de la misère sentimentale à une vie normale... un anti-journal

Note : 81

le 07.10.2020 par Esope

70 réponses / Dernière par Esope le 15.06.2022, 19h08

La vie est faite de virages, d'obstacles à surmonter, d'audace, de surprises et de rencontres décisives. Racontez votre histoire, entrez dans la légende; partagez vos cheminements, vos interrogations, vos rencontres, vos aventures - foirées ou réussies, c'est pas le plus important - et recevez les avis et conseils des autres membres.
Salut, moi c’est Esope, je suis maintenant au début de ma trentaine et j’aimerai raconter ici mes expériences de vie en lien avec la séduction et mes réflexions.

Pourquoi ? Pendant très longtemps, j’ai souffert de mon célibat, de mon absence de succès avec la gente féminine, ce qui a créé de grosses frustrations et amplifié quelques soucis psy. J’ai été au fond du trou, perdu, sans espoir. Mon propre futur me semblait impossible, si on me l’avait prédit, je n’aurai pas osé y croire.
A cette époque, je lisais régulièrement les forums sans y participer, et j’appréciais de voir comment certains s’en sortaient... Maintenant c’est à mon tour de raconter comment je m’en suis sorti et si ça peut aider quelqu’un, donner un peu d’espoir à certains ou amener d’autres à réfléchir, et bien tant mieux.

Pour info: j'ai eu ma première copine à 26 ans (pendant quelques mois), ensuite plusieurs partenaires dans les mois qui ont suivi; puis plusieurs relations sérieuses ou pas ayant durée de quelques mois à 3 ans. Maintenant je suis à nouveau célibataire depuis quelques mois
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Bienvenue ! le 07.10.20, 19h30 par The_PoP
  • [0] Bienvenue ! le 07.10.20, 22h10 par Allandrightnow
  • [+1] Bienvenue ! le 07.10.20, 22h44 par Onmyoji
  • [0] Bienvenue ! le 09.10.20, 11h23 par Zaik

« Pourquoi ? Pourquoi moi ? »
Esope, quand il avait 16-18 ans, pensait qu’il avait le temps. Il avait de nombreux amis, il flirtait avec quelques filles, mais c’était juste un jeu avec des personnes sympathiques et attirantes, rien de plus que parler et rigoler. Il y avait le temps pour trouver LA BONNE PERSONNE.

Et ensuite, le désert pendant 5 ans. Des études prenantes dans un univers très masculin. La pression, la perte de confiance en soi, la frustration, la dépression…

Esope, à 23 ans, a repris du poil de la bête. Il a rencontré quelques demoiselles mais tout est resté platonique. Soit elles ne lui plaisent pas vraiment (juste physiquement mais il cherche plus), soit elles jouent avec lui. Il se dit que se n’est qu’une question de temps et d’effort avant que ça marche avec une fille bien.

Esope, à 26 ans, ses dernières années il a essayé encore et encore. Il a énormément travaillé sur lui-même. Il a plus d’amis, un bon job, sort de sa zone de confiance, essaye de relativiser. Mais c’est encore et toujours la galère, il a traversé des périodes affreuses. Heureusement en ce moment, il a un bon flirt, et à force de la faire rire, la demoiselle, qui n’était pas chaude au début, vient de lui proposer de sortir, à deux, le lendemain, dans un bar sympa. Mais elle prévient, elle a besoin de temps. Esope est aux anges, rien ne presse… Ce coup là, il le sent bien, enfin !

Le lendemain, Esope désespère dans son lit, une nuit sans sommeil où la rage domine. Quelques heures plus tôt, la fille qui occupait ses pensées avait finalement décidé de finir la soirée dans le lit de son meilleur pote.

L’incompréhension, le désespoir, la rage :
« 
- Qu’est ce que j’ai encore fait de travers ?
- Pourquoi la vie s'acharne sur moi ?
- Pourquoi aucune femme ne me trouve à son goût ? Je ferai ce qu’elle voudra !
- Pourquoi les autres n’ont pas ce problème ?
»


Cher lecteur, j’espère que tu n’as jamais vécu ses émotions, ce désespoir. Si c’est le cas, tu connais mes questions. Mais pour s’en sortir, il faut connaître les causes du mal.

A cette époque, j’avais trouvé plusieurs raisons expliquant mon célibat. Aucune n’était complètement fausse.
Je ne suis pas assez beau

c’est vrai que la première fois que quelqu’un m’a dit que j’étais beau, j’avais 27 ans… et depuis, une seule autre femme m’a dit et répété que j’étais beau, mais qu’elle ne l’avait remarqué qu’après le début de notre relation. Oui j’ai une beauté assez confidentielle! mais ce n’est pas un problème, malgré mon physique, j’ai eu des copines, certaines très jolies, certaines juste pour du cul.


Je n’ai pas de chance

jusqu’à mes 26 ans, je n’étais pas chanceux avec les femmes, c’est vrai! Même en essayant encore et encore… Deux solutions, améliorer sa technique, ou essayer encore (tant que ta probabilité de succès est supérieure à 0, sinon améliore ta technique avant). Le problème est que chaque échec m’envoyait au bord de l’abîme, la dépression n’était jamais loin, et donc j’avais peur d’essayer. Le futur m’a prouvé que la chance tourne et retourne...


Je suis un handicapé du charisme

Alors oui, je n’attire pas les regards quand j’entre dans une pièce, je ne suis pas un leader né. C'est même l'inverse, j'évite els regards, j'ai une posture qui ne reflète pas la confiance en soi... Ça se travaille peut-être. Il y a au moins une solution alternative que j’ai découvert par la suite : être à l’étranger, et de préférence, en dehors des zones touristiques :) Là, même si tu es quelconque physiquement, ton accent est tellement charmant, qu’on te remarque à tous les coups


Les femmes ne sont pas fiables ou sont manipulatrices… et je suis un sacré pigeon

Oui, les hommes sont pareils. Avec le recul, chacun cherche à atteindre ses objectifs, les autres ne sont souvent qu’un moyen d’y arriver. C’est égoïste? c’est la vie, et il faut s’y faire.
En pratique, ça n’empêche pas d’avoir une relation, mais je me faisais baladé car je ne savais pas dire non et j’espérais que ça finisse par marcher


Les vraies raisons, en tout cas celles que je perçois avec un peu de recul :
Je suis un romantique, gentil et honnête avec ça :
- du fait de mon éducation assez traditionaliste, je voyais les relations peu sérieuses de manière négative
====> déficit d’expérience, de relations fun
====> aucune confiance quand je rencontre quelqu’un qui me plaît
- je pensais que les femmes cherchaient avant tout une relation, et pas de sexe (de ce fait, je ne sexualisais pas)
- j'ai longtemps pensé que rencontrer une femme viendrait tout seul, au lieu d'être proactif, de forcer le destin
- j’étais, et je suis toujours, très altruiste, je me sacrifie facilement :
====> je préfère laisser passer une occasion que de blesser quelqu’un
====> essayer de séduire une fille en couple était pour moi impensable

=> modifier mes valeurs et mes croyances m’a aidé à m’en sortir, mais c’est long !

J’étais en manque de confiance et j’avais une vision de moi même de plus en plus mauvaise:

- cela a attiré un certain nombre de femmes qui ont cherché à profiter de moi (pas physiquement :/ mais pour recevoir des attentions, des services, être invitée au resto, au cinéma…)
====> je perds confiance, cercle vicieux
- je suis aveugle, je ne vois pas quand une femme est intéressée (mon psy disait que ça m’arrangeait bien, car cela aurait perturbé mon opinion sur moi-même)

=> j’ai fini par me rendre compte que la seule chose qui me manquait était un succès avec une femme. Un compliment, l’embrasser, coucher avec, savoir qu’elle me désire… N’importe laquelle de ses choses m’aurait fait un bien fou et boosté ma confiance en moi pour des semaines!
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 08.10.20, 00h05 par Jalapeno
  • [+1] Intéressant le 08.10.20, 08h11 par Onmyoji
  • [+1] La suite, vite ! le 08.10.20, 21h38 par Allandrightnow

Esope Unchained
Esope désespère dans son lit, une nuit sans sommeil où la rage domine. Quelques heures plus tôt, la fille qui occupait ses pensées avait finalement décidé de finir la soirée dans le lit de son meilleur pote.
LA RAAAAAAAAAAAGE !
Une émotion nouvelle et tellement forte, j'ai failli devenir fou. Une porte ouverte s'est ouverte sur mon côté obscur !

J’ai toujours voulu être un gentil mais ça ne paye pas
Le romantisme, ça plaît en théorie aux femmes, mais en pratique...
J’ai toujours voulu éviter de blesser les autres, mais je finis sur le carreau à la fin.

Bref, maintenant je me laisse la possibilité de penser avant tout à moi, à ce que JE veux.

Première étape : trouver un psy, parce que j'en avais besoin
Deuxième étape : essayer encore avec les femmes, mais sans être spécialement gentil et honnête.

Après quelques mois, j’avais contacté quelques filles sur internet, pas toutes forcément très intéressantes. J’ai prétendu être plus que ce que je n’étais, j’ai sexualisé les conversations (ça c’était nouveau, je ne savais même pas de quoi je parlais. Je crois que la seule raison qui a fait que j'ai essayé, était que ces filles ne m'intéressaient pas vraiment).
Une demoiselle cherchant une relation sérieuse m'a fait comprendre qu'elle souhaitait me rencontrer. On était très différent, elle vivait loin, j'avais des doutes sur ce que cela pourrait donner. Mais pour savoir si cela marche ou pas, il faut essayer. Elle m’a invité chez elle pour un week end. Ça s’est bien passé, j’ai rencontré ma première copine, une demoiselle sympathique, qui me trouvait intéressant et attirant. Du bonheur en barre!

Ça n’a pas marché longtemps. Elle a commencé à s’attacher après quelques mois, alors que pour moi notre relation atteignait ses limites. Bref, je l’ai quitté. Elle était triste, elle a pleuré, j’étais malheureux et triste pour elle…
Mais pour moi, j’étais enfin heureux, j’avais cassé ma malédiction, j'avais séduit une femme, donc c'était sans doute possible avec d'autres aussi. Je ne lui ai jamais raconté les misères que j’avais eu avant de la rencontré, je ne l’ai donc jamais remercié de m’avoir permis de m’en sortir.
Mais je la remercie du fond du coeur !
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] La suite, vite ! le 08.10.20, 08h15 par Onmyoji

Une année exceptionnelle !

