[DIRECT GAME] Ce qu'il faut garder... et jeter

Note : 49

le 16.07.2008 par Blusher

26 réponses / Dernière par BinBee le 30.11.2009, 10h52

Pour celles et ceux qui veulent discuter et demander des conseils rencontres et séduction; comment faire avec cette fille ou ce mec; et plus généralement, comment pécho / trouver l'amour à l'ère du swipe left, notamment quand on est ni mannequin, ni un ninja de la drague.
J'ai récemment été le témoin attentif de quelques approches directes hasardeuses qui ont nourri ma réflexion sur le sujet. Et s'il suffisait d'approcher une fille lui proposant d'aller boire un verre? Et si je m'étais compliqué la vie pendant toutes ces années?

CAS D’ECOLE : DG foireux au vidéo-club

Je suis au video-club derrière un gars d'une vingtaine d'années, pas vilain mais pas Brad Pitt non plus, quand je ressens un de ces silences qu'un vieux brisquard de la drague reconnaît en une fraction de seconde.

Le gars prend son courage à deux mains et demande à la jolie employée :
Lui: Ca te dirait d'aller boire un verre après le boulot? Tu finis à quelle heure?
Ce même instinct qui m'avait fait ^pressentir le calme avant la tempête m'indique qu'il va recevoir un magnifique rateau sur le coin de la tronche.
Elle: Ah désolé mais j'ai un copain, ca ne va pas être possible.
Lui: Une autre fois alors?
Elle: Je travaille ici le vendredi, on se verra peut-être.
Game Over?

Pas exactement.

Non content de s'être mangé un double rateau dès la premiére approche, le gars est revenu la semaine suivante avec... un cadeau, un tableau peint par ses soins. L'histoire m'a été rapportée par l'infortunée target de ce dragueur téméraire et persistant.

Autant le coup du tableau est assez pathétique, autant ses efforts pour créer du confort lors de sa seconde visite au vidéo club semblent avoir fait leur effet.
Elle: Il n'était pas inintéressant. Il est peintre et il a habité dans plusieurs pays, il a l'air cultivé et sensible.
Bien. Et alors pourquoi moi j'ai eu son numéro de téléphone et pas lui ?
Elle : Quand il m’a abordée, je venais d’avoir deux dates avec un mec que j’aimais bien mais pas encore suffisamment pour refuser une invitation à boire un verre. Non, ce qui m’a bloquée, c’est qu’il m’invite avant même de connaître quoi que ce soit sur moi.
Débriefing

Le courage, ou plutôt la témérité de notre direct gamer l’a desservi.

Pourquoi ?

Parce qu’en commençant par la fin, le date-close, il laisse penser :

1- qu’entretenir une conversation le rebute ou lui fait peur.
Quand il aborde une fille, il joue à pile ou face. Il est tellement anxieux du résultat qu’il se jette à l’eau en fermant les yeux.
2- Il se prive de créer du confort. C’est un game à quitte-ou-double qui ne lui laisse aucune marge de manœuvre.
3- Son opener est super générique, il pourrait débiter ca à 50 filles par jour. Aucune calibration.
4- Il se bouffe une résistance en béton armé, surtout quand il y a du monde autour. (ASD)
5- En insistant pour prendre le numéro d’une fille qui est peut-être conne comme une fontaine, il se DLV. Un mec qui a vraiment le choix aime bien savoir dans quoi il s’embarque avant d’aller perdre deux heures en tête à tête avec une plante verte.

S’il avait commencé par une de ces petites conversations sur tel ou tel film dont la belle est friande, agrémenté l’échange d’un rapide story-telling propice au DHV subtil, il serait reparti avec son numéro. Je le sais, je l’ai fait.

C’est pourquoi je sursaute toujours quand je vois un DG Pick-Up. Les mecs qui pratiquent ça « à l’ancienne » croient pouvoir se dispenser d’étapes pourtant cruciales de l’interaction et font l’économie d’une micro-calibration intelligente. Résultat : à moins que la fille crève d’envie de boire un café, ils vont bouffer du rateau au kilomètre.


