Mental et Vie intérieure

Tu seras un homme, mon fils

Probablement le poème le plus fort et le plus inspirant qu'un homme puisse lire et offrir à son fils. Si vous ne le connaissez pas encore : préparez-vous à prendre une claque (vous allez avoir envie de conquérir le monde).

Pour cet article, on va faire court : juste les quelques lignes traduites d’un très beau poème écrit par Rudyard Kipling, IF, traduit en français par André Maurois sous le titre « Tu seras un homme, mon fils ».

A prendre, évidemment, davantage comme une inspiration, voire comme un « guide » de vie et de droiture, que comme une leçon de morale ou un mode d’emploi.

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou, perdre d’un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir;

Si tu peux être amant sans être fou d’amour,
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre
Et, te sentant haï sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre;

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d’entendre mentir sur toi leur bouche folle,
Sans mentir toi-même d’un seul mot;

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi;

Si tu sais méditer, observer et connaître
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur;
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser sans n’être qu’un penseur;

Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage
Sans être moral ni pédant;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront,

Alors, les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis
Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire,

Tu seras un Homme, mon fils.

*  *  *  *

Si vous comprenez bien l’anglais je vous conseille de lire la version originale If (Si), le texte est bien plus fort.

Impressionnant à quel point ce poème reflète bien la philosophie de FTS, n’est-ce pas ?

A croire qu’il a été écrit pour FTS. Un petit exercice intéressant peut être de prendre ce poème couplet par couplet, et de réfléchir aux questions « Est-ce que ça me concerne ?

Est-ce que je suis un homme suivant ces critères ? »

Une excellente piste à explorer pour apprendre à mieux se connaître, et pour évoluer dans sa personnalité.Sur le même sujet

Commentaires / Discussion

Cet article vous a plu ? Vous avez des questions ? Vous souhaitez réagir, ou apporter des précisions ? Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.

Les commentaires agressifs, discourtois, non constructifs, ou simplement désagréables seront supprimés.

  • Gabby

    Rien à redire, je vais l’imprimer, et l’encadrer.

    Et l’avoir toujour à porté de vu

  • jug

    C’est beau à en avoir la chair de poule . Puissant . Quand je l’ai lu , j’ai entendu la voix du père . J’ai vu sa main se mouvoir quand il parlait. J’ai vu son regard bienveillant . Tellement Puissant . Tellement pertinent . Ne quid nimis.

  • AD94

    Est-ce le poème de Kipling traduit qui reflète bien les savoirs-être FTS ou bien le contraire ?!
    Le mérite propre de l’expérience FTS depuis 2004 (qui connaît apparemment des évolutions intéressantes : essaimage de la commercialisation des savoir-faire pour certains consultants; contributions gratuites pour d’autres pionners), c’est de mettre en commun des vécus d’hommes pour Redécouvrir ce que c’est que d’être un homme malgré l’époque et au travers d’elle !
    Lire, Lire et relire les articles de qualité de FTS et de quelques autres sites vaut bien des bibliothèques entières d’histoires de chevaleries de guerres ou autres d’antan ! (sans diminuer les oeuvres littéraires du patrimoine )
    Bravo et bonne continuation à tous les contributeurs.

  • cosmic kid

    Bernard Lavilliers a mis cette version en musique dans l’album « if », pour ceux qui préfèrent le canal auditif (après on aime ou pas la chanson… et Bernard Lavilliers…)

  • Pingback: Tu seras un homme, mon fils | Booster votre influence()

  • whiteflag

    Incroyable , en m’identifiant au poème je me rend compte que je n’applique plus ou moins que 5% de ce qui a été cité comme compétences ou comme conditions pour être un homme .. c’est grave !
    juste un truc ,j’ai pas aimer la présence des « Dieux »ici
    « Alors, les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire »
    Il faudrait juste enlever les « Dieux »et c’est parfait.

  • whiteflag, il faut savoir lire entre les lignes : ici, il n’est pas question de vrais « dieux », ni de vrais « rois » d’ailleurs, mais d’idoles, de vanité et de prestige creux … d’hommes érigés au rang de « dieux » par leurs fans … Je pense que c’est de ça dont l’auteur veut parler…

  • whiteflag

    Peut être que t’as raison , peut être que non FK .En tous cas j’aurai mieux aimer comprendre mieux ce qui a été décrit dans la version originale, ça aurait été un peu plus fort ,et ta remarque sur le fait de « faudrait lire entre les lignes » me pousse à dire que l’on peut pas cerné réellement ce poème , faudrait un bon prof connaisseur en anglais pour en faire l’analyse , cela dit , ça reste un point de vue.

  • Là dessus je ne peux qu’être d’accord avec toi, c’est un poème qui peut être lu à plusieurs niveaux, et sur le sens duquel il faut prendre le temps de réfléchir…

  • Diogène

    Une ode au stoïcisme.