Dans les semaines avant de rencontrer ma première copine, j’étais dans mon état normal… c'est à dire désabusé, j’avais perdu depuis longtemps la légèreté, la confiance et j’étais sur certains aspects de ma vie en mode survie. J’avais honte de mon absence d’expérience avec les femmes et une mauvaise image de moi-même (sur le plan de la séduction). Bref, j’étais très loin de me douter que l’année à venir serait incroyablement bonne.

Acte 1 : ma première copine.
J’ai déjà expliqué cette relation. Bien que cette demoiselle ne correspondait pas à mes attentes à long terme, c’était magique sur le court terme. J’étais capable de transformer un flirt en relation sentimentale, d’avoir une petite complicité avec quelqu’un, d’être désiré. Niveau sexe, ce n’était pas fou mais, pour moi, c’était déjà énorme ! Cela m’a transformé. En fait j'étais devenu 'normal', j'avais finalement passé un rite de passage. C’est incroyable à quel point une petite validation peut faire gagner en confiance en soi.

Disparue la honte ! Evanouies ces nuits de désespoir ! Me voila libre !

Et ma première décision d’homme libre a été de quitter ma copine et « le confort » qu’elle me procurait. Mes ailes étaient déployées, je ne m’envisageais pas avec elle sur le long terme et je ne voulais pas la blesser en laissant ses sentiments devenir plus forts.

Acte 2 : de la confiance, et de courtes rencontres

Le sexe pas encore décomplexé

Après 3 mois de célibat, de retour sur un site de rencontre, je me suis fait chauffé par une jeune demoiselle. Un ami m’a conseillé de profiter de l’occasion. J’ai vu la fille, on a couché ensemble… et je suis parti une demi-heure après : j’étais mentalement très perturbé. D’un côté, j’étais fier et heureux d’avoir couché avec cette fille, de l’autre, on n’avait vraiment aucun point commun, rien qui nous liait à part un peu de désir. Et le fait de voir quelqu’un qui ne me plaît pas vraiment juste pour me vider les couilles… J’ai trouvé ça pitoyable. C’était vraiment trop éloigné des valeurs dans lesquelles j’ai été éduqué.

Les choses les plus belles arrivent lorsqu’on s’y attend le moins
Quelques mois plus tard, fort de ma confiance qui ne me quitte plus, je décide de partir en vacances 3 semaines à l’étranger, seul, sans vrai programme, pour voir où le vent me portera. L’objectif caché est de sentir si je pourrai vivre à l’étranger quelques temps, par curiosité et par défi.

Je me suis posé dans une auberge de jeunesse pas chère, à l‘extérieur d’une charmante petite ville. Il y a 9 lits dans ma chambre et mes quelques « colocs » sont sympa mais changent tous les jours. Les jours passent, je profite, je rencontre des hommes et femmes, on discute, je bois des canons et je rentre tard.

Un matin je suis réveillé par une jeune femme qui s’excuse 10 fois de me réveiller et quitte la chambre. Quand elle revient, je lui demande ce qu’elle fait dans cette ville et apprend qu’elle n’a pas un programme chargé pour la journée. Je lui propose donc d’aller faire un tour ensemble plus tard et elle me donne son numéro.
Finalement on décide d’aller dîner ensemble et on boit quelques verres. Elle a 19 ans. Je lui dit qu’elle est vraiment mignonne et elle se teinte d’un beau rouge écarlate. En retournant vers l’auberge, je lui propose de faire un détour par la place la plus belle de la ville. Sur place elle me dit que c’est vraiment joli, romantique… et je l’embrasse fougueusement. Puis on se remet en route vers l’auberge plus ou moins silencieusement. Subitement, elle me demande si j’ai des préservatifs (OUIIIIII, j’en avais acheté le matin même, divine inspiration…). A ce moment la tension est à son comble mais je suis joueur et je multiplie les détours vers les endroits romantiques. A chaque arrêt cela devient plus chaud et on se demande en rigolant comment on va faire dans une chambre de 9 lits.
Miracle ! il est minuit, en semaine et la chambre est vide, pas d'autres draps que les nôtres. La demoiselle me dit qu’elle veut y aller doucement, qu’elle est vierge. Je fais tout pour la mettre en confiance, et je lui dit qu’on fera ce qu’elle voudra faire. Elle me répond qu’elle veut tout faire.

Cette nuit de sexe reste la plus magique et étrange de ma vie. La demoiselle était vierge mais avait bien plus d’expérience que moi : elle avait déjà eu une dizaine de partenaires sexuels (dont seulement 2 hommes qui n’avait apparemment pas réussi à la pénétrer selon ses dires). Elle prenait tellement de plaisir que j’avais l’impression d’être Dieu en personne (elle était tellement sensible qu’elle ne pouvait plus bouger à partir du moment où je l’effleurais. Il fallait qu’elle repose sur le dos pour la pénétration, car elle ne pouvait pas rester debout ou au dessus).

Le lendemain on se quitte, on se revoit pour une autre session de pur sexe une semaine plus tard.
Wahou! Je n'en revenais pas, je suis resté sur mon nuage pendant le reste des vacances. Je ne voulais que profiter de la mémoire de cette alchimie si parfaite et de cette aventure sexuelle magique ! Ma vie avait définitivement changé pour le mieux et la chance était avec moi!


Le consentement !
Au retour des vacances, je rencontre une demoiselle prometteuse avec laquelle j’avais déjà discuté par hasard à Paris. Pourquoi prometteuse? elle a un peu de charme, mais surtout plein de qualités qui me font dire que c’est le genre de fille avec lequel je pourrai me poser.
Un deuxième rendez vous commence très bien. On a prévu de passer l’après midi ensemble, et elle m’embrasse en me voyant. On passe 3 heures dehors à se rouler des pelles puis elle me dit que, si je veux, on peut aller chez elle.
On continue à s’embrasser et ça devient à la fois plus chaud et assez étrange. Car elle est tendue. Plusieurs fois elle me demande d’arrêter ou de ralentir… ce que je fais. Puis, après 10-20 secondes de calme elle revient à la charge et passe à la phase suivante, enlève un vêtement ou me demande d’en enlever un, va fermer les rideaux et va s’asseoir sur moi. Elle me dit qu’elle ne veut pas aller plus loin… attend 10 secondes puis enlève sa culotte… 30 secondes plus tard elle me dit qu’elle va chercher un préservatif, revient et me chevauche. Mais elle avait toujours l’air tendue.
On passe encore quelques heures ensemble puis je rentre chez moi, on s’envoie des messages jusque tard dans la nuit en fixant notre prochain rendez vous.

Le lendemain, la demoiselle m‘appelle et elle est en colère. Elle me dit qu’on est allé beaucoup trop vite et qu’elle s’est sentie forcée à coucher avec moi. Pour ma part, je suis anéanti : oui j’avais senti qu’il y avait de la tension, mais vu qu’elle revenait chaque fois à la charge ensuite, je n'avais juste rien compris ; elle m’a dit qu’elle avait couché avec moi parce qu’elle savait que c’était ce que je voulais. Je lui ai dit que j’étais désolé et que j’aurai été prêt à attendre… Mais pour elle, c’est trop tard. Fin de l’histoire et je me sens mal.
Les phrases les plus importantes du post!
Depuis cette histoire, j’ai décidé de parler de sexe avec mes potentielles partenaires avant de me retrouver au lit avec elle, en tout cas avant d’entreprendre quoi que ce soit au lit.

Message N°1 : j’aime le sexe, mais il n’y a pas urgence. Je préfère qu’on soit tous les deux à l’aise avant de faire quoi que ce soit

Message N°2 : j’aime la pénétration, mais ce n’est pas obligatoire, loin de là

(bon on se comprend, je n’envisage pas une relation de long terme sans pénétration non plus, mais si la demoiselle veut attendre quelques semaines ou mois, il vaut mieux être au pire un peu frustré que de la blesser)
Acte 3 - Cette année magique finit en beauté
J’ai envie de vivre autre chose, j’ai quitté mon job et j’ai décidé de prendre des cours de langue pendant 3 mois à l’étranger. Jusque là, je n’avais brillé à l'université que pour mes résultats aux examens. Je n'y avais jamais eu ni l’ombre d’une copine, ni la moindre once de popularité. Cette fois, c'est différent: j’étais complètement désinhibé. J’étais invité tous les jours à boire un verre ou faire un truc par d’autres étudiants étrangers, à partir des tous premiers jours, j’étais ouvertement dragué par une américaine et une sud-coréenne…

Un soir, j’avais un peu trop bu et rien mangé, j’essayais de faire rire un groupe en espérant intéresser une blonde à forte poitrine et tout le monde riait aux larmes de mes blagues et de mon accent. C’est parfait, mais j’avais trop faim. J’ai proposé d’aller manger un truc mais l’ensemble du groupe avait déjà mangé, et tous ont refusé.… tous sauf une très jolie blonde qui m’a dit : j’ai déjà mangé mais je veux bien t’accompagner. Et c'est ainsi que débuta ma première relation amoureuse.



Conclusion :
pourquoi cette année a si bien marché ? (il y a quand même deux expériences pas spécialement positives mais les deux m'ont permis d'apprendre quelque chose d'important). La chance a peut être tourné en ma faveur, mais surtout j’avais la confiance, je n'avais plus cette peur de l'échec et je n’avais plus l’impression d’être un extraterrestre.

Si j’avais forcé mon destin plus tôt, si je n’avais pas cherché la bonne personne si longtemps, j’aurai sans doute eu ma première relation plus tôt. Et de ce fait retrouvé bien plus tôt cette confiance en moi qui me faisait tant défaut.
Le Mieux est l’ennemi du Bien.

