Relationnel

La Valeur Sociale Perçue : quelle impression faites-vous aux gens ?

Bon feeling, ou mauvaise impression ? Cool ou pas cool ? Les mécanismes psychologiques derrière "la première impression"

Dans cet article, je vais parler d’une notion qui me semble très intéressante dans les dynamiques sociales et les relations interpersonnelles – que ce soit dans un cadre amical ou purement social, ou encore, dans le cadre de votre vie amoureuse.

Mais avant, petite histoire.

En écrivant cet article, et en essayant de mettre mes idées en ordre, je me suis souvenu d’un truc.

Quand j’avais environ 15 ans, mes parents m’ont inscrit à une espèce de colonie de vacances du côté de Lacanau, sur la côte atlantique.

Ça durait 3 semaines et on passait nos journées à faire du surf, à draguer (n’importe comment) sur la plage, et à faire les cons dans un camping qui sentait la résine de pin et la merguez grillée.

C’était cool. Les monos étaient de vrais cas sociaux, mais c’était cool.

On était une bande de 40 gamins, il y avait des filles, des garçons, ça allait de 12 à 18 ans, et du coup, c’était une véritable micro société qui s’était formée le temps de ces 3 semaines. Une micro société avec ses règles, ses codes, ses caïds, ses princesses, ses rebelles… et ses parias.

Et il y avait ce garçon, il s’appelait Damien je crois.

Damien était bizarre. À l’époque on s’en foutait, mais quand j’y repense aujourd’hui, je me dis qu’il devait se passer des trucs pas nets chez lui pour qu’il soit aussi bizarre.

Il était grand, maigre, avec des grands yeux bleu clair et un peu globuleux. Il se tenait voûté, et quand il parlait à quelqu’un, il se tenait toujours trop près. BEAUCOUP trop près. Et avec une façon bizarre de frotter et tordre ses mains, sans arrêt.

Vraiment, il faisait une impression bizarre, qui rendait très difficile d’apprécier sa compagnie.

Du coup, la plus grande peur des filles était qu’il les regarde.

Ou pire encore : qu’il vienne leur parler.

Elles auraient préféré passer la nuit enfermées dans les toilettes du camping plutôt que d’avoir à être vues avec lui (et pour ceux qui ont déjà vu à quoi ressemblent des toilettes de camping, vous voyez à quel point c’était sérieux).

Et les mecs ne le supportaient pas. Quelque chose dans son attitude donnait envie de le secouer, de lui hurler de se comporter normalement. La plupart des mecs l’évitait (pas envie d’être vu avec lui), et les caïds de la bande (il y en a toujours) ne loupaient pas une occasion d’être pourris avec lui.

Ne restaient que les losers. Les gamins en bas de l’échelle sociale de la colo. Ceux à qui personne ne parlait, dont tout le monde se foutait, les parias.

Eux étaient ravis de traîner avec Damien. Pas parce qu’ils l’appréciaient, mais parce qu’il leur servait de paratonnerre : être à côté de lui, c’était la certitude de pas se faire emmerder par les brutes de la colo.

Quel était le problème de Damien ?

Son problème, c’est qu’aux yeux des autres, il était perçu comme un mec bizarre… et que tout dans son attitude empêchait les autres enfants de le voir comme un camarade potentiel.

Son attitude décalée (et la connerie des ados) lui avait ainsi valu le rôle du loser ultime de la colo, et toutes les moqueries qui viennent avec.

La raison pour laquelle je vous raconte ça, c’est que ça illustre parfaitement la notion dont je veux parler aujourd’hui dans cet article : la « valeur sociale perçue ».

La Valeur Sociale Perçue

La VSP, pour faire simple, c’est la « note » que vous colle chaque personne lorsqu’elle vous rencontre, basée sur l’impression que vous lui faite, et les émotions que vous lui faite ressentir… et l’attitude des autres envers vous (cf la notion de social proof)

Se mesurer les uns aux autres, on le fait tous – de manière plus ou moins consciente : c’est un réflexe social profondément ancré en chacun de nous.

Quand on rencontre quelqu’un qu’on ne connait pas, on se fait rapidement une idée de cette personne, basée sur plein de facteurs (et qui peuvent être plus ou moins importants en fonction des gens) :

  • Sa façon de se comporter (a-t-il l’air à l’aise et sûr de lui ?)
  • Son apparence (est-ce qu’il est bien habillé, est-ce qu’il inspire plutôt confiance, ou est-ce qu’il a plutôt l’air de sortir de prison ?)
  • Son entourage (ses amis sont-ils du genre à finir en garde à vue le samedi soir et à mettre des trucs dans les verres des filles, ou ressemblent-ils à MES amis ?)
  • Ce que son apparence indique sur l’univers auquel il appartient (appartient-il au même monde que moi ? Avons-nous les mêmes valeurs, les mêmes codes ? Sommes-nous compatibles ?)
  • Sa réputation et l’attitude du groupe envers lui (« Si tout le monde le fuit, il doit y avoir une bonne raison, et je risque moi aussi de perdre des points si je suis vu avec lui »)

Tout cela, au final, permet de coller rapidement une étiquette à la personne, pour savoir si cette personne est plutôt « cool » ou « pas cool », et ainsi décider si vous avez envie de la connaître et de la fréquenter.

Pas taper

Je précise que je n’ai évidemment pas la science infuse, et j’avoue écrire avec mes mots sur cette notion que je ressens instinctivement, et que j’observe partout autour de moi.

