Safrania95 : Le commencement

Note : 92

le 30.11.2016 par Safrania95

154 réponses / Dernière par Safrania95 le 14.05.2022, 02h01

La vie est faite de virages, d'obstacles à surmonter, d'audace, de surprises et de rencontres décisives. Racontez votre histoire, entrez dans la légende; partagez vos cheminements, vos interrogations, vos rencontres, vos aventures - foirées ou réussies, c'est pas le plus important - et recevez les avis et conseils des autres membres.
Répondre
En fait je pense que ça se résume à la spontanéité. Soit tu réfléchis pas / t'as pas peur et t'es facilement spontané, soit tu réfléchis, tu te trouves, tu terrasses tes peurs et ça te permet de plus avoir rien à foutre de rien et donc d'être spontané.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Bien vu le 13.03.22, 15h44 par Safrania95
Trouve ton courage. N'écoute que lui.
"L'instinct nous dicte le devoir, et l'intelligence nous donne les prétextes pour l'éluder ~ Proust
(c'est pas faux !)

Bon désolé ! Big pavé ! À la base je devais juste te répondre FK mais j'ai digressé en anecdotes, réflexions sur la vie et racontage de mon histoire personnelle.

Ca fait du bien :lol:

FK a écrit :
12.03.22
En fait je pense que ça se résume à la spontanéité. Soit tu réfléchis pas / t'as pas peur et t'es facilement spontané, soit tu réfléchis, tu te trouves, tu terrasses tes peurs et ça te permet de plus avoir rien à foutre de rien et donc d'être spontané.

Ca fait plaisir de recevoir des messages du boss !

Tu as raison pour la spontanéité mais encore faut-il, pour ma part, assumer tout ce qui me traverse l'esprit et tout ce que je ressens... Ce qui n'est pas mon cas. Il s'agit bien de << terrasser >> ce qui me fait peur dans ma tête. Comprendre que ce que je ressens est légitime, que ce dont j'ai envie l'est également, et que ce qui me traverse l'esprit est normal. J'y travaille et suis en bonne voie je pense. Et pour les femmes justement je ne suis pas sûr d'être à l'aise avec le fait de me sentir attiré par certaines. J'ai peur de ce que je ressens, réellement. J'ai peur de ce qu'il y a de sexuel en moi et de ce qu'il peut y avoir de sexuel dans un rapport avec une femme. Et quand je dis rapport je ne parle pas du coït mais bien de la rencontre. Le fait de découvrir la personne, de comprendre qu'il y a une réciprocité dans ce qu'on ressens et que donc in fine on veut baiser. Tout ça m'effraie pour le moment.

D'ailleurs si vous avez des conseils pour progresser là-dessus je prends.

En fin de compte je suis pas à l'aise avec la sexualité en général. Et je bloque tout du coup. Je bloque ce que je ressens, je me détourne de la réalité pour ne pas avoir à l'affronter.

Ce qui est marrant c'est que parfois certaines rencontres dépassent tout ça. On tombe parfois sur des gens qui nous font sentir à l'aise et qui nous font oublier toutes nos peurs et incapacités comme celles que je viens d'énoncer. Je pense notamment à Fanny avec laquelle au bout de quelques jours après s'être rencontré on a couru à poil dans les champs main dans la main.

Ca me fait penser à une meuf que j'avais rencontrer en Asie. Une européenne. On sortait le soir avec quelques potes du moment. Je me souviens il y avait un groupe d'une vingtaine de personnes qui étaient en sortie organisée par un hôtel du coin. Du coup, ils faisaient la tournée des bars de la ville. En faisant la queue devant une boîte j'ai abordé un gars du groupe. Rapidement, la meuf dont je vais parler ici commence à me parler en me disant que le mec avec lequel je parle est un exhibitionniste et qu'il faut pas que je parle avec, tout ça en blaguant. Mais preuve à l'appui elle me montre une photo de lui à poil. Bref, sur le moment je me dis wtf ? Un peu plus tard, une fois entré dans la boîte je discute avec d'autres gars du groupe et rapidement on s'apprécie du coup ils m'offrent quelques shots. La meuf rapplique et je me souviens qu'elle était hyper impressionnée par la facilité avec laquelle je rencontrais les gars de son groupe. Je crois que la situation a à ce moment-là dragué pour moi. Enfin je dégageais un truc qui mettait hyper en confiance. Enfin bon. On se retrouve à nouveau à discuter ensemble et je me dis sur le moment qu'on a un feeling incroyable. Du coup je lui propose je sais plus quoi, soit de prendre son numéro pour se revoir soit autre chose. Elle me regarde avec un grand sourire en me disant qu'elle a un mec et que c'est pas possible. Et ajoute que si elle n'en avait pas eu elle aurait dit oui direct. Texto. Et me fais un long baiser sur la joue.

