Attirer certaines personnalités?

Note : 7

le 24.06.2013 par Onmyoji

19 réponses / Dernière par Barracuda le 05.08.2013, 15h50

Si vous voulez refaire le monde, c'est ici.
Règles du forum
Pas de politique sur FTS svp, ce n'est pas l'endroit. Pas non plus de sujets religieux ou à forte dimension idéologique / polémique (le féminisme et ses excès, la sexualité des - de 15 ans, le mariage pour tous; ...) et tout autre sujet chaud et glissant dont on sait qu'il attirera les trolls et partira forcément en sucette au bout de 2 pages. => on n'est pas là pour refaire le monde, ni pour s'embrouiller les uns les autres : laissons les saloperies à l'extérieur, et tâchons de préserver le havre de paix et de relative intelligence qu'est FTS. Voir la liste des sujets interdits pour plus d'infos et d'explications sur les raisons de ces interdits.
Répondre
Bonsoir
Pour faire court (et la refaire en mieux), j'ai remarqué que je séduis un certain type de filles. Certaines personnes que je connais semblent dans le même cas. Bien sûr, d'autres ont des histoires plus variées.

Mais la question que je me pose est la suivante:
d'où viennent ces similitudes?
Je ne cherche pas mon ex dans les suivantes. J'ai beaucoup d'attirance pour certains traits de personnalités, mais toutes ne les ont pas et sont différentes sur de nombreux points. Je n'ai saisi leur vrai point commun que récemment.
Donc, est ce que vous pensez que ça pourrait venir de ma personnalité (mon inner game), de mon attitude (mon outer game), de mes habitudes et de ma manière de rencontrer des femmes? (milieu, cercle social, lieux de sorties et activités)?

Qu'est ce qui dans votre expérience perso a le plus d'influence?
(Je me pose la question pour essayer de sortir de ce schéma, mais je trouve que ça peut être intéressant pour tout le monde de mettre le dos sur ce mécanisme, d'où le fait de poster ici et non dans SOS)
Merci
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Intéressant le 26.07.13, 10h08 par Reborn
  • [0] Pertinent le 05.08.13, 14h47 par Citeriae
J'ai reformulé le sujet, différemment. Je fais donc un up mais si le sujet ne prend pas je retenterai pas (c'était pour éviter de recréer un thread). Vous trouverez les changements dans le premier post. Merci.
Je pense plutôt que c’est NOUS qui sommes attirés par un certain type de filles et que c’est ça qui nous dirige vers elles (et pas l’inverse).
Même si c’est intéressant de comprendre pourquoi, c’est pas vraiment ça qui aide à s’ouvrir sur ce point. Et puis c’est très personnel à chacun.

Quelque chose d’intéressant, c’est de se « forcer » à parler et à s’intéresser à pleins les filles en soirée, dont des nanas qui à première vue ne seraient pas spécialement notre type de femmes.
Et on se rend compte que quand ça se passe bien, quand l’interaction est agréable, quand on échange des sourires et des regards, on commence à s‘habituer à la personne en face et à lui trouver de plus en plus de trucs positifs, cela pouvant aller jusqu’à de l’attirance.
C’est pour ça qu’il ne faut pas partir avec trop d’aprioris et faire connaissance avec tout type de personnes.

Et à force on ouvre petit à petit son champ de possibilités sans être dirigé par nos préférences arbitraires.
Merci pour ta réponse.
Cellar Door a écrit :Je pense plutôt que c’est NOUS qui sommes attirés par un certain type de filles et que c’est ça qui nous dirige vers elles (et pas l’inverse).
Je pense que ça fonctionne de la même manière pour elles. Comme nous sommes attirés par des personnalités, des attitudes, ou des signes extérieurs à la personne (richesse, beauté, style vestimentaire, etc).
Et que toutes ne font pas l'effort d'aller au delà de leurs préférences arbitraires, il n'y a qu'à regarder les fiches sur les sites de rencontre.
Alors ça me semblait pas inintéressant de creuser la question.

Car même si on a des filles qui sont très différentes en surface, souvent au fond il y a des points communs sur les qualités les plus marquées, même si elles s'exprimeront peut-être différemment.


Et dans le prolongement du premier point, puisque certains points de notre personnalité ressortent en quasi permanence, qu'on veuille ou non, qui que l'on ait face à nous (d'autres changent avec les circonstances), si ces aspects forts sont séduisants, cela est positif (exemple du dominant, c'est usé mais tout le monde voit), mais s'ils ne le sont pas (être needy, en attente de validation), etc, cela est négatif.

J'ai l'impression de réinventer l'eau chaude là;) Mais c'est tellement évident et "acquis" qu'on y réfléchit pas vraiment au-delà des aspects standards du séducteur, qui sont positifs par rapport à tout le monde.


Du coup cette réflexion s'intéresse aux aspects généralement de second plan, qui vont séduire seulement type de personnes et laisser les autres neutres ou les repousser.

Idéalement donc, ils ne devraient pas être ce qu'on présente de soi en premier mais tout le monde n'est pas super alpha, cool, etc. La liste des qualités qu'on trouve dans tous les bouquins de séduction et sur ce site, tout le monde ne les a pas ou pas toutes -http://www.frenchtouchseduction.com/app ... -seduction - , et remplace certaines de ces qualités de premier plan par d'autres de second plan, qui seront moins efficaces pour séduire "toutes" (disons la majorité) des filles réceptives à la séduction (parce qu'acquérir cette super liste de qualité n'est pas toujours possible) mais qui permettront d'en séduire efficacement certaines.

Le problème c'est quand on a des aspects qui marchent très efficacement sur certaines nanas, mais en repoussent la majorité. Ce qui devrait être une béquille devient peut-être pire que le mal.

Dans cette idée, ce que tu conseilles est une bonne chose, puisque en s'ouvrant et en délaissant nos a priori, on fait déjà moins une sélection de par notre propre personnalité. Le fait d'être plus à l'écoute aussi mettra sans doute en sommeil quelques unes des choses qui pourraient être péjoratives en temps normal. Et j'ai d'ailleurs eu pas mal de copines comme ça, mais c'est aussi parce que j'étais très détaché, même en restant ouvert, je ne suis jamais arrivé au stade de l'attirance forte -celle que tu ressens pour une nana avec qui tu pourrais vouloir rester en couple longtemps pour donner une idée, je sais que c'est pas forcément un bon exemple vu qu'il y a un débat sur ça en ce moment-, du coup je faisais moins d'erreurs et j'étais "plus séduisant".

