Mode et look homme : comment bien s'habiller

Chaussures de ville pour homme : le guide

Chaussure de ville, mode d'emploi : comment bien choisir ses chaussures, les différents types, repérer la qualité, comment bien les porter ...

Les chaussures… vaste sujet qui mérite plus qu’un article, mais il faut bien commencer par quelque chose.

Dans cet article, nous allons essayer de faire un tour d’horizon des différents types de chaussures de villes pour homme :

  • Les différents styles
  • Les différents procédés de fabrication
  • Et aussi, les matières, les couleurs, les marques, …

Derbies, richelieu, balmoral, cousu goodyear ou cousu blake, les subtilités de la belle chaussure n’auront plus de secrets pour vous.

Prêt pour une première incursion dans le monde mystérieux de la chaussure ? Alors en voiture (… ou alors à pied ?)

Pour commencer : les différents types de chaussures

En fait, plutôt que de style, on parle de PATRONAGE : c’est le type de confection de la chaussure, qui fera qu’elle appartient à telle ou telle famille.

C’est sans doute la meilleure façon de commencer ce premier article sur les : nous allons prendre le temps de présenter, photos à l’appui, les différents types de chaussures que vous rencontrerez.

(notez que pour cet article, on se limite aux chaussures de ville : pour des chaussures plus street ou plus sport, ça sera un prochain article, sinon il aurait été vraiment trop long).

Les richelieus

Le richelieu est la forme la plus classique de chaussure.

En général on les porte avec des tenues assez formelles, pour le travail ou les soirées vraiment habillées, surtout si les couleurs sont assez simples comme le noir ou le marron chocolat.

Un exemple de richelieu, par Berluti

Une autre richelieu Berluti - plutôt sublime, non ?

Une autre richelieu Berluti, admirez la profondeur des teintes, et le caractère général de ce modèle – plutôt sublime, non ?

Les derbies

C’est l’une des formes les plus courantes que vous verrez dans le Prêt-à-Chausser.

Moins formelles que les richelieus, vous pouvez les porter dans beaucoup de circonstances : pour aller travailler (le modèle sera alors assez sobre), pour une soirée avec des modèles bi-colores ou simplement pour une ballade…

derbies-rouges-Altan

Ici, une paire de derbies Altan avec une joli patine rouge.

Pour faire la différence avec les richelieus : on reconnait les derbies à la partie où passent les lacets (les « garants »). Sur des derbies, les deux garants sont distincts, et s’ouvrent comme des volets. Sur des richelieus, ils sont joints à la base, et s’ouvrent en V.

=> Si la chaussure s’ouvre en V, c’est du richelieu
=> Si la chaussure s’ouvre en « volets », c’est du derbie

Les brogues

Le plus souvent, les brogues sont des derbies.

On les reconnaît aux perforations dont elles ont été dotées sur le dessus. Ce sont au départ des chaussures utilisées à la campagne (par les écossais, si vous voulez tout saovir) et donc en mesure d’affronter les flaques d’eau et les pluies. A la base, les perforations sont là pour permettre à l’eau de s’évacuer.

De nos jours ces perforations sont plus décoratives qu’autre chose, et tous les patronages qui existent en reçoivent. Que ce soit des mocassins, des bottes ou encore des richelieus…

Une paire de Stanley's par Grenson

Une paire de Stanley’s par Grenson

Les mocassins

Les mocassins sont des chaussures sans lacets, dans lesquelles on se contente de « rentrer le pied ».

(Oui, tout à fait, un peu comme les pantoufles que maman vous obligeait à mettre en hiver quand vous étiez petit et que vous ne pouviez pas vous défendre)

Chaussure casual par excellence, que l’on portera souvent pour contraster avec un style très élaboré, le mocassin est habillé mais sans en faire trop.

