Conseils Relations & Vie de Couple

Traverser un chagrin d’amour

Les déceptions amoureuses, les chagrins d'amour : ça fait mal, et ça peut laisser de vilaines cicatrices. Voici nos conseils pour se relever et retrouver la force d'avancer.

Tout le monde a vécu au moins une fois dans sa vie une expérience amoureuse difficile.

Vous avez l’impression que sans elle (ou sans lui), le quotidien sera terne, plus rien ne marchera jamais comme avant.

Vous êtes à la fois triste, désespéré, inquiet et rongé par les regrets.

Vous n’envisagez pas une seule seconde de vous lancer dans une relation avec une autre personne ou alors, dans le seul but d’oublier l’autre.

Si vous passez par ces moments, que ce soit dû à un rejet ou à la fin d’une relation, sachez que vous n’êtes pas seul.

A peu près tous ici savent à quel point un chagrin d’amour est une épreuve difficile à traverser.

Voici quelques conseils pour s’en sortir au mieux.

Ne vous accrochez pas

Tout d’abord, si vous vous êtes pris un râteau, ou si vous vous êtes fait jeter après une relation, surtout, ne vous accrochez pas et n’essayez pas de la récupérer par tous les moyens.

Ce genre de gestes désespérés, vu de l’extérieur, est plus pathétique qu’autre chose et en général, le seul résultat obtenu est que la personne que vous voulez récupérer prend peur et ne veut plus vous voir du tout.

Ne devenez pas pathétique. Personne n’aime être harcelé par une personne qui pleurniche, sanglote et refuse de passer à autre chose : dans ces cas-là, l’amour passé peut vite se transformer en haine farouche.

Si vous voulez récupérer l’être aimé, vous allez devoir gérer le flot d’émotions qui vous submerge avant de tenter quoi que ce soit.

L’amour ne sourit qu’à ceux qui savent ne pas se laisser dominer par leurs émotions.

Confiez vous

L’idéal serait, au moins pendant quelques temps, de pouvoir couper les ponts, de ne plus la voir du tout. Ainsi, ce serait plus facile pour vous de l’oublier, même si vous l’aimez passionnément.

La première chose à faire est de chercher du soutien dans votre entourage.

Allez voir votre famille, vos amis, vos proches, des gens qui vous aiment de façon inconditionnelle, pas forcément pour tout leur avouer, mais simplement pour vous faire prendre conscience qu’il y a des gens sur la terre qui ne demandent qu’à vous donner leur affection. Cela fait du bien de se sentir aimé malgré tout.

Ensuite, trouvez quelqu’un à qui parler de vos problèmes. Parler soulage.

Vous pouvez le faire sur le forum, vous pouvez vous lâcher sans crainte, personne ne vous jugera, personne ne se moquera de vous, au contraire, on vous aidera tout en respectant votre anonymat.

De plus, vous rencontrerez des personnes qui vivent la même situation que vous, ou pire encore, cela vous permettra de relativiser.

Se changer les idées

Fréquentez d’autres personnes, changez vous les idées, ne vous laissez ni le temps ni la possibilité à votre chagrin de revenir vous ronger.

Si malheureusement, et comme c’est souvent le cas, vous êtes obligé de continuer à fréquenter cette personne, le processus de guérison sera plus long et plus difficile pour vous (mais ne vous en faites pas, vous guérirez tout de même).

Dans ce cas, n’essayez pas de l’éviter. N’oubliez pas : restez neutre. C’est difficile, mais maîtrisez-vous.

Parallèlement, le divertissement comme le travail peuvent vous permettre d’oublier ponctuellement vos soucis.

Donc si vous avez de l’argent à dépenser, allez faire du shopping, offrez vous une nouvelle garde robe, c’est mauvais pour votre portefeuille, mais c’est excellent pour l’estime de soi.

Ça peut paraître très superficiel, mais c’est un des meilleurs remèdes contre le blues et les chagrins d’amour.

A présent, passons au processus de « guérison » proprement dit.

Reprendre le dessus

Une fois que la douleur se fait moins vive, que vous commencez à aller un peu mieux, le temps est venu d’affronter vos émotions pour en reprendre le contrôle.

N’essayez surtout pas de refouler vos émotions. Laissez-vous aller, regardez profondément en vous pour déterminer ce qui vous fait mal et pourquoi.

John Gray, un psychologue renommé, parle de quatre émotions guérisseuses : la colère, la tristesse, la peur et le regret. Voici donc un extrait de son livre « Mars et Vénus refont leur vie ».

« Pour se délivrer de son attachement à un être ou à une relation, il faut laisser monter en soi quatre émotions curatives : la colère, la tristesse, la peur et le regret. Tant que l’on continue à se sentir triste ou en colère, on est encore d’une manière ou d’une autre prisonnier du passé. La peur et le regret indiquent quant à eux que l’on n’est pas encore ouvert aux nouvelles possibilités qui s’offrent à soi. Chacune de ces quatre émotions est essentielle pour parvenir à se libérer du passé afin de refaire sa vie, et toutes jouent un rôle primordial dans le processus par lequel on se délivre d’un lien amoureux pour remettre les compteurs de son cœur à zéro. »

Tout comme un os brisé à besoin d’être remis en place pour se ressouder correctement, nos désirs doivent être eux aussi réorganisés.

Au lieu de continuer à attendre que nos souhaits et nos besoins soient comblés par une unique source, il nous faut nous ouvrir à d’autres sources de tendresse et d’amour.