En fait je crois que j'ai déjà raconté ça quelque part dans mon journal mais bon c'est un classique.

C'est vraiment ce type de relation que j'ai envie de développer avec les meufs. Quelque chose de confiance, avec un échange réel, sincère et profond mais en même temps léger et subtil. Ce qui est fou dans tout ça c'est que même si j'ai pas mal de bâtons dans les roues du fait d'être qui je suis, je sais que je suis capable de tout ce dont j'ai envie. Car dans certaines circonstances, et de nombreuses fois dans ma vie dans diverses situations, j'ai été celui que je veux être.

D'ailleurs c'est assez mystérieux. Sans trop savoir pourquoi, il y a des blocages qui sont là, des blessures, des manières de ressentir les choses qui nous rendent souvent incapables de vivre ce que l'on devrait vivre. Et en matière de vivre sa vie il ne devrait pas y avoir de compromis pour aucun de nous

Et ça fait genre douze ans maintenant que je me casse la tête constamment pour régler tout ça.

Au début, j'ai essayé (j'allais dire bêtement mais faut bien commencer par quelque chose) d'aborder des filles dans la rue. Putain c'était il y a tellement longtemps. Je revois encore le mec qui avait accepté de me prendre sous son aile aborder une meuf aux Halles de Paris. Quand je l'ai vu faire j'ai halluciné comme jamais. Pas qu'il fut si fort ou compétent mais dans ma tête j'avais jamais vu ça et quelque chose que je catégorisait comme impossible passait soudainement dans la case << possible >>. Après ça j'ai eu mes premières victoires. Genre des numéros, des meufs qui accrochent, des dates et du sexe.

Bon après ça, j'ai eu mes problèmes d'ado et j'ai vraiment vrillé dans ma tête du fait de me sentir trop seul, trop décalé avec les gens au lycée et trop en souffrance notamment avec ma famille avec laquelle c'était devenu intenable. J'étais agressif avec et j'avais souvent la sensation d'être un étranger dans ma propre famille. Vous mixez tout ça et vous avez mon état à l'époque et pendant quelques années : merdique mais bien bien merdique. J'ai pas connu beaucoup de gens qui soient allé aussi loin dans la souffrance. Bien évidemment ça se répercute dans les résultats en drague : zéro résultats (sauf avec ces fameuses personnes que j'évoquais plus haut : celles qui merveilleusement nous correspondent et qu'il n'y a rien besoin de faire pour que ça se passe car elles vous mettent à l'aise sans trop savoir pourquoi). À l'époque j'ai même fait un petit tour en psychiatrie.

Après ce << petit tour >>, j'ai vu les choses autrement. J'ai travaillé constamment à me resocialiser mais au travers d'institutions. Et non pas à l'arrache dans tous les sens. En fait, j'ai fait un retour à l'essentiel. Il fallait que je retrouve une structure personnelle et que je me tienne.

A côté de ça, je suis quand même revenu dans le game en parallèle. D'ailleurs ça correspond au moment où j'ai commencé ce journal. Tout est là les gars.

Mais ça marchait pas. Trop peu de résultats. Il y a un truc qui bloquait. Tout est dans ce journal encore une fois. Donc j'ai encore changé de stratégie et ai choisi de reprendre des études. Pour aller encore plus loin dans ma restructuration. J'ai repris le rugby, l'escalade. Et franchement j'ai actuellement les plus grandes évolutions depuis un bon moment. J'ai besoin d'un recentrage. J'en parlais plus haut dans mes autres messages.

Et je pense que petit à petit ça va revenir. Je réapprendrai à être spontané justement. À avoir la vraie confiance.
Aussi étroit soit le chemin,
Nombreux les châtiments infâmes,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme.

Hello !

Très sincèrement, je pense qu'il faut que tu trouves un bon psy pour t'aider à exorciser tout ça, défaire tes nœuds. je sais pas si tu y arriveras tout seul, et le temps passe mine de rien.

Il réglera pas tout par magie, mais s'il est bon, il t'aidera à tirer sur les bonnes ficelles, celles qui défont les nœuds, ou en tout cas, qui commencent le boulot. Je te dis ça en connaissance de cause, ça peut être extrêmement efficace, et très rapide. Par contre il faut que tu sois impliqué dans la démarche, et que tu joues le jeu à fond : il faut te livrer à 100% et ne pas avoir de secrets / de réticences à lui dire ce qui te pèse.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] C'est pas faux le 14.03.22, 21h44 par Safrania95
Trouve ton courage. N'écoute que lui.
"L'instinct nous dicte le devoir, et l'intelligence nous donne les prétextes pour l'éluder ~ Proust
(c'est pas faux !)

