L'amour ideal

Note : 21

le 05.06.2020 par Whaleshark

7 réponses / Dernière par Alniyat le 12.06.2020, 17h25

C'était plus simple du temps de papa & maman. Pour celles et ceux qui veulent échanger autour de la vie de couple et des relations, et des différentes formes que tout ça peut prendre. Polyamour ou monogamie, relations libres, jalousie, engueulades dans la cuisine, routine, infidélité, la totale.
Répondre
Apres avoir eu une relation qui ne me satisfaisait pas pleinement pendant plusieurs annees, j'ai adopte une vision tres idealiste de l'amour et du couple.

La premiere rencontre doit me faire vibrer, les suivantes ne doivent me laisser aucun doute quant a mon desir d'etre avec la personne. Tout doit se passer de facon tres spontanee et naturelle, sans forcer quoi que ce soit, sans faire de projets d'avenir trop tot.
Etre a fond dans le moment present.
L'absence de la personne doit me laisser un vide.
Je dois apprecier la personne au point qu'aucune autre femme ne puisse detourner mon attention d'elle.

Une relation passionelle, qui ne laisse nulle place a l'ennui ni a la routine.

D'experience et de celles de mes amis, ce genre de rencontre est malheureusement rare, et se termine souvent en obsession amoureuse qui fait fuire l'autre personne.

Suis-je donc trop naif? Trop nourri de films hollywoodiens? Doit-on se contenter d'une fille qu'on apprecie simplement, sans trop de folies?

A vos claviers...
Oui tu es sûrement un « idéaliste de l’amour » dans le sens où ce que tu décris ça ne peut pas perdurer à mon sens aussi intensément dans le temps. La passion c’est le début. C’est clairement utopique de penser qu’il n’y aura ni ennuie ni routine et que ton attention je sera jamais détourné par une autre femme (sans forcément tromper mais même en couple on reste humain et il est tout à fait possible de ressentir de l’attirance sur l’instant pour une autre personne).
L’amour inconditionnelle et presque parfait n’existe pas et heureusement car il y aurait également une forme de lassitude qui s’installerait.
Je peux comprendre je fais partie aussi des gens qui ont besoin de ressentir intensément pour réussir à aimer et s’investir dans une relation.
Bah oui effectivement ça fait fuir l’autre, la passion c’est destructeur, ça crée de la dépendance affective, de l’obsession amoureuse comme tu dis, le sentiment de possessivité aussi. La peur de ne pas être aimé à égal de l’autre.

C’est vrai que : est il préférable de vivre une histoire intense mais émotionnellement difficile à gérer ou n’est il pas préférable d’aimer peut être moins fort mais d’avoir une relation plus saine et équilibrée ?...ça se discute...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Post responsable le 08.06.20, 05h06 par Onmyoji
  • [+1] Merci ! :) le 08.06.20, 22h42 par Whaleshark
  • [+1] Bien vu le 12.06.20, 17h29 par Alniyat
Ahh la passion… oui c’est brûlant, dévorant, en fait tu deviens fou et ta folie est alimentée par celle de l’autre pour peu qu’il partage ton goût de l’irréel. Alors pas de routine en effet, des corps qui se prennent furieusement, des retrouvailles n’importe où, à n’importe quelle heure, la sensation de vivre un présent intense à la puissance mille… tu es loin d’une comédie à l’eau de rose mais très vite dans une tragédie. Ce besoin de fusion contrarié par l’absence inévitable, le manque de l’autre, intolérable, et comme un drogué devant sa dose tu plonges encore plus loin à la moindre rencontre.

Tu peux en venir à négliger tes amis, ton job, en gros tu perds peu à peu le contrôle de ta vie pour des instants. En fait tu as rencontré une personne qui comme toi a une fragilité affective, chacun cherchant à la combler au travers de l’autre. Et ça finit mal quand l’un se réveille. Et même celui qui coupe le cordon souffre, il lui reste malgré les années qui passent une nostalgie que plus rien ne peut effacer.