Mais si on veut vraiment devenir "polyvalent", à part vraiment changer ces aspects là, ou s'adapter à chaque fille en ne présentant que les points qui vont l'attirer,
je ne vois pas d'autre solution (et c'est une illusion, parce que ça lui semblerait sans doute pas naturel, on peut se tromper dans notre calibration, et puis elles n'aiment pas forcément rencontrer leur idéal en vrai, j'ai connu des filles que ça mettait très mal à l'aise)

L'une des possibilités, si on ne peut acquérir les aspects de premier plan (certains ne seront jamais dominants car ils sont trop mous pour ça ou cherchent trop le compromis), on peut complémenter les aspects secondaires par d'autres complémentaires, qui neutralisent leurs côtés négatifs.
Là j'ai pas d'exemple évident, mais je vais revenir.
Salut,
je pense que ces articles pourraient t'intéresser : j'y explique (ou en tout cas je livre mon interprétation) de pourquoi telle ou telle personne peut être attirée par telle ou telle personne.

http://www.frenchtouchseduction.com/syn ... illon.html
http://www.frenchtouchseduction.com/la- ... -gens.html

En gros ce que je pense :
- qui se ressemble s'assemble (parce que ça rassure et qu'on est conditionnés à ça, biologiquement et socioculturellement)
- on est attirés par ceux et celles dont on pense qu'ils peuvent nous permettre de ressembler à ce qu'on aimerait être (ou comme on voudrait être perçus)

Donc si tu veux attirer tel ou tel type de personnalité, faut te synchroniser sur ses attentes, et lui faire ressentir les trucs qui le font réagir. Le principe même de la séduction animale : le stimulus qui déclenche la réaction.

Faut évidemment prendre tout ça pour ce que c'est : de simples réflexions & propositions d'interprétations, et pas comme des vérités absolues, mais ça devrait pouvoir apporter de l'eau à ton moulin.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 16.07.19, 10h10 par Onmyoji
Merci.
Je vais lire ça.
Depuis mon dernier post, je me suis dit que cette complexité et le fait de ne pas être lisse, qui ressortent comme deux caractéristiques du séducteur dans beaucoup d'articles, finalement ce ne pourrait être que le prolongement de cette idée.
Personne n'est parfait, donc s'il y a 10 qualités, personne n'a 10 sur 10. à la place, on va en avoir peut-être 3 ou 4 parmi les "primordiales" et combler les vides avec 2 ou 3 autres choses bien à nous.

Par exemple, le mec n'est pas forcément assertif et ne fait pas toujours ce dont il a envie, mais dans un domaine, il ne se gêne pas, c'est un risque tout, il est accro aux sports extrêmes. ça peut être captivant pour certaines filles, d'autres vont le trouver too much.
S'il voulait contrebalancer ça, il pourrait aussi montrer qu'il adore ça mais qu'il est totalement dans la recherche du contrôle de soi en plus des sensations.
Ce serait pas forcément rebutant pour les premières, mais les secondes y verraient la modération qui manquait avant; et si elles sont un peu en quête d'aventure sans pour autant tomber sur un mec trop grave, elles sont rassurées. Et il n'est pas le simple mec trop parfait qui fait tout ce qu'il veut (de manière toujours appropriée). Il fait parfois des erreurs mais il gère quand même. Et ça c'est du bonus.

Et ça rejoint ce que tu dis sur "qui se ressemble s'assemble" et sur l'attirance vers le "pygmalion".
(tu confirmes d'ailleurs ma théorie perso sur mes ex):
dans ce cas là, il peut être ce que les deux types de nanas projettent d'être et de vivre.

Après, jouer au caméléon je suis pas sûr que je sois assez fort pour ça et puis ce serait pas constructif à long terme, mais savoir comment "compenser" une chose très forte chez toi qui pourrait la repousser, en mettant en avant des qualités complémentaires, ça c'est une chose que je recherche (encore faut il trouver les bonnes).

C'est un peu la même histoire que beaucoup de films (oui, je sais, les films, c'est mal, mais il y a des détails vrais, même si mal présentés, parfois): cette nana qui déteste ce mec parce qu'il est tellement "comme ça", et qu'elle sent qu'elle pourra jamais le supporter. Et puis bam, il l'emballe à la fin, parce que pendant le film elle découvre que le mauvais côté ne ressort pas du tout comme elle pensait. Grâce aux à côtés. ça parait super évident, comme ça, mais j'avais jamais considéré le problème de cette manière.

Des fois je me demande comment j'ai pu arriver à choper autant par rapport à tous les trucs que je rate consciemment;)
Outkast a écrit :Des fois je me demande comment j'ai pu arriver à choper autant par rapport à tous les trucs que je rate consciemment;)
Probablement parce que c'est quand t'en as rien à battre de toute de toutes ces questions sur la psychologie et que tu te donnes du mal juste pour faire des câlins à une jolie fille, le résultat est plus probant ?

Je ne vais rien t'apprendre en psychologie, mais les gens ne mangent pas la même chose. Certains préfèrent un aliment, d'autres ne l'aiment pas. Encore plus con, je déteste les crevettes, j'adore les chips à la crevette.

Bah, c'est la même chose là en fait. L'attirance, ça ne s'explique pas. C'est pour ça que c'est de l'attirance.

Enfin, j'vois ça comme ça, et ça m'évite de prendre une aspirine.
Pour se rapprocher de Dieu, il faut beaucoup pécher.
Raven a écrit :
Outkast a écrit :Des fois je me demande comment j'ai pu arriver à choper autant par rapport à tous les trucs que je rate consciemment;)
Probablement parce que c'est quand t'en as rien à battre de toute de toutes ces questions sur la psychologie et que tu te donnes du mal juste pour faire des câlins à une jolie fille, le résultat est plus probant ?
En savoir plus ne m'empêchera pas de chopper, j'ai dépassé ce stade. ça m'aidera peut-être à résoudre certains problèmes d'ailleurs.
Bah, c'est la même chose là en fait. L'attirance, ça ne s'explique pas. C'est pour ça que c'est de l'attirance.

