Seduction et géographie

Note : 24

le 15.01.2018 par Thedaze

12 réponses / Dernière par sebz9999 le 15.01.2018, 21h00

Pour celles et ceux qui veulent discuter et demander des conseils rencontres et séduction; comment faire avec cette fille ou ce mec; et plus généralement, comment pécho / trouver l'amour à l'ère du swipe left, notamment quand on est ni mannequin, ni un ninja de la drague.
Répondre
Debut d'une série de post pour delimiter un peu plus les contours de ce qui marche ou non.

Séduction et géographie.

Au vu de mes expériences personnelles, de ce que je peux lire surle forum ainsi que des conversations à ce sujet, je pense qu'on pourrait en parler.

Depuis mes 18 ans (j'en ai 32) je n'ai cessé de bouger de villes ou de pays. Ce qui me saute aux yeux: la différence en terme d'opportunités en fonction de la taille de la ville où j'habite et les différences de styles, look, lifestyle selon les régions habitées.

Exemple: A sydney (8 million d'habitants) je n'ai jamais chopé autant et rapidement. Le delire surf n beer me convenais tres bien.
Rouen 110 000 âmes, catastrophique, des touches navrantes, les gens très froids, le climat déprimant.
Fribourg suisse, 38000 habitants. Grosse galère aussi même si je me suis quand même amusé.

Je precise que j'ai toujours bougé pour le boulot donc pas d'histoires de fac ou d'écoles.

Alors je sais pas si il y a un lien entre la taille de la ville ou l'ambiance ou les deux.
D'un point de vue strictement mathématique-probabilité je dirais que oui, plus c'est grand plus c'est facile. Mais c'est pas très clair pourle reste.

Chez vous comment ca se passe?
Des différences selon vos milieux d'habitation?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 15.01.18, 13h58 par Jalapeno
  • [+1] Bonne idée ! le 15.01.18, 14h43 par mistermint
  • [+1] Absolument le 15.01.18, 14h53 par okashi
  • [+1] Yesssss! le 15.01.18, 15h07 par BirdonTheWire
  • [+3] Bonne idée ! le 15.01.18, 16h14 par The_PoP
  • [+1] Bonne idée ! le 15.01.18, 18h28 par Moumane
Je fais la même analyse que toi entre une ville de taille modeste (50 000 habitants) et Paris. Paris offre beaucoup beaucoup plus d'opportunité, que ce soit IRL ou online.

J'ajouterais qu'il faut aussi prendre en compte si la ville est étudiante ou non. Si elle ne l'est pas, le ratio de fille abordable et disponible va chuter drastiquement.
Bah franchement ça c'est un truc hyper pertinent comme sujet.

parce que la géographie et la logistique ça aide quand même beaucoup à serrer.


D'abord, question de probabilité, à priori tout le monde a plus de chances de chopper là où il y a plein d'autres gens.
Donc les déserts c'est pas top/cool.

Ensuite il y a quelques réalités qui permettent de nuancer. Perso je distingue les régions où il y a une forte population de passage (étudiants, jeunes travailleurs, jeunes retraités, etc, etc = solde migratoire largement positif avec pourtant des départs) et les régions où tout le monde est du coin. Exemple : j'ai vécu à Montélimar et à Gap. Ben le dynamisme de ces deux villes et la population n'est pas du tout la même. Du coup la facilité à s'intégrer n'est pas non plus la même suivant vos activités, votre profil ou votre énergie....

Rajoutez à cela les saisons qui peuvent pas mal jouer. Typiquement chopper à Lyon en Hiver c'est sympa, au mois d'aout bah... A modérer/modifier évidemment suivant vos âges/cibles.
Alors qu'à Montpellier bah, ça se joue à toute saison, le sport, les spots et les cibles variant. A gap par exemple, le phénomène saisonnier était hyper important et rigolo.



Rien de très compliqué ni novateur dans ce que je viens de dire j'imagine.

Là où cela devient plus intéressant c'est quand on fait le lien entre le lieu, vos cibles et qui vous êtes. Je vais prendre mon exemple perso pour imager. Désolé pour ceux qui s'en branlent.