Ce que j’en garde néanmoins, c’est le côté surprenant et percutant qui peut faire mouche.
Ainsi, je me dispense généralement de dire bonjour quand j’aborde une fille.

Voir par exemple le FR suivant :

une-drague-en-bibliotheque-qui-finit-su ... t1820.html

J’aurais pu dire « Bonjour, tu veux boire un café ? » mais ça anéantit l’effet de surprise. A quoi bon ? Quand on fait direct, on fait direct.

En revanche, aussi directe que fut l’approche, je ne me suis pas dispensé de passer par les autres étapes une fois l’interaction embrayée.

Un autre aspect du DG que j’utilise volontiers est de balancer un SOI bien sexué assez tot dans la conversation. Paradoxalement, ca la rassure en confirmant qu’elle est bien en train de se faire draguer. Les gens dont les intentions ne sont pas clairement affichées inspirent la crainte.

Enfin, malgré tous ses défauts, le mec du vidéo club avait de l’énergie à revendre et j’ai même pensé un instant que cela suffirait à renverser le cours des choses.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant par San.A
  • [+2] A lire par IceCold
  • [+2] Merci ! :) par Jindo
  • [+1] Intéressant par someoneelse
  • [+1] Instructif par Frank Lucas
  • [+1] Ca va mieux en le disant par speed12567
  • [+1] Intéressant par Varga
  • [0] +1 par blam!
  • [+1] A lire par Mr White
  • [+2] Intéressant par cyberseb
  • [+1] Intéressant par Laurier
  • [+2] Post de qualité par DonDiego
  • [+2] Constructif par tiamat
  • [+3] Encore! par Kewl
  • [+2] Instructif par Mygal
  • [+2] A lire par Hug
  • [+2] A lire par Malcor
  • [+3] CQFD ! par Xan
  • [+3] Intéressant par FK
  • [+3] Ca va mieux en le disant par RaamCesse
Potius deficere quam desperare

Article intéressant, je te fais rentrer dans le groupe de travail "Direct Game".

Je recommande comme toi un SOI, puis une mise en confiance en expliquant ce que je fais ici et maintenant (courses, etc.) pour démarrer une conversation à bâtons rompus.

Ce qui permet de récupérer des informations sur la fille et de mener la conversation de façon vivante et rapidement personnalisée.

Je propose l'instant-date. Si c'est OK, je numclose à l'issue de celle-ci.
Si ce n'est pas possible, je numclose et je bavarde encore quelques minutes après.

Le score de cet utilisateur est négatif ce qui veut dire que ses messages sont globalement jugés problématiques par les autres utilisateurs.
Blusher a écrit :J'ai récemment été le témoin attentif de quelques approches directes hasardeuses qui ont nourri ma réflexion sur le sujet. Et s'il suffisait d'approcher une fille lui proposant d'aller boire un verre? Et si je m'étais compliqué la vie pendant toutes ces années?

CAS D’ECOLE : DG foireux au vidéo-club

Je suis au video-club derrière un gars d'une vingtaine d'années, pas vilain mais pas Brad Pitt non plus, quand je ressens un de ces silences qu'un vieux brisquard de la drague reconnaît en une fraction de seconde.

Le gars prend son courage à deux mains et demande à la jolie employée :
Lui: Ca te dirait d'aller boire un verre après le boulot? Tu finis à quelle heure?
Ce même instinct qui m'avait fait ^pressentir le calme avant la tempête m'indique qu'il va recevoir un magnifique rateau sur le coin de la tronche.
Elle: Ah désolé mais j'ai un copain, ca ne va pas être possible.
Lui: Une autre fois alors?
Elle: Je travaille ici le vendredi, on se verra peut-être.
Game Over?

Pas exactement.

