A proppos de l'ego

Note : 11

le 08.03.2020 par Frs9519

5 réponses / Dernière par Frs9519 le 27.01.2021, 19h57

Parce que des fois, on fait autre chose que regarder Netflix. Partagez et discutez ici de ce que vous aimez et de ce qui vous intéresse.
Répondre
Bonjour,j'aurais une petite question d'ordre général vu que je trouve pas vraiment de réponse sur ce que je recherche.
Je voudrais savoir si le fait de faire des activité sportive (jogging) ou mental (tai chi), permettrait de retirer le contrôle de l'ego sur la vie.
Dans mon cas, assez souvent j'ai des idées noirs qui proviennent de mon égo, même en fesant du tai chi, mes pensé s'enlève mais reviennent très rapidement après. Et je parie que ce combat que je fais contre moi-même me fait perdre de la confiance en moi, et même de l'estime de soi; ça casse même mes relation avec les autres.
J'aimerais bien en apprendre plus sur ce sujet même si les conseils peuvent me cassé complètement.

Qu'entends-tu par "idées noires" ?

Le sport est un excellent antidépresseur naturel (ça m'a déjà soutenue à maintes reprises, dans des situations très difficiles). Après, tu peux colmater des hauts et des bas de mal-être avec le sport, mais pas un vrai gros trouble existentiel du genre idées suicidaires, dépressives, retours de traumatisme etc. Si ton état d'esprit vient de choses profondes et pas réglées avec toi-même, je te conseillerais de faire du sport ET une thérapie en parallèle.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Effectivement le 09.03.20, 23h34 par Frs9519

En soi, l’ego n’est pas une mauvaise chose. C’est notre identité, nos croyances, etc.
Si ton mental te ressasse des pensées négatives, c’est que c’est ton sujet du moment et que tu devrai justement te pencher dessus plutôt que de chercher à éviter ces pensées et les éteindre. Elles ne sont pas là pour rien.
Quel sont les sujets négatifs que ton mental te répète ?

Pour ma part, ce que je fais fréquemment, c’est que je vais poser sur papier toutes ces pensées négatives. Je vais écrire, et rien que de les mettre sur papier, ça me permet de m’en libérer, mais aussi petit à petit de comprendre pourquoi elles sont là.
Le sport est aussi une bonne chose, ça libère la tête et physiquement ça fait du bien.
Il y a plein de façon de développer sa confiance en soi.
Et pour changer sa façon de penser, rien de mieux qu’agir et sortir de sa zone de confort pour avoir des déclics et des électrochocs. A toi après de cerner les sujets qui te touchent et tournent en boucle dans ta tête.
Dans tous les cas, rien ne sert de se battre avec soi même, le mieux que tu puisse faire c’est écouter ces pensées une bonne fois pour toute même si elles te sont désagréables. Ton ego ou ton mental ne sont pas là pour te faire du mal, loin de là. D’ailleurs ça fait partie de toi, c’est ton identité. A toi de faire en sorte de changer de perception vis à vis de toi même et de ta vie.

Je ne sais pas si tout cela t’aidera mais je l’espère :)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Effectivement le 09.03.20, 23h34 par Frs9519

Mercie d'avoir pris du temps de me lire et de me répondre, ça permet de voir les choses d'une autre façon et de confirmer mon instinct dans certain cas. Le sport et le tai chi ne peuvent pas nettoyer le fond du problème.

Je vois de temps en temps un psy (qui m'a suivis depuis de nombreuse années) mais je vais le voir de mois en moins souvent : car d'une part je vais beaucoup mieux dans ma tête que par le passé, d'autre part cela ne m'apporte plus grand choses car je n'ai rien à lui raconté du tout. Je ne prend plus les antidépresseur depuis des mois par exemple et j'ai que rarement des fois des coup de blues mais cela passe très très vite. Je fais du jogging à côté.

