Mental et Vie intérieure

Les 9 secrets de ceux qui sont bien dans leur tête, 2eme partie

Dans la première partie, je me suis focalisé sur les moyens d’améliorer notre bien-être mental et physique avec la méditation, le sport, l’alimentation, les massages et le sommeil. Je vais à présent me concentrer sur les moyens d’enrichir notre style de vie et même de créer celui que nous voulons vivre, car à part une […]

Dans la première partie, je me suis focalisé sur les moyens d’améliorer notre bien-être mental et physique avec la méditation, le sport, l’alimentation, les massages et le sommeil. Je vais à présent me concentrer sur les moyens d’enrichir notre style de vie et même de créer celui que nous voulons vivre, car à part une vie sexuelle moribonde ou inexistante, je pense qu’il n’y a pas de pire obstacle au bonheur qu’un style de vie que l’on n’aime pas.

6 – Se libérer l’esprit de ses pensées parasites avec Getting Things Done

Imaginez ce que vous pourriez faire si vous pouviez choisir de vous consacrer entièrement à vos tâches, sans la moindre interruption, pensée parasite, rêverie et autre source de distraction, tout en restant détendu et en pleine possessions de vos moyens. Le rêve, non ?

David Allen propose dans son best-seller GTD (Getting Things Done) un système pour obtenir ce que les praticiens d’arts martiaux appellent « l’esprit comme l’eau » (Mizu-no-kokoro) ou les athlètes « la zone » ou “le flow”, un état d’esprit libéré de tout soucis et entièrement focalisé sur l’objectif à atteindre, que vous avez déjà dû vivre en étant complètement absorbé par ce que vous faisiez, sans conscience du temps qui passe et du monde extérieur. Cet état d’esprit est rare et nous sommes bien plus souvent stressés et distraits par de multiples choses qui brisent notre concentration et dispersent nos efforts.

Or selon David Allen, le stress et les pensées parasites naissent des multiples engagements que nous nous sommes donnés et que nous n’avons pas encore tenus, du « il faut que je range la maison » à « je dois appeler François » à « je dois terminer le nouveau plan de communication » à « j’aimerai aller visiter Barcelone » à « je voudrai passer plus de temps avec mes proches ». Vous avez probablement bien plus d’engagements que vous ne le pensez, hors toutes ces questions non résolues, de la plus importante à la plus futile, vous titillent constamment l’esprit et sont sources de frustrations et de culpabilité. Lorsque nous laissons toutes ces questions non résolues dans notre cerveau, nous lui assignons une tâche épuisante et pour laquelle il n’est que très peu performant : il vous fera typiquement penser que vous devez acheter du lait au moment où vous êtes absorbé dans une autre tâche, et pas au moment où vous serez au supermarché.

Or, l’écrit est l’invention la plus merveilleuse que l’homme ait trouvé pour seconder son cerveau. L’écrit est comme un vélo pour l’esprit. David Allen nous propose dans son livre une méthode permettant de confier toutes les choses que nous devons faire et en suspens à un système écrit fiable, qui déchargera notre cerveau de l’obligation d’y penser, réduisant notre stress et augmentant notre capacité à nous concentrer et à vivre le moment présent.

Faisons un petit exercice pour nous en rendre compte :

Prenez une feuille de papier et notez-y le projet ou la situation auquel vous pensez le plus en ce moment. Puis, décrivez en une seule phrase comment vous voudriez que l’affaire soit conclue. Cela peut être des phrases très simples comme « Prendre ces vacances en Italie » ou « Résoudre la situation avec tel client ». Ensuite, décrivez la première action physique qui sera nécessaire pour faire avancer la situation. Tout simplement. Faites le maintenant.

Cela pourra être quelque chose comme :

  • Italie. Prendre ces vacances en Italie. Allumer l’ordinateur et faire une recherche pour sélectionner une ville de destination.

ou

  • Voiture. Faire la révision de la voiture. Appeler le garage pour prendre rendez-vous.

Vous l’avez fait ? Très bien. Comment vous sentez-vous ? Si vous réagissez comme la plupart des personnes, vous devriez vous sentir un petit plus confiant, détendu et concentré, et vous devriez être plus motivé pour vous attaquer à la situation à laquelle vous ne faisiez que penser jusqu’à présent.

