Il y a cette fille...Et aussi le reste

Note : 5

le 01.05.2021 par Focus

12 réponses / Dernière par Focus le 12.09.2021, 15h27

C'était plus simple du temps de papa & maman. Pour celles et ceux qui veulent échanger autour de la vie de couple et des relations, et des différentes formes que tout ça peut prendre. Polyamour ou monogamie, relations libres, jalousie, engueulades dans la cuisine, routine, infidélité, la totale.
Répondre
Salut,

L’histoire est tellement simple, et a été narrée des milliers de fois... mais voila, cette fois, c’est la mienne.

L’usure (normale) du temps, le déport de la femme devenue mère sur ses rejetons, l’accoutumance qui éteint le désir, le sentiment de ne plus être compris, les paroles parfois cruelles que l’on regrette mais qui restent.

Et puis cette fille qui nous aime bien, que l’on continue de voir en le sachant tout en se disant qu’on restera loyal, et qu’on finit par vouloir embrasser en se retenant de le faire.

La croisée des chemins, en somme.

Même si on sait qu’on ira pas la ou une part de nous veut aller, c’est dur.

Comme de se résoudre à ne plus voir cette fille pour que ça ne dérape pas.

Mais n’est ce que ça?

Ce confinement, ou plutôt ces confinements ont mis en exergue ce qu’on était devenus, des unités de production et de consommation nomades et interchangeables. Sans récit collectif et avec des perspectives de grande bataille personnelle - c’est une image - aussi réduites que la numerisation des rapports sociaux galope.

La perte du plan d’existence supérieur, remplacé par les buzzs et les polémiques.

A se demander si un ailleurs est encore jouable.

Bref, ce soir, tout ça me fait chier, et je peine à trouver un fil.

Avis aux autres galériens de l’instant ou aux conseilleurs avisés...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Tout à fait ! le 07.09.21, 18h32 par Pachbel
"Franchis d'un pied ferme la limite de l'ombre, droit comme pour une parade, et souris, même, si tu y parviens"

- Celui qui veut le butin doit avoir une volonté ferme-

Hélas oui, c'est un problème classique... tout comme ses solutions.
Est-ce que la communication est encore possible entre vous ?
Est-ce que vous partagez encore une complicité ?
Est-ce que vous prenez du temps pour vous retrouver à deux sans les enfants ?

Bon courage.

Salut Jalapeno,
Oui, difficile mais encore possible.
Le point étant que chacun tend à présent plus facilement ses positions.
Du temps sans les enfants est prévu...
Merci pour ton écoute. Ça fait du bien.
Head on...
"Franchis d'un pied ferme la limite de l'ombre, droit comme pour une parade, et souris, même, si tu y parviens"

- Celui qui veut le butin doit avoir une volonté ferme-

Comment cela a évolué? Au niveau de ton couple? De l'autre fille, tentation bien compréhensible?
Et de ton mal-être?
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

Moins de mal être, du fait d’une remise(programmée) sur les bons rails professionnels, ceux de la vocation.

Au niveau couple, la communication déployée des deux cotés a permis de repartir sur de bonnes bases, mais qui restent fragiles.

Quant à l’autre fille, on s´est dit les choses, et rapprochés un peu. Ça reste difficile. Je ne sais toujours pas si j’irai, ni si ce serait du court terme ou du long terme. L’impact sur les enfants me retient énormément.

Wait and see.
"Franchis d'un pied ferme la limite de l'ombre, droit comme pour une parade, et souris, même, si tu y parviens"

- Celui qui veut le butin doit avoir une volonté ferme-

T'as envisagé une thérapie de couple? Parfois, les sujets que l'on ose pas aborder enveniment inutilement des situations qui peuvent se régler lorsqu'on pointe directement au cœur du problème. Le tout est d'être honnête sans être blessant et je pense qu'un thérapeute est l'intermédiaire idéal pour ouvrir un dialogue plus poussé.

Après je suis loin d'avoir connu une situation similaire à la tienne, je ne fais que proposer quelque chose que j'aurais sûrement fait.

Hello!

Déjà, c'est très joliment écrit / décrit.

Je pose une banalité, inspirée de mon bout d'histoire, qui ressemble un peu :

Tu sais de quoi tu as envie ? Consolider ? Tout envoyer peter ?

J'ai eu du mal à faire ce discernement.

Courage
++ Pach

Merci pour vos réponses.

@Nonchalance, on en voit un prochainement. Je me suis dis aussi qu’un tiers pourrait désamorcer les boucles négatives ou rendre audibles des choses qu’on ne peut ou veut plus entendre. Ma seule crainte réside dans le fait de me rendre compte que nos projets sont devenus incompatibles. Mais il vaut mieux de la certitude que de la souffrance.

