Le rôle de l’humour dans le relationnel

Note : 3

le 09.04.2021 par Dylan456

6 réponses / Dernière par Nonchalance le 09.04.2021, 18h53

Un forum pour celles et ceux qui s'intéressent au dev perso, à l'équilibre intérieur, à la psychologie. Surmonter ses blocages, ses croyances limitantes, nourrir et développer ses forces, etc.
Répondre
On sait que l’humour c’est une base pour attirer des gens vers soi, pour mieux connaître les gens, pour faciliter son entrée dans un nouvel environnement/nouveau cercle

Quand tu montres ton humour, tu montres ta personnalité, au moins en partie

Mais il y a des humours qui rassemblent plus que d’autres

Il y a des humours « grand public », qui permettent de matcher avec beaucoup plus de gens

Et il y a des humours « privés », donc des « private jokes », et moi un petit souci que j’ai c’est que je suis presque uniquement dans le private joke

Et ça ne date pas d’hier, déjà quand j’étais jeune ado, au collège, de la sixième à la troisième j’ai côtoyé exactement les mêmes personnes: j’étais dans une bande, que des garçons, et ça a produit une sorte de culture très forte du private joke à l’intérieur de la bande, pratiquement incompréhensible pour les gens extérieurs à la bande, et le phénomène s’est solidifié à cause du temps passé à l’intérieur de cette bande

Donc j’ai gardé jusqu’à maintenant (j’ai 24 ans) une tendance au private joke qui colle à la peau

J’ai de l’humour, mais c’est un humour qui est clivant, à l’image de ma personnalité, clivante elle aussi

Ça veut dire que quelque soit l’endroit où je vais, si je me laisse aller à mon humour naturel j’aurais au maximum un dixième des personnes présentes qui seront sensibles à mon humour, un dixième grand max

Ce qui se passe, c’est que avec un peu de chance je tombe sur quelque personnes qui sont dans le même courant que moi en terme d’humour, donc généralement des gens qui ont vu les mêmes films, les mêmes sketch, les mêmes vidéos, lu les mêmes trucs, qui sont allé à la même source que moi, et avec ceux-là on se reconnaît et on se connecte rapidement

Exemple de situation vécue et re-vécue: j’arrive dans une fête/une soirée/une bouffe/ un apéro, donc j’arrive avec ma personnalité

Alors j’ai pas de problèmes de timidité, je suis plutôt un garçon qui s’affirme, ça veut dire que généralement je vais pas éprouver de honte après avoir fait une blague un peu vaseuse/foireuse ou malaisante, je vais assumer mon truc et je vais laisser les personnes être « mal à l’aise », tout en étant moi-même complètement à l’aise, et cela est vrai que je sois sobre ou alcoolisé, j’assume toutes mes vannes, des fois j’en rajoute même une couche

Être perçu comme « lourd » par certains ça me dérange pas, parce que je préfère être lourd que d’être coincé, à choisir

Donc je pense que la pire des choses c’est d’être perçu comme timoré


Après y’a un bémol, c’est que cet humour clivant ça m’éloigne de beaucoup de gens, juste parce que y’a une incompréhension au niveau de l’humour

Alors y’a deux choses à faire:

-Soit j’élargis un peu mon humour afin que ça soit plus universel, et là je sais pas du tout comment faire, du coup si vous avez des idées ça m’intéresse

-Soit je vais essentiellement dans des endroits où je suis susceptible de rencontrer des gens qui ont le même humour que moi, mais du coup je vais cultiver et amplifier l’écart entre moi et le « grand public » et je ne crois pas que ça soit très bon, enfin j’ai du mal à me dire que l’éloignement soit la meilleure solution, à mon avis c’est une solution de secours mais pas la meilleure, même si en vérité j’en sais rien

Dites-moi votre avis là-dessus

Merci :wink:

Je crois qu'en donnant les deux choix tu réponds toi même sur ce que tu veux...sauf que tu ne sais pas comment faire. :)

Je me souviens avoir été dans la même situation à peu près au même âge. Je voulais m'intégrer de façon plus smooth dans plus de milieux plus divers, et ça commençait à me frustrer qu'on me regarde parfois comme un alien.
Je saurais pas te dire comment ça s'est fait et je ne me souviens pas avoir adopté de stratégie particulière, mais au final, je suis finalement progressivement arrivé au résultat que je voulais, et je passe plutôt smooth dans la plupart des milieux que je connais/comprend.

