Mental et Vie intérieure

Etude de cas : la négative attitude

Ces gens qui se plaignent tout le temps : c'est quoi leur problème ?

Dans cet article, j’aborde, à travers la description d’une personne de mon entourage, les ressorts et travers de la « négative attitude », les conséquences désastreuses que la négativité peut avoir sur votre vie, et les possibles façons de renverser la tendance.

Tout d’abord, quelques news. Je n’ai pas posté de nouvel article, ni été très présent sur FTS depuis quelques temps, et pour cause : comme vous le savez peut être déjà, je suis étudiant en école de commerce, et ma troisième et dernière année se révèle particulièrement chargée : les dossiers pleuvent, les soutenances orales s’enchaînent, et je n’aurai pas de répit avant fin 2008.

Mais qu’à cela ne tienne : être à l’école de 8h à 22h, non seulement ça fait la bite, mais c’est aussi l’occasion d’observer les gens autour de soi, et leur façon d’être, qui, sans surprise, varie énormément d’une personne à l’autre.

Laissez-moi vous décrire au fil de quelques articles certaines personnes que je côtoie, et dont l’attitude est particulièrement intéressante. Bien sûr, j’ai pris soin de modifier leurs prénoms afin de limiter les chances qu’ils se reconnaissent si d’aventure ils venaient glander sur FTS au lieu de bosser :)

Pierre

Pierre – appelons le comme ça – est fascinant… à sa manière. Depuis 3 ans que je côtoie ce mec en cours, il repousse les limites. Sans exagérer, c’est un cas d’école. Passons sur la description physique de Pierre, elle n’a ici aucun intérêt. Sachez simplement que le type est « normal ». Ni beau, ni moche. Normal.

En fait, c’est dans son caractère que réside tout l’intérêt du personnage. Pierre est sans doute l’une des personnes les plus négatives et aigries que j’ai jamais rencontré.

Vous le savez sans doute, être étudiant, c’est être confronté à milles petites frustrations au quotidien. Genre, un cours annulé à la dernière minute, un exam rajouté 3 semaines avant le début des festivités, un cours déplacé parce que le prof est malade ou a des obligations professionnelles, etc… Clairement, c’est chiant. Mais 99% des gens font avec. C’est vrai, au final, même si c’est pénible, ce n’est pas non plus systématique, et dans tous les cas, y’a pire dans la vie.

Bref. Au fil du temps, Pierre a commencé à nourrir un appétit immodéré pour la mauvaise humeur. A tel point que s’il se contentait au début de râler après les petits et inévitables dysfonctionnements de l’administration, il a petit à petit pris en grippe certains professeurs (les femmes, notamment), jusqu’à en venir à commenter leurs moindres faits et gestes, chaque mouvement étant matière à critique et à remarque désobligeante (à voix plus ou moins basse, sinon ça défoule moins).

A tel point que ça en devient pénible d’être installé à proximité de lui dans l’amphi, le son de ses bougonnements et remarques (à la pertinence très relative) devenant carrément agaçant.

Pour que vous compreniez bien sa façon d’être, disons qu’il semble s’être forgé une vision du monde où c’est *lui* contre *tout*. Tout dans son monde semble être critiquable et foireux, rien ne le satisfait jamais, et même dans les bonnes choses il choisit de ne voir que les aspects négatifs, quitte à verser dans la mauvaise foi.

Cerise sur le gâteau, il s’est fait une spécialité de sortir les plus grosses inepties possibles, les questions les plus stupides possibles, les plus impertinentes et déplacées possibles. Je n’ai pas d’exemple précis en tête (je devrais les noter !), mais c’est du François Pignon de compétition. Un méchant François Pignon, insatisfait et aigri, sans trop savoir pourquoi.

Et alors ? Analyse et conséquences

Bon. On peut se demander pourquoi je prends le temps de décrire ce type, qui clairement ne semble pas valoir le coup qu’on parle de lui pendant 2 heures.

Détrompez-vous : comprendre pourquoi il est devenu comme ça, et quelles sont les conséquences pour lui d’être tombé dans la négativité et l’aigreur chroniques peut être particulièrement intéressant d’un point de vue développement personnel.

Pourquoi Pierre est-il si négatif ?

La première raison qui me vient à l’esprit, c’est que c’est une personne malheureuse. Sans vouloir faire de la psychologie à deux balles, je pense qu’il est déçu, à la fois par lui-même, par la tournure que prend sa vie, et que dans sa déception, il a tendance à reprocher à l’extérieur d’être à l’origine du peu d’intérêt de sa vie.

Bien sûr, il se trompe – il ne peut principalement que s’en prendre à lui-même, mais il ne s’en rend pas compte, il s’est tout simplement forgé une façon très négative et subjective d’interpréter chaque évènement qui survient dans sa vie.

