Vers quel type de thérapeute me tourner ?

Note : 14

le 14.09.2016 par Yan

10 réponses / Dernière par Nidwazo le 10.10.2016, 21h06

Un forum pour celles et ceux qui s'intéressent au dev perso, à l'équilibre intérieur, à la psychologie. Surmonter ses blocages, ses croyances limitantes, nourrir et développer ses forces, etc.
Répondre
Salut,
j'ai lu récemment sur le forum (je sais plus où) qu'un membre avait été voir un hypnothérapeute, et que ça l'avait littéralement transformé, dès la premières séance.

Ca fait des années que je me sens à part, je fonctionne bien en société mais j'ai des blessures secrètes, une estime de moi défaillante (mais bien cachée), un sourire de façade, mais une anxiété très lourde à porter, et du mal à décider d'un cap pour ma vie. Et du coup, des difficultés à me dévoiler, à créer du lien avec les autres : je suis un solitaire, même si j'adore la compagnie des autres, mes démons me poussent à rester dans mon coin, à pas aller vers les autres, sans doute parce que m'exposer me fait mal (ça et l'idée parasite que "je dois me faire tout seul, pas le temps de perdre du temps").

La version coute : c'est le merdier dans ma tête, ça m'empêche de m'épanouir, de me construire une vie équiibrée, et je voudrais y remédier.

Je n'y comprends rien à la jungle de tous les thérapeutes, pensez-vous qu'un hypnothérapeute serait indiqué pour m'aider à débrancher les croyances limitantes ? Sur quels types de problématiques bosse-t-il ? Y'a-t'il d'autres types de thérapeutes qui me seraient plus indiqués ?


** FK ** Edit : lire aussi :
therapies-quelle-therapie-et-comment-vt37407.html
bien-choisir-son-psy-pourquoi-et-comment-vt37462.html
** FK **

@ Yan: il me semble qu'une psychothérapie d'inspiration analytique, pour commencer et faire le point, serait l'approche la plus pertinente.

Tu peux t'adresser à un(e) psychiatre, un(e) psychiatre-psychanalyste, une(e) psychologue, un(e) psychologue-psychanalyste.

Si tu envisages, dès maintenant, ou après coup, la cure analytique, tu pourras également t'adresser à un(e) psychanalyste, ou continuer avec le ( la) professionnel(le) choisi(e) au départ, si cela est du domaine de ses compétences.

L'hypnothérapie? Pourquoi pas, mais plutôt en complément, en soutien.
Aristophane's touch: " aussi peu que possible, mais autant que nécessaire"...

==> " SPUDO: la voie du pick up"...

Up the irons!

J'ai du mal à faire la distinction entre ces différentes approches, quelles sont leurs particularités ?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Pas de problème ! le 14.09.16, 11h29 par Aristophane

@ Yan: les différentes approches? En fonction du cursus des professionnels concernés? Ou les différentes thérapies?
Aristophane's touch: " aussi peu que possible, mais autant que nécessaire"...

==> " SPUDO: la voie du pick up"...

Up the irons!

Un peu tout ça. J'y comprends rien.

psychiatre / psychiatre-psychanalyste / psychologue / psychologue-psychanalyste ....

Quelles différences ? Quelles indications ?

@ Yan. Pour faire simple:

==> un psychiatre est un médecin spécialiste: 10 années d'études supérieures ( 6 ans d'externat, 4 ans d'internat). Titulaire d'un DES ( diplôme d'études spécialisées) et du titre de docteur en médecine.

Remboursé ( en toute ou partie) par la sécurité sociale.

==> Un psychologue est issu de la filière universitaire également, mais dans le domaine des sciences humaines: précisément en psychologie. Titulaire d'un master ( diplôme universitaire de deuxième cycle), validé par un mémoire de fin d'études et un stage annuel professionnalisant, ou d'un doctorat ( diplôme universitaire de troisième cycle).

Ce n'est pas un professionnel de santé, et il n'est pas remboursé par la sécurité sociale.

Un psychanalyste est une personne ayant effectué une psychanalyse personnelle, puis une psychanalyse "didactique" ( celle-ci ayant pour but de lui permettre de prendre des personnes en analyse), quoique cette dernière n'est pas systématiquement effectuée.

