Tête à tête prévu, panique en vue.

Note : 2

le 25.05.2020 par Maeglin

7 réponses / Dernière par Perlambre le 26.05.2020, 14h07

Pour celles et ceux qui veulent discuter et demander des conseils rencontres et séduction; comment faire avec cette fille ou ce mec; et plus généralement, comment pécho / trouver l'amour à l'ère du swipe left, notamment quand on est ni mannequin, ni un ninja de la drague.
Répondre
Voilà dix ans que je n'étais pas passé par ici.
Il s'en est passé des choses en dix ans.

La principale étant que, deux longues relations et autant de douloureuses ruptures plus tard, ma confiance en moi, si durement acquise, se retrouve en miettes.

Le problème étant que j'en ai besoin, et, si ce n'est de cette confiance, au moins de conseils et sur un cas précis.

Dans un cadre professionnelle, j'ai rencontré cette fille.
Il se trouve que cette fille rassemble énormément de qualités que je recherche.
Et c'est déjà un premier problème : je ne peux m'empêcher de me projeter et c'est particulièrement pénible.

Cette fille fait partie d'un groupe d'amiEs, très proches, dans ce cadre professionnel.
J'insiste sur le cadre professionnel puisqu'il s'agit de personnes que je suis amené à côtoyer, cette fille et ces amiEs donc, pour un bon bout de temps.

C'est durant ce récent confinement que nous avons vraiment commencé à échanger, très régulièrement, et que j'ai constaté qu'on passait, virtuellement du moins jusqu'alors, de bons moments.

Habituellement, on se voyait surtout avec notre groupe d'amiEs.
Vous constaterez que j'insiste sur le "E" et ce n'est pas pour rien : je suis l'unique personne de ce groupe qui suffit à l'écrire sans ce "E".

J'ai longuement réfléchi, conscient que ça allait/pouvait jaser, et j'ai fini par lui proposer une soirée, chez moi, rien que tous les deux.
C'est la seule personne de ce groupe à qui j'ai proposé un tel moment.
Elle a accepté sans trop rechigner.

Et c'est là que ça se gâte.

Plus la soirée approchait, plus je la préparais, plus je prenais conscience que j'en faisais too much.

Tellement too much que ça m'a totalement bloqué et que j'ai été incapable de la moindre initiative.

Soirée ? Que dit-je, nuit.

Ce petit moment a duré de la fin de l'après-midi au petit matin. Un très bon moment, avec des échanges qui n'ont fait que confirmer mes impressions.

Le problème étant que c'est resté très amical, que j'ai été incapable d'amorcer quoi que ce soit qui aurait pu laisser, ne serait-ce que sous-entendre, que je recherchais plus que son amitié.

Elle avait un langage corporel relativement fermé, qui ne m'a pas motivé à tenter quoi que ce soit.
De toute manière, je n'ai pas su amener les choses pour qu'il en soit autrement, ayant très rapidement calqué ce langage corporel.

Si normalement, avec des "inconnues", je n'ai pas trop de mal avec ce genre de situation, là c'est la panique.
Je ne peux m'empêcher de penser aux conséquences, que j'imagine négatives, d'une tentative déplacée.

Mais je sais surtout que je m'en voudrais énormément de ne rien tenter.

Que faire ?

Ah oui, j'oubliais : si je viens demander des conseils, c'est qu'on a prévu de se refaire une soirée/nuit similaire dans la semaine.

Merci d'avance pour vos précieux conseils.
Tu dis "sans trop rechigner". Si tu as dû négocier ce n'est pas un bon point de départ.
Qui a proposé la deuxième soirée?
Si c'est elle, a-t-elle donné un programme précis?
As-tu des signes d'intérêt?

Pour le reste, tu n'en dis pas beaucoup sur ce qui peut motiver tout ça.
Attention quand même à ne pas amplifier ses qualités par effet d'environnement. Demande toi si tu l'aurais remarquée si tu n'étais pas en contact fréquent avec.
Pour le reste il y a ici de nombreuses discussions sur le fait de draguer dans son domaine professionnel.
Réfléchis-y bien.