@ Pachbel: les deux, tour à tour. Parfois je veux me concentrer sur ma famille, j’y suis bien, et je ne vois plus l’intérêt de poursuivre avec cette autre fille. D’autres fois, surtout quand ça va mal avec ma femme, je regarde cette autre femme comme une fenêtre vers un horizon plus riche et plus libre. J’ai rarement été aussi en tension entre deux axes, mon code et mes désirs profonds. On dit que choisir c’est renoncer....
"Franchis d'un pied ferme la limite de l'ombre, droit comme pour une parade, et souris, même, si tu y parviens"

- Celui qui veut le butin doit avoir une volonté ferme-

Je ne savais pas trop comment te répondre mais tes réponses à Nonchalance et Pachbel m'ont donné de nouveaux angles:
Focus a écrit :
02.09.21
Moins de mal être, du fait d’une remise(programmée) sur les bons rails professionnels, ceux de la vocation.
Est-ce que tu penses que tu l'aurais fait s'il n'y avait pas eu de troubles dans ta vie familiale et amoureuse?
Souvent on se sent une vocation et l'âge adulte nous montre qu'on est en fait pas faits pour cela, mais les crises peuvent nous le faire oublier et nous faire idéaliser cela. C'est aussi un rappel à notre jeunesse et à un temps insouciant, et donc psychologiquement plus rassurant, mais aussi détaché des contingences de la réalité.
Je ne peux pas vraiment me projeter, car j'ai toujours été dans "ma vocation", même si je n'ai pas emprunté une voie royale, je suis toujours dans ce que je sais faire au naturel, et les changements que j'ai faits étaient toujours liés à des déblocages de situations et ce que je voyais être comme une évolution.
Je pense que c'est une question importante parce que je sais que ce genre d'opération est souvent un sacrifice et un recul (surtout au début, et en termes de salaire et de position parce que tu redeviens un débutant), et tu as sans doute mieux à faire que de te rajouter des efforts et de la tension sur un autre sujet pour te rendre compte que finalement ce ne serait pas tel que tu voulais.
Après si tu ne veux pas donner de détails là mes mp te sont ouverts.
Au niveau couple, la communication déployée des deux cotés a permis de repartir sur de bonnes bases, mais qui restent fragiles.

@Nonchalance, on en voit un prochainement. Je me suis dis aussi qu’un tiers pourrait désamorcer les boucles négatives ou rendre audibles des choses qu’on ne peut ou veut plus entendre. Ma seule crainte réside dans le fait de me rendre compte que nos projets sont devenus incompatibles. Mais il vaut mieux de la certitude que de la souffrance.

@ Pachbel: les deux, tour à tour. Parfois je veux me concentrer sur ma famille, j’y suis bien, et je ne vois plus l’intérêt de poursuivre avec cette autre fille. ...
Si les bases sont fragiles c'est parce que tous les deux vous cherchez l'intérêt et/ ou la manière. Dans ta famille il y a un autre facteur qui sont tes enfants, et selon comment tu fonctionnes, tout l'entourage familial. C'est honorable de ta part de prioriser tes enfants, je me suis toujours dit que je ferais pareil. Mais pour avoir vu un certain nombre d'amis se détruire ou tirer sur la corde jusqu'à un point de non retour, en vérité si c'est mauvais pour toi et si ça se passe mal pour toi, ça retentira sur eux de toute manière, à moins que tu sois un humain bien plus responsable et intelligent que tout ce que j'ai pu voir (ça existe sûrement mais dans ce genre de situation je pense que ce serait exceptionnel).
En ce sens la thérapie peut vous aider à formaliser la chose qu'est devenu votre couple par rapport à votre projet initial, commun ou non - car parfois on se met ensemble en croyant avoir les mêmes attentes et ce n'est pas le cas-, et à savoir si votre partie de la forme et celle de l'autre vous convient et ce que vous pourriez faire pour mieux les faire coller ensemble.
Parfois on peut se rendre que l'insatisfaction n'est pas due aux affres communs mais aux inconforts personnels (comme ça pourrait être le cas si ton problème professionnel en est vraiment un pour toi à l'origine et n'émerge pas de cette insatisfaction liée à ton couple). Parfois on peut se rendre compte que l'autre nous apparaît selon des profils qui nous sont étrangers et pas séduisants.
Au delà du projet commun, je vais poser une question un peu brute (que tu t'es sans doute posée) mais est-ce que si tu enlèves tous ce qui est lié à de l'externe, et tout l'affect positif ou non lié à votre passif, si tu étais célibataire et heureux, que tu croises cette (je suis cette parce que tu dis bien la différencier de "ta") femme avec sa personnalité et ses goûts actuels, elle piquerait ton intérêt, elle te donnerait envie de la prendre pour compagne dans le bout de vie que tu voudrais avoir aujourd'hui et dans les dix ans à venir?
En fait, plus rudimentairement, est-ce que tu pourrais l'aimer, avoir envie de la faire vibrer, de la soutenir, qu'elle te soutienne et soit ta partenaire.
C'est une bonne question que tu pourrais lui poser avec ou sans votre thérapeute.

