Qu'attendez-vous des médias ?

Note : 0

le 09.06.2016 par Iskandar

11 réponses / Dernière par Deya le 26.07.2016, 21h44

Si vous voulez refaire le monde, c'est ici.
Règles du forum
Pas de politique sur FTS svp, ce n'est pas l'endroit. Pas non plus de sujets religieux ou à forte dimension idéologique / polémique (le féminisme et ses excès, la sexualité des - de 15 ans, le mariage pour tous; ...) et tout autre sujet chaud et glissant dont on sait qu'il attirera les trolls et partira forcément en sucette au bout de 2 pages. => on n'est pas là pour refaire le monde, ni pour s'embrouiller les uns les autres : laissons les saloperies à l'extérieur, et tâchons de préserver le havre de paix et de relative intelligence qu'est FTS. Voir la liste des sujets interdits pour plus d'infos et d'explications sur les raisons de ces interdits.
Répondre
Je suis actuellement en train de revoir complètement mon rapport à l'information. J'en suis arrivé à cette remise en cause en finissant par trouver une solution à un certain nombre de difficultés dont le détail casserait mon anonymat.


Dans mon cas...

Quand j'étais gamin, mon rapport à la télévision était plutôt dans le style couch potatoes.

Image

:? :D La bouffe en moins. Je porterai une attention toute particulière à ce que ça n'arrive pas à mes gamins. Mais dans mon cas, ça a été cool et formateur. Pourquoi ? Parce que je suis un français né à la fin des années 80. Donc « quand j'étais gamin » = avant le début des années 2000. Les chaînes de télévision n'avaient pas encore été introduites en bourse, et leurs missions n'avait pas encore changé.
Si vous voulez approfondir => La guerre des télé

Bon, mais il y a quand même une habitude de couch potatoes que j'ai concernant l'ensemble de mes sources d'information. C'est... la passivité. C'est-à-dire que je consomme de l'information, comme on consomme un bien quelconque... Enfin, je consommais. En gros, je me baladais dans les linéaires de l'information et prenais ce qui me plaisait. Au lieu de faire une « liste de courses ». En mettant fin à cette passivité, ma qualité d'information s'est grandement améliorée, ce qui a des conséquences non négligeables.

Mais ça me rend de plus en plus méprisant envers les journaux. Et se tenir régulièrement au courant de l'actualité, comme on le conseille souvent, me paraît de plus en plus comme une perte de temps. Alors, je le fais, mais plus précisément plus comme une distraction. Concrètement, avant, je regardais la télé. Maintenant, je lis le journal. Ou je regarde des dessins animés.

Je pense ne pas me tromper en disant que les points que je développe au dernier paragraphe ne sont pas très partagés. D'où que je me posais la question. De votre côté, qu'attendez-vous des médias ? Êtes-vous, vous aussi, dans une logique de consommation ? En êtes-vous satisfaits ? Trouvez-vous un intérêt à suivre l'actualité ?

Comprenez un truc sur ce sujet. Quand je dis que je méprise la lecture des journaux, ou le fait de se tenir au courant de l'actualité. En fait, c'est plus les réflexes qui nous sont appris, inculqués, et valorisés durant nos formations que je remets en cause. Donc entre les lignes, je remets en partie en cause le pouvoir prescriptif des médias et les attitudes qu'on nous apprends qui renforcent ce pouvoir. Pour autant, je ne condamne pas les journaux ou autres. Par exemple, restez passivement devant une source d'information n'est pas nécessairement à bannir. Perso, je le fais encore et c'est un excellent moyen de découvrir des trucs nouveaux. Mais pas d'être informé selon moi.

Dernier point, sur le « être informé », par rapport à l'esprit critique. D'autant que c'est une problématique dont l'importance croît de manière exponentielle ces derniers années (une prof a même éditée un manuel « d'auto-défense intellectuelle »), et dont je pense qu'elle n'a pas encore fini de croître. Une erreur de raisonnement selon moi, est de croire qu'on peut juger de la pertinence d'une source d'info... en la lisant et en faisant preuve d'esprit critique. J'y crois pas une minute. C'est non seulement rester dans une logique de consommation, mais en plus gravement sur-estimer et mal comprendre le fonctionnement de l'esprit critique. La base (et la base seulement), c'est simplement de faire preuve d'esprit critique... sur les sources d'information ! Par exemple, en faisant des recherches dessus.