Hors, si ce petit exercice a suscité une réaction positive chez vous, demandez-vous : Qu’est-ce qui a changé ? Qu’est-ce qui rendu ma perception plus positive ? En effet, d’un point de vue concret, la situation ne s’est guère améliorée. Mais vous avez défini l’évolution la plus favorable à la situation et la première action requise pour y parvenir. Tout cela en réfléchissant pendant deux minutes. C’est suffisant pour vous permettre de clarifier vos engagements, et c’est la source de la méthode GTD pour se libérer l’esprit et être plus efficace.

La méthode GTD permet ainsi de libérer le cerveau de la nécessité de penser (avec une mauvaise efficacité) à tous nos engagements. Pour cela il suffit de :

  1. Recenser toutes les tâches que nous avons à accomplir – maintenant ou plus tard ou un jour – et les intégrer à un système cohérent et fiable.
  2. Prendre sans délai des décisions à propos de toute nouvelle tâche qui nous incombe.

D’après ma propre expérience, c’est un système qui met du temps à se mettre en place, mais les bénéfices sont absolument énormes pour notre qualité de vie (voir par exemple mon article GTD, Mise en pratique – 1 ). Pour approfondir, lisez ma chronique de GTD ou achetez directement le livre.

Il existe de plus de nombreux logiciels conçus comme support au système GTD, et si vous êtes possesseur d’un iPhone, de nombreuses applications sont disponibles, comme Remember The Milk (soyez sûr de lire cet article sur l’art de bien utiliser GTD avec RTM) ou Todo.

7 – Théâtre d’improvisation

Il est je pense essentiel de pratiquer des activités qui nous font peur. La peur est l’une des choses les plus stupides qui puisse nous empêcher d’atteindre notre plein potentiel, car elle peut ressembler à une muraille infranchissable et ne se révéler être qu’un faible voile de brume une fois traversée. De nombreuses peurs qui nous affectent et nous empêchent d’agir sont absolument anachroniques dans notre société moderne, et vous devez déjà le savoir si vous avez déjà abordé une femme et ressenti cette peur absurde qu’elle nous rejette alors que nous savons pertinemment qu’il ne nous arrivera rien de fâcheux.

Pratiquer des activités qui nous poussent à affronter nos peurs et à les dépasser me semble donc essentiel pour prendre conscience du caractère souvent fallacieux de nos peurs et renforcer notre propension à les combattre. Il y a de nombreuses activités qui permettent cela, et elles sont en grande partie en fonction de vous et de vos peurs particulières. J’ai eu toutefois l’occasion de pratiquer (et je pratique toujours) une activité qui combine tous les avantages car elle vous permet d’affronter des peurs universelles et vous apporte de nombreux atouts dans la séduction : le théâtre d’impro.

En effet le théâtre d’impro vous permet d’affronter trois peurs essentielles :

  • La peur du ridicule :
    • Par rapport à vous-même
    • Par rapport à d’autres personnes
  • La peur de ne pas savoir quoi dire, de ne pas savoir comment réagir
  • La peur de s’exprimer en public

La peur du ridicule n’est pas forcément mauvaise en soi mais demande comme souvent un certain équilibre pour être juste. Avec le théâtre d’impro, vous allez exploser votre limite, ce qui vous permettra d’être plus à l’aise dans votre capacité à vous mettre en danger dans d’autres situations. En particulier, dépasser votre peur du ridicule par rapport à vous-même vous permettra de vous prendre moins au sérieux, tout en faisant ce que vous faites plus sérieusement. Cet axe est selon moi un des piliers les plus fondamental du développement personnel.

Vous savez sans doute à quel point la peur de ne pas savoir quoi dire peut être paralysante. Le théâtre d’improvisation, par définition, est un art dont l’objectif est de s’affranchir de cette peur pour en jouer. Il vous apprendra à utiliser des éléments du contexte, à développer votre imagination, à avoir toujours un fil rouge à utiliser comme guide et comme roue de secours et à vous faire confiance pour vous sortir des situations les plus épineuses.

