Conseils séduction

Que faire quand c’est la fille qui vous drague ?

La plupart du temps, la drague est la prérogative des mecs. Mais que faire quand c'est la fille qui vient vous draguer ? Est-ce forcément signe que quelque chose cloche chez elle ? A quoi faut-il faire gaffe ?

Même si peu à peu, les choses ont tendance à changer, nous vivons dans une société qui a assez clairement distribué les rôles : aux femmes le maquillage et les chaussures amputatoires, aux hommes les phrases d’accroches et les tentatives d’approches.

Mais que faire lorsque c’est la fille qui se met à vous draguer, armée de son plus joli sourire et de ses talons de douze ? Que faire quand elle décide de faire de vous sa cible ? Faut-il vous sentir en danger dans votre virilité ? Votre pénis est-il en danger ?

Plus sérieusement : en tant que mec, comment réagir quand une fille vous drague, et surtout, comment déterminer si c’est une bonne chose, ou le signe que vous êtes tombé sur une nana bizarre ?

Tiens regarde : prenons Jules.
Jules est mignon, gentil, bien inséré, passe tous les tests en matière d’hygiène et d’intelligence sociale, et cerise sur le gâteau, il se souvient encore des 150 Pokemons de la première génération.

(Ça c’est pour lui ajouter un capital sympathie … avouez, vous le trouvez déjà cool)

En temps normal, lorsqu’une fille intègre son collimateur, Jules agit conformément à ce que lui ont enseigné la société, ses potes, les pubs pour déodorant et les magazines pour hommes.

Il prend ses gonades à deux mains, oublie qu’au fond, il n’est toujours qu’un petit garçon fragile en manque de calins, et se lance à l’abordage. Le degré de subtilité étant inversement proportionnel au degré d’alcool dans son verre (double whisky= « Dis camion ». Mais ça, c’est une autre histoire… ).

Mais ce soir, à la soirée d’anniversaire de Clo’, une jolie brune lui sourit et engage la conversation.

Et je sais pas, mais on dirait que Jules n’a besoin de faire aucun effort. A vrai dire, c’est même flagrant : c’est elle qui prend l’initiative, qui relance la conversation, pose les questions et drive le truc. Sourire éclatant, main dans les cheveux : la totale. Bref : elle flirte outrageusement, lui effleurant le biceps, roulant des mécaniques … et pousse même le culot à lui demander ce qu’il fait samedi prochain.

Jules est décontenancé. C’est pas aux mecs, de faire ça, d’habitude ?

Il reconnaît très clairement les ficelles que lui-même utilise pour intéresser et harponner une fille; mais là, pour une fois, c’est lui qui est dans le viseur.

C’est un peu compliqué dans sa tête (la sangria tiède n’arrangeant pas les choses).

  • D’un côté, il se sent flatté d’avoir été choisi par cette nana (surtout qu’elle n’est pas dégueulasse).
  • D’un autre côté, Il se sent pareil au lapin tétanisé par la vision des phares de voiture, qui se rapprochent à toute allure. Jouer le rôle de la proie, c’est tout de suite plus anxiogène.

Du coup, quoi ?
Comment doit-il réagir aux marques d’intérêt de cette jolie méditerranéenne ? (Elle s’appelle Lila. N’y voyez aucun rapport avec l’auteure de cet article).

Bref. Jules doit-il se détendre, ou rester vigilant ? Est-il tombé sur sa prochaine meilleure amie sexuelle, ou sur une cinglée qui veut se faire inséminer ?

L’avis d’une séductrice aguerrie (c’est moi) : lorsque j’étais célibataire, je prenais régulièrement les devants en matière de parade nuptiale. Et à ce jour, je n’ai encore jamais été condamnée pour séquestration de jeune homme. Donc une fille qui drague, ça a beau être rare, ça n’est pas forcément une situation qui mérite votre méfiance.

Et, si je prend une certaine distance, je peux tout à fait vous donner les signes d’une séduction saine et une autre.