Enfin, j'vois ça comme ça, et ça m'évite de prendre une aspirine.
ça ne s'explique pas? Marrant, il y a des tonnes d'articles sur le site qui l'expliquent, ou lui trouvent des bases. J'essaie juste d'aller plus loin, sur un côté qui n'est pas abordé.
Je pourrais peut-être être content de moi parce qu'en matière de relations amoureuses je suis plutôt du bon côté de la balance, mais il y a parfois des choses sur lesquelles je bloque, ou des nanas avec qui ça ne marche pas et pour lesquelles je ne peux pas nexter sans problème.
Alors j'essaie d'avancer. Je vois pas le mal qu'il y a à ça.
Je pense plutôt que c’est NOUS qui sommes attirés par un certain type de filles et que c’est ça qui nous dirige vers elles (et pas l’inverse).
Et si c'était les deux?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Oui le 28.06.13, 01h52 par Cellar Door
  • [+1] Ca va mieux en le disant le 05.08.13, 14h50 par Citeriae
Potius deficere quam desperare
FrenchKiss a écrit : En gros ce que je pense :
- qui se ressemble s'assemble (parce que ça rassure et qu'on est conditionnés à ça, biologiquement et socioculturellement)
- on est attirés par ceux et celles dont on pense qu'ils peuvent nous permettre de ressembler à ce qu'on aimerait être (ou comme on voudrait être perçus)

Donc si tu veux attirer tel ou tel type de personnalité, faut te synchroniser sur ses attentes, et lui faire ressentir les trucs qui le font réagir. Le principe même de la séduction animale : le stimulus qui déclenche la réaction.

Faut évidemment prendre tout ça pour ce que c'est : de simples réflexions & propositions d'interprétations, et pas comme des vérités absolues, mais ça devrait pouvoir apporter de l'eau à ton moulin.
Je reviens sur le sujet, après réflexion, je trouve que ça s'applique vraiment à mon cas, ton idée.

Parce que j'ai une personnalité assez forte et indépendante (et en général, plutôt confiant), et j'aime soutenir mes copines, ce qui aide pour la seconde partie, et mon approche des choses que j'aime étant plutôt élitiste, j'ai tendance à séduire que des filles qui aiment ça.
Du coup, je ne séduis beaucoup de filles un peu intellos, et relativement névrosées ou LSE.
Pourtant, je suis tolérant, et peux échanger avec des gens qui ont des goûts très différents (même si je ne vais pas aimer), et je m'entends bien avec les gens HSE/confiants/bien dans leur tête. Mais je ne fais pas autant d'effet aux filles "normales" (j'en ai eu quelques unes comme copines, mais j'ai vraiment l'impression qu'il y avait une majorité de LSE).

Je sais que ça devient un peu aide perso, alors on peut forker le sujet si besoin.
Mais je pense qu'on peut avoir une réflexion générale sur le sujet, comme

"Qu'est ce qui attire plus les gens HSE/LSE? "
"Comment attirer les premiers et éviter les seconds?" (au delà de les identifier, ce qui est facile -d'ailleurs l'article du FTS 101 sur les LSE extraverties n'est plus accessible).

Merci d'avance pour vos idées.
Après relecture de l'article sur le syndrome du papillon,
j'ai envie de reprendre les questions qu'il pose pour faire la distinction entre croyances et besoins des HSE/LSE:
Qui elle est, qu’est-ce qu’elle aime, qu’est-ce qu’elle admire ?
Quelles sont ses envies et désirs profonds ? Quelles sont ses craintes et ce qui lui ferait le plus honte ?
Comment se voit-elle ? Comment voudrait-elle être perçue ? Quel trait de caractère, quel style de vie elle voudrait-elle mettre en valeur chez elle pour devenir encore plus cool et s’accomplir encore plus en tant que personne et en tant que femme ?
Du coup, quels critères va-t-elle rechercher chez vous ? A quoi ressemble son « mec idéal » (celui qui l’aide à ressembler à celle qu’elle voudrait être) ?
Que pouvez-vous faire pour que l’image qu’elle se fait de vous ressemble à son mec idéal ? Est-ce que c’est compatible avec votre personnalité ?
L'article parle de symbole et de statut représentés par ceux qu'on admire, qui nous attirent parce qu'on a envie de leur reconnaissance et de leur ressembler.

J'ai deux approches là dessus:
d'un côté, je crois qu'il n'y a pas de différence stricte, les mêmes choses pourraient attirer les personnes HSE/LSE.
De l'autre, je crois que si en terme qualitatif, ce n'est pas toujours différent, en termes quantitatifs, ça l'est, il va en falloir plus pour impressionner une HSE qu'une LSE.
Et qu'il faut aussi doser ce qu'on transmet, au risque d'avoir l'air trop impressionnant, trop "parfait", ou de vouloir impressionner les gens.

Je vais encore y réfléchir avant d'écrire plus longuement, mais ça peut être un point de départ pour vous aussi...
Salut Outkast, le sujet est très intéressant, j'aime bien tes réflexions.
Outkast a écrit : J'ai deux approches là dessus:
d'un côté, je crois qu'il n'y a pas de différence stricte, les mêmes choses pourraient attirer les personnes HSE/LSE.
De l'autre, je crois que si en terme qualitatif, ce n'est pas toujours différent, en termes quantitatifs, ça l'est, il va en falloir plus pour impressionner une HSE qu'une LSE.
Oui et non. S'il n'y a pas de différence stricte, là où une HSE te trouvera vachement attirant si tu dégages des qualités d'homme dominant, confiant et peut être même imbu de lui même (une nana de ce genre là m'a même fait la réflexion qu'elle aimait les mecs narcissiques); une LSE quant à elle pourra trouver cela totalement déplacé et te prendre pour un goujat ou un gros dragueur.

Une autre chose aussi à laquelle ça me fait penser : les réactions différentes auxquelles nous avons droit lorsque nous abordons une femme en direct (en street notamment). Il y en aura toujours un certain nombre qui se sentiront outrées et choquées par ton attitude, d'autres seront totalement sous ton charme dés lors que tu iras les voir, mais la majorité ça sera un peu un mélange des 2 : tu es un mec assez stylé, mais tu les dragues dans la rue. Je pense que ça crée une sorte de paradoxe, notamment à cause de leur éducation et des clichés de la drague de rue.

Donc au delà même de ce qui peut attirer et repousser, il faut aussi prendre en compte l'éducation, le milieu social, la perception qu'elle aura des mecs, celui avec qui elle s'imagine être... Bref, il y a trop de variables pour pouvoir à mon humble avis dégager une théorie si ce n'est ce que disait FK plus haut, sur le qui se ressemble s'assemble (notamment par des points communs et similitudes issues de notre éducation et de notre milieu).