Si tu ne le sais pas (et dans tous les cas parce que c'est important en soi) parce que tu as oublié qui elle est vraiment sous la couche du quotidien et de la rancœur, essaie de prendre du temps à deux:
Un temps qui vous rappelle vos débuts, et un temps nouveau où tu l'emmènes dans quelques choses que vous n'avez jamais fait ensemble et qui correspond à ce que tu es maintenant.
Parce que c'est très facile de se réaimer pris dans les parfums de la nostalgie.
Aussi si tu dois parler de l'état de vie relation dans ces moments, n'abordez pas les facteurs épisodiques. C'est plus que néfaste et ça vient affecter l'émotionnel. Vois déjà si vous pouvez recréer une complicité, au delà de tout exercice de contrition et d'explication entre quatre yeux ou avec un thérapeute.
Quant à l’autre fille, on s´est dit les choses, et rapprochés un peu. Ça reste difficile. Je ne sais toujours pas si j’irai, ni si ce serait du court terme ou du long terme. L’impact sur les enfants me retient énormément.
[...]
D’autres fois, surtout quand ça va mal avec ma femme, je regarde cette autre femme comme une fenêtre vers un horizon plus riche et plus libre. J’ai rarement été aussi en tension entre deux axes, mon code et mes désirs profonds. On dit que choisir c’est renoncer.
Wait and see.
Pour l'impact sur tes enfants, tu sais quand on voit les parents divorcer l'essentiel c'est de pas avoir à en arriver à se dire qu'on a une faute là dedans et que malgré tout on est aimé. Parce que souvent quand on est gosse et pas totalement individué on assimile cette famille à l'amour qu'on nous porte et on peut se dire qu'en la quittant l'un de nos parents ne nous aime plus. L'essentiel c'est que tu sois là pour eux, que tu fasses le nécessaire à leur éducation et leur confort, que tu les assures de ton amour et que tu leur montres que ce départ est juste la matérialisation d'une fin de relation qui n'est que celle entre ta femme et toi, pas entre vous. Et que celle-ci est inaltérable.
Évidemment aucun enfant ne réagit pareil, mais comme je le dis plus haut, si tu n'es pas heureux ça les impacte, et si vous vous détestez ou s'il y a de la tension ça les impacte, alors qu'est-ce qui est le mieux?
En faisant cela tu leur donnes aussi une leçon essentielle, même s'ils ne l'apprendront que plus tard:
On ne doit pas s'attacher aux choses par une convenance. Avoir des valeurs c'est bien mais la plus importante valeur qu'on doit avoir c'est nous-mêmes (surtout compte tenu du retentissement que tu as sur eux de toute manière). Pour avoir vu pas mal de mauvais divorces dans mon entourage (je me demande si c'est lié à notre psychologie commune qui nous a amené à choisir le même genre de femmes et d'y réagir pareil et d'y perdre les mêmes choses), j'ai vu les enfants de mes amis parfois souffrir c'est vrai, et je ne crois pas que ce soit toujours facile, mais le fait de retrouver leur parent et un environnement sain est essentiel. Après si votre éloignement est "invisible" (et à entendre parler des gens au sujet de leurs parents et de la guerre froide qui s'est fait entre eux pendant des décennies parfois je ne pense pas que ce le soit jamais vraiment), c'est sans doute plus dur pour les enfants qui pourraient ne pas comprendre. C'est important de leur montrer que ce n'est pas un coup de tête et que tu les as pris en compte dans ta décision même si c'est la tienne comme adulte. Et il ne faut pas lier cela à une tierce personne. Si tu en viens à quitter ta femme il faut que ce soit pour elle. Pas parce que tu serais vaguement satisfait mais tu trouves mieux ailleurs (parce que ne nous voilons pas la face, une fois les barrières tombées et le rapprochement plus fort qui y est associé dissipé, de genre de relations tierces peut tourner court face à un quotidien won aura idéalisé sans jamais le tester du fait de notre clandestinité...).
Pour l'organisation suivant leur âge il faudra les consulter, par contre, si vous en venez à une séparation, parce que subir sans avoir son mot à dire est compliqué.