En écrivant et en digérant ma réponse, ça me fait réfléchir.

Je me rend compte que je n'y arrive vraiment que dans les milieux que je connais, dont je comprend les codes.
Par exemple, j'ai déménagé et je vis maintenant dans la forêt amazonienne au milieu de gens avec une culture et des codes complètement différents de ceux que je connaissais, et je me rend compte que j'ai d'abord été très observateur et n'ai pas vraiment fait d'humour durant la première année où je suis arrivé. J'ai bien du faire quelques blagues à mes débuts mais voir que ça ne fonctionnait pas, et je me suis donc naturellement mis en retrait pour observer. Tout ça sans m'en rendre compte, c'est devenu intuitif.
De la même manière, je m'imagine arriver dans un milieu tout nouveau pour moi, par exemple un milieu très huppé, ou très violent comme dans une prison, je crois que je ne dirais d'abord pas grand chose.

C'est complètement l'opposé de ce que je faisais quand j'arrivais dans les soirées de 18 à 22ans. Au contraire, j'arrivais, je posais mon humour comme on jette un pavé dans la mare, et je voyais qui rigolait pour voir où était mes alliés.
Je ne m'étais pas rendu compte avant de te répondre à quel point j'ai changé sur ce point.
C'est comme si inconsciemment et pour avoir voulu "passer smooth auprès de tout ceux que je croise", j'ai pris comme méthode inconsciente d'assimiler et de reproduire les codes de ceux qui sont autour de moi, au lieu d'affirmer mon identité et de voir qui y réagit positivement.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 09.04.21, 07h37 par Onmyoji

Tu mélanges deux choses.
Avoir de l'humour c'est être un peu tout terrain, sans être obligé de recourir à des références.
Après tu es plus dans la mécanique d'un humour irrévérencieux, mais tu pourrais très bien avoir ce style sur des sujets plus "populaires ". À côté tu pourrais très bien faire des vannes mignonnes sur des références assez pointues.
Ton problème est peut-être double:
Trouve un style moins rentre dedans, et un style auquel plus de gens peuvent se raccrocher niveau références, ou plus situationnel comme ça tu t'affranchis de tout le bagage nécessaire. C'est moins "initié" dans le principe mais c'est beaucoup moins facile car "à froid"; il faut vraiment trouver tout le sel de la chose dans la situation.
Je ne suis pas partisan de s'adoucir pour se faire accepter. Cela dit j'aime trop l'humour pour m'en passer, et être continuellement clivant sous prétexte que c'est de l'humour et qu'il faut pas être fragile c'est un manque d'intelligence sociale, à mon avis quand on te connaît pas il y a un seuil à ne pas dépasser, on tolère beaucoup plus des gens quand on les connaît.
C'est le principe du homard à la nage, tu dois monter en température, et les gens sont au delà de la limite de leur propre humour avant de s'en rendre compte.
Compare une blague sur un sujet religieux où 50% de ton auditoire inconnu va se sentir concerné et prendre ça en pleine face sans mise en contexte, sans un bisou, rien, sans savoir que tu es grande gueule et irrévérencieux (tu peux le montrer sans passer par l'humour), tu vas en crisper la moitié de cette moitié.
Il y aura aussi toujours les gens avec qui certains sujets ne passent pas, et tu te les alièneras quoi qu'il arrive. Pour moi, tu dois choisir qui ça vaut le coup en fonction de ta connaissance de ces personnes.
Se fermer tout un pan de nouvelles connaissances, juste pour une vanne sale ou salée, ça peut être con si tu sens que malgré tout tu pourras aimer ces gens. D'un autre côté, qu'est ce qu'on ferait pas pour dire une saloperie, je comprends tout à fait.
Pour moi, tu dois apprendre à naviguer. Ce n'est pas une question d'arrondir les angles mais de comprendre les courants et le sens du vent, et d'utiliser les bonnes facettes en fonction.
Là tu essaies peut-être d'avancer contre le vent quoi qu'il arrive et ça peut arriver de démater...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] +1 le 09.04.21, 11h43 par Nonchalance
"Non mais arrête, j'ai pas tort, j'aime la séduction", c'est le "non mais tu peux pas parler parce que tu es un homme" des "artistes de la drague" (qui s'y connaissent autant en art qu'en séduction).

