Avoir une vie intéressante

Note : 32

le 16.03.2016 par Iskandar

32 réponses / Dernière par Iskandar le 19.03.2016, 14h07

Pour celles et ceux qui veulent discuter et demander des conseils rencontres et séduction; comment faire avec cette fille ou ce mec; et plus généralement, comment pécho / trouver l'amour à l'ère du swipe left, notamment quand on est ni mannequin, ni un ninja de la drague.
Il n'y a rien d'absolu, si ce n'est que l'essentiel est d'abord de trouver personnellement comment rendre sa vie intéressante.
Oui.
Et après il y a la question des moyens et c'est précisément ce dont il est question dans le sujet. Il n'as jamais été question de savoir ce qui était mieux ou pas, tout le monde sait que c'est un faux débat.
Les moyens de quoi ? D'avoir une vie intéressante ?

Ça mène forcément à définir ce qu'est une "vie intéressante", et la question des moyens est donc relative aussi, et c'est bien le sujet ici.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] ??? le 17.03.16, 12h09 par Mr.Smooth
Haha, certes.
Mais dans ma tête c'est plus:
->de quoi ai-je envie?
->comment j'y parviens?
Pas l'inverse.

D'autre part, un sous jacent du sujet (enfin de ce que j'ai compris d'iskandar) c'est aussi le poids de l'imaginaire commun dans les relations de tout les jours. C'est pas forcément un facteur négligeable -selon tes objectifs bien sur-.

De ce fait, je me permet de demander à Iskandar ce que tu penses de nos développements et si tu pouvais par là même spécifier les points que tu voudrais que l'on aborde;
Oui, bien sûr. Le processus "de quoi j'ai envie - comment j'y parviens" c'est avec d'autres mots ce dont je parle quand je dis que l'essentiel est de réfléchir à comment avoir une vie qui nous plait.
Ou même : qui nous fait vibrer, de choses dont on est fier de parler quand on est en rdv par exemple, si on relie ça à la séduction.
J'aime beaucoup la question alternative que Blusher proposait, plutôt que demander "que fais tu dans la vie" : demander "de quoi es-tu fier(e)".


Par contre comprend pas bien ce que tu entend par "imaginaire commun", ou plutôt j'ai peur de comprendre, donc je veux bien que tu développes.
Si t'as "peur de comprendre" c'est que t'as compris.


Du reste, les questions, les gens savent assez bien rebondir dessus. Quand on te dit que fais tu dans la vie, tu n'es pas obligé de t'arrêter à ta fonction au contraire.

Mais je suis assez adepte des "qu'est ce qui te fait vibrer/du quoi es tu fière", quand les gens ne vont pas au delà.
Bah pour l'imaginaire commun, c'est une notion très vague et très relative. J'en reviens donc au film "le dîner de cons" : attention aussi à pas étiqueter trop vite ce qui pourrait sembler être un canon de vie intéressante, et ce qui ne le serait pas.

Ce n'est un poids que pour celui qui est sous trop grande influence du regard extérieur.
Mais on est tout à fait d'accord Vénusian;
Seulement, les relations ça se fait à deux, d'humains à humains, et les gens ne fonctionnement pas forcément comme nous ici à parler de relatif.
Ce n'est un poids que pour celui qui est sous trop grande influence du regard extérieur.
Sauf que la plupart des gens sont communautaires et que l'avais de consensus, l'imaginaire commun à un poids.
Peut être pas sur toi et moi, mais chez d'autres, et beaucoup, oui. C'est ni bien ni moins bien, mais c'est ainsi.
Va falloir que tu sois plus clair, parce que je comprend rien à ce que tu veux dire :)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] C'est balot le 17.03.16, 20h25 par Mr.Smooth
J'avoue, il y a plusieurs aspects du sujet que j'avais pas vu, et ça m'a permis de mettre un peu d'ordre dans la manière dont je vois les choses.
Onmoyji a écrit :Faut il avoir une vie intéressante ou être intéressant?
Ça dépend. En terme de valeur projetée la vie intéressante va donner des gens qui ont une cour mais s'ils ne sont pas intéressants il n'y aura aucun lien et le niveau sera faible.
Un mec avec une vie intérieure riche sera différent. Ça n'aura pas la même portée et le même clinquant mais ça n'a pas les mêmes retombées en termes de qualité.
Mon sujet de base, c'est clairement « avoir une vie intéressante ». Donc en fait, tu partages mon point 3, avec l'exemple de Benzema que tu donnes. Syd doit être d'accord avec ce que j'exprimais au point 1, d'où qu'il a tiqué sur l'exemple du maître-chanteur producteur de porno (Benzema).