Il en existe dans à peu près toutes les matières, et c’est avant tout une question de goûts, mais le mocassin est en fait bien plus versatile qu’on pourrait le penser au premier abord.

exemple-mocassins-3

Pour ceux qui doutent toujours que le mocassin peut ajouter du style… Il faut aimer ce genre bien sûr, mais ça marche.

exemple-mocassins-2

Et ici, dans un genre tout à fait différent, ambiance weekend. Ici des mocassins Zara. Source

exemple-mocassins-4

On peut même l’utiliser pour un look plus street, voire carrément hipster (en mode « je sors avec des pantoufles et je m’en fous »). Là encore : des Zara. Source

A noter que les anglais parlent de loafers, c’est un terme que vous rencontrerez parfois si vous commencez à vous intéresser au vaste sujet des chaussures pour homme.

Vous pourrez les choisir dans une forme assez effilée ce qui leurs donne un aspect plus moderne et plus jeune que les mocassins classiques.

Les modèles à glands peuvent aussi être très intéressants – si c’est votre style, même s’ils sont un peu tombés en désuétude.

Et pour l’anecdote, le mocassin à glands est traditionnellement vu comme une chaussure « de droite » : ils ont été popularisés par les conservateurs protestants américains, et la droite française s’en est emparée. De ce fait, le mocassin à gland est sans doute aussi politisé que peut l’être la paire de Doc Martin’s ou la paire de Vans – dans des styles différents :)

A ne pas confondre avec les chaussures bateau (qui elles, ont des lacets)

Les chaussures à boucles

Elles sont en fait des derbies et sont une alternative très intéressante aux richelieus, à une ou deux boucles selon les goûts (dans un style plus élaboré).

chaussures-a-boucles

Les bottines

Chaussures montantes jusqu’à la cheville ou plus haut, elles sont très versatiles car on peut les porter avec un costume (lequel recouvrira la partie montante) ou avec un jean, un chino retroussé sur la cheville pour un port plus décontracté et chic.

A lacets ou à fermeture éclair, formelles ou plus street, les bottines peuvent énormément changer d’une marque à l’autre, du plus classique au plus avant-gardiste, il y a vraiment de quoi se faire plaisir, et exprimer sa créativité.

bottines-heyraud

Des bottines Heyraud (qui ont déjà un peu de vécu). Imaginez les portées avec un jean brut, une ceinture assortie et une chemise bleu ciel : classique, mais terriblement efficace.

bottines-timberland

Pour un look plus audacieux / viril, ces bottines Timberland

La Balmoral

Le patronage balmoral est utilisé sur les chaussures plutôt habillées. On le retrouve sur les bottes et les richelieus généralement.

La caractéristique d’une chaussure balmoral est que les garants (la pièce sur laquelle passent les lacets) sont cousus autour de la cheville et se rejoignent au niveau du talon, pour un style très reconnaissable.

cousu-balmoral

Botte Anthony Delos, cousu Balmoral

chaussure-balmoral

Richelieus Altan à découpe Balmoral

*  *  *  *

Bon, et maintenant qu’on a fait le tour des principaux types de chaussures, on va pouvoir entrer dans la technique.

Une belle paire de chaussures, outre la maîtrise technique, c’est avant tout un bon cuir

Constituant la principale matière première de la chaussure, le cuir est un des points centraux lors du choix d’une paire.

Évitez absolument le simili-cuir qui est peu valorisant et qui ne durera pas dans le temps.

similicuir

Dommage, le similicuir de ces chaussures leur donne un côté plastique qui nuit un peu à l’élégance du modèle – et ne vieillira probablement pas très bien (inutile d’espérer que le similicuir se patine, il se contentera de s’encrasser, de se craqueler).

Vous devrez être attentif à la qualité du cuir : tous ne sont pas égaux.

Un cuir, c’est avant tout une peau, et il y en a de plus belles que d’autres (non, normalement le cuir n’a pas d’acné)

Tout d’abord de quel animal vient le cuir ?