Oui je suis sincèrement d'accord avec toi. J'ai entamé une psychothérapie en 2016. Au moment où j'ai ouvert ce journal. À raison d'une séance par semaine. Après vers octobre cette année j'ai décidé de changer de psy. Du coup, depuis octobre j'en vois une autre avec laquelle je fais de l'EMDR (Une technique pour travailler sur ces fameux nœuds justement). Avec cette nouvelle psy on se voit deux fois par semaine et elle est excellente. Ça fait un trou dans le budget mais les résultats sont là.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Like a boss ! le 15.03.22, 00h10 par FK
Aussi étroit soit le chemin,
Nombreux les châtiments infâmes,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme.

Putain ! Ma vie prend un tournant !



J'ai eu le Covid-19 il y a un peu plus d'une semaine. Il se trouve qu'il est tombé pile à la fin des vacances. Donc ça m'a fait une longue parenthèse avec la fac. Et une fois guéri, même s'il faut avouer qu'avec ce virus à la con on guéri pas tout de suite car on reste fatigué physiquement et mentalement pendant un moment, impossible de reprendre les cours... En fait, avec le covid je me suis mis en mode repos. Genre ne rien foutre, mater la télé, les émissions à deux balles, les youtubeurs, etc. J'ai fait une rupture totale avec la période avant les vacances pendant laquelle j'avais réussi à ne manquer aucun cours. Donc là, ça fait deux semaines à peu près que je vais pas en cours. Ca me prend bien la tête à tel point qu'il y a quelques jours j'ai pris la décision d'arrêter la fac. Et puis deux jours plus tard je me suis dit que finalement c'était une mauvaise idée et que j'allais aller au bout. D'ailleurs, je me demande comment je vais faire pour concrétiser cette dernière décision - celle d'aller au bout de ma licence. Parce qu'en l'état je ne bosse pas et je ne met plus les pieds à la fac. En fait niveau travail personnel je suis sur une pente descendante depuis septembre. Et aujourd'hui je suis à zéro genre zéro.

À côté de ça je m'étais blessé le pouce au rugby il y a deux bons mois. Donc j'ai mis le rugby et l'escalade à l'arrêt aussi. Donc aujourd'hui je fous plus grand chose surtout que je vais devoir reprendre du repos pour mon pouce car la blessure s'est récemment ravivée.

Mais assez miraculeusement le moral est là. Bien que tout soit vachement sombre si j'analyse rationnellement. Le moral et la motivation aussi est là. Mais les actes non.

Evidemment je creuse avec ma psy pourquoi c'est si dur de mettre les pieds à la fac. En fait, il ressort assez clairement que dans mon <<affectivité>> je me sens assez nul. Que j'ai du mal à aller vers les autres, à me sentir valable affectivement. Et donc ça rend assez insupportable le fait de me retrouver parmi les autres. Et clairement au rugby c'est pareil.

Et pourquoi je dis donc que je me sens dans un tournant de ma vie. Parce que même si j'ai toujours aussi peur du pan social et affectif de ma vie j'ai de plus en plus envie d'aller vers ça et les blocages, mauvaises croyances, noeuds qui existent autour de ça se réduisent inexorablement.

Je sais qu'à un moment ou à un autre, que je le veuille ou non, il faudra que je prenne un risque et que je me lance. Et ce sera le début de la suite. Pour l'instant ce moment ne s'est pas encore présenté :lol: !! Les quelques sorties que j'ai pu faire récemment j'ai quasiment eu à chaque fois des signes que certaines portes s'ouvrent. Beaucoup de sourires et de regards appuyés. Mais pas de transformations !

Il faut que je creuse dans cette direction.

Mes objectifs principaux :
- Retourner en cours et ne pas manquer de cours
- Travailler personnellement pour avoir ma licence
- Réinvestir le rugby et l'escalade (après guérison)
- Continuer le travail avec ma psy
- Me réconcilier avec les autres et retrouver une vie sociale et affective normale
- Trouver de nouveaux lieux, activités à investir pour avancer dans mon travail sur moi-même

Le reste je m'en fous pour l'instant.

:fuckyeah:
Aussi étroit soit le chemin,
Nombreux les châtiments infâmes,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme.