Deuxième raison possible : râler, c’est s’exprimer, et donc, exister. La polémique, ça fait réagir les gens. Il est possible qu’il cherche par là à exister et à établir la communication avec les autres. Et il le fait comme ça parce qu’il ne sait pas le faire en étant « autrement ». Voyons-y les résultats d’une timidité qui l’empêche de s’y prendre plus simplement, ou ceux de mauvaises habitudes développées tout au long de sa vie dans ses relations… Qu’importe.

Une troisième raison possible, c’est qu’il trouve là un moyen de se défouler et d’évacuer le stress. Chacun gère la charge de boulot parfois très lourde à sa manière… même si en l’occurrence, j’ai du mal à voir comment s’énerver et se rajouter du stress peut le soulager.

Conséquences

Les conséquences sur Pierre et sa vie, c’est qu’il se CREUSE une vie de merde. Une vie faite de déceptions, de frustrations, de conflits et de tensions. Les « adultes » à qui il a à faire sont là pour lui pourrir la vie, jamais pour l’aider, la vie est une compétition et le monde s’acharne contre lui. Pierre se persuade qu’il est tout seul.

Peut être a-t-il été éduqué comme ça. Peut être son père lui répète -t-il sans arrêt que « dans la vie, t’es tout seul, c’est la jungle il faut lutter » ou une connerie comme ça…

Il est très possible qu’il considère ça comme normal, et pense peut être que c’est la façon dont tous les autres gens perçoivent les choses eux aussi ?

Cercle vicieux, plus il s’habitue à prendre les choses du mauvais côté, plus il se sent agressé, et plus sa tendance à la négativité s’en trouve renforcée.

Au-delà de ça, sa vie sociale est catastrophique : sans surprise, tout le monde le fuit. Pourquoi vouloir côtoyer un tel con (car c’est comme cela qu’il est perçu), qui brille par sa mauvaise humeur ?  Pourquoi vouloir s’exposer à de si mauvaises ondes ?

Pierre a développé un don : celui de repousser les gens à coup  en étant désagréable. Pas forcément envers les gens, mais de manière générale.

Et sa vie devient donc de plus en plus terne, triste et merdique. Et ça continuera tant qu’il n’inversera pas la vapeur. Peut être qu’il ne le fera jamais. Il y’a des gens qui restent énervés toute leur vie, qui s’imaginent que c’est normal et que ça leur donne de la constance, un but.

Comment changer ?

Changer, pour Pierre, revient à opérer une véritable révolution interne. Cela reviendrait presque à voir du bleu là où toute sa vie il a vu du rouge.

Cela demande d’énormes efforts pour apprendre à ne plus interpréter la situation sous leur aspect négatif.

Aujourd’hui, lorsque quelque chose lui arrive, il fonce droit au pire. S’il voulait stopper cette tendance, il lui faudrait apprendre à

1. Recevoir l’information
2. L’analyser objectivement
3. Y voir les côtés positifs ET négatifs (côtés positifs qu’il ne voit aujourd’hui tout simplement pas)
4. Choisir de prendre du recul et de relativiser
5. Apprécier la simplicité des choses en choisissant d’ignorer les facteurs de vexation et de frustration – ce que font la plupart des gens.

Malheureusement, je crains que Pierre, n’ayant pas conscience de son problème, n’en soit pas là, et que rien ne change de son côté avant  un bon bout de temps – et qu’il vive une vie plutôt décevante.

La raison pour laquelle j’en parle sur FTS, ce n’est pas parce que j’éprouve le besoin de me lâcher sur le personnage – qui, en dehors de ça, m’est totalement indifférent – mais parce qu’il m’a semblé intéressant de décortiquer les ressorts de la négative attitude, ainsi que ses effets et les éventuels remèdes.

En effet, nul doute que certains parmi les lecteurs de FTS souffrent de tels travers, de façon plus ou moins marquée, et il est très probable que la lecture de cet article puisse apporter de nouvelles clés de compréhension à beaucoup d’entre vous.

Dans tous les cas, n’hésitez pas à réagir à cet article en postant vos commentaires à la suite de celui-ci, moi-même et les autres lecteurs seront très intéressés par votre interprétation des choses.

La prochaine fois, je vous parlerai de Jay, la rock star improbable, mais rock star malgré tout, magnifique exemple du fait que le charisme ne dépend en rien du physique.

Si vous souhaitez approfondir sur la négative attitude, je vous recommande la lecture de ce post sur le blog Passion en Action :Faire taire les pensées négatives

Pour finir, une petite image sympa de A. Auderset, pour méditer aux différentes façons d’aborder la vie…

Jamais content

Commentaires / Discussion

Cet article vous a plu ? Vous avez des questions ? Vous souhaitez réagir, ou apporter des précisions ? Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.

Les commentaires agressifs, discourtois, non constructifs, ou simplement désagréables seront supprimés.