Quelques questions sur l’amitié

Note : 1

le 23.12.2019 par BirdonTheWire

3 réponses / Dernière par BirdonTheWire le 26.12.2019, 14h01

Un forum pour celles et ceux qui s'intéressent au dev perso, à l'équilibre intérieur, à la psychologie. Surmonter ses blocages, ses croyances limitantes, nourrir et développer ses forces, etc.
Répondre
J’en suis venu récemment à remettre en question ma vision de ce quoi doit être l’amitié entre deux hommes.
En fait, il y a cet ami de longue date que j’apprécie même si nos rencontres se font de plus en plus rares. Je l’ai toujours considéré comme un bon ami, l’un de mes meilleurs amis même. Depuis quelques temps je n’arrive pas à chasser cette intuition étrange qui se traîne comme un cailloux dans une chaussure, qu’en fait, il ne fait que « profiter » des services que je lui rends (qu’ils soient matériels ou plus symboliques) et ne soucient pas vraiment de mon bien être. J’ai l’impression qu’il cherche à « prendre » frénétiquement le plus possible pour en « donner » le moins. Malheureusement, les récents mois ne font que confirmer de plus en plus cette impression que je ne peux plus ignorer en me rassurant. Je n’aime pas me manquer de respect et je considère ce comportement comme de l’irrespect pour notre amitié qui commence à dater.
Ma vision de ce que doit être l’amitié est assez naïve et simple : de la bienveillance et de la camaraderie « gratuite », sans faire des « calculs », sans agenda caché, et pouvoir résoudre les conflits par la franchise. Je précise aussi que tout s’est fait naturellement avec cette personne mais que ses « défauts » d’où découlent à mon ses « faux-pas » de plus en plus nombreux, ne vont que s’aggraver avec les années.
Je suis un peu perdu parce que mon idéal se heurte à mon pragmatisme et à la réalité des relations.
Est ce que je devrais remettre en question ma vision ? Qu’avez vous à dire sur le sujet ? Je suis curieux de vous lire.

Je comprends que ce genre de sentiment puisse s'installer dans une relation.
Quand ça m'arrive je commence par me demander si ça ne vient pas de moi, de mes interprétations ou insécurités, et si je ne peux pas en profiter pour avancer un peu. Ou alors si c'est pas juste que nous avons trop changé pour nous entendre.
Dans le même mouvement j'ai tendance à prendre un peu de recul pour me laisser de l'air et éviter que des paroles malheureuses n'enveniment ouvertement la situation.
Après si ça vient vraiment de la personne, c'est souvent qu'elle ne peut pas faire mieux (mais ce n'est pas une raison pour tout accepter).
Avant de couper les ponts j'aurais quand même tendance à essayer de parler un peu, mais sans être non plus trop catégorique. J'ai lu dans je sais plus quel livre d'Epicure ou de Sénèque qu'il vaut mieux laisser se distendre une relation amicale plutôt que de la mettre à mort avec pertes et fracas et ça me va bien comme méthode, surtout que ça permet de finalement se rapprocher si ça s'y prête.

Je pense que tu devrais en parler avec lui. Peut être que tu pourrais partager ta vision de l'amitié et pourquoi tu penses qu'il n'est pas un bon ami en ce moment. Peut être qu'il a des difficultés et qu'il est trop fier ou trop honteux pour t'en parler. Peut être que tu peux l'aider profondément là où aujourd'hui, il s'accroche à toi. Cela peut être par désespoir comme cela peut être du pur profit.

Tu ne sauras jamais tant que tu ne lui en as pas parlé et que vous êtes tous les deux sincères. Après, il y a la façon d'aborder le truc aussi. Ça, je ne peux pas t'aider, je suis quelqu'un de très cash et ça perturbe pas mal de monde. Mais je suis sûr que tu pourras trouver le moyen d'en parler sans le vexer ou le faire se sentir pris au piège.

Et si effectivement il profite de toi, eh bien au moins ce sera clair et tu pourras passer à autre chose. La sincérité est une denrée rare malheureusement.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Oui le 26.12.19, 11h40 par voucny

Merci pour vos réponses.
Effectivement j’ai envisagé cette option mais j’ai été vite découragé par le marasme que cela représenterait, j’ai pas l’impression de pouvoir arriver à un résultat comme ça. J’ai l’impression qu’on me rétorquera que je divague ou que j’ai tort.
Voucny, tu veux dire que la relation se décomposera d’elle même mécaniquement ? Si c’est le cas, tu as raison, puisque j’envisage déjà de décliner toute demande de dépannage ou d’hébergement futur.
Nonchalance, tu mets le point là où ça fait mal. Effectivement, je suis loin d’être diplomate et j’ai bien peur de ne pas pouvoir exposer le problème sans le braquer ou retourner la situation en ma défaveur.
Je précise aussi que cet ami a une situation personnelle bien meilleure que la mienne : couple, job, argent...ce qui exclut toute interprétation de galère ou de détresse immédiate. Mes « services » se sont faits dans un cadre de divertissement pour lui faire économiser de l’argent et lui faciliter la vie. Il a par contre toujours existé une sorte de rivalité entre nous que je n’ai jamais acceptée. Je me suis toujours réjouis pour lui, même quand je subissais et je crois que c’est ce que devrais être un ami.
J’ai l’impression que ce sujet soulève une question désagréable : j’ai de moins en moins à gagner de cette relation mais je refuse d’y mettre fin parce que j’ai peur de beaucoup perdre. J’ai assez peu d’amis et j’ai peur (peut être à tort) de me retrouver isolé.
Je serais donc le faible d’un rapport de force qui m’est imposé.
J’ai l’impression que cet ami en a conscience et en profite pour ne pas s’obliger à me ménager ou y mettre les formes convenables.

Répondre