Assez souvent je fais du tai chi car je m'isole mentalement dans ma tête et je n'arrive plus à m'exprimer correctement avec les autres : je suis tendu, ai beaucoup plus peur de m'exprimer et quand je m'exprimer malgré cette peur, j'arrive difficilement à parlé et me fais remballé à la moindre occasion, limite je deviens beaucoup trop sérieux.; quand je suis dans cette état, je perd complètement la confiance en moi quand il s'agit de parler avec les filles qui me plaisent. Dans cette état, c'est mon cerveaux qui prend le dessus et qui intellectualise sans cesse les choses, c'est pour ça que je parle de l'égo.

Girasole : c'est intéressant ce que tu as dit, mais j'ai remarqué que quand j'écrivais ces pensées là, je mettais plus d'importance sur ces pensées là qu'autre chose dans ma vie. Mais je vais quand même revoir ça.


Alniyat : comme idées noirs, ça va sûrement faire rigoler les gens ou quoi ce soit, ou alors que c'est normal, que c'est complètement bête, bref. Je n'ai jamais été en couple, ni même eu de relation sexuelle ou quoi que ce soit malheureusement, j'étais trop timide et venais de très très loins dans la vie (ce qui est le cas de pas mal de personnes sur le forum j'ai remarqué). Je voulais tout simplement une copine au lycée mais y a rien eu du tout (à part les obsessions amoureuses). L'idée noir est le fait de louper la vie étudiante avec les filles (relations et couples) car , après la phase étudiantes, ce sera complètement passé.
Pourtant je fais des effort pour faire un minimum de rencontre et des amis, même à revoir ma visions des chose et à me sociabiliser. Je me suis même réussis à me faire des amis.

Pour infos : ça se peut que ça soit confus ou mal orthographier, je m’excuserais sur cela.

Je te remercie d'avoir eu suffisamment confiance pour te confier.

D'après ce que tu me dis, en effet, le problème à l'air assez profond. Si tu as déjà effectué une thérapie avec un psy c'est une très bonne chose, maintenant tu en ressens sûrement plus le besoin parce que dans la vie, parler c'est bien, mais agir c'est mieux.
Pour ma part depuis Janvier je vois un hypnotiseur pour travailler mon manque de confiance en moi en couple et mon rapport aux hommes. Et là pareil, on va commencer à espacer les séances car rien de mieux que la vie et la pratique pour apprendre et avoir des déclics ! Le cerveau intègre beaucoup mieux les choses à travers des expériences concrètes. Ressasser dans notre mental a tendance à nous faire tourner en rond même si on veut bien faire.

Concernant tes peurs, je les comprends. Maintenant, dis toi que tu as eu des difficultés dans la vie qui t'ont amené à vivre cette situation (le fait d'être timide, de ne pas avoir eu de copine, etc.) Donc en soi, tu n'y peux pas grand chose. Chacun a son parcours de vie, et certains sont plus compliqué que d'autres ce qui nous amène à nous sentir parfois démuni en séduction et complètement vulnérable.
C'est déjà super que tu te prennes en main et te remette en question, car je connais des gens qui auraient tendance à au contraire, s'isoler et se laisser porter par la vie sans trop changer les choses. Toi tu as déjà franchis une étape super importante, c'est que tu souhaites changer et aller au delà de tout ça. Donc ça ne pourra que aller dans le bon sens, même si bien sûr, ce ne sera pas facile. Car rien est facile lorsqu'on cherche à changer, surtout quand on a des peurs profondément ancrées en soi.