Onmyoji a raison. L'humour c'est une question de dosage et de timing la plupart du temps. Sinon les personnes en face ne vont pas comprendre ou tu vas passer pour un relou ou un mec chelou.

Ça s'apprend même s'il y'a des gens qui sont naturellement doués pour. Déjà arrête de sortir des refs obscures à des gens que tu ne connais pas. C'est comme si tu leur parlais une autre langue qu'ils ne connaissent pas ou vaguement. Si les gens doivent se concentrer pour comprendre ce que tu dis, ça ne sert à rien de le dire.

Le mieux c'est de rebondir sur ce que la personne dit/fait.

Exemples:
* Une fille me dévisage: "C'est vrai que j'ai un beau profil, tu préfères regarder ce côté ci ou celui ci? Prends ton temps, ce n'est pas tous les jours qu'on peut admirer une telle œuvre d'art!”

Contexte: c'était un date, il y'avait un moment où on était tous les deux silencieux, elle souriait, je souriais et j'ai décidé de la taquiner.

* On parle de nos envies sexuelles avec une autre nana. Elle demande: "Qu'est ce que t'aimes faire ?” Je réponds: "Tout, je suis une grosse salope!”

Contexte: on se chauffait déjà un peu avant, je savais qu'elle n'allait pas se braquer sur mon emploi du féminin pour me décrire péjorativement même si elle est féministe et j'ai profité de cette réponse pour l'embrasser fougueusement.

Pour t'aider, tu peux faire du théâtre, étudier la structure de l'humour, regarder des humoristes et copier leurs mécanismes...

Avant j'avais le même problème d'incompréhension de la part des gens mais moi c'était dû à ma voix et à mon ton toujours monotone. Les gens ne savaient jamais si j'étais sérieux ou si je plaisantais. Pour m'aider, je me suis mis au stand up, j'ai eu un petit succès et depuis je suis devenu drôle apparemment.

Donc c'est mon conseil, travailles sur ton humour pour que les gens y soient plus réceptifs.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 09.04.21, 12h36 par Onmyoji

« L'humour c'est une question de dosage et de timing la plupart du temps. Sinon les personnes en face ne vont pas comprendre ou tu vas passer pour un relou ou un mec chelou. »

Oui mais t’as bien raison
Pour l’instant mon modus operandi c’était d’assumer sans me décontenancer quoi qu’il arrive (que ça soit bien pris ou mal pris) et puis au pire des cas si ça passe vraiment pas, au point que ça mette quelqu’un en colère, je fais de l’anglaise donc si nécessaire en dernier recours je sors les crocs :mrgreen:
Après c’est évident que c’est pas la meilleure chose à faire, c’est juste une solution faute de mieux... c’est très bourrin!
Je me suis dit « bon ben quitte à passer pour un lourdeau, autant assumer, comme ça au moins je me dévirilise pas et c’est toujours ça de pris » ou encore « ce que tu ne peux éviter (passer pour un lourd en l’occurrence), embrasse-le »

Ça c’était ma gamberge jusqu’à maintenant, mais je me remets en question


« Contexte: c'était un date, il y'avait un moment où on était tous les deux silencieux, elle souriait, je souriais et j'ai décidé de la taquiner.