Les (plutôt) bons signes

  • Elle semble naturelle, spontanée… et normale

Aucun malaise à l’horizon, aucun signe de déséquilibre mental ou relationnel, ni de désespoir sexuel : elle semble à l’aise, naturelle, ne donne pas l’impression de forcer quoi que ce soit… Sa consommation d’alcool et autres substances (y compris les cacahuètes) ne paraît pas exagérément hors norme, et sa conversation laisse à penser qu’elle est en pleine possession de ses moyens intellectuels.

A priori, tout va bien, elle ne vient pas de s’échapper de l’HP.

  • Elle pose des questions neutres et n’empiète pas sur le perso

Ce qu’il fait dans la vie, ses derniers voyages, son avis sur les chips aux vinaigre, la dernière vidéo de Golden Moustache et le dernier album de Ellen Alien / Arcade Fire / James Blunt (oui comme ça il y en a pour tous les goûts).

Elle apprend à le connaître, en mode « on brise la glace », mais sans outrepasser les limites d’une première conversation : elle n’est pas déjà en train de lui demander combien d’enfants il veut, bref, de se projeter avec lui.

Même s’il lui plaît, elle est rationnelle et pour le moment, Jules n’est pour elle qu’une jolie paire de fossette avec lesquelles elle est en train de faire connaissance.

Bien-sûr, si la magie de la rencontre les poussent à une longue et profonde conversation jusqu’au petit matin, tout deux seront amenés à se raconter des choses plus personnelles… (et éventuellement, à commencer à parler avec les mains).

Bref : pour l’instant, rien n’indique qu’elle brûle les étapes; elle respecte le rythme normal d’une rencontre.

  • Le courant passe bien

Faut-il le préciser ? Si le courant passe bien (et sans forcer), c’est que tout va bien.

Pour une raison X ou Y, quelque chose chez Jules lui a plu au point de dépasser ses appréhensions et d’aller lui parler. Son sourire, sa façon de se tenir, la lueur dans les yeux quand il évoque Bulbizzare..

Et maintenant que la conversation est lancée, les sujets de conversation s’enchaînent facilement, ils se trouvent des points communs et tout se passe facilement.

Les moins bons signes

D’autres signes moins positifs peuvent en revanche justifier une certaine méfiance de votre part.

  • Elle est en train de se survendre

Qu’il s’agisse de ses excellentes valeurs morales, de sa vie trépidante ou de sa facultés ménagères, elle lui donne l’impression de passer un entretien d’embauche.

Pourquoi a-t-elle à ce point besoin de l’émouvoir ? De l’impressionner ? Elle ne le connaît pas depuis assez longtemps pour vouloir lui plaire à ce point-là.

C’est louche, et pas vraiment de bon augure. Mais bon, laissons lui le bénéfice du doute.

  • Elle le sonde comme elle sonderait le futur père de ses enfants

Personnellement, 75% de mes relations longues ont débutés à mon initiative.

Certains de ces garçons m’ont laissé une forte impression dès le début, j’ai souvent couché le premier soir (parce que pourquoi pas ?).

Mais je ne suis jamais rentrée chez moi avec la moindre certitude, quoiqu’il ait put arriver. Tout au plus avais-je une vague idée de leur noms de famille. Ce n’est qu’une fois mes ardeurs passées que je prenais le temps d’apprendre à connaître ma nouvelle fréquentation. Et que je décidais, ou non, de me lancer dans une relation exclusive.

Bref : on ne brûle pas les étapes, on ne s’enflamme pas, on ne parle pas PEL et mariage dès la 2e heure de conversation, et on n’évalue pas l’autre sur des sujets touchant trop à l’intime et au perso : ça n’aurait aucun sens, et si cela vous arrive, c’est que la nana en face de vous a un sens des priorités plutôt douteuses, qui là non plus ne présagent rien de bon pour la suite.