Non content de s'être mangé un double rateau dès la premiére approche, le gars est revenu la semaine suivante avec... un cadeau, un tableau peint par ses soins. L'histoire m'a été rapportée par l'infortunée target de ce dragueur téméraire et persistant.

Autant le coup du tableau est assez pathétique, autant ses efforts pour créer du confort lors de sa seconde visite au vidéo club semblent avoir fait leur effet.
Elle: Il n'était pas inintéressant. Il est peintre et il a habité dans plusieurs pays, il a l'air cultivé et sensible.
Bien. Et alors pourquoi moi j'ai eu son numéro de téléphone et pas lui ?
Elle : Quand il m’a abordée, je venais d’avoir deux dates avec un mec que j’aimais bien mais pas encore suffisamment pour refuser une invitation à boire un verre. Non, ce qui m’a bloquée, c’est qu’il m’invite avant même de connaître quoi que ce soit sur moi.
Débriefing

Le courage, ou plutôt la témérité de notre direct gamer l’a desservi.

Pourquoi ?

Parce qu’en commençant par la fin, le date-close, il laisse penser :

1- qu’entretenir une conversation le rebute ou lui fait peur.
Quand il aborde une fille, il joue à pile ou face. Il est tellement anxieux du résultat qu’il se jette à l’eau en fermant les yeux.
2- Il se prive de créer du confort. C’est un game à quitte-ou-double qui ne lui laisse aucune marge de manœuvre.
3- Son opener est super générique, il pourrait débiter ca à 50 filles par jour. Aucune calibration.
4- Il se bouffe une résistance en béton armé, surtout quand il y a du monde autour. (ASD)
5- En insistant pour prendre le numéro d’une fille qui est peut-être conne comme une fontaine, il se DLV. Un mec qui a vraiment le choix aime bien savoir dans quoi il s’embarque avant d’aller perdre deux heures en tête à tête avec une plante verte.

S’il avait commencé par une de ces petites conversations sur tel ou tel film dont la belle est friande, agrémenté l’échange d’un rapide story-telling propice au DHV subtil, il serait reparti avec son numéro. Je le sais, je l’ai fait.

C’est pourquoi je sursaute toujours quand je vois un DG Pick-Up. Les mecs qui pratiquent ça « à l’ancienne » croient pouvoir se dispenser d’étapes pourtant cruciales de l’interaction et font l’économie d’une micro-calibration intelligente. Résultat : à moins que la fille crève d’envie de boire un café, ils vont bouffer du rateau au kilomètre.


Ce que j’en garde néanmoins, c’est le côté surprenant et percutant qui peut faire mouche.
Ainsi, je me dispense généralement de dire bonjour quand j’aborde une fille.

Voir par exemple le FR suivant :

une-drague-en-bibliotheque-qui-finit-su ... t1820.html

J’aurais pu dire « Bonjour, tu veux boire un café ? » mais ça anéantit l’effet de surprise. A quoi bon ? Quand on fait direct, on fait direct.

En revanche, aussi directe que fut l’approche, je ne me suis pas dispensé de passer par les autres étapes une fois l’interaction embrayée.

Un autre aspect du DG que j’utilise volontiers est de balancer un SOI bien sexué assez tot dans la conversation. Paradoxalement, ca la rassure en confirmant qu’elle est bien en train de se faire draguer. Les gens dont les intentions ne sont pas clairement affichées inspirent la crainte.

Enfin, malgré tous ses défauts, le mec du vidéo club avait de l’énergie à revendre et j’ai même pensé un instant que cela suffirait à renverser le cours des choses.
D'un autre côté c'est çà aussi l'inconvénient du direct game......Quoique dès fois çà marche

Arsène Lupin a écrit :Article intéressant, je te fais rentrer dans le groupe de travail "Direct Game".

Je recommande comme toi un SOI, puis une mise en confiance en expliquant ce que je fais ici et maintenant (courses, etc.) pour démarrer une conversation à bâtons rompus.