Ensuite, lorsque je te lis, tu dis avoir le sentiment de passer à côté de quelque chose (concernant la vie étudiante, tout cela). N'essaye pas de te comparer aux autres, car encore une fois, et toi-même tu le dis, tu reviens de loin. Donc tu n'as pas été en capacité de gérer des histoires de séduction durant tes études, tu n'as pas à t'en vouloir. Chaque chose en son temps. Dans la vie on veut toujours ce qu'on a pas et on a tendance à se comparer aux parcours des autres.
Moi je vais avoir 30 ans par exemple, et j'ai passé des années à flipper et me dire que jusqu'à maintenant, j'avais rien construit dans ma vie amoureuse, si ce n'est des relations plus ou moins chaotiques pour certaines. Quand je vois des amies qui elles, sont posées, construisent des projets à deux, et semblent heureuse, bah ouais ça me fout les boules. Et j'ai aussi le sentiment de passer parfois à côté de quelque chose. On passe toujours à côté de quelque chose de toute façon car on peut pas tout avoir. Les gens en couple rêve de solitude et de liberté, les gens seuls rêvent de couple. Bref, on a toujours ce sentiment de pas avoir ce qu'on veut, et de rater des choses.
Mais chacun son parcours. Je n'ai pas connu les mêmes difficultés que toi, mais durant mon adolescence, concrètement, je me sentais nulle, moche, et je n'arrivais pas du tout à séduire. Je m'habillais comme un homme, ma féminité était totalement laissé de côté. Alors oui j'arrivais à sortir avec des hommes, mais c'était que grâce à internet (car connaitre quelqu'un à travers un écran me rassurait). En vrai, je ne plaisais pas. C'est seulement vers mes 22 ans que j'ai eu un véritable déclic et que j'ai commencé à m'aimer, et que petit à petit la métamorphose s'est faite. Mais j'ai aussi eu des sacré claques dans la figure. La plupart des rencards que j'avais, je ne plaisais pas, donc je me sentais encore plus humiliée, ça brisait ma confiance en moi. Je perdais mes moyens, j'étais timide et tout ça se ressentait.
Aujourd'hui, à presque 30 ans, j'ai fait un sacré bout de chemin, car 85% des hommes que je rencontre tombent sous mon charme. Bizarre non ? Pourtant physiquement j'ai la même tête, je fais plus ou moins la même corpulence (j'ai même quelques kilo en plus), mais je plais. Car à force de me prendre des claques dans la figure, j'ai tout simplement appris à m'aimer toute seule. Et toutes ces claques m'ont aussi donné la force de changer. D'ou ce que je te disais : rien de mieux que l'action.
Je me suis mise à la danse, et faire du spectacle, ça te confronte à tes peurs. Hop, confiance supplémentaire acquise. J'ai changé ma façon de m'habiller, et j'ai osé mettre des choses que je n'aurai jamais porté. Je me suis forcée à faire des activités qui me mettaient parfois en avant, face à des gens. Bref, j'ai été vers tout ce qui me faisait peur.

Désolé pour ce petite paraphe me concernant, c'était histoire de te sortir des exemples concrets, pour te montrer qu'on est tous humains, et que oui, parfois on loupe des choses, mais pas parce qu'on est nul, ou bête, ou incapable, juste parce qu'on ne né pas tous avec les mêmes cartes en mains. Cela n'empêche pas pour autant de changer, et d'avoir une vie super riches en expériences, même si c'est pas les expériences les plus cool à vivre. Un enfant qui aura grandi avec des parents instables, qui en souffrira, va forcément rencontrer plus de difficultés dans ses relations avec les autres qu'un enfant qui aura grandi dans une famille équilibrée (par exemple). Et l'un n'est pas mieux que l'autre. Juste que pour l'un, ça va être plus compliqué d'établir un lien d'amitié avec quelqu'un qu'un autre. Tout dépend de ses faiblesses, ses cicatrices, son passé, ses croyances, etc.

Essaye de voir cela comme un challenge, et de ne pas te mettre de pression en terme de temps. Même si tu ne trouves pas de copine pendant tes études, il n'y a rien de dramatique. Des filles, il y en aura tout le temps, à tout âge et partout. Elles ne vont pas s'envoler. Essaye de relativiser, et de te concentrer sur toi, sur ce que tu as envi de devenir et de changer en toi. Et franchis tes objectifs étape par étape. Donne toi des petits challenge, histoire d'en réussir quelques uns pour augmenter ta confiance en toi. Ca peut être des trucs tout bêtes, mais vas y doucement. Tu verras que plus tu apprendras à te connaitre, à prendre confiance en la personne que tu es à travers des petites actions, tout se débloquera autour. Et je trouve ta démarche actuelle plutôt encourageante, donc fonces.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+3] Constructif le 19.08.20, 23h30 par FK
  • [+3] Post de qualité le 28.01.21, 07h29 par voucny
  • [+3] Post de qualité le 28.01.21, 11h24 par Focus

Bonsoir, merci Girasole de ta réponse ! J'avais lu ton message il y a quelque mois mais je n'avais pas eu l'occasion de te répondre. Je vais donné de mes nouvelles, j'ai même l'impression que le parcours que j'ai fait va ressembler un peu au tiens.