Et au contraire si j'avais attendu, je serai certainement retombé en dépression quelques mois plus tard, en apprenant que mon cousin de 16 ans à l'époque avait sa première copine. Et celui qui dit que ce n'est pas une course a bien raison mais je lui souhaite de ne jamais vivre pareille situation.

Si tu es dans une misère sentimentale sans fond... ne perd pas espoir. Prépare toi et joue ta chance crânement. Et si une occasion se présente, même si ce ne serait pas ton premier choix, saisit la. Oui, c'est égoïste et pas forcément honnête pour la demoiselle, mais qui sait comment cela pourrait évoluer. Et au contraire, qui sait quand la demoiselle de tes rêves se présentera? et surtout pourras tu la séduire sans expérience et/ou confiance en soi?
Bref apprends à ramper et à marcher avant de vouloir courir un marathon.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] A lire le 09.10.20, 06h36 par Onmyoji
  • [+1] Intéressant le 09.10.20, 09h19 par Jalapeno
  • [+1] Intéressant le 10.10.20, 21h39 par Allandrightnow

On continue à s’embrasser et ça devient à la fois plus chaud et assez étrange. Car elle est tendue. Plusieurs fois elle me demande d’arrêter ou de ralentir… ce que je fais. Puis, après 10-20 secondes de calme elle revient à la charge et passe à la phase suivante, enlève un vêtement ou me demande d’en enlever un, va fermer les rideaux et va s’asseoir sur moi. Elle me dit qu’elle ne veut pas aller plus loin… attend 10 secondes puis enlève sa culotte… 30 secondes plus tard elle me dit qu’elle va chercher un préservatif, revient et me chevauche. Mais elle avait toujours l’air tendue.
On passe encore quelques heures ensemble puis je rentre chez moi, on s’envoie des messages jusque tard dans la nuit en fixant notre prochain rendez vous.
C'est très tendu ce genre de situation. Souvent en plus, comme on est dans l'excitation, on ne maitrise pas particulierement son langage corporel. Et du coup, son comportement a elle (je me base sur ce que tu dis hein), n'est pas clair.

Il y a pas mal de leçons a retirer de ça :

Le consentement c'est rarement aussi simple qu'un "oui / non", le désir est parfois ambigu, les gens ne savent pas trop ce qu'ils veulent, l'alcool peut aussi aider, et les femmes sont souvent dans une situation ou elles se vivent comme "obligées" pour diverses raisons. Ca ne veut pas dire qu'un homme ne peut pas se sentir obligé, juste que c'est vécu différemment. Dans l'éducation au consentement, j'insiste aussi beaucoup sur le fait que les femmes doivent apprendre a dire clairement quand elles ont envie car un homme ne peut pas non plus toujours deviner. Apres, ce qu'elle dit est plutôt clair. Comment as-tu réagis sur le moment? As-tu eu l'air déçu ou autre? Quelque chose qui a pu l'inciter à sentir que tu lui reprochais?

C'est pas sur qu'on aie la réponse et je ne suis pas en train de te juger, c'est plutot la preuve qu'il faut faire très attention et passer d'un "oui / non" à ce que certains copains appellent le "consentement enthousiaste".

En anglais ils disent "Nothing less thant a "Fuck yeah" !"

C'est souvent tellement en dehors de la tete de certain.e.s que tu ne peux pas nécessairement te rejeter la responsabilité complete dessus, même si c'est extrêmement lourd a porter. Si je voulais argumenter dans l'autre sens, je dirais "en meme temps si elle revient a la charge c'est que son message était pas clair, et tu ne pouvais pas savoir".

J'imagine que la ligne est entre les deux.
Pour ma part, je suis anéanti : oui j’avais senti qu’il y avait de la tension, mais vu qu’elle revenait chaque fois à la charge ensuite, je n'avais juste rien compris ; elle m’a dit qu’elle avait couché avec moi parce qu’elle savait que c’était ce que je voulais.
Il peut y avoir un raté par moments. Je pense que la clé est "j'avais senti qu'il y avait de la tension" et dans ces cas là, réussir à prendre du recul et a poser la discussion sincerement. C'est pas simple au début, surtout quand on est chaud comme la braise, mais ca évite ce genre de mauvaise expérience (car au final, entre son vécu et ta culpabilité, ca n'avait pas l'air de valoir le coup).

En tout cas, les deux leçons que tu en as tiré sont très bonnes, rester à l'écoute et surtout ne pas mettre la pression. Accepter aussi qu'on peut merder, et développer un radar pour les filles qui pourraient être ambigues / ne pas l'exprimer.

Cool ces écrits !

Tu m'as donné envie de rouvrir un journal d'introspection dans le public j'y ai pas mal de trucs à exprimer et à libérer 🙂

Merci du partage 🙂

Merci pour vos messages Owen et Zaik!

@Owen: le sujet du consentement est très important selon moi et je me sens partiellement responsable de cette mauvaise expérience. C'est clairement un point sur lequel je fais plus attention. Je reviendrai sur le sujet du consentement dans un post dédié.

@Zaik: je suis curieux pour ton journal :)

Vertiges de l’amour, j’ai du rêver trop fort

Haaaaa la première relation amoureuse !
Cette jolie blonde croisée en soirée, qui m’accompagne manger un bout, que je raccompagne jusque chez elle et à laquelle je donne mon numéro.
Elle me rappelle le lendemain pour un premier rendez vous, visite d’une ville romantique dans les parages. C’est magique, elle est belle, plutôt intelligente, elle a de l’humour (et le même que moi !) et une certaine classe/aisance en société.

On se retrouve chez elle et on commence à s’embrasser… et elle me stoppe avant d’aller plus loin.
- Je ne veux pas aller trop vite.
- C’est OK pour moi ; c’est quoi trop vite ?
- Si tu me laisses choisir ça peut durer un mois
- Ok

On passe d’excellents moments ensembles. On se voit tous les deux jours : soirées tranquilles ou actives, à deux ou avec des amis, balades en forêt, sorties... On rigole bien, on est mutuellement intéressé par l’autre, et pas que physiquement… Ca se passe très très bien. Elle me plaît et elle me met en confiance comme c’est pas possible… et on rigole tout le temps.
Assez rapidement après l’avoir rencontré, j’ai expliqué aux deux autres demoiselles avec lesquelles je flirtais que je ne suis plus intéressé.

Finalement on aura progressivement avancé au niveau sexuel et couché ensemble quelques jours avant la fin du mois. Au lit ça se passe bien pour nous deux. Elle me dit qu’elle n’a jamais douté que je serai un bon amant, qu’elle sentait que je m’y connaissais (euh quoi?! Il y a un an j’étais puceau et si j’ai eu 40 rapports depuis, c’est que j’ai compté large).
C’est avec elle que je commence à établir ma philosophie sexuelle : occupe toi de donner du plaisir à ta partenaire, elle t’en donnera en retour. Et l’une des bases de cette philosophie est de savoir ce que l’autre veut/aime, et donc de communiquer beaucoup.

Ca devient sérieux
Les mois passent et le plaisir d’être ensemble grandit. On se fait des week-ends/sorties romantiques, elle rencontre mes meilleurs potes et moi les siens. Je me rappellerai toujours de ses larmes à la fin d’un week end avec ses amis. Elle me dit qu’elle croît qu’elle est amoureuse de moi, et cela me comble de joie.

Elle rencontre mes parents et s’intègre très bien dans ma famille. On commence à planifier le futur car elle va devoir retourner 9 mois dans son pays, et elle me dit qu’elle aimerait qu’on vive ensemble quand elle reviendra. Au téléphone, ces parents ont l’air sympathiques, heureux pour nous et m’invitent à visiter leur pays.

Je m’envole avec ma copine vers son pays. La rencontre de sa famille se passe très bien et son pays me plaît. la famille est accueillante, me fait des cadeaux, m’explique tout de leur pays, de leur vie, veut me faire goûter toutes les spécialités locales. Deux points me surprennent : la richesse de la famille de ma copine (elle vient de la très haute société, une famille d’héritiers), et la relation de ma copine avec ses parents : on sent une très grande proximité parfois entrecoupée de grosses tensions.

Plus dure sera la chute
C’est l’heure de la séparation pour 3 mois (on a prévu de se voir dans 3 et 6 mois). Je prends l’avion et je rentre. A mon retour, plusieurs messages de ma copine en pleurs sur le répondeur! Ses parents lui ont expliqué qu’ils ne veulent plus me voir, apparemment, le fait que je sois étranger et que je ne sois pas riche est un problème (pour info, la fin de ma deuxième relation sérieuse est aussi indirectement liée à un compte en banque qui n’est pas assez grand… et pourtant je gagne très bien ma vie :/)

Ma copine m’explique qu’elle s’en fout de leur avis, ses parents l’ont déjà assez fait chier avec ses exs, que c’est à elle de décider avec qui elle veut faire sa vie… Pourtant, les semaines passent et ça se complique. Je sens de nombreuses incohérences dans ce que ma copine me raconte. Elle me dit de ne pas m’inquiéter mais devient plus distante.

Elle sort plus, a de plus en plus d’amis (dont beaucoup de gars ; elle me raconte qu’ils lui courent tous après, lui disent qu’elle est sexy...). Ca me rend fou ! Elle a toujours eu besoin de capter l’attention mais là ça va trop loin. Je lui demande de mettre les choses au clair, soit on est ensemble et il faut qu’elle tienne les gars à distance, soit on se sépare. Elle m’assure régulièrement qu’elle veut rester avec moi, qu’elle gère la situation, que je ne dois pas douter d’elle.

Avec le temps, elle s’embrouille les pinceaux, je reçois des messages qui ne me sont pas destinés, mes doutes sur ses intentions et sa fidélité grandissent. Elle me raconte certaines choses qu’une fille normalement constituée ne raconterait pas à son copain, ou alors pour le rendre jaloux. En même temps, elle cache des choses que je découvre au hasard de nos conversations, et pour lesquelles elle n’a aucune explication qui tiennent la route. Je finis par la stalker sur le net et j’apprends qu’elle qu’elle me ment sur ses relations avec un gars qu'elle trouve mignon… je lis aussi qu’elle prétend être célibataire et que sa dernière relation amoureuse était catastrophique.

