[Article] Le BSDM, comment ça marche?

Retour : Accueil | Forum BDSM

Un forum dédié aux discussions, questions, échanges et récits sur le BDSM. Pas d'annonces de rencontres svp.
Et pour éviter tout malentendu : toutes les pratiques décrites ici, et ailleurs sur le forum, se font entre personnes consentantes, il n'est pas question d'imposer quoi que ce soit à qui que ce soit, sans s'être assuré, d'une manière ou d'une autre, que c'est parfaitement ok.
Répondre

Message mar. 30 avr. 2019 20:18

Je dois bien un petit article à Fk, et en plus ca m'embêterait de ne pas inaugurer ce forum. J'ai déjà fait part de mes réflexions sur la position du sub en BDSM (j'adore mon super titre : le BDSM est un sport de combat), mais ici je vais essayer de parler de BDSM à des gens qui n'y connaissent pas forcément grand-chose à part peut être quelques trucs fantasmés en rapport avec un film aux 50 nuances de médiocrité.

Enfin, je l'ai pas vu, mais tout ce que mes copains kinky disent, c'est que la relation entre Grey et la fille est exactement ce qu'il ne faut pas faire. Pervers narcissique, où es tu?

Je vais donc essayer de coucher sur papier trois ans de pratique (et les 20 ans de fantasmes qui les ont précédées). J'ai un atout pour moi : j'adore le cul, en parler et j'adore analyser les trucs. Mes pratiques masturbatoires sont autant intellectuelles que manuelles (faut bien allier pratique et théorie nous dit on).

Par où commencer? Les présentations, peut être?

Qui suis-je?

Donc salut moi c'est Owen, modo sur FTS entre autres trucs chelous. Burner (cf Burning Man) depuis 2012, écrivain maudit qui a arrêté de se plaindre de sa situation, futur développeur web. J'ai fait des trucs bizarres dans ma vie : un spectacle burlesque, des chansons, planté de l'ail en Australie, servi des sushis, bossé avec des personnes en situations de handicap physique et/ou mental etc. etc. etc.

Je me considère aussi comme allié du féminisme, ou en tout cas j'essaie d'être un bon garcon et d'avoir mes cookies à la fin (private joke). Le consentement c'est un truc qui me tient à coeur.

J'ai toujours eu un côté lubrique, pour autant que je le sache. Depuis tout petit j'étais fasciné par les filles nues et cet aspect insaisissables qu'elles dégageaient alors (j'avais 7 ans hein). Puis en grandissant ca ne s'améliorait pas trop. Avec ma toute premiere copine, j'ai expérimenté ce qui était dans la limite du raisonnable de mon imaginaire, complexé que j'étais pas mon image de la sexualité. Vous savez ce truc machiste qui dit qu'une fille qui se laisse baiser comme une pute n'est pas bonne à être en relation? Ben ca m'empechait d'imaginer faire ca a ma copine, tout en fantasmant a mort dessus. Le désir est un truc tres con. Et tres social aussi. Depuis j'en suis sorti. A 80 pourcents je dirais, c'est chiant les inceptions sociales.

Bref il y a quelques années j'ai eu une sexfriend qui aimait que ca aille fort. Je me suis laissé aller. Puis, j'ai rencontré d'autres filles et ai termine en relation polyamoureuse avec deux personnes dont une n'avait AUCUNE limite.

Ensuite, aux Philippines, je suis tombé tres amoureux d'une fille masochiste, et je suis allé jouer sur un terrain qui m'a brûlé les doigts.

Puis, revenu en PLS, j'ai continué à explorer. J'ai découvert que j'avais une certaine attraction aupres d'un certain type de personnes et j'essaie de les trouver, même si c'est pas toujours simple. En ce moment c'est un semi vide, mais je ne me plains pas.

Voila l'histoire de ma vie.

Mes pratiques

Domination brutale, rough.
Primal.
Degrader.
Sadist (un peu).
Restrainer.

En gros : j'aime que ma partenaire se soumette a moi et j'aime pousser les limites du sexe hard en y allant le plus fort possible. Ca peut aller avec de l'humiliation (si elle aime etre humiliée) par des mots, des gestes (marcher sur la tête, faire sucer les doigts de pieds), du rough (gifles, fessées, étranglements), un peu de sadisme (cravache, ceinture, pas plus, j'aime pas l'esthétisation de la douleur). Et bien sur attacher. Mais je n'ai pas la patience des shibaristes.

Primal c'est un domaine moins fréquent dans le BDSM, c'est un peu l'idée de revenir à l'état animal, de jouer sur l'aspect proie / prédateur. C'est vrai que je grogne passé un certain point.

