Amoureux d'une collègue de travail & maladresse

Note : 7

le 24.11.2019 par Saint-Just

9 réponses / Dernière par Anlie le 09.12.2019, 08h34

Pour celles et ceux qui veulent discuter et demander des conseils rencontres et séduction; comment faire avec cette fille ou ce mec; et plus généralement, comment pécho / trouver l'amour à l'ère du swipe left, notamment quand on est ni mannequin, ni un ninja de la drague.
Répondre
Bonjour

Je viens de tomber amoureux d’une collègue de travail, j’ai 36 ans et elle 33. Nous sommes arrivés dans le même immeuble en septembre. Nous nous étions déjà croisés il y 5 ans, mais je n’avais pas ressenti ces sentiments pour elle, je sortais d’une rupture. Bien que, professionnellement, je n'aie pas de raison de me rendre dans son service, je vais la saluer et essayer de discuter avec elle tout les matins, avec plus ou moins de succès. À l'occasion d'une formation dans une autre ville, nous avons eu l’occasion de discuter ensemble, assez longuement, lors d'un déjeuner, où le hasard nous a fait nous retrouver seuls. Je pense qu’elle a compris qu’elle me plaisait, mais j’ai accumulé les bourdes (parler de mes défauts, répondre à des questions sur mes ex). J’ai l’impression que ces bourdes l’ont amusée, mais que son intérêt pour moi est faible, même si pas forcément inexistant. Bien sûr, j'ai d'une certaine manière un complexe d'infériorité envers elle, même si je sais que ce n'est pas justifié. Il y a quelque temps je lui ai proposé de déjeuner ensemble un midi, mais dans la mesure où elle n'était au bureau que pour une semaine et repartait en formation quelques jours plus tard, elle a invoqué un emploi du temps chargé pour dire qu'on verrait ça à son retour, sans dire ni vraiment oui, ni vraiment non, mais ce n'est pas franchement encourageant. J'ai l'impression d'avoir agi trop tôt. Elle reviendra début décembre au bureau. Comment lui parler à à son retour ?

Merci
Techniquement tu n'as pas à relancer. Elle t'a dit qu'elle verra. Observe son comportement. Si elle fait la morte et t'évite tu auras ta réponse. Si elle revient vers toi continue.
Sinon si elle te voit sans relancer, tu peux reproposer à l'avance une autre fois mais tu peux aussi t'organiser pour aller la voir une fois plus tard et au moment de partir tu lui dis "faut que j'aille manger j'ai tel truc à telle heure" (en début d'après midi mais pas qui te laisse juste une heure serrée. Avoir 2h c'est bien, la conversation dure pas trop et si elle est intéressée ça lui donnera l'envie de remettre le couvert, littéralement). Puis à mi chemin vers la sortie (en mode Colombo), si elle ne s'est pas proposée de t'accompagner tu lui fais "tu fais quoi, au fait, tu veux venir?".
La fausse contrainte de temps peut la mettre à l'aise, et même si au départ elle le fait peut-être pour ne pas te vexer ça te redonne une chance de corriger le tir et peut-être de faire passer une première impression en demi-teinte. Si elle a eu une mauvaise première impression ce sera par contre très difficile de recevoir dessus. Ça implique donc que tu sois prêt à pas cramer bêtement ta dernière cartouche si elle te plait vraiment et qu'elle est un enjeu pour toi.
Tu gagneras d'ailleurs à être détaché de ça et à juste te montrer sous ton meilleur jour sans penser à ce qu'elle peut penser de toi.

De manière générale comment tu gères avec les femmes? En fonction ça peut être bien de prendre du temps à lire un peu le contenu du site.
Let's be the stuff dreams are made of...
Merci de ta réponse !

Je suis un AFC : j'ai à mon actif 1 one-itis a peu près guéri, et un début de relation qui n'a pas marché avec une autre femme, et je suis toujours puceau à 36 ans (heureusement qu'il y a l'anonymat). Cette nouvelle collègue me plait vraiment, mais j'ai déjà peur que ça foire, alors que rien n'a commencé.