Je la confronte, je suis à la fois pitoyable et ferme, je lui dit que j'ai l'impression de me faire balader et que je ne comprends pas à quoi elle joue. Je finis par lui arracher qu’elle a passé au moins une nuit avec un des gars en question («mais il ne s’est rien passé»:roll:), on se sépare sur Skype.

Grosse déprime qui dure quelques mois! Absolument tout ce que je voyais me ramenait mon ex en mémoire !
La fin du premier amour, une galère à ne pas négliger.


Avec le recul :
j’ai l’impression que la fille espérait que ses parents m’acceptent. Ils avaient déjà refusé la plupart de ces copains précédents et lui avaient proposé des "mariages arrangés". Pourtant, elle m'avait choisi selon les critères de ses parents mais ça n'a pas suffit. Petit à petit, elle a fini par suivre l’opinion de ses parents

je lui en ai voulu pendant longtemps de l’avoir si mal géré la fin de notre relation. Oui c'est jamais facile… mais prétendre qu’elle veut rester avec moi, alors qu’elle était complètement malhonnête sur le reste, qu’elle voit d’autres gars et qu'on vivait dans différents pays… Était ce juste pour avoir mon attention ? Parce qu’elle n’avait pas la force de me quitter ?

Au niveau sexe, j’ai appris que si elle m’avait fait attendre, ce n’était pas le cas de tout le monde. Quand c’est pour le fun, elle couche au premier ou deuxième soir. Ca ne change rien à mon approche sur la question mais ça m’a laissé perplexe. Si quelqu’un a une idée de pourquoi, ça m’intéresse ;)

J’ai découvert la jalousie : je n’avais jusque là pas été jaloux et j’ai gardé longtemps une totale confiance en elle malgré certains indices qui laissait supposer qu’elle avait pas mal de contact avec des gars auxquels elle plaisait, et qu’elle devenait distante. Peut-être devrais je être plus jaloux ?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Courage le 11.10.20, 05h09 par Zaik
  • [+1] Intéressant le 11.10.20, 09h16 par Onmyoji

Le tempérament latin

Besoin de changement
Avec la déprime suivant la fin de ma dernière relation, je me sentais nul et j’avais besoin de changer d’air. J’ai décidé d’écouter mes envies : partir pendant un an, dans deux pays dont je ne parle pas les langues, au soleil, bosser et faire du tourisme… remplacer la tristesse par la curiosité.

Seul et sans parler la langue, ce n’est pas facile. Vu que je ne reste que 4 mois dans le premier pays, je n’apprends que les bases et finit souvent par communiquer par signes (haaaa ces pays où personne ne parle aucune autre langue que la langue officielle… on dirait la France me disent mes amis XD).
Ma coloc a organisé une soirée, 15 étudiants entre 18 et 25 ans… Pas un ne parlait anglais, ni aucune autre langue intelligible d’ailleurs!

Maria! mon rayon de soleil latin
Après quelques semaines, me voila sur une appli de rencontre et je tombe sur Maria !
Petite et un peu ronde, elle n’a pas un physique de top model, mais elle a un très joli sourire, des formes folles et elle est pleine d’énergie, passionnée, passionnante, cultivée… et elle parle anglais !
Rendez vous dans un bar en soirée… Punaise, j’adore les filles intelligentes et cultivées ! On parle histoire et politique, on a des opinions différentes mais on est tous deux ouverts d’esprit, à chercher à comprendre l’autre sans le juger pour ses opinions.
Et elle est très tactile, alors je me lâche aussi. Au bout d’une demi-heure, j’avais trouvé une zone érogène discrète, que je stimulais à intervalle régulier. Inutile de dire que la tension monte et qu’on finit par se rouler des pelles de malade au vu et su de tout le reste du bar.
Je la raccompagne chez elle… enfin jusqu’au hall de l’immeuble de ses parents. Elle était tellement chaude, je lui aurait dit « je te prends dans le hall », elle n’aurait pas dit non… mais je n’étais pas encore assez fou pour ça… et le voisin est venu promener le chien, donc elle s’est calmée aussi.

Le lendemain, elle attend devant chez moi de pied ferme mon retour du travail. Cette femme sait ce qu’elle veut et c’est la folie ! Elle est tout aussi passionnée au lit ! Elle veut passer toutes les nuits chez moi. Après les 3 premières, elle s’énerve quand je lui dit que je vais passer la prochaine nuit seul, car il faut que je dorme.

Latine, fière et passionnée

Après deux semaines, elle prend mal le fait que je ne veuille pas la présenter à mes collègues (elle voulait manger avec moi à la cantine à midi et je pensais que c’était trop tôt). En plus la situation est claire : je ne reste que 3 mois et elle veut émigrer aussi vite que possible dans un pays où je ne souhaite pas vivre (et les relations à distance, j’ai déjà donné). Elle s’énerve et me quitte.

On reste en contact et on décide de se revoir dans un bar. Elle a terriblement envie de moi et l’inverse est tout aussi vrai. Mais elle est fière. Il faut donc lui faire la cour, la faire rire et s’excuser un peu (même si je n’avais pas grand-chose à me faire pardonner, à part le fait d’être honnête). Ca marche bien, elle repasse une nuit chez mois et on décide de se remettre ensemble, en disant clairement que cela durerait 3 mois maximum (sex friend? CDD de l'amour?)
C’est magique, cette femme est géniale, avec un tempérament de feu difficile à gérer mais c’est du plaisir en barre. On est très différent mais très ouvert à toutes le propositions de l’autre (je lui fais découvrir des plats qu’elle ne connaissait pas, l’aide à postuler au job de ses rêves, elle me fait découvrir sa culture et m’entraîne avec elle dans le monde de la nuit). Au lit, c’est dingue, elle a déjà un max d’expérience mais elle est complètement folle de moi. En parlant de ses parties de jambes en l’air les plus mémorables : « tu n’es pas Brad Pitt, mais tu as pris toutes les places de mon top 10 ». Que demande le peuple ! Elle ne me croit pas quand je lui annonce que j’ai connu ma première copine il y a tout juste 2 ans.
C’est étrange aussi, car elle me parle mariage en rigolant, souhaite me présenter à sa famille, tout en me disant que c’est dommage qu’on ne se verra plus lorsque l’un de nous partira.

Finalement elle partira du pays quelques semaines avant moi. Cette relation m’a fait un bien fou, c’était nouveau, inattendu, rafraîchissant, sans grande prise de tête. Cela m’a redonné la confiance que j’avais perdue, permis de tourner la page de mon ex, sans regrets et d’ouvrir de nouvelles portes.

Je l’ai finalement revu quelques fois et on a gardé le contact quelques années, mais sans qu’il ne se passe plus rien : soit elle n’était plus chaude, soit j’étais pris.

Maria, merci :)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Like ! le 11.10.20, 11h54 par Zaik

Il en faut peu pour être heureux !

Nouveau pays, nouvelle atmosphère, je suis serein

J'ai changé de pays. Impossible de trouver une chambre dans la petite ville où je bosse. Je passe 3 semaines à ne pas savoir où je dormirai la nuit suivante… Certains jours, j’arrive avec ma valise au boulot le matin. Ca peut sembler stressant mais je gère et je rencontre plein de monde, certains dans la même galère que moi.

Je finis par trouver une chambre en coloc avec 3 filles entre 28 et 35 ans. Le coloc homme qui part, emménage avec sa copine et a laissé une boîte de capotes avec un post-it signé « Enjoy » au fond de la table de nuit. Ils étaient périmés XD

La région est magnifique et les gens le sont tout autant. Je ne parle pas la langue (mais je prends des cours) et me sens malgré tout intégré dans ma boîte où je suis sensé rester 7 mois. J’ai rarement été aussi sociable, je sors tout le temps, je rencontre des personnes sympas…
Et encore une fois, la région est magnifique, des paysages juste Wahou, un climat génial...

Séduction?

Niveau femme, l’autochtone est très difficile, ma coloc lesbienne me dit que je peux abandonner les recherches dans la région, c’est une perte de temps. Cela fait des années qu’elle ne trouve personne. Une coloc hétéro, designer de profession, m'explique que mon style ne convient pas du tout, qu'on peut voir que je suis un gars chiant juste en voyant mes fringues. Moi je m'en fous des fringues et du style. Finalement j’ai malgré tout séduit deux étrangères à cette période:
Dans un club
en voyage seul avec mon sac à dos en Europe de l'Est, mes potes improvisés de l'auberge de jeunesse voulaient chauffer le dancefloor. je déteste les clubs mais je suis le mouvement. J'aborde précautionneusement quelques filles de la boîte (la moitié des types avaient l'air d'être des gros mafieux, je ne veux pas risquer ma vie sur ce coup là). De bons gros échecs. Qu'est ce que je me fais chier! En me mettant en chemin pour partir, je vois une jeune demoiselle tenant la chandelle d’un autre couple. Je lui dit que moi aussi je me fais chier ici et elle rigole, donc je lui propose d'aller prendre l’air tous les deux. Elle a 18 ans, elle n'est pas très jolie de visage mais avait de très jolies formes. Par contre elle n'a pas grand chose à dire. On finit par s’embrasser le long d’un fleuve, et il y avait la possibilité d’aller plus loin, mais je n’en avais pas besoin. J’étais content juste comme cela.
Moralité : savoir que c’est possible, c’est génial et confortable. C’est ce qui différencie le célibat choisi du célibat subit.
En plus, si je choppe dans une boîte, une demoiselle non-ivre, tout le monde peut le faire.

femme avec enfant...
une autre demoiselle rencontré avec Tinder (en mettant la distance au maximum). Elle habite vraiment loin, elle est intelligente, jolie et énergique… Elle a plein de choses intéressantes à dire. Et elle m’annonce qu’elle a une fille d’un an qu’elle élève seule (et là je dis respect : études de psychologie, boulot à temps partiel et bébé en parallèle!) . Par contre je ne suis pas sûr de vouloir sortir avec quelqu’un ayant un enfant. Elle me dit pas de stress, on ira doucement. Je suis mitigé.