La vie intérieure riche, je sais pas si ça a un intérêt avec les autres... Pour soi-même, très clairement ! Mais dans le social, comme tu dis, je sais pas... Le truc, c'est que je suis pas sûr que ce soit communicable. Ca peut être intéressant à explorer.

Et pour moi, même si c'est pas le seul moyen, une vie intérieure riche pousse à une « vie intéressante » (point 2). C'est un peu le problème de gâchis dont parlait Syd avec le bibliothécaire. Et ce lien marche dans les deux sens, à cause de ce que Smooth expliquait sur la marge de manœuvre que donne l'argent (et je rappelle, je parlais de situation professionnelle, pas seulement d'argent). Ces expériences permettent de mieux se connaître et « forment la personnalité ». D'où mon interrogation sur la situation professionnelle et la citation sur la place dans le jeu de séduction.

En outre, l'argent permet souvent de donner plus d'atouts, dans ce sens :
Onmyoji a écrit :Le mec "cute" ça tient que le temps qu'on lui parle pas. Ensuite le vernis craque s'il est con comme un balai. S'il ne l'est pas et il y a des chances s'il a l'esprit assez ouvert et vraiment intéressé par ses activités (…) c'est normal qu'il soit au dessus de l'autre socialement parce qu'il a plus d'atouts.
Et avec son exemple de P., Owen se rapproche de ce que j'exprimais au point1.
Finn541 a écrit :Avant de rentrer dans le débat, je pense qu'il est important de rappeler qu'il existe bel et bien des croyances et idées limitantes qui définissent des "critères" de "vie intéressante".

Cette "vie intéressante" fantasmée dans l'inconscient collectif existe, à mon sens, uniquement en opposition à la conception de vie "chiante et routinière" - "métro boulot dodo" que la majorité des gens vivent. Elle naît donc de l'insatisfaction et de la frustration.
Cette notion de "vie intéressante" et les critères qui l'accompagnent permettent donc de pimenter/rythmer/échapper à cette routine dont nous ne sommes pas satisfaits.
Pertinent comme remarque je trouve.

Mais la remarque qui illustre à merveille la petite contradiction qui tend à m'accrocher à la caricature de standard de vie « intéressante » (l' « imaginaire commun »).
Venusian a écrit :Le film le "dîner de cons" est un excellent exemple de cette caricaturequi commence à se dégager de ce débat, qui est de vouloir établir un standard de "vie intéressante".
Alors, effectivement, on part avec des points en moins quand l'intérêt majeur dans la vie est de monter des maquettes en allumettes qu'on est un gros gaffeur, mais attention aux jugements de valeur.
Si je devais caricaturer, je dirait « non, la taille ne compte pas du tout. Mais il y a certaines limites ».

@Venusian : tu m'aides à résoudre la contradiction ? Pourquoi on part avec des points en moins ?



Par contre, j'avoue. Un truc qui n'étais pas bien clair dans ma tête, la différence attirant / intéressant. Pour Smooth, je vois. Je voulais demander à @Onmyoji aussi s'il pouvait développer sur attirant. Quant aux autres, n'hésitez pas !
@Venusian : tu m'aides à résoudre la contradiction ? Pourquoi on part avec des points en moins ?
C'est plus difficile de passionner la foule qu'avec une passion plus "mainstream". Mais encore une fois, c'était juste pour tempérer légèrement mon propos et pas être binaire.

Une personne sincèrement passionnée sera intéressante auprès d'une majorité de personnes. Peu importe le contenu de ce qui la fait vibrer, et d'ailleurs je le redis : on a de toute façon tendance à s'accorder avec des gens avec qui on partage un minimum de choses.

Je rebondis là-dessus en reformulant ce que j'ai dit plus haut, mais en reprenant les termes employés ici : la fameuse "valeur projetée" (terme que je déteste, au passage) est quelque chose de relatif. Elle n'est pas la même selon la personne qui la reçoit, preuve en est-ici : on donne pas tous la même valeur à la vie de Benzema.