Mais je souhaiterais avoir des retours sur les idées que je viens d'évoquer.
Iskandar a écrit :La base (et la base seulement), c'est simplement de faire preuve d'esprit critique... sur les sources d'information ! Par exemple, en faisant des recherches dessus.
Tout à fait, dans la mesure où :
  • la plupart des chaînes de télévisions et journaux papiers sont liées à des intérêts privés (grands groupes financiers : Bolloré, Dassault, Drahi...)
  • la notion même de journalisme a quasiment disparu : les infos sont diffusées sans aucun recul, ou pire, filtrées en amont (coucou BFMtv)
Pour ma part, je n'ai plus la télévision depuis une dizaine d'années, je me suis plus tourné vers Internet, sur lequel on retrouve les médias traditionnels mais aussi les avis divergents : ASI qui fait un très bon boulot et pas mal de journalistes papiers de qualité écrivent désormais sur Medium ou des publications crowdfundées.
Jalapeno a écrit :la plupart des chaînes de télévisions et journaux papiers sont liées à des intérêts privés (grands groupes financiers : Bolloré, Dassault, Drahi...)
Mais est-ce si gênant ? A une époque, la télé était sous la coupe de l'ORTF. Bien évidemment, il faut combattre les dérives. Genre Bolloré qui censure Cash Investigation... Mais ne peut-on pas faire confiance (ça ne veut certainement pas dire aveuglément, ni totalement) aux journalistes, au système médiatique pour juguler et combattre ces dérives. Est-ce parce que Niels est actionnaire du Monde que ça disqualifie automatiquement ce journal ?

Alors oui, il y a après des problèmes de conflits d'intérêt où il vaut mieux faire attention. Mais je me disais que faire l'effort de recherche sur les médias qu'on consulte permet justement d'être au courant de ce types de conflits et de risques (comme j'ai dit, je fais une confiance relative "aux journalistes, au système médiatique pour juguler et combattre ces dérives") et de les anticiper. Et d'adapter le niveau de confiance et d'agir en conséquence.

Ce qui ne m'empêche pas après de disqualifier certains médias ou support d'office. Par exemple, tout ce qui porte la marque Bolloré, vu comment il a censuré les Guignols et Cash Investigation. Vu les pratiques de Maxime Saada. Etc...
la notion même de journalisme a quasiment disparu : les infos sont diffusées sans aucun recul, ou pire, filtrées en amont (coucou BFMtv)
Et au fond, c'est aussi un truc qui a toujours suscité ma curiosité. Comment ce genre de télévision peut fonctionner ? Qu'attendent les gens ?

Personnellement, et c'est aussi en partie ce qui a motivé ce sujet. J'ai fini par me rendre compte que les modalités de l'information d'aujourd'hui ne me permettent que faiblement de remplir mon désir d'information. Ça me force à être beaucoup plus actif, ce qui n'est peut-être pas plus mal.

Mais je faisais ces derniers temps le constat que mes attentes ne doivent pas être si courantes, sans que je puisse l'expliquer. Est-ce que j'attends trop de chose des médias ? D'où que je me pose des questions.

Concrètement, je sais que je ne suis pas la cible marketing de Bfm. Mais je serais curieux de connaître les caractéristiques de cette cible par exemple.
Iskandar a écrit :Comment ce genre de télévision peut fonctionner ? Qu'attendent les gens ?
Je pense qu'on peut retourner la question : "qu'est ce que les médias attendent de nous ?"

A la base un journaliste est censé suivre une certain code de déontologie dont la première règle est :
Le droit du public à une information de qualité, complète, libre, indépendante et pluraliste, rappelé dans la Déclaration des droits de l’homme et la Constitution française, guide le journaliste dans l’exercice de sa mission. Cette responsabilité vis-à-vis du citoyen prime sur toute autre.
Source : http://www.snj.fr/content/charte-d%E2%8 ... urnalistes (ça vaut vraiment la peine d'être lu)

Dans le cadre des médias qui appartiennent à de grands groupes, cette responsabilité entre souvent en conflit avec la responsabilité vis à vis des actionnaires (l'information de qualité n'est pas forcément la plus rentable et surtout, elle demande du temps pour être produite). Donc en gros, une chaîne comme BFM va donner de l'info "attractive et facile à digérer" (une bonne prise d'otage, de la polémique à deux balles...) et petit à petit entraîner le spectateur dans cette dynamique de couch-potato passif dont tu parlais plus haut.