La première période où j'ai vécu à côté d'Aix en Provence bah, j'étais en couple mais j'avais aucune opportunités à côté. Gros taf, gros horaires, ouverture d'esprit et disponibilité =0. Je me suis séparé. J'ai voulu recommencer à draguer. Ma logistique était foireuse, j'avais jamais mis l'envie de m'intégrer donc je partais avec un super handicap, j'étais pas bon, et rajoutons à cela que je n'avais pas forcément le profil pour plaire aux grandes masses. Bref là où Smooth faisait un carnage moi je rentrais brocouille...
Bon là j'vous vois venir vous allez me dire que bon, Smooth est un demi dieu, et moi je suis une pipe. Ouais vous avez pas tort y a de ça. Mais pas que.

Puis pour le boulot j'ai du monter bosser à Gap. Sans nana. Ville particulière de montagne. J'avais une bonne vibe, je kiffe le ski, j'avais envie. La première semaine j'ai choppé une américaine, on a kiffé jusqu'à qu'elle reparte, puis j'ai grenouillé un peu à droite, à gauche et fini par me mettre avec une nana qui tenait un hôtel en Station. Bref je me suis régalé à Gap alros qu'à priori je devais rentrer brocouille.
Pourquoi ? Bah le fond du bonhomme était le même, mais la vibe n'avait rien à voir. De même, évidemment qu'il sera plus facile de séduire sur Aix/marseille mais : Gap était aussi un bon terrain de jeu pour moi pour quelques temps : j'étais jeune cadre, très bon skieur, kiffant la montagne, pas plus alcoolique que ça, enfin en bonne forme physique, je vivais directement en centre ville, et j'y avais déjà un peu de réseau social. Et dans une ville bien enclavée, on remarque vite quand la chair fraiche arrive.

Puis je suis revenu à Aix et ça a pas trop mal marché pour moi, mais c'était pas ouf'. L'idée que je me suis faite de la ville et de cette région n'était pas compatible avec ce que j'aime/suis/veux. Bref. J'ai séduis un peu mais rien de fou. Un mal de fou quoi que j'en dise/fasse à m'intégrer face au mur des gens du coin.


Emménagement à Montpellier avec nouveau projet professionnel. Rien à voir, beaucoup de gens comme moi parachutés ici ou qui choisissent de venir ici, du coup peu de gens déjà complètement installés. Un rapport étudiants/habitants de fou. Et socialement j'ai tout fait pour m'intégrer vite. C'est à dire ? De l'associatif et pas ddu genre à venir, papoter et me barrer. Tu aides, proposes, participes, construis et organises.
Et là, là ça a été n'imp' pour moi.




La morale de cette pauvre histoire ? Les lieux jouent, bien évidemment. De même que la perception que vous en avez. Et surtout, surtout l'adéquation entre vos envies, vos moyens, ce que vous êtes et les propriétés du lieux sont primordial. Fallait pas que je cherche à chopper Nabila à gap par exemple ;)

J'ai des potes qui ont du sauter à peu près toutes les nanas qui leur plaisait dans les 30 km autour de leur patelin, et y en avaient quelques unes. C'était leur fief, leur terrain de jeux. De même que j'ai des potes qui choppent surtout à Panam. Et puis il y a les seigneurs tous terrains parce qu'ils savent s'adapter.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] ??? le 15.01.18, 16h38 par Thedaze
  • [+2] Yep ! :) le 15.01.18, 17h04 par Jalapeno
  • [+1] le 15.01.18, 17h20 par BirdonTheWire
  • [+2] Intéressant le 15.01.18, 18h32 par Moumane
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !
Haha Man.
Le vrai Dieu d'Aix c'était Holden.