Dernière chose : une telle passion n’a rien à voir avec l’amour, rien à voir avec les sentiments passionnés que tu peux éprouver lors d’une rencontre équilibrée. Dans cette passion dont le temps est limité et qui au final s’avère destructrice, tu ne cherches pas à donner mais à prendre, encore et encore…
Est-ce une chance de connaître cette folie ? En tout cas une expérience.
___

Mais très sincèrement, je pense que l'on peut vivre une belle relation amoureuse, sans ennui, avec des routines bien agréables parce que partagées, construire au lieu de détruire, rien n'empêchant d'alimenter jour après jour le désir indispensable à une vie de couple épanouie... peut-être n'as-tu pas encore rencontré celle susceptible de te donner également envie de construire ?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] A lire le 08.06.20, 05h06 par Onmyoji
  • [+1] Intéressant le 08.06.20, 22h43 par Whaleshark
  • [+3] 100% d'accord le 09.06.20, 17h15 par touska
  • [+1] Bien vu le 12.06.20, 17h29 par Alniyat
Whaleshark a écrit :
05.06.20
La première rencontre doit me faire vibrer, les suivantes ne doivent me laisser aucun doute quant a mon désir d'être avec la personne. Tout doit se passer de façon très spontanée et naturelle, sans forcer quoi que ce soit, sans faire de projets d'avenir trop tôt.
Être a fond dans le moment présent.
L'absence de la personne doit me laisser un vide.
Je dois apprécier la personne au point qu'aucune autre femme ne puisse détourner mon attention d'elle.

Une relation passionnelle, qui ne laisse nulle place a l'ennui ni a la routine.

D'expérience et de celles de mes amis, ce genre de rencontre est malheureusement rare, et se termine souvent en obsession amoureuse qui fait fuir l'autre personne.

Suis-je donc trop naïf? Trop nourri de films hollywoodiens? Doit-on se contenter d'une fille qu'on apprécie simplement, sans trop de folies?
Ta dernière phrase est pour moi marquante. Tu as l'air de penser que sans passion ou folie, on ne peut apprécier que de manière "simple". Pas intensément, pas de manière complexe. Le choix du mot "simple" est très significatif. Tu as peur de la banalité, de l'ennui, de la routine. De la norme en fait.

C'est peut-être en ça que tu es trop nourri d'Hollywood. Tu veux quelque chose de spécial, et tu y vois de la rareté. D'expérience, pour avoir eu quelques coups de foudre réciproques dans le genre, d'une part, si tu sombres dans l'obsession amoureuse, c'est pour d'autres raisons, parce que tu as un problème au fond de jalousie, d'idéalisation de l'autre, parce que tu te sens incomplet et vide sans elle et ne veux pas la perdre.
Sinon, tu peux très bien être passionné sans être obsédé. Quelqu'un peut être une part très importante, "indispensable" de ta vie, sans laquelle tu te sentirais différent, c'est sûr, mais pas vide. Le vide ce n'est pas l'amour, c'est juste ton vide à toi. Que tu ressentes une forte différence quand l'autre n'est pas là, que tu aies envie de sa présence à elle et pas d'une autre, c'est ça, l'amour, qu'elle ne soit pas remplaçable. Le vide, c'est un reflet malsain* d'un manque chez toi (*pas de jugement sur toi, juste sur le processus)
Après, effectivement, si tu te dis que ne pas te sentir différent en l'absence de l'autre ce n'est pas de l'amour, tu as raison. Mais ce n'est pas pour autant que l'on ne ressent pas cela en aimant sans passion, ou sans perdre le contrôle.

En outre, j'ai envie de te dire que la fluidité de la communication, c'est une chose, mais ça vient aussi beaucoup du moment, et de ton envie de te laisser séduire, pour de plus ou moins bonnes raisons, par une personne, et pas forcément "par elle". Des fois, tu es dans un moment de vulnérabilité, tu en as marre comme toi après tes histoires, tu te dis "une histoire simple ça donne rien, je veux vibrer". Et tu vas vibrer en trouvant une nana qui a l'air de coller à tes critères. Mais comme tu le dis toi-même, en vrai c'est rare, donc tu vas masquer inconsciemment les choses qui pourraient t'alerter sur des différends irréconciliables.
Et c'est le moment où tu te retrouves à faire des erreurs graves.
Faut être très attentif à ce biais là.