Sans compter une éventuelle censure quand il s'agit de publier des informations qui vont à l'encontre des intérêts de ces grands groupes (qui sont aussi très présents dans l'actualité politique et économique). J'imagine qu'un journaliste qui travaille pour ces médias ne prendra pas le risque d'aller quotidiennement à l'encontre de la ligne éditoriale du journal. S'il veut vraiment exercer son devoir journalistique, il ira sans doute travailler ailleurs.

Ça ne disqualifie pas d'office ces médias mais être au courant de cette tendance permet effectivement de prendre du recul et d'éventuellement aller chercher de l'information de qualité. De la même façon, "média indépendant" n'est pas forcément synonyme de qualité : on y trouve aussi un certain amateurisme et souvent des engagements politiques qui peuvent biaiser les informations.
Pour ma part, j'aime bien avoir accès à ces différentes sources, les vérifier et les recouper, sachant que l'objectivité journalistique reste toute relative. Il y aussi un juste milieu avec des journaux à plus petit tirage (le Monde Diplomatique par ex) et les plateformes crowdfundées (ASI dont je parlais plus haut) qui ont une pression financière moins grande et donc une plus grande liberté éditoriale.
Parmi les idées possibles, tu peux lire des journaux d'ailleurs, ça aide bien à diluer les biais politiques. L'idée n'est pas de trouver des médias sans influence, car ça n'existe pas, mais de suivre plusieurs médias d'influences distinctes, si possible opposées. Voilà ceux que je suis régulièrement :

http://www.independent.co.uk (anglais)
https://www.washingtonpost.com (américain)
http://www.nytimes.com (américain)
http://lorientlejour.com (libanais)
https://fr.sputniknews.com/international/ (russe) [!] attention très biaisé pro-russe, mais intéressant justement en contrepoint aux autres.

Si tu parles allemand (hélas ce n'est pas mon cas), il y a aussi http://www.faz.net/

D'ailleurs, s'il y a des suggestions sur cette liste, je suis preneur, elle ne demande qu'à s'améliorer.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] +1 le 12.06.16, 10h58 par Jsh
Niveau observation critiques des médias :
http://www.acrimed.org/

Information et dossiers de grande qualité. Les dossiers sont généralement augmentés d'articles d'archives du journal, ce qui est très plaisant. C'est un journal clairement orienté à gauche (la vraie) mais les articles sont pleins pleins de sources et très argumentés. Pour moi c'est un incontournable :
http://www.monde-diplomatique.fr/

Niveau international (même si j'ai pas forcément assez de recul sur l'actualité des pays en question et pas le niveau en langue pour pouvoir vraiment décrypter les biais et les choses douteuses) :
http://www.theguardian.com/international
http://www.eldiario.es/
Jalapeno a écrit :(…) et petit à petit entraîner le spectateur dans cette dynamique de couch-potato passif dont tu parlais plus haut
Mais tu penses qu'en général, les gens ne sont pas de base dans cette dynamique ? Que ce sont les modèles du type BFM qui l'induisent ? J'y crois pas trop. Pour moi, cette dynamique pré-existait. Le truc, c'est que j'ai du mal à comprendre le statut quo. Comme j'ai dit, perso, j'étais pas satisfait. Et il m'a fallu un moment pour comprendre d'où venait le problème et y remédier. Mais apparemment, ce problème de satisfaction n'est pas courant.
(…) et souvent des engagements politiques qui peuvent biaiser les informations.
+1
Pour ma part, j'aime bien avoir accès à ces différentes sources, les vérifier et les recouper, sachant que l'objectivité journalistique reste toute relative.
J'aimerais savoir, ça a marché pour toi ? Moi, j'avoue, je ne l'ai fait que très peu. Mais les très rares fois que j'ai fait ça, j'ai eu l'impression de perdre mon temps. Je voulais poser la même question à @Ailether.

Je connais qu'une seule personne pour qui c'est vraiment porteur de plus-value. Mais cette personne fait ça sur des thèmes particuliers, et pour son boulot.