Courage et force à toi
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

Merci pour ta belle réponse Onmyoji.
Ce que je peux te dire ici (je préfère t’envoyer un mp pour développer certains points) , c’est que je pourrais maintenant accrocher sur ma femme, si je la rencontrais de nouveau, mais moins que sur cette autre femme. Et peut être pas autant qu’a l'époque. Sûrement même.
Je ressens qu’elle renonce comme beaucoup, dont moi, ou en a la tentation, passé un seul d'âge. Elle revient beaucoup sur le fait qu’il y’a un temps pour tout, suggérant qu’elle ne me suivrait plus dans mon nouveau cycle de projets. Ceux qu’on avait déjà vécus ensemble. Peut être n’a t elle plus la ressource, ni l’envie. Peut être pense t elle la même chose de moi.

Pour ce qui est de mon retour à ma vocation, (durement questionnée d’ailleurs) ce serait un retour à a du sens, à mon métier de base, sans perte d’argent. Je me suis installé dans un confort, dans le cadre de mon job actuel, qui au final ne me convient pas. Ni sa finalité en réalité. Malgré tout l’intérêt que j’en retire. Ça n’est pas moi. Et je pense que ma femme ne le comprend pas ou ne veux plus l’entendre, parce que ça touche à son propre projet. Et c’est là qu’on touche à la compatibilité des projets.

Merci pour tes paroles sur les enfants et le soin qu’on se doit avant tout. Ça fait du bien. Je m’en rendais malade.

Je poursuis en mp.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+3] Courage le 08.09.21, 23h25 par Onmyoji
"Franchis d'un pied ferme la limite de l'ombre, droit comme pour une parade, et souris, même, si tu y parviens"

- Celui qui veut le butin doit avoir une volonté ferme-

@ Onmyoji: impossibilité de t´envoyer un mp. Je ré essaie.
"Franchis d'un pied ferme la limite de l'ombre, droit comme pour une parade, et souris, même, si tu y parviens"

- Celui qui veut le butin doit avoir une volonté ferme-

Focus a écrit :
08.09.21
Merci pour ta belle réponse Onmyoji.
Ce que je peux te dire ici (je préfère t’envoyer un mp pour développer certains points) , c’est que je pourrais maintenant accrocher sur ma femme, si je la rencontrais de nouveau, mais moins que sur cette autre femme. Et peut être pas autant qu’a l'époque. Sûrement même.
Je ressens qu’elle renonce comme beaucoup, dont moi, ou en a la tentation, passé un seul d'âge. Elle revient beaucoup sur le fait qu’il y’a un temps pour tout, suggérant qu’elle ne me suivrait plus dans mon nouveau cycle de projets. Ceux qu’on avait déjà vécus ensemble. Peut être n’a t elle plus la ressource, ni l’envie. Peut être pense t elle la même chose de moi.

Pour ce qui est de mon retour à ma vocation, (durement questionnée d’ailleurs) ce serait un retour à a du sens, à mon métier de base, sans perte d’argent. Je me suis installé dans un confort, dans le cadre de mon job actuel, qui au final ne me convient pas. Ni sa finalité en réalité. Malgré tout l’intérêt que j’en retire. Ça n’est pas moi. Et je pense que ma femme ne le comprend pas ou ne veux plus l’entendre, parce que ça touche à son propre projet. Et c’est là qu’on touche à la compatibilité des projets.

Merci pour tes paroles sur les enfants et le soin qu’on se doit avant tout. Ça fait du bien. Je m’en rendais malade.

Je poursuis en mp.
Si elle n'est pas motivée pour t'accompagner c'est une chose.
Mais en plus, elle ne considère pas que ton projet vaille la peine en soi.
Toi, tu veux quelque chose de moins confortable, ça peut se comprendre, qui a plus de sens selon toi aussi (même si je suis pas trop adepte de la terminologie des "bullshits jobs"). Là, ça me paraît étrange que ta femme ne le comprenne pas. à moins qu'elle fasse la même chose que toi maintenant.
Sinon, comment cela affecte-t-il son projet à elle?

Pour le reste, je t'ai envoyé un MP, on va voir si ça passe.
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

@ Onmyoji : Salut, je t’ai envoyé deux mp qui semblent être restés bloqués dans ma boîte d’envoi. Et ce que tu as reçu quelque chose?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Oui le 12.09.21, 18h51 par Onmyoji
"Franchis d'un pied ferme la limite de l'ombre, droit comme pour une parade, et souris, même, si tu y parviens"

- Celui qui veut le butin doit avoir une volonté ferme-

Répondre