Ce qui permet de récupérer des informations sur la fille et de mener la conversation de façon vivante et rapidement personnalisée.

Je propose l'instant-date. Si c'est OK, je numclose à l'issue de celle-ci.
Si ce n'est pas possible, je numclose et je bavarde encore quelques minutes après.
L'instant-date c'est vraiment un truc que je ne sens pas. Je penseque ca marche mais je n'en ai juste pas envie. J'aime garder la main et éviter d'en faire trop, trop vite. Alors qu'avec le numéro dans la poche, je rappelle quand je veux et je fixe la date quand et où je veux. Pourquoi se priver de ce luxe pour aller bâcler ça au bistrot du coin.

Mais là j'insiste, c'est juste une préférence personnelle.
Potius deficere quam desperare

Je me sers des instant-dates pour au minimum solidifier le numclose (j'ai commencé quand j'avais des numéros flakys à la pelle :lol: ), et pour tenter le kclose.

Je l'obtiens assez facilement des femmes qui prennent leur temps en ville.

Comme tu dis, pour "éviter d'en faire trop", je l'amène presque invariablement avec un :
Dis j'ai une petite soif là, tu m'accompagnes prendre un schweppes ?
Pfiouuu, me suis couché à point d'heure hier, j'ai besoin d'un café en vitesse là, tu viens avec moi ?

Blusher a écrit ::
Ce même instinct qui m'avait fait ^pressentir le calme avant la tempête m'indique qu'il va recevoir un magnifique rateau sur le coin de la tronche.
[/quote]

Des fois tu les vois pas arriver et la c’est encore plus magique.
Blusher a écrit ::
ce dragueur téméraire et persistant.
A mon sens un des defauts les plus presents dans cette communaute, le try hard, pas assez smooth.
Blusher a écrit ::
Bien. Et alors pourquoi moi j'ai eu son numéro de téléphone et pas lui ?
Tu m’avais promis fidelite ... tu continues a prendre des numeros, tu feras la vaisselle pendant deux semaines. Et t’as interet a ce que ce soit propre.



Blusher a écrit ::
qu’entretenir une conversation le rebute ou lui fait peur.
Ou qu’il n’a simplement rien a dire ... La fille peut se dire, « tiens je vais aller passer deux heures avec lui, il va peut etre etre super ennuyant, qu’il est un peu psycho, bref pas de confort. Faire du DG ne veut pas dire se precipiter, il faut juste etre clair.

Blusher a écrit : Quand il aborde une fille, il joue à pile ou face. Il est tellement anxieux du résultat qu’il se jette à l’eau en fermant les yeux.
[...]
En insistant pour prendre le numéro d’une fille qui est peut-être conne comme une fontaine, il se DLV. Un mec qui a vraiment le choix aime bien savoir dans quoi il s’embarque avant d’aller perdre deux heures en tête à tête avec une plante verte.
Oui tout a fait d'accord. Cependant, il se DLV des le depart en accordant du credit a une fille qu'il ne connait pas et selectionne comme un creve la faim. Apres insister ne fait que confirmer son statut d'ultranaze
Blusher a écrit : Si il ...[..] story-telling propice au DHV subtil, il serait reparti avec son numéro. Je le sais, je l’ai fait.
Toi tu aimes VRAIMENT faire la vaisselle.


Blusher a écrit : Un autre aspect du DG que j’utilise volontiers est de balancer un SOI bien sexué assez tot dans la conversation. Paradoxalement, ca la rassure en confirmant qu’elle est bien en train de se faire draguer. Les gens dont les intentions ne sont pas clairement affichées inspirent la crainte.
Ca c’est vrai mais avant faut paraitre normal. Certains PU de mecs flippants que tu vois, s’ils font du DG (ou essayent), ils sont morts. Bon apres que la fille aime savoir qu’elle se fait draguer c’est tres vrai. L’autre jour, j’etais a une soiree organisee par une grande banque financiere. Au menu que des gars, peu de filles. J’ai reussi a en tirer une de son groupe et tres vite, elle a checke que je la draguais bien. En assumant, tout a ete OK, elle m’a juste laisse continuer car elle jugeait que je n’avais pas encore assez bosse. Elle balancait aussi quelques SOI de temps a autres puis nous sommes rentres ensemble.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant par San.A
  • [+1] Ca va mieux en le disant par Blusher
Au contraire à côté de moi un Bisounours paraitrait méchant (C) NorCal 2007