  • Wex

    C’est effectivement un texte magnifique (je l’ai déjà chez moi encadré etc). Votre site est vraiment, mais alors vraiment exceptionnel. Il est complet, clair, il reflète un ou des états d’esprits équilibrés, posés, rationnels. Et pour tout dire, de tout ce que j’ai lu ça n’est pas du contenu que j’ai le plus appris (et j’ai pourtant beaucoup appris !), mais de la manière dont les idées sont exposées.
    Je suis complètement bouche bée… ici, il y a vraiment des raisons de dire : « ce site m’a apporté qqch ». Alors un seul mot BRAVO, et une consigne : CONTINUEZ. Thanks

  • Wex

    Les Dieux, les Rois, la Chance et la Victoire…
    où ça coince ici ? je ne comprends pas ?
    Par les Dieux et les Rois, pas besoin « de lire entre les lignes ».
    On ne parle de Dieu-x. Ce sont les Dieu-x, les dieux des gens… quel qu’ils soient, c’est à dire Dieu, mais tous les autres également : avec l’emploi du pluriel, on voit l’indifférence de kippling. Dieu, ça désigne ce qu’il y a de plus important pour les gens, et lui il dit : les Dieux, il veut dire : la personne la plus « haute » dans l’esprit des gens. Tu es athée : les Rois, et là il faut comprendre la noblesse etc, mais cette fois ci pour un homme en chair et en os. Il va pas en écrire des tonnes notre kippling ! sinon ça ne serait pas de la poésie. Enfin suivent Chance et Victoire. Avec ces deux mots pris ensemble, il ne peut pas y avoir de fins malheureuses.
    Figure de style bien connu, l’auteur repousse à la fin le plus important (comme l’ensemble du poème d’ailleurs) : « seront à tout jamais tes esclaves soumis »
    trop bon ! à vos plumes !

  • steph01

    Salut,

    P’tain je suis un homme en fait!

    Bien vu le commentaire sur le stoïcisme. ERtant stoïcien moi même, je dois me reconnaître dans cette article..on va dire ça.

    Bon honnetement, je ne vois pas comment on peu vivre une simple vie d’adulte équilibré sans être peu ou proue proche de ce texte. C’est là soit la force du poême, soit sa faiblesse. Sa force est de mettre des mots sur « la bonne attitude ». Sa faiblesse est que cela va sans dire.

    A+

    STL

    PS : ça faisait un moment que je n’étais pas venu, passant mon temps à field tester des idées de « la séduction au boulot »

  • Rousseau

    Merci je pense que le connaitre par coeur ne serait pas vain afin qu’en chaque situation je sois apte a reagir en un meilleur moi même.

  • mich.

    steph01 le stoicien:

    Tes résultats de field test au boulot seraient tres interessants.
    detacher les relations du boulot, impliquerait de les detacher aussi des etudes, donc aussi des cercles d’amis si ca tombe… bref on voit bien l’absurdité de l’idée.
    Alors la question se pose (cf BOB et mon commentaire): quelle dose est juste?
    Je crois en la capacité de l’Homme de prendre des grandes lecons a tout instant, et des grands cadeaux aussi. Vrai au travail aussi. Alors il y a des lecons a prendre en ne se mettant pas d’interdiction personnelle sur les relations au boulot. Des lecons qui pourraient bénéficier d’un background venant de toi :)

    Mes parents se sont rencontrés dans un business meeting, que dire de plus. A part que je fais voeu de me refuser le choix d’une interdiction catégorique, « aveugle » sur ce point….

  • hub de bouc

    La première fois que j’ai ce texte, j’ai eu l’impression qu’il m’allait comme un gant.

    iL FAUT ETRE VACHEMENT A COTE DES SES POMPES, MAIS C’EST TELLEMENT BEAU QUAND VOTRE NATURE VOUS FAIT AGIR COMME CELA. J’ai vraiment réussi que cela et de fonder une famille uni. Merci destin

  • arnaud renaud

    c’est fort et magnifique

  • gautier

    C’est fort.. Mon grand père me récitait souvent ce poème, écoutez donc la sagesse des anciens :)

  • Woland

    C’est un poème absolument magnifique … Je me suis toujours dit que le jour où j’aurais un fils, je le lui accrocherai dans sa chambre.

  • Pierrot

    Diogène a écrit
    Une ode au stoïcisme.

    C’est tout à fait ça. Lisez la vie heureuse de Sénèque, il y a pas mal de pensées qui sont finalement proches dans le fond. Une façon de voir la vie qui me fascine mais qui est très dur à atteindre à mon avis… Je ne suis pour l’instant pas un Homme au sens de Kipling

  • JBM

    La première strophe ca calme direct. Tu sais tout de suite ou tu te situes.

  • David Unik

    Si on peut INTEGRER deja une strophe de ce poème, alors c’est pas mal.
    Si vous parvenez à intégrer l’intégralité, alors vous etes soit un dieu, soit Chuck Norris. (Pléonasme qui plus est).

  • matt

    Un trés beau poème que je ne connaissais pas. Pour revenir à la tradcution et ce qui semblait chiffoner whiteflag, dans la version originale, kipling ne prononce pas une seule fois le nom de Dieu au sens théologique, c’est la traduction qui est plutôt trés explicite et assez libre :

    voici le dernier paragraphe en anglais :
    If you can fill the unforgiving minute
    With sixty seconds’ worth of distance run,
    Yours is the Earth and everything that’s in it,
    And – which is more – you’ll be a Man, my son!