J'ai déjà passé du temps sur ce site et d'autres, les conseils me semblent souvent difficiles à mettre en pratique.

Des amis m'ont conseillé de rétropédaler et de me contenter de l'inviter à boire un café dans la salle de détente au taf, qu'en penses-tu ?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Ça va aller le 24.11.19, 19h12 par Onmyoji
Non.
Si tu as l'habitude de prendre les conseils de tes amis et que tu en es là ça veut bien dire que ça ne fonctionne pas.
Tu n'as pas non plus envie de régresser. Déjà que c'est laborieux si en plus tu montres que tu recules tu vas te faire friendzoner si c'est pas déjà fait.

Si tu trouves les conseils difficiles à appliquer c'est que tu ne les vois pas avec le bon état d'esprit.
Déjà quelle est ta vision des femmes, des relations, de ce que tu vaux, de ce qu'est la séduction?
Ça vaut sûrement un autre thread mais si tu trouves ça si difficile tu devrais sans doute ouvrir un sujet pour te faire aider bien avant d'aller te crasher dans une femme qui te plaît vraiment parce que quand on part de loin on réussit jamais du premier coup.
Bon tu peux toujours gagner au loto mais tu as à peu près les mêmes chances de réussir si tu pars comme ça. Tu veux marcher avant de savoir tenir debout.
Je te dis pas ça pour te casser le moral mais un gros truc qui empêche d'avancer en séduction c'est de se faire des illusions.
Si pour toi les bases sont pas évidentes, toute nana que tu dragues a de plus fortes chances de te zapper.
Qu'est ce que tu trouves difficile à appliquer?

Pour cette nana pour l'instant laisse la revenir vers toi. Elle a dit un truc, faut pas avoir l'air désespéré/needy.
Et puis laisser passer un peu de temps te donne un peu de temps pour te préparer psychologiquement si elle te renvoie l'invitation.
Je dis pas que deux semaines effaceront tout ce qui peut te retenir mais si tu as juste manqué le train de la socialisation avec les filles et que tu n'as pas de gros troubles psychologiques ça peut te donner l'inflexion.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Post responsable le 24.11.19, 19h53 par BirdonTheWire
Let's be the stuff dreams are made of...
Salut Saint-Just !

Juste une question car je ne crois pas que tu aies donné l'information :

Cette collègue, tu sais si elle est disponible ou "casée" ?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Bien vu le 25.11.19, 01h04 par Onmyoji
Merci de vos réponses.

Alniyat, pour une fois que je ne tombe pas amoureux d'une fille casée... Ma collègue est célibataire... si elle m'a dit la vérité (mais pour le coup je ne vois pas l'intérêt qu'elle aurait eu à me mentir, au contraire c'était le moment idéal pour se débarrasser de moi si elle me trouvait pénible). En même temps, je ne suis pas stupide, elle est physiquement attirante et moralement rayonnante, je sais que d'autres collègues sont déjà sur les rangs (sans compter peut-être d'autres mecs dans son entourage extraprofessionnel que je ne connais pas), mais je me doute aussi que certains ne pensent qu'à une chose et que si elle veut une relation sincère ce n'est pas ça qui va l'intéresser.

Onmioji, je n'ai pas l'habitude de demander de conseils à des amis, (trop pudique), mais la situation m'a incité à parler un peu de la situation à des connaissances, qui n'avaient d'ailleurs pas forcément d'avis très tranché sur la question. Mais ton conseil correspond à ma première intuition, rétropédaler c'est se comporter en lâche. Quand elle reviendra ça fera 5 semaines d'absence (!), mais je suis d'accord, la relancer dès le lundi à 8heures ça fait crevard !
Eh oui, je me doute bien que quand on n'a pas d'expérience c'est encore plus compliqué, le paradoxe que tu as compris c'est que quand je n'ai aucune fille dans le collimateur je n'ai pas envie de draguer (même les jolies filles... Elles sont jolies, et alors?), et que quand il y en a une qui me plait... Eh bien je n'ai pas la manière.

