Dépendance affective maladive

Note : 5

le 12.10.2021 par LBdS

2 réponses / Dernière par Citadin le 13.10.2021, 13h22

C'était plus simple du temps de papa & maman. Pour celles et ceux qui veulent échanger autour de la vie de couple et des relations, et des différentes formes que tout ça peut prendre. Polyamour ou monogamie, relations libres, jalousie, engueulades dans la cuisine, routine, infidélité, la totale.
Répondre
Bonjour bonsoir,

Je ne sais plus où donner de la tête, je me tourne vers vous pour conter mon histoire sentimentale qui commence à me courir sur le système.

Je suis majeur depuis quelques mois, et j'ai passé toute mon adolescence à me prendre des vestes et à vivre des histoires horribles pour quelqu'un de mon âge.
Du premier amour qu'il m'a fallu 3 ans, et 4 râteaux pour oublier à cette fille qui ne m'est pas sorti de la tête pendant 3 autres années et qui a guidé toute ma vie alors que nous n'avions jamais parlés autre que par message en passant par une vraie relation de 11 mois mêlant une fille dépendante affective, suicidaire à la vie on-ne-peut-plus-ou-alors-faut-le-vouloir tourmentée. Depuis 2014, je n'ai cessé d'aimer, j'ai du avoir 1 an cumulé à tout casser sans aimer quelqu'un, sans ressentir le besoin d'avoir quelqu'un à porter dans mon cœur. Les six ans restants, je les ai passés à aimer éperdument sans savoir "cuisiner les femmes" pour reprendre l'expression d'une amie.

Avec le temps j'ai changé (en bien je l'espère) et je me suis bâti et rebâti suivant les échecs et les réussites et je suis arrivé en études supérieures, fier et sur de moi, sans problèmes apparents.. du moins c'est ce que je croyais.
Je suis retombé amoureux d'une fille de ma classe, assez vite il faut dire, peut être trop et je rencontre les mêmes problèmes que les autres fois malgré des consultations chez le psy cet été et les efforts de moi et de mes amis pour me sortir de schémas de pensée incontestablement néfastes.

Je suis retombé dans une dépendance affective et un complexe d'infériorité vis-a-vis d'elle, malgré que je sache qu'elle n'est pas parfaite, le sentiment est là et mon moral ainsi que ma confiance en moi sont indexé à l'évolution de la situation avec elle comme le capital d'une société est indexé au cours de la bourse: Tout va bien, je vais bien. Si un truc pète de travers, les investisseurs perdent confiance, et c'est tout mon moral qui se retrouve à prendre une pelle pour creuser plus bas que précédemment.
Nous sommes dans la même classe, on passe énormément de temps ensembles par rapport à ce que serait une relation avec des personnes dans la vie active, mais je n'arrive pas à capitaliser. Si je fais des coups d'éclat de temps à autres qui me permettent de tenir un moral et une confiance élevée pour quelques heures, je déchante rapidement et il n'est pas rare que je m’alcoolise certains soirs parce que c'est trop dur à supporter.

On m'as recommandé de lâcher prise, de penser à autre chose, de me développer par moi même, ce que je mène avec brio depuis quelques temps, mais les effets ne sont pas là. Toujours plus de week-ends et de soirées à sortir sans elle, à faire des choses constructives en lien avec mes cours, de la photographie, de la vidéo.. Mais rien ne saurait prendre de la place sur celle qu'elle occupe déjà dans mon esprit, et plus le temps passe, plus c'est elle qui prends sa place là où je voudrais personnellement en être moins dépendant.
Alors que je peine à lui faire comprendre ce que je ressent pour elle malgré des dizaines de vidéos, de conseils d'amis, de parents, et que je ne suis pas en mesure de risquer un râteau ou un froid avec elle, notamment à cause des travaux de groupes et de la dynamique sociale dans la classe, je me sens perdu car incapable de lui apporter quelque chose et très renfermé sur moi même malgré tout.
Elle ne semble pas intéressé par moi et vit sa vie de personne indépendante sans soucis. Vous imaginez bien qu'un gugus en état de dépendance affective avec des problèmes de confiance est bien la dernière chose que je lui souhaite de voir arriver dans sa vie.

Je ne sais définitivement plus quoi faire, de vidéo en vidéo, de motivation en motivation, j'ai le sentiment de ne plus avoir la force de tenir la marée comme j'ai tenu ces dernières années. Comment puis-je me sortir de cette situation? Suis-je vraiment à ce point désespéré? Cela vaut-il le coup de continuer sur la même voie?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Courage le 13.10.21, 13h23 par Citadin

Hey! Respires! C'est "normal" d'être dans ces états d'âme à ton âge, ça fait partie de l'apprentissage. Autorises toi à faire des erreurs et cesses de dramatiser, c'est pas grave si tu tombes love d'une meuf qui en as rien à foutre de toi (et tu sais pas si c'est le cas), ce qui serait grave, ce serait de te laisser marcher dessus et manipuler par tes sentiments.

Donc déjà, permets toi de faire des erreurs, c'est comme ça qu'on se construit, plus efficace que 100 000 discours.

Ensuite, tentes un truc avec cette meuf. Invites là à boire un coup, montres lui que tu es intéressée par elle pour autre chose qu'une amitié platonique. Sans le verbaliser bien sûr. Regards maintenus, sourires, teasing... Fais toi remarquer positivement. Et oses ! C'est le plus important, oser. Si elle te dit non, tu seras fixé, tu vas en baver et tu finiras par passer à autre chose.

Enfin, tentes des trucs avec d'autres meufs. Tu es assez intelligent pour savoir que tu vas sur le mauvais chemin alors rectifies le tir en t'autorisant à t'amuser, à ne pas te laisser enfermer par le jeu. Qui sait, peut être que devenir actif dans le jeu au lieu de tout subir va réveiller un truc en toi.

Prends du recul, dédramatises. C'est le jeu ma pauvre Lucette, l'important c'est de s'en sortir en ayant appris quelque chose.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Constructif le 13.10.21, 13h22 par Citadin
  • [+1] +1 le 14.10.21, 13h08 par Esope

D’accord avec Nonchalance. Tu peux dédramatiser et déculpabiliser, tu as l’air de te juger trop durement.

Ensuite, si les émotions que tu ressens dépassent vraiment le cadre communément admis, tu as probablement besoin d’un accompagnement médical temporaire. Le reconnaître en ton for intérieur est un signe de force et non de faiblesse.

Cet accompagnement te permettra d’identifier les sources du problème et de travailler dessus (ça remonte souvent à l’enfance, à l’histoire personnelle et familiale).

Essaie de bien prendre ce qui suit : on repère facilement un alcoolique ou un drogué en manque, et on n’a surtout pas envie de le fréquenter. Pardon pour la comparaison mais c’est en fait positif : c’est juste ta dépendance qui est rejetée, pas la totalité de ta personne.

Tu parles de dépendance affective maladive. Si c’est bien le cas, et comme pour toute addiction, c’est d’un sevrage dont tu as besoin et surtout pas de doses supplémentaires.

Courage.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] C'est pas faux le 13.10.21, 16h54 par Nonchalance

BON PLAN SEXY : De -15 à -70% chez la boutique sexy LoveHoney.fr. LoveHoney.fr propose toute l'année des réductions très agressives sur leur catalogue lingerie, sextoys et autres accessoires. Suivez ce lien pour consulter les offres du moment.

Vous pouvez aussi soutenir FTS en passant par ce lien pour faire votre shopping sur Amazon.fr

Répondre