Il ne faut pas oublier que la nature est souveraine, et que nous restons esclaves d'une part d'animalité. Et que le désir physique se tasse avec le temps. Il ne faudra pas douter d'avoir des envies pour d'autres femmes, même le jour où tu en auras moins envie avec elle. C'est purement biologique et naturel, et tu n'as pas de contrôle sur ça. En culpabiliser serait vain, ça ne t'empêche pas d'être fidèle.

Mon approche, a longtemps été comme la tienne parce que les rencontres ne cochaient jamais vraiment les cases. Donc au final, c'était toujours aussi rare, mais j'acceptais inconsciemment de me laisser séduire par des nanas qui étaient vraiment différentes et surprenantes et qui avaient le truc numéro un qui me plait, de la répartie, et la capacité à jouer avec moi, même si pour le reste ça collait pas toujours avec ma vision de la vie.
Et au final, c'était aussi décevant. ça m'a quand même appris que certains de mes critères étaient plus ou moins essentiels, mais je pense qu'il faut sous la passion, si tu en as besoin, garder une grille de lecture rationnelle.
Parce que ça a beau être fluide, génial et un beau moment, si tu veux une relation libre et elle exclusive, ça collera pas, si tu veux des enfants et elle pas, ou vice versa, ça collera pas, et même si vous avez les mêmes envies et que ça participe à la magie, si vous n'avez pas les mêmes manières de fonctionner /communiquer dans la vie ou en couple, ça n'ira pas loin quand même.

Et puis, si tu veux t'investir, vraiment construire des sentiments, c'est aussi bien de le découvrir avec le temps, que de se laisser subjuguer par une première impression basée sur des choses très ténues.
C'est aussi "beau", si tu as besoin de penser ça, de se dire que tu l'aimes d'autant plus alors que tu la connais complètement. En général, quand on connait vraiment les gens, il y a toujours des parts d'eux que l'on accepte plus qu'on les apprécie. Si tu es capable de l'aimer entièrement et sincèrement, même si tu ne donnes pas à cela le nom de passion, cela a à mon sens sans doute tout autant de valeur.
Et ça se fait avec du temps. ça se construit, aussi, au travers des interactions. ça se sophistique. ça se complexifie. Au départ, ta relation c'est comme une maison, tu peux acheter une jolie villa clé en main pour un gros investissement de base (et qui te coûtera cher à modifier si ce n'est pas vraiment ce que tu attendais), ou alors tu peux acheter un grand terrain pas trop cher et commencer par poser quelques murs dessus. Avec le temps, de l'énergie, tu peux construire un château ou ce que tu veux.
Si tu restes au stade où tu es satisfait avec juste 4 murs, tu t'en tiens à "ça coche mes cases", mais si ta relation te passionne, c'est quelque chose que tu as toujours envie de faire vivre, sans pour autant tout avoir depuis le départ.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Très intéressant le 08.06.20, 22h43 par Whaleshark
  • [+3] Bien joué le 09.06.20, 17h48 par touska
  • [+1] Intéressant le 13.06.20, 12h34 par Perlambre
Ceci n'est pas une citation inspirante
Merci de vos reponses.

Je suis evidemment d'accord avec le fait qu'il faille garder un equilibre et ne pas sombrer dans l'obsession.

Mais je parle plutot d'un sentiment comme quoi "c'est evident" ou "c'est la bonne" des le debut. Un sentiment qui ne laisse aucun doute, une connexion ideale entre les deux personnes. Quelque chose qui donne l'envie irresistible d'aller plus loin et d'etre en contact avec l'autre personne. Le sentiment que cette personne est faite pour moi. Tout en gardant un equilibre bien evidemment.

En opposition avec une relation avec une personne qui rentre simplement dans nos criteres et avec qui on passe juste du bon temps. La personne peut nous attirer d'une certaine maniere, mais il n'y a pas forcement cet enthousiasme a l'idee d'etre avec elle.

Si je devais faire une comparaison ratee, ce serait comparer le bon ami avec qui on aime bien sortir une ou deux fois par mois, au meilleur ami avec qui on parle tout le temps et avec qui on partage tout.

