[TEXTE] - Pharaon

Note : 0

le 11.09.2019 par Zaik

0 réponses / Dernière par Zaik le 11.09.2019, 13h09

Parce que des fois, on fait autre chose que regarder Netflix. Partagez et discutez ici de ce que vous aimez et de ce qui vous intéresse.
Répondre
Hello, y'a quelques mois de ça j'ai écrit un texte, que je voulais voir illustré en flow par un pote. Il a lâché l'affaire, et moi-même ayant commencé à faire quelques tests dessus je me suis rendu compte de l'ampleur du travail. J'y arriverai peut être un jour, mais en attendant ma première envie est de voir ce texte illustré en musique... qu'importe par qui.

Je le mets à votre disposition, ainsi que le principal beat sur lequel je l'ai écrit et sur lequel je bosse mon flow. La première partie passe mieux en étant simplement parlée.





PHARAON

Voilà un échange de pensées avec un anonyme, quelqu’un
Inconnu au bataillon, il me dit me vouloir beaucoup de bien
Alors que je suis seul avec autour de moi absolument rien
Dans ma tête je perçois sa voix, c’est peut être un Défunt,

Peut être une Fée s’étant égarée sur le grand chemin du Destin,
L’âme d’un sage de passage, un Djinn, ou bien une visite divine?
Il me confie qu'il est là pour m'aider, peu après le reste je le devine.
Ma profonde détresse m'a fait lancer un S.O.S., ça y est ça me revient

Inaction, dépression.


Je peine à la trime et patauge dans la déprime
Je m'enlise et coule sans fin, y'a pas de limites dans les abîmes
Attendre de toucher le fond pour remonter c'est impensable
Car dans le noir du désespoir les abysses sont insondables

Je comprendrai plus tard que cette intervention n'était qu'un rappel
De cette entité, de ce fait souvent évoqué comme la pire des fatalités
Homme, femme ou asexué, ailé ou voilé cet être fait partie de la réalité
Beaucoup de significations, de nombreux noms concrets, tous réels
Mes sens s’éveillent, mon cœur bat fort mais il n’y a pas de peur

Il me dit que le temps passe et que ma vie défile sous mes yeux
Que tout instant commence “maintenant”, pas “plus tard” ni “tout à l’heure”
Qu’il y a avant et après, que pour agir le présent c’est le mieux
Qu’à travers âges et voyages, le seul bagage qu’y ait toujours eu
Sont les émotions, ce qu’on a vécu et tout ce qu’on en a retenu
Que tôt ou tard, qu’on le veuille ou non on rentre à la maison
Que trop rentrent les mains vides, car jamais passés à l’action

Quand t’as des projets plein la tête, tellement d’idées c’est une profusion
Des rêves qui se bousculent et bourré de bonnes nouvelles résolutions
Chaque fois aux premiers coups durs ou imprévus ça retombe en soufflet
Alors tout devient excuses pour ne plus avancer et s'arrêter d'évoluer
Vu la démarche que t’as adopté, dans laquelle t’es enfermé, emprisonné

L’effet domino est assuré, le château de cartes ne peut que s’effondrer
Te révéler comment te libérer de cette prison de la raison, c’est ma mission
L’endroit qui te retient cloîtré n’a ni murs ni serrure, tout n’est qu’illusion
La clef sacrée de cette cage dorée n’est pas l’objet mais le fait de vouloir l’utiliser

Pas de potion magique à avaler ni de formule miracle à réciter, rien à invoquer
Qu’importe le temps, les éléments, la colère du tonnerre, quelque soit la saison
Plus d’excuses fausses et confuses. Action, annihilation de toute procrastination.
Écrivant noir sur blanc ces mots, ces phrases sur cette feuille de papier

Je repense à toutes ces fois où j'ai flanché, quand je me suis dégonflé
Qu'il est hors de question que je bâcle ce texte ou pire, le laisse inachevé
Je pourrais mais à ce moment là j'échouerai et recommencerai sans arrêt.
Mes sens s'accroissent, mon cœur bat fort et j'ai vraiment peur

Il me dit que le temps passe et que ma vie défile sous mes yeux
Que tout instant perdure “maintenant”, pas “plus tard” ni “tout à l’heure”
Qu’il y a avant et après, que pour persévérer le présent c’est le lieu
Qu’à travers âges et voyages, le seul bagage qu’y ait toujours eu
Sont les émotions, ce qu’on a vécu et tout ce qu’on en a retenu
Que tôt ou tard, qu’on le veuille ou non on rentre à la maison
Que trop rentrent frustrés, insatisfaits, car trop peu restés en action