A mon sens un des defauts les plus presents dans cette communaute, le try hard, pas assez smooth.
Ca va mieux le disant. Récemment un wing avide de lectures mal digérées qui débite du canned-stuff à l'AK47 m'a sorti:
Ce qui est impressionnant quand tu closes.... C'est que ça n'est pas impressionnant.
Là il m'a fait plaisir.
Less is more.

Idem pour l'Instant date, Arsene, tu peux faire un numclose solide en moins de dix minutes du moment que tu calibres bien.
Potius deficere quam desperare

SoCal a écrit :
Blusher a écrit ::
ce dragueur téméraire et persistant.
A mon sens un des defauts les plus presents dans cette communaute, le try hard, pas assez smooth.
En Europe de l'est, ca marche. Parfois. :oops: J'y ai fait des pick-ups absolument lourdingues avec plein de blancs (et une vision alcoolisee de la vie) qui sont alles au fclose. Mais j'ai galere.
SoCal a écrit :Tu m’avais promis fidelite ... tu continues a prendre des numeros, tu feras la vaisselle pendant deux semaines. Et t’as interet a ce que ce soit propre.
Salope! Et moi qui nous preparais un weekend en amoureux. Tu joue vraiment sur tous les tableaux.
Blusher a écrit : Quand il aborde une fille, il joue à pile ou face. Il est tellement anxieux du résultat qu’il se jette à l’eau en fermant les yeux.
Manque de patience, de retenue, de confort... Ca fait beaucoup pour esperer que le PU marche, sur une inconnue qui doit se faire accoster 150 fois par jour dans son magasin.

Imaginons qu'une nana aborde un mec. Elle lui dit d'emblee: "Tu veux aller boire un cafe maintenant? Non? Tu me files ton numero de tel alors?"
Le mec se demandera si c'est une folle. Il aura peur.

Faut se mettre un peu a la place de la fille.
SoCal a écrit :
Blusher a écrit : Si il ...[..] story-telling propice au DHV subtil, il serait reparti avec son numéro. Je le sais, je l’ai fait.
Toi tu aimes VRAIMENT faire la vaisselle.
Pfff. En attendant que ton nouvel amoureux fasse la vaisselle, SoCal, ton week-end a Venise tu te le met ou je pense. Bitch.
Blusher a écrit : [/b]. Paradoxalement, ca la rassure en confirmant qu’elle est bien en train de se faire draguer.


J'essayais d'expliquer ca a un expat anglais qui la joue "prudent" et "smooth" avec les gonzesses. 6 mois en Russie, il n'a jamais chope. C'est un exploit, c'est plus fort que le tour du monde a la nage.

Blusher, c'est l'ete et tout ca, t'aurais pas un petit FR "plage" a partager la, sous la main?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] lol par S.T.A.R.S

Ce qui me fait marrer, c'est que 99% des mecs croient qu'ils doivent aller boire un verre pour dater une fille.
Le gars dont tu parles Blusher est parti à l'abordage avec un sac de 50 kgs sur le dos. Mauvais contexte, opener bateau, ASD, son visage devait sûrement laisser transparaître son malaise.

J'ai déjà fait des instant date sans même que la fille s'en rende compte.
Style, j'écris un bouquin et je suis dans un parc, je demande à une fille son avis sur l'héroïne, elle s'intéresse me pose des questions, on déroule la discussion de manière basique et elle ne se rend même pas compte qu'elle s'est faite draguée. Tout profit pour moi. Pour elle, c'est une "belle rencontre".
Dans mon exemple, tu peux même aller jusqu'à simuler la date, style la fille du roman est dans un café à boire un verre avec un mec (ça en devient de la perversion :mrgreen: ), comment ça se passe, fluff, fous-rires et ça passe facilement. Tu DHV pcq elle s'intéresse et tu passes sous tous les radars.