Le titre de psychanalyste n'est pas réglementé, mais les professionnels sont souvent membres d'associations tels que la "société psychanalytique de Paris". Un certain nombre sont titulaires de diplômes universitaires ( en psychologie par exemple).

Non remboursé par la sécurité sociale, si il n'est pas médecin. Encore que le plus souvent, il est jugé qu'il faut que l'analyse "coûte" ( notamment financièrement) au patient, pour qu'il s'implique dans le processus thérapique. :mrgreen:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+3] Intéressant le 14.09.16, 11h27 par FK
  • [+3] Instructif le 14.09.16, 11h45 par Rickhunter
Aristophane's touch: " aussi peu que possible, mais autant que nécessaire"...

==> " SPUDO: la voie du pick up"...

Up the irons!

    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] +1 le 14.09.16, 12h34 par Aristophane

    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] +1 le 14.09.16, 12h34 par Aristophane

Ça risque de faire débat, mais j'aurai tendance à te conseiller de t'éloigner si possible de la psychanalyse.

J'ai quelque futur psy (4-5ème années) dans mon entourage et des amis proches dont les parents sont des chercheurs connus en neuro-sciences, et tous s'accordent à dire que la psychanalyse est une pseudo-science.

Ce live est super intéressant,il aborde le coté presque sectaire d'une majorité de psychanalyste, de son inefficacité à aider les gens et de sa non correspondance avec la réalité du psyché humain.
[youtube][/youtube]
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+3] le 15.09.16, 07h17 par Iskandar
  • [-1] Douteux / Malsain / Toxique le 27.09.16, 22h11 par Allandrightnow
  • [+2] 100% d'accord le 10.10.16, 23h55 par Nonchalance

Bonjour OhreN.

Qui dit encore que la psychanalyse est une science? Il s'agit plus d'une technique, d'un art.

Dont la nécessité doit être évaluée sérieusement.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] C'est pas le plus important le 18.09.16, 10h07 par oHreN
  • [+1] 100% d'accord le 27.09.16, 22h12 par Allandrightnow
Aristophane's touch: " aussi peu que possible, mais autant que nécessaire"...

==> " SPUDO: la voie du pick up"...

Up the irons!

Yan a écrit :Ca fait des années que je me sens à part, je fonctionne bien en société mais j'ai des blessures secrètes, une estime de moi défaillante (mais bien cachée), un sourire de façade, mais une anxiété très lourde à porter, et du mal à décider d'un cap pour ma vie. Et du coup, des difficultés à me dévoiler, à créer du lien avec les autres : je suis un solitaire, même si j'adore la compagnie des autres, mes démons me poussent à rester dans mon coin, à pas aller vers les autres, sans doute parce que m'exposer me fait mal (ça et l'idée parasite que "je dois me faire tout seul, pas le temps de perdre du temps").
Salut Yan,

Anxiété --> TCC, thérapie cognitive comportementale
Tu peux te rapprocher de groupes de soutiens (IRL ou digitaux) - tu pourras discuter de thérapie avec les anxieux qui connaissent bien le sujet et qui sauront peut-être même t'indiquer un bon psy TCC.

Ce que tu décris c'est pas mal de l'anxiété sociale. Il y a différents niveaux et la tienne semble pas très très handicapante, tu sociabilise malgré une difficulté à créer des liens et te dévoiler. "Mes démons me poussent à rester dans mon coin" c'est typique. Et s'exposer ça fait mal mais avec un psy TCC tu pourras essayer de revoir ça. Faut trouver les moments et les opportunités qui sont à la fois un peu difficiles / challenging mais à la fois assez excitantes pour sociabiliser, et essayer de les mener à bout : sans t'en vouloir si tu n'y parviens pas.

"je dois me faire tout seul, pas le temps de perdre du temps" -- de manière générale les anxieux sont durs envers eux-mêmes, on est presque son plus grand détracteur. Essayer d'être plus bienveillant envers soi-même, se le répéter, un jour ça fonctionne :) Et ça dénoue les noeuds qu'on se fait dans la tête (en plus de nous libérer du pic d'anxiété sur le moment).
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Constructif le 11.10.16, 00h40 par Aristophane
  • [+1] Intéressant le 12.10.16, 22h43 par Allandrightnow

Répondre