Outkast a écrit : Et qu'il faut aussi doser ce qu'on transmet, au risque d'avoir l'air trop impressionnant, trop "parfait", ou de vouloir impressionner les gens.
100% d'accord. Je ne pourrais pas mieux dire : toujours se calibrer à la personne en face ! :)
"Courage doesn't always roar. Sometimes, courage is the quiet voice at the end of the day saying : I will try tomorrow"

Mon blog
Famix a écrit :Salut Outkast, le sujet est très intéressant, j'aime bien tes réflexions.
Merci.
Il y en aura toujours un certain nombre qui se sentiront outrées et choquées par ton attitude, d'autres seront totalement sous ton charme dés lors que tu iras les voir, mais la majorité ça sera un peu un mélange des 2 : tu es un mec assez stylé, mais tu les dragues dans la rue. Je pense que ça crée une sorte de paradoxe, notamment à cause de leur éducation et des clichés de la drague de rue.
C'est marrant parce que dans mon expérience c'est exactement ça, j'ai souvent énormément de réactions "j'ai un copain", mais pour les autres, je n'ai plus qu'à les cueillir. C'est peut-être une sur 50 mais c'est étonnant à quel point elles vont me faciliter la tâche;
Bref, il y a trop de variables pour pouvoir à mon humble avis dégager une théorie si ce n'est ce que disait FK plus haut, sur le qui se ressemble s'assemble (notamment par des points communs et similitudes issues de notre éducation et de notre milieu).
Donc comment on fait si on a pas une culture "populaire" (pas lire la presse, pas regarder la télé, ni écouter la radio...)?
Et puis il y a toujours l'aspect Belle/clochard (il y avait un article sur ça ici il y a longtemps)...
100% d'accord. Je ne pourrais pas mieux dire : toujours se calibrer à la personne en face ! :)
La calibration c'est la base, mais on oublie trop souvent que ça marche aussi sur les valeurs, et pas que sur l'énergie, l'attitude
C'est amusant.


Évidemment je me suis identifié à ton impression Outkast. Moi, jeune étudiant bourgeois en université, je rencontre beaucoup de filles différentes, des timides, des prolos, des bourgeoises, des clubbeuses, quelques hippies. Je tente avec toutes, tchatche, humour, gentilhomme, bourrinage. Brunes et rousses, palestiniennes, françaises, roumaines, suisses, libanaises, québécoises...

Et je n'obtient des résultats qu'avec des hippies ou simili-hippies, en couple. En me retournant sur mon passé, je réalise que je n'est FC, LTR, Fingerclose ou KC qu'avec ce type très particulier de filles. Grosso modo, la brune maigrichonne hippie qui bois de la bière, entre 17 et 24 ans.

Pourtant, j'ai vraiment tenté des dragues n'importe ou. J'ai pratiqué la sarge de rue, la drague en boîte, la séduction au bar, le kino en amphi...

Je pense que je n'attire ou que je ne réussis qu'avec des LSE. Ce passage de l'article "effet papillon" est percutant sur le sujet :
Si vous ne lui plaisez pas, c’est qu’elle ne se projette pas avec vous, parce que l’image qu’elle a de vous ne lui semble pas compatible avec ce qu’elle recherche. Dans ce cas, il ne tient qu’à vous de remonter dans son intérêt en faisant en sorte d’améliorer votre image à ses yeux.


Dois je supposer que la hippie maigrichonne en couple entre 17 et 24 ans, après s'être fait passé dessus par des hippies et des métaleux pas classe cherche des hommes qui lui permet de monter en classe et de rencontrer des gens d'un autre milieu ? Est elle plus ouverte à de nouvelles expériences ? Suis je simplement intérieurement attiré par ces femmes en particulier ?
Donc, est ce que vous pensez que ça pourrait venir de ma personnalité (mon inner game), de mon attitude (mon outer game), de mes habitudes et de ma manière de rencontrer des femmes? (milieu, cercle social, lieux de sorties et activités)?
Je pense que oui, c'est évident que ça joue un rôle. Je pense que si Mystery, Blusher, ou autres arrivent à chopper facilement c'est qu'ils ont parfaitement identifié quelles sont les filles qui sont réceptives à leurs charmes. Ils ne s'embêtent plus à draguer les filles qu'ils savent pertinemment ne pas être intéressés. C'est peut être la raison de la nature dépressive de certains players, qui savent qu'ils ne choisissent pas leurs targets, ce sont elles qui les ont choisis, et sortis d'un cadre et d'un type de fille sont incapables de réussir.


Mais je spécule un peu là.


Barracuda, insomniaque.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 05.08.13, 01h53 par Onmyoji
"Bonjour, je ne savais pas qu'ils faisaient toujours ce modèle de prothèses..."
Barracuda a écrit : Évidemment je me suis identifié à ton impression Outkast. ()

Et je n'obtient des résultats qu'avec des hippies ou simili-hippies, en couple. En me retournant sur mon passé, je réalise que je n'est FC, LTR, Fingerclose ou KC qu'avec ce type très particulier de filles. Grosso modo, la brune maigrichonne hippie qui bois de la bière, entre 17 et 24 ans.
Pourtant, j'ai vraiment tenté des dragues n'importe ou. J'ai pratiqué la sarge de rue, la drague en boîte, la séduction au bar, le kino en amphi...
J'ai pas le même type de filles, mais aussi la même impression de ne pas m'être limité à un milieu. Dans les différentes villes où je suis passées (un peu partout en France et l'étranger).
Donc ça exclut le milieu.
Je pense que je n'attire ou que je ne réussis qu'avec des LSE.
Ce qui est drôle, c'est que tu te reconnaisses aussi dans ma manière de draguer.

Alors, je pense qu'on attire des filles différentes parce qu'on a pas les mêmes goûts et points communs avec elles, mais qu'on attire des filles qui ont toutes cette LSE parce qu'on a sûrement un peu la même personnalité et façon de faire.
Tu les séduis toujours de la même manière, celles là? Ou plus à l'humour, ou au bourrinage, ou la tchatche ou en gentilhomme, comme tu disais?
Dois je supposer que la hippie maigrichonne en couple entre 17 et 24 ans, après s'être fait passé dessus par des hippies et des métaleux pas classe cherche des hommes qui lui permet de monter en classe et de rencontrer des gens d'un autre milieu ?
Oui, ce serait pas étonnant. Elles sont hippies pour la mode et pour la "liberté" (et l'état d'esprit), mais finalement tous ces mecs dans ces milieux sont de gros stéréotypes. Si tu arrives dans leur monde, en étant classe mais pas le stéréotype du bourge coincé, tu représentes ce qu'elle recherche, la liberté, l'indépendance.
Est elle plus ouverte à de nouvelles expériences ?
ça va avec l'état d'esprit, donc pourquoi pas?
Suis je simplement intérieurement attiré par ces femmes en particulier ?
De la même façon qu'elles, est ce que tu arrives à te projeter avec d'autres filles; des bourgeoises, des prolos, des clubbeuses?
Ou avec des étrangères?