Bordel, un peu d'imagination et démarquez-vous de la masse!
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Pas convaincu par Blusher

oui, ca fait bien longtemps que je ne bois plus de verre, que ce soit en date ou en instant date; car tout le monde boit des verres ou des cafes, alors autant se demarquer des autres mecs en faisant quelque chose de plus original, ou plus cool.
Ou alors, j'emmene la fille boire un verre quand l'endroit est particulier (genre un lounge super classe, mais la encore, ca depend de la cible, il faut calibrer), et permet surtout un kino efficace.

J'emmene parfois la cible dans ma vie "personnelle"; par exemple "je dois poser une affiche pour vendre mes meubles, tu viens?", ou alors même "je dois aller a tel ou tel magasin". Elle rentre ainsi dans votre vie, et cela crée un e sorte d'engagement; aussi, en vous ouvrant a elle, vous lui donnez aussi l'occasion de s'ouvrir a vous. Vous n'etes plus ce mec sorti de nul part, vous avez une vie; ca la rassure, plus que ca ne casse le mystere.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Pas convaincu par Blusher
  • [0] Il y'a du vrai... par Extre
Be Playful!!!
Lonely? great, now build a plan!
Toulouse

Varga a écrit :Ce qui me fait marrer, c'est que 99% des mecs croient qu'ils doivent aller boire un verre pour dater une fille.

J'ai déjà fait des instant date sans même que la fille s'en rende compte.
Style, j'écris un bouquin et je suis dans un parc...

Bordel, un peu d'imagination et démarquez-vous de la masse!
Le parc est propice à l'instant date, tout comme la plage par exemple.

En revanche, je fais partie des 99% de mecs qui vont boire un verre avec une fille parce que les dates c'est le soir pour les gens qui bossent et que cela ne sert à rien de réinventer la roue à chaque fois juste pour se démarquer. Pour la plupart des mecs, arriver à mener une bonne première date dans un bar mesemble un passage obligé avant même de penser à se lancer dans des plans plus hasardeux tels que ceux proposés par icare....

Il faut apprendre à marcher avant d'apprendre à courir.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] +1 par Mr White
Potius deficere quam desperare

Et y'a d'autres mecs (genre moi) qui les emmenent acheter a boire avant de se caler quelque part.
C'est hippie mais j'aime les trucs simples et je le leur dit :) Ok je suis radin. :mrgreen:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Il y'a du vrai... par gregoss
  • [0] mdr !! par blam!
  • [0] mdr !! par DaRkLiGhT
  • [0] Yep ! :) par Nasakobe
  • [0] Yesssss! par Mr White
  • [0] Yesssss! par Dziel

C'est à peu près le type d'approche que préconise Paul Janka le PUA ou pseudo PUA New-yorkais sauf que lui il qualifie. Les avantages : investissement en energie quasi nul, joue la carte du mystère, frustre la fille s'il se casse rapidement après avoir pris le numero.
J'ai tenté ce genre d'approche le we dernier en boite sur une Hb9 : "Salut, j'aime bien ton style ca te dirait un drink un de ces quatres, c'est quoi ton tel?"
Je me suis vautré^^ parceque j'étais en club d'abord et aussi peut-être parceque j'ai pas mis une false time constraint.
Mais bon si on fait 40 approches comme ca en street et avec un bon timing il est peut être possible de chopper une fille qui est vraiment intéressée et avec un investissement en energie/temps minime. Cela dit Paul Janka est de New-York et à New-York les gens sont tellement speed qu'ils ont pas le temps de faire connaissance donc les approches rapides et directes sont peut être plus adaptées là-bas.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Pas convaincu par Deepvertigo
Keep the pimp hand high^^

Emmener la fille dans ma vie personnelle ne constitue pas toute la date, mais seulement une partie. Rien n'empeche de marcher avec sa cible, faire un petit tour en ville par exemple, et en profiter alors pour faire 2 ou 3 courses! Apres, evidemment, la date devient plus casual ( un verre, un parc etc..)
Je me suis surement mal exprimé sur mon ancien post, je m'en excuse.