Je trouve souvent les conseils donnés sur les sites trop généraux (ex. aie confiance en toi... Sans déconner. Je n'y aurais pas pensé tout seul !), et ceux qui sont un peu plus précis sont inadaptés à ma situation ou me semblent un Everest à franchir (lui toucher le coude en lui disant bonjour ? Je n'oserai jamais !). Pas le bon esprit, comme tu dis. Après, on peut toujours rêver, peut-être qu'elle préférera un mec nerveux mais sincère à un type sur de lui et hypocrite...

Ma vision des relations hommes femmes ? Je n'ai connu que l'amertume de l'amour, sans presque en connaître la joie. Ce que j'attends de la séduction ? Une relation durable, 'amour avec un grand a. Ce que je vaux ? Je ne m'aime pas beaucoup, mais pourtant une petite voix me dit que je pourrais rendre heureuse la femme aimée.

J'ai bien raté quelque chose dans ma socialisation avec les femmes (et même dans ma socialisation tout court), pour les troubles psy je ne relève pas de l'internement mais je suis quand même un peu plus chtarbé que la moyenne et je pense qu'elle l'a compris.

Amitiés
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Courage le 25.11.19, 01h03 par Onmyoji
Tant que tu ne parles pas à ta maman empaillée quand tu la fais venir chez toi ça passe...
Sérieusement qu'est ce que tu appelles chtarbé? Névrosé genre anxieux ou dépressif? Parano? Souffrant d'un manque de confiance pathologique?

Tu as raté le train mais tu as quand même une bonne interprétation sur certains points:
Tu as compris qu'elle aurait pu te mentir qu'elle voulait te bloquer dans ton enthousiasme. Ça n'enlève pas la possibilité qu'elle soit discrète ou qu'elle ne ressente pas le besoin de te bloquer parce qu'elle te sent pas potentiellement lourd.
Après tu as aussi des pensées pas très justes.
Pourquoi opposer confiance en soi et sincérité?
On peut être confiant et aimer sincèrement.
Et on peut ne pas être confiant et être un parfait faux cul ("je suis ton ami... mais pourquoi tu m'aimes paaas!?").
Elles sont jolies, et alors?
Ben apprécier la beauté ça fait partie des plaisirs de la vie. Même si tu vas pas toutes les aimer comme un fou, "pour la vie" (avec un peu d'expérience tu remettras peut-être aussi cette idée en cause, même s'il n'y a rien de problématique à vouloir un amour durable), tu peux apprécier le plaisir sexuel d'avoir une fille jolie et sensuelle qui est dans ton entourage et fais des choses pour toi.
Et puis beaucoup de gens ne sont pas à la hauteur mentalement et moralement. Parfois il vaut juste mieux apprécier leur enveloppe s'il n'y a que ça à garder.
Évidemment, si tu es capable d'apprécier le physique d'une femme quand tu as des sentiments c'est que tu n'es pas imperméable. Quelque chose me dit qu'autant que leurs qualités mentales, leur intérêt perçu envers toi joue un peu. Une manière de te protéger un ordi sans doute.
Si tu ne t'aimes pas tu risques d'avoir plein de comportements toxiques avec une femme. C'est pas un cadeau à lui faire.
Pour lui toucher le coude tu commences déjà par lui taper la bise, qui est un geste ultra commun, tu plies ton bras à mi hauteur du côté où tu commences, et normalement le geste se fait tout seul. Sans y penser. Pas besoin d'oser.