Pour ma part, je m'imagine avec différents types de filles facilement. Car au départ, c'est l'attirance pour le physique et l'attitude qui prime, alors je ne sais rien d'elles, ça me permet de m'imaginer facilement avec n'importe lesquelles au début. Et même si j'ai un idéal pour certaines qualités, je suis très tolérant car j'ai beaucoup de connaissances de milieux différents connues dans des circonstances qui ne me donnaient pas vraiment le choix de les éviter, et j'ai appris à les apprécier même si elles ne correspondaient pas vraiment au départ à des gens avec qui je pensais pouvoir être ami. Et ça a aussi changé ma vision pour mes copines. Je ne crois pas que mes standards aient baissé, pourtant, et il y a toujours un minimum pour ces qualités que je recherche.
Je pense que oui, c'est évident que ça joue un rôle. Je pense que si Mystery, Blusher, ou autres arrivent à chopper facilement c'est qu'ils ont parfaitement identifié quelles sont les filles qui sont réceptives à leurs charmes. Ils ne s'embêtent plus à draguer les filles qu'ils savent pertinemment ne pas être intéressés.
Pour Mystery, ça va être difficile, mais on peut toujours demander à @Blusher, s'il veut bien nous faire part de son expérience personnelle. Même si je pense qu'il n'est sans doute pas limité comme ça et que surtout, il ne se pose pas la question parce qu'il doit penser que toutes les filles sont réceptives (ou peuvent l'être, dans les bonnes circonstances). Je ne vois pas un grand séducteur penser autrement.
C'est peut être la raison de la nature dépressive de certains players, qui savent qu'ils ne choisissent pas leurs targets, ce sont elles qui les ont choisis, et sortis d'un cadre et d'un type de fille sont incapables de réussir.
Si on était vraiment restreints à chacun notre type, ce serait déprimant.
Je pense que l'on a "ce type", parce qu'on leur donne certaines choses.
Et leur attitude finale doit dépendre de leur personnalité propre; mon problème de FZ, au moins pour les filles qui ont de l'intérêt et me considèrent comme un mec sexué, vient à mon avis du fait qu'elles sont en confort dans leur situation, tant qu'elles m'ont, parce que je leur apporte ce dont elles ont besoin. Mais qu'elles n'ont pas besoin de plus, contrairement à celles qui sont vraiment LSE au fond, qui ont besoin d'un mec pour les soutenir et vivre.
Et quand j'ai eu des filles en couple, c'était des filles du même type, et comme elles ne pouvaient pas s'imaginer "soutenues" par leur mec, elles couchaient avec moi pour "s'imaginer" comme dans une vraie relation où je les aurais soutenues (grossièrement).
Mais je spécule un peu là.
Merci, c'est intéressant.

Pour toi, qu'est ce qui ne marchait pas avec les filles que tu trouvais HSE parmi tes hippies? Ou les plus âgées? Ou les autres catégories (clubbeuses etc)?

Pour les HSE, pas l'impression de les faire rêver. Donc de répondre à leur besoin et ce qu'elles veulent être. Je place pas assez d'importance dans le social proof et le DHV, ce doit être une erreur, mais je n'aime pas être ami avec les gens pour avoir une valeur sociale, et comme je sors moins, je suis les groupes au lieu de les créer. Et je n'ai pas grand chose de DHV à raconter pour une HSE, j'ai une vie remplie mais pour une fille HSE c'est "normal". Alors mon seul DHV c'est mon attitude.

Pour les filles "qui sont pas mon type", même si je suis tolérant dans mon attitude, elles ont du mal à rentrer dans mon monde, qui demande une certaine adaptation. Problème de points communs donc. D'ailleurs, les seules fois où j'ai choppé des filles qui sont pas au départ mon type, ce sont des filles qui ont eu le temps de me connaitre sans que je les drague ou que je devienne leur pote.

Par contre, pour l'âge j'ai de 18 à 50 ans (j'ai pas closé la 50 mais elle voulait à fond), et pour les nationalités il y a de tout aussi.

Et toi?
Tu les séduis toujours de la même manière, celles là? Ou plus à l'humour, ou au bourrinage, ou la tchatche ou en gentilhomme, comme tu disais?
Généralement c'est quelques remarques "percutantes", du style " fait attention tu à un trou sur ta bière [tape avec le cul de la sienne sur son goulot] ", et après surtout l'humour, l'anecdote, création d'une zone de confort... Je reste toujours gentilhomme en toutes occasions, mais je flirte avec la vulgarité dans mon langage.
De la même façon qu'elles, est ce que tu arrives à te projeter avec d'autres filles; des bourgeoises, des prolos, des clubbeuses?
Ou avec des étrangères?
Pour me projeter j'ai besoin d'une référence, une target. Si une fille me plait et à du charme je peux passer au dessus, je me dit "pourquoi pas". Donc j'essaye, mais le courant ne passe pas généralement si je sors de mon modèle type.
Pour ma part, je m'imagine avec différents types de filles facilement. Car au départ, c'est l'attirance pour le physique et l'attitude qui prime, alors je ne sais rien d'elles, ça me permet de m'imaginer facilement avec n'importe lesquelles au début. Et même si j'ai un idéal pour certaines qualités, je suis très tolérant car j'ai beaucoup de connaissances de milieux différents connues dans des circonstances qui ne me donnaient pas vraiment le choix de les éviter, et j'ai appris à les apprécier même si elles ne correspondaient pas vraiment au départ à des gens avec qui je pensais pouvoir être ami.
J'ai cru avoir écrit ça.
tant qu'elles m'ont, parce que je leur apporte ce dont elles ont besoin. Mais qu'elles n'ont pas besoin de plus, contrairement à celles qui sont vraiment LSE au fond, qui ont besoin d'un mec pour les soutenir et vivre.
Et quand j'ai eu des filles en couple, c'était des filles du même type, et comme elles ne pouvaient pas s'imaginer "soutenues" par leur mec, elles couchaient avec moi pour "s'imaginer" comme dans une vraie relation où je les aurais soutenues (grossièrement).
Je me demande si dans le fond, les LSE ne sont pas carrément lâches. Elles se laissent draguer presque pour faire plaisir, ne veulent pas blesser nous, les "amants", mais ne veulent pas blesser non plus leurs bonhommes.
Pour toi, qu'est ce qui ne marchait pas avec les filles que tu trouvais HSE parmi tes hippies? Ou les plus âgées? Ou les autres catégories (clubbeuses etc)?
Le courant ne passe pas, pas de signes d'intérêts, pas de relances, parfois numclose mais rien qui en ressort, considération très faible pour ce que je peux dire... Les LSE-hippies sont d'une certaine façon très polies et me laissent les séduire, pour te donner un exemple je suis un plaisantin, je raconte des blagues, des calembours. Une fille du stéréotype pré-cités me laissera dérouler la blague la plus longue de mon répertoire (l'ours bleu, ou bien les schtroumph dans la forêt), en appréciant les détails de la narration. Une HSE montrera des signes d'ennui au bout d'une dizaine de secondes chronométrés, même si la tablée m'écoute avec attention, elle fera quelque chose d'autre, voir essayera carrément de me couper la chique.
Pour les HSE, pas l'impression de les faire rêver. Donc de répondre à leur besoin et ce qu'elles veulent être. Je place pas assez d'importance dans le social proof et le DHV, ce doit être une erreur, mais je n'aime pas être ami avec les gens pour avoir une valeur sociale, et comme je sors moins, je suis les groupes au lieu de les créer. Et je n'ai pas grand chose de DHV à raconter pour une HSE, j'ai une vie remplie mais pour une fille HSE c'est "normal". Alors mon seul DHV c'est mon attitude.


