Conseils séduction

Surprise : ce que The Bachelor, m’a rappelé sur la séduction, les rencontres et les relations amoureuses

Vous allez être surpris autant que moi (et ça me fait mal de le reconnaître), mais même la plus stupide des émission de téléréalité peut faire réfléchir sur les rencontres et les relations hommes / femmes. Voici ce que j'ai (re)découvert en regardant The Bachelor.

C’est une vraie déformation professionnelle : depuis que je travaille dans le milieu de la séduction, j’analyse à peu près toutes les relations hommes-femmes qui naissent sous les yeux : les comédies romantiques, les premiers rencards de mes potes…

Alors quand l’autre soir, je me suis échouée dans mon canapé devant The Bachelor, il ne m’a pas fallu longtemps pour enfiler mes lunettes de secrétaire cochonne et attraper mon carnet de notes.

Pour ce qui ne connaissent pas The Bachelor, la recette est simple (et stupide) : on prend un playboy à la vie de rêve, et on fait défiler devant lui tout un tas de candidates, généralement jolies mais pas très affutées intellectuellement… et lui se charge de distribuer les bons points (les roses)… ou les râteaux.

Et la prod essaie de nous convaincre qu’à la fin, c’est le début d’une vraie histoire d’amour.

Bon, il faut vraiment être demeuré pour y croire, mais l’émission a au moins le mérite de montrer différentes situations de flirt et de séduction (même si on se doute que tout est archi scénarisé).

Et du coup, je me suis amusée à les décortiquer, en me disant que je pourrais en tirer un article potentiellement utile pour expliquer comment les reproduire dans la vraie vie.

L’effet « Coq du poulailler »

Appelé aussi : « le-seul- mec-de-la-première-L » (y’en a à qui ça va parler, n’est-ce pas ? ;)

Quand j’étais adolescente, il y avait quatre garçons dans ma classe. Et ils n’avaient rien de Ryan Gosling.

Eh bien, croyez-le ou pas, mais la loi de l’offre et la demande à vite opéré et au bout de deux mois, ils étaient tous casés avec les quatre plus belles filles de la classe.

Le manque de perspectives nous avait poussées à revoir nos critères de sélection à la baisse, et à choisir, le « moins pire » à défaut du meilleur.

Eh bien l’effet se reproduit dans l’émission.

Prenez une brochette de femmes, imposez-leur un homme en le présentant comme LE modèle de réussite mâle (aka « le prince charmant »), et laissez opérer la magie.

C’était d’autant plus flagrant dans les premières saisons du programme parce qu’elles mettaient en scène des garçons sur lesquelles on ne se retourne pas systématiquement dans la rue.

Comment reproduire cet effet dans la vraie vie : côtoyer des lieux où les femmes sont présentes en majorité.

Cours de cuisine moléculaire, la chambre de votre sœur quand elle reçoit ses copines…  Mention spéciale aux cours de Yoga ou de Zumba (soit l’endroit avec le plus fort taux de concentration de femmes déchaînées qui remuent les cheveux au monde).

C’est certes contraignant. Et puis, tout le monde n’a pas la capacité à développer une vraie passion pour le tricot… Mais vous devenez le seul élément mâle. Donc celui à convaincre.

Le seul piège à éviter : débarquer en mode chasseur, ce qui vous grillerait très vite. Non, au contraire, jouez la séduction passive : ça vous rendrez d’autant plus mystérieux, et très vite, une fois que les filles auront établi que vous n’êtes pas un daleux en chasse, elles se mettront à vous tourner autour.

« Dis Mathieu, tu m’aides à resserrer ma brettelle de soutien gorge stp ? »

L’effet « Gendre idéal »

Cette année, notre Bachelor, ils l’ont choisi comme on sélectionne un profil sur Meetic : Age, Sexe, localisation géographique, Taille, Situation professionnelle.

Certes, il ressemble à une pub Azzaro, ce garçon.

Mais à aucun moment, la voix off ne fait la promotion de sa personnalité, ses qualités, ses défauts, son caractère, les épreuves qu’il a pu traverser, son éventuelle compatibilité de caractère avec une prétendante en particulier… Toutes ses choses qui vont vraiment nous charmer et qui font que le casting a été prévu pour plaire à un maximum de personne.