N'ayant vécu que dans des grandes villes, je ne pourrais pas vraiment parler de ce sujet, à part que :
>effectivement la saisonnalité joue à mort. Porto Vecchio et consorts (Corse), en été c'est juste la fête tous les jours, et je suppose que l'hiver c'est mort sauf la ville elle même, là ou en été les plages/boites sont remplies.
>la logistique joue beaucoup dans le facteur transformation (partant du principe que vous vous plaisez). Ca aide au coup de tête en fait.
Ramenez une fille chez soi quand c'est à 2 min (oups? je t'avais pas dit?) pour boire un jus bio est une chose. Le faire quand il faut prendre une voiture 20 min pour venir c'est autre chose.
>classe sociale/habitus social/mode de fonctionnement privilégié. Exemple d'Aix tiens.
Aix c'est une ville qui pue le vice, mais le meilleur moyen d'en tirer parti -pourvu que vous soyez attirants- c'est d'apprécier les soirées à drogues, avec des fils/filles à papa, aller au Mistral, être invité dans des grosses villas pour les soirées à la con ect..
C'est pas forcément la même chose qu'à Marseille disons.
Aussi, autre spécificité du Sud, c'est l'importance des rencontres par cercles d'amis et co-optation. Genre tes cousins que te présente la nièce de machinette parce qu'ils pensent que vous vous plairez. Je suis resté 2 ans dans le Sud et j'ai jamais vu un truc pareil à Paris.
Donc The Pop a parfaitement raison.

>Paris ça dépends de quelle zone tu es, mais au fond, la base ce sont les soirées appartements. Les soirées a Paris se veulent (très superficiellement) plus """"intello"""". Et par exemple avoir un corps de traitre est moins chiant à Paris intra-muros que dans le Sud -je parle bien le plus souvent, c'est une généralisation, et ça dépends beaucoup du milieu aussi, mais dans l'absolu je dirais quand même que c'est le cas-.
Les boites à Paris, t'en a aussi beaucoup plus (là ou à Marseille tu dois en avoir 3 ou 4, à Paris tu en as proportionellement bien plus ) mais c'est plus cher, moins dansant, et j'ai l'impression, bien plus "stratifié" par boite.
Il y a vraiment des "tiers" de boite de nuit dans les grandes villes, en particulier à Paris.
A Tokyo (sauf boites interdites aux Gaijins), tu peux rentrer dans n'importe qu'elle grande boite hupée par exemple, alors qu'a Paris les physios doivent vraiment se batailler sur qui sera le plus chiant de l'univers (je suppose qu'à Londres et NY c'est la même).
Il y a vraiment des boites ou tu ne peux pas rentrer en tant que mec si t'es seul, sauf si t'es connu, alors que si tu es accompagné de deux filles dont Amélia en robe noire moulante et talons, tu rentres gratos.
A Marseille/Aix, j'ai jamais vraiment eu cette impression.

Pour l'usage des SDR et apps, les grandes villes offrent un choix bien plus important, pas très compliqué à capter :)



Ensuite, il y a grandes villes et grandes villes.
Tinder à Tokyo, ça m'a fait trouver des filles de l'aprem pour le soir même, alors que Nagoya/Kyoto/Hiroshima moins. Et je suis passé plusieurs fois à Tokyo (5 au cours de mes derniers mois au Japon, donc c'est sur un échantillon respectable).
C'est l'effet métropole/mégalopole.

Au final même Paris c'est pas bien grand comparé à d'autres capitales.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Sympa :) le 15.01.18, 17h08 par Jalapeno
  • [+2] Très intéressant le 15.01.18, 17h26 par Thedaze
  • [+2] Intéressant le 15.01.18, 18h37 par Moumane
Pour ma part, je suis passé de Grenoble a Aix en Provence pour mes études. Incomparable, c'est le jour et la nuit, malgré ce côté petit péteux semi-bourgeois superficiel et insupportable. J'ai jamais vue autant de fille ouverte a chaque coin de rue. Par contre, le Mistral c’était surfait, loin derrière le SkateClub, ou là c'était l'orgie. Forcément, la géographie joue, par contre, a partir du moment ou on n'arrive a développer une certaine forme d'intelligence sociale mais surtout d'adaptabilité, je pense que ça peut le faire presque partout tant qu'on n'est en mesure de se mettre en situation de rencontrer des femmes.
Ah ah le SkateClub bordel... :)
Sinon pour les boites les gars faut venir à Montpellier, c'est tellement plus easy pour rentrer :)