Pour ce qui est de la confiance, avant tout tu devrais prendre soin de toi. Et éventuellement consulter un psy pour te faire aider. Ça n'est pas honteux et ça vaut mieux que de rester mal.
Ce forum pourra t'aider à actionner des choses ou à réfléchir mais il ne remplace pas un professionnel.

Pour cette nana tu ne seras pas prêt (dans le sens "totalement bien dans ta peau"), parce que ça prend du temps. Mais tu n'as pas besoin d'être au top.
Cela dit dis toi que ce que tu veux maintenant en sortie de rupture ne correspond pas forcément à un projet à long terme. Fais toi plaisir, essaie juste d'avoir ça avec une femme, et n'y mets pas trop d'enjeux.
Ceci n'est pas une citation inspirante
Tu dis "sans trop rechigner". Si tu as dû négocier ce n'est pas un bon point de départ.
Qui a proposé la deuxième soirée?
Si c'est elle, a-t-elle donné un programme précis?
As-tu des signes d'intérêt?
Non, je n'ai pas dû négocier tant que ça.
J'ai proposé une première date, elle m'a dit qu'elle me tiendrait au courant la semaine prochaine.
N'aimant pas être dans l'attente, je partais du principe que j'abandonnerai l'idée si elle ne revenait pas vers moi pour confirmer la date.
Mais elle l'a fait, en me proposant un autre soir. Ce qui ne me gênais pas et que j'ai donc accepté.

Après la première, une fois rentrée chez elle, elle m'avait envoyé plusieurs messages disant qu'elle avait bien appréciée la soirée et qu'elle m'en proposerait une bientôt chez elle dans les mêmes conditions.
Mais pour la prochaine soirée, la proposition venait de moi.
Pour l'instant, s'agissant du programme, il est uniquement question de commander à manger.
Je n'ai encore rien prévu.

Enfin, pour les signes d'intérêt, je pense qu'il y en a eu un certain nombre.
Le principal étant qu'elle ménage du temps pour me voir, sachant qu'elle a, normalement, toujours quelque chose à faire.

Pour le reste, tu n'en dis pas beaucoup sur ce qui peut motiver tout ça.
Attention quand même à ne pas amplifier ses qualités par effet d'environnement. Demande toi si tu l'aurais remarquée si tu n'étais pas en contact fréquent avec.
Pour le reste il y a ici de nombreuses discussions sur le fait de draguer dans son domaine professionnel.
Réfléchis-y bien.
Je l'ai remarquée avant qu'on soit en contact fréquent.
Surtout, assez rapidement, dès nos premiers échanges, il m'est apparu qu'elle partageait certains valeurs et objectifs auxquels j'accorde énormément d'importance. C'est ce qui a catalysé mon intérêt.
J'irais me pencher sur les discussions sur le fait de draguer dans son domaine professionnel mais je tiens à souligner que ce n'est pas le cas : pour l'instant, je ne drague pas, et c'est bien tout le problème.

J'ai une constance dans mon attitude qui ne laisse place à aucune ambiguïté, constance que je n'arrive pas à dépasser.
Pour ce qui est de la confiance, avant tout tu devrais prendre soin de toi. Et éventuellement consulter un psy pour te faire aider. Ça n'est pas honteux et ça vaut mieux que de rester mal.
Ce forum pourra t'aider à actionner des choses ou à réfléchir mais il ne remplace pas un professionnel.
Pour cette nana tu ne seras pas prêt (dans le sens "totalement bien dans ta peau"), parce que ça prend du temps. Mais tu n'as pas besoin d'être au top.
Cela dit dis toi que ce que tu veux maintenant en sortie de rupture ne correspond pas forcément à un projet à long terme. Fais toi plaisir, essaie juste d'avoir ça avec une femme, et n'y mets pas trop d'enjeux.
Normalement, ce n'est qu'une question de temps avant que cette confiance ne revienne.
D'ailleurs, pour l'aspect "bien dans sa peau", c'est même l'inverse : c'est un point que j'ai réglé depuis peu et je me suis rarement senti aussi bien.

