Modèles/fantasmes/idéaux masculins et féminins

Note : 11

le 04.03.2021 par Alex_B

32 réponses / Dernière par Shadow2 le 01.05.2021, 20h10

Parce que des fois, on fait autre chose que regarder Netflix. Partagez et discutez ici de ce que vous aimez et de ce qui vous intéresse.
Hello 😁

J'étais en train de regarder un de mes dessins animés préférés lorsque j'ai eu l'envie de créer ce sujet.

Un sujet où l'on présenterait des personnages masculins et/ou féminins (ou autre) réels ou fictifs qui sont pour nous, soit des modèles à suivre (on aimerait leur ressembler), soit des personnes qui nous inspirent sans que l'on ait forcément envie de leur ressembler, soit carrément des fantasmes.

Du coup je commence avec un pur fantasme :P il s'agit de Mendoza, le héros de la série animée "Les mystérieuses cités d'or" saison 1 svp. Voilà le dessin animé que j'étais en train de regarder. Je ne l'aimais pas trop quand j'étais petite, comme Zia, je le trouvais inquiétant mais en revoyant la série adulte, j'ai pensé " Ouaah, quel homme ! :oops: ".

En même temps, je trouve que c'est un personnage qui peut être inspirant pour les enfants et peut-être plus particulièrement pour les petits garçons.

C'est une série que j'ai fait découvrir à mes enfants. Ils l'aiment bien mais regardent plutôt les saisons 2,3 et 4 qui passent à la télé. Le design est moche et Mendoza a beaucoup perdu en charisme mais bon.... C'est déjà mieux que le reste.

Bref, je m'éloigne du sujet.

J'ai plein d'autres personnes/personnages qui m'attirent/m'inspirent mais je vous laisse pour le moment. A vous de vous exprimer. 🙂

    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 05.03.21, 09h54 par Citadin
Soyez vous-même, les autres sont déjà pris (O. Wilde).

Je n’ai malheureusement pas connu les mystérieuses cités d’or.

Pour rester dans les modèles masculins de dessins animés : Ulysse 31.

C'est curieux, tu as le même âge que moi pourtant. Au pire, toute la série est sur youtube 😏
Soyez vous-même, les autres sont déjà pris (O. Wilde).

En ce moment : Cal, dans la série Watchmen, pour son côté ultra sexy tout en étant a l'écoute sans être un "mâle alpha".

Sinon beaucoup trop de personnages de Sense8:

- Amaneeta, Lila, Kala et Daniela dans la catégorie "fantasmes", toutes pour des raisons différentes.
- Hernando dans la catégorie fantasme / modèle.
- Wolfgang because... Wolfgang :)

Je ne connais pas du tout tes références, je suis allée voir du coup ce qu'était Sense8.
Soyez vous-même, les autres sont déjà pris (O. Wilde).

Lord Eddard Stark, le seul prétendant qui aurait été digne de monter sur le trône de fer à mon avis.

Un chef comme on n'en voit plus, qui allie charisme, autorité, jugement et qui ne cherche pas le pouvoir à tout prix mais simplement à rentrer chez les siens.

Le fait qu'il soit admirable ne l'empêche pas d'avoir sa part de secrets et d'erreurs, ce qui le rend plus proche de nous.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Intéressant le 06.03.21, 10h00 par Alex_B
Roi sous la montagne

Alex_b je ne peux que te la recommander ;)

(Moi j'ai pas vu GoT mais je sais qui est le roi a la fin)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Ok le 06.03.21, 09h59 par Alex_B

Pour ma part, Hannibal lecter fera très bien l'affaire. :lol:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Fuyez, pauvres fous ! le 06.03.21, 09h59 par Alex_B

"MwA jE kIfFe JaMeS bOnD eT cLiNt EaStWoOD"

- Bob l'AFC devenu Incel
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Ça sent pas bon le 06.03.21, 11h12 par Daline
  • [-3] Douteux / Malsain / Toxique le 06.03.21, 14h57 par Onmyoji

Plus sérieusement j'ai un faible pour les méchantes. C'est souvent les personnages maléfiques, les méchants des dessins animés qui ont les caractères les plus sophistiqués Le seul bémol c'est le physique pas fou qui va avec.