La semaine qui suit, on parle beaucoup, elle m’envoie plein de conseils de lecture, tous plus passionnant les uns que les autres et elle me chauffe par message, m’envoie des photos dénudées… Elle m’excite mais je ne le sens pas trop. Elle me demande ce que je fais le week end suivant et je lui dit que je ne sais pas encore. Le jeudi, elle me dit qu’elle a réservé un airbnb à côté de chez moi de vendredi à dimanche, non remboursable... Je me sens pris au piège et j’aime pas ça. Cette femme est en galère niveau thune, et elle met 300 ou 400€ pour me voir, sans m’en parler d’abord. Je trouve ça fou et je lui dit, mais elle me dit que c’est sa décision de venir me voir.
Je me sens responsable de la situation (ça, c’est mon truc, je me sens toujours responsable) et je vais au airbnb le vendredi. On parle beaucoup : elle m’explique qu’elle a des problèmes d’attachement envers les hommes, car son père ne s’est pas occupé d’elle suite à la mort de sa mère. Elle a aussi envie d’un homme dans sa vie et d’un père pour sa fille qu’elle a ramené avec elle. Je ne suis pas cet homme. J’aurai peut-être pu l’être, mais c’est allé beaucoup trop vite pour moi et son attachement prématuré à moi me fait flipper. J’insiste pour payer la moitié des dépenses, elle refuse. Je pose l’argent sur la table et me prépare à m’en aller. Elle me prend par la main et me dit qu’elle aimerait passer la nuit avec moi. Je ne sais pas dire non à ce genre de chose. On a aussi couché ensemble mais c’était un peu triste.

Fin de mon année dans des pays nouveaux
L’année se finit bien. J’ai de bons contacts dans la région, il y a là une atmosphère positive et joyeuse. Je crois que je n’ai jamais été aussi heureux en étant seul. Mon chef me convoque, il me propose un poste dans la boîte, un bon poste mais il me dit honnêtement que le salaire est certainement en dessous de mes attentes. Il est très largement en dessous de mes attentes, et les coûts de la vie ici sont élevés. J’avais trouvé une région géniale, mais il faut que cela le fasse financièrement. Et de plus il était temps pour moi de me rapprocher de ma famille que je n’avais pas beaucoup vu ces dernières années

Plus globalement, j'ai commencé une année en chialant devant ma grand-mère le premier janvier, quand elle m'a demandé pourquoi je n'étais plus avec mon ex. J'étais mal, j'avais l'impression d'avoir vraiment régressé.
A la fin de l'année, j'étais plus fort que jamais, mentalement parlant, et aussi absolument heureux et serein!
Il en faut peut pour être heureux!
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] La suite, vite ! le 11.10.20, 22h53 par FK
  • [+1] Like a boss ! le 13.10.20, 08h20 par The_PoP
  • [+1] Like ! le 15.10.20, 21h22 par Allandrightnow
  • [+1] Yesssss! le 21.10.20, 18h08 par Zaik

Dernière session histoire sentimentale. A la fin de ce post, on arrivera au temps présent, j’ai déjà hâte XD

Les histoires d’amour finissent mal, en général !

Prêt pour l’Amour ?
De retour en France, je me sens vraiment bien avec moi-même mais les seules pistes intéressantes pour des jobs sont à l’étranger. Je créé un compte sur OKCupid, je réponds à 1000 questions de personnalité et je tombe direct sur un profil qui match à 97 % ! Et la demoiselle est très mignonne. Je lui envoie un message. Elle répond 3-4 jours plus tard.

Elle vit à l’étranger. On parle beaucoup et avant même de la rencontrer, je sais déjà qu’elle me plaît. Elle est timide, pudique, et en même temps curieuse. Elle est active, étudie, travaille et fait du volontariat en parallèle.

Le premier rendez vous est un peu étrange, cela se passe bien mais je suis assez peu tactile et elle est la défensive. On se quitte sans s’embrasser, c’était trop tôt. On se chauffe un peu par message et on se revoit le week-end suivant.
Deuxième rendez vous. En sortant du resto je tente ma chance, car la distance qui nous sépare me gène. Je la prends par la main, me rapproche doucement et l’embrasse. Elle bondit littéralement sur place d’excitation. Ca y est, la glace est rompue ! On passe une bonne soirée, on quand on rentre chez elle et elle est chaude comme la braise. Finalement, elle me dit que je peux dormir dans son lit alors qu’elle m’avait promis le canapé. On s’embrasse, on va doucement, je lui fait les meilleurs préliminaires possibles… et je jouis en 5 secondes Hahaha. Je me rattraperai plus tard dans la soirée ;)

L’idylle
Je me rends très vite compte que nos valeurs sont identiques, qu’on a des projets a priori similaires dans nos vie, qu’on s’entend diablement bien, que la communication est géniale et qu'elle m'apporte de bonnes nouveautés dans ma vie. Je choisis finalement le job le plus proche parmi les 4 pistes que j’ai. Ce n’est pas le mieux mais je ne veux pas lâcher ma chance avec ELLE en partant trop loin.

On se voit 2 à 3 jours par semaine, notre entente va crescendo, l’ensemble de la relation est fusionnelle. On passe les vacances et tous nos week-end ensemble, c’est le pied. Elle a rencontré ma famille et mes amis, j’ai rencontré sa famille et quelques amies et ça s’est bien passé. J’ai peut-être trouvé ma future femme. Au bout de 9 mois ensemble, elle me parle famille, enfants, prénoms et ça me convient. On est totalement d’accord la dessus.

Changement de décor
A la fin de ses études, ma copine fait une espèce de crise d’angoisse. Elle m’annonce qu’elle va partir dans la région de ses parents (à 5 heures de là), passer plus de temps avec sa famille. En plus, elle trouve un poste dans la ville à côté de chez ses parents. A ce moment, je fais un choix que je n’aurai jamais osé faire jusque ici : je démissionne par amour pour suivre quelqu’un. Je trouve un autre job dans la foulée, un salaire 30 % plus élevé et des conditions de travail incroyables. Elle veut qu’on s’installe ensemble et ça me semble une bonne idée.

And they lived happily ever after !

Et ben non pas de happy ending… elle commence une dépression dans la foulée. Son boulot est merdique et il faut dire que la région l’est aussi. Pour moi, c’est tout sauf facile. Je ne connais personne ici mais je suis son roc, je la soutiens, j’essaye de l’aider comme je peux, je suis patient, je m’occupe de tout parce qu’elle n’a plus la force. Elle veut changer de région à nouveau mais je ne veux pas quitter un deuxième job aussi rapidement. En plus, définir notre futur lieu de vie n’est pas si aisé et elle change régulièrement d’avis sur ce qu’elle veut.

Au quotidien, c’est toujours très agréable entre nous. Par contre on vit juste tous les deux, on ne voit personne à part sa famille. De mon côté, je peine à me créer de nouveaux contacts et culpabilise les rares fois où je sors car je la laisse seule à la maison avec ses déprimes.

Des alertes commencent a sonné dans ma tête : elle n’est pas stable émotionnellement, et je dois assumer de plus en plus de choses alors que ce n’est pas mon pays et en étant moins disponible qu’elle. J’ai l’impression qu’elle n’est pas tout à fait adulte ou qu’elle cherche sans le savoir à se faire entretenir: son rêve est d’être maman au foyer, mais sans cuisine ou ménage car s’occuper des enfants est déjà un travail à temps plein…

Je ne veux pas être celui qui bosse toute la semaine pour ramener l’argent et qui en plus fait les courses, une partie du ménage et le bricolage les soirs et week-end… en écrivant ses lignes, je pense aux personnes que j’ai rencontrées, qui sont les esclaves de leur couple/famille. Je ne veux pas finir comme ça.

On fait des compromis sur nos projets, qu’elle remet en question toutes les 2 semaines.

La lente agonie
Pour moi, cela devient de plus en plus dur. Son instabilité dans ses choix et sa passivité me font peur. Depuis qu’on a emménagé ensemble, un an auparavant, ce n’est plus la même. Et maintenant, elle veut un enfant rapidement et me fait rapidement un ultimatum que je ne peux accepter. Je lui explique que je veux d’abord qu’on soit heureux et qu’on trouve un plan de vie commun. Elle ne me comprend pas et a peur d’être bientôt trop vieille (elle a 27 ans!).

On fait un break. On se remet ensemble. Je suis dans le doute mais j’ai envie d’y croire. Je suis à 100 % pour trouver une solution qui implique qu’on travaille sur nous (psy, méditation, sport, trouver des amis), et en plus qu’on change de région (à sa demande) rapidement.
Ca dure quelques mois. Deux fois, je trouve une opportunité pro qui n’est pas folle mais nous permettrait de passer d’une région qui nous déplaît à une qui nous attire (en tout cas c’est ce qu’elle dit). Deux fois elle me dit finalement que la région ne lui plaît pas. Je n’en peux plus.

Voilaaa c’est fini

Cette fois c’est fini. Ca fait un an et demi que je la soutiens de toute mes forces. J’ai quitté mon job pour elle, sacrifié ma vie sociale, mes loisirs, donné tout mon temps, mon énergie, mon corps et mon âme pour tenir la baraque et trouver une solution à nos problèmes alors qu’elle était passive à attendre que la situation s’améliore d’elle-même… J’ai l’impression qu’elle m’a vampirisé, qu’elle a absorbé toute mon énergie dans un trou noir sans fond. Je commence à reconnaître les symptômes de la dépression en moi, et ça, je ne veux pas le revivre.

Mes paroles sont dures mais je pense toujours que c’est une personne géniale par ailleurs. Seulement, j’ai maintenant besoin de toute mon énergie pour moi-même et je ne peux plus la soutenir. Je suis seul, à l’étranger, dans une région qui me déplaît, au temps du Covid. Mes amis et ma famille sont loin et quasi-impossible à voir (vive Whatsapp en passant).

Notre séparation l’a détruite et fait réagir, ENFIN elle voit un psy, fait du sport et a quitté son job de merde (cela fait un an et demi qu’elle en parle et elle attend qu’on se sépare pour le faire). Par contre, j’ai peur pour elle, elle déprime et ne mange plus (et sa famille la laisse seule pour son anniversaire). Je retourne la voir, j’essaye de la rassurer, je cuisine pour elle des trucs qui lui plaisent pour qu’elle mange un peu. Elle veut coucher avec moi, en profiter une dernière fois… enfin ça c’est ce qu’elle dit toutes les semaines. Moi j’ai du mal à dire non.