Il peut-être intéressant par contre de définir ces limites dont tu parles Iskandar, ce qui fait de nous quelqu'un d'objectivement inintéressant, ou même bizarre.
Pour ma part, ça tient plus aux comportements et l'aisance sociale que vraiment la vie qu'on mène : sociabilité, facilités pour le contact, confiance en soi, etc.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Pertinent le 19.03.16, 13h50 par Iskandar
Syd_ a écrit :En ce qui concerne l'argent, on a tous tendance à vouloir en gagner beaucoup, sans se rendre compte de combien on a vraiment besoin. Si on vous pose la question, vous avez probablement très envie de gagner au loto ou être payé 100 000€ l'année mais dans la réalité il est fort probable qu'il vous manque juste 200€ par mois ou mettre 10 000€ de côté pour vivre à l'aise et réaliser vos projets, ce qui parait de suite plus réalisable.
Peu de personnes te diront qu'elles ont besoin de doubler leurs revenus, de posséder une immense villa et une Porsche. Au contraire, ainsi que tu le dis, il manque juste un peu : on se satisferait d'une petite augmentation, d'un appartement à peine plus grand, et d'une voiture un peu plus grosse.

Mais je pense que cette façon de penser est un piège. Car le jour où l'augmentation arrive, où l'appartement un peu plus grand et la voiture un peu plus grosse deviennent réalité, c'est simplement l'itération suivante qui démarre. Juste une petite augmentation encore. Et quelques mêtres carrés de plus…

Cette manière de penser est le moteur d'une course qui n'a pas de ligne d'arrivée.
ailether a écrit :
Syd_ a écrit :En ce qui concerne l'argent, on a tous tendance à vouloir en gagner beaucoup, sans se rendre compte de combien on a vraiment besoin. Si on vous pose la question, vous avez probablement très envie de gagner au loto ou être payé 100 000€ l'année mais dans la réalité il est fort probable qu'il vous manque juste 200€ par mois ou mettre 10 000€ de côté pour vivre à l'aise et réaliser vos projets, ce qui parait de suite plus réalisable.
Peu de personnes te diront qu'elles ont besoin de doubler leurs revenus, de posséder une immense villa et une Porsche. Au contraire, ainsi que tu le dis, il manque juste un peu : on se satisferait d'une petite augmentation, d'un appartement à peine plus grand, et d'une voiture un peu plus grosse.

Mais je pense que cette façon de penser est un piège. Car le jour où l'augmentation arrive, où l'appartement un peu plus grand et la voiture un peu plus grosse deviennent réalité, c'est simplement l'itération suivante qui démarre. Juste une petite augmentation encore. Et quelques mêtres carrés de plus…

Cette manière de penser est le moteur d'une course qui n'a pas de ligne d'arrivée.
Pas d'accord sur les envies matériel.
Tout dépend des milieux et des fameux imaginaires véhiculés par ceux ci.

Mon beau frère plombier (milieu modeste) bosse dur (burn out compris) pour avoir villa et Porsche. Ces amis ont les mêmes désires que lui.

Pote d'enfance qui à tout misé sur sa carrière pour avoir une maison d'architecte en face de la Suisse + grosseS voitureS dans le garage + cercle sociale de frontalier bling-bling dans le même délire.

Autre pote d'enfance qui bosse dans le sociale pour avoir plein de temps pour soit, s'occuper de son jardin, éduquer ses mômes, prendre le temps de vivre... petite voiture, petit maison acheté en collaboration avec d'autres amis alternatifs.

Tous sont en couple avec des nanas qui ont l'air de leurs plaire beaucoup, tous ont une vie et des centres d'intérêt différents voir opposé, mais pleinement assumé.

Après je suis d'accord sur le le concept du puits sans fond concernant les envies matériels.
Et la capacité de chacun à rester à un certain niveau.
Mais c'est un autre problème.

Pour revenir au sujet initial, tout dépend de la vie qu'on veut se donner, des gens qu'on a envie de côtoyer, des filles à qui on a envie de plaire.