Explorer et éprouver les quatre émotions qui guérissent confère la liberté de rectifier ses désirs, ses attentes, ses besoins et ses espoirs.

Étudions ensemble le rôle exact de chacune d’elles.

La colère

La colère permet d’analyser sur le plan émotionnel les évènements que vous n’auriez pas voulu voir se produire.

C’est l’expression émotionnelle du fait que nous n’obtenons pas ce que nous voulons. C’est aussi un signal d’alarme qui nous intime l’ordre d’interrompre nos activités courantes pour nous accoutumer aux données nouvelles de notre existence.

Après un deuil ou une , si l’on ne s’octroie pas l’autorisation d’être furieux, on risque de rester bloqué dans un état d’insensibilité, privé de vie et de passion.

La colère libère de l’indifférence et remet les êtres en contact avec leur appétit d’amour et de vie. De ce fait, elle permet de s’affranchir de ses anciens désirs afin de pouvoir commencer à accueillir des envies et des attentes neuves.

Ces aspirations vierges aident à s’ouvrir à toute éventualité. Le « je veux être aimé(e) de mon partenaire d’antan » se mue en un bien plus vaste « je veux être aimé ».

Et ce désir inconditionnel porte en lui la faculté intuitive de chacun d’accueillir de nouvelles sources d’amour.

La tristesse

La tristesse permet d’explorer sur un plan émotionnel tout ce qui ne s’est pas produit et que l’on aurait aimé voir se produire. Il s’agit de l’expression émotionnelle de désirs inassouvis.

Après une rupture ou un deuil, si on ne s’octroie pas le droit d’être triste, on ne parviendra pas à adapter ses exigences à ce qui est désormais possible. S’abandonner à sa tristesse permet de reprendre contact avec sa capacité d’aimer, de chérir et d’apprécier ce que l’on possède.

Une telle démarche permet de cesser de combattre la réalité et d’accepter peu à peu la perte subie.

Cette reddition constitue la première étape du réajustement de nos attentes en fonction des conditions nouvelles qui régissent à présent notre univers.

Contrairement à ce que l’on croit souvent, regarder en arrière et explorer chaque nuance de nos rêves déçus est essentiel pour ce faire.

Ainsi, le « je compte sur l’amour de mon partenaire » pourra se transformer en un « je m’attends à ce qu’on m’aime » annonciateur d’une renaissance encore timide de sa confiance en sa capacité d’exaucer ses propres vœux.

La peur

La peur permet de se pencher sur ce qui pourrait se produire et que nous ne souhaitons pas voir arriver. Ce n’est pas un mauvais pressentiment, mais l’expression émotionnelle de ce que nous craignons.

Admettre que l’on redoute l’avenir et son cortège d’évènements imprévisibles aide à reprendre contact avec sa vulnérabilité naturelle et, par suite, à mieux distinguer ses besoins ainsi que les appuis sur lesquels on peut désormais compter. Ce qui aide à s’ouvrir pour accueillir l’aide nécessaire et emplit le cœur de courage et de gratitude.

Le regret

Le regret exprime sur le plan émotionnel ce qui ne peut plus se produire mais qu’on aurait aimé voir se produire. Se marier avec cette personne, fonder une famille, etc.

Regretter, c’est admettre en son cœur que ses souhaits ne peuvent pas toujours se réaliser, et reconnaître son incapacité à modifier le passé.

Pour se délivrer de ce dernier, s’incliner devant cette réalité est primordial. Se pencher ainsi sur ce qui n’est pas possible incite en effet à progresser pour mieux distinguer ce qui est possible.

Ce point clarifié, on pourra plus aisément accueillir la compassion nécessaire à la bonne cicatrisation de ses blessures et, à terme, trouver l’inspiration qui permettra de donner à nouveau son cœur. En somme, la résignation émotionnelle qui accompagne les regrets apporte la paix.

Peu à peu, au fil de ce processus, on abandonnera ses espoirs passés au profit de nouveaux. « J’espère être aimé » remplacera alors : « Je voudrais que mon partenaire soit là pour m’aimer. »

Cet espoir tout simple porte en lui l’intention et la motivation cruciales pour entamer une nouvelle vie. Il faut que la lumière d’un espoir neuf perce les ténèbres du désespoir pour que l’on sente de nouveau pleinement l’amour baigner son cœur. Alors seulement on se sentira délivré du chagrin. »

Enfin, l’étape ultime de votre processus de guérison est de pardonner la personne que vous avez aimée, quel que soit le mal qu’elle vous ait fait. Faute de quoi, vous risquez de devenir aussi desséché qu’un vieux raisin.

Pardonner ne signifie pas se réconcilier. Cela signifie remettre les fautes de l’autre.

Ne vous forcez pas. Tout viendra en temps voulu. Si un jour vous vous surprenez en train d’évoquer cette personne avec bienveillance, sans aucune haine ni jalousie au fond de votre cœur, ce sera le signe que vous êtes complètement guéri et prêt à passer à autre chose.

Sachez également que le temps guérit toutes les blessures, et qu’à terme, vous en sortirez plus fort. Votre expérience servira de fondation pour bâtir des murs solides et vous n’aurez plus à vous en remettre à la chance pour diriger votre vie.

Sur le même sujet
Commentaires / Discussion

Cet article vous a plu ? Vous avez des questions ? Vous souhaitez réagir, ou apporter des précisions ? Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.

Les commentaires agressifs, discourtois, non constructifs, ou simplement désagréables seront supprimés.