Du coup, pour ma part, je suis anti-Bridget Jones. Elisabeth Bennet dans Orgueil et Préjugés j'aime mieux. Calypso en mythologie Grecque, un vrai délice. Nikita de la série télévisée est okay. Ah oui et Harley Quinn médecin psychiatre (surtout le portrait qui est donné d'elle dans les BD), elle me donne chaud. Rien que pour ça je veux bien devenir son patient moi aussi. Quand on sait comment ça a commencé avec le Joker... On sait ce qui lui plaît. :lol: :D

(On remarquera que dans les années 90, les méchants avaient pour caractéristiques d'êtres dépeints comme efféminés, avec des caractéristiques associées aux queers ou aux gays, pour contraster avec le héros. Ça n'a pas totalement changé d'ailleurs:

https://www.courrierinternational.com/a ... es-douteux

Bon j'arrête de détourner le sujet, mais la réflexion est intéressante)

Autre modèle/fantasme gay: le méchant dans Black Panther la, celui qui est mille fois plus crédible que le héros.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Tout à fait ! le 06.03.21, 12h54 par Poordonkey
  • [0] Du grand n'importe quoi le 06.03.21, 14h58 par Onmyoji

Non tu détournes pas le sujet :) c'est bien d'avoir des réflexions sur toutes ces représentations aussi.
Soyez vous-même, les autres sont déjà pris (O. Wilde).

Je previens juste les réactions qui détourneraient le sujet.

D'ailleurs c'est marrant une grosse partie des méchants aujourd'hui sont des écolos qui veulent détruire l'humanité (ou une partie) pour sauver la planète de la stupidité de l'humanité. Ça leur donne une crédibilité et un réquisitoire anti écolo bien pratique (coucou thanos dans Avengers)

Au risque « d’agacer » Mapache, James Bond en effet. Particulièrement dans l’homme au pistolet d’or. Il y est défié et menacé de mort par Scaramanga, le plus grand tueur à gages du monde. Malgré le conseil de son patron de se mettre à l’abri, il décide de se lancer à sa poursuite. C’est sans doute naïf mais cette marque de courage m’aura marqué pour la vie.

Russel Crowe dans Gladiator, pour son charisme, sa dignité et son sens de l’honneur. Sa mort héroïque après avoir battu et tué l’assassin de sa femme et de son fils (c’est beau les films...).

Brad Pitt dans Fight club. Un adulte raisonnant comme un ado, bagarreur et charismatique, rassemblant des hommes pour « niquer la société ». C’est irrésistible pour un autre ado.

Casper Van Dien dans Starship troopers. Une guerre futuriste contre un ennemi totalement méprisable (des insectes). Il prend des risques considérables pour sauver la femme qu’il aime et qui l’a pourtant trompé et trahi (un peu AFC le Jonhy Rico).

Il y en aurait encore bien d’autres.

Pour les femmes : Cameron Diaz dans The mask. La femme au physique de bimbo mais incroyablement classe. Elle fréquente des gens riches, puissants et louches mais va finalement choisir le gentil Jim Carrey (lol).

Terry Hatcher dans Lois et Clark. Son carriérisme est agaçant mais elle est courageuse. Et sa naïveté à ne jamais voir que Clark est superman est touchante.

Linda Hamilton dans Terminator 1. Un charme et une beauté incroyables pour moi. Pas dans le 2 où son côté GI Joe casse tout le mythe.

Jeanne dans Jeanne et Serge. Son côté sportif et combattif envers les autres femmes. Sa bonne humeur et sa positivé malgré le fait que sa mère ne se soit jamais vraiment occupée d’elle.

Il y en aurait aussi beaucoup d’autres.

Je ne suis pas agacé, j'étais assez fan de James Bond quand j'étais petit. Je sais pas pourquoi mais j'adorais Moonraker.

Je me moquais surtout de certaines tendance dans la communauté a aduler James Bond (et Tyler Durden) comme marques de virilité et ne faire aucun discernement.

C'est toute l'ironie de Fight Club, devenue Bible des Incels, écrit par un blanc gay comme une satire de la fragilite des hommes blancs et de - wait for it - ce qu'on appelle la masculinité toxique aujourd'hui. Bon et aussi de l'alienation de la société de consommation.

Ça reste un chef d'oeuvre et Brad Pitt a trop la classe dedans. Mais on peut aussi apprécier tout le paradoxe, admirablement mis en scène au moment où le fight club devient hors de contrôle et devient une espèce de secte. Je crois que beaucoup n'ont pas perçu l'ironie de ce film / livre.

Again, c'est la capacité à aimer des symboles sans devenir aveugle qui est importante. Et si ça peut te rassurer, nos échanges en mp me font penser que tu l'as ;)

(et oui oui oui pour Gladiator)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] 100% d'accord le 06.03.21, 14h58 par Citadin
  • [+2] Bien vu le 06.03.21, 21h44 par Popovski

Effectivement Mapache, on peut pousser la comparaison avec James Bond qui est montré côté face comme fort/intrépide/séducteur/courageux et pile comme un névrosé/alchoolique/physiquement diminué de manière permanente (bah oui, la castagne, les explosions et cie ça laisse de salles séquelles)/solitaire tant en amour qu'en amitié. C'est d'ailleurs très bien montré dans les derbiers films, qui est peut-être plus nuancé que quand il était incarné par d'autre acteurs que ce bon Daniel Craig :)

Si non, un modèle inatendu, pour moi, est Sam Gamegie dans le Seigneur des Anneaux : c'est peut-être pas un foudre de guerre ou le summum du courage et il a pu être malveillant/méchant avec Smeagol/Golum , mais il est loyal, intègre, exprimme ses sentiments, est quelqu'un sur qui on peut compter qui serait prêt à traverser l'enfer pour vous sauver et enfin, qui ose sortir de sa zone de confort, même s'il doit se chier dessus de peur !