Quand je parle de rupture récente, il s'agit quand-même d'un certain nombre de mois.
D'ailleurs, ma première nuit après ma rupture, je ne l'ai pas fini seul.
Depuis ce moment d'ailleurs, j'ai fini par acquérir une espèce de certitude quant à ce que je recherchais vraiment.
Le fait de constater qu'une personne puisse autant correspondre aux critères de cette recherche fait, justement, que j'y mette autant d'enjeux, du moins, dans ma tête.

Paradoxalement, je suis déterminé à laisser tomber dès lors qu'il ne se passe rien à notre prochaine échéance.

Mais encore une fois, je sais aussi que je m'en voudrais si je n'y mettais pas un minimum du mien pour qu'il puisse se passer quelque chiose.
A part le temps dégagé, quels étaient les autres signes d'intérêt ?
Parce qu'une nana célibataire "occupée" trouve une soirée libre sans gros problème dans sa semaine pour un pote.
Et puis à te lire, on dirait que tu attends qu'elle bouge dans ta direction sinon tu laisses tomber, tu as peur de quoi ?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] A lire le 26.05.20, 02h45 par Onmyoji
Le fait de constater qu'une personne puisse autant correspondre aux critères de cette recherche fait, justement, que j'y mette autant d'enjeux, du moins, dans ma tête.
Projections imaginaires, idéalisation... Plus tu répéteras ça dans ta tête, plus tu auras peur d'y aller, plus tu serras stressé, moins elle sera réceptive.

Le seul truc c'est que comme tout le monde, tu as peur. Car on obtient rien sans prendre de risques (le risque de perdre la relation).
Draguer dans le cercle social, c'est ce qu'il y a de plus facile en dehors du fait qu'on est plus contraint, "limité en quantité et en qualité". Tu es pré-validé socialement... La seule difficulté est d'isoler la fille, et ça tu as déjà réussi à faire avec pas mal de succès. Dans la mesure où tu ne comptes pas coucher avec 100% de tes amies, le ciel est donc entièrement clair.

Pour ma part je pense qu'elle t'a montré assez de signes d'intérêt pour te lancer. Mais ne t'attends pas à ce que ça continue très longtemps, c'est dommage de ne rien avoir tenté durant cette nuit. Une approche indirecte demande aussi de ne pas se comporter en ami, il faut guider finement vers la tension et non pas vers l'amitié. Il ne faut pas espérer "consolider" la relation sur le plan amical, il faut créer une tension, un challenge.
Perlambre a écrit :
25.05.20
A part le temps dégagé, quels étaient les autres signes d'intérêt ?
Parce qu'une nana célibataire "occupée" trouve une soirée libre sans gros problème dans sa semaine pour un pote.
Et puis à te lire, on dirait que tu attends qu'elle bouge dans ta direction sinon tu laisses tomber, tu as peur de quoi ?
En soi, je n'ai pas eu de signe d'intérêt vraiment clair et non équivoque.
Et c'est bien ce qui me gêne.

J'ai été bien lu : j'attends effectivement qu'elle bouge dans ma direction sinon je laisse tomber.
J'ai peur qu'une tentative mal gérée finisse par altérer la relation que j'ai avec elle et celle que j'ai avec le reste du groupe.
Doubrovski a écrit :
26.05.20
Le fait de constater qu'une personne puisse autant correspondre aux critères de cette recherche fait, justement, que j'y mette autant d'enjeux, du moins, dans ma tête.
Projections imaginaires, idéalisation... Plus tu répéteras ça dans ta tête, plus tu auras peur d'y aller, plus tu serras stressé, moins elle sera réceptive.