J'espere que j'ai pas ete trop vague...
Ce sentiment dont tu parles, ce que tu décris, c’est tout simplement tomber amoureux. Rien de plus.
C’est ce qui permet de se projeter avec une personne, de savoir que se sera elle et pas une autre même dans les mauvaises passades. Ça ressemble bien à ce que du décris « c’est la bonne », « c’est évident ».
En fait, ce que tu entends par « amour idéal », c’est ressentir des sentiments, quelque chose de bien plus profond que des relations sans plus. Mais c’est vrai que quand on tombe amoureux, il y a forcément une forme d’idéalisation, d’admiration d’où peut être le fait que tu utilises le terme « idéal ».
Tomber amoureux c’est une alchimie entre deux personnes qui ne s’explique pas. Ce n’est pas être idéaliste de vouloir expérimenter ce genre de relation, y’a pas de questions à se poser, ça te tombe dessus. Tu sauras le reconnaître instinctivement mais manifestement si tu te questionnes dessus, c’est que peut être tu ne l’as jamais connu ?
Je pense qu'une grande partie de ce sentiment est générée par ton propre comportement, et notamment - même si c'est pas la seule chose que j’aimerais dire - par le fait que tu sois influencé la beauté, et les projections qui en découlent. Un petit coup de Schopenhauer et tu ne feras plus la différence entre l'amour et le besoin de copuler. :lol:

Etre a fond dans le moment present.
Ces projections imaginaires, en plus faire que nous ne sommes jamais dans sa réalité présente, n'ont en soi aucune valeur pour juger de la solidité d'une relation longue, elles font naître en nous des émotions que les stoïciens appelaient des « passions » (ancien terme pour parler des émotions). « Pathos » en Grec veut dire souffrance, ce par rapport à quoi nous sommes passif : ce que nous subissons.

Dans un sens, c'est nous qui faisons d'une fille la bonne, et pas l'inverse. Je ne crois pas à la "magie" des rencontres. La magie semble opérer seulement quand on est pas l'initiateur, où lorsque nous sommes dans un état interne particulier/modifié (donc c'est de l'attente pure ou l'attente de cet état interne particulier qui n'arrive que trop rarement : de la passivité). La magie est toujours initiée par quelqu'un qui apporte quelque chose d'inhabituel. En ce sens, il me paraît important d'en prendre conscience et d'en être l'initiateur : un casseur de routines, un transformateur, un faiseur de magie.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 12.06.20, 09h02 par Onmyoji
  • [+1] Intéressant le 12.06.20, 12h48 par The_PoP
  • [+1] Intéressant le 12.06.20, 17h26 par Alniyat
  • [+1] Constructif le 13.06.20, 12h35 par Perlambre
Whaleshark a écrit :
08.06.20


Mais je parle plutot d'un sentiment comme quoi "c'est evident" ou "c'est la bonne" des le debut. Un sentiment qui ne laisse aucun doute, une connexion ideale entre les deux personnes. Quelque chose qui donne l'envie irresistible d'aller plus loin et d'etre en contact avec l'autre personne. Le sentiment que cette personne est faite pour moi. Tout en gardant un equilibre bien evidemment.

En opposition avec une relation avec une personne qui rentre simplement dans nos criteres et avec qui on passe juste du bon temps. La personne peut nous attirer d'une certaine maniere, mais il n'y a pas forcement cet enthousiasme a l'idee d'etre avec elle.

Si je devais faire une comparaison ratee, ce serait comparer le bon ami avec qui on aime bien sortir une ou deux fois par mois, au meilleur ami avec qui on parle tout le temps et avec qui on partage tout.

Sans jugement aucun, j'ai l'impression que ce que tu veux c'est une forme de suprême facilité.

Tu voudrais te glisser dans une relation qui soit déjà complètement taillée à ta mesure. Du genre, dès la première rencontre, une entente tellement intuitive et parfaite qu'il n'y aurait AUCUN effort d'adaptation à faire, ni maintenant, ni plus tard.

Tu voudrais une forme de "fusion idéale" (c'est très séduisant d'imaginer ça, mais c'est aussi souvent une forme de déséquilibre qui comme l'ont dit plusieurs personnes sur le fil n'est pas très loin de la dépendance et ça peut être très trompeur, destructeur...).

Les relations (quelles qu'elles soient) qui tiennent et s'épanouissent sur la durée sans qu'il y ait de travail relationnel sur soi, avec l'autre, d'adaptation, d'ajustement, de remise en question... ça n'existe pas.