  • Oui et pour ceux qui comprennent l’anglais, la version originale est bien sûr bien plus forte et profonde.

  • regine

    se poeme ecrie il et enrichi de belles fraces espoir et bonte bravo grant pere de jbm big big kisse

  • TR

    Tu sera un homme, mon fils

    Si tu peux rester calme alors que, sur ta route,
    Un chacun perd la tête, et met le blâme en toi ;
    Si tu gardes confiance alors que chacun doute,
    Mais sans leur en vouloir de leur manque de foi ;
    Si l’attente, pour toi, ne cause trop grand-peine :
    Si, entendant mentir, toi-même tu ne mens,
    Ou si, étant haï, tu ignores la haine,
    Sans avoir l’air trop bon, ni parler trop sagement ;

    Si tu rêves, – sans faire des rêves ton pilastre ;
    Si tu penses, – sans faire de penser toute leçon ;
    Si tu sais rencontrer Triomphe ou bien Désastre,
    Et traiter ces trompeurs de la même façon ;
    Si tu peux supporter tes vérités bien nettes
    Tordue par des coquins pour mieux duper les sots,
    Ou voir tout ce qui fut ton but, brisé en miettes,
    Et te baisser, pour prendre et trier les morceaux ;

    Si tu peux faire un tas de tous tes gains suprêmes
    Et le risquer a pile ou face, – en un seul coup –
    Et perdre – et repartir comme à tes débuts mêmes,
    Sans murmurer un mot de ta perte au va-tout ;
    Si tu forces ton coeur, tes nerfs, et ton jarret
    À servir à tes fins malgré leur abandon
    Et que tu tiennes bon quand tout vient à l’arrêt,
    Hormis la Volonté qui ordonne : « Tiens bon ! »

    Si tu vas dans la foule sans orgueil à tout rompre,
    Ou frayes avec les rois sans te croire un héros ;
    Si l’ami ni l’ennemi ne peuvent te corrompre ;
    Si tout homme, pour toi, compte, mais nul par trop ;
    Si tu sais bien remplir chaque minute implacable
    De soixante secondes de chemins accomplis,
    À toi sera la Terre et son bien délectable,
    Et, – bien mieux – tu seras un Homme, mon fils.

    Rudyard Kipling

    Le lien pour la VO ne marche plus

    If you can keep your head when all about you
    Are losing theirs and blaming it on you,
    If you can trust yourself when all men doubt you.
    But make allowance for their doubting too ;
    If you can wait and not be tired by waiting.
    Or being lied about, don’t deal in lies,
    Or being hated, don’t give way to hating,
    And yet don’t look too good, nor talk too wise :

    If you can dream – and not make dreams your master
    If you can think – and not make thoughts your aim
    If you can meet with Triumph and Disaster
    And treat those two impostors just the same ;
    If you can bear to hear the truth you’ve spoken
    Twisted by knaves to make a trap for fools.
    Or watch the things you gave your life to broken,
    And stoop and build’em up with worn-out tools :

    If you can make one heap of all your winnings
    And risk it on one turn of pitch-and-toss,
    And lose, and start again at your beginnings
    And never breathe a word about your loss ;
    If you can force your heart and nerve and sinew
    To serve your turn long after they are gone,
    And so hold on when there is nothing in you
    Except the Will which says to them : « Hold on ! »

    If you can talk with crowds and keep your virtue,
    Or walk with Kings – nor lose the common touch,
    If neither foes nor loving friends can hurt you,
    If all men count with you, but none too much ;
    If you can fill the unforgiving minute
    With sixty second’s worth of distance run.
    Yours is the Earth and everything that’s in it,
    And – which is more – you’ll be a Man, my son !

    Rudyard Kipling

    Bonne lecture.

  • vikash

    Je suis français mais je vis à Londres. je maîtrise trsè bien les deux langages.
    Et il me paraît loin, très loin, d’être acquis que la version originale anglaise soit plus « forte » que la version française!

    En ce qui me concerne, la fin de la version française est d’une puissance inouïe!
    « Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
    Seront à tout jamais tes esclaves soumis
    Et, ce qui vaut bien mieux que les Rois et la Gloire,
    Tu seras un Homme, mon fils.
    « 

  • FK

    Oui je suis d’accord, la version française n’a pas à pâlir devant la version anglaise.

  • nicko

    Entre l’anglais et la traduction français, aucun des textes n’a à souffrir de manque… Je viens d’écouter 10 fois en boucle Lavilliers qui en a fait la plus belle version chantée …..tout en lisant le texte… c’est le frisson assuré. C’est d’une beauté extraordinaire… la seule chanson que je peux écouter en boucle avec l’ile Hélène de Nougaro… et là aussi faut lire le texte !

  • james Brooke

    Un étalage de banalité et de phrase toutes faites. Un mélange creux d’enseignement biblique et de sagesse populaire.

  • chymero

    Essaye déjà de suivre tout ces préceptes et on en reparle mon coco.

  • akalmi

    poème reçu à mes 8 ans de la pare de mon père, toujours aussi puissant de le relire