Pour avoir confiance déjà faut trouver ce dont tu es fier chez toi. Et accepter aussi que tu n'as pas d'autres choix que celui que t'aimer parce que tous les autres te rendront la vie franchement insupportable intérieurement mais aussi en amplifiant et en causant tes problèmes. Avoir échoué ou ne pas en être là où tu veux, que ce soit ou non ta faute, ce n'est pas une raison de ne pas t'aimer.
Tu es la seule personne que tu auras jamais la responsabilité de rendre heureuse. Même en couple.
Alors pour ça tu dois t'aimer. C'est ta première tâche avant le reste.
Let's be the stuff dreams are made of...
Quand elle reviendra ça fera 5 semaines d'absence (!), mais je suis d'accord, la relancer dès le lundi à 8heures ça fait crevard !
Pas forcément si c'est fait adroitement !

Vu qu'elle a été absente, tu peux venir à elle à son retour, et te placer non pas en position de quémandeur mais en l'accueillant avec un chaleureux sourire (pas fayot ni émerveillé, juste chaleureux, décontracté), lui offrant ton intérêt "alors comment s'est passée ton absence ? raconte un peu ? C'était bien ?" Ecoute ses réponses, relance-la, montre-toi sincèrement intéressé par ce qu'elle a à partager, ne sois pas trop sérieux, blague, souris, essaie de lui faire passer un bon moment lors de ce dialogue.
Si - je dis bien si - tu vois que la conversation coule toute seule, qu'elle se sent bien avec toi, qu'il y a une complicité dans votre échange, une bonne humeur, qu'elle a des choses à te raconter etc., tu peux couper en expliquant que tu dois aller travailler, mais en lançant avec décontraction l'idée que tu aimerais bien qu'elle te raconte la suite à l'occasion si vous pouvez vous prendre un moment ensemble. (Si c'est laborieux, que tu la sens gênée, trop polie, sur la réserve, ne le fais pas, attends de voir si son attitude change dans les jours suivants)

C'est pas de la réclamation, c'est pas du "mais-heu tu m'avais promis qu'on déjeunerait quand t'aurais du temps-heu". Tu peux tenter (en t'adaptant à la situation et à son humeur, sans te mettre en mode pression).
pour une fois que je ne tombe pas amoureux d'une fille casée...
Ca t'est souvent arrivé de tomber amoureux d'une fille dont tu savais qu'elle était casée ?
(sans jugement moral aucun hein, juste pour savoir)
je sais que d'autres collègues sont déjà sur les rangs (sans compter peut-être d'autres mecs dans son entourage extraprofessionnel que je ne connais pas), mais je me doute aussi que certains ne pensent qu'à une chose et que si elle veut une relation sincère ce n'est pas ça qui va l'intéresser.
Alors, pardon d'être directe, mais j'ai l'impression que ça fait un peu chevalier blanc :)
D'un côté ceux qui veulent "la chose" (la chose qui commence par "s", hmmm ?), de l'autre ceux (toi !) qui voudraient une "relation sincère"...
On dirait que tu opposes les deux rôles et que peut-être tu dévalorises le premier par rapport au second en te disant que c'est forcément le second qu'elle attend (et si ce n'est pas le cas, tu risques alors une grande déception) :)