Et pour plus de visuel, allez donc voir James Deen, on a la même coupe de cheveux et ont fait les mêmes choses (sauf que lui il est connu le bâtard, et que moi je ne suis pas encore accusé de viol par mon ex et que j'espere que ca n'arrivera jamais).

Tres récemment je me suis fait attacher en shibari. Ca m'intéresse. J'ai envie d'explorer la soumission un peu plus.

Psychologie du BDSM

C'est là que ca devient intéressant, et je ne peux parler qu'en mon nom, de ce que j'ai compris et des longues discussions que j'ai eues avec des amies et copines.

Y'a un mécanisme de base dans le BDSM, c'est que bien souvent (mais c'est pas un absolu), on fantasme de ce qu'on ne peut pas vivre dans la vraie vie, de la personnalité qu'on ne peut pas exprimer.

Si je résume : je suis un type effrayé par le manque d'impact de mes actions sur le monde, j'ai l'impression d'être constamment dépassé par les événements. Dans la domination, je rééquilibre ca. En parallele, mes partenaires sont souvent des femmes fières et affirmées, tres fortes, et se faire défoncer et humilier salement est pour elles, au choix, un lacher prise, quelque chose de jouissif car interdit, le fait de n'être plus en controle...

(On comprend mieux pourquoi on retrouve des féministes chez les soumises. Rien d'incompatible là dedans, c'est meme assez cohérent si on comprend ca).

De ce que j'ai compris en gros on peut rechercher deux trucs dans la soumission :
- Le fait d'être pris en charge, de se laisser aller, de lacher prise.
- La sensation d'être quand même en contrôle, car dans un rapport BDSM sain, c'est le soumis qui pose les limites.

Dans la domination, moi je recherche l'intensité, la brutalité, et à exprimer une part sombre de moi-même que je restreint trop en temps normal. Meme a la boxe j'ose pas taper les gens.

De même, le lien qui se crée dans les pratiques BDSM, c'est un lien fort qui nécessite de la confiance. Un peu comme la premiere fois que votre copine vous permet d'aller dans ses fesses. On se sent spécial tout ca. Avec mon ex, plus je lui faisais éprouver de la douleur (en sachant qu'elle aimait ca), plus je me sentais lié à elle. Sensation bizarre et paradoxale qu'on ne peut pas comprendre sans l'avoir expérimentée.

Les limites et les risques.

Les limites ("boundaries", "frontieres" en anglais) sont un aspect ESSENTIEL du BDSM. Genre c'est LE TRUC clé. On a tous entendu parle de Safeword. Ca veut dire quoi? Ca veut dire que lorsque l'un va chercher trop loin dans les limites de l'autre, la personne dit un safeword ("patate douce !!!!"), et on arrête tout.

Tips : le safeword progressif. Un autre mot ("Patate chaude !!!!") qui signifie qu'on continue à dominer mais qu'on arrête cette pratique en particulier.

Les limites, c'est non négociable. En général il y en a de deux types : les limites floues, celles qu'on peut venir titiller, et les "hard limits", qui correspondent a "jamais, fuck off, dégage".

Il faut bien comprendre ce concept, et c'est pour ca que je ne suis pas trop branché BDSM avec des subs que je ne connais pas bien ou qui me donnent l'impression de ne pas savoir. (Cf mon autre article).

(Ps : Sub = soumis, Dom = Dominant)

Par exmple :

Michel a décidé de fouetter Jeanine les yeux bandés. Il y va progressivement. Jeanine aime au début puis Michel s'emballe. Il est tout excité et son souffle s'accélère. Il fouette, il fouette et ne prends pas le temps de laisser à Jeanine le temps de respirer. Elle dit "Patate chaude !" pour indiquer à Michel que le fouet c'est fini (mais qu'il peut passer au vibromasseur en forme de cuisse de poulet). Si elle avait dit "Patate douce", alors Michel aurait tout arrêté.

Parfois, on a envie que le dom aille à la frontière de nos limites. Ou tout simplement on ne les connais pas tres bien et on veut voir ce que ca fait. C'est un choix. Ca peut être cool. Mais il faut le faire en conscience et surtout ne jamais hésiter à dire le safeword. De même, le dom, s'il est intelligent, n'ira pas hyper vite hyper violemment avec quelqu'un qu'il ne connait pas.

Communication, écoute, respect des limites, empathies.

Quand aux risques, ils existent. Peut être qu'un jour on est un peu fatigué, ou peut être que Michel tape plus fort ce jour la. Qu'on n'est pas dans le mood. Il faut toujours etre conscient de ca, et donc faire en sorte d'être clair. Plus on connait son partenaire, plus on peut se permettre de jouer sur le flou, mais il faut faire gaffe.

Quelques exemples qui montrent un peu la complexité du truc.

