Conseils séduction

La fois où j’ai fini au lit avec une collègue ; pourquoi c’était nul, et comment j’aurais pu éviter ça

Vous avez rencontré cette fille, et vous vous apprêtez à faire l’amour avec elle pour la première fois. Comment éviter que ça soit un fiasco ?

Elle s’appelait Julie.
Un peu plus d’1m70, brune aux yeux verts, un corps d’actrice de porn, jolie sans maquillage, des jambes à couper le souffle, et un caractère qui la rendait ultra piquante. Tout ce que j’aime.

On bossait ensemble pendant un job d’été sur la côte. Le patron était un sale con, les clients aussi, le salaire était minable, les horaires abusives : bref, ça créait des liens.

Tous les autres mecs lui tournaient autour en mode caniches, et j’avais décidé de lui tenir tête et de la taquiner comme si elle ne m’impressionnait pas.

Ce stratagème, vieux comme le monde et pas très glorieux, avait pourtant parfaitement fonctionné, car au bout de quelques jours, on ne pouvait plus s’empêcher de se tourner l’un autour de l’autre, à se balancer des vannes, à se frôler et à faire des combats de regards à travers la pièce.

Bref, le feeling passait plus que bien et la sexuelle était plus qu’au rendez-vous.

Et ce qui devait arriver arriva.

Un soir après le boulot, j’ai fini par me retrouver dans le studio qu’elle louait avec sa coloc – qui n’était pas là. Officiellement ? « Pour regarder sa collection de vieux films d’horreurs ».

Lol. Tu parles.
Elle voulait m’arracher mon caleçon avec les dents – et bon, ça me convenait parfaitement.

Julie était une bombe, et j’étais sur le point de coucher avec elle pour la première fois – et je comptais bien faire honneur à tous mes ancêtres, histoire de sortir de sa chambre avec le sentiment du devoir accompli.

Et bien raté.
Même si la demoiselle était ultra bandante et moi, ultra motivé, ce fut l’un des coups les plus foireux de ma vie.

C’était nul.
On bougeait mal, on n’arrivait pas à se caler, on était ultra nerveux tous les deux, en plus, on avait peur que sa coloc débarque à tout moment. Je lui ai mis le doigt dans l’œil sans faire exprès et elle, elle m’a écrasé le testicule gauche avec sa cuisse (un grand classique).

Bref : le gros sex fail, le genre qui peut carrément péter l’ambiance et faire que ni vous ni elle n’osez vous reparler après.

 Je l’ai compris plus tard : c’était complètement prévisible – et complètement évitable.

Voici ce que j’ai appris avec le temps et l’expérience ;  et voici comment, désormais, j’évite que ça se reproduise.

Les premières fois sont rarement géniales

C’est une loi de la nature. Ils n’en parlent jamais dans les films, mais tous ceux (et celles) qui ont eu un minimum de partenaires sexuels vous le diront (enfin, sauf peut être les mythos) : les premières fois avec un nouveau partenaire sont rarement géniales.

En général, c’est même carrément foireux, comme ce fut le cas pour Julie et moi (heureusement, on s’est bien rattrapés par la suite : j’ai réussi à la motiver pour une seconde tentative, et résultat, ce furent « les vacances de l’amour », on a fait tourner à nous tout seuls l’industrie du latex cette année là : on a testé toutes les murs de son studio, et à peu près toutes les plages désertes du coin).

ET DONC : pourquoi c’est nul les premières fois ?

Parce qu’on ne connait pas encore l’autre

On est un peu (trop) nerveux, on n’arrive pas à se caler sur le rythme de l’autre, les gestes sont maladroits, on n’arrive pas à enfiler les préservatifs, et parfois même, on a des petits coups de mou et hop, au revoir l’érection (… et bonjour l’impression de passer pour un con).

Bref, loin des parties de sexe enflammé qu’on voit dans les films, quand le héros se tape la nana et que le désir les consume.

Dans la vraie vie, les premières fois font plutôt l’impression de voir deux labradors handicapés qui essaient de se grimper dessus sans trop savoir ce qu’ils font (et j’exagère à peine).