Pour l'instant et tant qu'aucune relation amoureuse ni même privée n'a commencé entre vous, tu ne la connais pas. Tu ne connais que son "moi" social c'est-à-dire une version très superficielle d'elle-même, construite pour exister en société. Je ne dis pas que l'image positive que tu as d'elle n'est pas justifiée, ni qu'elle est hypocrite, juste, que vouloir d'ores et déjà t'imaginer en relation durable avec elle, c'est comme vouloir t'installer à vie dans un pays dans lequel tu aurais passé quelques semaines de vacances !
Tu ne connais pas ses goûts, ses faiblesses, ses éventuelles blessures passées, son comportement dans la vie de tous les jours, son attitude au lit...
A ce stade, cela se comprend que tu sois sûr de vouloir mieux la connaître, on peut également comprendre que tu la désires (et il n'y a rien de mal à ça hein, moi en tant que femme, ça peut me plaire qu'on me désire. C'est pas immoral, c'est pas méchant, c'est pas "caca", c'est gênant uniquement quand cela s'accompagne d'une attitude vulgaire ou irrespectueuse de la part de l'homme).
En revanche, elle aura peut-être du mal à comprendre que tu te projettes déjà dans une relation.
Attention à ne pas commettre l'erreur de beaucoup de timides ayant peu d'expérience avec le sexe opposé, à brûler les étapes dans ta tête.
Ce que j'attends de la séduction ? Une relation durable, 'amour avec un grand a.
Ton attente se comprend, cependant... cette relation durable, elle se bâtit sur la durée, dans l'imprévu, en découvrant peu à peu l'autre et l'alchimie - physique, intellectuelle, émotionnelle... - qui se crée avec lui, qui s'élève brique à brique, mètre à mètre, au fil des moments, des plaisirs, des coups durs et enfin des jours, mois puis années partagés.
Pas en sélectionnant cet autre et en se disant avant même que les choses ne commencent "j'ai trouvé mon Amour Durable, je sais que je peux m'engager".
(Je dénature peut-être tes propos, j'en suis désolée si oui ! C'est juste un sentiment, à te lire, j'ai l'impression que tu es prêt et partant pour l'engagement... et si c'est le cas, on s'engage pendant une relation, alors qu'elle est déjà entamée et qu'on a progressé dans la connaissance de l'autre et du couple, pas avant.)

Bon, dans les faits, je connais beaucoup de couples dont les conjoints ont eu un très fort pressentiment, quasi immédiat, en rencontrant celui/celle qui serait leur future moitié, et peut-être que tu as trouvé la bonne personne, mais même dans le cas où le sentiment que tu éprouves serait fondé sur une excellente intuition, l'autre peut ne pas éprouver le même, et si tu vas trop vite dans tes projections tu peux gâcher tes chances en effrayant une personne qui elle, ne se dit peut-être pas (ou peut-être pas encore) que tu es son Lui avec un grand L.
Ce que je vaux ? Je ne m'aime pas beaucoup, mais pourtant une petite voix me dit que je pourrais rendre heureuse la femme aimée.
Aïe :/
Je vais être dure.
Une femme équilibrée n'aura pas besoin de toi (ni de personne d'autre) pour la rendre heureuse.
Tu décris ta collègue comme bien dans sa peau, rayonnante... a priori elle n'a pas besoin de toi si elle est épanouie (et tant mieux si elle est épanouie). Ce que tu peux être pour elle, dans sa vie, c'est une plus-value.
Une femme qui aurait besoin de toi pour la rendre heureuse serait sûrement une femme avec de grosses failles personnelles et la relation pourrait vous être toxique :/ C'est rarement bénéfique (et ce aux deux personnes) que l'un des deux soit un "sauveur", qui fonde principalement son estime et une certaine forme de légitimité existentielle personnelle sur ce qu'il peut apporter à l'Autre.
Et une relation a un rôle (entre autres mais pas que) de soutien, mais... ça n'est pas thérapeutique :/
Je ne veux pas tracer de lien abusif de cause à effet, pourtant en te lisant j'ai l'impression que tu t'accordes peu de valeur personnelle, et que le fait qu'une femme puisse, elle, t'accorder cette valeur que tu te refuses te permettrait de t'autoriser à mieux te voir... je me trompe ?
Tu ne dois pas attendre qu'une femme t'aime, pour t'aimer :)

Ta collègue a l'air de te plaire en tant que femme "attirante et rayonnante"... n'est-ce pas ? Ce qui suppose qu'elle est bien dans sa peau (tout du moins en donne-t-elle l'impression). Et donc, qu'elle s'aime.
Penses-tu qu'elle t'aurait autant attiré si elle donnait l'impression d'être mal dans sa peau ?
L'inverse fonctionne. Si tu ne t'aimes pas tu peux produire un effet négatif dont tu n'as pas conscience. Elle ne va pas forcément éprouver de l'antipathie pour toi, mais elle peut ressentir une fragilité, plutôt que d'imaginer tout ce que tu pourrais avoir à lui offrir.
Et si tu ne t'aimes pas ET que tu arrives en mode "je ne m'aime pas mais j'espère tout donner à une femme dans une relation durable", alors là ! Tu risques de la faire fuir, la distance entre son éventuel besoin de toi et tes propres attentes apparaissant trop disproportionnée. Elle te verra peut-être comme quelqu'un de fragile, qui cherche à combler à travers elle un fort idéal, et cela peut l'effrayer.