Depuis, elle m’a dit qu’elle avait quelqu’un d’autre. Cela a été dur pour moi mais je l’accepte. Malgré cela on se voit régulièrement. On se fait des bouffes et on finit toujours par coucher ensemble. On est d’accord, revenir ensemble est une mauvaise idée. J’ai toujours peur de la blesser et elle me répète que ce n’est plus à moi de s’occuper d’elle.

Et nous voila en octobre 2020 :)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Courage le 14.10.20, 04h27 par Onmyoji
  • [+1] Wow le 15.10.20, 11h46 par Jalapeno
  • [+1] Pas drôle le 16.10.20, 21h14 par Allandrightnow

Des "stats" sur mes exs. Quels enseignements en tirer?

Il y a +/- 6 ans, j’étais encore un type perdu au niveau de la séduction. Les femmes avaient toujours gardé leur distance avec moi: pas de bisous, caresses, d’amour, de sexe, de compliment, de complicité… J’avais, de ce fait, une très mauvaise image de moi.

Depuis les choses ont bien changé, je n’y aurai jamais cru.
J’ai vécu quelques «relations» avec des femmes, dans l’ensemble très positives et satisfaisantes.
J’ai eu 4 relations courtes, 2 relations de quelques mois et 2 d’un an ou plus.
Certaines de ces relations étaient purement sexuelles, d’autres ont commencé normalement et sont devenues des sex-friends (bien qu’on partageait toujours beaucoup plus que le sexe).

On pourrait dire que ces relations sont plus ou moins le fruit du hasard... mais y a-t-il des motifs qui se répètent de relations en relations? L'échantillon est sans doute trop petit pour en tirer des lois, mais on peut peut être y déceler des tendances.

Durée entre 2 relations:
< 1 mois: 1 fois
de 1 et 3 mois: 4 fois
de 3 à 6 mois: 2 fois

Non seulement j'ai rencontré des femmes, mais en plus de manière régulière, sans longue période de célibat. Et ça, ça met en confiance!

Âge :
Toutes mes partenaires étaient plus jeunes (entre 0 et 3 ans plus jeunes), sauf une qui était 7 ans plus jeune (mais ça n’a pas duré).
Mes relations de séduction avec des femmes plus âgées ont souvent été compliquées (gap d'expérience et d'attentes?)

Nationalité :
mes 3 premières copines/partenaires étaient françaises
les 5 suivantes étrangères

C’est peut-être juste une impression mais cela m’a l’air plus simple avec les étrangères. Je suis d’emblée différent des locaux, cela ne plaît pas à toutes mais cela me fait gagner des points chez certaines. En plus, elles ont toujours un vécu différent du standard français, et deviennent donc d'office intéressantes

Lieu de rencontre :
6 rencontres via des sites ou des applis
2 rencontres IRL sans le faire exprès (1 dans un hôtel, 1 dans une soirée Erasmus)

Pour moi, la rencontre IRL a toujours été très compliquée. Je n’ai jamais eu de succès dans mon milieu naturel (études, travail, soirées avec des amis ou dans des pubs, mariages, sport…). Je ne suis pas un grand dragueur, et quand j’essaye, les femmes s’ennuient vite ! Finalement, j’ai reçu plus de numéro de femmes IRL sans les draguer qu’en le faisant… mais ça n’a rien donné pour autant, en partie car ces femmes ne m’intéressaient pas.

Par contre, hors de ma vie normale, quand je suis seul et sans pression sociétale (amis, famille, collègues…), mes résultats sont bien différents: mes 2 partenaires rencontrées IRL, et les 2 seules femmes que j’ai embrassées sans aller plus loin, ont été rencontrées dans la semaine de mon arrivée dans une nouvelle ville.

Comme ci mon environnement m’inhibait, ou me rendait moins séduisant… Extrait de mon cercle social, cela va mieux. Étrange non ?

De même, 1 seule des 5 rencontres on-line a eu lieu avec une femme vivant ma ville (les autres vivant à plus de 45min de chez moi, et jusqu'à 3h pour ma première copine). Dans certaines villes, impossible pour moi de faire des rencontres on-line (peut être un ratio homme-femme trop élevé?)

Statut
une était salariée en CDI (et c'était une relation courte)
une était au chômage
6 étaient étudiantes (1 est devenue salariée en cours de relation)

Ca fait quand même 7 sur 8 qui n'avaient pas une situation stable et peu de rentrée d'argent. Pour info, à défaut d'une situation stable professionnellement, j'ai toujours très bien gagné ma vie... et mon but n'est pas d'entretenir mes copines

Profil psychologique
J’ai eu des contacts assez longs avec 5 de ces partenaires, et j’ai remarqué que toutes avaient un grand manque dans leur vie lors de la rencontre :
- une se sentait loin de chez elle et je lui rappelais son pays dans lequel elle souhaitait retourner
- une était au chômage et galérait depuis 2 ans pour trouver un travail
- une n’avait pas d’ami(e)s ou de contacts sociaux
- une voulait un père pour sa fille
- une voulait un père, quelqu’un qui soit à ses côtés pour la rassurer et s’occuper d’elle

Dans les 2 premiers cas, la fin du manque et le déménagement associé a coïncidé avec la fin de la relation
Dans les 3 derniers cas, j’ai réalisé que cela était trop dur à gérer.

Personne n'est parfait, je ne suis pas stable dans ma vie non plus. Mais c'est étrange que toutes mes relations les plus longues ont été avec des femmes elle-même peu stables ou en manque de confiance.
Peut être que je fonce sur les femmes les plus en demande d'une relation? Pour me rassurer et ne pas rester seul trop longtemps?

Relation désirée
6 disaient souhaiter une relation longue (2 relations d'entre elles se sont ensuite transformées en sex-friend)
2 cherchaient juste un partenaire temporaire

Sexe:
Satisfaction:
Satisfaction mutuelle au lit avec 5 partenaires
C'était moyen avec le recul avec ma première copine (elle, trop passive et fermée, moi trop inexpérimenté... nous 2: pas assez de communication)

Ouverture:
5 étaient étaient autant ou plus ouvertes sexuellement que moi (pratiques sexuelles, fantasmes...)
3 ne l’étaient pas (mais 1 s’est un peu émancipée au cours de la relation)

Orientation sexuelle
1 était bissexuelle
au moins 2 autres étaient plus excitées par l’image d’un corps féminin que par celle d’un corps masculin sans pour autant désirer faire l'amour à une femme
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 20.10.20, 09h47 par Jalapeno

Le point – 19/10

La mauvaise nouvelle:
Je suis à l’étranger, relativement isolé, dans une ville et une région qui ne me plaisent pas trop… et baaam ! Covid, le retour ! Impossible de rentrer pour voir ma famille, de rendre visite aux amis ou de voyager. Franchement c’est chiant, je me demande ce que je vais faire dans les mois à venir : les limitations sur la taille des groupes de personnes complique les rencontres, les activités ferment ou n’acceptent plus de nouveaux membres… Et j’ai peur que ça dure jusqu’au printemps. Courage, encore 6 mois!

Sauver les meubles
J’avais quand même senti le coup venir, j’ai multiplié les contacts ces dernières semaines, et ça a porté quelques fruits : je me suis intégré à plusieurs groupes (discussion, jeux de société, sport) qui prévoient de se rencontrer régulièrement (avec un nombre limité de participants pour chaque évènement).
Ca me permettra d’avoir un semblant de vie sociale, par contre les membres de ces groupes sont, soit essentiellement masculins, soit beaucoup plus âgés que moi… Donc je n’espère pas de belle rencontre par ce biais.

Mon Ex
J’ai revu mon ex 2 fois en une semaine. Je ne sais pas si c’est une bonne chose :
-parfois, tout va bien pour nous deux, on est heureux et on profite de l’instant. Et là je me dis que j’ai de la chance que l’on se voit encore.
-parfois elle est en déprime totale et elle s’accroche à moi comme à une bouée, elle pleure car elle est perdue dans sa vie. Et là, j’ai plutôt envie de la garder loin de moi, car j’essaye de ne pas plomber mon moral
=> au final, c’est comme la fin de notre relation

Tinder
J’ai jamais aimé Tinder: j'ai longtemps trouvé l’appli mal faite, les règles du jeu sont tout sauf claires (algo, nombre de like possible, score de ton profil) les femmes y sont très conformistes (rares sont celles qui sortent du lot)... et mon succès a toujours été très limité XD
Mais étant donné que je suis curieux, que j’ai fait testé mes photos pour trouver les meilleures (qui ne sont pas incroyables, entre 6 et 7 sur 10 sur photofeeler), et que je ne cherche rien de sérieux, ben je me suis réinscrit sur Tinder. Honnêtement, je n’espère rien de positif, mais qui ne tente rien n’a rien.

Et puis si il n’y a pas de résultat, j’essaierai peut être une autre appli dans 2 semaines ou un mois.

J’ai créé un profil (j’ai mis en avant mes différences par rapport à la norme dans la description), liké un peu… et j’ai vite atteint la limite des 20 likes !
=> 20 LIKES pour 12h?????? tu me connais mal Tinder, je ne te donnerai plus mes € : je l’ai fait une fois, mais ça ne m’a rien apporté
J’étais un peu dégoûté de cette limite tellement basse. La discrimination des temps modernes… En même temps, si tous les types étaient limités à 20 matchs, les règles du jeu sur l’appli ne seraient plus les mêmes.
Bref, j’ai laissé l’appli de côté pendant 2 jours… et j’ai vu aujourd’hui que j’avais reçu 12 likes de demoiselles plutôt jolies : Ca fait du bien au moral ! Si en plus elles ont lu ma description avant de liker mon profil, ca me redonnerait presque foi en l’humanité XD

Par contre j'attends toujours avant de recommencer à liker... Il y a toujours quelque chose d'autre que je trouve plus intéressant à faire. Cela cache t'il quelque chose? La peur de l'échec? Mon ex que je veux protéger car elle le prendrait mal si je venais à rencontrer quelqu'un?