  • Le plus souvent, les bons souliers sont en cuir de bébé veau. Plus solide que l’agneau, mais quasiment aussi souple.
  • On trouve également de la vachette, le plus souvent en entrée de gamme.
  • Le cuir de cheval est aussi utilisé, traité avec la bonne méthode , on peut en faire le fameux cordovan (cuir de cheval, aux teintes rouges et au grain d’une finesse exceptionnelle)
  • Les peaux exotiques telles que le crocodile, caïman, autruche, chameau peuvent également servir à la confection de belles chaussures (mais pour un tout autre prix).
1-mocassins-corthay-velours-cuir-tresse-chameau

On trouve des modèles parfois très travaillés, pour les amateurs les plus pointus – et parfois difficilement portables au quotidien. Ici, des mocassins velours et cuir de chameau tressé, par Corthay. Probablement pas la première paire de chaussures que vous achèterez :)

Comment reconnaître un bon cuir ?

Le cuir est avant tout… de la peau qui a subi un traitement particulier; et sauf exceptions (peaux écailleuses type caïman ou python), la peau des animaux est semblable à la nôtre : elle présente des pores en surface.

Plus ses pores sont serrés et réguliers, plus la peau s’avèrera de qualité.

Pour s’assurer de son élasticité (très importante, sinon le cuir finira par se crevasser jusqu’au déchirement) vous pouvez plier la chaussures comme lorsqu’elles se plient pendant la marche. Si les plis formés restent, le cuir a un problème. Une bonne peau ne doit marquer que légèrement.

Faites également attention aux possibles accrocs présents sur la peau, ainsi qu’à la finesse du grain. Certaines peaux de moindre qualité présentent des marbrures et veinures qui rendent le cuir plus disgracieux.

Évidemment, les plus belles peaux sont réservées aux marques les plus prestigieuses, et expliquent alors qu’on bascule dans une toute autre tranche de prix.

Les chaussures en cuir bookbindé

On appelle cuir bookbindé un cuir recouvert d’une couche de plastique (un œil non averti pourra penser qu’il s’agit de souliers vernis). Ce genre de chaussures sont donc très brillantes… pour un temps.

Le problème avec ces chaussures (souvent du bas de gamme), c’est que la couche qui recouvre le cuir :

  • empêche le cuir de respirer
  • empêche l’entretien du cuir (le plastique protège le cuir de l’eau et de la poussière, mais aussi des produits hydratants qu’on pourrait vouloir lui appliquer pour l’entretenir)
  • … et a tendance à se craqueler au bout de quelques temps, au niveau des plis de marche. Résultat, le plastique se casse, et on se retrouve avec des espèces de pelures translucides assez désastreuses.

Bref : fausse bonne idée.

Si vous voulez des chaussures qui brillent, formez-vous à l’art du cirage et du glaçage (par exemple, chez MonsieurChaussure.com, un site absolument époustouflant sur l’entretien des chaussures, on vous le recommande chaudement x 1000).

Les chaussures en daim

… ou plus précisément, en veau-velours (le daim ne se fait plus). On parle aussi de nubuck. Il s’agit aussi de cuir, mais à l’envers (au lieu de voir le côté fleur, on expose le côté chair).

Très portable aussi, c’est une bonne alternative à la chaussure en cuir pour celui qui veut diversifier son style. On trouve notamment beaucoup de daim sur les mocassins et les boots.

Le montage

En plus du cuir, une bonne chaussure c’est aussi une bonne semelle et un bon montage. Le montage de la chaussure, c’est le procédé technique suivant lequel elle est assemblée.

Le montage joue un rôle primordial dans la durée de vie de celle-ci mais également dans son esthétique. Les chaussures les plus couteuses sont réalisées par des artisans quasi-artistes, dont l’extrême maîtrise technique permet des chaussures d’une grande finesse et élégance.

Le cousu Blake

Connu également sous le nom de « cousu de part en part », le blake est le montage cousu le plus simple à réaliser.

