Conseils séduction

Facebook, rencontres, drague et séduction : les choses à savoir, à faire et à ne pas faire

Qu'on le veuille ou non, Facebook - et internet - jouent un rôle dans notre vie amoureuse. Voici un petit article pour récapituler ce qu'il faut savoir à propos de Facebook et de son rôle dans la drague, la séduction et les rencontres.

Le nouvelles technologies et leur omniprésence dans nos vies ont complètement bouleversé la donne en matière de rencontres, de drague et de séduction.

Sans être la panacée (les rencontres en ligne sont pleines de pièges et d’inconvénients), elles ouvrent également pas mal de possibilités… pour peu qu’on sache s’y prendre et qu’on ne fasse pas n’importe quoi.

Facebook, comme tous les moyens de communication, possède ses propres codes, qui vous permettront soit de briller si vous les maîtrisez, soit de passer pour un loser ou un boulet si vous faites n’importe quoi.

Les erreurs et maladresses à éviter sur Facebook

Que ce soit clair pour tout le monde : lorsque vous rencontrez une fille, que ce soit online ou ailleurs, la première chose qu’elle va faire lorsqu’elle apprendra votre nom, c’est de regarder si elle vous trouve sur le net.

En commençant par Facebook.

Histoire de compléter la première impression qu’elle se fait déjà de vous suite à vos premiers échanges.

Et là :

  • si ce qu’elle voit sur Facebook lui plaît : c’est un feu supplémentaire qui passe au vert
  • si à l’inverse ce qu’elle voit ne lui donne pas une bonne image de vous : son intérêt vous concernant risque fort de chuter à vitesse grand V

Certains trucs sont facilement éliminatoires – en gros : tout ce qui est de mauvais goût et vous fait passer pour un beauf / un cassos.

C’est très subjectif, mais c’est ce qui fait que deux personnes sont compatibles ou pas : ce que vous mettez sur votre mur Facebook reflète qui vous êtes, vos valeurs, votre culture, vos croyances, votre humour et vos préoccupations.

Si ce qu’elle voit lui paraît beauf ou de mauvais goût, pas bon pour vous.

  • Si votre timeline présente 80% de posts consacrés à l’OM, soyez conscient que ça peut jouer contre vous.
  • Si votre timeline est bourrée de fautes d’orthographe, de statuts pleurnichards ou d’images niaises, vulgaires ou de messages globalement pas très intelligents à ses yeux : ça JOUERA contre vous.

D’une manière générale, évitez :

  • De trop poster de trucs de vous en train de faire n’importe quoi. Genre, votre dernier cul-nu en soirée, avec une perruque blonde et des bas résille. Ça peut passer dans les rares cas où vous êtes hyper charismatique, ou si c’est une fois de temps en temps; mais dans la plupart des cas, si ça revient trop fréquemment à son goût, pas bon. Le style gros fêtard / gros beauf ne plaît pas à toutes les filles, sachez-le. Ce genre de soirée peut vous plaire à vous et à vos amis, mais à ce moment là, assurez-vous que les photos et autres ne soient pas visibles par les autres, qui pourraient ne pas partager votre délire.
  • Les contenus niais et pleurnichards : étaler son état cafardeux, sa déprime et ses soupirs romantico-gnangnan n’a rien de romantique : c’est pathétique. Et ça fait fuir les filles, qui n’ont aucune envie de se laisser approcher par un mec incapable de gérer ses humeurs. Sans compter que les messages plaintifs, destinés à attirer l’attention sur vous, vous font passer pour une attention-whore, un red flag pour beaucoup de gens (à raison).
  • Les contenus véhéments, genre éternel énervé du net : avoir une personnalité forte, c’est bien – sauf si ça vous donne l’image d’un mec perpétuellement en conflit et en croisade contre le monde entier. Vous avez le droit d’avoir des convictions, des valeurs – mais la règle est simple : pas à table, et pas sur le net. Ca sert à rien (à part vous faire passer pour un tendu tendance gros con et mettre les autres mal à l’aise); et c’est pas poli. En tout cas, ça ne témoigne pas d’une intelligence sociale très développée.
  • Les contenus de cassos : si vous tenez à votre vie sociale, abstenez vous de poster tout ce qui peut faire douter de votre santé intellectuelle (et fréquentabilité sociale). Les photos de bouteilles de Jack en mode gangsta-tavu, torse nu devant une porsche qui, forcément, ne vous appartient pas; les vidéos YouTube type théorie du complot (les ziluminati et autres trucs à base de Soral, Dieudo faits pour exciter les sots en jouant sur la haine et l’amertume) => vous font passer pour un simple d’esprit au jugement pas très clair. Pas un super message pour les filles bien dans leur tête.
  • Les photos de vous dégueulasses, ou qui ne vous mettent VRAIMENT pas en valeur : dans des situations douteuses, ou ratées, avec les yeux à moitié fermé, la bouche ouverte et le tein rougeaud : on fait mieux en matière de séduction. Essayez autant que possible de contrôler la qualité des photos de vous qui tournent – sans tomber dans le narcissisme et le contrôle extrême non plus, là est la difficulté.