Et aussi savoir : vous vous informez pour quelles raisons ? Parce que je ne crois pas que ce soit juste pour avoir en tête les grands thèmes/actus du moment. Sinon, la méthode Tim Ferris serait suffisante ( jeter un coup d'oeil rapide (mais vraiment quelques secondes) aux unes des principaux quotidiens).
Ailether a écrit :Voilà ceux que je suis régulièrement :

http://www.independent.co.uk (anglais)
https://www.washingtonpost.com (américain)
http://www.nytimes.com (américain)
http://lorientlejour.com (libanais)
https://fr.sputniknews.com/international/ (russe) [!] attention très biaisé pro-russe, mais intéressant justement en contrepoint aux autres.

Si tu parles allemand (hélas ce n'est pas mon cas), il y a aussi http://www.faz.net/
En fait, quand j'écrivais :
Iskandar a écrit :Dernier point, sur le « être informé », par rapport à l'esprit critique. D'autant que c'est une problématique dont l'importance croît de manière exponentielle ces derniers années (une prof a même éditée un manuel « d'auto-défense intellectuelle »), et dont je pense qu'elle n'a pas encore fini de croître. Une erreur de raisonnement selon moi, est de croire qu'on peut juger de la pertinence d'une source d'info... en la lisant et en faisant preuve d'esprit critique. J'y crois pas une minute. C'est non seulement rester dans une logique de consommation, mais en plus gravement sur-estimer et mal comprendre le fonctionnement de l'esprit critique. La base (et la base seulement), c'est simplement de faire preuve d'esprit critique... sur les sources d'information ! Par exemple, en faisant des recherches dessus.
Je pensais à Sputnik News.

Toute l'interview ci-dessous est intéressante, surtout le dernier tiers, mais aussi pour ce sujet tout particulièrement de 2:45 jusqu'à 6 :55 – 07:15 :

[youtube][/youtube]

H.S. : je viens de voir passer un truc sur mon fil d'infos. J'avais écrit :
Ce qui ne m'empêche pas après de disqualifier certains médias ou support d'office. Par exemple, tout ce qui porte la marque Bolloré, vu comment il a censuré les Guignols et Cash Investigation. Vu les pratiques de Maxime Saada. Etc...
Apparemment, je vais devoir être plus prudent... : http://www.telerama.fr/medias/complemen ... .php#xtor= :?
Iskandar a écrit :Mais tu penses qu'en général, les gens ne sont pas de base dans cette dynamique ? Que ce sont les modèles du type BFM qui l'induisent ? J'y crois pas trop. Pour moi, cette dynamique pré-existait. Le truc, c'est que j'ai du mal à comprendre le statut quo. Comme j'ai dit, perso, j'étais pas satisfait. Et il m'a fallu un moment pour comprendre d'où venait le problème et y remédier. Mais apparemment, ce problème de satisfaction n'est pas courant.
Je pense qu'on a tous des "bas instincts" (un attrait primaire pour la violence, le sexe, la passivité...) et je pense que certains médias - comme BFM - choisissent sciemment de les flatter. C'est une forme de nivellement par le bas. Après, chacun à le choix, comme tu l'as fait de casser cette dynamique et d'aller voir ailleurs. Et ce n'est manifestement pas très courant, vu le nombre de conneries qui sont véhiculées aussi bien par les journalistes que par leur lecteurs / spectateurs... Encore hier : http://www.minutenews.fr/divertissement ... 76351.html
Iskandar a écrit :Et aussi savoir : vous vous informez pour quelles raisons ?
Pour deux raisons :
  • parce que, à moins de vivre dans le désert et de ne parler à personne, on est bombardé d'information en permanence, ça façonne notre état d'esprit, nos croyances... je préfère avoir un certain contrôle là-dessus, même si c'est peut-être illusoire
  • c'est aussi une façon d'apprendre des choses, notamment au niveau socio-culturel pour ma part
Ceci dit, c'est parfois usant, voire déprimant... J'essaye de faire des pauses de temps en temps, notamment en vacances où je me déconnecte totalement.
Jalapeno a écrit :c'est aussi une façon d'apprendre des choses, notamment au niveau socio-culturel pour ma part
3 raisons pour lesquelles je m'informe:

- une curiosité intellectuelle extrêmement forte
- le plaisir d'apprendre et de comprendre
- le rôle de la connaissance (pouvoir, autonomie, etc...)