Enfin, quand vous aurez progressivement appris à affronter vos peurs devant vos camarades – qui sont dans la même situation que vous – viendra l’épreuve la plus difficile : affronter vos peurs devant un public nombreux et qui n’aura d’attention que pour vous. Le trac – la peur de jouer sur scène, de s’exposer devant de nombreux autres humains – peut être une des pires peurs qui soit, et vous aurez vraiment l’impression d’avoir dépassé quelque chose quand vous aurez joué sur scène pour la première fois – en particulier si vous avez eu des moments en solo. Pour la majorité d’entre nous, cette peur ne nous quittera jamais vraiment – nous apprendrons juste à l’affronter de plus en plus efficacement.

Affronter ses peurs dans le cadre du théâtre d’impro ne suffit toutefois pas : ce sera à vous de travailler pour utiliser ce que vous avez appris dans des contextes différents, et à faire en sorte que cela ne reste pas cantonné au domaine de l’impro.

Pratiquer le théâtre d’impro offre de plus de nombreux avantages car cela vous permet :

  • De prendre davantage conscience de votre langage du corps et donc de l’améliorer.
  • De développer votre sens de la répartie et votre humour.
  • D’apprendre à respirer et à faire porter la voix sans crier.
  • D’apprendre à articuler et à vous faire comprendre.
  • D’apprendre à exprimer des émotions.
  • D’être davantage attentif aux petits détails qui font la différence.
  • D’améliorer considérablement votre capacité à collaborer avec vos wings, en particulier quand ceux pratiquent l’impro avec vous.

De plus, l’impro est extrêmement amusante à pratiquer, et c’est une activité dans laquelle les femmes sont nombreuses, ce qui ne gâche rien ;) .

8 – Entrepreneuriat

Il est tout à fait possible d’être heureux et d’avoir un style de vie réussi alors que l’on est salarié, mais cela est à mon sens beaucoup plus difficile que si l’on est entrepreneur ou chef d’entreprise.

En effet, être un salarié cumule les désavantages par rapport au fait de créer et de diriger son entreprise :

  • Le travail salarié est en effet la manière la moins efficace au monde de gagner de l’argent. Il s’agit en effet d’échanger ce que vous avez de plus précieux, votre temps, contre de l’argent. Or votre temps ne peut pas se déposer en banque, ni se stocker ou s’empiler dans un coin, et tout temps non utilisé pour faire ce que vous aimez ou tendre vers vos objectifs est du temps perdu à jamais. Ainsi, vous ne devriez pas échanger votre temps contre de l’argent en dessous d’un taux très avantageux. Et le travail salarié n’est définitivement pas une manière avantageuse d’échanger son temps contre de l’argent.
  • Lorsque vous êtes salarié, dans la majorité des cas vous laissez vos rêves de coté pendant toute la durée de votre travail et travaillez pendant ce temps à l’accomplissement du rêve d’autres personnes.
  • Etre un salarié est la même chose qu’être un locataire qui paie 600 € de loyer à un propriétaire qui ne paie que 500 € de remboursement mensuel pour son emprunt : pour qu’une entreprise soit rentable, il faut qu’elle paie ses salariés moins que ce qu’ils lui rapporte. C’est logique. Mais de votre point de vue à vous, ce n’est pas avantageux : vous n’obtenez qu’un retour sur investissement partiel de la valeur que vous apportez, et surtout, vous contribuez à construire la capitalisation d’une entité qui ne vous appartient pas. Le chef d’entreprise peut revendre son entreprise, s’il l’a bien conçu, quand il l’a suffisamment développé, en partie grâce à la valeur apportée par ses salariés. Le salarié est perdant sur tous les tableaux, comme le locataire : il paie plus cher que les remboursement de crédit du propriétaire, l’enrichissant tous les mois, et à la fin c’est au propriétaire qu’appartient l’appartement – et le locataire a tout perdu.
  • La sécurité de l’emploi est aujourd’hui largement une illusion. La vérité est que vous risquez de perdre votre job au moindre marasme économique ou à la moindre erreur de gestion. Pourquoi ne pas prendre ces risques vous-même, pour un projet qui a de la gueule, et qui sera votre projet ? De plus, qui voudrait aujourd’hui rester dans une entreprise 20, 30 ou 40 ans ? La majorité des jeunes recherche une expérience diversifiée dans des entreprises performantes et dans l’idéal agréables. Cette diversité d’expérience peut être bien plus facilement obtenue en créant une, puis plusieurs entreprises, tout en s’amusant beaucoup plus et en réalisant ses rêves.
  • Plus vous êtes longtemps salarié, et plus vous vous installerez dans une zone de confort douillette et agréable, dans laquelle vous ne serez vous sentirez pas forcément des plus heureux mais où vous ne serez en tout cas pas malheureux, et qu’il vous sera de plus en plus difficile de quitter. Ainsi, vous serez attiré inexorablement vers la même ornière même si celle-ci commence à de moins en moins vous plaire…
  • Même en ayant une carrière dynamique et à succès, rien ne peut égaler l’excitation, le plaisir et la motivation ressentis lorsque nous créons et développons une entreprise et réalisons nos rêves grâce à elle.
  • Même si vous acquérez de l’expérience en tant que salarié, cela se fait en général à une vitesse incroyablement plus lente que lorsque vous créez votre boîte, où vous devez acquérir une grande polyvalence, et où vous êtes très motivé pour apprendre et appliquer ce que vous apprenez. Créer votre entreprise vous permet de plus de rencontrer plus facilement des personnes très intéressantes et d’échanger avec eux sur des sujets enrichissants qui vous en apprennent souvent plus que bien des heures de cours.
  • Etre salarié implique vraiment de renoncer à une part de sa liberté et à une part de son indépendance. Notre liberté est en grande partie fonction de notre liberté à passer notre temps comme nous l’entendons, hors comme vu plus haut le travail salarié est la forme la moins avantageuse au monde d’échange de temps contre de l’argent.