Si tu es à l'étranger et que tu parles anglais, tu auras sans doute plus de chance sur OkCupid. Je trouve l'appli mieux torchée et les profils plus intéressants (même s'ils sont généralement moins nombreux que sur Tinder).
Au plaisir de te lire...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Je valide le 20.10.20, 17h44 par Esope

Merci pour ton commentaire Jalapeno!
Je suis d'accord avec toi. C'est grâce à OkCupid que j'ai rencontré mon ex d'ailleurs... et c'est pour cela que j'en essaye une autre. Je n'ai pas envie qu'elle y voit mon profil en ce moment. Je sais que ça la blesserait. Donc je vais essayer les autres sites en attendant que ça se tasse pour elle.

Le point 25/10

pas grand chose d'intéressant cette semaine.. quoique?

Tinder
C'est toujours la même histoire Tinder: 12 likes reçus le jour de la création du compte et ... 2 sur le reste de la semaine XD (il faut dire que je ne swipe pas régulièrement non plus et je ne sais pas si cela à un impact sur ma visibilité)

J'ai décidé de transformer mes likes en matchs progressivement: j'ai donc matché mes 5 premiers likes et ça fait plaisir!

Sur 5, 3 me plaisent a priori physiquement et une est carrément très mignonne, 2 pourquoi pas.
Sur 5, 2 sont chercheuses avec un doctorat, 1 est architecte (j'ai un côté sapiophile, donc les femmes qui ont des choses intelligentes/intéressantes à dire gagnent souvent des points).

5 premiers messages envoyés:
-4 qui se sont transformés en conversation
-2 conversations qui ont duré un peu
-et une jolie chercheuse qui a demandé à me rencontrer! :D

C'est cool, cette femme est très intéressante et on a apparemment quelques valeurs et hobbies en commun. Que demande le peuple? Bon en fait j'ai appris 2 heures avant qu'elle me propose de me rencontrer que j'étais un cas contact Covid, donc je dois a priori rester en quarantaine 2 semaines :/

Comment maintenir l'intérêt pendant 2 semaines avant de voir la personne? Elle mentionne déjà des activités qu'on pourraient faire à 2, donc j'imagine qu'on se verra, mais qui sait? Faut il sexualiser un peu? Se parler régulièrement ou laisser du temps entre deux conversations? Bref, j'en sais rien et un coin de ma tête me dit, pas de stress: que cela débouche sur quelque chose ou ne donne absolument rien, l'échange avec cette demoiselle (et avec les autres) m'a fait du bien.

Moralité de la semaine
malgré le confinement, la quarantaine, la pluie, l'isolement... ressentir un peu d'intérêt de la gente féminine aide à garder un moral au beau fixe.
Et garder des likes non convertis en match me laisse un sentiment d'abondance XD Quand le stock sera épuisé, on supprimera Tinder!
Eviter l'attente des likes et le manque d'attention = éviter la frustration
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] La suite, vite ! le 25.10.20, 20h57 par Onmyoji

Comment fais-tu pour matcher tes likes, je veux dire, tu ne peux pas savoir qui t’a like (a moins de payer ?) ?
Super journal sinon, très humble et terre à terre, continue !

Merci BirdonTheWire!

Pour savoir qui me like, je regarde le deuxième panneau de l'appli: Tinder montre une image légèrement floutée des 10 likes les plus récents. Et quand je dis légèrement flouté, c'est suffisant pour largement reconnaître que la première fait du cheval, une est devant un paysage automnal, une dans la neige... plus quelques visages en gros plan qui sont assez facile à reconnaître malgré le floutage (je ne sais pas si cela dépend du pays, mais la dernière fois que j'ai utilisé Tinder en France, cette stratégie ne marchait pas car les images étaient beaucoup plus floutées).

Sinon je cherche avant tout à éviter la frustration et à prendre du plaisir avec l'appli. je sais que swiper est addictif mais qu'il y a très peu de résultat. Je sais aussi que je reçois plus de résultat sur les premières 24 heures que sur le mois qui suit (les nouveaux entrants sont plus visibles que le profil lambda).
On pense que plus on swipe et plus on a de chance d'avoir des matchs... De par mon expérience, ce n'est pas vrai. Dans 95% des cas lorsque je match avec une femme, c'est qu'elle m'a liké d'abord. L'inverse est excessivement rare... bref, je ne comprends rien à cet algo Tinder.
Par contre, une chose est sûre: si je sais qu'une femme m'a liké, je vais avoir plus de chance de la liker en retour (car je suis curieux et car le plus dur est déjà fait).

Donc ma conclusion est que, pour éviter la frustration et l'aspect addictif, je swipe assez peu, je passe assez peu de temps sur l'appli, et je profite des likes que je reçois et des conversations qui les suivent :)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Constructif le 27.10.20, 02h02 par Onmyoji

Le Point 05/11 : la fin de l’isolement
Etant un cas contact au virus, j’ai dû passer 2 semaines en isolement à l’appart. J’avais déjà l’impression avant de ne pas être dans une situation évidente et je n’avais pas besoin de cela…
Mais au final ces deux semaines se sont bien passées. Je ne suis pas toujours en paix avec moi même mais cette solitude forcée ne pas m’a tant affectée que cela. A défaut de pouvoir jouir à fond du présent, j’ai réussi à éviter de me morfondre sur ma situation et à en sortir le maximum : profiter du temps disponible pour examiner le champ des possibles et voir comment arriver à atteindre mes objectifs… et commencer à travailler les points qui le nécessitent.

Mon ex
Deux semaines d’isolement : une opportunité parfaite pour prendre un peu de distance avec mon ex ? Perdu. On ne s’est pas parlé pendant une semaine et… un matin on s’est chauffé par téléphone comme jamais et elle m’a dit qu’elle souhaitait absolument passer une nuit avec moi ce week-end.
- Coooool: j’ai super envie d’elle (et de sexe en général)!
- Moins cool: je vois qu’un truc bloque. Je demande quoi et elle pleure. Elle m’a dit qu’elle voit un autre gars régulièrement depuis 2 mois… mais qu’ils ne couchent plus ensemble car elle préfère coucher avec moi… Je sens qu’elle bloque sur cette situation et se met la pression : elle trouve le fait de coucher avec moi pas normal car on n’est plus ensemble, et en même temps elle en a très envie. Du coup, elle n’arrive pas à prendre la décision de ne plus me voir. Je lui est dit de s’ouvrir à d’autres personnes, pas seulement à moi (qui suis juge et parti). Elle me dit qu’elle a peur d’en parler à ses amis ou à sa psy (???) car ‘c’est bizarre comme situation’. Je lui ai répété que je souhaitais qu’elle soit heureuse dans la vie et que si cela impliquait de ne pas nous voir, et bien je me contenterai de la savoir heureuse seule ou avec un autre… Elle m’a dit que j’étais quelqu’un de bien… et m’a confirmé qu’elle voulait me voir ce week-end. Bonne nouvelle, car après 3 semaines sans sexe, ça recommençait à m’occuper l’esprit sérieusement.
Sinon, le fait qu’elle voit quelqu’un d’autre m’a plus libéré qu’affecté (je ne suis plus jaloux en ce qui la concerne, par contre elle est toujours jalouse en ce qui me concerne).

Les femmes en général
Cette relation avec mon ex me bloque aussi car c’est une sécurité et un confort que j’ai intérieurement peur de perdre : elle m’a dit à plusieurs reprise qu’on ne se verra plus si je vois une autre… et je ne souhaite pas lui mentir à se sujet, en même temps, elle voit un autre aussi et elle ne me l’avait pas dit (je n’avais pas demandé). En plus, on a en général une bonne alchimie au lit, et elle est très dispo et demandeuse. Avec elle, je n’ai pas peur non plus d’être rejeté ou jugé. Et je sais que même si elle dit non, ce n’est pas que je ne lui plais pas.

Avec le reste de la gente féminine c’est plus compliqué. Dans un premier temps, les femmes sont rarement demandeuses en ce qui me concerne, il faut que je leur cours après, que je m’investisse et un rejet est toujours possible. J’ai aussi peur d’être jugé, d’être grossier si je sexualise…

Les seules femmes avec lesquelles je me sens libre sont celles qui m’intéressent le moins finalement (physiquement, psychologiquement, ou au niveau des valeurs). Avec ces femmes, la charge émotionnelle positive ou négative est assez faible, je peux juste être honnête et direct… mais je ne suis pas assez en galère pour me tourner vers des femmes qui ne m’intéressent pas

Moralité :
Cette relation avec mon ex me stabilise émotionnellement, cela me rend plus résilient… Mais cela ne durera pas. En plus cela freine mes possibilités et atténue mon désir de fréquenter d’autres femmes.

Malgré cela, Tinder
Deux semaines d’isolement = deux semaines calmes !

j’ai continué la conversation avec A, une chercheuse en maths, plutôt alternative et simple. C’est la seule qui m’a proposé que l’on se voit, il y a deux semaines, mais j’étais déjà en isolation. Depuis on s’est envoyé quelques messages entrecoupés de blancs de plusieurs jours... mais elle est partante pour que l’on se voit la semaine prochaine (après 25 jours alors qu’on habite à 3km). Ca ne donnera sans doute rien : je n’ai pas réussi à sexualiser ou à être fun, elle a l’habitude d’être entourée d’hommes, a un emploi du temps chargé et passe beaucoup de temps sur Tinder (donc elle a le choix, et [Pensée Limitante] j’ai rarement l’impression d’être un premier choix).
Bref, si je suis l’outsider, autant joué libéré, sans pression de résultat… J’essayerai de passer un bon moment et on verra bien ce que l’effet de surprise peut donner si on tente un hold-up :D

J’ai démarré une conversation avec K, simplement parce que j’avais trouvé une bonne blague à faire sur son profil (et faire une blague dans sa 3ème langue, ça ne se refuse pas). K. à l’air sympa et elle a aussi pas mal de choses à raconter. Elle est trilingue, cadre, et … plutôt mignonne. Elle répond beaucoup, est enthousiaste et a l’air bien surbooké. Mais depuis 3 jours, le calme plat : elle n’a pas répondu à mon dernier message, sa réponse précédente disait qu’elle était stressée ces temps-ci. Je vais lui proposer une petite balade dimanche, pour la déstresser… ou un massage. Lui proposer de choisir entre une balade et un massage :)

Enfin, il y a E. Elle est mystérieuse, n’a pas donné son prénom, n’a pas de photo de face ou de 3/4… mais sa description m’a plu… Dans ce cas, comme au poker, on allonge pour voir la river et savoir si on peut tenter un coup ou pas… Elle répond de manière très enthousiaste 2-3 fois, une bonne conversation démarre… et … plus de nouvelles. À l’occasion, je lui proposerai d’aller faire un tour et on verra ce quelle répond.

