Conseils séduction

Le mythe du gentil loser (ou : pourquoi c’est toujours le gentil qui gagne à la fin)

Les médias, les potes, et même, parfois, la famille, nous ont mis dans la tête que niveau filles, les mecs bien partaient forcément perdants, et que pour "gagner" (et éviter les pièges qu'elles tendent), il fallait la jouer salaud. Mais en fait, rien de pire, voici pourquoi.

Une récente enquête auprès de mes potes est accablante : 75% des sondés sont convaincus que les femmes aiment qu’un mec leur en fasse voir de toutes les couleurs (et qu’il ne joue pas un minimum au macho, il finira probablement cocu, puis célibataire).

Derrière cette légende se trouve le plus gros quiproquo de tous les temps.

Parce qu’une seconde étude auprès de mes potes heureux en amour révèle un fait accablant : les hommes heureux en amour sont ceux qui, le plus, ont des valeurs et notamment, respectent les filles qu’ils rencontrent.

A l’inverse, si le bad boy macho irrespectueux peut faire fantasmer, ses histoires de couples se terminent soit vite, soit mal, et il est rare que son attitude et ses croyances lui permettent d’accéder à une vie amoureuse saine et équilibrée.

Avantage au mec bien, donc.

Qu’est-ce qu’un « mec bien » ?

Ce que l’on appelle un « mec bien » est une jeune homme sain qui possède des valeurs saines, et qui s’efforce d’agir en concordance avec celles-ci.

  • Il n’éprouve aucune rancoeur particulière envers les femmes
  • Son attitude avec elles n’est pas dictée par l’envie de toutes les mettre dans son lit
  • Et si une fille l’intéresse, il la joue à la loyale, et non en usant de techniques calculatrices et manipulatoires, partant du principe qu’il a en face de lui une dinde
  • En cas de désaccord, il communique calmement et de manière adulte, au lieu de bouder, de s’enfermer dans le silence, ou de péter un câble (et les dents de son interlocuteur)
  • Il n’a pas non plus de croyances archaïques selon lesquelles les femmes auraient des droits et devoirs différents de ceux d’un homme.

Bref, il sait se tenir et il joue selon les règles, sans chercher à tricher au détriment des autres.

Romain, par exemple, est la quintessence de la droiture. Il a grandit dans une famille intraitable avec le respect :

  • Distribution équitable des flambys pour le dessert
  • Une juste répartition des tours de vaisselles
  • Réunion de famille en cas de conflit avec câlin collectif en conclusion.

Et bien entendu il aborde les relations amoureuses dans le même état d’esprit :

  • On ne ment pas à sa copine
  • On ne promet pas l’exclusivité si on ne peut le garantir
  • La séduction se fait « Carte sur table », à la loyale et sans travestir la réalité. C’est comme chez McDo, on vient comme on est.

Mais POURQUOI est-il aussi gentil ?

orangina-rouge

Parce que c’est profondément inscrit dans sa façon d’être. Il est comme ça.

Le gars bien a une perception clairement définie du bien et du pas bien, indépendamment de toute séduction.

Il prends soin des autres par réflexe, parce qu’il ne voit pas l’intérêt d’être méchant ou calculateur.

Il peut être parfois confondu avec son cousin le « Nice Guy » notamment par sa bande de pote.

OUI, il gazouille au téléphone avec sa copine et OUI il lui prépare une surprise pour son anniversaire.

Mais contrairement au « nice guy » parfois moqué sur FTS ou ailleurs, ses valeurs ne font pas forcément de lui quelqu’un de naïf.

Il sait aussi se faire respecter. Le gars bien a confiance en lui, il n’hésite donc pas à prendre ses distances avec une femme qui le manipule, qui lui ment ou ne le prend pas au sérieux. Il ne se laisse pas marcher sur les pieds, et ça lui vaut d’autant plus de respect.

(Notez que je ne fais aucune allusion a un quelconque refus sexuel : il sait se faire respecter, mais il sait aussi rester un parfait gentleman et ne pas aller trop loin, notamment quand l’envie et le désir d’une fille semblent hésitants).

Cette finesse et ce repect gravés dans son ADN sont la principale raison pour laquelle il gagne à la fin.