Le truc, c'est qu'en terme d'apprentissage, l'attitude active est certes plus usante, mais extrêmement plus productive que l'attitude passive (surtout si tu as une forte curiosité intellectuelle :? ).

Le problème, c'est que c'est aussi ça qui est à l'origine de mon mépris. Parce que apprentissages et media, de mon côté, je suis peu convaincu. Plus précisément, en termes d'efficacité... Pour reprendre ma métaphore du linéaire, c'est une peu comme essayer de faire une recette en se baladant dans un linéaire. Tu vas très éventuellement réussir une recette, mais c'est très aléatoire quoi, et en fait... incohérent ! Je veux dire, si tu veux faire une recette, tu fais une liste et tu vas prendre tes articles. Tu ne te contentes pas de te balader dans les rayons.

Alors après, je ne souhaite pas approfondir tout ce que je lis. Et il y a des lectures qui me satisfont réellement telles quelles, en ayant une attitude passive (je rappelle, j'ai aussi l'aspect plaisir, qui compte pour pas mal).

Mais je serais curieux que tu développes cet aspect.
+1 pour les journaux étrangers.
Ailether,
Je lis courrier international pour ma part et pas mal d'articles sont disponibles sur le site web. C'est un patchwork d'article de la presse étrangère traduits en français. C'est cool parce que ça permet de suivre l'actualité "mondiale" mais également parce qu'ils publient souvent des articles sur l'actualité française vue par d'autre pays.
Ah, pour ceux que ça intéresse, je suis tombé là dessus : "Presse française : qui possède quoi"
Iskandar a écrit : 3 raisons pour lesquelles je m'informe:

- une curiosité intellectuelle extrêmement forte
- le plaisir d'apprendre et de comprendre
- le rôle de la connaissance (pouvoir, autonomie, etc...)

Le truc, c'est qu'en terme d'apprentissage, l'attitude active est certes plus usante, mais extrêmement plus productive que l'attitude passive (surtout si tu as une forte curiosité intellectuelle :? ).

Le problème, c'est que c'est aussi ça qui est à l'origine de mon mépris. Parce que apprentissages et media, de mon côté, je suis peu convaincu. Plus précisément, en termes d'efficacité... Pour reprendre ma métaphore du linéaire, c'est une peu comme essayer de faire une recette en se baladant dans un linéaire. Tu vas très éventuellement réussir une recette, mais c'est très aléatoire quoi, et en fait... incohérent ! Je veux dire, si tu veux faire une recette, tu fais une liste et tu vas prendre tes articles. Tu ne te contentes pas de te balader dans les rayons.

Alors après, je ne souhaite pas approfondir tout ce que je lis. Et il y a des lectures qui me satisfont réellement telles quelles, en ayant une attitude passive (je rappelle, j'ai aussi l'aspect plaisir, qui compte pour pas mal).

Mais je serais curieux que tu développes cet aspect.
Je ne comprends pas ce que tu reproches à l'information que tu appelles "passive". Si tu parles de BFM et cie, tout le monde sera d'accord pour dire que ce n'est pas vraiment de l'info, surtout quand il y a un fait divers et qu'ils sont branchés constamment dessus.

Pour ma part ma page d'accueil internet est un ensemble de flux rss de plusieurs médias, ce qui me donne donc dès que j'ouvre internet toutes les dernières actualités. Je fonctionne comme ça depuis quelques années et c'est très pratique je trouve car j'ai accès tout de suite à l'actualité et à la culture (puisque certains articles ne sont pas forcément en lien avec les actualités, et d'ailleurs finalement connaître l'actualité est une forme de culture).

Du coup je lis les articles et il m'arrive souvent de faire des recherches internet sur telle ou telle chose que je lis dans un article et que je ne connais pas ou veux approfondir, recherche que je n'aurais sans doute pas faite si je n'avais pas lu l'article !
Donc si j'ai bien compris ce que tu veux dire, je dirais que l'information passive "nourrit" mon information active puisque c'est elle qui me donne des pistes à explorer.

Par contre, je ne vois pas l'intérêt de lire des médias qui travestissent la vérité, racontent n'importe quoi ou essayent de créer des polémiques à 2 balles, par exemple je ne vais pas aller lire Minute juste pour pouvoir me dire que j'ai été lire "un média d'un autre courant".
Répondre