Autre truc sur lequel vous avez moins de contrôle, mais qui peut aussi jouer contre vous :

  • l’éventuelle (omni)présence d’une fille sur votre timeline, en mode « je marque mon territoire ». Pour une fille qui s’intéresse à vous, moyen de constater qu’une nana vous tourne autour en permanence. Qui est-elle ? Ex jalouse ? Copine cachée ? Stalkeuse ? En tout cas, ça pue.

Ces conseils sont évidemment valables pour tous les réseaux sociaux et sites où l’on pourrait vous trouver.

Si les tréfonds d’Internet cachent encore votre vieux Skyblog de quand vous vouliez être un rappeur, c’est le moment de le mettre à mort une bonne fois pour toute.

Bonnes pratiques

A l’inverse, quelques bonnes habitudes et bons réflexes qui peuvent vous sauver la mise, voire, vous faire marquer des points aux yeux des stalkeuses du net.

Principalement : on soigne son mur.

En gros, en y postant des trucs qui démontrent :

  • le fait qu’on a une vie sociale active, riche et diversifiée (et des amis présentables / fréquentables)
  • le fait qu’on a un cerveau, et qu’on sait comment s’en servir : messages pertinents sur l’actualité – mais attention, pas trop 1er degré (cf plus haut). Préférer le 2nd degré, indicateur d’humour, de pertinence et d’intelligence sociale. Des citations, des messages pour rebondir sur tel ou tel statut de vos amis, etc.

Quant aux photos, on s’efforcera de ne poster que celles qui illustrent à quel point votre vie est cool / riche / active / variée; et qui vous mettent en valeur un minumum (mieux vaut UNE photo de beau gosse que 30 photos foireuses).

Facebook est votre vitrine, votre masque social, pas votre journal intime, alors attention à ce que vous y déversez.

Faites aussi attention à votre niveau d’activité : si vous donnez l’impression d’être branché sur FB 23h sur 24, on risque vite d’avoir l’impression que vous êtes accro et hypnotisé par FB (et probablement, par l’ivresse que procure l’impression d’être regardé). Restez mesuré et raisonnable dans votre utilisation de ce réseau qui, rappelons le, n’est pas votre ami.

Et la drague, dans tout ça ?

Le nombre de mecs qui essaient de draguer sur Facebook, et s’y prennent de la pire manière possible.

J’ai déjà vu mes copines célibataires mettre fin à un flirt en place ou recaler un garçon (au physique pourtant agréable) pour ces raisons.

  • On n’aborde pas les inconnues à froid.

Enfin si, on peut : si on vient du bled et / ou qu’on n’a pas d’amour propre. Facebook n’est pas un site de rencontres (en tout cas, l’immense majorité des filles n’ont pas envie d’y être abordées par des inconnus). Donc  on ne part pas en chasse à la femelle comme le effectue ses recherches sur AdopteUnMec.com. Oui, cela peut sembler évident mais quand je reçois des demandes d’ajouts ou des mails de la part de garçons que je ne connais ni d’Eve, ni d’Adam, et avec qui je n’ai aucun contact en commun, je me dis qu’un petit rappel des basique ne fera de mal à personne.

La bonne façon de faire ?
Engager la conversation dans les commentaires d’un post, en réagissant au message d’une fille. Si elle rebondit, bingo, vous êtes en mode conversation, et c’est le meilleur moyen de démarrer le flirt.

