Le BDSM est un sport de combat.

Retour : Accueil | Forum BDSM

Un forum dédié aux discussions, questions, échanges et récits sur le BDSM. Pas d'annonces de rencontres svp.
Et pour éviter tout malentendu : toutes les pratiques décrites ici, et ailleurs sur le forum, se font entre personnes consentantes, il n'est pas question d'imposer quoi que ce soit à qui que ce soit, sans s'être assuré, d'une manière ou d'une autre, que c'est parfaitement ok.
Répondre

Message mar. 30 avr. 2019 13:18

C'est drôle, ce matin, je faisais de la boxe et je me suis pris un mauvais coup et je me suis dit "tiens, c'est comme en BDSM, sauf qu'en session BDSM on dramatise plus vite".

Je voudrais parler ici d'un truc qui me travaille pas mal dans le milieu BDSM, et pourquoi pas avoir un retour si y'en a qui veulent.

Le BDSM est un sport de combat. Ou un sport extrême.

Je suis a peu pres certain que le BDSM libere a peu pres les mêmes neurotransmetteurs que lorsqu'on fait du snow, ou de la boxe (les deux sports un peu cools que j'ai déjà fait), du parachute etc. etc. Déjà on sait qu'il y a pas mal d'endorphines qui sont relachées, mais en tant que dom, j'atteins souvent un état de focus tres intense semblable à ce qu'on ressent sous amphétamines... Qui sont connues pour libérer de l'adrénaline, notamment.

Or, le truc compliqué avec le BDSM c'est, dans certains cas, l'irresponsabilité des subs.

Je ne vais pas axer ce petit sujet sur la manipulation et perversion de certains doms, mais si vous aimez être soumis, soyez tres à l'affut de tous ces connards qui font genre "un dominant c'est quelqu'un qui repousse les limites du sub, c'est ca qu'on doit faire". Alerte au pervers narcissique, fuyez ca comme la peste. Si vous voulez jouer à repousser vos limites, faites le avec votre partenaire de longue date en qui vous avez une confiance absolue. Pas un mec lambda qui tient des discours borderline. Tout ca doit venir de vous, pas du dominant. Point. A la ligne.

Donc, je voulais parler de l'irresponsabilité des subs, car c'est un sujet qui me travaille aussi pas mal. Il faut prendre conscience, quand on est sub, que le BDSM c'est comme le snowboard ou la boxe : parfois on prend un mauvais coup, parfois on se pete la gueule, parfois ca se passe pas top car on est fatigué. Donc avant de vous lancer la dedans, comprenez qu'être soumis ne veut pas dire être passif, inactif et totalement sans responsabilité personnelle. Sachez dire "stop", acceptez le risque (parfois on voit pas le coup venir), et soyez indulgents avec votre dom qui n'est pas toujours lui ou elle non plus dans vos pensées.

On peut faire tous les efforts de communication qu'on veut, le risque zéro n'existe pas en BDSM. Ca veut pas dire qu'il faut pas faire hyper gaffe dans certaines pratiques, ca veut pas dire qu'il n'y a pas de cas d'abus, mais juste, soyez conscient-e-s des risques et acceptez les.

Je dis ca car on dirait dans certains discours qu'à partir du moment ou on énonce des "boundaries" ou limites, on est forcément safe et que si y'a le moindre truc qui les dépasse c'est forcément que le dom est un psychopathe abuseur.

Non. Pas forcément. Ca peut arriver d'être pas connectés, d'être pas sur la même longueur d'ondes, d'avoir un mauvais jour.

Apres, j'insiste bel et bien : y'a des pervers, y'a des abuseurs, y'a des mecs qui dépassent les limites régulièrement et ceux la qu'ils aillent brûler en enfer, mais soyez capable de nuance. Etre dom c'est bien plus difficile que ca en a l'air (en tout cas être un bon dom), et etre sub c'est pas ne rien faire.

Donc, conseil ultime :

- Connaissez vos limites.
- N'attendez pas pour les énoncer.
- Scannez votre etat mental avant la session. Si vous êtes pas en forme, dites le.
- Communiquez à fond.
- N'allez pas dans le dépassement quand vous n'avez pas envie que ca aille la.
- Et sachez que parfois, une gifle peut être un peu trop forte et que c'était pas toujours mal intentionné, dans ce cas, dites stop, faites un calin et reprenez (ou non).

Voila, peace.

Répondre