Par contre ( je me reprends encore, je m'en excuse), ce n'est pas uniquement par soucis d'originalité que j'essaie d'éviter de boire un verre lors d'une date, c'est aussi surtout parce que ca ne m'amuse pas moi personnellement; comme tout le monde, j'aime bien m'amuser lors de mes dates.

Mais bien entendu, il est clair qu' une terrasse de café est encore et toujours le lieu ou se déroulent la moitié de mes dates...avant de terminer chez moi, si l'affaire est bien menée.
Be Playful!!!
Lonely? great, now build a plan!
Toulouse

Ce que j'aime bien faire en DG c'est l'exagération des lines de PU volontaire. Du genre "Il fallait ABSOLUMENT que je vienne te parler, le contraire aurait été indécent."

Avec une inflexion positive et un bon sourire y a pas de raison de rejet.

Maintenant l'instant date perso j'aime bien, je me souviens d'une instant date avec ce cher Tiger) où on a failli partir danser la salsa avec deux nanas.

Pour en revenir à ce que dit Blusher c'est tellement vrai. Pourquoi irais-je emmener une fille que je ne connais pas boire un verre alors que si ça se trouve elle a une personnalité qui ne me convient pas ? Il faut screener un minimum pour cerner si une date avec cette fille va être profitable (par exemple si on a affaire à une plante verte et je peux vous dire qu'une date avec une plante verte j'ai déjà donné).

Une date est un instant d'intimité avec une personne. On partage du temps avec quelqu'un, il faut donc que cela soit le plus agréable possible pour les deux protagonistes et pour cela si on ne sent pas que cela peut être sympa le physique a beau être un argument de poids il ne fait pas la totalité de la séduction (Vous appliqueriez un quelconque Gameplan sur une fille qui répond "chais pas" à 95% de vos lines ?).

En tout cas excellent article pour ce retour mon cher Blusher.
Laisse partir ce qui doit.

Au passage désolé pour le double post :
Arsène Lupin a écrit :
Dis j'ai une petite soif là, tu m'accompagnes prendre un schweppes ?
Pfiouuu, me suis couché à point d'heure hier, j'ai besoin d'un café en vitesse là, tu viens avec moi ?
Perso je la jouerais plutôt "on va où ?" que "tu m'accompagnes ?"

Tu assumes le fait que vous allez boire un verre ensemble quoi qu'il arrive.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Bonne idée ! par Frank Lucas
  • [+1] +1 par someoneelse
Laisse partir ce qui doit.

< Merci de ne poster que si votre message a un intérêt. Pr_X >
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] lol par blam!
  • [0] mdr !! par IceCold
"Franchis d'un pied ferme la limite de l'ombre, droit comme pour une parade, et souris, même, si tu y parviens"

- Celui qui veut le butin doit avoir une volonté ferme-

Blusher a écrit : En revanche, je fais partie des 99% de mecs qui vont boire un verre avec une fille parce que les dates c'est le soir pour les gens qui bossent et que cela ne sert à rien de réinventer la roue à chaque fois juste pour se démarquer. Pour la plupart des mecs, arriver à mener une bonne première date dans un bar mesemble un passage obligé avant même de penser à se lancer dans des plans plus hasardeux tels que ceux proposés par icare....
Il faut apprendre à marcher avant d'apprendre à courir.
Entièrement d'accord. Non seulement c'est plus pratique mais en plus, ça rentre dans les "normes"et ça passe plus facilement.
J'y ai repensé la semaine passée en voyant une pub US sur des coachs en date en bar uniquement. Leur seul business, c'est de préparer à aller boire un verre (!) comme quoi on parle bien du commun des mortels.
J'ai aussi croisé deux mecs, toujours là-bas, qui m'ont demandé par hasard, comment ils devaient demander à une fille d'aller boire un verre...