Cool que tu te sentes volontaire à travailler sur toi,
mais
attention à pas lâcher prise. La fac, c'est pas QUE les autres, c'est ton avenir, ton insertion dans un début de vie pro. Décrocher de ça, c'est se mettre en danger de grande précarité dont il est extrêmement difficile de s'extirper.

Tu peux y aller même sans chercher à trop fréquenter les gens si c'est difficile pour toi. Te laisse pas sombrer. Y'a un vrai danger là.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] 100% d'accord le 25.03.22, 20h52 par Safrania95
Trouve ton courage. N'écoute que lui.
"L'instinct nous dicte le devoir, et l'intelligence nous donne les prétextes pour l'éluder ~ Proust
(c'est pas faux !)

Je sors d'un petit événement qui regroupait une centaine de personnes. Ca a duré deux bonnes heures et j'étais avec quelques potes.

Je reste volontairement vague parce que je souhaite garder un anonymat et que je me rends compte que j'ai déjà donné un max de détails dans ce journal au point que quelqu'un qui me connait un peu pourrait m'identifier. Et j'aborde suffisamment de thématiques que je souhaite garder anonyme. Mais j'ai quand même besoin d'en parler. Bref !

A cet event déjà je note que je m'y suis senti vachement à l'aise et détendu. C'est un bon plus et je pense que les séances d'EMDR avec ma psy m'ont bien aidé ! Vraiment efficace ce truc.

Un moment j'attendais ma bière au bar et un de mes potes échange un mot assez rapidement avec une meuf vraiment canon. Je me suis retourné et on s'est donc regardé et on s'est souri mutuellement mais j'ai pas enchainé. Je suis content de constater que des occasions se présentent mais triste de voir que je les saisis pas. Il va falloir se bouger le cul mon gars !

J'en ai profité pour échanger quelques messages avec la nana qui me plait depuis un moment et qui n'est pas venue à cet événement. On s'était vus en date il y a trois semaines mais je n'avais rien osé tenter. (Comme quoi je ne saisis pas ce qui se présente :cry: ). J'ai fait un peu retomber la pression et j'ai laissé traîner. J'aurais pas dû donc j'essaie un peu de ramer pour rattraper le coup. On verra bien ! J'attends sa réponse ! Mais si je la vois il va falloir transformer l'essai c'est clair mon gars !

A la fac je suis content je recolle les morceaux ! Je retourne en cours et j'arrive à taffer en parallèle !

Résumé de la séance frenchtouch du jour : va falloir saisir les occasions mon gars ! Va falloir tenter d'aller un tout petit peu plus loin encore !!

Go !

:yuno:
Aussi étroit soit le chemin,
Nombreux les châtiments infâmes,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme.

Je marchais dans la Fnac des Halles et au détour d'un bouquin parlant de voyages à l'autre bout du monde je me suis plongé dans un grande réflexion. Malgré les progrès, plus qu'évidents, j'ai pas le sentiment d'être où je veux être. Surtout extérieurement. En fait à l'intérieur, grâce au travail accompli, je me sens globalement en paix peut importe les situations. Heureux même. Mais extérieurement j'ai pas la vie que je voudrais avoir. Ce qui ne m'empêche pas d'être en paix. Mais il y a quelque chose qui m'appelle. Un truc au fond de mon âme qui me demande de vivre. Je pensais à ça l'autre jour. En fait qu'il m'arrive des aventures, d'avoir une vie remplie. Me sentir libre, tant sur le plan des relations humaines que dans les choses que j'accomplis au quotidien. Voyager probablement. Me sentir bien vivant en définitive. Et pas croupir derrière un bureau pour quatre malheureuses semaines de vacances par an.

Et puis mine de rien, extérieurement c'est pas encore comme je veux. Notamment socialement. Je me sens pas libre tout à fait. Ça va mieux grâce à ma psy mais je suis pas débloqué encore. Et de me sentir bloqué ça m'empêche de me sentir vraiment libre. Et comme je suis un gars obstiné je mets toutes mes forces dans la résolution de ce problème.

Je me dis aussi qu'il faut pas que j'attende d'avoir réglé ce bloquage pour vivre des trucs.

La grosse question c'est qu'est-ce que j'ai envie de vivre ? Comment j'ai envie de vivre ?

Je sais pas trop même si j'ai quelques idées pour commencer. Mais ma vie doit être la réunion de plusieurs variables : les autres, les expériences, le voyage, le partage, la découverte, le dépassement de soi.

A méditer !
Aussi étroit soit le chemin,
Nombreux les châtiments infâmes,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme.

Je viens juste de lire ton dernier message qui me parle, je n'ai pas encore lu ton journal.