Pour éviter ça ? Pas grand-chose à faire, à part peut être, ralentir le rythme et y aller plus tranquillement, pour être davantage à l’écoute des réactions de l’autre ; mettre l’accent sur les préliminaires et savoir oublier toute notion de performance.

>> Conseils préliminaires : comment bien faire les préliminaires

Et accessoirement : savoir rire de vos maladresses « de la première fois », ça permet d’alléger l’ambiance et d’éliminer tout sentiment de gêne.

Autre raison : parce qu’elle a peur de ne pas vous plaire

Ok, elle est en string et soutif devant vous ; son petit piercing au nombril vous regarde avec insolence, et on peut logiquement en déduire qu’elle semble partante pour une séance de sexe bien bien chaud.

Juste, ce que vous ne voyez pas, c’est qu’elle est un peu morte de trouille à l’intérieur. Mettez-vous à sa place. Elle n’a jamais couché avec vous. Elle n’a aucune idée de comment vous serez avec elle ; et de quelles seront vos réactions.

Déjà, elle a peur de votre réaction quand elle se mettra toute nue devant vous pour la première fois. Pas mal de filles ne sont pas très à l’aise avec la nudité, elles ont des complexes et ont peur du regard des autres – surtout quand l’autre est un mec, et qu’il la découvre pour la première fois.

Bref : elle a peur que vous la jugiez, et peur de ne pas vous plaire, et ça l’inhibe un peu.

*  *  *  *

Conseil pour éviter ça : avant, pendant et après le sexe, soyez le plus rassurant possible avec elle.

Dites lui que vous adorez son corps, sa peau, son odeur. Que vous la trouvez bandante et qu’elle vous excite, que vous avez pensé à elle toute la journée – et à ce que vous alliez lui faire. Qu’il vous tarde de la retourner dans tous les sens et de la faire jouir.

>> Comment faire jouir une femme

Ce genre de trucs, dont elle a besoin pour se détendre et se rassurer, et VRAIMENT accepter de se lâcher.

Testé et approuvé, impeccable pour transformer une fille un peu timide en vraie tigresse du sexe.

Parce qu’elle a (un peu) peur que ça se passe mal

Ok, en amont, vous avez pris le temps d’apprendre à vous connaître, et de vous assurer que l’un et l’autre n’êtes pas des psychopathes cannibales mais … maintenant que les choses deviennent sérieuses, la crainte revient dans son esprit.

Et pour cause : toutes les filles (ou presque) ont déjà eu de mauvaises expériences avec des sales cons.

Du coup, elle a un peu peur que vous lui fassiez un sale coup. Peur que vous soyez trop brutal, ou trop mou, éjaculateur précoce, violent, ou que vous pétiez un câble… ou que vous essayez de la forcer à faire des trucs bizarres qu’elle n’a pas envie de faire.

Bref, elle ne sait pas trop à quoi s’attendre venant de vous, et ça la stresse un peu. Et ça va l’empêcher de se lâcher et de vraiment se donner à 100%.

*  *  *  *

Conseil pour éviter ça : avant, pendant et après le sexe, là encore, soyez le plus rassurant possible avec elle. Montrez lui que vous êtes un mec normal et équilibré, masculin mais pas un homme préhistorique ; capable de gérer ses émotions ( = qui ne risque pas de péter un câble à tout moment) ; et qui ne risque pas de lui faire un coup foireux.

Comment ?
Par votre conversation agréable, sympa et détendue, par votre humour, par le fait de vous intéresser à elle, à sa vie, à ce qu’elle aime. Bref, en lui montrant que vous êtes une personne, et que vous la considérez ELLE AUSSI comme une personne.

Petite astuce,  au moment de passer à l’action, demandez lui doucement si elle est stressée.

90% de chances qu’elle vous réponde que oui, un peu.
Répondez-lui que vous aussi ; que c’est normal, mais que « t’inquiète pas, on va y aller tranquillement, en prenant notre temps, on n’est pas pressés ».