Créer son entreprise est donc une aventure formidable, qui permet de réaliser ses rêves, d’accéder à une forme de liberté et d’indépendance plus grande, d’apporter une plus grande contribution au monde tout en étant mieux rétribué pour cette contribution.

De plus je suis un exemple vivant du fait que la majorité des personnes qui rêvent de créer leur entreprise et ne le font pas (69% des jeunes veulent créer leur entreprise) butent avant tout sur des obstacles psychologiques : j’ai créé mon entreprise à 19 ans, 1 an après avoir arrêté l’école après une 1ère littéraire. J’étais sans diplôme (j’aime dire que j’ai un bac moins deux ;) ), sans expérience, sans réseau et sans argent (j’ai emprunté 25% de la somme nécessaire à mon projet à toute ma famille, et ait trouvé les financeurs pour assurer les 75% restant). J’étais un jeune adolescent boutonneux, rebelle, ne connaissant rien à la vie, pas très sociable et pas mal paumé. Si j’ai réussi avec aussi peu de chances avec moi, vous pouvez réussir aussi. Vous avez beaucoup plus d’atouts que moi quand je me suis lancé.

Attention toutefois, créer son entreprise peut très bien se transformer en cauchemar : de nombreux entrepreneurs ont une approche biaisée dès le départ, qui fait que leur rêve enfin réalisé devient petit à petit une prison infernale qui les oblige à travailler 70 heures par semaine pour un salaire équivalent à celui d’un salarié à 35 heures, et de laquelle ils ne peuvent s’échapper. Simplement parce que de nombreuses personnes ont une approche technicienne de l’entreprise – que j’ai moi-même eu pendant de nombreuses années : elles croient que parce qu’elles maîtrisent un savoir-faire technique, cela suffit pour diriger une entreprise. Rien n’est plus faux. Il y a une différence entre créer son job et créer un business. Créer son job n’est pas si mal, et cela peut constituer une bonne première étape, mais cela pourrait vite devenir un piège si vous ne comprenez pas la différence fondamentale entre travailler dans son entreprise et sur son entreprise. Dans le deuxième cas, vous créez un système qui peut se passer de vous. Une source potentielle de revenus passifs, qui dans l’idéal ne vous demande qu’un temps minime de travail, voir pas de travail du tout.