Son comportement est juste, cohérent, respectueux et emprunt de valeurs, et cela lui permet de marquer énormément de points aux yeux des filles, qui passent leur temps à se coltiner boulets, goujats et manipulateurs en tout genre.

Et contrairement aux faux-gentils, qui usent de la galanterie, du romantisme comme des moyens calculés pour pouvoir exiger l’attention et les faveurs d’une fille, lui, s’il veut être galant, courtois et pourquoi pas, romantique, il le fait avant tout parce que ça lui fait plaisir.

Bon, et s’il est vraiment doué, il sait aussi quand s’arrêter avant d’en faire trop (il a probablement appris ça sur FTS, et il a bien fait).

Etre un mec bien, fidèle à ses valeurs, ne veut pas dire qu’il est nul avec les filles : il peut même être carrément expert en matière de relations hommes / femmes.

On a plusieurs specimens du genre sur FTS, figurez-vous.

Et le jerk, alors ? Pourquoi est-ce une stratégie perdante ?

Le jerk, c’est ce mec qui part du principe que les filles préfèrent les salauds, qu’elles ont besoin d’être un peu malmenées pour remarquer un homme et s’intéresser à lui…

C’est aussi lui qui se dit que la fin justifie les moyens, et que même si elle hésite un peu au moment de passer sous la couette, elle le remerciera après (ou peut être pas, mais en fait, si, même si elle croit que non).

Bref : c’est un mélange de boulet, de bourrin, de macho à l’ancienne, et ses valeurs morales résistent assez peu longtemps une fois que son deuxième cerveau (celui du bas) a flairé l’opportunité.

A l’instar de son pendant féminin la connasse, le salaud fait passer ses intérêt (et son instinct de conquête) avant le mal qu’il peut causer, entre autre chez les femmes qu’il fréquente, et qu’il considère d’ailleurs comme des proies à consommer sur place ou à emporter.

Cet état d’esprit le pousse à toutes les bassesses possibles et imaginables pour obtenir les faveurs d’une femme, manipuler ou mentir « zieudanlézieu » n’est pas un problème, la fin justifiant les moyens.

Mais alors, pourquoi a-‘il du succès avec (certaines) femmes ?

  • Parce qu’il trouvera toujours des filles mal dans leur peau, qui ne s’aiment pas et pensent ne mériter qu’un mec qui les traite comme de la merde (à l’image de leur papa à l’époque ?).
  • Parce qu’il trouvera toujours des filles pas plus intelligentes que lui, qui CROIENT ce que disent les magazines, et qui croient dur comme fer que oui, un vrai mec, c’est un macho.

Si elles aiment se faire baratiner, voire, manipuler, voire, dans les pires cas, cogner … on est désolés pour elles, mais elles font leurs propres choix.

Donc voilà, si le salaud possède un tableau de chasse, il est principalement composé de profils peu intéressants, le genre de fille avec lesquelles on peut difficilement espérer un avenir facile, radieux et enrichissant :

  • Les petites filles paumées verront en lui le père lâche qu’elles ont trop connues
  • Les connasses se feront un plaisir de rentrer en guerre avec lui, une guerre faite de restos et de sueur. Une vraie boucherie, et il n’y aura qu’un seul gagnant à la fin..

Les femmes équilibrées et confiantes en elles (les meilleures), flaireront le coup foireux et resteront sur la défensive, avant de fuir vers des contrées moins toxiques…

Et puis qui se ressemble s’assemble

Mon pote, Romain. Son ex et lui (elle s’appelait Cunégonde, true story), ne partageaient pas DU TOUT la même vision de la vie.

Elle descendait sans vergogne tous les pots de crèmes au chocolat, ne lui disait pas toujours la vérité sur ce qu’elle faisait de ses soirées, et, elle qui s’était vendue comme une bonne ménagère, ne participe que très partiellement à la bonne tenue de leur deux-pièce. C’est peut-être des détails pour vous, mais pour Romain cela voulait dire beaucoup.

Il tout essayé : Dialogue, pédagogie, menaces aux matchs de foot. Rien n’y a fait.

Et d’après le guide anti-connasses et son barème, c’était une connasse force 1000, toujours prête à mettre un coup de pression pour obtenir ce qu’elle voulait.