Vous n’avez pas idée à quel point le seul fait d’exprimer le fait que vous aussi êtes un peu stressé et que OUI, vous allez prendre le temps de faire ça bien, peut la rassurer sur votre côté gentleman attentionné. Et vous seriez surpris de voir à quel point prendre le temps de faire ça peut tout changer au lit avec une fille.

Parce que vous aussi, vous doutez de vous (si si)

Une nana qui se déshabille devant vous – et rien que pour vous. Cool. Ok, elle doute et stresse un peu… mais soyons honnêtes : vous aussi.

A moins d’avoir 4g dans le sang, il y a fort à parier que vous êtes en train de vous dire des trucs du genre « putain j’espère que je vais pas avoir de panne » ou « mon dieu faites qu’il ne fasse pas trop froid »

… ou encore « merde, le cassoulet de ce midi, mauvaise idée finalement »

 (ça vous rappelle des trucs hein les gars ?)

Bref.
Il y a un tas d’insécurités qui remontent à la surface maintenant que les choses deviennent sérieuses, et elles pourraient bien se mettre en travers de la route. Si vous laissez vos craintes vous bouffer la tête, ça risque d’avoir un impact sur votre alchimie à tous les deux.

Conseil : ne laissez pas de place à vos insécurités, et mettez vous à l’aise s’il le faut.
Si nécessaire, prenez la salle de bain un peu avant, histoire de faire ce que vous avez à faire et de vous rafraîchir un peu. Brossez vous les dents, rincez vous le matériel histoire de sentir la lavande et rien d’autre… bref : la checklist de base du parfait gentleman. Les filles le font, pourquoi ne le ferions-nous pas ?

Ce petit réflexe vous aidera à passer aux choses sérieuses de avec votre jauge de confiance corporelle au maximum, et vous pourrez vous concentrer sur cette créature qui vous attend en string sur le lit. Miam.

Parce que vous vous mettez trop la pression

« Bon allez mon gars, va falloir assurer là, c’est pas le moment de passer pour un con ».

Dit comme ça ou autrement, c’est une pensée qui nous traverse tous un peu la tête au moment de passer à l’action : « faut que j’assure ».

Mais cette pensée, c’est elle qui risque de nous flinguer si on la laisse prendre trop de place dans notre tête.

En s’imposant un besoin de performance, on se fout une pression qui nous empêche d’être détendus et spontanés, et qui éveille une pointe de stress.

Et le stress et la pression : rien de tel pour démotiver popaul.
Et au moindre coup de mou, le risque c’est de partir dans une spirale infernale où + de stress = moins d’érection… et là, bien souvent, c’est foutu.

Conseil pour éviter ça : essayez de remplacer la pensée « faut que j’assure » par « putain on va s’éclater ça va être bouillant elle m’excite trop ».

Si vous sentez le doute pointer le bout de son nez, ne le laissez pas rentrer, focalisez vous sur l’instant présent et le plaisir que vous allez prendre à lui faire tout un tas de trucs super cochons.

*  *  *  *

Bref, vous l’aurez compris, l’idée de base c’est de vous détendre, de ne pas vous mettre la pression, et faire en sorte qu’elle aussi ne soit pas trop tendue ou nerveuse.

Pour lutter contre la timidité et vous désinhiber un peu, un petit verre entre elle et vous peut aider pourquoi pas ? (Juste, n’allez pas vous mettre minable, ça serait balot de vous endormir ou de lui dégueuler dessus pendant le sexe)

(… quoi que ça vous ferait un truc à raconter sur les forums !)

Si vous arrivez à la mettre en confiance, et que vous prenez le temps de bien faire les choses, alors vous mettez toutes les chances de votre côté pour que ça se passe super bien… et qu’elle en redemande autant que possible.

Et vous, vous avez déjà eu des plans super foireux avec une fille ? Des anecdotes à partager, ou des conseils pour éviter ça ?

Sur le même sujet
Commentaires / Discussion

Cet article vous a plu ? Vous avez des questions ? Vous souhaitez réagir, ou apporter des précisions ? Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.

Les commentaires agressifs, discourtois, non constructifs, ou simplement désagréables seront supprimés.