Souvent l'approche de la réussite peut faire peur, toi tu restes tétanisé
Pourquoi l'idée d'effleurer le bonheur te dérange, qu'est ce qui t'effraie?
T'aimes le goût que te procure la douleur ou tu veux juste rien réaliser?
Tu comprendras à coups de cris et de pleurs qu'y a pas lieu d'être prêt

Un projet mené à terme implique certains changements, une vraie évolution
Brise la coquille des habitudes, des routines, n'hésite plus coupe le cordon!
Sors de ta putain de zone de confort, va découvrir de nouveaux horizons
Tu le crains mais ose, deviens parent en donnant naissance à tes passions!

Parce qu'en tous temps la venue d'un enfant exige le passage à l'âge adulte
Et je te l'avoue c'est un gros remue ménage accompagné d'un sacré tumulte
Mais t'es pas né pour demeurer, rester toute ta vie à l'état d'adolescent
Tu sais que t'es là pour créer, donner vie, même si c'est abstrait, inconsistant

Parce que concrétiser ce qui te tient à coeur, utiliser ta "clef" et le matérialiser,
À force de constance, de persévérance et de sueur enfin arriver au but donné
Tes rêves c'est juste leur faire l'honneur d'exister; cesses donc de te saboter!
Lorsque tu les traitera à leur juste valeur, ils n'auront plus de raisons de te hanter.

Les sens affûtés et tranchants, mon coeur se calme; je n'ai plus peur
Il me dit que le temps passe et que ma vie défile sous mes yeux
Que l'instant sacré c'est “maintenant”, pas “plus tard” ni “tout à l’heure”
Qu’il y a avant et après, que vivre avec le présent c’est judicieux
Qu’à travers âges et voyages, le seul bagage qu’y ait toujours eu
Sont les émotions, ce qu’on a vécu et tout ce qu’on en a retenu
Que tôt ou tard, qu’on le veuille ou non on rentre à la maison
Qu'à peine revenus trop veulent repartir, faire vivre leur passion

Je t'ai tout dit, transmis et enseigné. Déploies tes ailes, tu peux assurément voler
Une dernière chose avant de te quitter; ton vrai trésor réside en toi, n'oublie jamais.
Le monde est riche par sa diversité; cultive ses différences, reste dans le respect
Garde ton âme d'enfance sans oublier l'adulte responsable que tu es désormais,

Car en étant l'agriculteur de ton monde intérieur; il sera infini et baigné de lumière.
Tu découvriras l'harmonie âme-corps-esprit et ton monde extérieur sera l'univers,
Rencontreras bien plus de frères et sœurs que peut en compter la planète entière,
"Limites" ne désignera que l'espace disponible dans lequel tu évolues sur la terre mère.

N'oublie pas, pour les sioux la première marche de l'escalier s'appelle humilité.
Rien n'est acquis, d'autant plus sur l'ultime étape que représente le dernier palier
L'ivresse de la sagesse fait enfler les chevilles et le cervelet, ne te fais pas piéger!
Prends l'orgueil comme l’allié qui te dit où éviter d'aller, quel chemin emprunter.

Laisse toi aussi le temps de te poser, te reposer, récupérer des efforts effectués.
Les jumeaux Apprentissage et Enseignement te feront recevoir même quand tu sais
Afin d’éclairer ta lanterne, cette lueur qu'on a tous en nous, consciemment ou non.
Notre échange touche à sa fin, comprends et accepte ce qu'est un vrai Phare-à-on.

Je me sens épanoui, mon cœur battra la mesure jusqu'à sa dernière heure
Le temps passe et je suis devenu l'acteur du film de ma vie, je suis heureux
L'instant sacré c'est "tout le temps", finalement je n'éprouve plus aucune peur
Il n'y a de vrai que maintenant et son présent, le voir tel quel c'est mon vœu
A travers âges et voyages, l'unique richesse que trop peu ont toujours eu
Sont les émotions reçues et le partage de la lumière sans aucune retenue
Quoi qu'il advienne on sera toujours libres, même au-delà de la perception
Vivre comme mourir ne veut rien dire, parce qu'au fond on est tous des Pharaons.

Des pharaons, des pharaons, pharaons
Répondre