Sexe : comment faire l'amour

Lassitude sexuelle dans le couple et envie d’aller voir ailleurs

  • Par
  • Le
  • 4 comm.
Couple, fidélité et lassitude : que faire quand la routine (et les hormones !) donnent envie d'aller voir ailleurs ?

Le sujet revient avec la régularité des hirondelles au Printemps : un mec en couple depuis en moment se plaint d’avoir moins envie de sa copine.

Et généralement cette baisse de désir pour la girlfriend est proportionnelle à l’augmentation de l’envie de coucher avec n’importe quelle autre fille.

Alors forcément, le mec culpabilise. Sur d’autres sites, ou lors d’un dîner en ville, il se fera basher par tout le monde s’il ose parler de son dilemme. Des voix sans appel s’élèveront pour lui dire qu’il ferait mieux de la quitter.

… mais c’est pas si simple.

Avez-vous déjà entendu parler de Calvin Coolidge ?

Calvin-CoolidgeCalvin Coolidge fut le 30éme Président des Etats-Unis de 1923 à 1929.

Lors d’une visite dans une ferme gouvernementale, la légende veut qu’un fermier ait présenté à la femme du président, Madame Coolidge, un coq aux ardeurs telles qu’il pouvait pratiquer une douzaine de coïts par jour.

Celle-ci ne manquant pas d’esprit s’empressa de demander au fermier de transmettre le message à son mari pour qu’il en prenne de la graine.

Le fermier ne manqua pas de le faire.

Le Président Coolidge répliqua à celui-ci : « Douze fois par jour, d’accord… mais avec la même poule ? »

Le fermier dut répondre par la négative ce à quoi Coolidge rétorqua : « vous direz ça à mon épouse. »

Et tac. Right back at you.

Plus tard, le goût de la gente masculine pour un peu de diversité en terme de partenaires sexuelles fut baptisé : « Effet Coolidge » en mémoire de cette savoureuse anecdote.

Des expériences menées sur des rats mâles enfermés dans des cages contenant quatre ou cinq femelles en chaleur confirma ce que nous apprend déjà l’expérience personnelle de bien des hommes enfermés jour après jour en présence de jolies secrétaires.

Le désir de l’homme semble stimulé par l’idée de diversité.

La raison de ce phénomène se trouve dans le système limbique de notre cerveau associé au mécanisme de récompense.

La production de dopamine décline au fil du temps avec une partenaire donnée. Il augmente à nouveau avec l’introduction de nouvelles partenaires.

Notre cerveau semble donc équipé pour « préférer » la diversité.

Le succès et le développement vertigineux du porno sur Internet doit beaucoup à ce principe physiologique.

Cela est vrai pour les hommes, mais aussi pour les femmes dans une moindre proportion.

Cela reste une simple hypothèse, mais il est permis de penser que cela sert à éviter de trop nombreuses grossesses qui mettraient l’espèce en danger ainsi qu’à favoriser la diversité génétique.

Doit-on en conclure que nous ne pouvons rien y faire et qu’il nous faut changer de partenaire en dépit des sentiments que nous lui portons ?

Ce serait simpliste, et il serait plus constructif de mettre en place des stratégies pour apporter à notre « cerveau primitif » la diversité dont il a besoin.

  • Certains passent par l’adultère, d’autres par l’échangisme ou le mélangisme. Pourquoi pas, rien ne dit que l’être humain soit équipé pour la monogamie.
  • D’autres encore suivent la tendance assez moderne et consumériste consistant à épicer ses ébats avec force gadgets, sextoys, et positions acrobatiques.
  • D’autres encore, de plus en plus nombreux se shootent à la dopamine en matant du porno sur internet au point de préférer la branlette en solo à leur épouse

Ce sont des pratiques qui peuvent receler des plaisirs certains… mais surtout, des fuites en avant qui ne durent pas. On s’y habitue comme à n’importe quelle drogue et l’on doit augmenter les doses sans cesse.

Une stratégie plus durable et épanouissante consiste paradoxalement à prendre davantage son temps.

Certains recommandent ainsi la méditation tantrique, les yeux dans les yeux, destinée à reconnecter les amants qui prennent enfin le temps de se (re-) découvrir comme ils ne l’ont peut-être encore jamais fait.

Une étude menée par le Dr Peggy Kleinplatz publiée en 2009 dans The Canadian Journal of Human Sexuality semble donner raison aux tenants de cette approche.

En interrogeant des sujets de différents pays, de différents âges et différentes orientations sexuelles ayant tous en commun un fort niveau de satisfaction sexuelle le Dr Kleinplatz est arrivée à des conclusions qui font rarement, sinon jamais les gros titres de Cosmopolitan.

En effet, la recette d’une vie sexuelle extraordinaire semble ne pas devoir grand-chose à la virtuosité des amants, à leur connaissance des points G, H, I ni même J ou à la taille de leur pénis ; autant de critères objectifs souvent présentés comme déterminants dans la culture populaire.

Voici donc les éléments qui caractérisent une relation sexuelle de qualité :

  1. Etre pleinement présent et dans le moment
  2. L’intimité sexuelle et érotique entre partenaires
  3. Une communication empathique et de qualité
  4. Connexion et alignement des partenaires
  5. Authenticité et transparence
  6. Transcendance, paix et calme
  7. Exploration, prise de risque et caractère ludique de la relation
  8. Vulnérabilité et abandon de soi

Avez-vous essayé de développer ces éléments dans votre relation ?  Le jeu en vaut peut-être la chandelle si la vie sexuelle de votre couple bat de l’aile.

Et pour cela, vous ne ferez pas l’économie d’une grande authenticité, ni d’une belle tendresse. Si le plaisir partagé est à ce prix, pourquoi s’en priver ?

Article initialement publié sur le forum

Sur le même sujet
Commentaires / Discussion

Cet article vous a plu ? Vous avez des questions ? Vous souhaitez réagir, ou apporter des précisions ? Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.

Les commentaires agressifs, discourtois, non constructifs, ou simplement désagréables seront supprimés.