Mecs par exemple avec ma vie actuelle de trentenaire bohème et fauché, la Genevoise bling-bling, aussi bonne soit-elle, je voit pas trop ce que je vais pouvoir faire avec elle , à part un tour dans sa bagnole made in Gremany. Je peux la faire rêver une soirée parce que je sais être un acteur crédible mais après?...

Ze holde subject qui est intéressant en la question:
la-valeur-la-seduction-et-la-vision-du- ... 28760.html

De mon point de vue -tu t'en fous surement mais je le donne quand même :) - Je plaît à un type de nana parce que je sais communiquer sur ce qui me semble important de ma personne, ce que j'ai développé au fil du temps, mes victoires, mes ambitions...
Je suis sur que Venusian, Ony, Smooth et les autres tous ne plaisent pas aux même types de nanas, évoluant dans des milieux différents, avec des projets de vie différents et des envies différentes. Ne serai-ce qu'au niveau du physique, enfin voila quoi: vos-ideaux-feminins-masculins-vt31243-380.html
(Je vous conseil à ce sujet la lecture de L'histoire de la beauté par Eco http://www.babelio.com/livres/Eco-Histo ... aute/44376)

Je parle pas de l'aventure fuguasse autant qu'exquise se limitant au coup d'un soir ou à une passade de quelques semaines. Par le truchement du hasard ou par envie de neuf on peut aller à s'encanailler dans des eaux inconnues. Mais force est de constater que les styles de vies véhicules des canons esthétiques, philosophiques et matériel difficile à dépasser.

http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/donsoc06c.pdf

Même si je suis idéalement d'avis de dépasser les critères sociaux, économiques, communautaire et tutti quanti, chose que j'ai souvent essayer de mettre en oeuvre à divers époque de ma modeste vie.

Bref, Iskandar je pense que développer une bonne capacité à communiquer positivement sur ce qu'on est* est aussi important que de se développer intérieurement et matériellement. Sur le dernier point, étant moi même dans une situation quelque peu délicate (mais pas catastrophique) j'ajouterai que les années apportent une pression supplémentaire au confort matériel.

De plus je trouve qu'en valeur perçus, tout milieux confondus, il arrive un âge où ne pas avoir quelque chose de concret dans sa vie (mis à part les grands voyageurs) devient difficile à défendre. Nous sommes dans une société occidentale matérialiste, qu'on le veuille ou non, il faut avoir bâti, créer ou posséder quelque chose (matériel ou immatériel) pour être quelqu'un, surtout sur le long terme.

* T'en est où avec le théâtre d'impro? Je me souvient de ton post sur le sujet et je pense que c'est une des plus belles façons d'arriver à exprimer ce que l'on est.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+3] A lire le 19.03.16, 13h50 par Iskandar
  • [+3] Très intéressant le 19.03.16, 14h11 par The_PoP
Venusian a écrit :Il peut-être intéressant par contre de définir ces limites dont tu parles Iskandar, ce qui fait de nous quelqu'un d'objectivement inintéressant, ou même bizarre.
Pour ma part, ça tient plus aux comportements et l'aisance sociale que vraiment la vie qu'on mène : sociabilité, facilités pour le contact, confiance en soi, etc.
Je pense qu'effectivement, je gagnerais à y réfléchir. Pour l'instant, je n'en suis pas capable et en plus ce questionnement met en lumière certaines contradictions dans ma manière de voir les choses.
The Daze a écrit :* T'en est où avec le théâtre d'impro? Je me souvient de ton post sur le sujet et je pense que c'est une des plus belles façons d'arriver à exprimer ce que l'on est.
Au placard. 1) Je ne m'était que moyennement senti à l'aise quand j'ai testé. Pas en inconfort, mais rien de si spécial :? , pas l'étincelle . 2) 20 ans est le plus bel âge (toi aussi, vas-tu partir dans un fou rire comme le dernier à qui je l'ai dit ? (je l'ai accompagné dans son fou rire :? :) )) donc dans les mois qui ont suivi, c'est devenu encore plus coton niveau finances et temps, puis la situation a évolué de sorte que j'ai dû remiser au placard.

Actuellement, je suis dans une charnière, donc en train de faire un bilan pour décider de la suite à donner à ma vie.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Courage le 19.03.16, 17h41 par Thedaze
Répondre