Disposer de revenus passifs peut vous sembler compliqué, voir peut-être un peu irréel. Imaginez simplement tout ce que vous pourriez accomplir si vous disposiez de sources de revenus automatisés, c’est à dire complètement dissociés du temps que vous devez y passer. Autrement dit, si vous n’étiez plus obligé de travailler pour vivre – si vous pouviez choisir de travailler sur ce que vous voulez, si vous en avez envie, quand vous en avez envie, ou de ne pas travailler du tout. Le rêve non ?

C’est possible. Je pense que dans la majorité des cas mettre en place de telles sources de revenus automatisées en partant de rien est un travail difficile et de longue haleine, mais cela en vaut la peine non ? Or, c’est quasi mission impossible si vous êtes salarié. Et c’est difficile, mais possible – et c’est ce qui rend le challenge excitant – si vous créez votre entreprise.

Pour approfondir tous ces sujets qui sont ici à peine esquissés, je vous recommande fortement le livre La Semaine de 4 heures.

Il y a de fortes chances que la lecture de ce livre vous fasse un électrochoc semblable à celui que vous avez pu avoir en découvrant la communauté de la séduction ou la Mystery Method. La découverte de ces derniers a t-elle changée votre vie ? Hé bien ce sera sans doute pareil avec ce livre. Je l’ai lu pour la première fois en mars 2008 et quasiment toutes les actions d’importance que j’ai effectué, de la création de mon blog au revirement stratégique que j’ai donné à mon entreprise à mes projets actuels, proviennent de réflexions que j’ai eu suite à sa lecture.

Pour partir du bon pied si vous créez votre entreprise, je vous recommande également fortement The E-Myth Revisited: Why Most Small Businesses Don’t Work and What to Do About It qui vous permettra de comprendre clairement la différence entre travailler dans sa boîte et sur sa boîte. Pas dispo en Français malheureusement.

Pour approfondir tout cela, je vous invite également à écouter mes podcasts 10 raisons pour lesquelles vous ne devriez pas être salarié et Proactivité, Responsabilisation et Crise (accessibles également sur iTunes).

9 – Relations humaines

Enfin la chose la plus importante pour être bien dans sa tête et tout simplement heureux est la qualité des relations que nous vivons avec nos proches et nos amis, et la diversité et la richesse des nouvelles rencontres que nous faisons.

Il n’y a rien de plus important qu’un groupe d’amis proches et soudés avec qui nous partageons de multiples délires, joies, tristesses, amours, histoires de cul et trahisons… (amicales ;) ) . C’est l’essence même de la vie humaine que de partager ce genre d’émotions, d’évènements avec d’autres personnes qui nous aiment et nous soutiennent.

Il nous faut ainsi un groupe solidaire et aimant qui nous donnera des fondations solides qui nous permettront de mieux nous affirmer et faire face à ceux qui ne sont pas d’accord avec nous, et à l’indifférence du monde en général à notre égard, tout en nous permettant de vivre des évènements inoubliables et de rencontrer de nombreuses personnes dans des contextes très favorables. En effet, rencontrer des nouvelles personnes lorsque vous êtes dans votre environnement amical est souvent le meilleur contexte dont vous puissiez rêver, puisque vous êtes entourés de personnes qui vous aiment et qui aiment interagir avec vous, ce qui est la forme la plus naturelle et la plus puissante de social proof possible. Une personne que vous rencontrez ainsi aura beaucoup plus d’à priori positifs sur vous que si vous l’aviez abordé à froid dans la rue, de part la simple puissance de cette preuve sociale, et part le fait que bien souvent elle souhaite s’intégrer à votre groupe – un univers qui est le vôtre et pas le sien – au moins le temps d’une soirée.

Cependant, alors que vous grandissez et que vous mûrissez, et encore plus si vous êtes engagés dans un processus de développement personnel, il peut arriver que se fassent jour certaines incompatibilités. Vous le verrez si vous vous retrouvez à approuver de la tête les dires de certains de vos amis sans le penser vraiment, parce que vous savez que si vous exprimez vos opinions cela ne pourra qu’aboutir à une argumentation sans fins. Il est normal et heureux de ne pas être 100% compatible avec chacun, mais si vous vous retrouvez dans une situation où vous vous rendez compte que vous et vos amis ont évolués dans des directions qui font que même la compatibilité la plus basique n’est plus assurée, il faut vous rendre à l’évidence. Et ce n’est la faute de personne. Autorisez-vous à quitter tout groupe ou toute personne qui ne résonne plus avec vous. Rapidement, vous rencontrez de nouvelles personnes partageant davantage vos valeurs.

