toi dans un domaine donné"
C'est à la fois effrayant et rassurant d'imaginer être aussi prévisible. (blague vaseuse d'un INTP...) Je me retrouve énormément dans la description faite ici.
FrenchKiss a écrit :Les INTP vivent dans un monde de possibilités théoriques
Merde ... Direct au but.
Frenchkiss a écrit :Une des inquiétudes importantes des INTP peut être le sentiment obsédant d'échec imminent.
Je n'ai pas ça.
Frenchkiss a écrit :Leurs grandes facultés de compréhension causent quelquefois des frictions avec leurs collègues.
Carrément...
Frenchkiss a écrit :Ceux-ci peuvent en effet interpréter leur concentration profonde et leur besoin de solitude comme de la froideur voire du snobisme.
Aussi.
Frenchkiss a écrit :L’INTP a un excellent esprit critique et trouvera souvent les défauts dans la logique des autres. Ceux-ci peuvent donc le voir comme arrogant et peuvent réagir avec colère ou être sur la défensive.
Shuuutttt ! Faut pas le dire :wink:
Frenchkiss a écrit :Les INTP n'ont généralement pas un très grand cercle de relations significatives dans leurs vies. Ils auront sans doute plus quelques relations très proches, qu'ils tiendront dans la plus grande estime et à qui ils donneront la plus grande affection.
Juste.
Frenchkiss a écrit :L'amour, pour eux, a trois phases distinctes : tomber amoureux, rester amoureux et quitter la relation.
Damn ! :roll: .c'est totalement ça... Même si je quitte rarement, à essayer de "réparer". En vain en général...

J'adore le poème de Baudelaire. Très parlant.
Frenchkiss a écrit :La plus grande zone de conflit potentiel dans une relation intime avec un INTP est sa lenteur dans la compréhension et la satisfaction des besoins affectifs de leur partenaire
Inverse.
Vinsanity a écrit :Quand tu parles de pilotes automatiques, j'ai l'impression de vivre ça dans mon couple. En fait, je suis quelqu'un de très pragmatique, du coup, mon couple fonctionne parce que j'anticipe les problèmes et j'arrive à communiquer assez facilement.
Pareil. Et plus j'ai d'expérience, pire c'est. Parce qu'il peut m'arriver de voir les problèmes avant que l'autre ne s'en rende compte, ce qui la déstabilise.
Vinsanity a écrit :Par contre, j'ai du mal à être émotif, je gère mon couple comme je gèrerais comme une entreprise (à relativiser, cette toute ma vie que je gère comme ça). J'aimerais me libérer un peu plus, être plus expressif, mais ça ne vient pas.
Je n'irai pas jusqu'à dire que je gère mon couple comme une entreprise. Ceci dit, ce côté expressif, j'ai un peu l'impression que mes compagnes ne me l'ont pas autorisé passé un certain moment. Genre j'ai peu de besoins, alors quand j'en ai, c'est négligeable.
Vinsanity a écrit :Bref, j'ai toujours un certain recul sur ma vie, et sur mon couple, et des fois j'aimerais bien plus me sentir submergé
Submergé, perso, je ne sais pas. Compris, sans aucun doute.
Je suis moi aussi un INTP, en recherche de gens égalant ma personnalité et partageant le même rythme que moi. J'aimerais me présenter de manière courte : j'ai 15 ans, j'habite en Bretagne et je n'aime pas grand chose, si ce n'est la technologie, la programmation et autres sciences dans lesquelles je réussi. Je travaille actuellement dans un lycée général en tant que seconde, et je vise une filière S comme mes grands frères et grandes sœurs. Je cherche à parler intelligent à des gens en mesure de me comprendre dans ce monde où les autres voient la vie de manière trop simplifiée. Si quelqu'un souhaite me contacter, je le prierais de m'envoyer un mail à cette adresse : a.louvart@laposte.net

Cordialement, un INTP en recherche de gens à qui parler.
Répondre