Après le premier confinement, on s'était revu avec des potes et une nouvelle arrivante était arrivé, elle me plaisait pour une histoire d'un soir (mais s'était dans ma tête), on s'entendait bien et j'avais réussis crée de la complicité, mais je n'avais même pas récupéré ses coordonnées ou quoi. Deuxième soirée, je l'ai revu et on s'était ajouté sur facebook. A là troisième soirée qui a très vite suivis, elle était venu avec ces potes mais elle était venu en mode séductrice (avec une tenue qui la rendait très sexy^^). Elle draguait d'autre gars et était attiré par un gars, que l'entourage le favorisait :| .Pendant ce temps, je m'étais renfermé et je n'arrivais pas trop quoi dire avec elle, j'avais des coups de colère et déprime qui me revenait. Néanmoins soirée terminé, il ne s'est rien passé. Là sur la conversation, le gars avait avoué qu'il avait eu aucune expérience avec les filles, là mon entourage la rassuré, et la fille avait complètement craqué sur lui. Entre temps, je l'avais proposé qu'on se retrouve pour boire un verre mais elle a décliné poliment. Je suis quand même content de l'avoir proposé car j'avais jamais fait auparavant et j'avais peur de le faire, peur qu'on me blâmait ou qu'on se moque de moi ( peut ancré à cause du collège et du lycée).
Pourtant j'avais trop d'attente sur elle, tellement que j'allais faire une obsession amoureuse. Quand j'étais au sud, ma crainte s'était confirmé : elle a posté sur le groupe, une photo d'elle et le gars en soirée. Cela m'a fait très mal ! (Merci le one-itis). Leçon à retenir pour moi : "Ne pas placé la charrue avant les bœufs".

Tellement que j'étais en colère, j'ai décidé de m’intéresser au vêtements et à bien m’habiller. Je me suis débarrassé de mes vêtements usée et déchirée, et l'ai remplacer par des vêtements neufs, ainsi qu'à porter des vêtements qui me mette plus en avant (chemises, blazer, bomber...). Résultat : meilleure estime de soi ainsi que confiance en soi, je m'aime beaucoup mieux ! Je me sens même beaucoup plus légitime à sortir avec des belles filles. De plus je vit beaucoup moins dans le passé. Même dans la rue, j'attirais le regards des filles qui me plaisaient ! 8). Parallèlement je me débarrassais de certains contacts trop nocifs.
Entre temps avec les études, j'ai trouvé un appart avec des colocataires et je me suis inscrit à des cours de danse de salon. La danse de salon me plaisait beaucoup et y avait des filles qui me plaisaient mais hélas le confinement était tombé, j'ai pas pu déménager et la danse de salon annulé .

Du coup niveau des relations avec la gente féminine, ça n'a pas trop progressé, je n'ai pas eu des résultats car, hormis les jolies filles dans la rue et 2-3 filles de mon entourage, je ne fait quasiment aucune nouvelle rencontres (le confinement n'a pas du tout arrangé).
Du coup, même si mon entourage m'incite à attendre pour avoir quelque'chose qui vient du ciel :lol: , j'ai décidé de me prendre en main. Je me suis planifié des petits objectifs pour me surpassé moi-même : par exemple cette semaine, de parler à une fille qui me plait dans la rue sans partir d'un renseignement. Sinon a part la rue, je suis en contact avec une fille de mon entourage, je ne sais pas si je tente des trucs avec elle ou pas, je verrais sur ça.

En tout cas, je te remercie beaucoup du temps que tu as pris pour écrire ta réponse, et tu me confirme bien un truc : j'étais trop sévère envers moi-même, je croyais qu'il fallait être le gars complètement confiant (et sans défaut) dans toute les situations , aimé par tout le monde, débordant d'assurance, ... pour se trouver une copine; du coup je ne tolérais pas ces défauts et maladresses. Le parcours , que tu as eu, a été plus ou moins similaires au miens. Désolé pour le post très tardive, entre temps j'ai eu beaucoup de choses qui se sont passé pendant cette année.

Répondre