Tu ne neg peut être pas assez, tu à écrit ailleurs que tu ne neg pas, pour les HSE ça me semble un peu obligatoire, en ce sens que ton milieu est "inférieur" au leurs, ou du moins jugés par elles ainsi. C'est la reine de la soirée, tout le monde l'adule, c'est le moment de lui balancer des fions, au pire ça impressionnera les autres.
Par contre, pour l'âge j'ai de 18 à 50 ans (j'ai pas closé la 50 mais elle voulait à fond), et pour les nationalités il y a de tout aussi.

Et toi?
Je suis plus jeune, je n'est jamais essayé de chopper au delà de 24-26 ans, les occasions manquent aussi. Pour les nationalités, j'ai peut être un plan avec une roumaine mais sinon c'est bien français. Très français. Pas que je fasse exprès mais quasiment toutes avaient un nom de famille qui était un prénom masculin (français), et plus souvent de mon âge qu'autre chose.

Systématiquement LSE, avec un petit défaut physique (petite taille, maigres-pas de seins, nez à la cyrano, oreilles décollés...), jamais quelque chose d'affreux. Selon moi ça a son charme.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 05.08.13, 15h18 par Onmyoji
"Bonjour, je ne savais pas qu'ils faisaient toujours ce modèle de prothèses..."
Barracuda a écrit : Généralement ...
On fait pareil. Mais je neg moins, donc. Mais je suis très assertif niveau gouts et valeurs.
Pour me projeter j'ai besoin d'une référence, une target. Si une fille me plait et à du charme je peux passer au dessus, je me dit "pourquoi pas". Donc j'essaye, mais le courant ne passe pas généralement si je sors de mon modèle type.
Avec les HSE de mon modèle, le fait d'avoir des goûts spéciaux fait qu'on connecte facilement, mais je ne les impressionne pas, je ne sais pas ce qu'elles cherchent. Ou alors, je pense qu'elles cherchent des gens qui sont totalement différents qui sont HV dans leur monde. Comme je ne suis pas "HV" dans le sens où c'est pas avoir un bon boulot et connaitre quelques gens qui fait une valeur sociale (je sors beaucoup mais je n'ai pas 2000 amis sur facebook, je ne deviens pas "ami" avec une personne avec qui j'ai juste ri 5 minutes sauf si le courant passe vraiment bien, et même si c'est une HB10). Je sors souvent seul ou seulement avec un ou deux potes (HV ou pas, mais je sors pas avec eux pour ça. Et c'est quand je ne sors pas avec une date, ce que je fais surtout hors de mon groupe) J'ai ma vie et elle est bien, mais je n'essaie pas de correspondre aux "gagneurs" et aux mecs autour de qui je peux voir les party girls tourner. C'est une erreur car je vois que ça marche. Mais pour moi, ce serait trop faker mon attitude. c'est peut-être une croyance limitante. Quand je connaissais pas le game, il y avait bien des choses que je pensais pas possibles car j'aurais faké...

Et pour les autres filles qui ne me correspondent pas, le fait d'avoir des goûts spéciaux intrigue les plus ouvertes, ce qui me permet de les closer si elles sont LSE. Mais si elles sont HSE, je vais juste être "spécial". Pour les moins ouvertes, je vais être "lourd" parce que je suis pas dans le même délire (je suis pas ennuyeux comme mec, je fais plein de conneries et je suis léger, mais c'est vrai qu'avec certaines filles, tu as l'impression que ne pas connaitre les stars de télé réalité qu'elles adorent, ou le nom du dernier morceau commercial en boite, c'est être inculte -la musique, je connais, mais quand je n'aime pas je retiens pas les noms.). Et plus elles ont d'estime d'elles mêmes, et plus je vais être "lourd" pour elles.
Je me demande si dans le fond, les LSE ne sont pas carrément lâches. Elles se laissent draguer presque pour faire plaisir, ne veulent pas blesser nous, les "amants", mais ne veulent pas blesser non plus leurs bonhommes.
J'aurais jamais pensé à ça. Comme elles sont LSE, je crois toujours que le problème vient que de mon game. Merci!
Le courant ne passe pas, pas de signes d'intérêts, pas de relances, parfois numclose mais rien qui en ressort, considération très faible pour ce que je peux dire...
Alors pour moi, si la fille est un peu ouverte, comme je me calibre beaucoup sur leur énergie et leur rythme (c'est peut-être ce qui te bloque), et que je fais beaucoup de storytelling et de roleplay avec humour, ça va être un bon moment. Il y a aussi le fait que souvent je les intrigue parce que je vais être différent de tous les mecs qui les entourent. Mais elles ne sont pas attirées, car elles ne se reconnaissent pas (pour celles qui n'ont pas les mêmes goûts) et parce que je ne suis pas assez HV pour elles (pour les HSE). Alors quand je fais du Push pull sur elles ça marche pas, même en étant sexué ça change rien (elles s'impliquent car elles peuvent être sexy et s'amuser comme ça, sans être jugées), et j'ai l'impression que le Cocky funny a l'air d'un DLV pour elles, comme si être arrogant était une forme d'autodérision et de compensation.
Une HSE montrera des signes d'ennui au bout d'une dizaine de secondes chronométrés, même si la tablée m'écoute avec attention, elle fera quelque chose d'autre, voir essayera carrément de me couper la chique.
Je comprends que tu neg. ça a de l'effet sur elles?
Dans ces situations, je l'ignore, parce que je n'aime pas ces caprices. Et en général, si elle est irrespectueuse, je m'en vais.
Tu ne neg peut être pas assez, tu à écrit ailleurs que tu ne neg pas, pour les HSE ça me semble un peu obligatoire, en ce sens que ton milieu est "inférieur" au leurs, ou du moins jugés par elles ainsi. C'est la reine de la soirée, tout le monde l'adule, c'est le moment de lui balancer des fions, au pire ça impressionnera les autres.