J'ai parfois la même sensation que toi et la seule manière de mesurer les progrès, c'est d'utiliser des critères objectifs car on est jamais satisfait.

Tu peux utiliser cette grille de lecture.
Combien d'amis fiables as tu aujourd'hui?
Ton patrimoine, te rapproche t'il de l'indépendance financière?
Recherche tu une relation profonde, ou des relations superficielles? Peux tu refuser une relation que tu devines insuffisamment épanouissante?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] En effet le 17.04.22, 08h53 par Onmyoji
  • [+1] Intéressant le 19.04.22, 20h16 par Safrania95

Déjà bravo pour tes efforts. Je pense qu'être en paix avec soi-même c'est juste la base mais tout le monde n'y est déjà pas. Ensuite ça ne signifie pas pour autant qu'on a trouvé toutes les réponses et qu'on est capable de tout. Ou qu'on a réussi à organiser les conditions pour.
Tu as pas mal de facteurs qui t'attachent: tu es encore étudiant, tu n'as pas d'activité bien dessinée pour le futur (c'est rare qu'un diplôme donne accès à une seule voie, et même quand c'est le cas il y a souvent une multiplicité de domaines sur lequel l'appliquer en dehors de choses pratiques, si tu es au début tu n'as peut-être même pas décidé quand tu vas arrêter ou quelles spécialisations tu vas choisir).
La ville où tu es n'est pas nécessairement celle où tu vas vivre la majorité de ta vie, ton cercle d'amis est peut-être essentiellement circonstancié.
Mais l'aventure, la vibration, ce n'est pas une question de kilomètres. Tu pourrais passer une vie dans la Beauce à faire des trucs, pourtant ce n'est pas réputé pour être le lieu le plus rock n roll.
Ce qui te manque, c'est peut-être la capacité à voir les choses sous un angle nouveau, moins blasé, et aussi à sortir de l'habitude et des conventions pour que ces aventures naissent sur ton chemin, parce que tu auras éclairé la bonne voie par ta personnalité?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Pertinent le 19.04.22, 20h16 par Safrania95
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

Speedy Smile a écrit :
15.04.22
Je viens juste de lire ton dernier message qui me parle, je n'ai pas encore lu ton journal.

J'ai parfois la même sensation que toi et la seule manière de mesurer les progrès, c'est d'utiliser des critères objectifs car on est jamais satisfait.

Tu peux utiliser cette grille de lecture.
Combien d'amis fiables as tu aujourd'hui?
Ton patrimoine, te rapproche t'il de l'indépendance financière?
Recherche tu une relation profonde, ou des relations superficielles? Peux tu refuser une relation que tu devines insuffisamment épanouissante?

Des amis fiables j'en ai quand même quelques uns. Trois et peut-être quatre. Ce qui est pas mal. De ce côté là ça va :mrgreen: !! Mon patrimoine... Je suis étudiant donc à peu près zéro. Mais je me dit assez régulièrement qu'il faudrait que je me rencarde sur ça, sur comment faire de l'argent. J'aimerais bien être complétement indépendant. En fait, ça concorde aussi avec les questions que je me pose autour de mes études. Pour les relations je recherche un peu tout en fait ou du moins je suis ouvert à tout. Je sais que tous les types de relations peuvent apporter quelque chose tout en étant conscient qu'elles n'apportent pas la même chose. Une relation superficielle apporte une légèreté mais ça va pas plus loin alors qu'une relation profonde n'apporte pas forcément de la légèreté... :?: Je dis peut-être une connerie mais c'est la vision que je me fais des relations profondes. En tout cas celles que j'ai parfois me font mal au crâne j'ai juste envie de stopper la réflexion. Probablement parce que je manque de légèreté à côté... Et pour les relations que je trouve insuffisamment épanouissantes ça me poserait pas de problème de passer à autre chose si je vois que c'est pas terrible.

Onmyoji a écrit :
17.04.22
Déjà bravo pour tes efforts. Je pense qu'être en paix avec soi-même c'est juste la base mais tout le monde n'y est déjà pas. Ensuite ça ne signifie pas pour autant qu'on a trouvé toutes les réponses et qu'on est capable de tout. Ou qu'on a réussi à organiser les conditions pour.
Tu as pas mal de facteurs qui t'attachent: tu es encore étudiant, tu n'as pas d'activité bien dessinée pour le futur (c'est rare qu'un diplôme donne accès à une seule voie, et même quand c'est le cas il y a souvent une multiplicité de domaines sur lequel l'appliquer en dehors de choses pratiques, si tu es au début tu n'as peut-être même pas décidé quand tu vas arrêter ou quelles spécialisations tu vas choisir).
La ville où tu es n'est pas nécessairement celle où tu vas vivre la majorité de ta vie, ton cercle d'amis est peut-être essentiellement circonstancié.
Mais l'aventure, la vibration, ce n'est pas une question de kilomètres. Tu pourrais passer une vie dans la Beauce à faire des trucs, pourtant ce n'est pas réputé pour être le lieu le plus rock n roll.
Ce qui te manque, c'est peut-être la capacité à voir les choses sous un angle nouveau, moins blasé, et aussi à sortir de l'habitude et des conventions pour que ces aventures naissent sur ton chemin, parce que tu auras éclairé la bonne voie par ta personnalité?