Le cousu blake est fait en liant les épaisseurs du cuir de la chaussure, la doublure et la tige (l’extérieur de la chaussure) à la semelle. Ce procédé permet des chaussures à semelle extrêmement fine et légère.

Comme vous pouvez le constater, avec un cousu Blake, la couture est faite à l’intérieur de la chaussure, et lie ensemble les différents éléments de la semelle – comme un sandwich. D’ailleurs cette technique présente quelques inconvénients :

  • Parce que le point de couture passe SOUS la chaussure (pour prendre la semelle et la lier à la tige et à la première), l’humidité a tendance à remonter dans la chaussure les jours de pluie
  • Cette technique rend (rendait ?) le ressemelage très difficile pour les cordonniers, du coup, il est quasi impossible de faire ressemeler ses chaussures

Ce procédé est apprécié des puristes pour sa finesse, mais on lui reconnaît moins de durabilité et de confort qu’avec un autre procédé, le cousu Goodyear. On lui reprochera aussi souvent son manque d’étanchéité en cas de pluie.

Le cousu Goodyear

Il est la version « mécanisée » du cousu trépointe (le procédé de cousu main utilisé à l’origine par les maîtres bottiers).

C’est le montage standard pour une paire de bonne qualité qui durera longtemps, c’est la technique reine de la chaussure homme.

C’’est LE montage à utiliser sur les vraies bonnes paires de chaussures.

Si le sujet vous intéresse, et pour comprendre pourquoi ce procédé permet des chaussures plus robustes et à la fois plus confortables, lisez notre article spécial sur le cousu Goodyear.

A noter que les chaussures cousu Goodyear sont souvent un poil plus chères que les chaussures en cousu Blake, car le procédé demande plus de travail à la fabrication.

Le cousu Norvégien

Le norvégien est une variante du cousu goodyear.

Plus épais, il présente deux lignes de couture sur la trépointe, au lieu d’une seule en cousu Goodyear.

En général, on le retrouve sur les bottes ou les derbies de chasse. En clair, une vrai semelle de bonhomme, mais pas indispensable sur votre chaussure (ce cousu est connu généralement pour son utilisation sur une bottine Heschung)

Quelle couleur pour mes chaussures ?

S’il s’agit de votre première paire de chaussures vous devriez commencer en portant des couleurs très simples, que vous pourrez facilement assortir, comme le noir ou le marron (pas trop clair, sinon vous aurez du mal à l’assortir).

Tout dépendra de l’usage que vous en ferez en vérité. Si vous devez les porter pour aller travailler, restez sur des couleurs sobres. Noir, marron, gris, bleu nuit.

Vous pouvez commencer à employer d’autres couleurs une fois que vous n’aurez plus de difficultés dans leur association de manière générale.

Les patines sont l’étape ultime au niveau des couleurs, des effets boisés aux effets vieillis… quasiment tout est permis et ce sera le moment de vraiment vous lâcher.

De notre côté, nous adorons ce que font des gens comme Paulus Bolten et JM Legazel, deux spécialistes parisiens de la patine sur cuir.

jm-Legazel

Une paire de JM Legazel dont j’aime bien la patine

Et la taille ?

Bien entendu, une paire de chaussures s’essaye, et il est primordial de la prendre à la bonne taille.

La bonne taille ? Pour faire simple et efficace :

  • Si vous touchez le bout de la chaussure, c’est trop court
  • Si vous parvenez à passer un doigt entre votre talon et l’arrière de la chaussure, c’est trop grand

Et les chaussettes ?

Il est d’usage de porter ses chaussettes accordées au pantalon, c’est une règle. Comme le fait d’avoir une cravate d’une matière et d’une couleur différente de sa pochette poitrine si vous en portez une.

Toutefois vous pourrez jouer avec cette “règle” en portant dépareillées des chaussettes un peu plus osées. C’est un style que l’on retrouve souvent dans le vestiaire Anglais.

Quelles chaussures pour qui ?

Si votre style est relativement simple, ne vous lâchez pas sur une paire trop avancée ou avec une patine trop difficile.