- Un jour je gifle une partenaire. Je vise un peu mal et ca tape légèrement au dessus de la machoire. C'était pas fort mais l'impact, là ou ca a frappé, lui a rappelé un souvenir désagréable de gifle par son pere. Elle veut qu'on arrête tout de suite. J'arrête, je la prends dans mes bras. On reprends plus tard sans BDSM.

- Une partenaire dont le kiffe c'est d'etre forcée quand elle dit non. J'ai refusé de coucher avec elle jusqu'à ce qu'elle accepte d'avoir un safeword, et j'ai fait plusieurs sessions assez soft pour être sur qu'elle le prononce si besoin.

Les pratiques

C'est selon votre imagination. Y'a pas de regles en fait. En général on sait pas mal sur quoi on fantasme, donc du moment que le cadre est bien posé. C'est à dire que les limites sont comprises et respectées, que le dom comme le sub sont a l'écoute de l'autre et d'eux memes (spoiler : on peut se faire mal en dominant. Voir les larmes de ma copines a l'époque ca m'a quand meme brisé le coeur sur le moment, meme si elle, elle kiffait), ca devrait bien se passer.

Un petit test pour savoir un peu mieux ce que vous aimez?

https://bdsmtest.org/select-mode

Postez vos résultats en réponse, c'est votre maitre qui vous l'ordonne. (LEUL)

Le monde du BDSM

Ca peut être cool. La communauté de base sur internet s'appelle Fetlife. Si vous voyez une photo débile d'un mec en gilet jaune avec marqué maman sur son biceps, c'est moi.

Enfin : protegez-vous

Mettez des capotes, haha.
Les mecs doms, protegez vos arrières en faisant gaffe avec qui vous vous amusez. Certaines personnes ne sont pas prêtes a certaines choses, ne savent pas. Allez y tranquilles, apprenez à connaitre votre partenaire. Ne faites pas mal. Ca m'est arrivé une fois de blesser une partenaire, j'en ai encore le coeur triste.

Les subs, faites gaffe à la tentation de laisser le dom tout faire ET faites gaffes aux gros connards pervers narcissiques manipulateurs. Y'en a. Trop. Dans la communauté BDSM y'en a pas mal.

Donc explorez avec quelqu'un avec qui vous le sentez. Vous laissez pas hypnotiser et surtout si un type se la joue grands discours trop darks genre "le rôle du dom c'est de dépasser les limites" ou qu'il essaie de vous dominer sans que vous ayez trop confiance mais qu'il fait genre c'est son rôle apres tout : bullshit de ouf. Fuyez.

Le mieux c'est de faire ca avec quelqu'un avec qui on s'entend bien.

L'aftercare

C'est le "apres". Je ne m'y connais pas trop là dedans, en général mes copines sont toutes contentes apres la défonce (littérale et neurochimique), et on se fait un calin café croissant comme apres n'importe quel sexe. Donc je laisse l'avis aux experts.

Voila, j'ai essayé de condenser des trucs, sachant que c'est un sujet hyper vaste. Je crois que les pratiques elles memes on s'en fout un peu, tout le monde sait ce qui l'excite en général. Et ceux qui savent pas n'ont qu'a explorer avec quelqu'un de confiance. Ce qui m'intéressait ici c'était d'aborder le sujet et la psychologie du truc, quelques mises en gardes et nuances et autres.

Des questions? Reflexions par rapport à ca?

Message mer. 1 mai 2019 08:21

Très intéressant, merci, la suite vite :)

Message mer. 1 mai 2019 12:21

Très intéressant !
Comment tu t'y prends pour attacher tes partenaires ? Avec du matériel spécial, ou avec ce qui est à porté de main (ceinture, foulard,.. .)?

Message mer. 1 mai 2019 14:01

Eh bien je viens de m'acheter une corde de shibari pour la premiere fois donc tu te doutes que ce n'est pas comme ca que je procede.

J'aime bien les menottes. Y'a un côté "tu ne peux VRAIMENT plus t'échapper" qui est cool.

Le body tape c'est cool (j'aime quand c'est noir et que ca brille).

Mais en général j'aime pouvoir suivre l'impulsion du moment. Ma ceinture est ma meilleure amie et j'avoue en rougissant que c'est pour cette raison que je fais gaffe à acheter des ceintures en cuir un peu cool.

Je ne suis pas trop homme d'affaire dans mon style mais j'ai décidé d'acheter des cravates pour la symbolique.

J'avais un pote biker qui m'a fait tout un speech sur l'utilisation de ses foulards pour le sexe.

(Apres j'ai quand meme une préférence pour le choking (étranglement sans suffocation, je viens d'"inventer" le terme, je sais pas si ca existe), donc je préfere utiliser ma ceinture a cet effet et mes mains pour immobiliser).

Répondre