Je suis d'accord. L'aventure, le thrill, on peut le trouver partout. C'est un verrou à l'intérieur à faire sauter.

Un homme malheureux sera malheureux partout, un homme qui a trouvé le bonheur en lui sera heureux partout

Je pense que tu as raison quand tu dis qu'il faut voir les choses sous un angle nouveau, sortir de l'habitude, des conventions. C'est ce que j'essaie de faire. J'ai du mal à me libérer du regard des autres je pense ou alors à m'autoriser à agir librement. Putain il y avait un texte assez ouf de Marianne Williamson qui disait ça :

Our deepest fear is not that we are inadequate.
Our deepest fear is that we are powerful beyond measure.
It is our light, not our darkness that most frightens us
We ask ourselves, Who am I to be brilliant, gorgeous, talented, fabulous
Actually, who are you not to be? You are a child of God.
Your playing small does not serve the world.
There is nothing enlightened about shrinking so that other people won't feel insecure around you.
We are all meant to shine, as children do.
We were born to make manifest the glory of God that is within us.
It's not just in some of us ; it's in everyone.
And as we let our own light shine, we unconsciously give other people permission to do the same.
As we are liberated from our own fear, our presence automatically liberates others.


Finalement je crois que c'est assez vrai. Au quotidien je m'en rends compte. Ce sont les moments où il pourrait se passer des choses incroyables que ma peur me bloque. Quand je croise le regard d'une meuf où je sens que c'est open c'est là que je détourne le regard. Je me brime là où je devrais vivre à fond. J'arrive pas à me libérer. À vivre à cent pour cent. J'ai l'impression de ne pas être prêt, de ne pas être assez solide pour encaisser le truc. Et pourtant il n'y a que de ça que je rêve. C'est paradoxal : je sais exactement ce que je veux mais je me sens incapable pour le moment de vivre ce que je veux.

Onmyoji a écrit :
17.04.22
parce que tu auras éclairé la bonne voie par ta personnalité?

J'espère ! On verra bien 8) ! J'aime bien cette phrase, elle est sensée !
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Très intéressant le 01.05.22, 23h47 par Onmyoji
Aussi étroit soit le chemin,
Nombreux les châtiments infâmes,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme.

Yo !



En fait je pense que je sais où se situe mon "problème". Ou plutôt où est la "solution".

Je pense que je suis tout simplement isolé d'une certaine manière. J'ai certes des amis et une famille aimante. Mais je tourne en rond dans ce peu que j'ai : ces quelques amis et ma famille. Je ne rencontre jamais de nouvelles personnes. Il n'y a jamais rien de nouveau socialement dans ma vie. C'est ce que j'appelle être isolé. Je suis isolé dans ce petit monde.

Je pense que j'ai besoin de m'ouvrir. À l'inconnu, aux autres. Être entendu par de nouvelles personnes. Faire de nouvelles rencontres. Être dans une dynamique d'ouverture sur le monde.

Plutôt de tourner en rond dans un monde qui ne m'apporte pas tout ce dont j'ai besoin.

Ca demande d'aller vers les autres. Et c'est quelque chose que je n'ai pas du tout l'habitude de faire. Que j'ai l'impression de ne pas savoir faire. Quelque chose que je n'ai jamais réellement fait ou du moins ponctuellement et pas de manière durable. Notamment parce que je pense que j'ai eu énormément de choses à régler à l'intérieur et que je n'étais tout simplement pas disponible pour m'ouvrir aux autres.

J'ai le sentiment de commencer à être prêt pour m'ouvrir à cette vie. Je n'ai toutefois jamais été dans ces conditions pour aller vers les autres. C'est pour ça que je dis que c'est quelque chose que je n'ai jamais fait. Je ne l'ai jamais fait dans ces conditions.

C'est neuf et tout est à construire. Du coup le premier pas m'apparaît très compliqué à faire.

Je ne sais tout simplement pas comment faire pour me lancer.