Je ne dis pas que tu n'es pas prêt à travailler mais ton fantasme de l'amour qui serait parfait, tout de suite, ça fait fi du réel... Il existe de superbes coups de foudre réciproques mais même ceux-là sont un présage de la relation à venir, rarement une entrée directe de plain-pied comme si on y était déjà. Il faut toujours "s'ajuster" un minimum.

Tu fais la comparaison avec des meilleurs amis... Une relation de "meilleur ami" n'échappe pas à la règle du temps. Hormis quand on est en primaire ou au collège, on ne se fait pas un nouveau meilleur ami en trois jours ! Une relation forte repose aussi sur la construction d'un confort à l'autre, lié à une prise de connaissance et à la traversée d'épreuves de la vie ensemble.

L'absence de la personne doit me laisser un vide.
Je dois apprecier la personne au point qu'aucune autre femme ne puisse detourner mon attention d'elle.

Une relation passionelle, qui ne laisse nulle place a l'ennui ni a la routine.

Tu mets beaucoup de pression sur ton hypothétique future copine. Si pour être la femme idéale, elle "doit" éclipser toutes les autres, te désennuyer perpétuellement par seule magie de sa présence et te remplir au point que tu sois "vide" sans elle... eh bien bon courage la pauvre !

Je comprends que tu aies envie d'une relation avec beaucoup de susbtance, mais si tu te sens "vide" quand l'autre personne n'est pas là, c'est qu'il y a un hic avec toi-même. Dans l'idéal tu dois être au complet, même seul. L'autre doit être un plus, pas une pièce qui s'imbrique dans tes vides.

Je comprends que tu aies envie d'une femme qui t'éblouisse... mais même une très belle femme, sur la durée, aura des jours "sans". Si tu veux construire avec elle il te faut être prêt à accepter les moments où elle est une moindre version d'elle-même (elle peut être de temps à autre malade, fatiguée...) et à l'aimer ainsi. De là à te dire que, si tu trouves une autre femme attirante dans ces moments-là, c'est qu'il y a quelque chose qui ne va pas... ce serait dommage. Peut-être que de mettre cette capacité à être la plus attirante en permanence sur ta liste des traits de la femme idéale vise là encore à te faciliter la tâche : tu voudrais qu'elle ait le pouvoir de t'empêcher d'avoir des dilemmes ou des tentations ailleurs - parce que c'est casse-pieds d'être en couple avec A et d'être attiré par B. Or, ce n'est pas à elle à gérer tes tentations en étant en permanence une sorte de "super-femme". C'est à toi à les gérer avec toi-même.

Et je comprends que tu veuilles chasser l'ennui, mais ça, ça repose sur une gestion intelligente du quotidien avec ta conjointe, ça ne vient pas tout seul.

J'ai aussi l'impression que tu voudrais tourner éternellement en boucle dans la première étape des relations amoureuses, celle où on découvre un Autre avec qui le courant passe et où c'est "magique" parce que chacun est sous son meilleur jour, et inconsciemment on cristallise (à partir du peu qu'on connaît de lui on imagine plus ou moins tout ce qu'on ne connaît pas et on se crée une image idéale).
Cette phase idéale n'est pas faite pour durer. Par définition. Parce que l'idéal c'est pas le réel, et que plus tu t'impliques auprès d'une personne, plus elle devient réelle.
Après, est-ce que c'est vraiment une perte qu'elle s'en aille... c'est peut-être plutôt une mutation, un enrichissement. Parfois, la relation va révéler des déceptions... parfois, elle va au contraire se magnifier et s'intensifier.
Et puis l'autre change et toi aussi. Vouloir figer l'idéal est donc un piège.

Tu parles de films hollywoodiens, pour moi c'est possible qu'on ait dans notre inconscient collectif une image de l'amour qui doit être en permanence au sommet en termes d'attraction, de glamour, de folie... et que tu sois un peu piégé par cette idée. Un amour véritable a ses pics... et ses creux. C'est la vie^^
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Ca va mieux en le disant le 13.06.20, 01h20 par Onmyoji
  • [+1] Absolument le 13.06.20, 12h37 par Perlambre
Répondre