Mais je serais TRES étonné qu’aucun sociologue n’ait jamais rien écrit à ce sujet, donc si ça vous évoque quelque chose, n’hésitez pas à intervenir dans les commentaires.

Avec mes mots à moi, je parle de « valeur sociale PERCUE », parce qu’évidemment, c’est quelque chose de complètement subjectif : ça dépend de chaque personne qui vous regarde, de ses valeurs, de son humeur, et du monde auquel elle appartient (et des codes qui vont avec).

Et avant qu’on ne me jette des cailloux, et pour éviter les malentendus, je précise un truc important. Ce n’est pas parce que quelqu’un pourrait considérer que vous avez une mauvaise VSP, que vous n’êtes pas quelqu’un de bien. C’est juste qu’aux YEUX de CETTE personne, vous valez moins qu’elle dans sa « grille de notation » personnelle.

Pourquoi c’est intéressant ?

En fonction de l’impression que vous faites aux gens autour de vous,

  • votre « valeur sociale perçue » peut être bonne ( = « il a l’air cool et intéressant »)
  • ou carrément mauvaise ( = « il m’a tout l’air d’être un mec bizarre ou pas intéressant »).

Et du coup, ça influence leurs aprioris et leur attitude vis à vis de vous.

  • Si votre VSP est élevée aux yeux des gens qui vous intéressent, il sera facile pour vous d’aller vers eux et de faire plus ample connaissance.
  • Au contraire, si votre VSP est basse aux yeux des gens qui vous intéressent, ils ne s’intéresseront pas à vous, et vous laisseront peu de chances de faire vos preuves.

Et c’est pareil dans votre vie amoureuse !

  • Si pour une raison X ou Y, la fille a l’impression que vous êtes cool, intéressant, populaire et sympa (VSP élevée), elle sera ravie que vous veniez lui parler et que vous vous intéressiez à elle.
  • Si à l’inverse, elle vous prend pour daleux, ou pour un mec bizarre ou flippant, bon courage pour faire sa connaissance et lui donner envie de vous connaître.

Comment avoir une bonne VSP ?

Vous l’aurez compris, votre VSP est différente pour chaque personne.

Et je pense qu’on sera aussi d’accord sur le fait qu’on se fout pas mal de plaire aux gens qui ne nous intéressent pas.

Ce qui compte, c’est d’être reconnu et apprécié par les gens de qui on cherche la reconnaissance et la sympathie.

Le but est donc de faire en sorte d’avoir une VSP élevée aux yeux de ceux et celles qui vous attirent, pour faciliter vos chances de gagner leur reconnaissance.

Du coup, voici mes suggestions pour améliorer sa VSP aux yeux de ces personnes.

Première étape : réfléchir à QUI sont ces personnes que vous voulez intéresser.

  • A quel monde, à quelle « tribu » appartiennent-ils ?
  • Ces personnes, qu’est-ce qui les attire, qu’est-ce qui leur fait envie ?

Les gens sont attirés par ceux qui peuvent leur offrir ce qu’ils désirent, et qui peuvent leur permettre de devenir ceux qu’ils veulent devenir. Donc si vous avez un truc qui fait envie à ceux qui vous intéressent, le rapprochement devrait être bien plus facile.

Seconde étape : réfléchir AUX CODES que vous devez maîtriser pour montrer patte blanche

La nature humaine est ainsi faite qu’on a tendance à préférer instinctivement les gens qui nous ressemblent, et qui appartiennent au même monde que nous.

Et comment les gens déterminent-ils si vous appartenez ou non à leur monde ? En observant à votre façon de faire et d’être, votre maîtrise des codes de la tribu à laquelle vous appartenez.

  • Dans cette « tribu », quelles sont les valeurs et les codes à respecter ?
  • À leurs yeux, qu’est-ce qui permet de marquer des points ? A l’inverse, qu’est-ce qui pourrait faire perdre des points à leurs yeux ?

Agir et s’adapter

Soignez votre image aux yeux des gens auprès de qui vous voulez avoir une bonne VSP ( = « marquer des points »).

Si vous voulez faire partie de leur monde, le meilleur moyen d’y être accepté, c’est de montrer patte blanche, en montrant que vous maîtrisez leurs codes.

Aucun troupeau ne laissera jamais un loup entrer dans ses rangs. Par contre, un animal qui leur ressemble …

Ce qu’il faut retenir

L’idée derrière cet article, c’est évidemment pas qu’il faut chercher à plaire à tout le monde… ni qu’il faut essayer de se transformer soi-même pour plaire à ceux qui vous intéressent.

L’idée derrière cet article, c’est qu’il faut être conscient du fait que chacun évalue chacun, et que ça joue sur les relations entre les gens.

Après, à vous de savoir en jouer avec intelligence et bon sens pour bien gérer vos relations et vos rencontres… sans devenir esclave du regard des autres.

Trouver le juste milieu et le bon dosage ? Question de force de caractère et d’intelligence sociale…

A vous maintenant : que vous évoque cet article ? Est-ce qu’il vous parle, est-ce que cette notion de VSP vous semble utile, fondée, et si oui, comment l’utilisez vous pour mieux faciliter votre vie sociale et amoureuse ? Des anecdotes à partager ?

Ps : on continue de parler de VSP sur le forum, rejoignez-nous, plein d’idée et de remarques intéressantes ont été proposées sur le sujet

 

Sur le même sujet
Commentaires / Discussion

Cet article vous a plu ? Vous avez des questions ? Vous souhaitez réagir, ou apporter des précisions ? Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.

Les commentaires agressifs, discourtois, non constructifs, ou simplement désagréables seront supprimés.