Pour revenir à ce que je disais au début c'est que je pense qu'énormément des problèmes que je semble avoir actuellement sont en fait liés au fait que je ne rencontre pas de nouvelles personnes. Et que donc je marine dans un environnement fermé au reste du monde.

Finalement j'ai besoin de me lâcher, m'exprimer, kiffer. Être libre finalement !
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Bien vu le 01.05.22, 23h47 par Onmyoji
Aussi étroit soit le chemin,
Nombreux les châtiments infâmes,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme.

J’étais en visite à Madrid ou au moins en train de faire du tourisme. Un inconnu m’aborde en me demandant si j’avais envie de niquer avec une fille qu’il me montre du doigt et qu’il présente comme sa copine. Il voulait que l’on couche tous les trois ensembles. L’homme semblait empathique et vouloir mon bien, en me donnant ce que je voulais à savoir coucher avec une femme. Même si je refuse la proposition elle me séduit tout de même. Il s’en va mais j’ai un doute : est-ce un escroc qui veut me dérober ? Je vérifie mes poches et tous mes effets personnels sont là. Je le suis un peu puis me rends compte que mes affaires ne sont d’un coup plus là. Je me retourne et la fille qu’il pointait du doigt est en train de courir avec mes affaires. Elle disparaît et il n’est plus possible pour moi de la rattraper. Je me résigne à aller au commissariat. Je me rends au commissariat et une femme me reçoit. Je me mets à lui raconter un peu ce qui m’est arrivé. Au bout d’un moment elle dit un prénom à voix haute sur un ton familier et je comprends qu’elle connaît le type qui m’a abordé. Plus étrange encore elle semble le connaître et savoir qui il est. Elle me dit que je suis au bon endroit et que tout se déroule selon ses plans. C’est-à-dire les plans de cet homme mystérieux. Je comprends aussi que cette femme est sous son charme et qu’elle lui est entièrement dévouée. Une deuxième femme apparaît. A ce moment je commence à tenter de séduire la première en lui disant que je la trouve belle. La seconde dit doucement en se moquant de moi que je suis moche. Cette seconde s’exhibe un peu et me montre ses seins. Je sens dans l’atmosphère beaucoup d’amour, de confiance en soi et en les autres, une vraie volonté d’altruisme. Et quelque chose d’incroyablement rassurant. Je ressens aussi que ces femmes sont complètement libérées et que cela me pousse à l’être également. Quelque chose d’humain mais de terriblement visionnaire se dégage dans l’air. Je ressens ce que je veux que ma vie devienne et ces deux femmes symbolisent exactement ce que j’attends de la vie. Et cet homme mystérieux réapparaît avec de nombreuses feuilles imprimées qu’il me tend. Ce sont toutes les pages de mon journal sur FTS. Il me demande de les lire. Beaucoup de mots sont mis en évidences avec un stylo. Je me rends que ces mots ont tous un point commun : ce sont ceux avec lesquelles je me dévalorise, ceux qui expriment que je me dénigre, ils montrent tous que je n’ai pas confiance en moi. Que l’amour, le partage, la confiance profonde, la liberté sont absent de ma personne. Et là je comprends toute l’histoire. Cet homme est là pour changer ma vie. Il va me montre la voie. Le commissariat c’est chez lui. Ces deux femmes sont ses conquêtes. C’est lui qui a fait en sorte que je me retrouve à Madrid pour que je le rencontre. Notre rencontre à Madrid n’était pas un hasard et il avait fait en sorte que ça arrive. Et le mieux dans tout ça c’est que cet homme c’est moi.

J'ai rêvé de ça aujourd'hui. Alors que je reviens d'un week-end entre amis et que j'emménage dans mon nouvel et premier appartement personnel de ma vie. C'est la première fois pour moi que je vis seul. J'ai senti de grand changement en moi ces derniers temps. Mes valeurs ont changées. Désormais je vise l'amour, la proximité aux autres, j'ai envie de rire beaucoup, de risquer à donner mon affection à certaines personnes. Mon week-end entre amis m'a montré que j'avais confiance en moi. Que je pouvais rencontrer facilement et simplement de nouvelles personnes. Que cela peut être fluide et simple.

[...]
Si tu peux aimer tous tes amis en frère
Sans qu'aucun d'eux ne soit tout pour toi
[...]
Tu seras un homme mon fils

Rudyard Kipling - "Tu seras un homme mon fils"

Je me suis immensément rapproché de mon meilleur ami et de sa copine. J'ai pu livré beaucoup plus de ma personne. Par confiance, quelque chose que je n'aurais pas pu faire il y a six mois par manque de confiance justement. En moi, en eux.

