Quelqu'un a-t-il le même problème ? (relationnel)

Note : 2

le 20.10.2021 par Safrania95

5 réponses / Dernière par Onmyoji le 22.10.2021, 08h11

Pour celles et ceux qui veulent discuter et demander des conseils rencontres et séduction; comment faire avec cette fille ou ce mec; et plus généralement, comment pécho / trouver l'amour à l'ère du swipe left, notamment quand on est ni mannequin, ni un ninja de la drague.
Répondre
Bonjour à tous,

Le but de mon post est de savoir si quelqu'un a déjà vécu ce que je vis et comment cette personne a réussi à dépasser le blocage dont je vais parler.

Ce blocage concerne les relations interpersonnelles. J'ai remarqué que globalement dans ma vie je n'arrive pas à tisser des liens avec les gens autour de moi. Je ne manque pas d'envie. J'ai simplement beaucoup de mal à << interagir >> avec les autres. En général, lorsque j'échange avec quelqu'un on se dit quelques banalités et la conversation s'arrête là et on ne va pas plus loin. Je pense être un peu mal à l'aise et j'ai tendance à paniquer intérieurement (ce que je me force à cacher) quand je vois que la conversation patine. Et avec tout ça j'ai vraiment l'impression de ramer pour approcher les gens, les côtoyer et garder un lien.

Après ce n'est pas non plus une vérité absolue. J'ai quelques très bons ami(e)s, une famille aimante et de nombreuses connaissances. Avec lesquels tout se passe très bien.

J'essaie de faire le plus d'efforts possibles pour me débarrasser de ce blocage. Je me suis inscrit au rugby et à l'escalade cette année. Et puis quand j'ai du temps j'essaie de faire des séjours en groupe ce qui marche plutôt bien pour se sentir plus à l'aise et confiant.

Mais quelque chose continue tout de même de me bloquer à l'intérieur. Et le moment où c'est le plus criant c'est vraiment lorsqu'il s'agit de parler avec une personne en face-à-face. Ca m'angoisse presque. Ce qui rend difficile la création d'un lien d'amitié ou d'amour. J'ai du mal à me faire de nouveaux amis.

Je pense que je peux faire un peu plus de sorties notamment dans les bars pour faire la fête. Je comptais aussi ajouter quelques activités parallèles telles que le théâtre et les cours d'éloquence. Mais pour l'instant le travail à la faculté m'empêche de faire plus de choses. Si j'arrive à rattraper mon retard, à prendre de l'avance et être sérieux au travail je pourrais je pense ajouter ces activités.

Du coup ma question : est-ce que quelqu'un a déjà vécu quelque chose de similaire et comment s'en est-il sorti ?

Merci beaucoup par avance pour vos réponses !

Une excellente soirée à tous !
Aussi étroit soit le chemin,
Nombreux les châtiments infâmes,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme.

Bonjour.
Ce n est pas mon cas donc je peux difficilement te donner des conseils mais déjà tu as conscience du problème et c est un grand pas. Faire plus d activité me semble une bonne idée. As tu envisagé d en parler avec un psychologue ? Il y a peut être un blocage qq part, une angoisse de l enfance.

Safrania95 a écrit :
20.10.21
Et avec tout ça j'ai vraiment l'impression de ramer pour approcher les gens, les côtoyer et garder un lien.

Après ce n'est pas non plus une vérité absolue. J'ai quelques très bons ami(e)s, une famille aimante et de nombreuses connaissances. Avec lesquels tout se passe très bien.
Hello,

En lisant cela, j'ai la sensation qu'il n'y a pas de problème (ou alors qu'il n'est pas bien gros).

Tu sembles avoir déjà un cercle social, en dehors de la famille (qui est déjà un cercle social en soi).

Tes amis et connaissances t'invitent-ils à des sorties ou événements privés (soirées apéro/jeux, anniversaires, weeks-ends, mariages, etc...) ?

Ce membre a été banni de FTS, en raison de manquements répétés au règlement. Un membre peut être banni automatiquement si sa note descend trop bas (ou trop vite), ou manuellement par un modérateur. Les propos de ce membre n'engagent que lui et ne reflètent pas les opinions des utilisateurs de FTS.
Mais c'est quoi ces gens sans confiance en eux s'inventant des problèmes eux-mêmes? Ils risquent pas de beaucoup baiser en tout cas

D’accord avec Axelos.

La gêne que tu ressens est peut-être due à des attentes plus importantes que ce que la plupart des gens sont prêts à offrir dans la vie réelle. C’est une supposition, si ce te semble correspondre, alors c’est plutôt ça qu’il faudrait travailler.

Safrania95 a écrit :
20.10.21
Ce blocage concerne les relations interpersonnelles. J'ai remarqué que globalement dans ma vie je n'arrive pas à tisser des liens avec les gens autour de moi.