Bref, pour en revenir au sujet, l'approche franco comme le gars fait dans l'exemple peut fonctionner si 1) le gars est pas mal 2) elle aime les mecs francs et directs 3) elle est en manque. Pour moi, s'il manque un des 3 critères, c'est voué à l'échec. A part ça, le direct à ce point, je l'ai déjà testé et ça marche. J'ai d'ailleurs des potes dont c'est l'unique technique de drague, qui choppent pas mal et qui ne se tracassent pas de trouver des techniques de drague diverses.

Ce sur quoi j'insiste, c'est que j'ai l'impression que pour les gens, la date commence au moment où on est assis avec notre verre en face. Pour moi, elle commence bien avant et l'instant date et bien plus propice si on en a l'occasion. Ainsi par exemple, si bêtement tu voyages deux jours d'endoit en endroit, les dates à horizon 3-4 jours sont impossibles. Donc, il faut trouver d'autres moyens pour y arriver.
A part ça, je repète, les dates c'est bien :mrgreen:

8)

Trop la classe le direct game, en fait je fais pas d'indirect, trop la flemme. :mrgreen:

En fait, l'avantage de cette approche c'est qu'elle crée immédiatement l'attract si elle est bien faite, et c'est moins compliqué en plus.

Par contre le coup du "faut pas être try hard", blablabla c'est bien mais d'un point de vue pratique, je préfère le mec qui commence bien lourd et qui calibre ensuite, que le mec qui essaie de calibrer avant même d'approcher, donc qui n'approche pas parce-qu'il ne trouve aucun moment assez "smooth" (ouais, y en a et ils sont nombreux en plus :mrgreen: ) . Gardez enfin en tête que ce qui fat chopper le mec lambda ce sont les couilles et la persistance, évitons de trop compliqueer les choses. Très souvent s'en tenir strictement à ce qu'on veut suffit à chopper.

Taurus.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Il y'a du vrai... par IceCold
  • [0] 100% d'accord par Champion

Nous sommes du meme avis, dans le fond. De toutes facons, ca s'apprend par l'experience. Donc on va forcement etre trop ou pas assez "trying", et ce avec pas mal de nanas. Surtout quand on est needy et qu'on se maitrise mal.

Mais ce n'est pas l'insistance qui change la donne, c'est plutot la determination. Nuance importante.

La micro-calibration dont parle Blusher, c'est le debut du game du "natural" qui score comme un ouf. Le seducteur s'adapte a la situation, y va franco sans etre needy.
Il pense "ouah, elle est jolie, elle a l'air classe, j'ai envie de la connaitre" plutot que "ca fait trois mois que je suis broucouille, elle a un pur cul, faut que je la pete le plus vite possible sinon mon slip va exploser" (pardon my French).
Donc, le player est determine a seduire la fille mais il n'en a pas besoin. C'est une envie. Ou alors il se maitrise assez pour brider ses besoins le temps necessaire.

Penser en terme d'envie soudaine plutot que de desir profond permet d'alleger son approche, de rester determine comme un gosse qui veut une glace, mais sans etre brutal comme un taulard en manque.

D'ou "micro-calibration".
My 2 kopecks.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+3] Merci ! :) par traveller

BON PLAN SEXY : De -15 à -70% chez la boutique sexy LoveHoney.fr. LoveHoney.fr propose toute l'année des réductions très agressives sur leur catalogue lingerie, sextoys et autres accessoires. Suivez ce lien pour consulter les offres du moment.

Vous pouvez aussi soutenir FTS en passant par ce lien pour faire votre shopping sur Amazon.fr

Répondre