Vous auriez du mal à les assumer et elles resteraient tristement dans leur boite. Vous auriez donc dépensé de l’argent pour rien.

  • Si vous avez un style classique, optez pour une paire de richelieus ou de derbies noires ou marron selon vos goûts (personnellement, j’ai un faible pour les marrons, moins tristes que des chaussures noires)
  • Si vous avez un style plus avancé : le monde s’ouvre à vous messieurs.

Dans tous les cas, prenez SURTOUT une paire qui vous plaît vraiment, dans laquelle vous vous sentez un pur conquérant.

Quelques marques que nous recommandons

On dit trop souvent qu’on ne peut rien faire à « petit » budget, mais on trouve des choses très bien pour 150 à 200 euros, avec notamment quelques marques comme Bexley, Loading, Meermin, Markowski.

Bien entendu, si vous n’avez pas 150 – 200€ à mettre dans une bonne paire de chaussure, contentez-vous de ce que vous pouvez vous permettre, et quand la vie vous le permettra, vous serez ravi de découvrir à quel point une bonne paire de chaussures peut s’approcher de l’œuvre d’art et servir votre style.

A moyen budget (à partir de 250-300 euros), vous aurez des choses un peu plus travaillées et dans de plus belles matières et avec de plus belles patines. Dans ces budgets regardez du côté de Septième Largueur, Altan, Carmina, Caulincourt, Crockett&Jones.

Enfin pour les plus gros budgets (à partir de 600 euros), le monde est à vous et vous aurez ce qui se fait de mieux comme par exemple : Weston, Aubercy, Carlos Santos, Gaziano & Girling, Edward Green, Berluti.

balmoral-Gaziano-Girling

Bottines Balmoral à patine rouge chez Gaziano & Girling

richelieu-Gaziano-Girling

Richelieus Gaziano & Girling

richelieus-septieme-largeur-patine

Richelieu Septième Largeur

Dans tous les cas, une chaussure est faite pour durer, donc voyez ça comme un (très bon) investissement sur votre prestance personnelle : si vous le pouvez, ne rognez pas sur les coûts sans raison valable.

A retenir

Nous arrivons à la fin de cet article mais il est bon de revoir les quelques bases :

  • Une belle paire de chaussures, c’est avant tout un bon cuir, observez sa qualité.
  • Oubliez les semelles collées, privilégiez les cousus Goodyear pour la robustesse, et cousu Blake pour la finesse (et fuyez les semelles collées, c’est trop cheap !)
  • Il existe de nombreuses formes et de nombreux styles, cherchez ce qui vous convient le mieux
  • Noires ou marron pour débuter, et optez pour des patines si vous êtes sûrs de vous
  • On assortit ses chaussettes au pantalon, ou on ne les assortit pas du tout (chaussettes blanches interdites : ça, c’est pour le sport, et c’est tout).
  • Ne prenez pas une chaussure trop « avancée » si vous avez un style basique.

J’espère vous avoir tout dit, je vous dit à bientôt pour de nouvelles aventures et j’espère vous avoir inspiré !

Jérémy, et toute la Team Be What You Wear

Sur le même sujet
Commentaires / Discussion

Cet article vous a plu ? Vous avez des questions ? Vous souhaitez réagir, ou apporter des précisions ? Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.

Les commentaires agressifs, discourtois, non constructifs, ou simplement désagréables seront supprimés.

  • Article très complet, Bravo ! je me permet d’ajouter qu’ il ne faut jamais privilégier le bon marché ou encore le luxe au détriment de la qualité. Une bonne paire de chaussure doit bien tenir dans un pied, les matériaux de fabrication doivent être antiallergique et la semelle antidérapante et d’une épaisseur suffisante.

  • Merci Anne-Marie, entièrement d’accord avec tout ça :)
    Je rajouterais que la qualité de l’assemblage (observable notamment aux coutures) est important, car elle en dit long sur la durée de vie potentielle des chaussures.