Sinon, moi je préférais Grenoble à Aix ;) muahahah...
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !
Les soirée que j'ai passé la bas, c'était de la folie. Et le mistral, avec leurs entrée a vingt euros, j'ai abandonné même si on pouvait fumer a l'intérieur. Comme quoi tous est aussi question de perception, pour moi Grenoble ça a toujours été plus galère. Même si ça reste aussi bien jeune et étudiant.
Aaah Grenoble! Mon fief. Pas une ville facile mais quand on connait les bons endroits ca va tout de suite mieux. Après faut aimer les sorties dans lieux atypiques.
Edit. Pop j'ai mis un com de note chelou pcq je me suis gouré. Nouveau téléphone touça.
Très dur Grenoble, beaucoup de mecs en plus (pas une vue de l'esprit, il suffit de regarder la pyramide des âges sur le site de l'INSEE).

Bon courage, c'est l'un des "fields" les plus difficiles de France.
Pour grenoble...C'est sans compter les ordes d'étudiants ( presque 70000) pas pris en compte par les stats à mon avis. ;)
Les gars je crois que je vais faire l'unanimité avec mon village de 600 âmes et mes villes de 20 000 à 40 000 habitants :lol: . Je suis quand même pas le seul de FTS à habiter en province . Pour avoir fréquenté quelques boites Lilloises j'y ai vu quelques différences avec nos petites boites local mais je me suis toujours demandé dans les grandes villes que vous situez vous y avez relevé des différences ou pas par rapport aux boites d'une ville plus petites ?
_____________________________________________________________________________________________


Tu dois être à l’aise avec le fait d’être mal à l’aise.
_____________________________________________________________________________________________
Au delà de la géographie j'ai plus l'impression que cela se joue à notre capacité d'intégrer des groupes qui
-comportent une part importante de célibataires pour avoir un maximum d'occasion, essayer de faire parti des groupes attractifs, c'est à dire des gens soudés, ouverts aux rencontres et qui ne se prennent pas la tête
-ont un fort turn-over pour renouveler les occasions

Perso j'ai jamais autant rencontré de monde que quand j'étais perdu au fond des montagnes dans un petit village. Pour la faire courte j'ai été recruté par une structure qui emploie énormément de stagiaires et il y avait tellement de turn over qu'une fois intégré les rencontres se faisaient en masse avec des étudiants et des éudiantes venus de partout. Et pourtant c'était clairement un endroit paumé.

Donc je résumerais le truc en deux mots : attractif et dynamique.

Après en réfléchissant un peu, il y a plus de probabilité d'intégrer de tels groupes dans les grandes villes (forcément) car le nombre de célibataire jeunes et ouverts fraîchement arrivé est plus élevé, sans compter le nombre de lieux et d'activités démultipliés.

Les auberges de jeunesse qui acceptent le long terme ont cette effet aussi.

Et je confirme la corse en hiver c'est mort.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 15.01.18, 20h17 par Jalapeno
  • [+1] Intéressant le 15.01.18, 20h19 par Thedaze
  • [+1] Intéressant le 15.01.18, 20h32 par Moumane
Thedaze a écrit :Aaah Grenoble! Mon fief. Pas une ville facile mais quand on connait les bons endroits ca va tout de suite mieux. Après faut aimer les sorties dans lieux atypiques.
Edit. Pop j'ai mis un com de note chelou pcq je me suis gouré. Nouveau téléphone touça.
Je suis un Grenoblois pur jus, retourné au " Pays " prés des montagnes et bien installé. Je dirais que cette ville, faut plus ou moins oublier les boites, par contre, les petit bar sympa, ça peut le faire. Sinon, le barberousse c'est quand même remplis de minette. Et au final les gens restent ouvert, même si c'est moins attractif et tape a l’œil que dans le sud.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Yesssss! le 15.01.18, 21h14 par Thedaze
Répondre