Le seul truc c'est que comme tout le monde, tu as peur. Car on obtient rien sans prendre de risques (le risque de perdre la relation).
Draguer dans le cercle social, c'est ce qu'il y a de plus facile en dehors du fait qu'on est plus contraint, "limité en quantité et en qualité". Tu es pré-validé socialement... La seule difficulté est d'isoler la fille, et ça tu as déjà réussi à faire avec pas mal de succès. Dans la mesure où tu ne comptes pas coucher avec 100% de tes amies, le ciel est donc entièrement clair.

Pour ma part je pense qu'elle t'a montré assez de signes d'intérêt pour te lancer. Mais ne t'attends pas à ce que ça continue très longtemps, c'est dommage de ne rien avoir tenté durant cette nuit. Une approche indirecte demande aussi de ne pas se comporter en ami, il faut guider finement vers la tension et non pas vers l'amitié. Il ne faut pas espérer "consolider" la relation sur le plan amical, il faut créer une tension, un challenge.
Justement, c'est là où je sèche. :frown:
Là désignant d'une part, "me lancer" et d'autre part, créer de la tension.
C'est sur ces points que je souhaiterai avoir des pistes.
"se lancer"
C'est se positionner, prendre un risque. Nous ne sommes jamais sûr à 100% de réussir, même si avec l'expérience, l’attirance féminine semble plus reconnaissable. Se lancer, pour moi ce n'est pas prendre un risque inconsidéré, ni subitement changer de comportement. Et surement pas verbaliser ou utiliser la logique pour obtenir un verdict. Car je considère que nous pouvons être dans des états superposés. Verbaliser ou montrer trop clairement son attirance dans le cadre d'une approche indirecte, c'est donc la forcer à sortir de cet état superposé pour décider si elle est attirée, ou non.

Se lancer est donc au contraire tout l'art de ne pas demander le verdict, et de mener progressivement et naturellement vers le contact physique. Faire ce qu'il faut faire au moment opportun.

"la tension"
Est un rapport différent de l'amitié, c'est un jeu. Grâce à la tension tu peux mener progressivement et naturellement vers le contact physique. Donc je dirais qu'il faut choisir un rôle adapté, qui invitera l'autre à jouer à son tour un rôle propice au rapprochement. Imagine que tu es un dispensateur de plaisir. Un dispensateur qui utilise la réciprocité pour contrôler l'offrande de ses ressources.

Si tu te positionnes en "ami", pour faire tomber les barrières de la méfiance, pour chercher la proximité, la complicité, à renforcer au maximum la relation par le temps et l’investissement... C'est une invitation à se laisser réconforter, soigner, mais pas à s'investir, ni à réclamer du plaisir.

Je sais que tout ça est abstrait, mais je dirais d'orienter ton comportement sur plus de jeu, et moins de garanties (qu'elle viennent de toi ou que tu les demandes). Essaie de la faire rire, de la taquiner, de t'approcher un peu physiquement, regarde comment elle réagit. Si tu vois que tout se passe bien tu peux aller plus loin... Tu peux aussi utiliser le contexte.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Il y'a du vrai... le 26.05.20, 14h09 par Perlambre
Une idée pratique : l'impliquer dans le dîner de votre soirée. Mine de rien tu auras ainsi une idée de ses goûts, tu pourras lui proposer d'y participer activement en la challengeant sur ses talents culinaires (même des pâtes peuvent être sublimes). Et puis faire la cuisine ensemble rapproche mine de rien, brise une éventuelle gêne, amène du plaisir, de la complicité, un rapprochement des corps, goûter à une préparation en léchant l'unique cuillère donne de l'appétit... enfin tu vois l'idée.
Et cela te permet sans prendre de risques inconsidérés, sans pression, de voir si elle rentre dans le jeu mais aussi si elle est gourmande parce qu'au lit des partenaires gourmands produisent bien souvent des étincelles.
A propos de gourmandise sexuelle, où te situes-tu ?
Répondre