tu as peut-être raison. Comme je disais plus haut, je ne cherche pas non plus à être HV.
Penser qu'il faudrait être comme certains mecs de boite pour avoir des party girls me déprime.
Allonger de la tune et être en groupe façon rugbymen pour se faire remarquer, ça ne me plait pas. Mais je peux pas dire que je vois beaucoup d'autres gars choper de vraies party girls (et des fois, il y en a qui me plaisent, même avec leurs goûts différents, parce que j'aime leur état d'esprit -à part le physique et le style)
Systématiquement LSE, avec un petit défaut physique (petite taille, maigres-pas de seins, nez à la cyrano, oreilles décollés...), jamais quelque chose d'affreux. Selon moi ça a son charme.
Pour moi, elles sont pas des filles de magazines et se dévalorisent facilement, même si elles sont bien.
Pour les moins ouvertes, je vais être "lourd" parce que je suis pas dans le même délire (je suis pas ennuyeux comme mec, je fais plein de conneries et je suis léger, mais c'est vrai qu'avec certaines filles, tu as l'impression que ne pas connaitre les stars de télé réalité qu'elles adorent, ou le nom du dernier morceau commercial en boite, c'est être inculte -la musique, je connais, mais quand je n'aime pas je retiens pas les noms.). Et plus elles ont d'estime d'elles mêmes, et plus je vais être "lourd" pour elles.
Même sentiments içi, je me force à retenir les noms de groupes. Autant j'ai une excellente mémoire des "moments", des "visages", des "sons", autant les noms, surtout des groupes de musiques, pschiit. J'ai un ami c'est tout le contraire, et pour draguer il galère moins, évidemment aligner les noms des groupes, avoir la fille qui relance sur ceux qu'elle aime bien et demande si il à apprécier tel ou tel album, ça marche bien pour la discussion. Généralement je laisse la target en parler (de ses goûts musicaux), je me montre intéressé et je l'invite à me les faire écouter. C'est cheap mais bon.
J'aurais jamais pensé à ça. Comme elles sont LSE, je crois toujours que le problème vient que de mon game. Merci!
C'est une piste je ne prétend pas détenir la vérité absolue, ça ne peut se vérifier qu'empiriquement.
Après oui y'a un problème de game, dans l'absolu aucunes filles n'est impossible à séduire, mais c'est clairement plus facile avec certaines.
Alors pour moi...
J'avoue que c'est aussi pour cela que je lis et demande des détails sur tes rendez vous, le calibrage est important, j'ai clairement un niveau débutant la dedans, donc c'est intéressant de voir comment les autres pratiquent.
Je comprends que tu neg. ça a de l'effet sur elles?
Dans ces situations, je l'ignore, parce que je n'aime pas ces caprices. Et en général, si elle est irrespectueuse, je m'en vais.
Dans le fond je suis persuadé que c'est ce qu'il te manque, du neg pour créer de la tension. Disons que je neg tellement, dans toutes les situations, que lorsque je lâche un compliment il est ressentis très fortement par la target. Je pense franchement que tu devrais essayer, une fois que tu à capter l'intention de la fille ça devrait bien se passer.