Maximum Decimus évidemment.

Albator parce que.

Indiana Jones évidemment. Humour, courage, intégrité.

Arsène Lupin, celui des livres que je lisais petit. Roublard, audacieux, avec un vrai bon fond, humour.

Humphrey Bogart dans Casablanca. Autre époque, autres mœurs mais quel charisme.

Belmondo évidemment. La gouaille, le charme, l’audace.

Thorgal.
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

Quelques modèles:
Sangoku, parce qu'il était honorable, courageux, fort, désireux de se dépasser, juste, sans haine la majorité du temps, et qu'il recherchait surtout le beau combat avant de sauver le monde si nécessaire et même s'il avait peut de chances de réussir.
Il est loin d'être simpliste ou monolithique, il pardonne à la plupart de ses ennemis, il ne fait pas de distinctions binaires du monde, il sait être fort en restant humble et finalement plus attiré par ses objectifs que par la soif de puissance comme moyen de remplir ces objectifs, contrairement à beaucoup de manga où finalement, l'objectif principal est éclipsé par les moyens et la quête pour obtenir cette puissance
(Et en soi c'est un bon rappel de ne pas sombrer dans travers là, d'être trop séduit par la quête et d'oublier pourquoi on fait les choses).
C'est un très bon héros encore aujourd'hui je trouve, même si ses dernières itérations le rendent plus sociopathe et antipathique, car irresponsable et oublieux des autres.
On pourrait décrire pareillement Kenshin Himura alias Kenshin le Vagabond, et plus tard Jin et Mugen de Samuraï Champloo.

Will Hunting. Pour le génie qui reste à la portée des hommes et marche avec eux. Parce qu'il est juste et humble encore une fois, et parce qu'il est moral.

Conan le Barbare, parce qu'il était quand même très cool, a subi les pires trucs mais c'est relevé pour devenir un bandit honorable puis héros puis roi.
D'une manière générale, tous les personnages de Schwarzy ont un mélange de défiance, d'honnêteté, de couilles, d'humour, de valeurs et de force qui en font un bon modèle (pour tout le monde, pas que pour les mecs, je devrais pas avoir à préciser mais bon...).

Martin Riggs et Mad Max, parce qu'ils sont tous les deux déglingués, brisés à l'intérieur mais continuent à avancer, fonctionner parmi les gens et faire les bons choix. Et parce qu'ils ont la bonne manière de corriger les connards qu'on peut pas raisonner à être corrects, civils et intelligents.
Représentations du fait qu'on est pas obligé de se servir de ses blessures comme justifications à faire n'importe quoi, mais au contraire, comme boussole pour ne pas s'écarter du droit chemin et devenir des pourritures. Chose qui m'a toujours saoulé instinctivement d'ailleurs.

De même pour John Mc Lane, le dernier samaritain, hautement faillible et loser mais courageux et plein de connerie, et qui fait ce qu'il faut.

Les goonies ou Marty Mc Fly, parce que même si ce sont des losers, ils arrivent à se dépasser, et parce qu'ils gagnent à la fin, au moins métaphoriquement, en sortant de leur zone de confort, et pas par leur seule vertu de gentils et de la plot armor de l'écrivain qui veut passer un message comme c'est trop souvent le cas dans les fictions actuelles qui ratissent large et profitent des tendances sociales pour faire du clientélisme (coucou disney et bien d'autres, en dessins animés ou en films).
On pourrait ajouter le gosse de Maman j'ai raté l'avion.

Ellen Ripley, parce qu'elle est faillible elle aussi, mais sauve sa vie et un peu la terre en filigrane, et qu'elle sauve le chat. Et parce que presque à aucun moment, ses gonades ne sont en question pour déterminer sa supposée force que ce soit en bien ou en mal (contrairement aux ersatz d'héroïnes mises en avant ces dernières années comme captain marvel).