Un bellâtre tout public en somme.

Le but ? Qu’il soit en accord avec tous les critères de sélection de toutes les prétendantes. Les filles vénales y voient un bon parti, les autres un très bel homme à la voix sexy.

Comment reproduire cet effet dans la vraie vie ?

Faites comme la prod : mettez un maximum de chances de votre côté, en soignant le packaging. Soyez irréprochable sur votre style de vie : si vous avez un job qui fait rêver et qui rapporten sachez le mettre en avant; essayez de monter en gamme sur le style et la qualité de vos vêtements et de vos hobbies. La nana sera ravie de pouvoir vous brandir comme un trophée aux réunions familiales.

La rivalité féminine

Elle s’applique dans tous les contextes du monde : là où il y a un homme convoité par les autres femmes, il y aura des femmes pour se disputer son approbation.

Et plus il y aura de femmes pour conquérir cette approbation, plus la valeur de cet homme augmentera aux yeux de celles-ci.

Alors elles déploieront des trésors de ruses, de fourberies et d’hystérie pour plaire à l’homme.

Pourquoi ? Parce que la femme a été programmée par notre société pour plaire !

Je m’explique :  l’amour est le domaine ou nous les femmes, sommes attendues au tournant. Nous sommes évaluées, plus ou moins consciemment, sur notre capacité à se conformer au désir masculin. Par conséquent, une nuée de femmes dans un contexte aussi compétitif que celui-là…

Comment reproduire cet effet dans la vraie vie ?

Ce qui va vous aider, c’est de vous trouver en situation de « pouvoir », comme le Bachelor qui délivre sa rose à celles qui ont le mieux joués le jeu.

Ne pas hésiter à exprimer votre avis sur l’une, l’autre. A distribuer les bons et les mauvais points comme s’il allait de soi que vous en avez le droit. A propos, personne n’a songé à expliquer au Bachelor que cette attitude était digne d’un Mufle de première ?…

Les émotions fortes

C’est une technique bien connue des séducteurs : les émotions (bonnes ou mauvaises) qu’une femme va ressentir à votre contact vous seront souvent très fortement associées. Et en quatre saisons de The Bachelor,  j’ai pas encore vu de « rendez-vous spécial soirée-télé »  dans le programme que j’ai sous les yeux.

Jet Ski, massage en SPA, week-end au Maroc… Les prétendantes rentrent de leurs dates avec des étoiles pleins les yeux et des sons aigus aux cordes vocales…

Comment reproduire cet effet dans la vraie vie ?

Mettez en place un premier rendez-vous riche en émotion, et variez les endroits (afin de donner l’impression au cerveau que les « aventures » s’accumulent) : allez  au cinéma pour voir un film intense ou dans une fête foraine, faites lui traverser toutes sortes d’états, allant de la surprise à la joie.

Échangez un premier baiser dans un endroit féerique, et offrez-lui une nuit d’amour extra-ordinaire.

Quand elle pensera à vous, un frisson de plaisir et quelques flashback la traverseront malgré elle. Et c’est ce flashback qui lui donnera envie de vous revoir..

Au fil de l’émission, le bachelor évolue dans un contexte qui amplifient son pouvoir de séduction, et ils peuvent être retranscrits dans la vraie vie…

A condition de ne pas perdre de vue l’essentiel : quelles femmes a-t-on en face de nous ?

Si ces techniques ont une efficacité prouvées, elles ne présentent aucune garantie de longévité ou de qualité d’une relation. Et si vous avez l’intention de bâtir une histoire sérieuse, je ne saurais que trop vous conseiller de vous épargner ces artifices et de plutôt vous concentrer sur des paramètres déterminants, tels que la compatibilité de caractère ou l’entente sexuelle.

Sur le même sujet
Commentaires / Discussion

Cet article vous a plu ? Vous avez des questions ? Vous souhaitez réagir, ou apporter des précisions ? Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.

Les commentaires agressifs, discourtois, non constructifs, ou simplement désagréables seront supprimés.