Après caprices je ne sais pas, le principe d'une HSE c'est d'être une Alpha, la matriarche du groupe, le centre de l'intention. Elles défendent leurs bouts de territoires. Je pense qu'il faut les rabaisser dans ce genre de situation, leurs faire comprendre que tant qu'on est la, elle n'est plus la patronne.
Penser qu'il faudrait être comme certains mecs de boite pour avoir des party girls me déprime.
En même temps, de son point de vue, la Party girl cherche des party boys HV, c'est dans son milieu qu'elle veux briller. Quand tu drague une étudiante en psycho, connaître et avoir des théories sur les relations entre humains ça aide. Être travolta sur le danse floor, forcément ça aide à pécho de la party girl.
Pour moi, elles sont pas des filles de magazines et se dévalorisent facilement, même si elles sont bien.
Et oui, c'est le principe même d'une LSE, et ça aide. Elles sont moins exigeantes aussi, on peut rattraper un petit dérapage, et surtout facilement prendre l'ascendant psychologique. J'en reviens à mes classiques, mais c'est clairement le cas "Alfie" qui emballe de la very-LSE et les domines complètement, et se fait dominer par les HSE.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 05.08.13, 15h16 par Onmyoji
"Bonjour, je ne savais pas qu'ils faisaient toujours ce modèle de prothèses..."
Barracuda a écrit : Même sentiments içi, je me force à retenir les noms de groupes.
Généralement je laisse la target en parler (de ses goûts musicaux), je me montre intéressé et je l'invite à me les faire écouter. C'est cheap mais bon.
j'en connais toujours quelques-uns mais elles voient toujours quand je pense que ce sont des groupes/chanteurs qui sont pourris (star ac, etc). Et même si je le fais avec humour, ça empêche la complicité.
C'est une piste je ne prétend pas détenir la vérité absolue, ça ne peut se vérifier qu'empiriquement.
Après oui y'a un problème de game, dans l'absolu aucunes filles n'est impossible à séduire, mais c'est clairement plus facile avec certaines.
oui, je ne voulais pas dire que mon game est donc parfait;) :(
J'avoue que c'est aussi pour cela que je lis et demande des détails sur tes rendez vous, le calibrage est important, j'ai clairement un niveau débutant la dedans, donc c'est intéressant de voir comment les autres pratiquent.
Tu y as trouvé des détails intéressants à ce niveau là?
Mon idée, c'est que j'essaie de suivre mon énergie interne. Si à moment donné je veux bouger, je le fais. Mais les dates et la cold approach c'est très différent. En CA, je donne de l'énergie parce que c'est 90-10, et qu'elle voit que j'ai un intérêt, mais si elle était cool je la traine pas sur la piste si elle a pas envie. Quant au rythme, j'ai l'impression que c'est pareil, faut être dans le sien, mais si tu vas beaucoup plus vite qu'elle, tu perds de l'intérêt. C'est l'exemple de se rapprocher trop vite, de donner son nom directement, etc. Tu peux toujours closer en faisant ça, mais ça marche mieux si tu ne réponds pas à ses attentes. Alors souvent il faut être dans son rythme à elle (je donne pas mon nom à un mec qui m'intéresse pas encore), déjà elle s'attend pas forcément à ça des mecs, et à certains moments tu la surprends (parce que tu n'es pas le gentil AFC qui la suit et qui dit oui à tout, tu gères le mouvement).
Dans le fond je suis persuadé que c'est ce qu'il te manque, du neg pour créer de la tension.
Comme dit ailleurs, c'est le style "involontaire" qui me gêne. Si elle me coupe, je lui dis de se taire parce que j'aime entendre les autres s'extasier. Ou je l'ignore, mais c'est bien le seul genre de neg que je fais. Les "jolis ongles, on dirait des vrais", c'est drôle mais j'aime pas si c'est pour attirer l'attention de la fille alors qu'elle n'a pas encore été désagréable.
Disons que je neg tellement, dans toutes les situations, que lorsque je lâche un compliment il est ressentis très fortement par la target. Je pense franchement que tu devrais essayer, une fois que tu à capter l'intention de la fille ça devrait bien se passer.
Je vais essayer, oui. Mais je me trouve ridicule de ne pas avoir assez de valeur pour capter leur attention sans devoir leur faire ça.
Après caprices je ne sais pas, le principe d'une HSE c'est d'être une Alpha, la matriarche du groupe, le centre de l'intention. Elles défendent leurs bouts de territoires. Je pense qu'il faut les rabaisser dans ce genre de situation, leurs faire comprendre que tant qu'on est la, elle n'est plus la patronne.
J'utilise plutôt en principe la "mutual escalation" (je suis plus certain du terme, mais comme c'est plus cours j'utiliserai ça. C'est le principe de donner de la valeur, parce que ça implique qu'on en a soi même. c'est que c'est bien pour une fille HSE ouverte, mais si elle est plutôt sur la défensive c'est inutile)
En même temps, de son point de vue, la Party girl cherche des party boys HV, c'est dans son milieu qu'elle veux briller
C'est vrai. Mais être un cliché ou un mec qui est entouré seulement à cause de son pognon (par des filles intéressées), ça va pas.
J'ai lu il y a longtemps un ebook qui disait qu'être décalé dans un milieu permet d'y être remarqué. Bien sûr, il faut que ce soit décalé en positif, pas comme le mec mal à l'aise en boite, mais l'idée c'est que dans une boite de province, il vaut mieux être le mec le plus classe que le party boy qu'elles voient tous les jours, même si elles adorent sa compagnie.
Mais ça ne fait pas tout, être remarqué ne fait rien si elles ne se projettent pas avec toi.
Je ne rejette pas tout chez les "party boys", mais l'esprit "je fais tout pour être le centre de l'attention", très courant, me rebute. Si j'arrivais à être ami avec un de ces mecs, qui serait un peu différent de la moyenne de son milieu, je crois que j'aurais moins de mal.
Et oui, c'est le principe même d'une LSE, et ça aide. Elles sont moins exigeantes aussi, on peut rattraper un petit dérapage, et surtout facilement prendre l'ascendant psychologique. J'en reviens à mes classiques, mais c'est clairement le cas "Alfie" qui emballe de la very-LSE et les domines complètement, et se fait dominer par les HSE.
Je vais le regarder. Merci.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 05.08.13, 16h18 par Barracuda
Tu y as trouvé des détails intéressants à ce niveau là?
Mon idée, c'est que j'essaie de suivre mon énergie interne. Si à moment donné je veux bouger, je le fais. Mais les dates et la cold approach c'est très différent. En CA, je donne de l'énergie parce que c'est 90-10, et qu'elle voit que j'ai un intérêt, mais si elle était cool je la traine pas sur la piste si elle a pas envie. Quant au rythme, j'ai l'impression que c'est pareil, faut être dans le sien, mais si tu vas beaucoup plus vite qu'elle, tu perds de l'intérêt. C'est l'exemple de se rapprocher trop vite, de donner son nom directement, etc. Tu peux toujours closer en faisant ça, mais ça marche mieux si tu ne réponds pas à ses attentes. Alors souvent il faut être dans son rythme à elle (je donne pas mon nom à un mec qui m'intéresse pas encore), déjà elle s'attend pas forcément à ça des mecs, et à certains moments tu la surprends (parce que tu n'es pas le gentil AFC qui la suit et qui dit oui à tout, tu gères le mouvement).
Oui c'est intéressant, j'aime bien ta répartie. Tu t'adapte à la cible mais tu garde ton style. Comme tu l'a repéré je ne suis pas très bon en calibration. Je pense que je manque simplement de pratique.
Comme dit ailleurs, c'est le style "involontaire" qui me gêne. Si elle me coupe, je lui dis de se taire parce que j'aime entendre les autres s'extasier. Ou je l'ignore, mais c'est bien le seul genre de neg que je fais. Les "jolis ongles, on dirait des vrais", c'est drôle mais j'aime pas si c'est pour attirer l'attention de la fille alors qu'elle n'a pas encore été désagréable.
Tu n'est pas obligé de poursuivre les negs tout au long du game, mais pour capter l'attention c'est un plus. Faut juste calibrer (je suis un peu bourrin donc des fois, je blesse vraiment la target, ça ne m'a encore jamais coûté de coups mais faut que je fasse gaffe)
Je vais essayer, oui. Mais je me trouve ridicule de ne pas avoir assez de valeur pour capter leur attention sans devoir leur faire ça.
Faut que ça reste dans le domaine de l'humour, si c'est simplement être un jerk c'est pas la peine, ça fonctionne mais si tu le sent pas c'est tragique.
Je ne rejette pas tout chez les "party boys", mais l'esprit "je fais tout pour être le centre de l'attention", très courant, me rebute. Si j'arrivais à être ami avec un de ces mecs, qui serait un peu différent de la moyenne de son milieu, je crois que j'aurais moins de mal.
Y'a un bon moyen pour ça, faire du rugby ou du football américain. Faut aimer ça et avoir de la tune pour payer les tournées, mais c'est valorisant en boîte, je ne pense pas que ce soit enrichissant relationnellement parlant.
Je vais le regarder. Merci.
Je n'est pas vu le remake, donc quand j'en parle il s'agit de la première version avec Michael Caine. C'est un film qui n'est pas joyeux joyeux. Si tu peux le voir en VO c'est mieux.


De rien, on s'entraide^^
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 05.08.13, 15h54 par Onmyoji
"Bonjour, je ne savais pas qu'ils faisaient toujours ce modèle de prothèses..."
Répondre