Pour la petite histoire, ma meilleure amie a rencontré son actuel copain sur mon mur Facebook. Comment ?
J’ai, un soir, posté un statut, et suis allée me coucher. En me réveillant, je fus surprise de trouver pas moins de 53 notifications. En effet ces deux gourgandins avaient flirté sur mon statut par commentaires interposés. Ils ont réitérés leur petit manège pendant plusieurs jours avant que je ne leur impose de s’ajouter mutuellement et d’arrêter de pourrir mon mur avec leurs niaiseries. C’était il y a déjà trois ans et demi, et ils sont toujours ensembles… C’est donc possible.

Mais faites ça en finesse (pas comme eux), lancez, via un statut d’un ami en commun, une conversation pertinente et faites en sorte qu’elle soit assez intéressante pour déclencher une « friend request ».

  • On ne fait pas too much

Si vous avez démarré une conversation, mettez-y fin en premier et surtout, attendez qu’elle reprenne le contact. Si elle ne le fait pas, n’investissez pas plus de temps.

Vous devez, sur Facebook comme ailleurs, vous  assurer que votre intérêt est réciproque. Et s’il ne l’est pas vous risquez surtout d’augmenter votre « coefficient boulet ». Personne n’a envie d’être le boulet. Le mec dont on ignore les message et qu’à terme, on finit par bloquer…

  • On ne laisse pas l’intérêt retomber

J’ai moi-même, parmi mes contacts, des garçons que je ne vois jamais et avec qui je communique de façon épisodique. Ce genre de contact est pour une fille un véritable vivier à cirage de pompe (elle peut en effet converser à loisir avec des individus toujours partants pour tenter de la séduire quand elle se sent seule ou un peu moche).

On propose donc rapidement un rendez-vous et si l’intérêt n’est pas réciproque on passe à autre chose. Ne surtout pas « unfriender » votre nouveau contact, ça paraîtrait mesquin et petit joueur, et ternirait votre image en donnant l’impression qu’un simple refus a suffit à vous blesser / vexer / destabiliser (#fragile). Si vous n’avez plus envie de prendre de ses nouvelles, masquez l’accès à ses actus.

  • On conserve le lien dans la vraie vie

Facebook ou autres outils de discussion en ligne ne doivent PAS se substituer à la vraie vie (celle avec des gens qui bougent). Il est essentiel de pas laisser le virtuel devenir votre principale mode de communication. Facebook ne doit être qu’une infime composante de votre relation, parmi vos coups de fils, vos SMS et vos rencards.

  • Discrétion !

Draguer, ok, mais toujours en privé. Rien de plus pathétique et lourd que de voir les gens se tourner autour (plus ou moins habilement). Pire encore : quand l’un des deux seulement semble intéressé.

Draguer relève de votre vie privée – à vous et à elle. N’allez pas étaler ça au grand jour. Intelligence sociale là encore.

Donc on ne laisse pas de commentaires laissant entendre votre intérêt sur ses statuts, on ne tague pas sa «target » dans un statut ou l’on déclare sa flamme. Les mots doux se font en message tchat. Ou par SMS, ou par pigeon voyageur, on s’en fout, mais réservez les statuts-compliments et les commentaires avec des cœurs pour quand vous serez en couple.

A retenir

Comme au quotidien, si vous voulez marquer des points online, l’essentiel sera de rester attentif à votre image, et de vous assurer de faire une bonne impression.

Il est ensuite important de se souvenir qu’une relation avec le sexe opposé doit principalement se dérouler IRL, et que même s’ils sont pratiques et confortables, les outils de discussion en ligne et autres sites de rencontres ne restent qu’un OUTIL, et qu’ils ne doivent pas vous faire oublier l’essentiel : vous êtes là pour vous rencontrer EN VRAI, pas pour discuter 5 ans sans jamais vous rencontrer. La vraie vie se passe dehors, pas sur l’écran.

Bisous :)

Sur le même sujet
Commentaires / Discussion

Cet article vous a plu ? Vous avez des questions ? Vous souhaitez réagir, ou apporter des précisions ? Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.

Les commentaires agressifs, discourtois, non constructifs, ou simplement désagréables seront supprimés.