C’est normal que la plupart des liens restent superficiels.
Nous sommes tous exposés à de multiples sollicitations qui ne sont pas nécessairement bienveillantes. On finit par juste se demander ce que veut obtenir de nous la personne qui nous sollicite.
Sous communiquer non verbalement que tu es bien au courant de ça et que tu es dans le même état d’esprit ( donc point commun avec ton interlocuteur), mais que tu restes ouvert, c’est déjà beaucoup.

Safrania95 a écrit :
20.10.21
En général, lorsque j'échange avec quelqu'un on se dit quelques banalités et la conversation s'arrête là et on ne va pas plus loin.

C’est normal, rassure toi. A la rigueur, c’est d’attendre plus qui peut sembler un peu curieux.

Safrania95 a écrit :
20.10.21
Je pense être un peu mal à l'aise et j'ai tendance à paniquer intérieurement (ce que je me force à cacher) quand je vois que la conversation patine.

On est à peu près tous beaucoup plus transparents qu’on se plaît à le croire. Si tu es mal à l’aise, ça se voit, et les émotions sont contagieuses. Perso, je détecte illico quand une personne place trop d’enjeux d’estime de soi dans son interaction avec moi.

En bref, je dirais juste de destresser : c’est normal de ne pas convertir la majorité de tes interactions sociales en relations durables. Ça n’a rien à voir avec tes compétences relationnelles, même si elles sont sûrement améliorables.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Pertinent le 22.10.21, 07h38 par Onmyoji

Je note que tu parles de liens et pas spécifiquement d'amitiés.
Pour les liens, c'est une lapalissade mais il faut cultiver une forme de connexion, que ce soit par l'humour ou une autre émotion/ déclencheur d'émotion, le regard partagé sur un truc que vous avez en commun (une classe, une matière préférée, un boulot, une activité), des éléments partagés plus personnels (sans forcément aller jusqu'à l'intime ou au plus sérieux. Ça peut être des anecdotes d'enfance sur des conneries qu'on a tous faites), une même attitude ou des traits de personnalité communs.
Une des difficultés actuelles est que les gens sont plus individualistes et ont moins besoin de cela (ou alors ils le remplissent de manière narcissique en s'accolant à des gens qui ne leur prennent pas d'espace mais dont ils se réclament: influenceurs, gourous, politiciens...).
Mais c'est pas insurmontable.
Dans un huis clos les gens sont plus facilement rapprochés (une fois qu'ils ont épuisé les ressources de leur téléphone, mais pour les plus accrocs ça peut prendre du temps); donc une classe ou un cours de club avec des échanges réguliers c'est un bon point de départ.

L'autre difficulté c'est ton malaise qui est irrationnel et instinctif. On a presque tous peur d'être exclus du groupe: "qu'est ce que ça dit de nous et de nos aptitudes sociales si personne ne veut de nous?". Auparavant c'était la mort presque assurée d'être exclu, et plus tard ça plongeait quand même dans des situations difficiles et angoissantes.
D'où aussi l'investissement dans les réseaux sociaux, aujourd'hui c'est plus facile de trouver des gens comme soi quand tu as des hobbies confidentiels.
Mais ça vient souvent en obstacle en vrai.
Déjà il faut se dire que c'est normal donc, avoir un peu plus confiance en soi, et faire en sorte de ne pas en rester à du badinage. La pluie et la beau temps c'est un moyen de prendre la température, de voir si l'on peut aller plus loin. Mais ensuite si on voit qu'on est intéressé il faut se jeter à l'eau avec un sujet propice à connecter sans que ce soit forcément des informations personnelles. Juste montrer "hey, on vient de se tomber dessus et on est un peu pareils". Pas "je veux savoir où tu habites, ton nom, ton numéro de sécurité sociale" ou donner les siens à l'autre. C'est trop précoce souvent.

Pour l'amitié, il faut un surplus de respect mutuel par rapport à la simple reconnaissance, de l'admiration mutuelle, un minimum de valeurs communes même si on peut être le jour et la nuit dans l'attitude et la personnalité, et un goût pour le partage de certaines choses et activités. C'est plus complexe et ça se force pas, même si on peut créer les opportunités. Ça prend pas forcément du temps de le devenir, mais ça en prend de la faire croître et l'entretenir.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Tout à fait ! le 22.10.21, 13h02 par Citadin
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

BON PLAN SEXY : De -15 à -70% chez la boutique sexy LoveHoney.fr. LoveHoney.fr propose toute l'année des réductions très agressives sur leur catalogue lingerie, sextoys et autres accessoires. Suivez ce lien pour consulter les offres du moment.

Vous pouvez aussi soutenir FTS en passant par ce lien pour faire votre shopping sur Amazon.fr

Répondre