Des stats sur Tinder:
J’ai reçu une vingtaine de likes en 3-4 semaines. C'est clairement pas Byzance mais ils sont plutôt de bonne qualité et je suis économe: j'en ai transformé 7 en matchs, refusé quelques-uns et il m’en reste encore 9 à matcher (ma réserve pour les coups de mou à venir).

7 premiers messages: 6 réponses (ça par contre c'est un bon taux de réussite). En l’état actuel des choses, un rendez vous est prévu.
Le point négatif: Zéro tension sexuelle créée.

Maximum 2 ou 3 conversations à la fois. C'est frustrant car le rythme global de ces échanges est assez lent. En même temps, je ne gérerai pas plus si ça devait s’accélérer. Et puis si ça ne marche pas avec ces 2 ou 3, je pourrai matcher les suivantes la semaine prochaine… no stress, keep calm and carry on !

50 % des femmes qui me likent ont un profil similaire : des cadres entre 28 et 33 ans, francophones, grandes et fines, jolies mais sans mettre leur corps en valeur sur les photos (qui sont pour la plupart prises de loin, en extérieur, avec des tenues neutres). Peu de selfies, pas de compte instagram, de citation à deux balles… C’est un des types de profils que je chercherai pour une relation longue
=> mais a priori, je ne cherche pas de relation longue
Le reste est moins facile à cerner: il y a quelques filles alternatives (ce qui peut me plaire aussi). Il y a aussi une femme que je n’ai pas matché pour l’instant et dont je ne sais pas si elle m’attire : elle est moins conventionnelle, un peu punk, elle fume (je déteste ça), elle n’est pas très jolie de visage (30 ans mais je lui donnerai 10 de plus)… Mais elle a une description intéressante, un job assez fou et de très belles formes… A voir.

Honnêtement, je n’ai pas pour l’instant de vrai succès sur Tinder, mais, sur le nombre et la qualité des likes que je reçois, c’est de loin la meilleure expérience avec l’appli que j’ai eu jusqu’à présent. Pourquoi ?
- Je pense que vivre dans une grande ville facilite les contacts (j’ai essayé Tinder à la campagne, il fallait une voiture, faire une heure de route pour se prendre un demi-lapin... Ici, je trouve des profils plus intéressants à moins d’un km)
- être français à l’étranger… c’est con mais ça marche
- mettre en avant l’intelligence et avoir un profil assez clivant me permettent aussi de sortir du lot (j’avais déjà fait un test avec un profil plus neutre il y a 2 mois avec beaucoup moins de succès).

Maintenant, il ne reste plus qu'à transformer certaines conversations intéressantes mais gentilles en quelque chose de plus interactif, tactile. Affaire à suivre
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Cool le 06.11.20, 02h40 par Onmyoji
  • [0] La suite, vite ! le 06.11.20, 07h42 par The_PoP
  • [+1] Like ! le 06.11.20, 08h45 par Jalapeno
  • [+1] La suite, vite ! le 06.11.20, 20h54 par Allandrightnow

Le point 13/11 : du très bon, de l’espoir et du doute

Mon Ex : suite (et fin ?)
j’ai passé 24h avec mon ex le week end dernier. C’était clairement les 24h les plus agréables depuis très très longtemps. Ça m’a fait un bien fou. On était tous les deux en manque de sexe mais on a préféré profiter du soleil quelques heures tant qu’il était là avant de profiter de nos corps à corps. Cette expérience m’a rappelé pourquoi elle m’a tant plu : quand tout va bien, on est parfaitement synchronisé et on apprécie les mêmes choses dans la vie… et au lit ! J’adore lui faire prendre son pied : immobilisée sur le ventre, je la pénètre tout doucement, en passant une main sous ses hanches pour la caresser… j’adore le moment où son corps entier se met à trembler, parcouru de spasmes...

Bref, j’adorerai revivre ces moments plus régulièrement. Toute la pression et les frustrations s’envolent. En plus, on est tous les deux d’accord pour dire qu’on ne fera pas nos vies ensemble. Donc on continue comme ça ?
Pas sûr: elle est quand même assez dépressive… et très jalouse. Elle me parle de son autre mec… et me demande de ne voir personne d’autre, qu’elle ne le supporterai pas. Je lui explique que ça finira bien par arriver, qu’elle n’a pas attendu très longtemps pour coucher avec un autre et que je n’en fais pas une histoire. Mais je sais qu’elle souffrirait énormément de me savoir avec une autre… et je ne veux pas lui mentir. Donc je ne l’ai pas recontacté pour l’instant (même si pour l’instant il n’y a pas d’autres)

A. la matheuse
Après 3 semaines de discussions entrecoupées de longs blancs sur Tinder, j’avais décroché un rendez-vous avec A., la docteur en maths. Cette femme me plaît, et je ne pense pas être le seul intéressé, d’autant plus qu’elle est très occupée, sportive et a une vie sociale et professionnelle très remplie. Bref je ne suis pas spécialement confiant sur une issue positive et j’endossais plutôt le rôle de l’outsider jouant sans pression : obligation de moyen, mais pas de résultat… et surtout passer un bon moment

Le rdv avait lieu au parc pour profiter du soleil pendant l’après midi un jour de semaine (qui pose des heures pour un rdv qu’il sent moyen : c’est bibi ! Mais les restos et bars sont fermées et je ne vais pas l’inviter un soir direct chez moi car nos discussions ne sont pas assez passionnées). Le plan : passer un bon moment, éventuellement la mettre à l’aise… et plus si affinité.

Juste avant le rdv, elle m’annonce qu’elle ne pourra rester qu’une heure car elle a un rdv pro qu’elle n’a pas réussi à déplacer juste après… Ca m’ennuie un peu, j’ai posé des heures et je ne m’attendais pas à grand-chose, mais de là à expédier un rdv en une heure… bref tant pis pour le « et plus si affinité », essayons juste de passer un bon moment au soleil! Je réponds à son message par une blague, elle rigole.

Bon me voila à l’entrée du parc : elle est plus belle que sur les photos : de très long cheveux blonds, elle s’est légèrement maquillée, elle a un beau sourire. C’est parti : on a commencé à marcher à un très bon rythme et ça ne s’est pas arrêté jusqu’à la fin du rdv. Donc oui, elle est restée à un mètre tout du long et on n’a rien fait d’autre que parler, mais la conversation fut très agréable.
A la fin du rdv, elle me dit « on se reverra ?», j’ai réppondu que oui, et elle a foncé pour attraper un bus et arriver à l’heure à sa réunion.

C’était un bon moment avec une jolie demoiselle. Le soir même :
Moi - l’après midi m’a plu : bel endroit, belle météo, charmante compagnie !
Elle – moi aussi :) on pourra remettre cela la semaine prochaine car je vais voir des amis ce week-end (le troisième w-e de suite sans dispo en période de confinement light, je vous avais dit qu’elle était très occupée !).
Moi - Très bien, on fait comme ça, et vu que tu vas dans une région vinicole, choppe une bonne bouteille au passage, on se fera une dégustation (il faut bien trouver un prétexte pour la ramener chez moi XD).
Elle – ça c’est une bonne idée :p

Bref affaire à suivre. Je ne lui ai pas encore demandé son numéro de téléphone, elle non plus d’ailleurs… En même temps, depuis 3 jours on n’a pas échangé un message… et elle ne va plus sur Tinder.

Cette femme a du potentiel : elle est belle, intelligente, elle a des valeurs et de l’énergie à revendre. Je me demande si je pourrai suivre XD Sérieux, je suis déjà en train de me réserver pour une femme avec laquelle il ne s’est rien passé… Je suis toujours le même, incapable de courir plus d’une femme à la fois… et donc avec le bec dans l’eau quand ça ne marche pas. En plus, mon but est de partir de cette région et elle vient d’y arriver pour booster sa carrière.

Une fake solution : Tinder
Pour éviter de trop me centrer sur ma jolie matheuse à l’agenda de ministre, je relance mes contacts Tinder… sans résultat. Heureusement, j’ai une dizaine de likes à transformer en match sous le coude et j’en transforme 4:
la première…. Pffffff…. le profil Tinder le plus sexy qui m’ait jamais liké! Elle n’a rien vraiment à faire dans ma pile de matchs intellos/pudiques/alternatifs XD en plus elle est super sportive, cherche « un homme, un vrai », se prend en photo sur des voiliers... donc on ne va pas se mentir, à part sur un gros gros gros malentendu, ça ne va pas passer… Bordel, en plus j’ai toujours eu une image plus efféminée que virile et ma meilleure photo est avec une chemise à fleurs! Son doigt a du glissé du mauvais côté!
Sinon, j’ai matché une blonde polonaise qui déteste les voitures, et 2 surprises (ces femmes dont on ne voit pas le visage… je suis joueur).

3 jours plus tard… j’ai reçu 2 réponses de la blonde qui déteste les voitures… et c’est tout (je vais peut-être activer d’autres matchs ce week-end. Si j’arrive à 0 like restant, je désinstalle Tinder et passe à une autre appli)

BON PLAN SEXY : De -15 à -70% chez la boutique sexy LoveHoney.fr. LoveHoney.fr propose toute l'année des réductions très agressives sur leur catalogue lingerie, sextoys et autres accessoires. Suivez ce lien pour consulter les offres du moment.

Vous pouvez aussi soutenir FTS en passant par ce lien pour faire votre shopping sur Amazon.fr

Répondre