Mon conseil n'est pas de changer ta personnalité, juste de réduire tes attentes :) ne pars pas tout de suite dans des projections de type "si seulement je pouvais la rendre heureuse et lui offrir la relation sincère qui sûrement lui ferait du bien", dis-toi que pour l'instant elle reste encore une inconnue, que tu ignores (à moins que tu nous dises qu'elle te l'a explicitement dit) si elle veut d'une telle relation (parfois, on est bien seule, aussi, ou on préfère les relations légères) que tu peux essayer d'apprendre à la connaître, sans brûler les étapes ni plaquer des espérances trop fortes.
Si tu la désires, rien de mal à ça, ne la mets pas sur un piédestal hein, c'est un être humain de chair et d'os comme tout le monde^^ Pas de complexe d'infériorité sur le fait que tu es vierge, elle peut tout à fait passer un très bon moment intime avec toi s'il y a une bonne complicité et que tu cherches à lui faire plaisir. J'ai des copines qui se sont casées avec des hommes restés tardivement vierges et sont très heureuses de leur choix (y compris physiquement), si cela peut t'encourager.^^

Et n'hésite pas à penser aussi A TOI, à ton estime de toi, à la (re)construire pour être plus solide, plus en possession de tes moyens, plus "complet" dans ce type de situation.

Bonne chance.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+3] Post de qualité le 25.11.19, 01h31 par Onmyoji
Merci pour les réponses.

La sagesse suprême: m'aimer un peu plus... et garder la tête froide.

Amitiés
Salut,

J'ai tendence à penser que les histoires au boulot finissent mal en général...


'' Bien que, professionnellement, je n'aie pas de raison de me rendre dans son service, je vais la saluer et essayer de discuter avec elle tout les matins, avec plus ou moins de succès''
==>Une collègue qui me fait un truc comme ça... Je la calcule direct. C' est plus ça qui me fait tiquer.
As tu envie de te faire passer pour le gros boulet de service ?
Pour moi tu aurais du voir les signals d'alarmes là. Comment réagi elle ? À telle fait un autre pas vers toi ?
''draguer'' au boulot c'est risqué. Si tout les voyants ne sont pas au verts, c'est pas la peine d'y aller. Le monde professionnel est suffisamment cruel pour gérer ce genre de prise de tête.
Une femme au boulot et probablement un mec te dira jamais '' non, je n'ai pas envie de manger avec toi ''. Pourquoi ? Préserver les apparences. Sais ton jamais... Peut être qu'un jour vous devriez bosser ensemble par exemple.

La meilleure chose à faire ? Ne pas la relancer. Tu as fait le premier pas. À elle de faire le second. L'idée du café ? Oui, mais pas tout de suite. Dans quelques semaines. Pourquoi ? Sauver les apparences. Le mieux ça serait avec une très bonne excuse pro. Lui faire passer un bon moment, et puis c'est tout. Tu l'oublie.

Je pense que c'est mort. La fille risque de revenir vers toi, en allant moins la voir . Et la ? Attention à ne pas te faire d'idées.
'' avec un peu de chance '' Tu finis en FZ et tu l'acceptes. Le but ? Ne pas se cramer avec les nouvelles.
Mais surtout n'insiste pas.
Des fois la meilleure chose à faire c'est de ne rien faire.

Après... Tu peux essayer les sites de rencontres... C'est pas génial. Mais ça remet les idées en place. Tu auras plusieurs contacts, des rencontres. Tu te tromperas souvent... Mais tu apprendras beaucoup.
C'est pas la panacée... Mais bon... Ça blinde.
Répondre