Et ce rêve intervient à ce moment-là. À un moment où je me sens avoir grandi comme pour me montrer le chemin. L'atmosphère qu'il y avait dans ce rêve était incroyable. L'aura de cet homme mystérieux également. Son altruisme, son amour pour les autres, sa capacité à attirer les femmes, qui est non pas dans le but de coucher avec pour intention de satisfaire ses envies primaires mais plutôt dans le but de créer une connexion pleine de magie avec elles me parlent et je sais que c'est vers ça que je veux me diriger.

Aujourd'hui je sais où je suis, qui je suis et où je vais.

C'est dingue ce rêve. Il intervient vraiment au bon moment. En fait il me montre la voie dans le sens où je pense que le sentiment le plus puissant qu'il faut cultiver en séduction est la confiance. En soi, en les autres, en tout. Si la confiance est là dans tout ce que l'on fait ou entreprend alors tout est possible. On se laisse à se livrer et à s'ouvrir entièrement à l'autre et tout peut se passer. Les femmes le ressentent et elles en ont besoin je pense pour se laisser aller à vivre leur désir. Globalement avec tout le monde d'ailleurs.

Je pense que c'est d'autant plus vrai pour moi qui me suis caché très longtemps car j'avais peur de me livrer tel quel. J'ai développé des réflexes de protection du fait de la relation avec ma mère et de la place que j'avais dans la famille. Et une grande sérénité m'envahit à mesure que je me laisse aller à me livrer et à mesure que je fais confiance aux autres et que je les laisse s'approcher de moi.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Cool le 09.05.22, 21h23 par Crow
  • [+2] Constructif le 09.05.22, 21h46 par Jalapeno
  • [+1] Intéressant le 10.05.22, 12h49 par Citadin
Aussi étroit soit le chemin,
Nombreux les châtiments infâmes,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme.

Salut,

Je réagis seulement à ton dernier message, pas à l’ensemble de ton journal.

Ton rêve est intéressant. Cette sorte de projection d’un autre toi qui serait bienveillant et voudrait t’aider. Ça me semble sain.

Le déroulement est un peu « hollywoodien » mais c’est un rêve après tout.

Je suis d’accord avec toi sur la confiance. Je pense que c’est une question de dosage, de timing et de bonne adaptation à la situation.

Une personne trop sur la défensive peut paraître louche, hautaine ou juste ennuyeuse.

Attention à ne pas tomber dans l’excès inverse. Trop d’ouverture n’est pas bon non plus.

Il y a une sorte d’équilibre à trouver, sachant qu’on ne peut de toute façon pas plaire à tout le monde.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 14.05.22, 02h02 par Safrania95

Citadin a écrit :
10.05.22
Le déroulement est un peu « hollywoodien » mais c’est un rêve après tout.

On est d'accord :mrgreen: !!

Citadin a écrit :
10.05.22
Je suis d’accord avec toi sur la confiance. Je pense que c’est une question de dosage, de timing et de bonne adaptation à la situation.

Une personne trop sur la défensive peut paraître louche, hautaine ou juste ennuyeuse.

Attention à ne pas tomber dans l’excès inverse. Trop d’ouverture n’est pas bon non plus.

Je ne pense pas qu'on puisse être "trop" ouvert. L'ouverture est quelque chose de bien en elle-même. La limite que je mettrais à l'ouverture est plutôt de savoir poser des limites. De savoir quand est-ce qu'une situation n'est plus acceptable. L'ouverture relève de la capacité à s'intéresser ou à tolérer ce qui nous est étranger. Or parfois on n'est juste pas d'accord avec ce qui s'offre à nous, et là faut savoir dire non.

Citadin a écrit :
10.05.22
Il y a une sorte d’équilibre à trouver, sachant qu’on ne peut de toute façon pas plaire à tout le monde.

100% d'accord ! J'ai tendance à l'oublier. Et je me sens mal quand je me rends compte que je ne suis pas forcément compatible avec quelqu'un. Je le vis comme un échec ! Merci pour le rappel l'ami @Citadin !!
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] De rien ! ;-) le 14.05.22, 12h56 par Citadin
Aussi étroit soit le chemin,
Nombreux les châtiments infâmes,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme.

BON PLAN SEXY : De -15 à -70% chez la boutique sexy LoveHoney.fr. LoveHoney.fr propose toute l'année des réductions très agressives sur leur catalogue lingerie, sextoys et autres accessoires. Suivez ce lien pour consulter les offres du moment.

Vous pouvez aussi soutenir FTS en passant par ce lien pour faire votre shopping sur Amazon.fr

Répondre