Relation symétrique ou asymétrique et jeux de pouvoir

Note : 1

le 07.09.2014 par Acr0bate

0 réponses / Dernière par Acr0bate le 07.09.2014, 16h31

Si vous voulez refaire le monde, c'est ici.
Règles du forum
Pas de politique sur FTS svp, ce n'est pas l'endroit. Pas non plus de sujets religieux ou à forte dimension idéologique / polémique (le féminisme et ses excès, la sexualité des - de 15 ans, le mariage pour tous; ...) et tout autre sujet chaud et glissant dont on sait qu'il attirera les trolls et partira forcément en sucette au bout de 2 pages. => on n'est pas là pour refaire le monde, ni pour s'embrouiller les uns les autres : laissons les saloperies à l'extérieur, et tâchons de préserver le havre de paix et de relative intelligence qu'est FTS. Voir la liste des sujets interdits pour plus d'infos et d'explications sur les raisons de ces interdits.
Répondre
Je vais décrire ici la notion de symétrie dans une relation. Le but est de montrer les différentes positions que l’on peut prendre au cours d'une relation et l’impact que cela peut avoir sur celle-ci. Il est possible de décliner ces positions dans tous les types de relations : amoureuses, familiales, amicales, professionnelles.

Qu’est-ce qu’une relation ?
Une relation, c’est un lien. Dans le cas le plus simple, il y a deux intervenants ET le lien entre les deux.

Dans cette vidéo, Jacques Salomé décrit ce lien, qu’il rapporte à une relation amoureuse. Résumé simplement dans le meilleur des cas, une relation, c’est 1+1=3. (à partir de 3:12)
[youtube][/youtube]

Se positionner dans la relation.

Les intervenants vont être amenés à se positionner face à l’autre durant l’évolution de cette relation.

Il existe des préalables nécessaires à ce positionnement quant à ce qu’une relation reste saine :
  • Le respect, comme l’a décrit Popovski dans son article.
    Le respect est donc le fait de ne pas nuire à une personne ou à une règle. Cette règle dont le sens est a priori facile à comprendre se décline pour moi en trois volets répartis en deux catégories de la personne : autrui (je respecte) et moi, que ce soit réflexif (je me respecte) ou ou interactif (je me fais respecter).
  • L’échange
    Les échangeurs ont tendance à conserver un certain équilibre dans la relation amoureuse.
  • l’estime de soi, très bien décrite par Iskandar dans ce post.
    Se sentir supérieur aux autres relève déjà d'un problème. On peut être très conscient de ses capacités plus importantes que les autres. Mais là où la différence va se faire avec des LSE, c'est que la personne dans ce cas va prendre plus ou moins mal de se faire dépasser dans un domaine qu'elle considère d'importance moyenne. Et donc utilisera au pire de manière modérée les mécanismes précédents, et peut même arriver à laisser tomber parce qu'elle est passé à autre chose.
    (…)
    Et la "supériorité" n'est qu'une façade, une stratégie pour masquer son inconfort, son trouble dans son rapport à "l'inférieur". La position standard, elle est neutre, même quand tu as des capacités supérieures. Quelqu'un qui perd ou pense perdre face à quelqu'un sa "supériorité", pas étonnant qu'il sombre dans les mécanismes LSE.
Il y a d’autres préalables. A vous de dire ceux qui vous viennent en tête, j’éditerai en fonction :)

L’interaction dans la relation

Basé sur ce document

L’interaction pourra donner lieu à une relation symétrique :
Dans une relation symétrique, chacun peut échanger sur le contenu des informations de l’interaction, chacun peut donner son opinion. Cela peut aboutir à une relation très créative avec un échange constant d’informations et la co-construction d’une relation et d’une réalisation intéressante.

L’interaction pourra aussi donner lieu à une relation complémentaire.
Une relation complémentaire peut être harmonieuse si chacun accepte sa position et confirme la position de l’autre : un exemple extrême serait celui du chirurgien avec son patient endormi ou encore de la mère avec son bébé. Dans ce dernier cas il peut parfois être difficile de passer plus tard en relation symétrique !

Les différents types de configuration interactionnelle

Toujours tiré du document placé en lien ci-dessus :
  • La symétrie stable (ndr : égalité entre intervenants): A et B sont en relation symétrique (sans niveau) stable, si A et B acceptent et définissent tous les deux leur relation comme symétrique
  • La complémentarité stable (ndr : domination acceptée) : A définit sa position comme haute et B accepte cette position tout en définissant la sienne comme basse, ce que A accepte à son tours.
  • La compétition symétrique pour la position haute (ndr : émulation négative ) : A et B sont en concurrence pour la position haute si A définit sa position comme haute et se voit redéfinit en position basse par B qui se place en position haute.
  • La compétition symétrique pour la position basse (ndr : dévalorisation mutuelle ) : A définit sa position comme basse mais B la redéfinit comme haute tout en se plaçant en position basse. Il y a alors concurrence pour la position basse. On trouve cet exemple lors de jeux de politesse en cascade : après vous ! Je vous en prie, après vous ! Je n’en ferais rien…
  • La compétition asymétrique pour la position haute et la symétrie (ndr : jeu de pouvoir pour dominer) : A définit sa position comme haute (relation complémentaire) mais se voit redéfinit comme symétrique par B, lequel se place en symétrie, donc sans niveau alors que A le redéfinit en position basse. Nous sommes là en présence d’un jeu de pouvoir dans laquelle A cherche la relation complémentaire avec position haute et B la relation symétrique. Il y a donc à la fois concurrence sur la position haute et désaccord sur le type de relation.
  • La compétition asymétrique pour la position basse et la symétrie (ndr : jeu de pouvoir pour contrer l’idéalisation faite de l’autre ) : A définit sa position comme basse et la voit redéfinit comme symétrique par B, lequel définit sa propre position comme symétrique et se voit redéfinit par A dans la position haute. Il s’agit ici d’un autre jeu de pouvoir dans lequel A cherche la position complémentaire en position basse alors que B cherche une relation symétrique.
  • La fluidité et la combinaison des six positions interactionnelles ci-dessus(ndr : l’intelligence adaptative) : Dans cette configuration, A et B alternent les positions et les relations de manière fluide.
En conclusion, la relation la plus saine me semble être celle où les deux intervenants se situent en même temps au même niveau, hormis la position basse. C’est dans les faits bien évidemment impossible à tenir sur du long terme. D’où l’adaptation obligatoire via l’identification de la position de chacun dans l’interaction au moment donné. Cela permet de contrer les jeux de pouvoir, nuisibles à la relation.

Quel est pour vous la configuration qui vous parait la mieux ? Quels sont les autres points qui vous paraissent importants ?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 08.09.14, 19h07 par Blusher
Répondre