Tyler Durden on peut penser que le personnage est charismatique et balaise etc et c'est vrai, mais au fond j'ai toujours détesté parce que pour moi c'est lui qui incite une bande de losers et de perdus à se venger de leur propre faiblesse qu'ils mettent sur le dos des autres et d'un soi-disant système en détruisant le monde que les autres ont bâti.
Et qu'ils ont pour objectif de corriger quelques trucs de merde comme le marketing et le consumérisme au passage, je trouve ça détestable, car finalement personne ne les opprime et ils y ont tout autant leur place (et pas nécessairement mauvaise, comme Jack).
Ils se vengent d'autres individus eux aussi mauvais comme leurs boss, en s'attaquant à la société.
Ironiquement c'est le mécanisme de beaucoup de mouvements aujourd'hui...

James Bond, pas franchement un modèle, mais rien de bien toxique non plus, même dans ses versions précédentes, il était faillible, se faisait manipuler par des femmes ayant qu'il les manipulait, finissait une fois sur deux par compter sur beaucoup de chance et pas mal de résilience pour rattraper ses conneries... alors oui, le flegme, la décontraction, le style, le charme, certes, mais pas que, et y voir du mal, alors que pour le coup, c'est un bon exemple de ce qu'on peut être socialement pour mieux passer, c'est un peu de la connerie.
Pour moi, il n'est pas si différent de John Steed.

Bruce Lee, parce qu'il s'est toujours concentré sur son art et son objectif et qu'il est devenu un surhomme dans les faits et pas comme une caricature, sa fin nous rappelant aussi qu'on ne reste que des humains.
Mohamed Ali et Mc Tyson, pour différents aspects, même s'ils ne sont pas exempts de fautes dans leurs vies personnelles ou professionnelles.

Les rois et nobles de France et d'ailleurs, aussi, car leurs histoires grandes et petites sont souvent riches d'enseignement, s'ils ne sont des modèles en eux-mêmes ni même des idéaux.

Noether et Ramanujan, parce que ça sont des matheux géniaux qui ont littéralement reconstruit les maths dans leur coin, et montrent que tout est possible.
Grigory Perelman, qui montre qu'on peut être un génie et juste vouloir faire ce qu'on sait faire et ne pas vouloir devenir tout et n'importe quoi, et que la course à la célébrité est bien vaine.

Cyrano, pour le panache (et le Cid, Don Quichotte et co).

Fantasmes?
J'avoue, ça a été dur (pun intended) de choisir quelque chose de significatif, au delà du simple attrait physique ou stylistique, ou du charme de l'actrice
J'aurais dit Emma Peel, bien plus que l'insipide Purdey qui la suivit. Numero 13 aussi, de House, pour le cerveau, la défiance. Inara de Firefly, pour l'intelligence, le charme, les valeurs (sans pudibonderie).

En tant qu'actrices, j'aime bien Scarlett Johansson, Penelope Cruz, Sofia Vergara, Audrey Hepburn, Kristin Scott Thomas, pour leur vie, leur attitude et leur intelligence, plus que pour leurs looks.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Intéressant le 13.03.21, 00h40 par Alex_B
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

En voilà une bonne question à poser à un(e) partenaire potentiel(le) :)
Je vais m'en tenir aux personnages fictifs.

Je n'ai qu'un seul et même fantasme depuis que je suis petite et que je l'ai découvert en dessin animé le dimanche matin : Batman.
Pour son côté humain (dans la série animée il est très expressif même sous son masque et a le sens de l'humour) un peu borderline, mais qui ne s'est pas laissé dévorer par sa noirceur.
Parce qu'il agit dans l'ombre sans se préoccuper de son image, et parce que mettre le grappin sur une femme est le cadet de ses soucis (ses sentiments pour Catwoman ne l'empêchent pas de la faire coffrer dans l'anime).
Sans parler de son intelligence, de son endurance et de son avance technologique.

En terme d'inspiration pure :
- impossible pour moi de ne pas évoquer nombre de personnages de Saint Seiya/Les Chevaliers du Zodiaque (merci le Club Dorothée) pour l'amitié, la fidélité, le courage, la pugnacité, la capacité de remise en question, la rédemption, le dépassement de soi.
- le personnage incarné par Ethan Hawke dans Gattaca pour l'ambition, le côté rebelle, bosseur, passionné jusqu’au-boutiste et l'idée de libre arbitre.

    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Like ! le 11.03.21, 22h13 par Alex_B
  • [0] Sympa :) le 11.03.21, 22h23 par Onmyoji
  • [0] Cool le 12.03.21, 12h16 par Citadin

Noooon Batman c'est le super héros que je déteste le plus: fils à papa plein de daddy issues, il préfère utiliser sa fortune issue de la vente d'arme pour chasser les truands plutôt que d'investir dans le développement social de la ville et réduire la criminalité.

Arf, ça me donne des boutons en forme de marteau et de faucille d'y penser.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Ça va aller le 12.03.21, 12h18 par Citadin

Répondre