Trop renseigné, je ne sais plus vers qui me tourner

Note : 4

le 16.04.2017 par Nonchalance

23 réponses / Dernière par Nonchalance le 03.05.2017, 23h25

Un forum pour celles et ceux qui s'intéressent au dev perso, à l'équilibre intérieur, à la psychologie. Surmonter ses blocages, ses croyances limitantes, nourrir et développer ses forces, etc.
Je pense que je me suis emmêlé les pinceaux. Clairement, j'ai besoin d'aide mais je ne fais tellement pas confiance aux professions psy que je me suis penché sur le problème le plus insignifiant pour me persuader que j'avais besoin d'aller les voir pour la masturbation et le porno alors que j'ai vraiment besoin d'y aller pour traiter de mes refoulements.

Et d'un coup, le titre que j'ai choisi pour ce sujet prends tout son sens. Laissez moi reformuler. Au vu de mes dernières compréhensions, vous pensez que je devrais plutôt consulter un psychothérapeute/psychologue ou un psychiatre?

Mais oui, je me rappelle d'un topic dans lequel je disais à un gars qu'il avait un profil d'hypersensible, et tu avais eu une prise de position assez catégorique.

Bon, ça a pris une page pour faire le ménage, nous y voilà.

Je te lance quelques pistes :

1) La Thérapie Comportementale et Cognitive (TCC) qui vise à éliminer les mauvaises réactions et favoriser les bonnes (pour faire court) sans s'attaquer à l'origine du problème.
C'est une thérapie brève et tournée vers le présent.
Peu importe que le praticien soit psychiatre ou psychologue, car pour pratiquer la TCC il faut juste avoir suivi une formation spécifique accessible à l'un comme à l'autre.

2) La PNL, que je connais bien moins, vise à remplacer les mauvais conditionnement acquis dès l'enfance, pour un travail en profondeur donc. Le seul exemple que je connaisse est celui d'une (très bonne) amie qui y a eu recours en plein burn-out puis dépression et qui a dans un temps très court sut rebondir et créer son entreprise.
Je t'avoue que j'ai eu un regard critique sur la façon dont les choses se sont mises en place mais je ne peux que reconnaître que dans sa vie d'aujourd'hui elle est épanouie.
Le truc c'est que j'ai eu l'impression d'avoir en face de moi une autre personne (faut dire que l'implication sentimentale peut rendre un regard moins objectif).
Pour résumer : chemin nébuleux mais résultat incontestable.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] +1 le 25.04.17, 23h27 par Nonchalance

Je t'avoue que ce sont des disciplines sur lesquelles je me suis renseigné il y a longtemps et qui ne m'ont pas convaincu. Mais j'ai les moyens d'essayer avant de juger donc je vais me pencher sur la PNL et advienne que pourra, pour le meilleur j'espère.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Courage le 28.04.17, 16h02 par Haskeerlos

Bon!

Je suis allé voir une psy hier. Ça va être compliqué.

Déjà elle m'a confirmé tout ce que j'avais deviné à savoir, le vécu de plusieurs traumatismes dans l'enfance qui ont forgé ma personnalité. Pour faire simple, j'ai vécu des choses trop difficiles à vivre surtout pour un enfant et le moyen le plus efficace que j'ai trouvé pour me protéger fut de me détacher de mes émotions et sentiments. De plus, pour garder ma sanité, j'ai basculé toute ma personnalité dans un processus de rationalisation et de logique extrême.

Seulement, mes émotions et sentiments sont toujours présents et pour "nourrir" mes défenses les empêchant de surgir, je minimalise. Procrastination, peu d'attachement aux objets matériels, obsessions ou addictions pour ritualiser ma vie de tous les jours et réussir à garder la tête "claire".

Toute mon existence se trouve dans ma tête et ne s'exprime presque exclusivement que dans ma tête. Je refuse inconsciemment de réellement exister dans le monde physique parce qu'il n'a presque aucun attrait (sauf les gens et l'appel du sexe) par rapport à mon monde intérieur qui a en plus le mérite d'être totalement sûr et inattaquable. En dehors de moi même, je n'ai pas d'attaches, pas de famille, pas de religion, pas de culture... aucune des structures qui font grandir l'humain ne m'ont fait grandir en entier. J'ai du picorer tout ce que je pouvais pour me faire grandir tout seul et c'est littéralement ce qui fait de moi un marginal. Je n'ai aucune pudeur parce que je veux être compris et me sentir appartenir.

Je vis à l'âge adulte avec un système de défense qui m'a sauvé la vie quand j'étais enfant et qui m'entrave aujourd'hui. Seulement, je ne peux pas le jeter comme ça et il est très difficile à attaquer.

Dans les points positifs, je sais que je peux toujours ressentir des émotions et des sentiments grâce à ma seule ex. Je sais également que je vais dans la bonne direction puisque je savais déjà presque tout ce qu'elle m'a dit. Et je n'ai pas peur du futur ou de souffrir.

Voilà. J'ai du boulot putain!
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Bien joué le 04.05.17, 09h58 par voucny
  • [0] Courage le 04.05.17, 13h48 par r-0
  • [0] La suite, vite ! le 04.05.17, 22h22 par ChantePaul
  • [0] Courage le 05.05.17, 14h50 par The_PoP

Répondre