* On parle de nos envies sexuelles avec une autre nana. Elle demande: "Qu'est ce que t'aimes faire ?” Je réponds: "Tout, je suis une grosse salope!” »

C’est exactement le genre de vannes que je fais! Choquer, secouer un peu, casser le rythme

« Pour t'aider, tu peux faire du théâtre, étudier la structure de l'humour, regarder des humoristes et copier leurs mécanismes... »

On m’a souvent parlé de faire du théâtre mais j’ai toujours eu du mal à voir en quoi c’était utilisable pour le relationnel, pourtant on m’a soutenu que si, c’était hyper bon pour « apprendre à mieux communiquer... »

Dans ma tête j’ai quand même l’idée que le théâtre c’est essentiellement apprendre des textes écrits par d’autres, souvent d’autres époques, en surjouant un peu, et puis en ayant appris les répliques par coeur on les restitue devant des gens... Donc tout l’inverse de la spontanéité, tout l’inverse du tac-o-tac

Tu pourrais (toi ou quelqu’un d’autre) m’expliquer en quoi le théâtre est utile pour les relations quelles qu’elles soient?

Même sans parler d’humour, le fait d’être plus éloquent c’est quelque chose que j’aimerais bien apprendre, le théâtre est-il une solution? Ou y’a t-il autre chose qui correspond plus à ce que je cherche?

« Donc c'est mon conseil, travailles sur ton humour pour que les gens y soient plus réceptifs. »

T’as raison je vais faire ça

Pourquoi faire du théâtre?

C'est assez simple. Ce que t'apprends, ce n'est pas seulement du texte par cœur. C'est décortiquer les interactions et les actions humaines pour se les approprier et les utiliser au moment opportun.

Si les interactions sociales sont un Rubik's Cube, on va dire que t'es pas assez doué pour le résoudre tout seul dans ton coin. Le 9x9 est trop compliqué pour ton esprit alors tu passes au 4x4 pour t'entraîner et comprendre les mécanismes. Puis tu augmentes doucement la difficulté jusqu'à être au même niveau que les autres qui savent tous résoudre le 9x9 aisément.

Concrètement, ce que tu fais n'est pas adapté et tu ne comprends pas pourquoi. Le jeu théâtral te permets d'amplifier à fond les détails les plus insignifiants pour comprendre leur mécanisme et quand il faut les utiliser. Si tu n'arrives pas à doser et à utiliser le bon timing (on en revient à l'humour), ça sonne faux, pas crédible ou ridicule. Tu apprends QUAND il faut parler et COMMENT il faut parler.

Si tu traînes souvent avec les mêmes personnes, tu remarqueras qu'elles disent toujours la même chose, utilisent les mêmes mimiques, les mêmes expressions... Comme si elles avaient appris une partition par cœur. Et pourtant, beaucoup de ces personnes ont un succès monstre auprès des autres alors qu'elles ne font que perrorer la même rengaine encore et encore. Plus les gens vieillissent, et plus c'est flagrant. Bah le théâtre, c'est pareil, t'apprends du par cœur et tu l'apprends avec le ton et les mimiques qui feront que tu seras à l'aise dans la plupart des situations. Tu n'auras même pas à réfléchir, tu sauras mécaniquement quoi répondre au bon moment. Parce que c'est ça le secret de la répartie et de la spontanéité, ce sont des mimiques répétées encore et encore ad nauseum et qui sont devenues tellement naturelles qu'on ne voit plus l'artifice.

Le milieu du théâtre est rempli de faux culs et de sadiques qui utilisent leur talent pour jouer la comédie afin de dire et faire des choses qu'ils ne veulent absolument pas dire ou faire pour vérifier si leur jeu est crédible IRL ou pour s'amuser à tes dépends (bon, c'est surtout vrai pour les vrais comédiens, pas en amateur). S'ils en arrivent là, c'est qu'au bout d'un certain temps (plus ou moins long selon les gens), tu commences à voir le monde comme une pièce de théâtre et pas seulement la représentation mais aussi toute la direction artistique et l'événementiel derrière, tous les artifices et tu cherches toujours à repousser les limites pour voir jusqu'où tu peux aller avant que les gens ne découvrent le pot aux roses.

Répondre