Jusqu’au soir ou, au détour d’une rue, il surprend Cunégonde main dans la main avec un sosie de star de télé-réalité. C’en fut trop pour Romain. Il la quitta sur le champ et s’en fut noyer son chagrin dans la vodka avec son pote Jules.

Et là, gros discours de Jules (bien imbibé à la Vodka) : « Nan mais les femmes sont toutes pareilles. Quand t’es trop gentil, elle te marchent dessus.. Nan nan, moi j’dis faut les mater dès l’début, qu’elles comprennent qui c’est qui commande ».

Bon, Jules enchaine les relations merdiques avec des filles trouvées en boîte sur un coup de tête, mais ça, il oublie de le dire au début de son analyse.

Alors comment Romain doit-il réagir ?

  • Choix A : Développer une aigritude et une haine irrationnelle envers la gente féminine et décider que « J’men fous la prochaine elle va payer, raaaanaaafout’, c’est fini les conneries, j’suis pas un canard… »
  • Choix B : Décider de conserver sa ligne de conduite envers et contre tout et décréter que ce ne sont pas « Les femmes » mais Cunégonde la seule responsable de ses actions. Et qu’une femme capable siffler toutes les Danettes de son mec est capable de tout. Et que du coup, pas de bol pour lui, mais il avait tiré le mauvais numéro, et il aurait pu être plus attentif aux signes d’avertissement.

Romain va bien-sûr suivre la Réponse B : et ça tombe bien parce que dans quelques mois, son chemin croisera celui de Sophie.

Sophie a grandi dans une famille intraitable avec le respect. La droiture et l’honnêteté sont à ses yeux les valeurs primordiales à suivre pour bâtir sa vie et interagir avec les autres.

Et bien entendu, elle aborde les relations amoureuses avec le même état d’esprit.

Sophie n’a plus quinze ans et elle a confiance en elle.  Par conséquent elle sait ce qu’elle veut : un homme qui partage ses convictions et avec qui bâtir une relation saine et paisible.

Et elle sera d’autant plus consciente de la valeur de Romain qu’avant lui, un nombre assez conséquent de salauds l’auront vacciné des drames…

(Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup de plaintes de voisins pour nuisance sonore)

Le gars bien peut-il cumuler les relations sans lendemain ?

Bien sûr ! Un mec bien n’est pas forcément un curé ! Il peut très bien faire de nombreuses rencontres…

Mais il le fait à la sauce « mec bien ». En étant honnête et en manifestant un vrai respect pour celles qui partagent ses draps : de la discrétion, de la considération et un véritable partage sexuel.

« Tu es belle, tu m’attires, j’ai envie de te faire plein de trucs sales, mais je ne suis pas encore mesure de nous déclarer en couple . Mais j’ai du respect pour toi, je ne te considère pas comme un énième morceau de viande en promotion »

Sa séduction est dénuée de manipulation, de mystère ou de prétention.

Ses techniques respectent la Charte Qualité Contrôlé FTS, garantie sans baratin ni technique foireuse. Réalisé sans trucage et sans fausse promesses.

En conséquence de quoi, il possède dans son CV sexuel une brochette de jeunes femmes libres et ouvertes auprès de qui il a laissé un excellent souvenir.

Et respecter ses plans-cul, c’est comme démissionner d’un emploi après avoir fait du bon travail : un retour est toujours possible… et dans tous les cas, une excellente recommandation auprès des copines.

A retenir

Qu’il s’agisse de relations légère ou d’histoire d’amour durable, le mec bien à pris le parti de considérer les femmes comme des alliées, et non des adversaires.

Parce que pour lui, l’amour est un jeu d’équipe, et non un combat de boxe.

Et au final, c’est lui qui s’en sort le mieux, parce que tous les autres se condamnent à des relations conflictuelles et compliquées, qui ne feront que renforcer les croyances qui sont à l’origine même de leurs difficultés.

Bref : keep cool, play nice, évitez les plans foireux et tout ira bien.

Sur le même sujet
Commentaires / Discussion

Cet article vous a plu ? Vous avez des questions ? Vous souhaitez réagir, ou apporter des précisions ? Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.

Les commentaires agressifs, discourtois, non constructifs, ou simplement désagréables seront supprimés.