Il me semble en effet extrêmement important d’avoir autour de soi des personnes partageant nos valeurs et nous soutenant. Cela nous rend plus ouvert et accueillant aux personnes différentes de nous et partageant des valeurs différentes, voire opposées. Les cow-boys solitaires sont rares (et souvent mal dans leur peau). Il vaut mieux être Jésus, entouré de ses 12 apôtres partageant ses valeurs et l’aimant, que Lucky Luke qui la plupart du temps ne parle qu’à son cheval Jolly Jumper (et l’on ne peut que spéculer sur ce qu’il fait d’autre avec lui ! ;) ).

Au delà de ce groupe restreint d’amis proches, il me semble primordial d’avoir une vie riche en rencontres de qualité, avec des personnes d’horizons très différents, avec qui vous pourrez apprendre et partager d’innombrables choses dont vous ne soupçonnez même pas l’existence. Ici, l’ouverture me paraît primordiale. Vous avez sans doute déjà suffisamment pratiqué la séduction dans les lieux  et situations les plus divers pour ne pas être attentif aux multiples préjugés que tout un chacun a sur tout le monde. Vous et moi compris. L’ouverture, c’est la volonté consciente de s’affranchir au maximum de ces préjugés pour se forger sa propre opinion. Ayez des discussions passionnantes avec des personnes diverses, venant d’horizons différents. Passez d’un milieu social à un autre. Fréquentez des riches, des pauvres, des nationalistes, des internationalistes, des communautaires, des individualistes, des athées, des religieux, des jeunes, des vieux, des AFC et des PUA, si possible de nationalités et d’origine très diverses. Avez-vous des amis blacks, d’origine maghrébine, asiatique, indienne ? Si vous en avez l’occasion, faites Erasmus, c’est l’une des expériences les plus riches et les plus fun que vous puissiez vivre, et l’une des plus sexuellement assumée et libérée. Allez à la rencontre de l’opposé. Si vous votez UMP, allez à un meeting d’Arlette Laguiller. Si vous pensez qu’il faut bombarder les phoques au napalm, allez à une conférence de Greenpeace. Vous avez compris. Cela ne vous fera pas forcément changer d’avis – heureusement ;) – mais vous comprendrez mieux le point de vue adverse et les tenants et aboutissants.

Enfin, ayez une vie sexuelle pleine et épanouie. Etre frustré sexuellement est un des plus sûr moyen de ne pas être heureux et bien dans sa tête, à mon sens. Et je crois que si vous lisez FTS, vous en avez conscience et travaillez activement à ce que ce ne soit pas le cas :) . Assumez vos désirs et vivez les.

Ainsi seulement prendrez-vous conscience de la complexité, de la richesse et de la diversité de l’espèce humaine. Ainsi seulement prendrez-vous conscience  de la beauté et de la tragédie de la condition d’être humain. Alors quand vous rencontrez une personne, vous saurez, comme le dit Mystery, “que vous êtes un véritable être humain sur cette planète, tout aussi perdu qu’elle, essayant de comprendre quelque chose – peut-être aurez-vous compris un peu plus de choses qu’elle et pouvez donc amener de la valeur dans sa vie – mais au delà de cela que ce sont deux âmes solitaires qui se sont trouvées et voudraient ne rien faire d’autre que de se montrer l’une à l’autre que c’est important pour elles”.

Olivier est un entrepreneur – il a créé son entreprise à 19 ans – et s’est lancé dans un défi fou : lire 52 des meilleurs livres de business en 52 semaines, qu’il nous fait partager sur son blog Des Livres pour Changer de Vie. C’est également le cofondateur du Lair on Lille.

Commentaires / Discussion

Cet article vous a plu ? Vous avez des questions ? Vous souhaitez réagir, ou apporter des précisions ? Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.

Les commentaires agressifs, discourtois, non constructifs, ou simplement désagréables seront supprimés.