  • Elle reproduit ce manège avec tout le monde

Dix minutes avant d’avoir abordé Jules, Lila flirtait outrageusement avec un  autre garçon qui ne lui ressemblait pas du tout. Et si Jules ne lui manifeste pas d’intérêt, elle tentera sa chance ailleurs.

Drague à la chaîne ? De la même façon que ce genre de comportement a tendance à décrédibiliser un mec aux yeux des filles (à cause de tout ce que ça véhicule : affamé, irrespectueux, pas bien calé dans ses relations aux autres, …), le même comportement chez une nana devrait éveiller la méfiance chez un mec – d’autant plus si vous espériez autre chose avec elle qu’un plan cul ponctuel.

  • Elle diffuse de mauvaises ondes

Elle se plaint, geint et critique. Trop. De tout. Elle est badante et vous soule.

Elle se plaint de sa vie, de ses histoires d’amour passées, de la soirée, des invités… Qu’importe le contexte dans lequel Jules et elle se rencontrent, l’installation du flirt nécessite un état positif. Si la présence de notre personnage ne suffit pas à la mettre de bonne humeur, c’est pour deux raisons

  1. c’est son état d’esprit général. Auquel cas, il est urgent de fuir, ou un jour, Jules deviendra une énième raison de se plaindre
  2. Elle se préoccupe moins de lui que de ce qui la contrarie. -10 000 points pour l’ego. Il ne faut alors surtout pas s’obstiner.

Jules a AUSSI son rôle à jouer

Outre les signaux à observer de son côté pour déterminer si oui ou non, elle est « ok », Jules a aussi un peu de boulot de son côté s’il veut que ça se passe bien.

  • N’y voir aucune offense en sa propre virilité

Un coup d’œil en direction du Sud : oui, les testicules de Jules sont intactes.

Ce n’est pas parce que la société a attribué la séduction offensive aux hommes que Jules est obligé de s’y coller. Ensuite, l’aisance d’une femme à la prise de contact n’est en aucun cas un indicateur de sa valeur, ni de ses valeurs (fidélité, frivolité etc…).

En clair : prendre l’initative ne fait pas d’elle une pute ou une cinglée. Avoir le moindre préjugé à ce sujet renverrait Jules tout droit dans les années 50.

  • Analyser objectivement la situation

Elle propose, Il dispose ! L’avantage de la passivité en matière de séduction, c’est qu’elle permet de se mettre en retrait et d’avoir une vue d’ensemble de la situation.

La situation lui permet alors d’avoir davantage de temps et de recul pour réfléchir à ce qu’il ressent, à ce que la fille lui inspire… Autant en profiter.

  • Le meilleur pour la fin : laisser son égo kiffer la vibe

Hé ho mec, y’a une petite bombe qui vient te draguer, et c’est même pas pour te gratter des clopes ou piquer ton portefeuille : de quoi tu te plains ?

+10 000 points en estime de soi. Jules peut se réjouir  (discrètement) et se rendre compte de ses points forts. Si cette fille a jeté son dévolu sur lui, c’est qu’elle a de bonnes raisons. Et Jules doit garder cela en tête pour les jour ou sa confiance en lui sera malmenée.

Et du coup ?

On se détend ! Ok, une fille qui prend les devants, ça peut encore être surprenant pour pas mal de mecs qui n’en ont pas l’habitude, mais les années 50 sont (de plus en plus) loin, et de nos jours, une fille qui fait le premier pas n’est plus (forcément) une hystéro qui se brade pour un peu de compagnie.

Ce peut également être une jeune fille bien dans son temps qui vous trouve un truc en plus. Un coup d’œil dans le miroir de l’entrée de chez Clo’… C’est vrai qu’elles sont sympas, ces fossettes…

Sur le même sujet
Commentaires / Discussion

Cet article vous a plu ? Vous avez des questions ? Vous souhaitez réagir, ou apporter des précisions ? Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.

Les commentaires agressifs, discourtois, non constructifs, ou simplement désagréables seront supprimés.